AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Sous le soleil de France [Lys & Gil]

Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
15 août 2007

Gillian pencha légèrement la tête, tentant d'attraper une meilleure vue de la ville à travers la vitre de la voiture. Elle avait peu l'habitude de ce mode de transport, vu que ses deux parents étaient sorciers et se déplaçaient habituellement par cheminette, ou par transplanage, ou en dernier recours par Magicobus. Et puis la voiture, pour elle… C'était un enfer. Rester immobile, pendant de longues heures de trajet, ne pas faire trop de bruit pour ne pas déconcentrer le conducteur… Une catastrophe. Vraiment. C'était les moments où elle était bien contente d'être née sorcière.
Mais là, elle était en France, elle était avec la mère de Mams, qui lui avait proposé de l'emmener à Marseilles, alors elle n'avait pas tellement le choix. Hélène n'était pas sorcière, et refusait catégoriquement de demander à son époux de les emmener, surtout pour quelque chose qu'elle pouvait faire elle-même. Et là, pour le coup, Gillian aurait de beaucoup préféré le contraire. Enfin, Marseilles n'était pas si loin, à une petite heure de route à peine, elle pouvait amplement le supporter, n'est-ce pas?

Mais pourtant, dès qu'elles furent arrêtées, Gillian sortit comme une fusée, mettant le plus de distance entre elle et cet engin de malheur. C'était la dernière fois, la dernière, qu'elle mettait les pieds dans une voiture.
Sa grand-mère éclata de rire en la voyant, et la jeune fille se refrogna. Ce n'était pas sa faute si elle n'aimait pas, mais pas du tout, être enfermée sans pouvoir bouger!

" Arrête de faire cette tête, Gillian, ce n'est pas du tout celle qui te flatte le mieux! "

Elle n'avait pas compris tous les mots de la phrase, mais le sens global était assez clair. Et Gillian, en tant que pré-adolescente qui se respecte, se refrogna un peu plus, déclenchant un autre rire de la part de sa grand-mère.
Elle lui attrapa le bras, un léger sourire aux lèvres, et l'entraina vers le centre-ville, car, selon elle, elles avaient " beaucoup à faire".
Et en effet, elles avaient beaucoup à faire. Gillian n'avait jamais passé un après-midi aussi intense, à passer de boutiques en boutiques, à s'arrêter quelques instants à l'ombre de vieilles bâtisses pour ensuite recommencer à courir à droite et à gauche.
Gillian devait l'avouer, elle n'avait pas exactement suivi pourquoi ils étaient venus, surtout que tous les endroits où elles allaient semblaient n'avoir strictement aucun rapport  les uns avec les autres. Passer de la boucherie au magasin de vêtement, c'était quand même très étrange…
Mais Gillian ne se plaignait pas. Hélène était vraiment une merveille, drôle, parvenant à ce qu'elle ne s'ennuie pas trop en lui expliquant quantités de détails sur l'endroit où elles se trouvaient, sur l'histoire de la ville, la présentant aux connaissances qu'elle croisait… Et puis, la jeune fille appréciait le fait de partager tant de choses avec sa grand-mère, des choses que ses frères et sœurs ne partageaient pas forcément.

Néanmoins, vers cinq heures, lorsqu'Hélène émit le souhait de se rendre dans un dernier magasin, Gillian la supplia de la laisser rester dehors, sur le bord de la fontaine. Elle pourrait profiter du soleil, mettre ses pieds dans l'eau. Non, elle ne bougerait pas. Non, elle ne ferait pas de bêtises. C'était promis.
Alors Hélène la laissa courir vers la fontaine et s'assoir, fatiguée de sa journée.

Avec un sourire, la fillette plongea sa main dans l'eau, appréciant la fraîcheur du liquide. Elle laissa son regard vagabonder sur la place, entourée de petites maisons ravissantes, et bordés d'arbres qui apportaient une ombre bienvenue. Un groupe d'adultes jouaient au boules sur du sable, un peu plus loin, des gens riaient à la terrasse d'un café. Et elle n'était pas la seule à être assise sur le rebord de cette fontaine, profitant de sa fraîcheur durant cet après-midi d'été.

Une jeune fille pas loin d'elle attira son attention. Elle connaissait ces cheveux bruns, elle connaissait cette fille à la peau mate, légèrement plus âgée qu'elle…
Avec un sourire elle s'approcha, posa sa main sur son épaule:

" Lys? C'est bien toi? "

C'était bien sa camarade, Lys, en quatrième année. Elles ne se connaissaient pas tant que ça, elles avaient deux ans d'écart, pas d'amis communs, mais Gil s'en moquait. Ce n'était pas tous les jours qu'on croisait un camarade de Poudlard sur une place moldue, dans un pays étranger!

" Tu te plais en France? C'est super comme pays, n'est-ce pas? "
Lys BluesQuatrième annéeavatar
Messages : 38

Voir le profil de l'utilisateur
Lys était émerveiller,ses parents l'on vraiment surpris, se n'était pas dans leurs habitude de faire des voyage à l'improviste d'habitude il préparer le voyage un ou deux mois à l'avance. La France quelle pays merveilleux,surtout que ses parents veulent essayaient de visités toute la France en tout cas les grandes villes. Ils sont passés à Paris,Strasbourg,Nice,Toulouse et maintenant à Marseille. Lys a appris plus tard que sont père à eu une promotion et qu'il voulait en profiter un peu. 

Ce matin d'été notre collègienne et sa famille visitèrent Marseille regardant les magnifiques églises en passant par la plage et finirent par aller faire les boutique. Au bout d'un moment l'adolescente se fatigua et demanda à ses parents de l'a laisser s’asseoir près de la fontaine sur la place pendant qu'ils allaient acheter des vêtements pour sa sœur.

"-On viens dans 10 min tout au plus et on viens te cherchai après on rentre à l'hôtel. Tu ne bouge pas d'ici compris.

-Oui maman"      
 
Enfin la quatrième année s’assit à la fontaine trempant ses pieds dans l'eau fraîche Lys se trouver qu'il fessait chaud aujourd'hui. Quand d'un coup quelqu'un l'interpella. Surprise Lys se retourna et vis Gillian une de ses camarade de maison.

"-Oui c'est bien moi et toi c'est Gillian c'est  ça?"

Elles ne se connaissent que très peu mais Gillian avait l'air de s'enfichait et puis grâce à Poudlard Lys  été moins timide,en tout cas avec les plus jeunes qu'elle, avec ceux de son âge sa aller mais avec les plus vieux là on l'entends plus. Et puis Lys de voit pas souvent des sorciers quelle connaît  en dehors de Poudlard,alors quand ça arrive au temps en profiter.

"-Tu te plais en France? C'est super comme pays,n'est-ce pas?,demanda Gillian.


-Oui j'adore la France je trouve que c'est un pays magnifique. Et toi comment tu trouve la France? Tu y viens souvent moi c'est la première fois?",répondit Lys.


Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
" C'est ça! Sourit-elle lorsque la jeune fille lui demanda si son nom était bien Gillian. "

Elle devait lui avoir fait un peu peur à lui sauter dessus de cette manière, surtout qu'elles ne se connaissaient pas tellement. Elle connaissait son nom, son année, son visage… et c'était à peu près tout. Mais c'était loin d'être quelque chose qui l'arrêtait, pour être honnête. Elle était sociable, et surtout bavarde. Trop, disait souvent son frère en maugréant. Mais bon, Lys n'avait pas forcément l'air terrorisée par la gamine de douze ans, aux boucles folles, et aux yeux rieurs et légèrement fous qui venait de lui tomber dessus, alors pourquoi se restreindre?
Et puis… C'était le meilleur moyen de faire connaissance, non?
Et puis Lys avait l'air gentille, et si elle n'avait vraiment pas envie de lui parler, elle lui aurait dit. En tout cas, c'était ce que Gillian aurait fait.

Elle était bien d'accord avec elle, quand elle disait que la France était un pays magnifique. Oui, elle n'était pas forcément objective, elle le savait. Pour elle, la France, c'était le pays des vacances, le pays de l'insouciance, le pays de l'enfance, un endroit où tout le reste n'avait pas d'importance.
Le sud était magnifique, avec ses grands paysages de carte postales, Paris était magnifique avec ses grands monuments, la montagne était magnifique…
Elle était bien consciente qu'elle pourrait continuer encore longtemps, totalement déconnectée de la réalité et aveugle à tous les défauts du pays. La dernière fois que quelqu'un l'avait lancé sur le sujet, ça avait été Edward, le père de Mams, et il avait éclaté de rire à la fin de sa tirade, lui disant qu'elle pourrait parfaitement écrire une ode à la France, avec tout ce qu'elle avait à dire. Gillian n'avait pas tellement su comment le prendre, honnêtement.
C'était juste comme ça, elle était autant amoureuse de la France qu'elle trouvait l'Angleterre froide et humide, par moment. Elle ne se rappelait pas de ses premières vacances en France, elle était beaucoup trop petite. Sur la première photo d'elle qui était accrochée au mur de Mams, elle avait à peine quatre mois.

" Mes grands-parents habitent en France, donc j'y viens tous les étés… Et la France et moi, d'après ma mère, c'est une longue histoire d'amour. "

Elle n'avait pas le temps d'expliquer tous les liens familiaux étranges qui faisaient que ses grands-parents n'étaient pas techniquement ses grands-parents. C'était beaucoup trop long, beaucoup trop compliqué, et souvent les gens n'y comprenaient strictement rien. Hélène était Grand-Maman, Edward Grand-Père, et tout était beaucoup plus simple.
Elle tourna un regard curieux vers sa camarade:

" Tu as été dans quels endroits, pour le moment? Paris,  j'imagine, et puis… Tu as été dans les Alpes? C'est pas vraiment loin, et en été, c'est magnifique! "

La plupart de ses camarades passaient l'été en Angleterre, dans leur famille, et très peu partaient en France, alors elle avait peu de personne qui savaient vraiment de quoi elle parlait. Mais Lys avait l'air d'avoir passé quelques temps en France, alors elle connaissait sans doute plus de villes françaises que la plupart de ses camarades.
Lys BluesQuatrième annéeavatar
Messages : 38

Voir le profil de l'utilisateur
C'est bien Gillian qui parlait à Lys. Gillian lui sourit que notre quatrième année renvoya. Lys trouvait que Gillian a un beau sourire et de jolie yeux pétillant de joie. Et puis elle a l'air sympa.

Lys fut heureuse de parlait avec une camarade de Poudlard, dès fois elle avait l'impression que le fait qu'elle soit une sorcière était un rêve et que le lendemain elle allait se réveiller et aller dans un collège moldu. Pour la sorcière c'était une preuve du monde de la magie.  

Lys eu un petit fou rire rien de bien méchant après l'entend de l'histoire d'amour. Une fois sont rire calmer elle dit:

"-Tu y vas tous les ans France alors. Tu en as de la chance. Et je dois avouer que moi aussi je tombe amoureuse de ce pays. Il bien mieux que le notre où il pleut tous le temps ou presque."

Qu'elle chance Gillian pouvait avoir de passée chaque vacances en France. Et puis Lys été sûr qu'elle à pu voir beaucoup de ville en France,côté moldu et côté sorciers. Lys avait tellement de questions a lui posée sur la France. L'histoire d'amour entre son interlocutrice et la France la fait bien rire mais doit avouer qu'elle aussi tombée amoureuse de se pays. Notre adolescente ne voudra jamais se l'avouer mais elle était jalouse. 

"-Oui je suis déjà allée à Paris, mais pas encore au Alpes mais on devrait allés bientôt moi et ma famille. Je suis aussi allée à Strasbourg,Nice et Toulouse. Et toi tu est allée où à part Marseille? J'imagine que tu dois être allée  le côté sorcier de la France. Dis tu peux me le décrire si ça te gêne pas bien sûr. Et les Alpes aussi.",dit Lys en regardant sa camarade de maison d'un regarde interrogateur.

Lys fut émerveiller par la description de Gillian, celle du côté sorciers. Elle avait hâte de voir ses montagnes,que la jeune fille imagine fleuri avec plein de couleur.


Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
Elle haussa légèrement les épaules lorsque la jeune fille lui assura qu'elle avait de la chance de venir en France tous les étés. Elle avait de la famille aussi, ce n'était pas comme si ses parents allaient chaque année payer la location d'une petite maison, ou les frais de transports, ou quoi que ce soit. Si les parents de Mams n'habitaient pas là, Gil était pratiquement sure qu'elle n'aurait jamais mis les pieds en France avant un bout de temps. Les voyages coûtaient chers, et même s'ils n'étaient pas à plaindre, ses parents préféraient rester en Angleterre, arguant qu'il y avait énormément de sites magnifiques dans leur pays et que vouloir visiter tous les pays du monde n'avait pas grand intérêt quand on ne connaissait pas le sien.

" C'est sûr que quand on vient du Yorkshire, comme moi, le temps est légèrement meilleur, sourit-elle à la réponse de Lys. "

Et sa capacité à attraper des coups de soleil en était bien la preuve. Elle avait une peau d'anglaise, très pâle et parsemée de taches de rousseur, et une capacité impressionnante à rougir à la place de bronzer. Elle en était réduite à s'enduire de crème solaire lorsqu'elle était avec sa grand-mère, ou d'une lotion magique que sa mère lui envoyait assez régulièrement. Ce qui la rendait incapable d'attraper des coups de soleil, mais également la laissait blanche comme un cachet d'aspirine à la fin de ses vacances. Difficile après de faire comprendre à ses camarades que oui, elle était bien partie en France, dans une des régions les plus ensoleillées… Alors que cela ne se voyait absolument pas sur son visage.

Elle écouta avec attention la réponse de sa camarade. Le Paris moldu était magnifique, et Gillian avouait le préférer au Paris magique. Il fallait dire que ce dernier était immense, et qu'elle avait juste été dans les quartiers où se trouvait le Ministère de la Magie français, pour accompagner son grand-père qui avait besoin d'elle ne savait quel papier. Et… c'était surtout oppressant, pour être honnête. Elle était petite, huit ans, mais les grands bureaux l'avait rendue aussi discrète qu'une petite souris, tout autant que les airs pressés des fonctionnaires qui passaient tout autour d'eux.

" Je suis allée une fois dans le Paris magique, et pas tellement dans les quartiers touristiques. Par contre, j'ai beaucoup été dans les quartiers magiques du Sud de la France, avec mon grand-père. "

Edward les emmenaient tous les trois se ballader dans les quartiers sorciers de Marseille, de Carcassonne, de Toulouse.... Ils couraient dans les grandes rues ouvertes, sous le ciel bleu…
Le plus beau, pour Gil, était le quartier magique de Marseille. On y accédait à côté du vieux port, par une petite boutique d'antiquité magique, et on débouchait sur une immense place bordée d'arbres, au bout de laquelle on voyait briller la mer. Elle était entourée de petites boutiques diverses et variées, les gens flânaient, peu pressés, s'interpellant les uns les autres. Des rubans volaient dans les airs, accrochés par on ne savait quel sortilège, des petites cloches sonnaient aux portes des maisons, poussées par le vent.  C'était tellement calme, tellement simple, tellement différent des quartiers sorciers anglais, et d'un côté tellement… normal.
Depuis qu'elle était petite, elle répétait que si elle en avait la possibilité, elle viendrait s'installer ici, quand elle serait grande.

Elle essaya tant bien que mal de décrire tout cela à sa camarade, bougeant les mains pour lui expliquer du mieux qu'elle pouvait l'impression qu'on pouvait avoir en s'y trouvant. Le Marseille sorcier ressemblait peu au Marseille moldu, au niveau de l'architecture, mais l'atmosphère qui s'en dégageait était parfois la même. La mentalité des gens du Sud, disait son grand-père.
" Enfin, c'est magique, quoi. J'aimerais habiter ici toute l'année, si je le pouvais, mais… c'est pas tellement possible. J'apprends le français, mais je le parle pas suffisamment bien pour pouvoir parler correctement avec les gens d'ici. Vu le nombre de fois où mes amis me reprennent sur mes fautes, je ne veux même pas imaginer ce que ce serait si je devais me débrouiller toute seule! "

Elle reposa son regard bleu sur sa camarade, lui offrant un sourire.

" Tu parles une autre langue que l'anglais, toi? "

La plupart de ses camarades sorciers ne parlaient que l'anglais. Certains avaient des parents étrangers, d'autre avaient commencé à apprendre une langue à l'école moldue, avant de rentrer à Poudlard, mais ils étaient loin d'être une majorité. La plupart n'en voyait simplement pas l'intérêt, ce que Gil trouvait dommage. Elle avait beau râler lorsqu'on lui avait dit qu'elle devait apprendre le français durant ses vacances, elle était loin de le penser réellement. Elle aimait le français, elle aimait le fait de comprendre ce qu'il se passait autour d'elle, elle aimait le fait d'apprendre quelque chose dont elle voyait tout de suite l'utilité.
Elle trouvait ça dommage que la plupart ne le voit pas.
Lys BluesQuatrième annéeavatar
Messages : 38

Voir le profil de l'utilisateur
Lys rendit le sourire que Gillian lui fit en parlant du temps qui était meilleur en France qu'à Yorkshire.

Et quand Lys écouta attentivement ce que son amie (en fait pour Lys en tous cas)  lui disais sur le Paris sorciers. D'après la futur deuxième année ce Paris n'était pas si intéressant mais les quartiers sorciers du Su de la France par contre devait être magnifique.La quatrième année voyait son interlocutrice s'agiter pour lui décrire au lieux possible le Marseille sorciers, la fessant sourire. Quand Gillian finit sa description notre sorcière répondu:

"Ça doit être vraiment magnifique ce quartier de Marseille. Et puis si tu veux tu peux habiter là-bas quand tu seras plus grande,en améliorant ton français." dit la jeune collégienne avec un magnifique sourire. 

Lys se mit a réfléchir quand sa camarade de maison lui demanda si elle avait appris d'autres langues. L'adolescente parlait que quelque langues. Puis dit: 

"Je parle l'hindi c'est ma mère qui me l'a apprise pour pouvoir communiquer avec mas grands-parents maternelle. Et puis le français en primaire mais quand je suis aller à Poudlard j'ai un peu laisser le français de côté étant donnée que mes parents ne s'y connaissent pas et que n'étudie pas de langue à Poudlard j'ai arrêter. Et toi tu étudie d'autre langue ? A part le français et l'anglais bien sûr." 


La sorcière aimer bien parler avec Gillian et ne voulais pas que ses parents arrivent pour y aller. Car avec Gillian elle pouvait parler de tous et de rien elle se sentait à l'aise.


Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
" Je l'espère, répondit-elle en souriant à la jeune fille. "

Habiter Marseille, c'était un rêve, de toute manière, et cela le resterait encore longtemps. Déjà parce qu'elle ne parlait pas forcément suffisament bien la langue, même si cela pouvait s'améliorer, et ensuite parce qu'elle n'avait aucune idée de ce qu'elle voulait faire dans son futur et qu'elle n'était pas du tout sûre de pouvoir le faire dans la région. Enfin, il fallait déjà qu'elle finisse Poudlard, qu'elle passe ses ASPICs…c'était loin, tout ça. Peut-être que dans trois moins, un an, cinq ans, elle aurait décidé qu'elle ne pouvait plus supporter le pays qu'elle avait adoré toute son enfance et que partir s'enterrer dans un pays du Nord était beaucoup mieux.
On ne pouvait pas tout planifier, on ne pouvait pas toujours tout contrôler. C'était un des aspects que Gil aimait le moins, par rapport à son futur. Il y avait toujours une part d'incertitude, une part d'inconnu, qu'elle n'aimait pas du tout. Elle aimait savoir ce qui allait se passer, avoir un maximum de contrôle sur ce qui allait lui arriver. C'était sans doute stupide, mais c'était ainsi. Elle préférait avoir le contrôle, être certaine que si quelque chose tournait mal, elle serait celle à blâmer et personne d'autre.

Elle écouta avec intérêt la réponse de sa camarade. Elle s'était doutée qu'elle devait avoir des origines étrangères, plus ou moins lointaines, sans vraiment les situer, et apprit qu'elle parlait hindi, du fait de son ascendance indienne. Et qu'elle avait appris le français, comme beaucoup de petits anglais, à l'école primaire. Son école ne le proposait pas, à Sheffield, mais passer tous ses étés en France l'avait d'abord forcé à un minimum de compréhension, et elle pouvait dire sans se vanter qu'elle comprenait très bien la langue, que ce soit à l'écrit ou à l'oral. Il y avait toujours quelques mots qui la gênaient, mais elle comprenait le sens général, ce qui lui suffisait largement. C'était quand c'était son tour de parler que les choses se compliquaient.

Lys leva le point de l'absence d'apprentissage des langues, à Poudlard, qui l'avait fait abandonner le français. Elle trouvait ça stupide. Ce n'était pas parce qu'ils étaient anglais, qu'ils parlaient une langue comprise par la majorité des gens issus de pays développés, qu'ils n'avaient pas à faire l'effort d'en apprendre une autre. D'après Judy, sa tante, c'était le cas dans les écoles moldues, où les langues vivantes passaient au second plan, et c'était encore plus vrai et marquant dans le monde magique. Parce qu'ils pouvaient toujours se débrouiller avec la magie, parce que la magie, la magie.
La magie n'était pas une excuse pour être paresseux, merci bien.

" Non, je ne parle que l'anglais et le français que je comprends et baragouine plus qu'autre chose. Mes parents ne parlent qu'anglais, donc j'ai pas tellement eut de possibilité pour en apprendre d'autres. Je pense prendre étude des runes en troisième année, par contre, même si ça peut pas trop être considéré comme une langue vivante. "

Elle prenait surtout études des runes parce que c'était lié à l'histoire, et parce que cela lui permettrait, avec un peu de chance, de ne pas à passer par des traductions parfois légèrement approximatives pour avoir l'information qu'elle cherchait. Et aussi, surtout, parce que cela l'amusait, et l'intéressait. Les sujets qui l'intéressaient vraiment, à l'école, étaient rares, donc elle n'allait pas passer à côté.

" Tu t'es trouvée une amie, alors, Gillian? "

La jeune fille se retourna, offrant un grand sourire à Hélène. Elle repassa en français, essayant d'une voix légèrement hésitante, qui s'assura au fil des mots.

" Grand-Maman, c'est Lys, une fille de mon école. Elle ne parle pas français, par contre. "

Hélène pencha légèrement la tête, saluant la jeune fille en face d'elle, lui adressant quelques mots en anglais. Des mots usuels, de bienvenue, de "est-ce que tu te plais en France?", de questions banales.
Après quelques minutes, elle se tourna vers Gil:

" On va devoir rentrer, Gil. Lys, ce fut un plaisir. "

Gil hocha la tête, avant de se tourner vers sa camarade, un sourire aux lèvres:

" On se voit à Poudlard? "

Et tandis qu'elles faisait le chemin pour retourner au village, Gil essaya de trouver la probabilité de croiser quelqu'un de Poudlard, sur une place inconnue, dans un pays étranger. Elles ne devaient pas être très hautes, bizarrement.

Fin pour Gil
Lys BluesQuatrième annéeavatar
Messages : 38

Voir le profil de l'utilisateur
Lys découvrit que Gillian ne parler pas très bien le français et qu'elle n'étudier  pas d'autres langues ce que la 4 ème année trouva dommage. Mais elle se dit aussi qu'elle aura le temps d'apprendre plus tard si elle voulait. La deuxième année lui dit alors qu'elle voudrait étudiai les rune en 3 ème année.

"Oui l'étude de rune est une bonne matière  je trouve.

Puis arriva une dame qui devait être  sa grand-mère. Lys les laissa se parler en français. Puis sa  grand mère de Gillian lui demanda si elle se plaisait en France. Ce qu'elle répondu a l'affirmative.  Et elle répondu a ses questions.

Puis Gillian et sa grand-mère devaient partir. Elle leur dit au revoir  tous en disant a Gillian qu'elles se reverraient a Poudlard dans la salle commune.

Puis Lys entendit ses parents l'appelait elle se retourna au moments où ses parents et sa sœur. Sa lui demanda ce qu'elle a fait elle lui raconta sa rencontre avec une camarade de Poudlard. Sa sœur ce mis alors à lui reposer des questions a propos de la magie.Arriver à l'hôtel Lys réfléchie et ce dit qu'elle avait de la chance de trouver une autre sorcière qu'elle connaissait un peu dans un autre pays. Mais ce fut au si la preuve qu'elle était sorcière ce qui la rendu heureuse pendant le reste de ses vacances.

                                               FIN DU RP


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Sous le soleil de France [Lys & Gil]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Sous le soleil de la plaine...
» Sous le soleil (PV Akuzu Mia)
» Rendez-vous sous le soleil (PV Lrya)
» [TERMINÉ] Sous le sunlight des tropiques ♫ [Alex]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-