AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 L'histoire d'une souris et d'une mornille [5 Juillet 2007 : rp libre]

InvitéInvité


Le 5 Juillet 2007 - Dans l'après-midi, vers 15h
Dans le Hall de Gringotts



Clac !
 
Un jeune homme courbé au-dessus d’un chaudron fumant d’une substance verdâtre sursauta. Un courant d’air à la chevelure blonde lui sauta sur le dos, deux secondes après avoir fait brayer la lourde porte du bois du cachot. Il existait de nombreux cachots sous le manoir McSterna. Des galeries lugubres à l’atmosphère congelée, parfumés aux liquides d’embaumements. Un véritable labyrinthe dans lequel, Merlin soit loué, de nombreux revenants flottaient de-ci delà, la plupart toujours prêts à vous indiquer votre chemin.
Asgard n’avait eu besoin d’aucune aide pour tracer sa route, et venait de causer un joli tumulte ectoplasmique dans l’enchaînement de galerie.
« Elle réveille les morts cette gamine !
-        Orf ça nous fait de l’animation Grant !
-        Mme Mime, il y en a qui aimerait bien reposer en paix ! 
-        Et si nous allions hanter quelques greniers de Sans magie dans le voisinage, tant que nous y sommes ?!
-        Une idée formidable que voilà ! »
Et pia pia pia !
Asgard, était déjà loin.
Revenons au chaudron débordant de fumée verte, son alchimiste qui manqua de s’écraser dedans, et la masse-poids-plume venue envahir son espace vital…
 
« Asy, un peu plus et la pincée de piment-dragon tombait de 0.20 gr de trop dans mon élixir de mange-cauchemar … et je te jure que-
-        Oui oui oui, MAIS !
-        Je suis sérieux Az’, je travaille, il faut que ces potions soient finis pour demain, on reçoit les corps de ce groupe de gobelin, et une âme de gobelin tourmenté…
-        C’est un sorcier torturé, je sais ! MAIS ! »
Asgard et Brandon McSterna se faisaient face, l’aîné ayant fait se décaler sa cadette d’un pas sur le côté, pour prévenir les éclaboussures. Asgard n’entendait rien aux potions. Par contre, en yeux de chatons mouillés, elle en connaissait un rayon, et celui qu’elle servait à son grand frère à cet instant le ferait plier, à coup sûr. Elle fit trembler légèrement – rien qu’un brin – son menton sous le nez de Brandon.
« Mais il faut… Brandy… tu m’entends Brandy ? Il faut, FAUT, que tu me sortes d’ici ! Maman ne veut pas que je sorte seule, au chemin de traverse, et pourtant je veuuuuux y aller, mais il est hors de question que ce…. Ce ….. Fieffé …. Énergumène m’escorte !
-        C’est pourtant une bonne idée, tu pourrais en profiter pour faire visiter le coin à Arkam !
-        NE PRONONCE PAS SON NOM ! Tu risquerais de l’invoquer !
-        Ce n’est pas un démon, c’est notre cousin. »
Brandon souriait devant l’air légèrement hystérique de sa sœur. Il avait l’habitude. Cela l’attendrissait. Asgard savait qu’il se rallierait à sa cause, bien qu’au premier abord, il n’avait pas l’air de son avis. Peu importait… seul la finalité l’intéressait : se barrer d’ici et semer l’horripilant individu qu’on projetait de lui coller dans les pattes cette après-midi.
Le cousin Arkam et Tante Aliorune avaient débarqué dans leur vie, leur manoir, leurs habitudes, depuis deux semaines déjà. C’était suffisant pour donner à Asgard quelques idées meurtrières et/ou l’esprit d’une fugitive. Pourtant ces vacances d’été promettaient d’être savoureuses… après l’année de folie passée à Poudlard. Mais la grande Déesse Fortune avait décidé de lui mettre des bâtons dans les roues. Ou, comme Arkam le dirait si bien… des bâtons dans les trous ! Brrr…..
 
Asgard serra les avant-bras de son frère entre ses doigts agiles gantés de dentelle noire. Elle planta son regard dans celui du jeune homme. Il était ainsi ferré comme un poisson-chat !
« Pitié mon frère bien aimé, sauve-moi. Accompagne-moi, toi. Ne le laisse pas me pervertir. Pitié…. »
 
Il ne pouvait dire non… Puis il manquait de Moustache de Lutin poivre&sel.
 
Un sourire entendu, un sortilège pour figer sa potion dans le temps, et Brandon entraîna sa sœur à sa suite dans les hauteurs du manoir. En toute discrétion, ils prirent leur affaire, jouant les courants d’air dans le manoir sous torpeur, et filèrent droit vers la sortie !
 
« Prends ma main, si tu les aimes un peu froide ! »
Asgard tira la langue à Brando et ne se fit pas prier pour obéir, elle alla directement se blottir contre lui en saisissant sa main. Par Hécate, ce qu’elle aimait le parfum qui se dégageait de son être… et laisser ses sens s’en imprégner juste avant qu’ils ne transplannent…
 
« BRANDON TU ES LA ? »
 
Et flut… trop tard….
Tante Aliorune s’encadra au bout du couloir, face à l’entrée… Asgard sentit son cœur s’emballer, elle déglutit lentement en observant, impuissante, la suite de la scène se dérouler. Aux côtés d’Aliorune, se tenait Wallace, son père. Et devant son père, Asgard n’en menait jamais large, elle n’aurait pas moufté sous son nez moustachu. Derrière eux, comme elle l’avait craint, apparut la Chose.
Brandon avait encore du travail à fournir avec leur tante et leur père. La Chose, elle, n’avait rien à faire – tu m’étonnes ! vu que la chose ne savait rien faire de ses dix doigts et de son mono-neurone – La Chose donc serait chargée de l’accompagner en ville.
« Finalement je ne veux plus sortir ! Pourquoi aurai-je besoin d’une nouvelle cape après tout ? C’était futile ! N’est-ce pas, Papa ? Je peux m’en passer ! Je vais rester là, et étudier un nouveau chapitre de runes ! Ce sera plus utile, non ?[b style="mso-bidi-font-weight"] [/b]»
Non….
La réponse ultime fut non.
 
Tout ça pour ça !
 
Quinze… ou plutôt 30 minutes plus tard, Asgard McSterna débarqua sur le chemin de traverse, avançant d’un pas prompt comme une dame outragée à travers le territoire sorcier. Elle espérait sincèrement avoir semé son poursuivant. Elle lui avait cordialement demandé en sortant du chaudron baveur de ne pas se promener en sa compagnie et que, si d’aventure on le lui demandait, de nier toute parenté avec elle, ce à quoi il avait répliqué par un très distingué :
« Pouah ! Vas-y, J’ai rien compris, tu parles trop, mais va casser les cognards d’un macchabée plus loin, ça m’fera des vacances ! J’vais pas pouvoir choper si t’es dans mes pattes ! 
-        Choper ?! Choper quoi ? A part la Peste ou la Dragoncelle ! Je ne vois pas ce que tu veux dire … » Il fallait dire qu’Arkam s’exprimait avec un vocabulaire imagé, trop pour Asgard, et avec son accent américain à couper au couteau .. bouh ! Force était d’admettre que, au moins, s’ils ne se comprenaient pas, ils voulaient la même chose.
Ainsi Asgard se sépara de son affreux cousinou d’amûr, sans s’émouvoir de le laisser ainsi seul dans une ville inconnu (alors qu’il était aussi imprévisible qu’un bébé sorcier pas doué de cinq ans et demie !)
 
Mais qu’à cela ne tienne… quand elle sentit qu’il faisait un peu meilleur, sans l’aura puante de son cousin pour lui irriter les narines, la jeune fille retrouva son entrain, savourant sa touuuute première sortie, en solo comme une grande, dans le chemin de traverse !
 
« Oh, nom d’un p’tit gobelin stupéfixié ! Je suis enfin seule…. ENFIN SEULE ! Je peux faire ce que je veuuuuux ! Il me faut ! Oh ![b style="mso-bidi-font-weight:
normal"] [/b]»
Des sous….
Quand on est une serdaigle, on est intelligente… La jeune fille capta donc très vite que sans gallion, elle n’irait pas loin dans le vaste monde. Alors rendez-vous chez Gringotts !
Miss McSterna se présenta, dans sa cape rose fushia, serrée à la taille par une ceinture de rune luisante de pierres brillantes jaunes et bleues, au comptoir sous le nez d’un Gobelin à l’air acariâtre.
 
« Monsieur Le Gobelin Bonjour !
-        Plait-il ?
-        Je voudrai mes sous ! Asgard Hope McSterna, voici mon nom ! Je puiserai volontiers 20 Gallions dans le coffre de ma famille, McSterna, Au-delà de l’au-delà ! Voyez-vous ce blason sur ma cape, la vouivre et la pieuvre, les emblèmes de ma famille, vous devez le savoir n’est-ce pas ?! Alors ? »
Donc je rappelle : Asgard n’est jamais encore sortie seule au chemin de traverse… voilà le résultat ! Elle se fit refouler fissa et totalement incrédule regagna le coin de la pièce, sans comprendre le pourquoi du comment la situation lui échappait de la sorte !
« O Cruel Cruel Destin ! Mais ! Mais non ! C’est impossible ! »
Et là voilà partie à monologuer telle l’héroine déchue, sous le regard lourd de reproches d’un garde gobelin, qu’elle ne remarqua pas le moins du monde… pas sûr qu’il la laisse s’égosiller ainsi dans son vénérable hall.
Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Aaron n'était pas exactement un habitué de Gringotts. Il s'était toujours débrouillé pour laisser Seamus se charger de faire le change pour lui, parce que les Gobelins lui donnaient la chair de poule. Pas qu'il soit effrayé, mais comme bon nombre de créatures magiques, ils n'étaient pas particulièrement sympathiques. Mais voilà, désormais il était un adulte, un sorcier, employé au Ministère et étudiant, et il avait donc besoin d'ouvrir un compte. Enfin, un coffre. Autre étrangeté des sorciers, cette idée que de tout garder en liquide. La carte bleue, les chèques, c'était tout de même plus pratique. Pas besoin de faire des allers-retours dans un endroit souterrain et un peu effrayant, entouré de gardiens peu amènent. Heureusement que Harry Potter avait eu la bonne idée d'emmener le dragon faire un tour...

Ce fut donc en rassemblant toute sa bonne volonté de Serdaigle qu'il franchit le Hall et se dirigea vers un comptoir pour faire la queue. Il y avait foule en ce début juillet. Aaron reconnu plusieurs étudiants de Poudlard, certains accompagnés, d'autres non. Il y avait notamment Katy Scott, cachée derrière Jack Maxwell, qui poussait de petits cris et faisait des commentaires peu élogieux sur les gobelins.

"Oh Merlin Jaaack, il est affreux celui là, tu as vu, on dirait qu'il a des crocs, je suis sûûûre que c'est carnivore ces bêtes-là!"

Peu désireux de supporter ces absurdités, Aaron choisit une autre file d'attente et se plongea dans ses pensées. Il aurait peut-être le temps de passer voir Darren à son entraînement et d'aller boire un verre, s'il n'attendait pas trop longtemps. Mike l'avait invité à passer, et cela lui ferait une bonne raison de décliner. Aaron n'avait aucune envie de se retrouver en face de Maïa. Il savait qu'il faudrait, tôt ou tard, affronter l'amnésie de sa meilleure amie... ex-meilleure-amie, mais il ne savait pas du tout comment réagir. La culpabilité, le chagrin, la colère étaient encore trop présents. Il ne voulait plus voir de moldus - et pourtant ses amis lui manquaient énormément.

Le pire, c'était qu'Isaac et Mike voulaient absolument se rendre au concert géant qui avait lieu au London Eye en milieu de mois. En pratique, Aaron aurait sauté sur l'occasion. Mais voilà, le nouveau groupe à la mode, Voldy, jouait ce jour-là, ce qui signifiait qu'il y aurait de nombreux sorciers dans la foule - et facilement repérables. Il croiserait des gens de son école, étranges. Si Maïa venait, cela briserait peut-être le Sortilège d'Oubliette? Et que ferait-il si le reste de la bande commençait à vraiment poser des questions sur les drôles de personnes qui fréquentaient son établissements?

Aaron eu un frisson d'horreur à cette pensée et décida de se replonger mentalement dans le travail. Il créait le site web de Poudlard, préparant la première pierre d'une vaste entreprise qui permettrait aux jeunes nés-moldus ou sang-mêlés de ne plus inventer de mensonges abracadabrants sur une école qui n'existait pas. Il faisait partie d'une équipe de cinq personnes, et n'était que le dernier maillon de la chaîne, celui qui donnait corps à l'invention. Les quatre autres, adultes et employés de longues dates, se chargeaient de créer de faux CV moldus pour les professeurs, de mettre en place des rumeurs... C'était un travail passionnant et Aaron ne feignait pas l'engouement que cela provoquait chez lui. Même s'il n'avait pas eu Swann et Maïa à oublier, il se serait autant noyé dans le travail.

Comme la file d'attente n'avançait pas, il sortit son Ipod-made-in-monde-magique, comme il l'appelait désormais, et enfonça un écouteur dans les oreilles. Tiens, c'était justement une musique de Voldy qui passait. Décidément, ses problèmes ne voulaient pas le laisser en paix. Il zappa Kidnap My Heart, mais le mode aléatoire avait décidé de rester sur le même groupe et entonna Proud to be a Muggleborn.

"Fichu truc." grogna-t-il.

 L'attente allait être longue. Il entendait encore les jacassements de Katy Scott, et à voir la tête de Jack, lui aussi atteignait sa limite. Aaron aurait mis sa main au feu qu'il allait finir par l'embrasser pour la faire taire. Evidemment, ça ne manqua pas. Jack attrapa sa future-ex-petite-amie et se pencha vers elle... pour se redresser aussitôt en un sursaut violent. Aaron eu la même réaction. Entre leurs deux files d'attente se trouvait une fille qu'Aaron connaissait vaguement. C'était une Serdaigle plus jeune que lui, assez excentrique, et qui faisait justement montre de son... excentricité. Elle parlait toute seule, très fort, dans un anglais un peu désuet. Apparemment, on ne l'avait pas laissée entrer dans la banque. Etonnant, songea sarcastiquement Aaron. Il patienta quelques instants, mais personne ne semblait vouloir interrompre la jeune fille. Katy avait arrêté de déblatérer sur les gobelins et fixait maintenant sa camarade d'un air parfaitement stupide.

"Mais elle est trop bizarre, cette fille! Tu m'étonnes qu'on ne la laisse pas rentrer, t'as vu le petit pois qu'elle à a la place du cerveau? N'importe quoi, franchement, je me demande comment des gens comme elle peuvent être admis à Poudlard, elle est cinglée. Je suis sûre qu'elle fait pire que Kelsey en classe, et faut le faire..."

Ah, là, il avait atteint sa limite du supportable. McSterna ET Scott qui piaillaient, ça n'allaient pas être possible, surtout que c'était Sainte-Mangouste qui se moquait de Miss Bloomwood. Manquait plus que Sneals et la moitié des tarés de Poudlard allaient pouvoir se donner en spectacle! Décidant d'interrompre au moins l'une des deux pipelettes avant que cette intuition ne se réalise, Aaron choisit la moins dangereuse et s'avança vers Asgard.

"Euh... McSterna, tu voudrais pas parler un peu moins fort? Je crois que tu déranges, en fait... y'a un problème?"


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

InvitéInvité




Ce jour-là, la famille Greengrass/Anderson était de sortie. Gwenwyfar était heureuse d’accompagner ses pères sur le Chemine de Traverse, d’autant plus que Père lui avait promis de lui acheter un nouveau nécessaire à balai et une nouvelle robe pour l’été. Mais avant de pouvoir faire du shopping, encore fallait-il avoir des Gallions. Et pour avoir des Gallions, il fallait aller à la banque.

– Je dois passer à la banque, Jo’.
– Je sais, lune de mes nuit... Je sais.
– Tu vas arrêter de m’appeler comme ça ? C’est quoi cette nouvelle manie ?
– C’est dans le Trône de Fer. C’est un grand chef baraqué qui appelle sa femme comme ça. Il faut que tu lises ces bouqu...
– Sa femme ?! Tu m’appelles comme une putain de gonzesse ? C’est pas parce que je... Enfin tu comprends !
– Oui non mais... C’est une fille badasse tu sais ? Elle a des dragons et tout. Elle a même le sang du dragon dans ses veines... Un peu comme toi. T’as l’air gentil et frêle comme ça, mais en fait t’es un dragon méchant et puissant et...
– C’est bon, laisse tomber... Gwen, tu nous suis ?

Un peu derrière ses pères, Gwen hocha la tête et leur emboita le pas. Elle souriait suite à la conversation à laquelle elle avait assistée. Son père était bête des fois... John aussi d’ailleurs. Ça lui faisait tellement plaisir de les retrouver tous les deux...

C’est comme ça que Gwenwyfar se retrouva dans le grand Hall de la banque. Elle choisit de rester en retrait pendant que son père allait au comptoir avec John, elle n’aimait pas trop être proche des Gobelins. Ils faisaient peur...

Une voix stridente attira son attention. C’était McSterna qui faisait son intéressante. Gwen trouvait cette fille vraiment trop bizarre. Elle aussi lui faisait peur. Pas autant que les Gobelins, mais pas loin. Elle avait un comportement étrange et des réactions imprévisibles. Il y avait un autre garçon plus âge de Serdaigle qui la sermonnait d’ailleurs. Gwen était juste à côté, elle avait tout entendu.

Du haut de son mètre vingt les bras levés debout sur une chaise, elle regarda de haut la jeune fille, l’air de dire « vous êtes vraiment intenable et indigne d’apparaître en société, mademoiselle », exactement comme son père le lui avait appris. S’il avait vu cela, il aurait été fier d’elle. Elle se paya même le luxe d’ajouter la petite moue « nez retroussé » en prime, histoire d’enfoncer le clou, ainsi qu’un petit soupir significatif.
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

L'histoire d'une souris et d'une mornille [5 Juillet 2007 : rp libre]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sa première souris et sa première cérémonie du partage [Libre] (FINI)
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Chemin de Traverse,-