AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Comme un air de vacances [Alastair & Margot]

Margot AdamsonAncien personnageavatar
Messages : 1956

Voir le profil de l'utilisateur
9 juillet 2007, Trois Balais

La porte des Trois Balais s'ouvrit pour laisser entrer Margot, qui fit un petit signe de salut au barman. Son regard pâle parcourut la salle jusqu'à tomber sur celui qu'elle cherchait, vers qui elle se dirigea en se glissant entre les tables. S'asseyant face à lui, elle lui adressa un large sourire.

"Bonjour, Alastair ! C'est un plaisir de vous voir !", lâcha-t-elle d'un ton léger. "Peut-être que nous pourrions nous tutoyer, d'ailleurs, enfin si cela te convient ?"

Margot avait assez donné avec le vouvoiement ces derniers jours, car un certain nombre de personnes importantes avaient tenu à lui présenter en personne leurs félicitations pour sa nomination, et s'assurer au passage qu'elle n'avait pas l'intention d'aller à l'encontre des politiques du gouvernement. C'était en tout cas ainsi qu'elle avait interprété certaines conversations un peu trop mielleuses à son goût qu'elle avait eu au Ministère ces derniers temps. Peut-être qu'elle était trop méfiante, mais elle se doutait que l'arrestation d'Ana était probablement une déception pour le gouvernement Fiennes. C'était une candidate bien plus favorable à la vision de Fiennes que Margot, dont l'ouverture aux moldus n'était pas la priorité, même si son manque de subtilité et de pédagogie avait frappé certains esprits lors du Conseil d'Administration. Enfin, l'enseignante devait reconnaître que Dalnox s'y était pris d'une main de maître dans cette affaire, puisque les blâmes se portaient tous sur Mardol et Ana, sans que la responsabilité du Ministère ou de Poudlard ne soit remise en cause par le public... La toute nouvelle directrice n'allait pas s'en plaindre, cependant, puisque cela lui assurait une rentrée moins sensible que ce que l'on aurait pu penser.

Beaucoup de travail l'attendait néanmoins, en particulier avec l'équipe pédagogique à remanier largement, et cela ne serait pas une mince tâche. Les rares candidatures qu'elle avait déjà reçu ne l'incitaient guère à l'optimisme... Voilà pourquoi elle était aussi heureuse de quitter le château par cet après-midi radieux, où elle allait pouvoir se changer les idées. Margot était ravie par la perspective d'une nouvelle conversation avec Alastair Brennan, cet oubliator qu'elle avait rencontré ici-même quelques mois plus tôt. Cela lui permettrait peut-être d'oublier pour un temps le poids des responsabilités et la tristesse lancinante qui ne la quittait pas depuis sa séparation avec Samuel.

Elle était donc d'humeur joyeuse, ce jour-ci, et la chaleur au-dehors n'y était pas pour rien. Margot lissa distraitement sa robe turquoise et repoussa sa lourde chevelure derrière ses épaules, avant de faire un signe en direction du comptoir. Après avoir commandé une limonade, elle reporta son attention sur son interlocuteur et l'interrogea :

"Comment vas-tu, depuis le temps ?"



Isabelle Adjani, kit par Juliet
Alastair BrennanOubliatoravatar
Messages : 103

Voir le profil de l'utilisateur
Alastair hésitait depuis plus d'une heure devant sa penderie, se demandant quelle robe il allait bien pouvoir porter. Pourtant c'était idiot de sa part, d'accord il avait rendez-vous avec Margot Adamson pour prendre un verre mais c'était en toute amitié, il n'y avait rien de bien compromettant ni de révélateur à prendre un verre avec une femme. Rien du tout. Il referma alors son armoire, parfaitement décidé quand à la tenue qu'il allait porter. Il resterait sobre et classique, il n'allait pas à un mariage après tout et ce n'était pas un vrai rendez-vous, c'était juste un verre. Il poussa un soupir et secoua la tête pour essayer d'oublié toutes les idées bizarres qui l'assaillaient.

Il sortit rapidement de la maison et la ferma d'un sort, les filles étaient chez leur tante, pour changer, et Owen avait disparu il ne savait où avec il ne savait qui, pour changer aussi. Bref, il avait une journée de repos à occuper et personne chez lui donc il avait immédiatement accepté la proposition de la nouvelle directrice de Poudlard. Et ça lui ferait le plus grand bien de se changer les idées, il lui tardait d'avoir une nouvelle discussion avec l'enseignante.

Il transplana rapidement et arriva en avance aux Trois balais, il aimait arriver en avance, ça lui permettait d'observer un minimum les personnes qui l'entourait et de se sentir à l'aise. Il commenta un jus d’œillet et attendit l'arrivé de son amie. Enfin du moins, il espérait qu'il pouvait la considérer ainsi. Elle poussa alors la porte du bar et il la trouva très jolie dans sa robe turquoise, ses cheveux tombant en cascade sur ses épaules. Il esquissa un sourire alors qu'elle s'asseyait en face de lui et acquiesça silencieusement lorsqu'elle lui demanda s'ils pouvaient se tutoyer.

"Bonjour Margot, c'est un plaisir pour moi également !"

Il garda le silence quand elle prit commande auprès du barman et lui demanda comment il allait, un nouveau sourire étira ses lèvres. Il sentait qu'il allait beaucoup sourire aujourd'hui, il allait avoir mal à la mâchoire ce soir.  

"Parfaitement bien merci. Et toi ? J'ai appris que tu étais devenue directrice de Poudlard ! Félicitation ! Alors ça fait quoi d'être le grand patron ? Pas trop de pressions ?"

Il trempa ses lèvres dans son verre et plongea son regard dans celui de Margot. Il espérait qu'elle allait bien malgré tous ces changements, ça ne devait pas être facile à gérer mais peut-être n'avait-elle pas envie de parler de tout ça après tout. Il allait donc essayer de trouver d'autres sujets de conversation même si pour l'instant il ne voyait pas quoi rajouter d'autre.



Kit par Ju choupie Choupi
Margot AdamsonAncien personnageavatar
Messages : 1956

Voir le profil de l'utilisateur
Margot croisa le regard d'Alastair et lui adressa un sourire légèrement nerveux, avant de porter son verre à ses lèvres pour se donner une contenance. L'enseignante ne savait pas vraiment ce qui l'avait poussé à lui proposer d'aller boire un verre, au juste. La solitude qui s'annonçait avec les vacances qui avaient vidé Poudlard, probablement ! C'était un peu étrange, néanmoins, car ils se connaissaient assez mal, et elle espérait ne pas avoir envoyé les mauvais signaux avec cette invitation. Mais Alastair était veuf, père de famille et un homme sérieux, il y avait peu de chances pour qu'il se fasse des idées à son sujet. C'était tout aussi bien, car la sorcière ne se sentait pas prête pour se lancer dans une nouvelle romance alors que Samuel venait de la quitter. Elle ne savait d'ailleurs pas si elle serait prête un jour à nouveau, songea-t-elle en détournant le regard. Il y avait peut-être une limite au nombre de fois où elle pouvait baisser sa garde pour quelqu'un et être amèrement déçue... Enfin, elle verrait bien. En attendant, elle avait bien besoin d'un ami. C'était assez impressionnant de voir à quel point elle avait peu développé sa vie sociale depuis son retour en Angleterre. Passant l'année scolaire au château et l'essentiel de ses vacances en France, Margot n'avait pas réellement de vie anglaise en dehors de l'école, à l'exception de quelques rares amis d'enfance qu'elle revoyait une ou deux fois par an. Quant à ses amis de Poudlard, elle les appréciait beaucoup mais les conversations tournaient fatalement autour du boulot et ils avaient tous envie de se changer les idées en allant voir ailleurs parfois. Tenter d'élargir son cercle d'amis ne pouvait donc pas lui faire de mal.

Son sourire se fit plus franc quand son interlocuteur la félicita pour sa nomination en tant que directrice, et elle rit avec bonne humeur.

"Ca va bien également, merci ! Je suis le grand patron, c'est vrai ! C'est étrange de me considérer ainsi, je dois dire. Plusieurs de mes collègues sont également devenus des amis au fil du temps alors je vais probablement mettre un peu de temps à m'habituer à l'idée que je suis également leur...oui, leur patron."

Étrange pensée... C'était presque dommage que Crispin démissionne, elle n'aurait pas le plaisir de lui mettre des bâtons dans les roues. Heureusement, Margot n'avait pas l'impression que ses rapports avec ses collègues aient changé du fait de sa promotion, à l'exception notable d'Edmund qui était venu s'excuser. Bon, le Baron Sanglant était déjà venu lui demander de bannir Peeves du château, mais Margot était attachée à l'esprit frappeur qui faisait partie du folklore de l'école et qui occuperait probablement une partie de ses journées à son inimitable façon...

"La pression est présente, c'est sur ! Quand je suis entrée dans le bureau de Minerva...enfin, dans mon bureau, pour la première fois, j'ai vu tous les tableaux sur le mur et je dois confesser que je me suis sentie un peu intimidée. Comparé à la plupart de mes prédécesseurs, qui ont marqué l'histoire de l'école mais souvent celle du pays, j'ai l'impression de n'être qu'une enseignante banale...Je me demande un peu comment je suis arrivée là, pour être honnête."

Elle esquissa une moue un peu timide, sentant l'appréhension la gagner. Et si elle n'était pas à la hauteur ? Et si elle échouait lamentablement ? Oui, la pression reposait sur ses épaules, elle ne voulait pas être la directrice qui aurait fait plonger Poudlard... Margot laissa échapper un petit soupir en songeant que quoi qu'elle fasse, cela ne pourrait pas être pire que si Ana avait été élue. Ils avaient failli élire une mardolienne à la tête de Poudlard, par la barbe de Dumbledore !

"Pourtant, la bataille a été rude ! Quand je pense qu'Ana Sorden était derrière toutes les épreuves que nous avons vécu, j'en ai encore le froid dans le dos... J'avais senti qu'il y avait quelque chose autour de cette femme, tu sais, mais je n'osais pas y croire. C'est encore pire que ce que je soupçonnais."

Comme à chaque fois que cette histoire lui revenait en tête, c'est-à-dire environ douze fois par jour, le front de Margot se plissa et fit apparaître quelques rides d'inquiétudes. L'enseignante secoua la tête et adressa un sourire d'excuse à son interlocuteur.

"Enfin, tout est bien qui finit bien. Mieux vaut ne pas parler de cette vipère, crois-moi, je crois que je développe une légère obsession... Et toi, comment vas-tu ? Le travail, les enfants...?"



Isabelle Adjani, kit par Juliet
Alastair BrennanOubliatoravatar
Messages : 103

Voir le profil de l'utilisateur
Alastair ne put s'empêcher de sourire lorsque Margot rit joyeusement et l'écouta attentivement lui expliquer sa fierté tout comme son malaise de devoir commander ses amis et collègues. En effet, cela devait être une chose assez déroutante, il se demandait si lui même saurait le faire si un jour le post de chef était à pourvoir. Déjà, se présenterait-il ? Aurait-il les épaules assez larges ? Le voulait-il ? Avoir un stagiaire sous ses ordres encore ça allait mais toute une équipe c'était complètement différent. Il reporta son attention sur l'enseignante alors qu'elle avouait ne pas être sûre d'être à la hauteur.

"Je suis certain que tu te débrouilleras très bien. Tu as réussi à vaincre cette Ana Sorden, ne me dit pas qu'un petit poste de directrice te fait peur."

Il avait voulu faire le malin pour la détendre mais le sujet Sorden semblait sensible. Ana Sorden, oui la bataille avait dû être rude entre les deux femmes, il en avait entendu parler, comme tout le monde et puis, il était présent lors de l'interrogatoire d'Emma, il avait été choqué de constater jusqu'où cette femme avait été juste pour un poste de directrice mais il y avait sans doute plus que cela, une mardolienne, c'était une mardolienne. Ils étaient dangereux, il le sentait au plus profond de lui, rien de bon ne découlerait de cette secte terroriste.

L'inquiétude visible sur le visage de Margot lui porta un coup au coeur et machinalement, il avança sa main pour prendre la sienne mais il se stoppa, pouvait-il réellement le faire ? Son geste ne serait-il pas mal interprété ? Après tout, ils n'étaient qu'amis, il ne pouvait pas se permettre de telles choses si ? Avec Moïra, la question ne se posait pas mais c'était sa plus ancienne amie, ils se connaissaient depuis Poudlard, c'était presque comme sa soeur. Il ramena donc sa main vers lui et se contenta de répondre au sourire de son amie.

"Je crois qu'il est temps de ne plus y penser, elle va être jugée pour ce qu'elle a fait. J'ai juste peur des répercussions sur Emma, j'espère qu'Anthony à bien compris qu'il allait falloir qu'il soit présent auprès d'elle. Enfin, pauvre petite, il secoua légèrement la tête de droite à gauche. Sinon, moi ça va. Le travail et bien c'est calme, la routine je dirais, on a reçu les dossiers de ceux qui veulent entrer au département, nous commençons à les éplucher et j'ai déjà plus ou moins une idée de qui je vais demander comme stagiaire. Et les enfants... J'ai toujours la même impression que quelque chose m'échappe. Je ne comprends pas ce qui ne va pas, j'essaye de faire tout ce qu'il faut, tout ce que je peux mais Owen ne semble toujours pas prêt à me parler. Heureusement pour moi les filles ne semblent pas aussi fermées et elle n'ont pas l'air de m'en vouloir pour quelque chose que j'aurais fait et dont je suis incapable de me souvenir. Assez ironique pour un oubliator n'est-ce pas ?"

Il but une gorgée de Whisky l'esprit légèrement ailleurs avant de poser son regard sur Margot, elle était vraiment jolie tout de même. Non Alastair, ce n'était pas le moment, ce n'était pas bien, il n'y avait rien et il n'y aurait jamais rien entre eux. Son regard se posa alors sur son alliance, il ne pouvait pas trahir Lucy.

"Et toi, ton fils ? Tu as des nouvelles ?"

Il garda pour lui le "tu vois quelqu'un" qui lui brûlait les lèvres, ce n'était pas le genre de question à poser dans ce genre de situation.



Kit par Ju choupie Choupi
Margot AdamsonAncien personnageavatar
Messages : 1956

Voir le profil de l'utilisateur
Margot esquissa un petit sourire quand Alastair lui affirma qu'elle s'en sortirait très bien avec ce "petit poste de directrice". C'était gentil de sa part, même si elle doutait que l'on puisse qualifier ainsi la position qu'elle s'apprêtait à accepter, mais  pourquoi pas. Il était vrai qu'elle en avait vu d'autres, notamment lorsqu'elle devait enseigner dans une langue qui n'était pas la sienne ou lorsque ses classes étaient emplies de Serpentard machiavéliques, de Gryffondor chahuteurs et de Poufsouffle maladroits. Au moins, l'an prochain, personne ne ferait éclater ses chaudrons !

Tandis que Margot mentionnait Ana, elle crut voir Alastair esquisser un geste en sa direction, mais elle avait dû se faire des idées. Il se contentait de lui sourire, sourire qu'elle lui rendit pour dissimuler la tristesse qui l'emplissait à l'évocation du nom d'Emma. Nul doute que l'enseignante allait garder un œil particulièrement attentif sur cette adolescente jusqu'à sa sortie de Poudlard. Il était hors de question qu'il lui arrive quelque chose à nouveau, pas tant qu'elle serait au château.

"Oui...", murmura-t-elle en guise de réponse.

Heureusement, la conversation dériva sur des eaux moins dangereuses et Margot se détendit légèrement quand Alastair mentionna les dossiers des stagiaires. Elle savait que le jeune Nott avait envoyé sa candidature et espérait qu'il serait pris, estimant que cet emploi lui correspondrait plutôt bien. C'était l'un des aspects de son travail qu'elle aimait tout particulièrement : suivre ses élèves une fois leur sortie de Poudlard et avoir des retours sur leur vie d'adulte. Chaque été, elle était pressée d'avoir des nouvelles de ses petits protégés pour savoir ce que leur réservait le monde professionnel.

Alastair mentionna alors ses enfants, s'attardant sur les difficultés qu'il rencontrait toujours avec Owen, et Margot lui adressa un regard compatissant. Ce n'était pas aisé de savoir comment s'y prendre avec les adolescents, surtout dans le cas de l'oubliator où il était seul pour trouver un moyen de désamorcer les conflits.

"J'espère que ça va s'améliorer, avec Owen, que vous pourrez avoir une conversation à cœur ouverts un jour. Mais ne te culpabilise pas, tu fais tout ce que tu peux. Ce n'est pas facile d'élever des enfants seul."

Un silence s'instaura quelques instants pendant que les deux sorciers sirotaient leur boisson, pensifs. Margot sortit de ses pensées quand Alastair l'interrogea au sujet de son fils, provoquant un sourire ravi chez son interlocutrice.

"Il est venu me rendre une petite visite à Poudlard le jour de ma prise de fonctions, et m'a appris une très bonne nouvelle. Il a signé un contrat chez une équipe de Quidditch... Ici, en Angleterre, chez les Pies de Montrose." 

Les Pies étaient une bonne équipe, réputée pour ses tactiques sans concession. Margot était peu rassurée à l'idée que son fils rejoigne les statistiques des blessés par cognards du championnat anglais, mais elle savait qu'il avait du talent. Elle ne savait pas s'il serait suffisant pour éviter les blessures, mais elle préférait s'en convaincre, de peur de perdre le sommeil.

"Bien sûr, je vais mourir d'anxiété à chaque match de Quidditch mais depuis le temps qu'il m'en parle, j'ai eu le temps de me faire à l'idée. Arthur est surexcité à l'idée de venir vivre ici, lui qui n'a jamais connu que la France. Et en plus la perspective de passer plus de temps avec moi a l'air de le réjouir, c'est mignon, car il n'y a pas si longtemps il faisait tout pour échapper à André et moi.. Enfin, j'imagine qu'il est content de ne plus être sous le giron de son père. Si j'ai su lire entre les lignes, Arthur apprécie sa nouvelle épouse mais... à petites doses. Ce n'est pas avec moi qu'il risque d'avoir ce problème", conclut-elle avec une malice teintée d'une légère pointe d'amertume.

Ne pense pas à Samuel, s'intima Margot avant de poser sur Alastair un regard curieux. Et pour lui, qu'en était-il, de ce côté là, voyait-il quelqu'un ? Il portait toujours son alliance, alors on pouvait en déduire que non. Même s'il était difficile à croire qu'il n'avait jamais eu d'aventures avec quiconque depuis le décès de son épouse... Peut-être était-il comme elle, incapable de se fixer. L'espace d'un instant, elle fut tentée d'aborder le sujet. Parler de Samuel avec quelqu'un lui ferait probablement du bien, car elle avait jusque là soigneusement évité toutes tentatives d'approches de ses collègues qui souhaitaient savoir comment elle le vivait. La vérité, c'était qu'elle préférait ne pas affronter la réalité et faire comme si de rien n'était. Poursuivre sa vie comme s'il n'y était jamais entré, c'était encore le plus simple, même si ce n'était pas l'attitude la plus courageuse. Mais Margot n'avait jamais prétendu au courage...

Mais ce n'était pas un sujet approprié, et elle ne connaissait pas assez Alastair pour savoir comment il y réagirait. L'enseignante garda donc le silence un instant avant de revenir sur un sujet moins personnel, plus...professionnel.

"Alors, ces stagiaires, il y a des recrues prometteuses ? Ce n'est pas une question innocente, bien sûr, je connais les projets d'orientation de tous mes élèves et j'ai mon favori... Mais je ne veux pas t'influencer alors je tairais son nom."



Isabelle Adjani, kit par Juliet
Alastair BrennanOubliatoravatar
Messages : 103

Voir le profil de l'utilisateur
Alastair sourit faiblement lorsque Margot lui affirma qu'il faisait du mieux qu'il pouvait et qu'il s'en sortait très bien. Owen reviendrait vers lui un jour, du moins il l'espérait, depuis la mort de Lucy, élever trois enfants n'avait pas été simple. Tout faire pour le bien-être de ses enfants sans personne pour l'épauler, sans personne à ses côtés pour l'aimer lui. Il était peut-être égoïste de penser ainsi, de n'avoir pensé qu'à ses sentiments sans prendre en compte le fait que le fait d'avoir une belle-mère aurait offert une zone de confort plus grande à ses enfants. En dix ans, il avait eu quelques histoires sans lendemain mais rien qui ne lui ait permis de se sentir heureux, pas comme avec sa femme.

Elle lui avait tellement manqué qu'il n'avait pas pu faire de concession pas même pour l'éducation de ses enfants, aujourd'hui, il sentait qu'il changeait et qu'il serait peut-être prêt à refaire sa vie mais pour lui, ses enfants étaient grands maintenant, tous à Poudlard, Maureen allait entrer en troisième année, Lillybeth en cinquième et Owen en septième des années importantes pour les deux grands. Il en ressentait une pointe de fierté.

Il sortit de ses pensées quand Margot répondit à sa question tout sourire, il était heureux pour elle que son fils veuille se rapprocher d'elle. Ainsi, il était joueur de Quidditch professionnel, elle devait être fière de son fils et visiblement elle l'était, tout comme elle était émue qu'il choisisse de vivre en Angleterre, plus près d'elle. Il lui fit un sourire sincèrement joyeux.

"Je suis heureux pour toi que ton fils vive en Angleterre. Et tu m'apprends également que mon équipe fétiche vient d'engager un nouveau joueur. Je ne doute donc pas de ses talents et j'ai hâte de le voir jouer."

Il lui adressa un rapide coin d'oeil avec un sourire amusé. Les Pies était effectivement son équipe favorite lors du tournois de Quidditch, celle qu'il défendait avec ferveur et retenu. Il n'allait pas se mettre à brailler comme un sans gêne pendant les matchs mais savait titiller ceux qui n'aimaient pas Les Pies, surtout quand l'autre équipe venait de perdre. Légèrement moqueur sur les bords, il profitait de la situation.

Margot renchérit sur sa sélection de stagiaire, il avait en fait déjà arrêté son choix et lorsqu'elle lui confia qu'elle avait ses favoris et qu'elle ne voulait pas l'influencer dans son choix, un nouveau sourire étira ses lèvres.

"Ne t'inquiètes donc pas de m'influencer, mon choix est déjà fait de toute manière. Et je ne prends que les meilleurs avec moi. Et je dois que ce jeune Nott m'a l'air tout à fait prometteur. Comme la jeune Callaghan qui vient tout juste de terminer sa formation. Je ne m'étais pas trompé sur elle. Excuse-moi mais ça flatte toujours un petit peu mon ego lorsque je vois mes jeunes poulains devenir aussi talentueux que ce que j'avais imaginé pour eux."

Oui, il ne s'était pas trompé pour Lilly tout comme il ne s'était pas trompé pour Daniel et tout comme il l'espérait, il ne se tromperait pas pour Théo. Mais peut-être que Margot en savait un peu plus sur lui et peut-être qu'elle viendrait d'elle même à lui en parler. Tout était dans le non dit en fait, amener à faire parler sans poser de question, son sport favori qui avait d'ailleurs quelque peu fonctionné avec l'annonce de Margot sur le désert qu'était sa vie sentimentale. Désert qu'il partageait mais il n'osait pas trop espérer. Elle était belle et intelligente mais elle ne semblait pas plus intéressée que cela.



Kit par Ju choupie Choupi
Margot AdamsonAncien personnageavatar
Messages : 1956

Voir le profil de l'utilisateur
"Ton équipe fétiche, hum ?", répondit Margot, agréablement surprise. "La mienne également. On pourra aller aux matchs ensemble !"

La phrase lui avait échappé sans qu'elle prenne le temps de réfléchir. Cela lui avait paru être une perspective agréable, de pouvoir assister aux matchs d'Arthur en compagnie de quelqu'un qu'elle connaissait plutôt que d'affronter les tribunes de supporters seule. Et puis cela leur permettrait d'avoir quelque chose en commun, des souvenirs autres que des verres partagés au Trois Balais de temps à autres. Ce serait une bonne façon d'établir de réels liens et affinités communes avec sa nouvelle connaissance, et l'idée lui plaisait. Mais elle réalisait aussi que c'était peut-être un peu surprenant, comme suggestion, et inattendu. Peut-être aussi qu'il allait décliner du simple fait de ses obligations professionnelles et familiales qui ne lui permettraient pas de se libérer des soirs de semaine pour chauffer les bancs des gradins... Elle-même savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas s'absenter à chaque match, seulement une fois de temps en temps. Bien sûr, en tant que directrice elle serait libre de ses mouvements, plus libre qu'une enseignante peut-être, mais elle aurait également des responsabilités et de quoi s'occuper. Pour toutes ces raisons, Margot regretta à moitié sa phrase lancée sans réfléchir, et se mordilla la lèvre inférieure avec embarras, faisant tourner son verre entre ses doigts.

"Enfin... Ce n'est qu'une proposition en l'air, c'est toi qui vois...", reprit-elle, un peu gênée. "Je n'assiste que rarement aux matchs d'habitudes, je le faisais plus quand j'étais encore en France mais ici je n'ai pas d'équipe favorite. Maintenant qu'Arthur est chez les Pies, je compte devenir une fervente supportrice !"

Quand la conversation s'orienta sur les futurs stagiaires des oubliators, Margot sourit avec satisfaction aux propos de son interlocuteur. Non seulement Alastair avait retenu la candidature de Théo mais il lui avait fait suffisamment impression pour qu'il le mentionne comme prometteur. Adjectif qui correspondait plutôt bien à son ancien élève, songea Margot. Oui, c'était un garçon plein de promesses, curieux, investi et intelligent, qui avait probablement beaucoup à apprendre et à offrir. Mais comme toute personne prometteuse, il était tout à fait capable de décevoir. Théo était fragile, manquait parfois de confiance, d'envie, et surtout, il avait tendance à se reposer sur ses lauriers... Mais il semblait s'en être rendu compte récemment, Margot avait décelé un changement d'attitude chez lui. Heureusement que ses ASPIC avaient brûlé, il n'aurait probablement pas été pris chez les oubliator du premier coup.

"Ah, oui, Lilly Callaghan ! Cela fait plaisir de voir d'anciens élèves réussir ainsi. Cela flatte un peu mon ego aussi", répondit-elle avec malice. "Quant à Théo Nott, il a en effet un certain potentiel. Quand je te disais que j'avais un favoris, je pensais à lui, donc je suis contente que tu l'aies repéré."

Elle s'abstint de lui faire part des faiblesses de son élève, considérant qu'Alastair les découvrirait bien assez tôt et ne souhaitant pas qu'il parte avec un a priori négatif. Le jeune homme devait en affronter bien assez souvent avec son nom, inutile d'en rajouter. Margot finit son verre, savourant le liquide frais avant de laisser échapper un soupir de bien-être.

"C'est agréable de retrouver un peu de vie sociale, commenta-t-elle. Avec un adulte qui plus est, ça change des adolescents... Merci d'avoir accepté mon invitation. Tu as des projets pour l'été ? Des vacances avec les enfants, peut-être ?"



Isabelle Adjani, kit par Juliet
Alastair BrennanOubliatoravatar
Messages : 103

Voir le profil de l'utilisateur
La proposition de Margot le ravi plus qu'il n'aurait fallu, il s'en rendit compte au moment même où il allait répondre, il n'aurait pas dû être aussi empressé d'accepter une invitation comme celle-ci, ce n'était pas dans ses habitudes, c'était même plutôt le contraire, traînant des pieds quand Yoric le pressait à sortir avec eux, quand ses collègues lui annonçaient qu'il l'attendait pour le prochain match des Pies. Mais avec Margot, c'était différent, il se sentait bien, il avait l'impression de ne pas être de trop pour une fois, il se sentait compris aussi. Ce n'était peut-être que des impressions qui ne voulaient rien dire, peut-être se faisait-il des idées. Sans aucun doute. Cependant lorsque l'enseignante face à lui lâchait un peu gênée que c'était comme il le souhaitait, il se sentit un peu honteux de ne pas avoir déjà donné sa réponse, de l'avoir laisser attendre, laissant croire qu'il ne voulait pas l'accompagner.

"Je serais ravi de soutenir les Pies à tes côtés. Du moins lorsque mon emploi du temps me le permettra."

Il adressa un léger sourire à son interlocutrice avant d'évoquer les futurs stagiaires qui fouleraient très bientôt le sol de son service. Comme tous les ans, ils avaient reçu un nombre assez conséquent de demandes, certainement pas autant que les aurors mais suffisamment pour devoir refuser des candidats. Il hocha légèrement la tête lorsqu'elle avoua que c'était à Théo Nott qu'elle pensait quand elle disait avoir des favoris, d'un certain côté ça ne le surprenait pas tellement, il semblait vraiment avoir du potentiel, il verrait sans doute au bout de ces deux ans les petits défauts du jeune homme mais ils travailleraient ensemble pour les transformer en qualités. Il n'avait encore jamais échoué et ne s'était encore jamais trompé, il espérait que cette année encore, il pourrait démontrer qu'il avait fait le bon choix.

Il but une gorgée de sa boisson, écoutant attentivement Margot lui faire part de son contentement à retrouver une vie sociale pour quelques instants, ses lèvres s'étirèrent légèrement. Oui, c'était agréable, il devait bien le reconnaître, toute fois pour apprécier le moment, il ne fallait penser qu'à l'instant présent, dès lors que son esprit commencer à vagabonder un peu, à retourner dans son passé et à sa nostalgie, l'instant joyeux s'envolait comme par magie. Le plus grand reproche de ses enfants. Il se raidit légèrement lorsqu'elle lui demanda s'il comptait partir en vacances. Il n'était pas reparti depuis la disparition de Lucy, c'était beaucoup trop douloureux, il savait qu'il ne pourrait pas profiter des vacances car il serait sans cesse en train de se demander ce que Lucy aurait pensé de cet endroit, de ce musée, de cette vue, sans cesse. Il était comme parasité, incapable de tourner la page, pourtant ces derniers temps, il allait mieux, il avait l'impression qu'elle était moins présente dans son esprit, peut-être commençait-il doucement à faire son deuil ?

"Non pas de vrais projets, les enfants vont partir chez leur tante quelques semaines et en août, ils iront chez mes parents une semaine et sans doute chez les parents de Lucy également. Mais pour ce qui est des vacances tous ensemble ce ne sera pas pour cette année je le crains."

Il baissa les yeux sans trop savoir pourquoi il se sentait aussi honteux, sans doute parce qu'il ne faisait que refourguer ses enfants, pas étonnant finalement qu'Owen lui en veuille puisqu'au final ils ne se voyaient sans doute réellement que trois semaines en tout et pour tout sur leurs deux mois de vacances. Pas vraiment glorieux comme constatation, il se posa alors la question de savoir s'il connaissait réellement ses enfants. Et la réponse fut plutôt mitigée, Owen la réponse était non, il ne le connaissait plus, ils s'étaient beaucoup trop éloignés l'un de l'autre pour qu'il puisse affirmer connaître le caractère de son fils. Pour Lilybeth et Maureen c'était encore différent, elles étaient encore jeunes et pouvait encore savoir quand quelque chose n'allait pas puisque Lil' s'arrangeait toujours pour le lui dire, quant à Maureen beaucoup plus renfermée sur elle même mais tellement semblable à son caractère. Finalement, il en avait deux sur trois, triste constat. Et Margot était très certainement en train de se dire qu'il n'était franchement pas ce qu'on faisait de mieux comme père.



Kit par Ju choupie Choupi
Margot AdamsonAncien personnageavatar
Messages : 1956

Voir le profil de l'utilisateur
Margot avait l'impression d'avoir mis les pieds dans le plat. La perspective de l'été à venir ne semblait pas enthousiasmer Alastair, qui n'avait rien prévu de particulier et dont les enfants allaient partir chez leur famille. Margot se demanda ce que son ami ressentait à l'idée de passer l'été seul loin de ses enfants, et à en juger par sa mine attristée, il n'en pensait rien de bien. Était-il abattu par la situation ou bien simplement honteux de devoir en répondre devant elle ? Elle n'aurait su le dire, mais une chose était sure, il n'avait pas à avoir honte auprès d'elle. S'il y avait bien quelqu'un qui n'allait pas le juger ou lui faire la morale sur la façon dont il élevait ses enfants, c'était bien elle ! Margot s'était toujours sentie coupable pour son départ en Angleterre, à la fin de la guerre. Pour André, il n'était pas question de laisser Arthur suivre sa mère alors qu'il était encore jeune, qu'il avait toute sa vie en France et ne parlait pas anglais. De la même façon, Margot n'avait pas voulu l'arracher à son univers et avait même été soulagée de mettre un peu de distance entre sa famille et elle, pour sa plus grande honte... Mais c'était ainsi, Margot n'était pas aussi affectueuse, aimante, maternelle et attachée à son rejeton que la grande majorité des parents d'élèves qu'elle était amenée à fréquenter. Son instinct maternel, elle le gardait pour ses élèves et c'était bien suffisant. Pourtant, elle n'irait pas jusqu'à dire que la séparation n'avait pas été dure mais elle l'avait globalement bien vécue, là où de nombreux parents ne l'auraient même pas envisagé.

Aussi, lorsque son interlocuteur redressa les yeux vers elle, Margot lui adressa un sourire rassurant et ne s'attarda pas sur sa situation, pour ne pas l'embarrasser.

"C'est un peu pareil pour moi, répondit-elle, je vais avoir tellement de choses à préparer pour la rentrée que je n'ai rien prévu de particulier. Peut-être qu'Arthur viendra sûrement me voir de temps en temps, entre deux entraînements..."

Elle aurait bien suggéré qu'ils profitent de leurs étés similairement monotones pour passer un peu de temps ensemble mais se retint, ayant encore en tête l'hésitation avec laquelle il avait accepté sa proposition d'assister à des matchs de Quidditch avec elle. Margot avait été celle qui avait proposé ce verre aujourd'hui, ce serait à Alastair de la relancer s'il souhaitait continuer à la fréquenter. Lorsqu'ils se séparèrent, quelques temps plus tard, Margot espérait qu'il la recontacte. Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi légère...

RP terminé



Isabelle Adjani, kit par Juliet
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Comme un air de vacances [Alastair & Margot]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-