AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Underwater [OS]

Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Underwater - Mika

31 août 2007

Deux yeux rieurs se posèrent sur lui, et perdirent aussitôt de leur éclat. A sa démarche, hésitante, à la façon dont elle se tordait les doigts, Théo comprit tout de suite ce qui l'attendait et il sentit sa poitrine se resserrer. Soudain, c'était comme s'il n'avait plus d'air, mais il ne parvenait à réagir. Silencieux, immobile, le Poufsouffle l'observa venir jusqu'à lui et prononcer ces mots qu'il avait tant redouté, qu'il aurait voulu effacer. Il avait envie de se boucher les oreilles et de chanter très fort, pour ne pas les entendre. Mais il resta là, les bras ballants, l'air impassible, comme si cela ne le touchait pas.

"Je suis désolée, Théo, mais je ne peux pas continuer. Je suis seule dans cette relation, je l'ai été depuis un moment."

"Mais..."

"Laisse, ce n'est pas grave. Je savais que cela finirait par arriver. Un jour tu finiras par laisser quelqu'un t'approcher, Théo, du moins je te le souhaite. Mais cette personne, cela ne sera pas moi. Je veux bâtir ma vie avec quelqu'un de...de moins..."

Moins quoi ?, s'était-il demandé, un rictus aux lèvres. Moins amer, moins apathique, moins égoïste ? Il ne le saurait jamais, Sarah s'éloignait déjà. Elle le laissait seul et désemparé, au beau milieu du couloir de sortilège, sous les regards curieux de deux Gryffondor qui passaient. Seul, après deux ans de relations, après des projets de fiançailles qui avaient ravi leurs deux familles. Merlin, comment allait-il expliquer cela à son père ? Comment allait-il se l'expliquer à lui-même ? Théo avait laissé filer la fille parfaite et il ne comprenait même pas pourquoi, comment. Pourquoi avait-il été incapable de se battre pour elle, après tout ce qu'ils avaient partagé ? Les images et les souvenirs affluaient dans son esprit. Sarah, son sourire mutin en cours alors qu'ils apprenaient encore à se connaître, la chaleur de ses lèvres la première fois qu'il l'avait embrassé, le timbre si doux de sa voix, pendant qu'ils parlaient pendant des heures, dans l'une des petites cours du château. Sarah, son sourire lumineux, son corps nu qui frémissait sous ses caresses, la première fois qu'il avaient...


Une mouette cria au-dehors et Théo se réveilla en sursaut, haletant. Il lui fallut quelques instants pour se rappeler de l'endroit où il se trouvait. Désorienté, il posa un regard confus sur le corps endormi à ses côtés, et la réalité le frappa de plein fouet. Aberystwyth. Il se trouvait à Aberystwyth, ce trou paumé moldu au prénom imprononçable dans lequel il était venu s'exiler, pour une raison pour le moins obscure. Et ce n'était pas Sarah, à ses côtés, cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas parlé à son ancienne petite-amie, d'ailleurs. Sarah... Merlin, depuis combien de temps n'avait-il pas pensé à elle ? Pourquoi revenait-elle hanter ses nuits, comme elle l'avait fait des mois durant, après leur rupture ? La gorge sèche, Théo repoussa ses couvertures et se leva, traversant la petite chambre encore impersonnelle qui était désormais la sienne. Il s'arrêta sur le palier et se tourna vers le lit, son regard se posant sur le dos de Samaël, éclairé par un rayon de lune. Théo ferma brièvement les yeux et poussa un léger soupir, avant de quitter la pièce. Une fois dans le salon, il s'approcha d'une des fenêtres et l'ouvrit, inspirant à pleins poumons l'air frais de la nuit. Il pouvait sentir l'odeur iodée de la mer, et cela l'apaisa quelque peu.

Théo ne savait pas vraiment d'où venait cette angoisse qui l'avait envahie depuis son arrivée ici. C'était la troisième nuit qu'il passait au pays de Galles, et la troisième nuit qu'il se réveillait suite à des rêves où s'entremêlaient souvenirs et scènes tirées de son imagination. Au fond, Théo avait une idée de ce qui travaillait son inconscient, mais il aurait préféré l'ignorer. Il se demandait ce qu'il faisait là, s'il était en train de commettre la plus belle bêtise de sa vie ou s'il avait raison d'avancer tête baissée, sans se poser de questions. Mais Théo n'avait jamais eu un caractère à ne pas se poser de questions, bien au contraire, il s'interrogeait constamment sur beaucoup de choses et ce trait de caractère était en train de le rattraper. Il avait beau essayer d'ignorer ses questionnements, et d'avancer sans réfléchir, ses rêves étaient là pour le lui rappeler. L'été touchait à sa fin, un superbe été qu'il avait passé aux côtés de Samaël, à s'enivrer de sa présence, sans jamais s'en lasser. Ses prévisions s'étaient révélées fausses, il semblait que son goût de l'indépendance et ses besoins de solitude disparaissaient dès qu'il s'agissait de Samaël. Il lui manquait dès qu'il était absent, au point où il en devenait nerveux, irritable, et ne s'apaisait qu'en sa présence. Dans ses conditions, Théo ne remettait pas en cause sa décision de succomber à ce que lui dictait son instinct et ses sentiments, quelques mois plus tôt. Même s'il avait attendu plus longtemps, il aurait fatalement fini par rendre les armes, tôt ou tard. Alors, que se passerait-il, s'ils venaient à être séparés ? S'il se lassait, s'il le quittait ? S'il ne parvenait à le retenir ? Il n'avait pas su retenir Sarah, pourquoi Samaël l'aimerait-il toujours, lui ? Théo n'était rien qu'un solitaire bougon et asocial, d'ailleurs, il savait qu'il agaçait Sam parfois, quand il râlait. On le trouvait souvent égocentrique, tourné sur lui-même, ne prêtant pas attention aux besoins et aux problèmes d'autrui. Ce n'était même pas volontaire, c'était sa façon d'être. Sam, lui, n'était rien de tout cela, alors il était possible que son amour à son égard finisse par s'éteindre. Il avait sa vie, Sam, ses études de médicomagie qui l'attendait, et cette famille inconnue quelque part, que lui avait fait miroiter son père biologique. Et si Théo finissait par ne plus avoir de place, dans tout ça, que se passerait-il ?

Et s'il avait été trop prompt à tout abandonner pour lui ? C'était rapide, si rapide, il s'était jeté à corps perdu dans cette relation tout en sachant pertinemment tout le mal qu'elle pouvait faire. Et si, comme avec Sarah, ses projets d'éternité disparaissaient en une fraction de seconde ? Que ferait-il, seul dans cet endroit inconnu et effrayant, loin de sa famille et de la ville où reposaient tous ses espoirs, ses ambitions ? Et si sa famille, si le monde apprenait la vérité entre temps, que lui arriverait-il ? Et tout cela pour quoi ? Était-il seulement certain d'être homosexuel ? Peut-être que ce n'était qu'une phase, une expérience adolescente. Peut-être que cela lui passerait comme c'était venu, peut-être qu'il retrouverait la même envie, le même désir qui lui brûlait les reins quand il fréquenterait certaines jeunes filles qui semblaient touchées par la grâce. Théo referma la fenêtre et posa son front brûlant sur la vitre, les yeux clos. Des images vinrent danser devant ses yeux à nouveau. Le regard rieur de Sarah... Le rire exubérant d'Olivia... La jolie brune disparut alors, remplacé par une autre brune, plus jeune, dont les yeux impertinents semblaient le mettre au défi. Théo se mordit la lèvre inférieur si fort qu'une goutte de sang perla, et s'éloigna de la fenêtre avec brusquerie, réalisant les pensées qui lui traversaient l'esprit. Réalisant la personne qui s'y était imposée, de façon si surprenante et inappropriée. Réalisant qu'il ne savait pas s'il pourrait s'intéresser à un autre homme que Samaël.

Merlin ! Que lui arrivait-il ? Théo pensait avoir clôturé le chapitre de ses préférences pour de bon. Il aimait Sam, il adorait la sensation de ses lèvres qui jouaient avec les siennes, de son corps fort et puissant qui se mouvait contre le sien. Il aimait son odeur qui lui emplissait les narines, ses mains qui se perdaient dans ses cheveux, il aimait cela... Et il l'aimait lui, vraiment, ce n'était pas une simple illusion, une passade, c'était un amour réel et vorace. Alors il ne pouvait pas imaginer le perdre un jour, jamais, car il serait alors tellement perdu que la possibilité le terrifiait. Il devait tout donner, tout investir dans cette relation, et ne pas penser à ce qui aurait pu se passer. Ne pas penser à la jeune fille de haute naissance qu'il aurait pu épouser, à la réaction réjouie de ses parents, à la fierté dans le regard de son père. Ne pas penser à son père, ne surtout pas penser à lui, cet homme qu'il aimait autant qu'il le craignait, qu'il allait décevoir. Ne pas penser au jeune garçon qu'il avait été, neuf ans plus tôt, ce petit Théo qui s'était promis de tout faire pour rétablir l'honneur de la famille, pour que plus personne ne crache sur le nom des Nott, pour rendre son père fier et heureux. Ce petit garçon, il l'avait déçu, il s'en était détourné. Ce n'était plus lui, et il était probablement trop tard pour le redevenir.

Soudain, Théo se sentit envahi d'un sentiment d'urgence, et il s'empressa de regagner la chambre. Il se sentait toujours aussi oppressé, une boule s'était formée au fond de sa gorge et ne semblait vouloir être délogée. Se glissant dans le lit à nouveau, il se rapprocha de Sam et passa un bras autour de sa taille. Il avait dû tirer son petit-ami du sommeil au passage puisque Samaël tourna vers lui un visage endormi. Son regard se fit interrogateur quand il aperçut l'air troublé et bien réveillé de Théo, qui tenta sans succès d'esquisser un sourire.

"Théo...? Ça ne va pas ?"

Théo baissa le regard, incapable de dissimuler son désarroi et tout aussi incapable de l'expliquer.

"Qu'est-ce qu'il y a ?"

"Je..."

*J'ai peur.*

"Je voudrais que tu..."

*Ne m'abandonne jamais*

"...Je voudrais un câlin", finit-il par murmurer, les joues légèrement rosies, gêné par cette requête enfantine.

Si Samaël fut surpris ou agacé de se faire réveiller à quatre heures du matin sans raison apparente, il n'en montra rien. Théo se glissa contre lui et enfouit son visage dans son cou. Il pouvait sentir son pouls qui battait à rythme régulier, son souffle dans ses cheveux, sa chaleur qui l'enveloppait. Théo se sentait comme un petit garçon dans ses bras, et se laissa bercer un moment, avant de finir par sombrer enfin dans le sommeil. Cette fois, ses rêves restèrent à l'écart. Quelques heures de répit avant la nuit prochaine...



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Underwater [OS]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [y] underwater Δ noah
» Ethan Nightingal - My head's underwater but I breathing fine
» Underwater ? Bouillie yoloesque au parc aquatique [Pv Merri]
» UNDERWATER — Palmyce.
» Underwater | Naoki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Aberystwyth,-