AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Les bêtises [Andrew & Aby]

Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
9 juillet 2007


Bon. Aby avait peut-être légèrement surestimé l'intérêt de venir assister à une conférence sur l'avenir de la presse magique. Légèrement. Le sorcier conférencier avait commencé à parler depuis à peine dix minutes qu'elle baillait déjà aux corneilles, sous le regard mi-blasé, mi-amusé de son père. William avait bien prévenu sa fille que son enthousiasme risquait d'être douché dès les premières minutes, et que les conférences étaient souvent bien moins intéressantes que ce que laissait promettre le carton d'invitation. Mais Aby avait tellement insisté pour qu'il l'emmène que William avait été obligé de céder. Aby savait pertinemment qu'il ne pouvait résister à son air de chaton et en usait donc avec parcimonie, comme une arme fatale qu'elle dégainait en cas d'urgences absolues. Comme, par exemple, en cas d'ennui en période de grandes vacances d'été. Cela faisait à peine une grosse semaine qu'elle était rentrée de Poudlard, et l'adolescente s'ennuyait déjà. Elle avait eu le temps de lire trois livres et de passer deux jours entier à rattraper tout son retard avec Elise et Roger, ce qui était très agréable. Ses deux amis lui avaient énormément manqué et c'était rassurant de constater qu'elle était toujours proche d'eux malgré le fait que leurs quotidiens soient devenus si différents. Malgré tout, ses nouveaux copains de Poudlard lui manquaient déjà et le château avec. Il s'y passait toujours quelque chose d'extraordinaire...

Aby attendait donc avec impatience l'anniversaire d'Andrew, qui promettait d'être très amusant. Elle pourrait y revoir ses copains, et ceux d'Andrew qu'elle appréciait de plus en plus. La seule ombre au tableau serait l'absence d'Ahren, mais c'était aussi la garantie d'éviter un combat de coq entre les deux garçons, qui semblaient développer une obsession légèrement étrange l'un pour l'autre. C'était du moins la théorie d'Aby, qui était bien décidée à observer leur petit manège pour en tirer ses propres conclusions, carnet en main. Oui, car Aby n'avait pas tenu bien longtemps sans carnet à elle pour y jeter toutes ses idées. Elle essayait simplement de ne plus y consigner de ragots susceptibles de pousser quelqu'un au suicide sous le Poudlard Express... Pour l'heure, elle y avait soigneusement inscrit le titre de la conférence, prit une ligne de notes, puis s'était mise à dessiner à mesure que son esprit divaguait vers d'autres horizons. Elle était en train de croquer un dragon chevauché par un courageux Gryffondor quand la porte de la salle s'ouvrit sur deux retardataires. Par automatisme, elle jeta un coup d'oeil derrière son épaule pour les identifier et sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine.

*Hein ?! Mais...c'est Andrew ! Qu'est-ce qu'il fait là ?!*

Sautillant de joie sur sa chaise, sous le regard étonné de son père, Aby se dévissa le cou pour apercevoir son camarade, accompagné par une femme qu'elle reconnut comme étant sa mère.

"Andrew ! Andrew par ici !", chuchota-t-elle en faisant de grands signes de main en sa direction.

Aby et William n'étant eux-même pas arrivés en avance, ils se trouvaient seuls sur la dernière rangée de chaises, ce qui ravit la petite Serdaigle. Elle allait pouvoir assister à toute la conférence en compagnie de son ami, et elle ne l'aurait rien qu'à lui cette fois. Pas de camarades pour squatter le compartiment, ni d'Ahren en train d'agresser Gillian en plein couloirs. Juste Andrew, elle, et...bon, leurs parents. Mais elle constata avec soulagement que la mère d'Andrew s'installait déjà à côté de son père. Se tournant vers Andrew, elle adressa un sourire resplendissant à son ami, qui venait le sauver de l'ennui.

"Qu'est-ce que tu fais là ? C'est trop génial ! Je m'ennuyais !"
Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 275

Voir le profil de l'utilisateur
Andrew maintenait que ce n'était pas de sa faute. Et il ne l'avait évidemment pas fait exprès. C'était un regrettable accident qui pouvait arriver à tout le monde, à tous les joueurs de Quidditch du monde, à tous les Andrew Dubois du monde. Il n'avait rien fait de mal. Quand il s'était levé, ce matin-là, il avait croisé son père avant qu'il ne parte au club et il lui avait demandé l'autorisation. Autorisation que Olivier lui avait donné. Et pourtant, Amanda n'était pas en colère contre lui. Ou peut-être que si et qu'il passerait une mauvaise soirée en rentrant de l'entrainement, c'était possible aussi. Quoi qu'il soit, il avait tout fait dans les règles. Il avait été un enfant modèle. Il avait lavé son bol de céréales au lieu de le laisser dans l'évier, n'avait pas laissé traîner le jus de citrouille sur le table et il avait bien rangé sa chaise. Il avait même fait son lit en remontant dans sa chambre. Amanda le lui répétait tout le temps : pas d'habits neufs pour aller jouer dehors alors il avait enfilé un vieux pantalon écorché aux genoux et un t-shirt qui ne craignait plus rien, avec le temps. Enfin, au début, il avait enfilé un t-shirt plus cool mais il était devenu trop petit, alors qu'il lui allait encore bien aux vacances de Noël. Cela lui avait fait plaisir parce qu'il avait bien envie de prendre quelques centimètres, pour dépasser le stade "gnome", comme disait Suzie. Il avait pris ses vieux gants - il fallait qu'il en rachète, ils étaient usés - et sa batte ainsi que le vieux balai de son père, qui était à lui, un peu, étant donné que c'était celui qu'il utilisait tout le temps. Il n'avait pas mis ses doigts sur les vitres en ouvrant la baie vitrée - parce que Amanda n'aimait pas les traces - et n'avait pas marché dans les tulipes ni laissé le chat de Suzie faire ses griffes sur la terrasse. En gros, il avait été très sage et respecté toutes les consignes qu'on lui répétait à longueur de journée.

Tout au fond de leur jardin - la maison de son père était entourée d'un très grand jardin - il y avait une sorte de mini-terrain de Quidditch. C'était l'exigence d'Olivier quand Amanda et lui avaient voulu devenir propriétaires : avoir un immense jardin pour pouvoir jouer au Quidditch. Cela n'avait rien des dimensions d'un vrai terrain, c'était trois fois plus petit et les anneaux étaient à deux mètres soixante du sol mais c'était suffisant pour s'entrainer au tir. Il avait déverrouillé la remise pour prendre les balles et l'avait bien refermée comme l'exigeait Olivier. Le petit terrain était protégé par des sorts pour éviter que les Cognards ne s'échappent, c'était son père qui les avait posé et qui les renouvelaient régulièrement. Enfin, d'habitude, Andrew jouait toujours sous surveillance. Mais son père était à l'entrainement et il lui avait dit oui ! Quant à Amanda, elle dormait encore il s'était levé. Et puis il faisait cela tout le temps, il n'aurait pas dû avoir de problème. Il avait libéré un Cognard - pas un Cognard professionnel des vrais matchs, qui n'étaient pas disponibles pour les particuliers, mais un Cognard amateur, qui était beaucoup moins dangereux - et avait enfourché son balai. Il s'entrainait tous les jours pour les sélections de l'équipe de Gryffondor et s'était rendu compte qu'il avait progressé depuis l'été dernier, notamment dans la manière de manier son balai. Il envoyait les Cognards à travers les anneaux et s'obligeait à n'en manquer aucun, quitte à glisser un peu de son balai pour frapper à la dernière minute. Son père lui avait dit que son souci n'était pas de viser, puisque il visait précisément, mais la force de ses coups. Il était encore un petit gabarit et s'il avait l'avantage de faire mouche presque à chaque fois, il lui manquait encore la force qui viendrait avec l'âge. Sauf que lui voulait rentrer dans l'équipe dès l'année prochaine et se forçait donc à travailler la force de ses coups. Il avait l'impression qu'il était sur le bon chemin ! En plus, son père avait promis qu'il demanderait des conseils à ses collègues et à son coach afin qu'il puisse progresser encore plus vite. Évidemment, il avait conscience que ce n'était pas forcément très juste vis à vis de ses adversaires. Premièrement, il était fils de sorcier ce qui lui permettait de s'entrainer durant l'été et en plus, il était le fils d'un joueur de Quidditch professionnel qui le conseillait et l'entrainait. Mais autant profiter de ce qu'il avait à sa disposition, non ?

Quoi qu'il en soit, rien n'aurait pu prédire ce qui allait arriver. Il était dix heures selon sa montre et sa famille était levée, il avait aperçu Susan qui prenait son petit-déjeuner sur la terrasse. Cela faisait deux heures qu'il s'entrainait avec acharnement et il commençait à fatiguer un peu. Avant de faire une pause, il décida de faire un enchainement avec les deux Cognards, les envoyant chacun au fur et à mesure dans les anneaux, sans en rater un seul des six. Il venait de réussir le cinquième et venait de frapper de toutes ses forces dans le deuxième Cognard, qu'il avait sorti de la boite vers neuf heures. Ce dernier vint heurter le cercle de l'anneau, qui se retrouva soudainement penché. Ce genre de choses ne serait jamais arrivé avec un anneau professionnel, songea Andrew en observant la pelouse abîmée au pied du but. Taper dans un anneau, cela arrivait, il en avait cassé un l'année dernière. Ce qui était beaucoup moins fréquent en revanche, c'était de voir le Cognard franchir allégrement la limite du terrain et donc les sortilèges qui étaient censés éviter ce genre d'accidents. Avec effroi, Andrew vit la balle s'éloigner vers la maison. Il poussa son balai pour essayer de le rattraper et de le renvoyer vers le terrain mais le Cognard semblait apprécier sa liberté nouvelle et filait à une vitesse impressionnante. La balle s'éleva, fonça vers la maison et... Un énorme bruit de verre brisé retentit tandis que le Cognard rentrait dans la chambre de... Oh, Merlin. Andrew venait de laisser un Cognard, le genre de balle qui cassait les mâchoires de joueurs professionnels rentrer dans la chambre de sa sœur de trois ans. Le juron qui correspondait à son état d'inquiétude actuel était bien trop vulgaire pour qu'Andrew l'énonce à voix haute. Il sauta de son balai au mépris le plus total des règles de sécurité et couru vers la maison qui avait encore les baies vitrées ouvertes. Il n'y avait personne dans le salon ni dans la cuisine alors il grimpa les escaliers quatre à quatre, jusqu'au palier du premier étage. Amanda, Susan et Grace se tenaient au bout du couloir, tandis que Amanda avait sa baguette pointée sur la porte de Grace. Toutes se tournèrent vers lui en entendant ses pas et Andrew comprit rapidement qu'il allait passer un très mauvais moment.

Le savon que lui passa Amanda fut magistral. Même sa propre mère ne l'avait jamais grondé avec tant de ferveur et il dû serrer les poings pour ne pas répliquer un tonitruant "T'es pas ma mère !" qui n'aurait fait qu'envenimer la situation. Grace était au bain quand le Cognard était rentré dans sa chambre et Amanda s'était précipitée pour réparer verrouiller la porte afin qu'il ne se balade pas dans toute la maison. Il avait fini par repartir dans le jardin et elle l'avait immobilisé d'un coup de baguette, grâce au mécanisme de sécurité intégré, pour protéger les enfants. Oui, il avait fait une bêtise en jouant sans surveillance. Oui, il savait que Grace aurait pu être blessée et que les dégâts dans sa chambre étaient graves. Mais son père lui avait donné l'autorisation et ce n'était pas sa faute si les sorts n'avaient pas fonctionné ! Le terrain n'était pas beaucoup utilisé en son absence et Olivier avait dû oublier de les renouveler quand il était revenu de Poudlard. Amanda était furieuse, sûrement parce qu'elle avait eu peur, mais quand même. Ce n'était pas sa faute ! Elle avait même menacé d'annuler son anniversaire, ce à quoi il avait répondu qu'elle n'avait pas le droit, parce qu'elle n'avait aucun droit sur lui. Oui, c'était mesquin. Amanda s'était occupé de lui depuis qu'il avait cinq ans, depuis qu'elle connaissait son père et l'avait toujours traité comme son fils, même après la naissance de ses filles. Elle ne faisait aucune différence entre les trois enfants, au point qu'elle le grondait même comme son propre fils, n'était-ce pas beau ? A ces mots, Amanda s'était redressée, toute pâle et l'avait envoyé dans sa chambre parce que tant qu'il était sous son toit, Andrew devait respecté ses règles. Et bien il ne s'était pas privé pour claquer la porte de toutes ses forces. Il avait boudé toute la matinée et avait refusé de descendre déjeuner quand Amanda l'avait appelé. Susan était venue lui dire qu'elle n'était plus fâchée à cause du Cognard mais semblait triste de ce qu'il avait dit. Alors il avait fichu sa sœur dehors et était allé prendre une douche avant de descendre, profitant du fait que ses sœurs et sa belle-mère était dans le jardin, pour essayer d’appeler sa mère et lui raconter ses malheurs. Personne n'avait répondu, sa maman et Doug ne devaient pas être là ou être dans le jardin. Il avait vraiment envie de rentrer chez sa mère, parce qu'elle ne l'aurait jamais grondé comme ça. Même ses grands-parents paternels ne répondaient pas. Personne ne l'aimait.

Il était resté dans sa chambre un long moment, à lire des bandes dessinées du Moldu fou quand il avait entendu la porte s'ouvrir. Il s'était précipité dans le couloir pour se pencher par dessus la balustrade et avait aperçu Rebbeca Edelstein dans le salon. Rebbeca était à Gryffondor comme lui, enfin, elle avait terminé Poudlard maintenant, mais il la connaissait d'avant puisque qu'elle habitait Flaquemare - elle était la fille de la diététicienne des joueurs - et jouait les baby-sitters pendant les vacances. Visiblement, Amanda devait sortir et elle était là pour lui et ses sœurs - surtout ses sœurs parce qu'il était grand, lui - comme de temps en temps. Il en était à observer Rebecca qui s'était assisse auprès de Grace pour observer les peluches qu'elle avait installé en cercle quand Amanda avait commencé à monter l'escalier. Ce n'était même pas la peine de se précipiter dans sa chambre, il croiserait forcément sa belle-mère. Andrew fit alors semblant d'observer Rebecca qui proposait à Grace de servir un thé à ses peluches.

- Andrew ?

La dinette, c'était passionnant à observer.

- Andrew Olivier Dubois, je te parle.

Vraiment passionnant.

- Tu veux vraiment être puni, jeune homme ?

A contre-cœur, Andrew releva les yeux vers Amanda.

- On sort, déclara-t-elle. Tu viens avec moi, on va passer l'après-midi ensemble. J'ai une conférence pour le travail et ensuite on ira prendre une glace pour parler.
- Pas envie.
- C'est soit ça, soit plus d'anniversaire.

Andrew darda un regard mauvais sur Amanda avant de se lever de mauvais gré. Il s'en fichait, il allait bien faire comprendre à Amanda qu'il était en colère contre elle.

- J'ai tout nettoyé dans la chambre de Gracie, au fait, déclara-t-elle tandis qu'elle lui tendait le sachet de poudre de Cheminette. On va à la salle de conférence de la Gazette du Sorcier. Tu dis simplement "Gazette du Sorcier, Chemin de Traverse."

Andrew ne réagit pas à la première assertion et se contenta de prononcer l'adresse. La dernière chose qu'il vit fut le regard attristé d'Amanda. Le monsieur de l'accueil de la Gazette lui demanda d'une voix aigre ce qu'il faisait là et il haussa les épaules en guise de réponse tandis qu'Amanda arrivait derrière lui. Le monsieur de l'accueil lui affirma alors qu'elle était en retard et que la conférence avait déjà commencée. Sa belle-mère se dépêcha de l'entrainer vers les escaliers et ils montèrent plusieurs étages avant qu'elle ne pousse une porte, le plus silencieusement possible. Une assemblée de sorciers était réunie et ils n'avaient pas l'air particulièrement emballés par les propos du maître de conférence. Andrew s'ennuyait déjà. Néanmoins, son regard fut attiré par un signe de la main et il sentit un grand sourire - le premier de la journée - naître sur ses lèvres en reconnaissant Aby. Mais qu'est-ce qu'elle faisait là ? Elle aussi était punie ? C'était un genre de réunion pour torturer les enfants désobéissants ? Laissant tomber sa belle-mère, Andrew se dirigea d'un pas preste vers son amie et s'assit à coté d'elle tandis qu'Amanda s'asseyait à coté d'un homme qui devait être Monsieur Scavo. Andrew avait le vague souvenir de l'avoir vu à la gare. Il avait l'air sévère et sérieux en tout cas. Il faisait même un peu peur.

- Je suis puni ! répondit-il à voix basse en fusillant Amanda du regard. Un Cognard m'a échappé et il est entré dans la chambre de ma petite soeur. Mais c'est pas moi qui lance les sortilèges de protection ! déclara-t-il, boudeur. Et toi ? T'es punie aussi ? Je suis aussi content de te voir, ça rend la punition chouette !

S'il avait su qu'il pourrait voir Aby, il se serait fait punir plus tôt.

- Quoi de neuf ?


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. © by anaëlle.



Avatar par Merenwen.
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Aby retint un sourire quand Andrew lui affirma être puni. Si sa mère voyait ça comme une punition, peut-être qu'elle aurait vraiment dû s'abstenir de faire les yeux de chaton à son père pour qu'il l'emmène... Enfin, c'était beaucoup moins dérangeant maintenant qu'il y avait son ami. Quant à la bêtise pour laquelle le garçon était puni, elle fit s'écarquiller les yeux d'Aby qui imagina le dangereux cognard pénétrer dans la chambre de la petite soeur... C'était extrêmement dangereux, nul doute qu'Andrew avait dû en entendre de belles. Elle hocha néanmoins la tête avec compassion face à l'injustice qui l'accablait. Il n'était jamais très agréable d'être puni pour quelque chose qui n'était pas vraiment de notre faute.

"Ta soeur va bien ?", s'enquit-elle avant d'ajouter : "Pas de chance pour la punition...même si c'est tant mieux pour moi ! Du coup ta mère ne doit pas être ravie que je sois là."

Elle glissa un petit regard amusé sur la femme qui s'était installée à côté de son père, ce dernier écoutant la conférence avec attention. Aby se demanda comment il faisait pour se concentrer sur la voix basse et monocorde du conférencier et lui adressa un regard admiratif. Son père faisait si sérieux et professionnel, les quelques fois où elle le voyait dans le cadre de son métier, elle en était toujours étonnée. A la maison, il était pourtant le premier à faire le pitre ou à jouer de son humour caustique... Ah, Aby et William, toute une histoire ! Bien sûr, toutes les petites filles adoraient leur papa, mais dans le cas des Scavo, ce lien était réellement très fort.

"Moi je suis là de mon plein gré, je me disais qu'il serait intéressant de voir une conférence sur le journalisme vu que c'est un des métiers qui me plait."

Jetant un petit coup d'oeil au conférencier, elle reporta son attention sur Andrew en haussant les épaules avec une pointe d'embarras. Il devait trouver cela étrange, qu'elle s'inflige d'assister à ce genre de chose à son âge. Son côté Serdaigle, probablement...

"Oui bon, j'ai peut-être un peu surestimé l'intérêt de la chose... Mais j'avais prévu ton arrivée pour me sauver de l'ennui, regarde !"

Aby se pencha vers son ami pour lui montrer son somptueux dessin d'un Gryffondor courageux survolant son fidèle destrier, un beau Norvégien à crête, en riant doucement. Bon, le Gryffondor ne ressemblait pas vraiment à Andrew, il était plus grand et s'apparentait plutôt aux images de Prince Charmant que l'on retrouvait dans les contes moldus, mais l'écharpe rouge et or ne laissait pas de place au doute quant à son allégeance. Aby était loin d'être une grande dessinatrice mais ses oeuvres, souvent schématiques, avaient le mérite d'être reconnaissables et parfois humoristiques. Elle jeta un coup d'oeil fier au serpent qui ondulait dans la gueule du dragon avant de relever la tête vers Andrew.

"Sinon, rien de spécial", ajouta-t-elle en chuchotant. "J'ai revu mes meilleurs copains, Elise et Roger, on a bien rigolé ! Ca fait plaisir de les retrouver, et je m'amuse à molduiser tout ce qui concerne Poudlard pour ne pas éveiller les soupçons. Tu es donc un futur joueur de foot, fils du grand gardien de but Olivier Dubois !"

Aby se mit à rire doucement en songeant qu'Andrew ferait un bon joueur de foot. Elle l'imaginait tout à fait se rouler par terre avec mauvaise foi pour obtenir un coup franc... Rajoutez Ahren comme joueur de l'équipe adverse, qui le taclerait en plein tibias, et le tableau était parfait.

"Et toi, tes vacances se passent bien, à part les cognards fous ? Qu'as-tu fais de beau ? Ton anniversaire se prépare bien ? Je dois avouer que j'ai hâte d'y être !"

Et c'était un euphémisme, songea Aby avec des étoiles dans les yeux. Elle se força à reporter son attention sur la conférence pendant quelques instants mais manqua s'assoupir. S'agitant sur sa chaise sous le regard désabusé de son père, l'adolescente ne résista pas longtemps à faire une proposition à Andrew, peu sage étant donné son statut de puni :

"Dis...on fait un jeu ?"
Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 275

Voir le profil de l'utilisateur
Andrew tourna son regard vers sa belle-mère qui avait reporté son attention vers la conférence et semblait écouter avec attention. Comment pouvait-on écouter ce genre de choses avec attention ? songea Andrew en promenant ses yeux sur l'assemblée. Il avait l'impression d'être dans un cours d'Histoire de la Magie et ce n'était pas rien ! Il se mettait toujours dans le fond de la salle pour discuter discrètement avec ses copains, faire des batailles de baguettes farceuses ou des pendus magiques ou bien même des jeux de cartes quand Gowan pensait à prendre le sien. Il avait trouvé au fur et à mesure de l'année une super technique composée de superposition de livre, de parchemins et de trousses pour se cacher du professeur Schaffer. Les cours étaient obligatoires, il était obligé d'y aller. Mais Amanda venait ici volontairement, parce qu'elle en avait envie. Et c'était sûrement l'une de choses qui le perturbait le plus. Enfin, heureusement, Aby était là. Son amie venait de lui sauver la journée ! Passer l'après-midi avec Aby était une perspective plus que réjouissante. En fait, quand on y pensait bien, Amanda venait de lui offrir une super après-midi sur un plateau d'argent. Il était obligé de rester avec Aby, c'était sa punition. Et bien s'il avait su avant, il se serait fait punir beaucoup plus par sa belle-mère ! Même en restant à la maison, son après-midi n'aurait pas été meilleure. Il aimait vraiment beaucoup Aby, elle était gentille, drôle, intelligente et toujours partante pour faire des choses supers ! En fait, quand il y réfléchissait bien, c'était l'une de ses amies préférées, avec Sasha. Donc en fait, quand on y pensait bien, Aby était sa meilleure amie. Sauf qu'il considérait Sasha comme sa meilleure amie. Donc Aby serait sa deuxième meilleure amie. Mais ça serait étrange d'avoir deux meilleures amies non ? Quoique, il avait bien deux meilleur amis, Bobby et Gowan. Mais en tant que garçon, il ne pouvait pas avoir deux meilleures amies, non ? En bon Gryffondor, Andrew décida de remettre à plus tard cette question épineuse qui nécessitait bien trop de réflexion pour son cerveau en mode estival. Les mauvaises langues - Susan, pour ne pas la citer - dirait sûrement qu'il avait arrêté de réfléchir à la fin du dernier examen.

- Oui, elle va bien ! Elle n'était pas dans la pièce. C'est juste... tout cassé.

C'était déjà cela, à ses yeux, mais sa belle-mère n'avait pas eu l'air d'apprécier le coté positif de la situation. Et honnêtement, Andrew était certain que son père n'apprécierait pas vraiment non plus ce coté positif. Qu'est-ce que les adultes pouvaient être terre-à-terre, tout de même !

- C'est ma belle-mère, corrigea machinalement Andrew quand Aby évoqua Amanda. La femme de mon père, la mère de mes demi-sœurs. Et c'est elle qui m'a trainé ici, alors elle assume ! affirma-t-il avec une mauvaise foi très pré-adolescente.

Amanda était trop jeune pour être sa mère étant donné qu'elle était encore à Poudlard quand il était né. Elle n'avait que deux ans et demi de différence avec son père, certes, mais n'avait que seize ans quand Olivier et Sarah étaient devenus parents de manière précoce, à dix-neuf ans. Son père venait juste d'être embauché par Flaquemare et cherchait absolument à faire ses preuves, ce qui n'était pas très compatible avec la parentalité. Quant à sa mère, elle venait d'ouvrir la librairie et était loin de rentrer dans ses frais. Il avait su par sa grand-mère que le jeune couple, qui était ensemble depuis sa septième année seulement, avait eu des fins de mois difficiles et c'est également ce qui avait eu raison de leur ménage, étant donné qu'ils s'étaient séparés quand Andrew n'avait que six mois. Il avait déjà entendu son père dire à un de ses amis que même s'il adorait son fils et qu'il referait cent fois la même chose s'il le fallait, avoir un enfant à dix-neuf ans n'était pas quelque chose de facile, qu'il déconseillait à tout le monde.

- C'est tellement Serdaigle ! ricana-t-il quand son amie lui avoua qu'elle était là de son plein gré. Et c'est très ressemblant ! lança-t-il à propos du dessin, dans une parodie plutôt réussie de Keller se pavanant dans les couloirs.

Il savait qu'Aby appréciait ce Pitiponk mais c'était plus fort que lui, Ahren Keller était sa bête noire. Et puis il avait été très vexé quand Aby les avait tous planté pour aller terminer le voyage de retour à Londres avec Ahren, alors qu'ils étaient tous en train de bien s'amuser dans leur compartiment. Cela lui avait gâché une partie de son voyage, de se dire qu'Aby le préférait à eux. Tomber sur Jeremy Baker avait un peu sauvé la donne, mais tout de même. Il l'avait vraiment mal pris. Et même s'il n'avait rien - et ne dirait rien parce que c'était passé depuis longtemps - ça lui restait comme un goût amer dans la bouche.

- Et c'est un compliment, quand je dis Serdaigle, ajouta-t-il en lui adressant un sourire complice. Tu sais bien que tu es ma Serdaigle préférée !

C'était vrai en plus !

- Et je sais jouer au foot, vraiment en plus ! annonça-t-il avec un rire. Je suis allé à l'école moldue. Et tout se passe bien ! J'ai pas encore revu mes copains moldus, je suis chez mon père en ce moment, à Flaquemare. Et tout est presque prêt, on a tout le matériel du moins et j'ai eu les dernières confirmations. J'ai hâte de tous vous voir !

Sans Ahren Keller pour lui accaparer ses amis, de préférence. De toute manière, il n'était pas invité. Andrew aurait préféré hurler dans la Grande Salle que les Pies de Montrose était le meilleur des clubs plutôt que d'inviter Keller dans sa maison, pour son anniversaire. Il croisa le regard de sa belle-mère qui lui intimait de se taire - la dame de devant s'était déjà retournée deux fois en soupirant ostensiblement - et se cala dans sa chaise, ses pieds battant un rythme pour s'occuper pendant qu'il énumérait toutes les fautes possibles dans un match de Quidditch - soit sept cent fautes différentes - : c'était son truc à lui quand il s'ennuyait. Il en était au coudoyage quand Aby reprit la parole, attirant immédiatement son attention.

- Avec plaisir ! chuchota-t-il, enthousiaste. On fait quoi ?

Sa grand-mère, si elle avait été là, aurait affirmé qu'il était dans l'un de ses mauvais jours, quand il devenait intenable. Mais après tout, il ne faisait rien de mal. Sa punition était de venir à la conférence, pas de l'écouter. La nuance était subtile, mais présente. Et en bon Gryffondor, il savait jouer sur les nuances d'un règlement, pour le transgresser avec des justifications. Tout un art !

- On pourrait... Inventer des vies à tous les gens qui sont là. Faire un pendu magique. Pierre, feuille, papier, ciseau. Envoyer des boulettes de papier sur les gens. Faire un morpion. Embêter les gens. Je suis tout à toi pour toute l'après-midi ! annonça-t-il en jetant un coup d’œil à sa belle-mère.


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. © by anaëlle.



Avatar par Merenwen.
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Aby jeta un coup d'oeil intéressé à la belle-mère d'Andrew, en se demandant ce que cela faisait, d'avoir une belle-mère et des demi-soeurs. De toute évidence, Amanda avait le pouvoir de punir Andrew et d'agir avec lui comme s'il était son fils, ce qui n'était pas très amusant. Aby estima donc qu'elle était très heureuse d'avoir ses deux parents encore mariés, aux petits soins avec elle, et adressa une pensée pleine de compassion pour son camarade. Avant de rire à sa remarque sur les Serdaigle, dissimulant le fait qu'elle aime s'entendre appeler sa Serdaigle préférée derrière une taquinerie :

"Vraiment ? J'aurais cru qu'il s'agissait d'Ahren ou Linnet..."

Aby apprit avec plaisir qu'Andrew avait été dans une école moldue et savait jouer au foot. Elle l'ajouta mentalement à la liste des personnes qu'elle pourrait inviter un jour lors d'un goûter avec ses copains de primaire sans que l'après-midi ne se termine par une visite des oubliator. Aby s'apprêtait à rebondir sur le sujet de l'anniversaire d'Andrew quand ce dernier capta le regard agacé d'Amanda, et s'enferma dans le silence. Décidément, ce n'était pas drôle, les belles-mères, songea-t-elle en adressant son plus adorable sourire à la sorcière de devant qui semblait exaspérée. Aby jeta un coup d'oeil à son père et constata que ce dernier était absolument passionné par les propos tenus par le conférencier. Impressionnée par le sérieux de son père, Aby tenta de l'imiter et essaya d'écouter avec un air inspiré, mais décrocha très vite. Heureusement, Andrew accepta aussitôt sa proposition de jeu et lui fit plusieurs suggestions, qu'elle salua avec enthousiasme.

"Va pour inventer des vies aux gens !", souffla Aby en jetant un coup d'oeil autour d'eux. Son regard tomba finalement sur un homme qui écoutait pensivement, les mains croisés sur son ventre, le regard sombre. Aby trouva qu'il avait l'air de quelqu'un d'important, peut-être était-ce la place qu'il occupait, en retrait et légèrement à l'écart des autres, ou cette lueur d'intelligence et de calcul au fond de son regard...

"Lui, là ! Il a au autour de cinquante ans, et il a une famille, deux enfants. Une épouse qu'il aime mais qui l'a laissé tomber, et il reste seul depuis. Deux enfants à Serpentard, famille de Serpentard ! Je parie qu'il travaille au Ministère, un poste important. Un directeur de département, même. Les mystères ! Il est chef des Langues-de-Plomb, il ne devrait pas être là aujourd'hui mais il a trouvé une excuse pour justifier sa présence, car..."

Aby se pencha un peu plus vers Andrew et murmura quelques mots à son oreille, sur un ton emprunt de mystères :

"...c'est un mardolien... Il a rendez-vous avec un journaliste à l'issue de la conférence, pour obtenir des informations confidentielles pour le prochain coup de Mardol..."

Puis elle se redressa légèrement, assez fière de son analyse. Pour un peu, elle pourrait y croire elle-même ! Le problème, c'était qu'elle était désormais dévorée par la curiosité. Avait-elle raison au sujet de cet homme ? Il y avait peu de chances, et pourtant, il lui inspirait vraiment un homme de pouvoir. Que ce soit dans son attitude ou dans son physique, il avait tout de l'animal politique... Aby mourrait d'en savoir plus, désormais, et décida qu'elle interrogerait son père à la sortie de la conférence. En attendant, elle décida de détourner son attention en poursuivant le jeu.

"A toi !", lança-t-elle à Andrew.

RP TERMINE
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Les bêtises [Andrew & Aby]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» Signature de contrat - Andrew Brunette
» Andrew Kirke (Gryffondor)
» [Février] Taeyang Andrew
» Andrew Takayama [Finie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Chemin de Traverse,-