AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Délicatesse et discrétion, ou éléphant dans un bal de dragons roses [Victor]

Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 230

Voir le profil de l'utilisateur
7 août 2007
 
 
Noah n’aimait pas les gens qui sortaient trop des normes, il ne savait jamais comment se comporter avec eux. Il y avait trois ou quatre énergumènes assez remarquables dans sa maison, qu’il évitait, en général. Victor Lloyd en était un exemple typique. Il avait peut-être même une longueur d’avance sur tous les autres phénomènes de sa maison, et Dieu savait que ça n’était pas peu dire, quand on connaissait les Gryffondor. Dire qu’il était maniéré était un euphémisme, et le qualifier d’efféminé, un pléonasme. Noah n’avait jamais vu autant de manies et de tics de langages contenues dans un même corps. Pourtant, il ne lui avait jamais parlé, mais il n’en avait nul besoin pour le connaître. Victor Lloyd avait une fâcheuse tendance à se faire remarquer parmi les Gryffondor, et sans doute dans tout Poudlard. Les situations burlesques lui collaient à la peau. Noah se souvenait encore du soir où il travaillait tranquillement dans la salle commune et que des hurlements très peu virils de la part de Lloyd avaient perturbé sa quiétude, parce que quelqu’un s’était amusé à faire de ses cheveux un sac à paillettes… Ce jour-là, il s’était doublement juré –car il se l’était déjà juré avant- d’éviter ce type par tous les moyens.
 
Bref, Lloyd, c’était vraiment un… truc bizarre.
 
A partir de là, quelle était la probabilité pour que Noah tombe sur lui dans une boutique londonienne, parmi toutes celles qui pouvaient exister, moldue qui plus est, en plein mois d’août à un moment où il ne pouvait absolument pas s’y attendre, et ceci malgré tous les contresorts et autres conjurations qu’il avait intérieurement prononcés à son égard ? Fichu destin, encore lui le responsable.
 
Son père avait sa part de culpabilité, lui aussi. En effet, c’était lui qui avait décidé que la garde-robe de son fils faisait trop de peine à voir pour la laisser décrépir dans un coin. Grand malheur que de passer la barre de treize ans qui flirtait avec la puberté, voilà qui faisait grandir les enfants bien trop vite. Noah s’était rendu à l’évidence qu’il n’avait pas plus de trois tenues à sa taille, et si cela ne le préoccupait pas outre-mesure, son père avait un peu plus de lucidité. Il avait donc claqué la porte de sa voiture derrière lui, tandis qu’un dernier « Je suis sûr que Maman peut agrandir mes vêtements avec de la magie ! » tentait de se faire entendre en vain. Le chemin jusqu’aux centres commerciaux de Londres s’était fait dans un silence de mort. Noah avait ruminé sa haine du shopping, encore plus vivace pendant les week-end où il ne doutait pas que des milliers d’autres londoniens auraient eu la même formidable idée d’aller transformer des boutiques en zones à embouteillages humains. L’image d’une queue interminable devant les caisses et les cabines d’essayage avait hanté son esprit. D’ailleurs, essayer des vêtements, c’était franchement pénible. Enlever, remettre, regarder, râler, changer, défaire… Tout un tas d’actions perdues pour pas grand-chose au final, car Noah était aussi difficile pour choisir des vêtements qu’une baguette pour choisir son sorcier. Cela ne signifiait pas qu’il avait un quelconque goût vestimentaire, bien au contraire. C’était justement parce qu’il n’en avait pas qu’il n’était jamais satisfait de rien.
 
Talonnant son père, donc, il avait pénétré dans l’un de ces fours infernaux et avait saisi deux T-shirts et quelques pantalons presque au hasard, juste histoire de sortir le plus vite possible. Il venait de voir que les cabines étaient libres, ou du moins le crût-il. Il avait donc tiré assez furieusement le rideau de l’une et l’image d’un corps à moitié nu dura à peine trois secondes qu’il remettait déjà le rideau en place en manquant presque de le décrocher, tout en balbutiant un « Oups. Pardon. » pour excuse. Il s’était senti stupide à rester devant la cabine, sans savoir comment réagir, et à se repasser mentalement ce qu’il venait de voir avec un étrange sentiment de déjà vu.
 
Ce fut à ce moment-là que l’évidence le frappa. Oui, il connaissait la personne qu’il venait de surprendre, et il aurait préféré ne jamais savoir qu’un caleçon avec un dragon rose imprimé dessus faisait partie de son tiroir à sous-vêtements.
 
« C'est toi, Lloyd ? »
 
L’exclamation de surprise sortit sans qu’il ne put la retenir. Aussitôt, il se fustigea intérieurement.
 
*Mais non, fuis ! Fuuuuuuis avant qu’il ne sorte !*
 

Trop tard.
Victor LloydMolduavatar
Messages : 120

Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'était décidément pas sa journée songea Victor lorsqu'il ouvrit son armoire ce matin là, ses caleçons étaient portés disparus, sûrement encore le bac à linge sale, son père avait dû être pris de flemmingite aiguë, enfin ce n'était pas non plus complètement de la faute de son paternel non plus, il avait dû faire dû jeter ses caleçons trop petits au fur et à mesure et il devait en arriver à la constatation qu'il ne lui en restait plus beaucoup. Surtout lorsqu'il dut enfiler un horrible truc avec un dragon rose de dessiné dessus un cadeau d'un de ses camarades de dortoir qui avait eu la brillante idée de métamorphosé son caleçon pour "rire".

Victor, lui, n'avait pas du tout mais alors pas du tout ri, il n'y avait vraiment rien de drôle là-dedans, c'était juste vulgaire et insultant et... complètement nul. Bref, le jeune homme avait complètement oublié ce truc dans son armoire et il allait devoir le mettre aujourd'hui. Vraiment pas son jour de chance, cela rajouté au fait qu'il avait terminé son peau de crème anti-acné et qu'il allait devoir convaincre son père de l'emmener sur le Chemin de Traverse. Le seul point positif à cette journée, c'était l'après-midi de shopping qu'il s'était prévu, il avait d'ailleurs prévenu son père, la carte bleue allait chauffer.

Le deuxième bon point de cette journée avait été les pancakes préparés par Julia, il s'était plutôt bien habitué à la situation même s'il ne pouvait pas nier que la cohabitation avait été un peu dure au début. Mais c'était comme pour tout, au bout d'un moment, on s'y faisait et il aimait bien Taylor et Julia n'était  pas un espèce de dragon toujours sur son dos et il avait déjà eu une ou deux discussions avec elle sur la mode et avait trouvé ça vraiment cool. Il en était presque arrivé à envier Jeremy et Taylor qui avaient connu ça toute leur enfance.

Passer la journée dans les magasins, quoi de mieux pour oublier tous ses problèmes ? Sans doute rien pour Victor du moins quand on avait pas oublié qu'on portait un caleçon avec un dragon rose dessus. Il était dans une cabine d'un de ses magasins préférés lorsque la réalité le rattrapa de plein fouet puisqu'un impertinent se permit de tirer son rideau. Cela ne dura pas plus d'une minute néanmoins Victor sut que son caleçon de la honte n'était pas passé inaperçu. Et le pire fut lorsqu'il entendit la voix du garçon prononcer son nom. Il avait vraiment la poisse, il avait fallut qu'il tombe sur quelqu'un de Poudlard.

Il poussa un profond soupir, s'habilla rapidement et tira le rideau pour faire face à celui qui venait de lui donner la honte de sa vie. Il le toisa un instant essayant de mettre un nom sur son visage mais hélas sans succès. Il fallait dire qu'il n'était pas très physionomiste Victor.

"Euh... ouai, c'est moi. J'imagine qu'on se connait donc ben salut. Mais genre la prochaine fois, si tu pouvais faire attention avant d'ouvrir une cabine ce serait cool."



Kit par Ju choupie Choupi
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 230

Voir le profil de l'utilisateur
Quelques secondes suffirent pour que le rideau se tire de nouveau et que Noah ait la confirmation qu’il s’agissait bien de Victor Lloyd. Il ne sut pourquoi mais à ce moment-là, il retint son souffle. Peut-être s’attendait-il à une bonne et franche engueulade de sa part. A sa place, Noah se serait senti honteux et furieux. Alors, venant de quelqu’un comme Lloyd, il devait s’attendre à une réaction explosive.
A sa grande surprise, rien de ce genre ne vint. Son camarade de maison semblait plus agacé qu’autre chose. Il lui répondit avec un certain dédain, qui blessa autant Noah qu’il le soulagea. Pas d’engueulade à l’horizon, c’était un bon point. Lloyd lui parut toutefois particulièrement  hautain, chose qu’il n’appréciait pas beaucoup. Noah fronça légèrement les sourcils, par réflexe auto-défensif, mais il s’excusa tout de même :

« Ouais, désolé… Je pensais qu’il n’y avait personne, je voulais pas te surprendre. »

C’était  sincère, il avait parfaitement conscience de sa faute. Mais son petit amour-propre lui fit rajouter avec un soupçon de défiance :

« Et oui, on se connaît, on est à Gry… dans la même maison tous les deux. »

Il se retint à temps de lâcher le nom Gryffondor. Dans cette foule de moldus, ça n’était pas très prudent, même si personne ne pourrait savoir de quoi il s’agissait, il préférait ne pas attirer l’attention. Quoique, après réflexion, parler de « maison » devait paraître encore plus étrange…

« Je m’appelle Noah. Noah Forester. » ajouta t-il, pour faire bonne mesure.

Lloyd s’en fichait probablement, mais il le précisa tout de même, histoire de ne pas passer pour un parfait inconnu la prochaine fois. Noah ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même, il était beaucoup trop discret au sein de sa maison. Trop discret, en général, d’ailleurs. Mais c’était plus fort que lui, au-delà de toute explication logique, il était vexé que son camarade ne le reconnaisse pas, au moins de visage.

« Sympa, le dragon rose. »


Noah ne sut ce qui le poussa à dire ça, peut-être une insidieuse envie de vengeance, ou tout simplement, une tentative désespérée de faire un peu d’humour pour détendre l’atmosphère. A son humble avis, c’était un peu des deux. Et toujours à son humble avis, il aurait peut-être mieux fait de se taire.


Victor LloydMolduavatar
Messages : 120

Voir le profil de l'utilisateur
Victor examina un instant le garçon qui lui faisait face, de la tête aux pieds, il l'avait déjà vu quelque part c'était sûr mais il n'arrivait plus réellement à dire où. Sûrement à Poudlard et ils devaient aussi certainement être dans la même maison, une chose était sûr, ils n'étaient pas dans le même dortoir sinon il aurait pu lui donner un nom et même un prénom alors que là c'était le flou total. Voilà pourquoi, il était primordial de se démarquer des autres, pour être reconnu et ne pas rester un parfait inconnu quand on vous croisait dans la rue ou comme ici, dans un magasin. Et c'était ça le soucis pour le garçon qui lui faisait face, il devait certainement être renfermé sur lui-même, ce qui avait pour conséquence que Victor ne pouvait pas le reconnaître puisqu'il n'avait jamais entendu parler de lui avant. Alors oui, il l'avait déjà vu mais ce n'était pas pour autant qu'il savait qui il était.

Le jeune homme écouta à peine les excuses du garçon et fronça légèrement les sourcils lorsqu'il faillit lâcher le fait qu'il était à Gryffondor, se rattrapant au dernier moment en affirmant qu'ils étaient dans la même maison tous les deux avant de lui donner enfin son prénom et son nom de famille, chose dont ce serait bien passé Victor d'ailleurs, savoir que le gars en face de lui s'appelait Forester ne lui apportait pas grand chose de plus que s'il s'était appelé Tartenpion. Mais au moins maintenant, il pouvait mettre un prénom sur son visage. Noah.

Ouai, non, même en réfléchissant bien, il était presque sûr de n'avoir jamais entendu ce prénom dans le passé, pourtant il ne semblait pas tellement plus jeune que lui, peut-être un an de moins. Il grimaça légèrement en se rendant compte qu'ils allaient certainement se retrouver dans le même dortoir en septembre. La lettre de Poudlard qu'il avait reçu la semaine dernière n'était pas des plus joyeuses. Il avait cru pendant un instant que son père avait fait une crise cardiaque face à son bulletin de notes. Il allait devoir travailler plus dur cette année s'il voulait voir la couleur d'un billet d'argent de poche et s'il voulait pouvoir retourner faire les magasins comme il l'entendait. En bref, son père lui coupait les vivre sous réserve de bonnes notes, cette sortie était donc la dernière avant un long moment.

Victor baissa instinctivement la tête vers son pantalon lorsque Noah lança, narquois, qu'il était beau son dragon. Boudeur, il plongea ses mains dans ses poches et prit un air blessé. C'était quand même pas sa faute s'il n'avait plus de caleçons propres et puis ce n'était vraiment pas juste de s'attaquer à lui comme ça, ce n'était pas lui qui avait tiré le rideau de sa cabine en plus, c'était lui qui était venu le dérange alors qu'il ne demandait rien à personne. Il détailla alors le garçon de la tête aux pieds une nouvelle fois et un sourire moqueur fleurit sur ses lèvres.

"Sympa les tennis grises. Ah non désolé, elles sont blanches. En même temps, elles sont tellement sales qu'on voit plus leur vraie couleur."

Ce n'était pas gentil, pas gentil du tout mais d'un autre côté, l'autre l'avait cherché en évoquant son caleçon de la honte alors chacun son tour.



Kit par Ju choupie Choupi
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 230

Voir le profil de l'utilisateur
Rien ne mettait plus la patience de Noah à rude épreuve
Que de courir les boutiques un samedi après-midi.
Noyé dans une foule qui s’épanchait tel un fleuve,
Il finissait les tympans déchirés et le cerveau engourdi.
 
Il n’irait pas jusqu’à dire qu’il était agoraphobe,
Mais la sensation d’étouffer le prenait soudainement,
Et face à Victor Lloyd qui ne le regardait pas mieux qu’un microbe,
Noah commençait à perdre patience doucement.
 
Il ne sut pas vraiment pourquoi il prit mal le fait
Que Victor n’ait pas la moindre idée de qui il était.
Dans d’autres circonstances, il n’aurait eu ni chaud ni froid
Venant d’un garçon qu’il n’estimait pas de surcroît
 
Peut-être que le fait que cela soit quelqu’un de sa propre maison
Le vexait malgré tout
Mai s il préféra mettre cela sur le compte de la désagréable situation.
 
Le visage de Victor ne se détendit pas, au contraire
Et le Gryffondor ne fut pas très fier
De ses chaussures si sales qu’elles en perdaient leur couleur
Mais il n’en montra rien et laissa plutôt s’installer la rancœur.
 
« Désolé, on n’est pas tous maniaques comme toi, il répliquait.
Après, c’est vrai qu’en terme de camouflage tu t’y connais. »
 
Aux crèmes de jour, de nuit et de boutons, il faisait référence
Au gel, à la laque, aux soins pour le corps
A tous ces produits pour lesquels seules les filles avaient de la patience
Et parmi elles, il y avait Victor.
 
Ce n’était un secret pour personne
Tous les rouge et or avaient déjà assisté à au moins une de ses crises d’hystérie
Concernant une babiole, un shampoing disparu parfum anémone
Et si Noah n’y prêtait guère attention, d’autres en avaient ri
 
Certes, c’était lui le premier à avoir lancé les hostilités
Quoiqu’il ne pensait pas à mal en le faisant
Mais Victor et son petit air arrogant
Avaient le don de méchamment le narguer.
 
« Bon, je peux rentrer dans ma cabine maintenant ? »

Ajouta t-il, d’un air peu avenant.


Victor LloydMolduavatar
Messages : 120

Voir le profil de l'utilisateur
Victor croisa les bras sur sa poitrine en boudant quand Noah fit remarquer qu'il était maniaque, ce n'était même pas vrai d'abord, il était juste attaché à la propreté et au fait d'être bien habillé sans fautes de goût. Ce qui n'était clairement pas le cas du Gryffondor face à lui. Mais Victor n'avait pas envie de faire une scène au beau milieu du magasin, il prit donc sur lui pour ne pas devenir méchant.

"Oui ben je suis pas maniaque, j'aime juste être bien habillé. Et pis, je t'ai rien demandé moi, c'est toi qui m'agresse là. Mon caleçon te zut de toute façon et puis j'ai pas fini mes essayages alors va falloir que t'attende un peu."

Pfff, il se prenait pour qui ce gamin sérieusement ? Il croyait qu'il lui suffisait d'arriver et d'exiger une cabine pour l'avoir ? Non mais ça marchait pas comme ça, Victor rentra alors dans sa cabine et prit tout son temps pour se changer. Il avait encore quelques tenues à essayer et juste pour faire enrager son camarade de maison, il mit plus de temps que d'habitude, s'admirant plus que de raison. Puis lorsqu'il jugea qu'il avait assez fait attendre Noah, il se changea et sortit de la cabine.

"Voilà, j'ai fini tu peux y aller."

Il laissa alors le garçon rentrer dans la cabine et s'éloigna de quelques pas avant de se rendre compte qu'il avait oublié sa veste dans la cabine. Il retourna alors vers son point de départ et ouvrit en grand le rideau pour récupérer sa veste. Il tomba alors sur Noah en caleçon rouge à vif d'or. Le jeune homme se dépêcha de refermer le rideau, se retenant de pouffer.

"Oups, je croyais que tu avais terminé. J'ai oublié ma veste, tu peux me la rendre s'il te plait ? Et au fait, très beau caleçon."

Un sourire narquois étira alors les lèvres de Victor, chacun son tour d'avoir la honte, nan mais.



Kit par Ju choupie Choupi
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 230

Voir le profil de l'utilisateur
Noah fit appel à tout son sang-froid pour ne pas réagir aux provocations de son camarade. Il leva les yeux au ciel à sa réponse, mais ce fut beaucoup plus difficile de supporter l’attente délibérée que lui infligea Victor ensuite. Oui, parce qu’il était certain qu’il le faisait exprès, ce gueux. Il n’était pas du tout patient en temps normal, et ceci couplé à son énervement actuel aggravait les choses. Aussi fit-il une méchante tête quand Victor émergea enfin de sa cabine pour lui céder sa place. Sans un mot, il ferma le rideau derrière lui d’un geste assez brusque. Tout ça pour essayer des vêtements pris au hasard dont il n’avait pas la moindre envie.

Avec un soupir, il commença à ôter ses habits, tout en se promettant de se venger un jour, et accessoirement de faire la tronche à son père pour cette sortie qu’il n’avait jamais souhaitée. Le cours de ses pensées rancunières fut interrompu par le bruit d’un rideau qu’on tire, et ce ne fut qu’en entendant la voix narquoise de Victor qu’il comprit que c’était le sien.

Sa surprise dura un temps assez long pour des réflexes en bonne santé, Noah resta assez stupidement hébété face au Gryffondor qui lui réclamait sa veste. Il le faisait exprès ou… ? Après l’incompréhension, vint l’indignation, puis très vite, la colère.

« Mais… Mais casse-toi, Lloyd ! Va te faire voir ! »

Il ne lui passa pas sa fichue veste. C’était sûr, ça aussi, il l’avait fait exprès. Il avait prévu le coup, juste pour le surprendre en caleçon, non mais quel gamin. Fulminant, Noah remit ses vêtements en place. Tant pis pour l’essayage, il allait se contenter de chercher ailleurs. Il ne lui fallut donc pas plus de quelques secondes pour rouvrir le rideau sur Victor, et sortir en le bousculant.

Dire qu’il allait devoir le recroiser tous les jours dans la salle commune… Il y avait des gens qui, par un tour adroit de passe-passe, arrivaient à tourner des situations ridicules à leur avantage, en riant par exemple. Mais Noah et l’autodérision n’étaient pas très amis. Lui qui avait tendance à tout prendre au sérieux et dans un sens plus négatif que positif, pouvait être sûr qu’il n’oublierait jamais cette journée vraiment gênante. Rien que voir le visage de Victor le lui rappellerait.

« Tiens, maugréa t-il, en lui collant sa veste à la figure. Et surtout, oublie-moi, que je puisse en faire de même. »

Sur quoi, il sortit de la boutique, sans un regard en arrière. Il pouvait se moquer de toute façon, les vifs d’or c’était moins ridicule que des dragons roses. 


RP terminé pour Noah


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Délicatesse et discrétion, ou éléphant dans un bal de dragons roses [Victor]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The last Round of Shin Alkar[Der Richter, Rang A, Solo, Evacuation.]
» Retour aux sources ou comme s'éclypser en toute discrétion ?
» Bureau du médecin de l'aile civile de l'hôpital d'Artois
» Discretion oblige [ PV : Tellan ]
» [PM] Sucreries et discrétion • Ariel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-