AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 De la constructivité des vacances [Lilly]

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
24 Juillet 2007 - Ibiza

Elles n'avaient pas fermé les rideaux hier soir et le soleil tapait fort dans la petite chambre d'hôtel que Lilly et Charlotte se partageaient. C'était leur semaine de vacances annuelle, un séjour entre fille dans un coin sympa où elles pouvaient s'amuser. Cette année, cela avait été Ibiza. Elles avaient choisi la destination le soir du trente-et-un décembre, après avoir un peu bu, dans une fête et pour le plaisir de pouvoir dire qu'elles étaient allées à Ibiza, il fallait le reconnaître. L'idée leur semblait toujours bonne le lendemain, alors elles avaient fait les réservations. Après tout, il faisait beau, il faisait chaud, elles pouvaient aller à la plage - il y avait des paysages magnifiques en passant - et s'amuser. C'était bien, comme destination, finalement. Elles partaient ensemble tous les ans depuis leur sortie de Poudlard, c'était une tradition. Sans petits-copains ou autres amies, juste elles deux. Mais cette année, leurs vacances entre amies avaient pris une toute autre signification étant donné que c'était l'occasion pour elle de passer du temps en tête à tête pour recoller les morceaux. Heureusement que Charlie n'avait pas annulé, trop prise par ce qui était arrivé à Eliott. Quoi qu'il en soit, elles étaient arrivées depuis quelques jours et Charlotte ne regrettait rien. C'était des vacances sympas et elle s'efforçait de faire des efforts, ce qui portait ses fruits. Elles étaient sorti la nuit dernière et elle n'avait pas eu à penser pour agir comme avant, tout s'était fait naturellement. Cela signifiait que les choses revenaient progressivement à la normale et c'était tant mieux. Un rayon de soleil vint lui chatouiller le visage et Charlie se retourna dans son lit, fermant les yeux un peu plus fort. Elle se tourna une nouvelle fois, pour retrouver une position confortable et... manqua de tomber du lit, ce qui la réveilla brusquement. Elle avait oublié ce que ça faisait d'avoir un lit une place, songea-t-elle en se redressant sur son matelas et en passant une main dans ses cheveux blonds. Le soleil illuminait la pièce et Lilly dormait encore dans le lit voisin. Elles avaient fait la fête tard hier soir et... dormi tard, constata Charlotte en jetant un coup d’œil à son téléphone - qui n'envoyait pas de SMS à l'étranger, elle ne l'avait amené que pour le réveil - vu qu'il était treize heures. Elle posa les pieds sur le sol, s'extirpant du drap blanc, pour se diriger vers la salle de bain, afin de boire un peu. Elle avait la gorge sèche, ce qui était sûrement dû à ses consommations de la veille. Toujours pieds nus, elle revint dans la chambre pour prendre ses affaires, afin d'aller à la douche, mais croisa le regard de Lilly qu'elle avait dû réveiller en faisant couler de l'eau.

- Salut, lança-t-elle avec un sourire. Bien dormi ?

Charlie se laissa retomber sur son lit en soupirant, calant sa tête sur l'oreiller. Elle avait eu un peu de motivation en se levant, elle venait de la perdre totalement au moment où elle s'est rassis. Toute l'année, elle travaillait beaucoup, ne comptait pas ses heures et se forçait à faire plein de choses, même le samedi matin où il était rare qu'elle rate l'entrainement des Aurors. Mais dès qu'elle était en vacances, elle avait l'impression que toute sa motivation se faisait la malle et elle aurait pu passer des heures à dormir ou à bouquiner dans un endroit frais. Ici, elles dormaient le matin, allaient à la plage l'après-midi et sortaient le soir, entre filles. Rien de bien constructif, mais c'était agréable. Et si elle avait pris des coups de soleil en Angleterre, ici elle avait arrêté de brûler pour bronzer un peu et c'était un changement appréciable. Elle avait l'impression que ces vacances allaient se terminer trop vite, alors qu'elle les avaient un peu redouté avant de partir, de passer une semaine en tête à tête avec Lilly. Elle avait peur qu'il y ait des blancs entre elle, qu'elles ne savent plus quoi se dire ou que le sujet de ce qui s'était passé avec Eliott retombe sur le tapis. Mais rien de tout cela. Elles arrivaient à bavarder tranquillement et Charlotte avait pu évoquer avec Lilly tous les points que la mère de cette dernière lui avait recommandé. Elle avait même des échantillons de tissu dans sa valise pour que Lilly choisisse les nappes, ce n'était pas peu dire. Jensen aussi avait promis de régler certains détails, profitant de sa semaine en célibataire. A vrai dire, le seul point négatif à ces vacances était qu'Eliott lui manquait un petit peu. Enfin, elle le revoyait à la fin de la semaine et ils passeraient le début du mois d'Août ensemble, en Espagne même, étant donné qu'elle avait pu trouver un Portoloin de dernière minute et réserver un hôtel. Décidément, sa destination de vacances aura été unique cette année !

- Pas trop mal à la tête ? ne put-elle s'empêcher de demander, un sourire narquois aux lèvres. En programme du jour, je propose pour innover : petit-déjeuner, plage et shopping. Mettons un grain de folie dans notre quotidien !

C'était totalement constructif, bien évidemment.

- Comment ça s'est terminé, hier ? J'ai oublié de te demander. Avec le type qui ne te lâchait pas ? Quand je suis revenue, il n'était plus là.

Elle avait abandonné Lilly aux griffes d'un soupirant pour aller chercher des verres au bar et avait eut la jolie surprise de voir la place libre une fois revenue. Ils étaient bien mignons les Espagnols, mais elle avait quand même un faible pour les Anglais.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
« Très bien dormi, et toi ? » répondit Lilly d’une voix encore ensommeillée, avant d’enfoncer sa tête dans son oreiller.

Elle s’était écroulée comme une masse, hier soir – ou ce matin – lorsqu’elles étaient rentrées, et avait dormi profondément pendant plusieurs heures. Il devait être midi, peut-être plus, estima-t-elle. Et il faisait chaud, dans leur petite chambre. Trop chaud, grimaça-t-elle en dégageant sa nuque de ses cheveux blonds. C’était notamment pour ça qu’elles étaient venues. La chaleur, les plages, les soirées. Les Espagnols, avait grommelé Jensen, bien vite rassurée par sa fiancée sur ce point. Elle allait à Ibiza avec Charlotte pour passer des vacances avec elle. Ses dernières vacances en tant que Lilly Callaghan, songea-t-elle avec une pointe de stupeur. Peut-être même ses dernières vacances qu’elle passait uniquement avec sa meilleure amie, également. Enfin ! Ce n’était pas parce qu’elle serait mariée qu’elle allait devoir renoncer à ses vacances avec Charlotte, peut-être pas dans un premier temps, du moins. Parce qu’il ne fallait pas se voiler la face, elles grandissaient, étaient toutes les deux en couple, leurs petites vacances, rien que toutes les deux, en été, finiraient bien par se faire de moins en moins nombreuses. Mais elle n’avait pas envie d’y penser maintenant, aussi elle se contenta de tourner un visage encore marqué par la fatigue vers Charlotte. Prenant son courage à deux mains, elle se redressa pour s’asseoir sur son lit, étouffa un bâillement, et posa un regard un peu vide sur son amie, alors qu’elle tentait de se réveiller. Il fallait dire que cette chaleur n’aidait vraiment pas, au réveil. Elle s’étira, longuement, avant de cligner des yeux.

« Non ça va, étrangement ! Et toi ? » demanda-t-elle avec un sourire complice. « Evidemment que j’approuve ce programme ! Je trouve qu’on se renouvèle beaucoup… » plaisanta la jeune femme.

Plage, shopping. Elles répartissaient leur temps entre ces deux activités. Elles courraient les magasins, se faisaient bronzer sur la plage, se baignaient dans l’eau délicieuse, retournaient bronzer, papotaient beaucoup, lisaient des magasines stupides. Souvent, le soir, elles rentraient à l’hôtel, pour ressortir ensuite, passant la soirée entre filles. Rien de bien constructif – pas de musées, de visites culturelles – mais c’était franchement agréable, après une année passée à Londres. Et c’était encore plus agréable de constater que, même après la dispute qui les avait opposé lors de l’affaire de juin, tout semblait revenir à normal. Elles arrivaient à parler comme avant, sans qu’aucun blanc ne vienne s’installer dans la conversation, comme Lilly avait pu le redouter. Elles étaient bien, seulement elles deux. Et puis, ça faisait toujours du bien de se retrouver une semaine, à parler de tout et de n’importe quoi, exactement comme à l’époque de Poudlard. Elle l’avouait, elle avait même chanté du Voldy hier soir, d’après ses souvenirs. Une soirée très sympa, définitivement.

« Oh, bien. Il a voulu m’embrasser, je lui ai fait comprendre que je n’étais pas du tout intéressée, et il est parti. » expliqua-t-elle. « Ces Espagnols, alors… Et toi, pas d’ennuis ? » s’enquit-elle.

Juan était venu la voir peu après qu’elle soit arrivée avec Charlotte. Elle ne comprenait pas forcément ce qu’il disait – même lorsqu’il parlait anglais, parce qu’il avait un accent bien trop prononcé – mais avait saisi ses motivations premières. Il avait profité de l’absence de Charlie pour tenter de l’embrasser, et, gentiment, elle l’avait repoussé. Elle n’était pas intéressée, encore moins avec sa meilleure amie pas loin. Dépité, un peu déçu, l’Espagnol était reparti… Vers une autre blonde, assise un peu loin. Esquissant un sourire à ce souvenir, elle se leva, attrapa sa serviette de bain posée sur une chaise et ses affaires puis lança :

« J’en ai pour deux minutes ! »

Elle se dirigea vers la salle de bain, alluma l’eau de la douche, et se glissa rapidement sous le jet d’eau – froide, elle n’était pas folle. Elle se lava rapidement les cheveux, le corps, et finit par en sortir pour s’enrouler dans une grande serviette bleue. Une fois ses dents brossées, ses cheveux  séchés et coiffés, elle s’habilla rapidement, pour regagner la chambre, et se laissa retomber sur son lit.

« Je crois que je dépasse des records, niveau rapidité. » sourit-elle. C’était vrai, elle aimait bien traîner longtemps sous la douche, lorsqu’elle en avait l’occasion.


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
- Ça va ! Mais je trouve ces matelas durs, je ne sais pas pourquoi.

C'est parce que son lit était le plus confortable au monde, avec un matelas fantastique, des oreillers moelleux et des couvertures toutes douces et... Elle aurait pu y passer des heures. Quand elle avait quitté la maison de ses parents, ces derniers - qui avaient des considérations tout à fait existentielles - avait estimé qu'avoir une bonne literie était primordiale et avaient investi dedans pour son emménagement. L'avantage, c'est qu'elle dormait plus que bien. Le désavantage, c'est que tous les autres lits devenaient inconfortables à ses yeux et elle avait du mal à trouver le sommeil. Même quand elle dormait avec Eliott, elle se retournait pendant des heures avant de réussir à s'endormir. C'est pour cela qu'elle s'arrangeait - en essayant qu'il ne le remarque pas trop - pour qu'ils passent plus de nuits dans son appartement plutôt que chez lui. Enfin, ses préférences en matière de matelas n'étaient pas vraiment la priorité mais si elle avait un léger torticolis depuis qu'elles étaient arrivées. Charlotte se massa un peu la nuque tandis que Lilly se redressait, visiblement encore un peu endormie. Elle n'avait pas de potion pour détendre se muscles dans sa valise. Et pourtant Merlin savait qu'elle faisait toujours ses valises avec attention ! Elle se renseignait sur la météo et les températures et faisait toujours des listes de plusieurs pages de ce qu'il fallait emporter afin de ne rien oublier. Le contenu de sa valise était censé pouvoir parer à toutes les éventualités et elle ne manquait de rien. Sauf évidemment de potion pour son cou. Ses valises étaient toujours énormes et elle n'avait pas de quoi elle avait besoin en ce moment. Enfin, on apprenait de ses erreurs : la prochaine fois, elle prendrait de la potion. Elle avait déjà une pharmacie assez fournie, mine de rien, mais pas assez. Elle était une fille organisée et aimait ne pas être prise au dépourvu. Son père préférait le terme de "tortue" étant donné qu'il affirmait qu'elle emmenait la moitié de la maison avec elle. Quand elle était plus jeune et qu'ils partaient en vacances tous ensemble, ses affaires occupaient toujours la moitié du coffre de la voiture. Le plus problématique, c'était quand ils prenaient l'avion et que sa valise était parfois trois fois trop lourde. Elle devait alors retirer des choses qu'elle estimait pourtant indispensable à son voyage, grande spécialiste du "et si" qu'elle était, et qu'elle est toujours. Heureusement, elle avait eut un jour ses dix-sept ans et avait pu lancer des sorts l'été, notamment des sortilèges d'allégement sur ses bagages et sa vie s'était considérablement améliorée.

- J'ai presque rien bu hier soir, répondit-elle, malicieuse.

C'était vrai, uniquement deux verres, ce qui était peu par rapport à Lilly. Mais sa meilleure amie avait toujours beaucoup mieux tenu la boisson qu'elle, depuis qu'elles étaient jeunes et qu'elles avait commencé à boire. Elles avaient pris leur premier verre ensemble, à quinze ans, à la Tête de Sanglier - qui ne rechignait pas à servir des mineurs - et Charlie avait détesté le goût. En même temps, commencer par du Whisky Pur-Feu, c'était loin d'être un bon plan. La fois suivante, elle avait dix-sept ans et c'était à la soirée de fin d'année de sa sixième année où elle n'avait pas prévu de boire, comme les années précédentes. Sauf que ses amis, notamment Jensen et Lilly, l'avait poussée et poussée et poussée au point qu'elle ne se souvenait plus du tout de la soirée, s'étant réveillée le matin suivant dans son lit, encore habillée, dans le dortoir des filles de Gryffondor. Et comme elle savait qu'elle ne tenait pas l'alcool, désormais, et bien elle faisait attention et restait raisonnable. Surtout dans un pays étranger, au milieu de gens qu'elle ne connaissait pas. Et puis elle ne parlait pas un traître mot d'espagnol, seulement le français. Et quelques mots d'Irlandais, enseignés par Seamus.

- Il était vraiment lourd ! répondit-elle en riant quand Lilly lui narra ce qui s'était passé avec Juan. Et non, aucun souci de mon coté, j'ai refusé de nombreux verres mais j'ai la technique maintenant. Au début je disais que j'étais avec ma meilleure amie pour essayer de me sauver, mais c'était loin d'être efficace. Oh, tou es avec ta meilleure amie ? Ça tombe bien, jé souis avec mes amis aussi, vous pourriez venir boire oune verre avec nous, on s'amuserait bien, tous ensemble !, lança-t-elle en singeant l'accent de manière assez moyenne. Maintenant que je dis que mon copain m'attend, bien plus efficace.

Et pas vraiment faux en plus, même si Eliott était un peu loin pour le moment et ne devait sûrement pas passer ses soirées à penser à elle. Tandis que Lilly se dirigeait vers la salle de bains pour prendre une douche, Charlotte attrapa son portable sur la table de nuit. A quoi cela pouvait bien servir d'avoir un téléphone mobile si c'était pour qu'il ne fonctionne pas à l'étranger, le moment où elle en aurait le plus besoin ? Elle avait envie de lui parler, elle lui avait dit au revoir quatre jours auparavant mais quand même. Elle ne pouvait tout de même pas lui envoyer une carte postale, si ? Est-ce qu'on envoyait des cartes postales de son lieu de vacances à son petit-ami resté au pays ? Cela faisait étrange, tout de même. Et qu'est-ce qu'elle lui dirait ? "Coucou, je m'amuse bien sans toi mais tu me manques quand même, bisous, je t'aime" ? Non, c'était étrange. Et même pas sûr que la carte arrive avant qu'elle et Lilly ne reviennent en Angleterre. Son hibou était resté à Londres, Jensen avait pour tâche de s'occuper de ses animaux. Le Patronus n'atteindrait pas les côtes de l'Angleterre... Peut-être qu'elle pourrait passer un appel d'une cabine téléphonique, elle essayerait. Même si ce n'était que quelques minutes, pour entendre sa voix. Elle adressa un sourire à Lilly qui sortait de la douche et attrapa ses affaires de toilettes pour rentrer dans la salle de bains. Elle prit une douche fraiche, se lava les cheveux - ce qui prit pas mal de temps vu tous les produits qu'elle appliquait - et fut finalement de retour dans la chambre vingt minutes plus tard, guillerette.

- Et moi, j'occupe toujours la salle de bains longtemps, lança-t-elle malicieusement.

A Poudlard, elle se forçait toujours à se lever plus tôt pour pouvoir prendre plus de temps dans la salle de bains le matin. Elles étaient six dans le dortoir et elles se pressaient le matin, ce qui provoquait toujours des tensions quand l'une d'entre elles restaient trop longtemps dans la pièce. Et pourtant, Charlie adorait dormir le matin et rester dans ses draps tout chauds après que son réveil ait sonné. Cette tendance s'était accentuée ces derniers mois, car cela lui permettait aussi de pouvoir passer du temps dans les bras d'Eliott. Elle attrapa son sac et réajusta la bandoulière avant d'enfiler ses sandales blanches.

- Il est trop tard pour petit-déjeuner ici... On va grignoter des Churros de manière totalement déséquilibrée ?[/oclor] interrogea-t-elle avec un grand sourire. Au chocolat. Au chocolat et au sucre ! Avec un chocolat épais.

Voilà ce qui lui manquerait quand elle rentrerait en Angleterre. Les douceurs ibériques. Ils n'avaient pas ce genre de choses, au Royaume-Uni et même si elle aimait le porridge et le pudding, il fallait reconnaître que la nourriture était excellente en Espagne.

- Et je voudrais acheter des souvenirs pour mes parents et un petit truc pour Ali. Elle devait partir en vacances avec sa meilleure amie, mais finalement, ça ne s'est pas fait. Du coup, elle est partie en Islande avec mes parents. Ça doit être un voyage sympa mais ça manque peut-être un peu de... Soleil, termina-t-elle en riant. Et je crois que je vais m'acheter les chaussures d'hier, finalement, j'en ai trop envie. Et le sac. Bref, sortons être déraisonnables !


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
« J’approuve cette technique ! » déclara Lilly en souriant. « C’est encore mieux si ton petit-ami t’attend vraiment. » lança-t-elle en se dirigeant vers la salle de bain.

Parce que Jensen était capable d’être vraiment effrayant, quand il le voulait. Il était grand, et il avait une façon de regarder, dans ces moments là, qui ne mettait vraiment pas à l’aise. D’autant plus qu’il s’arrangeait toujours pour l’attraper par la taille pour dissuader fortement les garçons en question de rester plus longtemps. Il fallait le dire, Jensen était possessif. Pas d’une possessivité maladive, pas jaloux au possible, mais il n’aimait pas qu’on l’approche de trop près. Lorsqu’elle était plus jeune, elle était prodigieusement agacée par ça, d’ailleurs, ce qui avait provoqué plusieurs disputes entre eux. Avec le temps, tout s’était un peu calmé. Elle avait relativisé et lui aussi. Surtout parce qu’elle était à l’étranger, en réalité, et que les rares fois où ils se voyaient, ils préféraient se prêter à d’autres activités plutôt que de se disputer pour des banalités. Elle sortit de la douche et adressa un sourire à Charlie qui y entrait, avant de se laisser tomber sur son lit. Jensen avait des raisons de s’inquiéter, songea-t-elle furtivement en se remémorant sa rencontre avec Adonis Greengrass au Circée. Elle chassa rapidement cette pensée de son esprit, veillant à la tenir la plus éloignée possible. Non, il n’avait aucune raison de s’en faire. Plus maintenant. C’était du passé. Un passé honteux oui, mais ce n’était plus d’actualité. Rien ne laissait à présager qu’elle recommencerait, n’est-ce pas ? Exactement. Donc elle n’avait pas à se torturer l’esprit avec ça. Elle allait d’ailleurs arrêter. Arrêter maintenant. Fort heureusement, Charlotte sortit de la salle de bain, la tirant brusquement de ses pensées.

« Tu as toujours été longue sous la douche, de toute façon. » lança-t-elle finalement. « Harriet ne comprenait pas comment tu fais pour y passer tant de temps, alors qu’elle n’y passait que dix minutes. » se remémora-t-elle avec un sourire un peu nostalgique.

Les années à Poudlard avaient été magiques. Oh, évidemment, il y avait eu quelques petites tensions, comme la grande dispute matinale de la salle de bain dans le dortoir des filles, ou encore les petites disputes entre les amis. Mais rien de vraiment grave. L’après-guerre, à Poudlard, était un de ses meilleurs souvenirs. Quand, avec le temps, elle avait appris à redevenir insouciante. Le début de sa relation avec Jensen, ses moments avec Charlie et Harriet… Sans oublier la sixième année, la meilleure année. Pas d’examens importants, ils étaient assez grands pour faire ce qu’ils voulaient dans la limite du raisonnable… Oui, elle avait vraiment adoré. Bien évidemment, elle appréciait également sa vie « d’adulte ». Ne plus être dépendante de ses parents, pouvoir prendre des décisions par elle-même… Voilà quelque chose qui lui plaisait. Bon, il y avait les inconvénients également, comme par exemple le fait d’être responsable de toute la paperasse - franchement quelqu’un comprenait vraiment quelque chose à ces papiers ? Parce que si oui, qu’il se lève.

« Avec grand plaisir ! Gavons-nous avant de rentrer en Angleterre ! » plaisanta-t-elle

Pas qu’elle n’aimait pas les spécialités anglaises, mais il y avait mieux ailleurs. Et aussi pire, elle le reconnaissait.

« Ça doit être sympa, l’Islande ! J’aimerai bien y aller, un jour, malgré le manque de soleil. Sinon, j’ai promis à Jensen de lui acheter un truc aussi. Et de ramener une babiole à mes parents ! » Parce qu’ils n’étaient jamais allés en Espagne, et qu’ils seraient probablement ravis de savoir qu’elle avait pensé à eux – elle n’était pas une fille indigne, merci pour elle. « Elles t’allaient bien, ces chaussures en plus. Et tu te souviens des noirs ? Celles à lanières ? Je pense que je vais les acheter. Mon propre cadeau pour… Ma titularisation, voilà. Il faut bien se féliciter soi-même. Oh, et puis le haut aussi, tu sais, qu’on avait vu dans le magasin près la plage ? Celui qui est près du magasin de tes futures chaussures ? Celui là aussi, je vais le prendre. Aussi pour ma titularisation, tiens. » elle esquissa un sourire malicieux à l’égard de son amie.

Se relevant, elle attrapa son sac et tendit la main à Charlotte pour l’aider à se mettre debout.

« Sortons être déraisonnables ! » répéta-t-elle.

RP terminé.


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

De la constructivité des vacances [Lilly]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merci A Lilly,Peluche,CC, et Clémennnnnt!!!!!
» Lilly Kane
» Présentation : Lilly Jédusor [Validée]
» De la part de Laulau Ferrari pour Lilly
» Bon anniversaire Lilirose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-