AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Trouble is a friend [Samaël & Théo]

Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
14 septembre 2007

Lorsque la porte de la colocation s'ouvrit sur le visage de Samaël, Théo laissa échapper un soupir de soulagement et s'autorisa même un sourire. Il n'avait pas la force d'affronter Aaron ou Juliet ce soir, ne serait-ce que le temps d'échanger deux banalités. Le jeune homme avait passé une bonne partie de la journée assis sur la plage, le visage fermé et l'oeil fixé sur l'horizon, partagé entre moments de réflexion frénétique, de panique intense ou de sombre mélancolie. A l'issue de la journée, Théo ne tenait plus en place, incapable d'y voir clair et de trouver une solution à ses problèmes. Il savait qu'il n'aurait pas de réponse à la lettre décousue qu'il avait envoyé au milieu de la nuit à Artémis avant un moment, et quand bien même elle arriverait, sa soeur n'aurait pas de solution miracle à lui proposer. Il l'avait surtout écrit pour pouvoir exprimer son affolement du moment. Restait la possibilité de discuter avec Juliet, mais Théo avec l'impression étrange qu'il n'allait pas aimer ce que la jeune fille lui proposerait. En vraie Gryffondor, Juliet n'avait pas peur d'affronter vents et marrées pour obtenir ce qu'elle voulait, comme en témoignaient les débuts de sa relation avec Jeremy. Mais Théo se sentait tout simplement incapable d'en faire de même pour l'instant. C'était bien simple : il n'y arriverait pas, voilà tout. Dans ces conditions, il ne lui restait qu'une chose à faire, une chose qui l'effrayait au-delà des mots, mais qui lui paraissait toujours plus surmontable que celle de rompre ses fiançailles, à savoir mettre Samaël au courant. Voilà pourquoi Théo se trouvait devant sa porte en début de soirée, le visage défait et la mise froissée, quelques grains de sable toujours collés sur son visage.

La vue de son amant, encore ignorant de la situation, accrut le malaise latent qui ne le quittait pas depuis la veille. Comment Sam allait-il le prendre ? Certainement pas bien, c'était certain... Théo espérait simplement réussir à lui faire comprendre que ces fiançailles n'étaient pas de son fait, qu'il les avait subi sans les voir venir ni les vouloir. Et si ce n'était pas le cas ? S'il ne comprenait pas et n'acceptait pas, que ferait-il ? Mieux valait ne pas y penser... Théo passa une main sur son visage aux traits tirés, avant de poser un regard emprunt d'appréhension sur Samaël.

"Bonsoir Sam, comment vas-tu ? Désolé de passer à l'improviste mais il fallait que je te voie... On peut parler un moment ?"

Comme Sam acquiesçait, Théo le suivit à l'intérieur, jusque dans sa chambre qu'il ne put s'empêcher de détailler. Il n'était pas venu ici très souvent, puisque les deux amoureux préféraient généralement se voir chez Théo qui vivait seul. Dans un état second, Théo ne s'attarda pas sur l'examen des lieux et se laissa tomber sur la chaise de Samaël, tournant vers lui un visage blafard.

"Je me suis mis dans une situation impossible...", avoua-t-il avant de détourner le regard, honteux. Sa gorge était nouée et il se sentait incapable de dire un mot de plus, refusant de lire la déception sur son visage...



Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël, la tête dans son livre de potions avancées, essayait tant bien que mal de trouver les réponses au sujet tordu que son maître de stage lui avait donné. Pour l'instant il n'avait fait qu'observer les gestes de son mentor en prenant des notes. Détaillant chacun de ses gestes, de ses mots, de ses sortilèges, des potions qu'il utilisait pour soigner tel ou tel maladie. Et Sam aimait cet univers, c'était certes compliqué, il fallait travailler dur mais il était motivé plus que jamais à réussir, il savait que c'était ça qu'il voulait faire pour le reste de sa vie. Malgré cela, le médicomage Hellsoft était un très bon maître de stage et il était heureux d'être tombé sur lui et pas sur Hamburg qui paraissait-il aimait beaucoup faire craquer ses stagiaires en les rabaissant continuellement.

En plus, d'un maître de stage sympathique, il avait eu la chance de tomber sur une bonne tutrice. Alicia Jones qui venait juste d'être titularisée. Ils avaient un peu discuté ensemble et Sam l'avait trouvé très gentille, elle lui avait prêté ses cours pour l'aider lui avait-elle dit mais il était hors de question qu'il recopie les travaux de la jeune femme. Néanmoins rien ne l'empêchait de s'inspirer même si les maîtres de stage ne devaient pas donner les mêmes sujets à leurs étudiants et surtout pas les mêmes d'une année sur l'autre. Donc finalement, il allait devoir se débrouiller avec ses livres et les données que lui fournissait les cours d'Alicia. Ce qui n'était pas plus mal d'ailleurs car ça le forçait à réfléchir par lui même.

Et même si cela l'obligeait à travailler un vendredi soir alors qu'il aurait très bien pu sortir pour profiter des joies de la vie universitaire comme semblait l'avoir fait Juliet et Aaron, quoique Juliet était peut-être partie retrouver Jeremy pour une soirée en amoureux. Bref, cela ne le regardait pas vraiment en réalité, lui même avait déjà beaucoup de travail et s'il voulait pouvoir passer son samedi avec Théo, il fallait qu'il travaille le vendredi soir pour compenser. Il s'arrachait donc les cheveux sur les origines, les germes provoquant la Dragoncelle et le remède qui pouvait guérir la maladie, il devait également faire une description clinique de la maladie, c'est-à-dire les symptômes dû aux germes contaminants. Quelques heures de travail en perspective.

Cependant il fut tiré de ses studieuses recherches par quelques coups portés à la porte, pendant un instant il pria pour que Juliet ou Aaron aille ouvrir avant de se rappeler qu'ils n'étaient pas là. Il lâcha donc sa plume à regret et se dirigea vers l'entrée pour ouvrir à la personne qui visiblement souhaitait rendre visite à l'un d'entre eux. Dire qu'il fut surpris lorsqu'il ouvrit la porte sur Théo aurait été un euphémisme, son petit-ami était bien la dernière personne qu'il s'attendait à voir devant chez lui. Sam était pourtant certain qu'ils avaient convenu d'une rencontre pour le lendemain, enfin le fait de voir son amant devant lui ne le dérangeait pas, bien au contraire.

Un léger sourire étira ses lèvres alors qu'il se remettait de sa surprise et se décala légèrement pour laisser entrer Théo. Néanmoins son sourire se fana légèrement lorsqu'il remarqua les traits tirés du jeune homme et lorsqu'il annonça l'air grave qu'il voulait lui parler. L'estomac de Samaël se noua, se demandant de quoi son petit-ami voulait lui parler. Des théories plus folles les unes que les autres se bousculèrent dans son esprit alors qu'il hochait la tête et conviait Théo à entrer dans sa chambre. Il examina quelques instant la pièce, rougissant légèrement devant le désordre apparent. S'il avait su que son amant viendrait il aurait rangé, il savait à quel point il était maniaque et il s'efforçait toujours de faire en sorte de présenter une chambre propre et sans chaussettes qui traînent. Même si la plupart du temps, ils se retrouvaient plutôt chez Théo.

Il regarda son petit-ami s'asseoir sur sa chaise de bureau et s'attendit à une petite réflexion narquoise sur l'état de sa chambre mais le jeune homme ne semblait pas dans son état normal, il ne semblait même pas voir réellement ce qui l'entourait, ce qui inquiéta encore un peu plus Sam. Il essaya alors encore une fois de deviner de quoi il voulait lui parler, il sentit son estomac se retourner alors qu'il pensait au fait que Théo voulait peut-être mettre fin à leur relation. Peut-être avait-il réalisé qu'il ne l'aimait pas ou du moins pas comme ça ou alors qu'il ne voulait pas sacrifier la plupart de ses rêves d'enfance pour lui, peut-être avait-il réalisé qu'il ne pouvait pas seulement se contenter de l'amour que Sam avait à lui offrir. Il baissa légèrement le regard, le cœur battant, attendant que Théo ne prenne la parole.

Une mine soucieuse se dessina sur son visage alors que son petit-ami détournait le regard en avouant qu'il s'était mis dans une situation délicate. Sam s'empêcha de soupirer de soulagement, pendant un instant il avait vraiment cru qu'il allait lui annoncer leur séparation. Le jeune homme se rapprocha alors de Théo et lui saisit la main avant de lui faire un sourire encourageant pour qu'il continue à parler et lui assurer de son soutien.

"Théo, je suis sûr que c'est moins terrible que ce que tu crois. Raconte moi tout et je suis sûr qu'on trouvera un moyen de résoudre ta situation impossible."




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque la main de Samaël se faufila dans la sienne, Théo sentit une écrasante sensation de culpabilité l'envahir, encore accentué par le sourire et les paroles d'encouragement de son petit-ami. S'il savait...s'il savait, il ne se montrerait probablement pas aussi compréhensif, c'était certain. Comment Théo réagirait-il si les situations étaient inversées ? Probablement très mal. Le jeune homme avait beau être quelqu'un de froid et d'indifférent, si l'on se basait sur le jugement que certaines personnes telles que sa soeur ou Cécilya avaient pu faire de lui, il n'en restait pas moins extrêmement possessif lorsqu'il s'agissait de Samaël. Il lui suffisait de se rappeler de la jalousie dévorante qui l'avait envahi lorsque Samaël et Zacharias s'étaient croisés sur le Chemin de Traverse pour s'en convaincre... Alors si quelqu'un s'amusait à le fiancer, Théo n'osait même pas imaginer ce qu'il ressentirait. Il fallait dire que c'était un sentiment tout à fait nouveau, pour lui, la jalousie. A l'époque de Sarah ou d'Olivia, Théo n'avait jamais rien éprouvé de tel, et s'il râlait lorsque quelqu'un s'approchait d'un peu trop près d'elles, c'était surtout pour la forme, pour l'honneur. Les choses étaient bien différentes avec Samaël... Il n'avait pas le droit d'imposer une telle situation au jeune homme, qui en avait déjà tant supporté pour lui. Il n'en avait pas le droit, et pourtant Théo ne voyait pas d'alternative. 

Théo se releva pour faire face à Samaël, et remarqua qu'il tremblait un peu sur ses jambes. La fatigue d'une nuit sans sommeil conjuguée au stress et au fait qu'il n'avait rien avalé depuis la veille, probablement. Poussant un profond soupir, Théo s'appuya contre le jeune homme et glissa sa main libre derrière sa nuque, avant de presser paresseusement ses lèvres contre les siennes. Théo resta une longue minute blotti contre Samaël, les yeux clos, savourant la sensation familière de son corps contre le sien, de son odeur qui emplissait ses narines. Et si c'était la dernière fois ? Une peur insidieuse s'inséra en lui à l'idée que Samaël allait peut-être le quitter, dans quelques instants, que tout serait bientôt fini et qu'il se retrouverait seul avec ses fiançailles factices. Non ! Il ne pouvait l'accepter. Il allait tout faire pour arranger la situation, qui n'était peut-être pas si terrible que cela, au fond, peut-être que Sam avait raison...  Conscient qu'il était en train de se voiler la face avec un optimisme qu'il était loin de ressentir, Théo se détacha à contre-coeur de Samaël.

"Je ne suis pas sur que tu diras toujours ça quand tu seras au courant", répondit-il du bout des lèvres. "Je t'aime, Sam. Comme je n'ai jamais aimé personne."

Cette déclaration avait l'air désespérée dans sa bouche, comme une supplique : celle de le croire. Une boule d'angoisse dans la gorge, le jeune homme tira Samaël jusqu'à son lit et s'assit à côté de lui, avant de vriller son regard dans le sien. Un silence pesant s'instaura entre eux, tandis que Théo trouvait le meilleur moyen d'annoncer la nouvelle. Finalement, plus oppressé encore par l'attente que par la peur de la réaction de Samaël, Théo finit par laisser s'échapper les mots qui lui brûlaient les lèvres, d'un coup, comme un pansement que l'on arrache.

"Ma mère essaie de me marier de force", lâcha-t-il d'un ton brusque, avant d'ajouter d'une voix pressée : "Elle a déjà réussi à me fiancer de force. Hier soir. Rosaleen Lestrange. Je...je... avant de dire quoi que ce soit, laisse moi t'expliquer."

Alors Théo continua à parler, à toute allure, dans le désordre, comme s'il avait peur que tout s'écroule si Sam réagissait avant qu'il ait terminé. Il raconta tout, depuis son béguin adolescent sur Rosaleen et ses anciens projets de mariage à la sortie de Poudlard jusqu'aux fiançailles de la veille, en passant par ses relations brinquebalante avec sa mère, les signes qu'il n'avait pas su lire, son incompréhension face à la situation, tout y passa. Sauf sa lettre nocturne à Artémis, qu'il garda pour lui, sans trop savoir pourquoi.

"Alors, voilà, j'étais là, à ce repas, et je me sentais pris au piège. Je ne me pouvais décemment pas dire non sans donner de raison valable alors tout y est passé, les études, l'argent, l'envie d'apprendre à se connaître mais je crois que Rosaleen était partante, elle... Je ne me voyais pas non plus dire la vérité aux Rosier, je ne les connais pas et je ne leur fais absolument pas confiance à propos de ce genre de choses. Alors j'ai pensé... J'ai pensé "calme-toi, ne panique pas, maintiens les apparences pour ce soir et tu trouveras une solution plus tard". Commencer par parler à Rosaleen et trouver une excuse avec elle, peut-être. C'est une fille bien, elle serait compréhensive, je pense, et je ne veux pas la mener en bateau. Elle mérite mieux qu'un mariage arrangé avec quelqu'un qui ne l'aime pas et ne l'aimera jamais de cette façon là..."

Théo baissa la tête sur ses mains, la mine grave, avant d'ajouter :

"Mais le père de Rose est mort ce matin, à Azkaban. Je ne peux pas lui parler maintenant."

Le coeur lourd, Théo redressa la tête pour poser sur Samaël un regard craintif. Qu'allait-il penser de lui ? 


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël sentit l'inquiétude le gagner un peu plus lorsque Théo leva pour lui faire face, il remarqua le léger tremblement de ses jambes, le soupir las qu'il lâcha et le fait qu'il s'appuie sur lui pour ne pas tomber. Sam passa une main autour de sa taille pour le maintenir contre lui, pour lui rendre la tâche plus facile, pour parer l'éventuelle chute que pourrait avoir son petit-ami. Ce dernier glissa une main derrière sa nuque et posa ses lèvres sur les siennes. Le jeune homme lui rendit son étreinte mais il avait la sensation que ce baiser avait un goût de désespoir comme si c'était le dernier, comme s'il allait tenir pour la dernière fois Théo dans ses bras et cette sensation ne lui plaisait pas du tout, néanmoins il ne fit aucune remarque et garda Théo tout prêt de lui, savourant l'instant avant que son amant ne se détache de lui et ne murmure qu'il n'était pas certain de son soutien une fois qu'il serait au courant de la situation. Pourtant, il se sentait prêt à faire beaucoup de chose pour Théo.

Il sentit sa gorge se serrer alors que son petit-ami lui annonçait qu'il l'aimait comme il n'avait jamais aimé personne avant. Tout cela sonnait trop comme la phrase que l'on annonçait avant d'annoncer une séparation. L'angoisse lui enserrait la gorge et l'estomac, il se sentait nauséeux et espérait que la situation de Théo n'était pas si désespérée que le laissait sous entendre sa déclaration d'amour.

"Moi aussi je t'aime Théo comme personne avant toi."

Sa voix laissait cependant entendre l'incompréhension qu'il ressentait, il ne comprenait pas où Théo voulait en venir, il ne comprenait pas la fébrilité apparente de son amant, ni la culpabilité qui semblait le ronger de l'intérieur. Il se laissa entraîner sur son lit et attendit que son petit-ami prenne la parole. Imaginant des théories plus folles les unes que les autres, laissant ainsi un silence pensant s'installer entre eux. Théo avait peut-être tué quelqu'un, peut-être que c'était ça qu'il essayait de lui dire et peut-être qu'il était recherché par les autorités, ce qui expliquait sa déclaration désespérée. Ce qui pourrait expliquer sa fébrilité, ce qui pourrait expliquer la fatigue visible sur son visage. Si c'était le cas, ce dont il doutait quand même, il soutiendrait Théo du mieux qu'il pourrait, essayant quand même de comprendre pourquoi il avait fait une telle chose mais il resterait à ses côtés parce qu'ils étaient un couple et que Théo aurait besoin de son amour en prison.

Il en était là de ses spéculations lorsque son petit-ami lâcha brusquement que sa mère voulait le marier de force. Samaël eut un hoquet de surprise et il regarda Théo avec des yeux ronds tandis qu'il continuait son explication. Fiancé, son petit-ami était fiancé. Bordel de Troll, de force en plus. Il sentit son cœur se serrer quand il entendit le nom de la fille qui était censée épouser son Théo. Rosaleen Lestrange, le béguin adolescent de Théo, une très jolie fille, qui avait toutes les qualités appréciables d'un bon parti, en plus il lui semblait qu'ils étaient amis. Oui la mère de Théo avait bien choisi, même trop bien, ça aurait été une situation parfaite si lui même ne s'était pas rajouté à l'équation.

Samaël se racla la gorge, comment était-il censé réagir ? Devait-il applaudir ou pleurer sur son sort ? Il ne savait pas trop et il était un peu perdu. Il fallait qu'il réfléchisse, il avait besoin d'air. Il se leva alors de son lit en détournant le regard, il ne pouvait pas soutenir le regard craintif, presque suppliant de Théo.

"Je... j'ai besoin de... Tu veux une bièraubeurre ?"

Il quitta sa chambre pour rejoindre la cuisine, il ouvrit le frigidaire pour prendre deux bièraubeurres et réfléchit un instant, peut-être pourrait-il en profiter pour faire un truc à manger en même temps, ça lui permettrait de mettre tout ça au clair dans son esprit, non ce n'était clairement pas la solution, il n'allait pas laisser Théo tout seul dans sa chambre. Ce n'était pas correct, il se saisit néanmoins de la pizza qui se trouvait dans le Freezer et l'enleva de sa boîte en carton, la posa sur une plaque et la plaça dans le four. Pendant l'opération, il avait plus ou moins réfléchit à ce qu'il devait faire et ne pas faire.

Certes Théo était fiancé de force, tout était dans le de force d'ailleurs, il n'avait pas voulu cette situation, il voulait mettre fin à tout ça et il comprenait que Théo n'ait pas voulu avouer son homosexualité dans ses conditions, il disait vouloir parler à la-dite fiancée d'abord ce qui était compréhensible, le père de cette dernière étant mort le matin même la discussion était compromise. bon c'était pas de chance. Théo avait été honnête avec lui, il ne lui avait pas caché la situation et visiblement il ne voulait pas de se mariage non plus. Mais ce qui l'inquiétait c'était que Rosaleen, celle choisie pour devenir la future madame Nott, ne semblait pas contre ce mariage. C'était un point plus dérangeant déjà, mais Théo lui avait assuré qu'il l'aimait, il le lui avait encore redit juste avant l'annonce de cette bombe.

Il poussa un profond soupir avant de se saisir de ses boissons et de retourner dans sa chambre où l'attendait Théo, il lui adressa un léger sourire tremblant avant de se réinstaller à ses côtés en lui tendant une bouteille. Il savait que s'était à lui de parler, à lui de dire ce qu'il pensait de tout ça, de donner son opinion sur la situation, annoncer ce qu'il comptait faire. Il but une gorgée de bièraubeurre et posa un instant son regard sur ses livres avant de porter son attention sur Théo.

"Je... Je ne sais pas ce que tu attends de moi Théo. Si tu me dis que tu ne veux pas de ce mariage, je te crois. Quand tu dis que tu m'aimes, je te crois. Je t'ai promis de te soutenir quoiqu'il arrive, je n'ai pas menti. Si tu as besoin de moi je serais là pour toi."

Il adressa un sourire timide à Théo, attendant sa réaction, il ne voulait pas le perdre et si le prix à payer pour avoir son petit-ami à ses côtés était des fiançailles de quelques jours, le temps que Théo trouve une solution à son problème, trouve une solution pour rompre ses fiançailles sans avoir besoin d'avouer son secret, si sa fiancée était aussi compréhensive qu'il le disait alors, il était prêt à accepter le fait que son petit-ami doive jouer un rôle un certain temps. Il ne fallait pas non plus que la situation dure trop longtemps et pas question qu'ils se marient.

"Cependant, je dois te prévenir que je n'aime pas trop partager, il esquissa un léger sourire. Je refuse que tu te maries avec cette fille. Et j'aimerais que ça ne dure pas trop longtemps non plus. Enfin fait de ton mieux. Je t'aime Théo et je ne veux pas te perdre parce que ta mère a décidé qu'elle allait te marier."

Samaël se saisit de la main de son petit-ami et lui sourit timidement. Dans quoi était-il en train de s'embarquer ?




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Samaël s'éloigna de lui en évitant son regard, Théo sentit quelque chose de lourd tomber dans sa poitrine. Il garda le silence et baissa la tête, la gorge serrée, sans répondre à la question de Sam qui était probablement plus attiré par l'idée de fuir la pièce que par le besoin de se désaltérer. Merlin, qu'avait-il fait ? Et si c'était trop à encaisser pour Sam, cette fois, et qu'il le quittait ? Cette hypothèse, qui lui paraissait peu probable quelques minutes auparavant, lui semblait bien plus crédible maintenant que Samaël était parti sans un mot, le laissant seul avec ses craintes. Soudain, l'idée qu'il aurait peut-être rompu avec le jeune homme qui avait constitué tout son univers ces derniers mois lorsqu'il quitterait la colocation s'imposa à lui avec force, balayant tout l'optimisme dont il avait pu faire preuve. La boule dans sa gorge se fit plus grosse, son coeur se tordit avec violence et il sentit ses yeux piquer. Aussitôt, Théo se mit sur ses pieds et prit quelques profondes inspirations pour se calmer et faire refluer les larmes qui menaçaient de dévaler ses joues. Il ne pleurait pas, jamais. Il était un homme, il était un Nott, et il ne pleurait pas. Il s'était promis de ne plus montrer un tel signe de faiblesse après cette fois dans les cachots, le jour où il avait pris la mesure de ses sentiments pour Samaël, et il s'y tiendrait. Théo ne voulait pas que le jeune homme le voit comme cela... 

Quand Samaël finit par revenir, deux biéraubeurres en main, Théo s'était recomposé un visage et s'était rassis à sa place. Une vague de soulagement le submergea lorsque Sam lui adressa un sourire, maigre et timide, certes, mais un sourire tout de même. On ne souriait pas à quelqu'un que l'on s'apprêtait à quitter, n'est-ce pas ? Imitant Sam, Théo porta nerveusement la biéraubeurre à ses lèvres et en but une longue rasade. Son estomac fit un drôle de gargouillis et il se rappela qu'il n'avait rien mangé depuis vingt-quatre heures. Pourtant, contrairement à son estomac qui protestait, Théo ne ressentait pas vraiment la faim. Le stress le paralysait trop pour qu'il s'inquiète de quelque chose d'aussi trivial que la nourriture... Théo étant gourmand par nature, cela en disait long sur son état du moment. Heureusement, une partie de la tension et de l'appréhension qui l'habitaient s'envolèrent avec les paroles de Sam. Soulagé au-delà des mots, Théo lui rendit son sourire et caressa du pouce ses doigts qui étaient venu serrer les siens.

"Tu ne me perdras pas", promit-il avec force. "Je n'attends rien de toi, je ne pouvais simplement pas te cacher ça. Je veux juste que tu sois là."

Et il était là, contrairement à ce qu'il avait pu penser, Sam était là pour lui et ne s'en irait pas de sitôt. Fort de cette certitude, Théo se détendit légèrement, la situation lui paraissait tout d'un coup moins désespérée.

"Je te promets que je ne l'épouserai pas, ce n'est pas envisageable, pas une seule seconde. Je ne veux pas d'une vie alibi, je n'imposerai cela à aucun de nous trois. Alors... Je pense que je vais attendre quelques temps que le choc de la mort de son père soit passé puis je lui parlerai et nous tenterons de trouver une excuse pour annuler le mariage." 

Voilà, il avait un plan, songea Théo en fermant brièvement les yeux. Ils allaient s'en sortir, il leur suffirait d'être encore un peu patient. Ils commençaient à avoir l'habitude...

"Merci, Sam, pour ta confiance et ton soutien", souffla-t-il avant de jeter un coup d'oeil désolé au bureau recouvert de livres et de feuilles de son petit-ami. "Je t'ai interrompu en plein travail, désolé, je vais te laisser."



Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Le pouce qui caressait doucement ses doigts lui tirèrent un léger frisson alors que Théo affirmait qu'il ne le perdrait pas. Samaël ne demandait qu'à croire son petit-ami, il ne voulait pas le perdre mais la machine infernale semblait néanmoins lancée. Combien de temps, Théo ferait-il tenir la supercherie ? Combien de temps supporterait-il de partager son amant avec une autre que lui ? Il hocha silencieusement la tête alors que Théo déclarait qu'il allait attendre un peu que la peine de sa "fiancée" soit passée. C'était une belle attention mais d'un autre côté lorsque l'on perdait un membre de sa famille, la peine ne disparaissait jamais totalement, la douleur restait toujours présente, certes pas aussi vive que dans les débuts mais elle était toujours là.

Un souvenir, une photo, un sourire, un lieu, une situation, tout pouvait déclencher un pic de tristesse. Parfois même, il suffisait juste d'être légèrement mélancolique pour que l'absence de la personne se fasse encore plus présente qu'elle ne l'était habituellement. Il espérait que Théo avait conscience de cela, qu'il n'attendait pas trop longtemps avant d'avouer les sentiments qu'il possédait. Il espérait également que son petit-ami ne souffrirait pas trop de la situation. Il avait devant lui un jeune homme perdu, désemparé à mille lieu du Théo qu'il avait toujours connu, celui qui était toujours si sûr de lui, celui qui semblait savoir ce qu'il faisait. Sam ne pouvait décemment pas abandonner Théo dans cet état.

"Tu ne me déranges pas, au contraire. Le travail attendra, ce n'est pas urgent de toute façon."  

Il esquissa un léger sourire à l'attention de son petit-ami, maintenant qu'il était là, il n'allait pas le laisser repartir comme ça, même si il semblait plus serein, il voyait bien que Théo avait encore besoin d'être rassuré et il ne voulait pas le laisser repartir, pas tout de suite, pas tant qu'il ne serait pas pleinement convaincu que Sam ne lui en voulait pas et qu'il comprenait ou du moins qu'il essayait de comprendre la situation dans laquelle il avait été entraîné bien malgré lui. Il serra un peu plus la main de Théo dans la sienne avant que le four ne sonne pour annoncer que la pizza était prête. Il posa furtivement ses lèvres sur celles de son amant avant de se lever.

"Je reviens."

Il lança un dernier regard à Théo avant de disparaître dans la cuisine, il arrêta le four et sortit la pizza brûlante qu'il plaça sur une grande assiette, il allait utiliser un sort d'attraction pour prendre deux verres, des couverts et deux assiettes quand il se rappela que les appareils électro-ménagers et la magie n'étaient pas compatibles, il lança un regard meurtrier en direction de la télévision et de l'ordinateur d'Aaron avant de pousser un soupir et de se diriger vers les placards et tiroirs contenant tout ce qu'il cherchait. Il plaça le tout sur un plateau et retourna dans chambre, il referma la porte du pied et installa le plateau sur le lit, entre Théo et lui.

"J'espère que tu as faim. Désolé, j'ai pas eu le temps de préparer un truc mieux et euh... j'espère que ça va aller quand même."

Sam rougit légèrement avant de poser son regard sur son amant, il était heureux qu'il soit venu lui parler, qu'il ne l'ait pas laisser devant le fait accompli, qu'il ait été franc avec lui. Et il était désolé de n'avoir qu'une pizza à lui offrir, il se rattraperait la prochaine fois.




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
La proposition de Théo de laisser son petit-ami travailler n'avait été motivée que par la politesse, car il n'avait en réalité aucune envie de s'en aller. Il avait été très heureux d'emménager seul et de se retrouver en tête-à-tête avec lui-même dans son petit appartement, mais il ressentait les choses bien différemment ce soir. L'idée de se retrouver face à ses pensées et à ses peurs n'avaient rien d'agréable, et il avait dans l'esprit de se coucher exceptionnellement tôt. Cela ne lui aurait pas fait de mal, de toute façon... Mais Samaël le retint, pour le plus grand plaisir de Théo qui ne put retenir un soupir de soulagement. Maintenant que les choses s'étaient quelque peu arrangé, il ressentait toute la tension accumulée depuis la veille disparaître et une grande fatigue l'envahir. 

"D'accord", répondit-il simplement. Il était conscient que les études de médicomagie étaient exigeantes et que ce n'était pas très sérieux de détourner Samaël de son travail, alors qu'il avait réussi à puiser en lui la motivation d'étudier un vendredi, mais il tenait vraiment à l'avoir à lui ce soir. Un silence paisible s'abattit entre eux, avant qu'un bruit étrange ne se fasse entendre que Samaël ne sorte à nouveau, non sans l'avoir embrassé. C'était probablement un des étranges engins moldus qui peuplaient cette maison qui venait de se manifester. Cette fois, Théo n'était pas inquiet et il se contenta de prendre ses quartiers dans le lit de Samaël, s'installant confortablement contre son oreiller avant de pousser un soupir d'aise et de siroter sa biéraubeurre. Il aurait pu s'endormir quasiment instantanément si Samaël n'était pas revenu avec quelque chose d'encore plus attrayant qu'une bonne nuit de sommeil, à savoir une pizza à l'air proprement délicieuse. L'estomac de Théo se fit à nouveau entendre et il laissa échapper un rire, avant de poser de grands yeux affamés sur la pizza fumante. 

"Tu es le meilleur petit-ami du monde", s'exclama Théo pour toute réponse, avant d'attraper des couverts sans plus de cérémonie. Il découpa des parts avec application en s'assurant qu'elles soient bien de taille égale. Après tout, ce n'était pas parce qu'ils étaient entre eux, que la situation était désespérée et que Théo était sur le point de faire une crise d’hypoglycémie qu'il ne fallait pas se tenir ! D'ailleurs, Théo trouvait étrange le concept de manger au lit, d'autant plus qu'ils avaient visiblement la maison pour eux. Ce n'était pas quelque chose que l'on aurait vu faire chez les Nott. A part un bol de thé au miel préparé par leur elfe lorsqu'il était malade, quand il était petit, Théo n'avait jamais pris son repas dans son lit. Cela dit, Samaël s'était toujours encombré de moins de manières que lui - l'inverse eut été difficile - et il fit donc l'effort de ne pas râler, d'une part parce qu'il n'était pas en position de le faire ce soir, et d'autre part parce qu'il était incroyablement bien installé. Alors il se contenta d'attraper une part et de la dévorer sans plus attendre, fermant les yeux pour savourer la pizza fondante et délicieuse. Il n'y avait pas à dire, la nourriture italienne, c'était quand même autre chose. Quelques souvenirs de leur voyage à Venise lui revinrent furtivement en mémoire, et il jeta un regard malicieux à son amant. 

"C'est très bon, mais je tuerais pour une pizza comme celles qu'on a mangé en Italie... J'ai vraiment de la chance de t'avoir, Sam, comment as-tu deviné que je mourrais de faim ? Bon, il faut dire que je n'ai rien pu avaler depuis hier... Mon estomac était noué mais je crois que ça va mieux."
 
Théo reposa sa part sur son assiette et se pencha par-dessus le plateau pour capturer les lèvres de Sam. Il avait un bon goût de pizza, songea-t-il avec amusement, glissant une main dans ses cheveux. Un frisson le parcourut alors qu'il prenait la mesure de ce qu'il aurait pu perdre, de ce qu'il pouvait encore perdre. Son angoisse menaça de revenir et il la repoussa fermement, avant d'approfondir le baiser. Ce type de pensée n'avait rien de constructif, et de toute façon, Sam et lui n'avaient rien à craindre. Leur couple était bien trop solide pour être ébranlé par des fiançailles d'apparat, Sam le lui prouvait jour après jour...

Théo mit fin au baiser et regagna sa place contre l'oreiller, les yeux brillants. La pizza lui faisait encore de l'oeil, et il reprit sa dégustation. Finalement, ce concept de repas au lit n'avait pas que des inconvénients...


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël esquissa un léger sourire amusé alors que Théo annonçait qu'il était le meilleur petit-ami du monde, honnêtement il en doutait. Il était très facile de trouver mieux que lui, il en était certain. Il posa un regard affectueux sur le jeune homme face à lui qui s'empressait de découper la pizza qu'il avait apporté. Il avait pris l'habitude manger dans sa chambre certain soir afin de pouvoir travailler en même temps et à aucun moment il ne lui était venu à l'esprit que son petit-ami aurait peut-être préféré manger sur une table. Mais il n'avait pas voulu faire déplacer Théo qui semblait bien installé et puis c'était un meuble multi-usage après tout un lit.

Il attrapa une assiette et se saisit d'une part de pizza, il ne s'était pas rendu compte qu'il avait faim également, il s'était juste dit que l'angoisse que Théo s'était infligé avait dû le creuser et en avait conclu qu'l allait sûrement avoir faim, il n'avait tellement pensé à lui sur ce coup là, enfin un peu quand même parce que la pizza était un aliment qui avait l'avantage de pouvoir être mangé à plusieurs. Il esquissa un nouveau sourire alors que Théo lâchait qu'il aurait tout donné pour manger à nouveau une vraie pizza italienne. Sam, lui, aurait tout donné pour repartir là-bas, avoir à nouveau Théo pour lui tout seul, sans la peur de se faire prendre, pouvoir l'embrasser et lui tenir la main en pleine rue. Ne pas avoir peur du regard des autres et loin de ce mariage arrangé, de tous ces problèmes qui leur tombaient dessus. Il hocha la tête pour montrer son accord.

"Je ne sais pas l'intuition, le stress quand il retombe provoque différents phénomènes, la faim généralement ou alors, tu as les nerfs qui lâchent, tu n'as pas envie de pleurer par hasard ? Et le sommeil. Alors j'ai supposé que tu aurais faim ou sommeil ou les deux ou je sais pas mais du coup j'ai mis une pizza à chauffer."

Et il avait eu raison, sauf pour les nerfs, visiblement Théo n'avait pas du tout envie de pleurer, surtout lorsqu'il sentit les lèvres de son petit-ami sur les siennes. Un léger frisson de désir le parcourut alors que Théo passait sa main dans ses cheveux et approfondissait le baiser. Il ferma les yeux pour savourer encore plus l'étreinte, s’imprégnant de l'odeur et du goût de son amant, qui avait un léger goût de pizza d'ailleurs, pas désagréable du tout soit dit en passant. Sam laissa échapper un grognement de frustration alors que Théo se reculait pour terminer sa part de pizza, il avait ouvert un nouvel appétit en lui et le lit lui semblait tout à coup très approprié, beaucoup plus qu'une table en tout cas.

Il ôta alors le plateau qui contenait les deux assiettes et le restant de pizza, ce serait pour plus tard, au cas où ils auraient encore faim après... Et s'approcha de Théo pour se saisir de ses lèvres tentatrices, il se serra un peu plus contre le jeune homme et passa une main sous sa chemise et l'autre sur sa nuque et approfondit le baiser. Quand il mit fin à l'étreinte, il plongea son regard dans celui de son amant et attendit son accord avant de continuer quoique ce soit, il ne voulait pas mettre mal à l'aise son petit-ami, surtout pas après ce qu'il venait de se passer et ce n'était peut-être pas le moment approprié pour penser à ça, peut-être que Théo n'avait pas la tête à ça tout simplement et Sam ne voulait pas l'obliger à quoique ce soit, préférant lui laisser le choix sur la suite de leur soirée.




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Tout à sa dégustation, Théo marmonna une protestation lorsque Samaël écarta le plateau et les assiettes, éloignant par la même occasion son délicieux repas. Son grognement de frustration mourut dès qu'il sentit les lèvres de Sam sur les siennes, et il en oublia bien vite son estomac à moitié satisfait. De toute évidence, le jeune homme avait une toute autre idée en tête qui n'était pas pour déplaire à Théo, en dépit de ses émotions récentes. En réalité, il se sentait tellement soulagé d'avoir Sam auprès de lui malgré ses désastreuses fiançailles de la veille qu'il ne voulait qu'une chose, se sentir proche de lui, et oublier tout le reste. Théo répondit à son étreinte avec ferveur, frissonnant sous ses caresses, et fut légèrement étonné que Samaël s'interrompe. Il avisa ses yeux interrogateurs et se sentit étrangement ému par ce regard, qui semblait le questionner en silence. Théo lui rendit un sourire timide, touché par la prévenance du jeune homme malgré tout ce qu'il lui imposait, même si elle n'était pas vraiment nécessaire, en l'occurrence. Théo songea brièvement qu'il ne méritait pas Sam, mais ne laissa plus la culpabilité l'atteindre pour ce soir. Tout ce qu'il voulait, c'était profiter de cette douce sensation de chaleur qui l'enveloppait au contact de Sam. Il était ici à sa place.

Voulant détendre quelque peu l'atmosphère et briser les tensions entre eux, Théo fit mine de refuser les avances de Samaël, un sourire malicieux aux lèvres.

"Hum... Tu as raison, j'ai sommeil", lâcha-t-il alors avant de s'enfoncer confortablement dans l'oreiller et de s'étendre paresseusement, les yeux clos. "Je crois que je vais dormir, maintenant..."

Rouvrant aussitôt les paupières, il glissa son bras dans le dos du jeune homme pour l'attirer à nouveau contre lui, l'invitant du regard à perdre toutes réserves. La sensation des baisers de Sam était bien trop agréable et réconfortante pour qu'il la sacrifie pour une bonne nuit de sommeil.

"Ou peut-être pas", souffla-t-il alors avant de faire courir ses lèvres au creux de son cou. Remontant la bouche jusqu'à son oreille, il lui murmura quelques mots indécents, tandis que ses doigts courraient sous ses vêtements. Puis il cessa définitivement de parler, toute son attention tournée vers le jeune homme dans ses bras. Le reste du monde venait de disparaître, son simulacre de mariage, sa manipulatrice de mère, sa charmante fiancée, tout ce qui n'était pas Samaël n'avait plus aucun intérêt à ses yeux. Et pour la première fois depuis qu'il avait prononcé ces mots terribles et forcés la veille, Théo se sentait enfin parfaitement bien, parfaitement heureux et à sa place. Parce qu'il savait qu'il avait le soutien de Sam, quoi qu'il arrive, et parce que Sam savait à quel point il l'aimait...

Du moins, il le croyait.


A suivre...


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Trouble is a friend [Samaël & Théo]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Aberystwyth,-