AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Goodbye my lover [Théo & Samaël]

Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
1er octobre 2007

Samaël ouvrit légèrement les paupières avant de tourner la tête vers son réveil, l'esprit encore un peu embrumé par le sommeil, il s'étira de tout son long et bailla à s'en démettre la mâchoire. Il s'était couché tard la veille, il avait regardé une série avec Aaron et Juliet, la suite des 4400 qui visiblement passait tous les vendredis soirs. Il avait passé un excellent moment avec ses colocataires, puis il avait travaillé très tard pour terminer un rapport qu'il devait rendre. Il était vraiment heureux de s'être installé avec eux, pour l'instant tout semblait parfait. Sa relation avec Théo, malgré les problèmes qu'ils avaient rencontré, était stable, ils avaient réussi à trouver un équilibre et Sam n'avait aucune raison de douter de la sincérité de son petit ami.

Just a perfect day
drink sangria in a park
and then later
when it gets dark we go home
Just a perfect day
feed animals in the zoo
and then later a movie, too
and then home

Il s'étira une dernière fois et se leva pour aller ouvrir ses volets, un magnifique soleil brillait, la journée s'annonçait magnifique en tout point de vu. Il devait retrouver Théo, ce qui expliquait le fait qu'il s'était couché plus tard la veille pour terminer son dossier sur les maladies infantiles sorcières. Un léger sourire s'étira sur ses lèvres à la pensée de retrouver très bientôt son petit-ami. Il imagina les activités qu'ils pourraient faire ensemble, il avait très envie d'aller faire un tour sur la plage, profiter du beau temps, de la mer et du bon air frais. Il ne doutait pas que l'un comme l'autre en aurait besoin pour se remettre des longues semaines qu'ils venaient de passer. Son travail en tant qu'apprenti médicomage lui plaisait plus qu'il n'aurait jamais pu le penser et les cours à l'université s'étaient révélés plus intéressant qu'il ne l'avait d'abord imaginé. Rien ne semblait donc pouvoir entacher cette journée parfaite.

Oh its such a perfect day
I'm glad I spend it with you
Oh such a perfect day you just keep me hanging on
you just keep me hanging on

Le jeune homme se rendit dans la salle de bain pour prendre une douche rapide qui s'avéra plus longue que ce qu'il avait prévu. Samaël s'était littéralement perdu dans ses pensées, se souvenant des souvenirs qu'il s'était crée avec Théo au fil des années, de la première fois qu'il l'avait croisé dans le dortoir, de l'amitié qui les avait unie en sept ans d'internat, puis l'amitié s'était transformée petit à petit en amour. Un amour hésitant au début, un peu incertain, ni l'un ni l'autre ne sachant comment agir pour ne pas brusquer ou blesser l'autre. Sam avait beaucoup évolué au cours de ses années et il le devait à toute les personnes qui l'entourait et Théo en particulier, son amant qui le rendait meilleur, qui le transformait, il était tout autre avec lui, tellement plus confiant, plus sûr de lui, moins peureux. Il aimait s'oublier en sa présence, oublier son passé pour ne penser qu'à eux et à leurs souvenirs ensemble.

Il y avait eu le voyage en Italie, moment hors du temps, moment de perfection qu'il aimait se rappeler comme le plus beau souvenir de sa vie. Théo parfaitement heureux et détendu, à des années lumières du Théo qui s'était présenté chez lui complètement perdu pour lui annoncer qu'il était fiancé. Une situation pas encore réglée mais il faisait confiance à son petit-ami, il lui avait promis qu'il réglerait rapidement cette histoire et il espérait que lorsqu'il irait le voir aujourd'hui Théo lui annonce enfin la bonne nouvelle, car malheureusement, Rosaleen semblait vouloir s'accrocher à son petit-ami. Mais il ne devait plus penser à ça, il devait être positif et penser à la merveilleuse journée qui l'attendait.  

Just a perfect day
problems are left to know
Week enders all night long
it's such fun
Just a perfect day
you make me forget myself
I thought I was someone else
someone good

Samaël sortit de la douche et se prépara lentement, encore un léger sourire aux lèvres lorsqu'il descendit pour rejoindre la cuisine. Il n'y avait personne dans la pièce commune peut-être étaient-ils déjà tous partis ou alors dormaient-ils encore. Il se prépara son déjeuner sans se préoccuper plus que ça des activités de ses colocataires. Il commençait à avaler sa première cuillerée de céréales lorsque le hibou de la gazette lui apporta le journal et il crut qu'il allait s'étouffer lorsqu'il lut les titres. Son coeur s'arrêta de battre un instant et toute couleur quitta le visage du jeune homme. C'était impossible, il devait y avoir erreur. D'une impulsion Sam se leva de sa chaise et se précipita vers la sortie, il devait absolument voir Théo, c'était urgent, il y avait forcément une erreur. Il frappa contre la porte de l'appartement et attendit que ce dernier ne lui ouvre pour entrer. Il le salua à peine, se contentant de jeter le journal qu'il avait emporté avec lui sur la table de son petit-ami.

"Tu m'expliques ?"

Le visage du jeune homme s'était fermé, prenant un air profondément blessé alors que la Gazette du Sorcier annonçait entre ses pages l'événement de l'année "Théo Nott et Rosaleen Lestrange annoncent leurs fiançailles" avec une immense photo des deux heureux fiancés s'embrassant amoureusement. Sam pensait réellement à une erreur et espérait que Théo serait capable de le démentir mais l'air sur le visage de son amant ne lui donnait pas raison et ça faisait encore plus mal, il avait l'impression d'avoir été trahi. Son cœur lui faisait si mal et Samaël se savait incapable de partager ainsi Théo, c'était plus fort que lui. Cette image de Théo embrassant Rosaleen était plus qu'il ne pouvait supporter. Il fallait qu'il fasse le choix que Théo n'était visiblement pas prêt à faire, il fallait récolter ce qu'ils avaient semé sans s'en rendre compte.  

You're going to reap just what you sow
You're going to reap just what you sow
You're going to reap just what you sow
You're going to reap just what you sow




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
C'était un rêve, ou plutôt un cauchemar. Il avait perdu quelque chose, et il cherchait, et il fouillait, et il appelait, désespérément, sans relâche, mais on ne peut trouver quelque chose que l'on a oublié, n'est-ce pas ? Puis un monstre terrifiant le poursuivait et il tentait de courir, mais ses jambes étaient lourdes, si lourdes qu'il faisait du sur-place. Puis le monstre disparaissait, Théo cessait de courir, il cessait de chercher, et il ne restait plus que du vide autour de lui, du vide à l'intérieur de lui. Il s'était perdu.

You are the hole in my head
You are the space in my bed
You are the silence in between
What I thought and what I said
You are the nighttime fear
You are the morning when it's clear
When it's over, you're the start
You're my head and you're my heart

Le klaxon d'une voiture se fit entendre dans la rue et réveilla Théo en sursaut. Le jeune homme mit quelques secondes à identifier les lieux malgré la lumière abondante qui s'engouffrait dans sa chambre. Désorienté, il réalisa qu'il s'était empêtré dans ses couvertures pendant la nuit et il se tortilla en tous sens avant de parvenir à se mettre ses pieds, légèrement tremblant. Un mal de tête lui vrillait le crâne et il poussa un grognement avant de tirer les rideaux à la hâte, désireux d'échapper aux rayons ardents du soleil.

No light, no light
In your bright blue eyes
I never knew daylight could be so violent
A revelation in the light of day
You can't choose what stays and what fades away
And I'd do anything to make you stay
No light, no light
Tell me what you want me to say

Théo se dirigea péniblement vers la salle de bain, se débarrassa de sa robe de fiançailles qu'il n'avait même pas eu la force d'enlever la veille, abandonna le tissu coûteux à même le sol et se plaça sous le jet brûlant de la douche. Les images de la veille lui revinrent en flash et il sentit son estomac se contracter douloureusement. Les visages des invités, souriants, approbateurs, surexcités... Merlin, il aurait tout donné pour les oublier. Tout donné pour oublier cette immense mascarade à laquelle il s'était prêté, et surtout, surtout, le goût de Rosaleen, de ses lèvres sur les siennes. Comment un baiser si insignifiant, si vide de sens, pouvait-il à ce point bouleverser son existence ? Parce qu'il savait qu'il n'aurait jamais dû laisser cela se produire. Jamais. Et maintenant, il était trop tard. Merlin, il fallait qu'il arrange cela...
 

To the crowd I was crying out and
In your place there were a thousand other faces
I was disappearing in plain sight
Heaven help me, I need to make it right

Samaël allait l'apprendre, c'était certain, il fallait simplement que Théo soit celui qui le lui dise. Son erreur passerait peut-être mieux s'il avait l'occasion de lui expliquer comment il s'était senti piégé, à quel point il regrettait, mais surtout à quel point cela n'avait rien signifié pour lui d'embrasser Rosaleen. Oui, peut-être qu'il avait une chance de s'en sortir, une petite chance, et il devait la tenter. Voilà pourquoi Théo ne prit pas la peine de prendre de petit déjeuner, il s'habilla en hâte et se précipita dans le salon avant de s'immobiliser, perplexe. Qu'allait-il dire, qu'allait-il faire ? La situation ne ferait qu'empirer, il en était certain, car Sam attendait plus. Il voulait plus, et Théo ne faisait que tester les limites de sa patience et de sa compréhension. Sam supportait à peine les fiançailles et voilà qu'elles étaient publiques, et voilà qu'il y avait eu un baiser... Il allait probablement lui demander d'y mettre fin, maintenant, et pas seulement aux fiançailles, non, au secret lui-même.

You want a revelation
You want to get "right"
But it's a conversation
I just can't have tonight
You want a revelation
Some kind of resolution
You want a revelation

Quelques coups frappés à la porte de son appartement le firent sursauter une seconde fois. Les nœuds dans son estomac se multiplièrent et il se dirigea vers la porte le cœur au bord des lèvres, persuadé de trouver Samaël de l'autre côté du battant. A raison... Son amorce de sourire disparut aussitôt lorsque le jeune homme pénétra chez lui entra sans même un regard, avant de jeter quelque chose sur la table à manger. Une peur insidieuse s'insinua en Théo et ses yeux s'agrandirent légèrement. Théo ne sut pas exactement ce qui déclencha en lui la certitude que son monde était en train de s'écrouler. Il y avait le visage fermé de Samaël, le ton sec de ses propos, bien sûr mais surtout... Surtout, il y avait ce regard sombre, trahi, ce regard dans lequel ne luisait plus cette lueur qu'il lui avait toujours connu à son égard. Théo ne voyait plus d'amour dans les beaux yeux bleus de Samaël, il ne voyait plus que de la résignation.

No light, no light
In your bright blue eyes
I never knew daylight could be so violent
A revelation in the light of day
You can't choose what stays and what fades away
And I'd do anything to make you stay
No light, no light
Tell me what you want me to say

"Sam, je... Oui, je vais t'expliquer", commença-t-il d'une voix hésitante.

Il tendit alors une main tremblante vers le journal que Samaël avait jeté sur la table et tomba en arrêt devant l'image, sous le choc. Une photo de Rosaleen et lui en train de s'embrasser s'étalait au beau milieu du journal, accompagné d'un gros titre et d'un article de belle taille, que Théo ne prit pas la peine de lire. Merlin, la photo était... compromettante, très clairement. Ils avaient l'air amoureux, constata-t-il avec un mélange d'incrédulité et d'effroi. Ils ne l'étaient pourtant pas, mais il avait bien fallut jouer la comédie et Théo avait fini par devenir bon avec cet exercice. Il avait de l'entraînement. C'était bien ce que Sam lui reprochait, ce qu'il lui avait toujours reproché... Mais hier, il était devenu particulièrement bon. L'héritier parfait, le fiancé parfait, le fils parfait, oh, oui, il était devenu un parfait menteur.

Le journal s'échappa de ses mains et s’effondra au sol avec un bruit de papier froissé. Théo redressa la tête pour tourner vers Sam un visage désolé, contrit. Mais que pouvait-il dire ? L'instant était d'une importance cruciale, il le sentait, une erreur et il risquait de tout perdre. Sam était au bord de la rupture, peut-être même était-il déjà trop tard. Car il n'avait jamais voulu d'un parfait menteur...

Would you leave me
If I told you what I'd done?
And would you leave me
If I told you what I'd become?
'Cause it's so easy
To say it to a crowd
But it's so hard, my love
To say it to you out loud

Soudain, les mots s'échappèrent de sa bouche, désordonnés et pathétiques. Il pouvait sentir à quel point il n'était pas convainquant, à quel point il ressassait encore et toujours les mêmes excuses, et il eut envie de se frapper la tête contre le mur.

"Merlin, Sam, je suis tellement désolé, je sais à quoi ça ressemble mais il faut que tu me croies, cela ne voulait strictement rien dire pour moi. Tout le monde attendait ce baiser, tout le monde m'observait et je voulais juste... maintenir l'illusion, gagner du temps..."

Gagner du temps... Combien de temps au juste croyait-il pouvoir faire attendre Sam ? Encore un peu, se prit-il à espérer en vrillant son regard au fond de celui de son amant. Et il sentit tout son corps se glacer.

No light, no light
In your bright blue eyes
I never knew daylight could be so violent
A revelation in the light of day
You can't choose what stays and what fades away
And I'd do anything to make you stay
No light, no light
Tell me what you want me to say

Théo poussa un soupir et porta une main à sa tempe qu'il massa doucement. Le mal de tête était toujours là, accentué par la lumière du soleil qu'il jugeait bien aveuglante ce matin, accentué surtout par l'expression du visage de Samaël. Théo savait qu'il n'y avait rien à dire, au fond. Samaël voulait une chose, une chose qu'il n'arrivait pas à lui donner. Il n'arrivait pas à se donner, entièrement et sans détours, au vu et au su de tous. Il n'arrivait pas à révéler sa véritable nature, son véritable amour. Et il n'y arriverait pas plus aujourd'hui qu'il n'y était arrivé hier.

You want a revelation
You want to get "right"
But it's a conversation
I just can't have tonight
You want a revelation
Some kind of resolution
You want a revelation

Soudain, Théo ne supporta plus ce regard, ce silence, ce vide entre eux et il traversa l'espace qui les séparait pour se planter devant lui, la tête légèrement redressée, le regard plein d'espoir et de détermination.

"Pardonne-moi, s'il-te-plait, oublions cela..."

Il tendit le bras et posa avec hésitation sa main sur celle de Samaël, en priant de toutes ses forces pour qu'il ne la retire pas. Il n'était pas sur de le supporter. Oh, il aurait pu lui faire une promesse, une de plus, pour s'assurer que cela n'arriverait pas mais, par Merlin... Il en était bien incapable. Il ne pouvait se débarrasser du mensonge.

You want a revelation
You want to get "right"
But it's a conversation
I just can't have tonight
You want a revelation
Some kind of resolution
You want a revelation



HRP : songpost sur No light, No light - Florence & The Machine


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël vit le visage de Théo se décomposer alors qu'il comprenait visiblement de quoi il voulait parler, il disait qu'il allait lui donner une explication mais y en avait-il vraiment une ? Pour Sam tout était clair, Théo jouait avec lui depuis le début, lui promettant quelque chose qu'il était incapable de lui donner, il avait fini par le comprendre, trop tard sans doute. Trop tard pour ne pas souffrir. Il vit le journal tomber au sol et le regard du jeune homme suivit la chute, il ne voulait pas voir le regard sans doute désolé de Théo, celui qu'il lui faisait à chaque fois que quelque chose s'abattait encore et toujours sur leur couple. Il fallait se faire une raison, ils n'étaient pas fait pour être ensemble. Il ne savait pas ce qu'il devait faire ou dire pour que Théo arrête de les faire souffrir ainsi, il ne savait pas ce qu'il devait faire pour obtenir son amour, son écoute, sa confiance. Il semblait avoir décidé de gérer cette histoire à sa façon sans prendre conscience qu'il n'était pas seul, il ne l'était plus depuis qu'il lui avait dit qu'il l'aimait dans cette salle de classe en avril. Mais tout c'était enchaîné et aujourd'hui, Samaël souffrait trop pour fermer les yeux, encore.

What I got to do to make you love me?
What I got to do to make you care?
What do I do when lightning strikes me?
And I wake to find that you're not there?

Il écouta le discours décousu de son amant, il vit son visage torturé, il aurait tellement voulu le croire, tellement voulu pouvoir le serrer dans ses bras et lui promettre que tout irait bien mais rien irait, pas tant que Théo ne serait pas prêt à tout avouer, pas tant qu'il s'empêtrerait dans ses mensonges pas tant qu'il voudrait gagner un peu de temps. Les mensonges étaient-ils également devenus présent dans leur relation ? Quand il lui disait "Je t'aime" était-il sincère ? Ou bien la photo dans la Gazette reflétait-elle la vérité ? Peut-être qu'au fond de lui, aimait-il Rosaleen, peut-être que la situation lui plaisait telle qu'elle était, lui donnant une couverture supplémentaire, son baiser paraissait pourtant beaucoup trop sincère, les jolis sourires de Rosaleen et ses petits saluts sur la photo, le sourire de Théo, le même qu'il lui offrait lorsqu'ils étaient tous les deux. Il serra légèrement les poings, il avait été idiot de croire que cela pouvait fonctionner entre eux. Il aurait dû savoir que Théo ne pourrait pas, il y avait trop de différence entre leurs deux mondes. Tout semblait fini même si Théo ne semblait ne pas vouloir l'admettre. Ils étaient dans une impasse. Sam n'accepterait jamais de voir son amant embrasser une femme, embrasser quelqu'un d'autre que lui, aujourd'hui c'était une annonce de fiançailles et un baiser, demain ce serait un mariage et quoi d'autre encore ? Il n'était pas capable de supporter tout cela, il n'en avait pas la force et Théo ne semblait pas vouloir l'entendre.

What I got to go to make you want me?
What I got to do to be heard?
What do I say when it's all over?
Sorry seems to be the hardest word.

Le silence, pesant, s'installa entre eux. Peut-être était-il temps de dire ce qu'il avait sur le coeur, peut-être était-il temps de s'excuser et de partir. Mais Théo s'avança vers lui et reprit la parole et Sam se figea. Oublier ? Comment pouvait-il oublier que son amant embrassait une femme, qu'il allait se marier, comment oublier qu'il se faisait humilier en permanence par amour ? Comment oublier qu'il n'était visiblement rien de plus qu'un simple jouet, qu'un simple petit caprice pour Théo. Il avait dû se dire que ça devait être cool d'essayer d'être gay, il s'était pris au jeu et s'était rendu-compte qu'il y avait des conséquences à son désir mais il n'était pas prêt à renoncer à ses privilèges de petit Prince, c'était tellement plus amusant de faire souffrir le jouet. Il se recula vivement lorsqu'il sentit la main de Théo sur la sienne. Il releva alors le regard et plongea le sien, blessé, trahi et perdu dans celui du jeune homme.

"Comment veux-tu que j'oublie cela Théo ? Crois-tu que je n'essaye pas de te pardonner de me faire autant de mal ? Tu crois que ça m'amuses de te voir fiancé ? De te voir embrasser une femme alors que tu dis m'aimer. Alors explique moi Théo, comment suis-je sensé oublier ? Tu crois peut-être que tout ceci n'est qu'un jeu sans conséquence ? Que tu peux faire croire à tout ça sans en payer le prix fort ? Sans faire de mal à personne ?"

Sam baissa le regard, il était en colère et triste et complètement anéanti. Il aurait voulu pouvoir résoudre tous ses problèmes d'un coup de baguette magique mais hélas c'était beaucoup plus compliqué que cela et il devait désormais se résigner, plier devant une volonté plus forte que la sienne.

It's sad, so sad
It's a sad, sad situation.
And it's getting more and more absurd.
It's sad, so sad
Why can't we talk it over?
Oh it seems to me
That sorry seems to be the hardest word.

Il devait se concentrer pour ne pas pleurer, ne pas laisser couler les larmes qui menaçaient de tomber. Il avait une décision à prendre la plus douloureuse de toute sa vie sans doute. Le mieux pour eux deux, pour qu'ils arrêtent de se faire souffrir pour qu'ils arrêtent de croire qu'un jour tout ira bien pour qu'ils arrêtent de se faire des illusions, il n'y avait pas d'autre solution, ils ne pouvaient pas faire autrement. Théo n'avait pas menti à propos de ses fiançailles pour tout dévoiler maintenant, il n'avait pas souffert pour rien et il refusait d'être la cause du déchirement de son amant. Il fallait reconnaître une cause perdue quand on en voyait une et cette cause là était perdue d'avance, Théo ne renoncerait pas à son monde, Samaël l'avait compris, il ne voulait pas faire souffrir ses proches, c'était donc plus simple de lui faire croire des choses, de s'enfoncer dans son mensonge jour après jour. Et le pire c'était qu'il pouvait comprendre, oui il comprenait mais ça faisait trop mal et plus vite, Théo l'aurait oublié, plus vite il pourrait construire la vie qu'il avait toujours voulu.

What do I do to make you want me?
What I got to do to be heard?
What do I say when it's all over?
Sorry seems to be the hardest word.

Pourtant, il aurait tellement voulu y croire, il aurait tellement voulu que Théo laisse parler son coeur, qu'il ne laisse rien s'installer entre eux qu'il lui dise qu'il était prêt à tout révéler, qu'il voulait vivre avec lui. Oui, tellement voulu mais il n'avait pas réussi à faire tomber les doutes de son amant et aujourd'hui c'était trop tard, aujourd'hui, il devait faire ce qu'il aurait dû faire dès l'annonce des fiançailles, il aurait dû savoir que Théo ne pourrait pas sacrifier sa famille pour lui. Mais il avait été faible, il n'avait pensé qu'à lui, il n'avait pas réfléchi aux conséquences, il n'avait pas vu que le fait de fermer égoïstement les yeux ne lui permettrait de vivre encore que quelques semaines seulement de bonheur et même pas complet car il y avait toujours la peur que Théo s'habitue de trop à sa nouvelle vie de mensonge et visiblement ce qu'il avait craint plus que tout au monde venait de se produire. Il venait de perdre Théo et ses dernières illusions.

It's sad, so sad
It's a sad, sad situation.
And it's getting more and more absurd.
It's sad, so sad
Why can't we talk it over?
Oh it seems to me
That sorry seems to be the hardest word.
Yeh. Sorry

Sa décision était prise, il releva la tête vers son amant. Il souffrait tellement, son coeur lui faisait si mal, il venait de se déchirer en deux et il saignait de douleur. Il passa une main tremblante sur son visage pour se donner une contenance, serrant les lèvres et fermant les paupières pour ne pas flancher. Il prit une profonde inspiration et ouvrit les yeux. Il posa son regard sur le visage de Théo et détourna légèrement les yeux, fixant le regard sur un point imaginaire entre l'épaule et le cou de Théo, un point loin de ses yeux pour ne pas avoir à affronter l'expression déchirante qui allait s'en doute y apparaître. L'expression que lui même abordait.

"Je ne vois aucune solution miracle à notre situation Théo. J'ai compris que tu n'étais pas prêt à te dévoiler et je ne t'en veux pas, je comprend que cela puisse être dur. Je ne te demanderais pas de faire un choix, cela serait malhonnête de ma part. Juste comprend moi, je ne peux pas vivre comme cela. Je sais que ce n'est pas ce que tu souhaites mais tout ceci me fait mal, Théo, beaucoup trop mal pour que nous puissions continuer comme ça. Je sais maintenant que tu n'annuleras pas ses fiançailles parce que tu ne veux pas décevoir ta famille. Et je souffre énormément, je souffre à chaque fois que je pose les yeux sur cette photo, je souffre à chaque fois que je t'imagine avec elle, ça me tue de l'intérieur et je sais que ce n'est pas ce que tu veux."

Sam plongea un instant son regard dans celui de Théo avant de détourner les yeux, il n'allait pas avoir la force de continuer s'il prolongeait l'échange visuel.

"Je suis désolé Théo mais... je ne vais pas pouvoir continuer. Je... c'est fini."

Il n'avait jamais prononcé de phrase plus difficile que celle là, il n'avait jamais eu aussi mal. Il retint à grand peine les larmes qui affluaient en papillotant des paupières et il se retint de partir, il voulait que Théo puisse s'exprimer, qu'il puisse donner son opinion sur la question. Qu'il puisse le retenir une dernière fois.

What I got to do to make you love me?
What I got to do to be heard?
What do I do when lightning strikes me?
What have I got to do?
What have I got to do?
When sorry seems to be the hardest word.




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Théo sentit la main de Samaël s'échapper de la sienne, et son coeur fit une violente embardée. Reculant instinctivement face à la réaction et au regard de Samaël, il l'écouta parler avec une pointe d'incompréhension. Il semblait que son petit-ami était encore plus blessé qu'il ne l'avait cru par la situation, mais ce n'était pas le discours qu'il lui avait tenu lorsqu'il avait appris les fiançailles. Bien sûr que ce n'était pas drôle pour lui, mais cela ne l'était pas plus au moment où les fiançailles avaient été conclues et il lui avait dit pouvoir le supporter. Sam lui faisait confiance à l'époque, pourquoi cela avait-il changé à ce point ? Les choses étaient simplement devenues un peu plus concrètes, un peu plus visibles et officielles, de sorte que Sam ne pouvait plus les ignorer. Peut-être qu'avec cette photo il avait réellement pris conscience de ce que signifiaient ces fiançailles... Mais rien n'avait changé du point de vue de Théo, au niveau de ses sentiments, il devait bien s'en rendre compte ! Et puisque ce n'était pas le cas, il se chargerait de le lui rappeler.

"Non, ce n'est pas ce que je voulais dire, je...", commença-t-il, sur la défensive, avant de s'interrompre.

Théo comprit que ses paroles avaient été maladroites, comme son comportement vis-à-vis de toute cette histoire, et garda le silence, de peur d'en rajouter. De toute évidence, Samaël n'avait pas fini de vider son sac. Alors il resta immobile, figé dans l'attente, retenant son souffle. Il ne pouvait détourner les yeux de Samaël, sentant la culpabilité, la tristesse et la peur l'envahir alors qu'il pouvait voir la douleur qui s'imprimait sur son visage. Et lorsqu'il redressa la tête, passa une main tremblante sur son visage et recommença à parler, Théo tenta d'accrocher son regard, en vain. Son angoisse monta d'un cran alors qu'un horrible pressentiment s'infiltrait en lui, pressentiment qu'il refusa d'écouter et fit un pas vers Sam, qui ne le regardait pas, pas vraiment. Sam, qui parlait, qui disait des choses fausses et tellement douloureuses à entendre, des choses comme...

"C'est fini".

Hey you can tell the world
That you're leaving
And you can pack your bags
And spread your wings
And you can tell them all
That it's over
But while you wave goodbye
I'll be getting closer


Théo accusa le choc, et cela se lut sur son visage. Ces mots, il n'aurait jamais cru les entendre de la part de Samaël, et c'était peut-être ce qui avait précipité leur arrivée. S'il n'avait pas été suffisant, s'il n'avait pas pris les sentiments de son amant pour acquis... Il avait cru que ce qu'il éprouvait, lui, était entièrement partagé, mais ce n'était pas le cas. Il avait été ébloui par ses propres sentiments et les avait projeté sur Sam, il s'était convaincu que le jeune homme était tombé éperdument amoureux de lui en quelques semaines à peine et avait oublié son ex. Mais c'était un leurre, une illusion, Sam le considérait peut-être comme un meilleur ami mais probablement pas comme un véritable amant. Théo s'était perdu dans ses sentiments, les avait perdu tous les deux, et Sam avait fini par voir la réalité en face. Lui n'aurait jamais pu dire ces deux mots là, cela faisait déjà tellement mal de les entendre alors comment aurait-il pu les prononcer ? En vérité, Théo aimait Sam tellement fort qu'il pouvait sentir son corps trembler et protester tandis que l'idée d'une rupture faisait jour en lui. Il l'aimait de tout son être, de tout son âme, et il ne savait pas comment vivre dans un monde dans lequel Sam n'avait aucune place.

"Ça ne peut pas être fini", souffla-t-il d'une voix tremblante. "Regarde-moi."

Indifférent quant aux risques d'offenser Sam par ce geste - il n'était plus à ça près -, Théo attrapa le menton du jeune homme et le força à tourner son visage vers lui. Il vrilla de force son regard dans le sien, un regard empli de toute la douleur, de toute la fierté et de tout l'amour qu'il possédait.

"Regarde moi vraiment."

Stand there and look into my eyes
And tell me that all we had were lies
Show me that to you it don't count
And I'll stand here if you prefer
Yes I'll leave you without a word
Without a word


Satisfait d'avoir obtenu la pleine attention du jeune homme, Théo relâcha son menton et s'efforça d'ignorer les picotements qui lui brûlaient la peau. L'idée qu'il venait peut-être de toucher son amant pour la dernière fois lui était trop insupportable pour qu'il s'y attarde.

"Ce baiser ne change absolument rien aux sentiments que j'éprouve pour toi", asséna-t-il d'un ton pressant, conscient d'avoir là une dernière chance de convaincre Samaël. "Si, j'ai bel et bien l'intention de mettre fin à ces fiançailles et de parler à ma famille, je veux simplement faire ça bien, j'essaie de contenter tout le monde car je ne suis pas seul dans cette histoire. Rosaleen risque de perdre son honneur et sa réputation, elle l'a déjà vécu une fois et elle sait que je ne veux pas l'épouser, alors j'essaie de faire ça bien pour elle, pour toi, pour ma famille et pour moi mais tout cela est un peu compliqué et contradictoire. Peut-être que je m'y prends comme un manche, très bien, tu as le droit de le dire et de le penser, tu as le droit de t'énerver, de me frapper si cela te défoule mais tu n'as pas le droit de remettre en cause mes intentions ou mes sentiments."

D'accord, ce n'était peut-être pas le meilleur moyen de retenir quelqu'un que de s'en prendre à lui de la sorte, mais c'était plus fort que lui. Les mots de Samaël avaient ouvert un gouffre en lui, dans lequel il avait peur de tomber, et il décida de se battre de toutes ses forces pour le refermer.

"Ne retourne pas la situation Sam, ce n'est pas moi qui suis en train de te quitter, s'il y a quelqu'un ici qui devrait avoir des doutes sur les sentiments de l'autre c'est moi. Tu crois vraiment que je prendrais le risque d'être avec toi si je ne t'aimais pas d'une façon totale et inconsidérée ? Tu sais bien que non ! S'il y a une conclusion à tirer de tout ça, ce n'est pas que je refuse de changer ma vie pour toi, mais que je ne suis pas très courageux pour le faire, ni très rapide. Mais je veux le faire, je vais le faire parce que je t'aime. Alors... Non, si tu veux me quitter, fait le dans les règles, ne te trouve pas d'excuses. Si notre histoire ne compte pas assez pour toi pour te pousser à supporter tout ça, mes défauts, mes faiblesses, mes hésitations, très bien, je peux le comprendre, c'est légitime, mais dis-le simplement. Ne te cache pas derrière mes sentiments car je t'assure qu'ils te sont entièrement dédiés, et..."

La colère de Théo disparaissait peu à peu pour laisser place à une immense impression de vide, de tristesse, il était comme suspendu aux lèvres de Sam, priant pour entendre un démenti de sa part. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de parler, conscient qu'il jouait la sa dernière chance...

"Sam, je ne peux pas croire que tout ça n'ait été que du vent, reprit-il d'un ton implorant. Je... je crois que tu m'aimes encore. Je crois que ça te fait souffrir autant que moi. Alors, non, je ne te crois pas, ce n'est pas fini."

And you can tell the world
That you're tired
But your excuses, they won't work
'Cause I'll know that you're lying
Every time that I see your face
I notice all the suffering
Just turn to my embrace
I won't let you come to nothing


S'avançant encore un peu, il leva à nouveau la main vers le visage de Samaël, effleurant sa joue en une légère caresse, emprisonnant son regard de ses yeux graves et démunis.

"Si c'est vraiment ce que tu ressens, dis-le moi encore, droit dans les yeux. Dis-le, et je te croirai cette fois."

Stand there and look into my eyes
And tell me that all we had were lies
Show me that to you it don't count
And I'll stand here if you prefer
Yes I'll leave you without a word
Without a word



Théo retira sa main mais ne s'écarta pas et ne cilla pas. Dévoré par l'angoisse, il attendit la sentence, sans dire un mot.



HRP : songpost sur Without a Word - Birdy


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
L'expression du visage de Théo lui fit encore plus mal qu'il ne l'avait cru, un déchirement intérieur, une douleur physique. Il aurait tellement voulu revenir en arrière, lui promettre qu'il ne le quitterait jamais, lui dire que tout irait bien mais ce n'était pas un service à lui rendre, ce n'était pas ce qu'il convenait de faire. Il fallait qu'ils arrêtent de faire souffrir les personnes auxquelles ils tenaient et qu'ils arrêtent de se faire souffrir. Samaël ferma les paupières lorsque sa voix brisa le silence, incrédule, reniant la vérité et lui intimant de le regarder mais il n'en avait pas la force, ni morale, ni physique. Il n'était qu'un lâche, il ne voulait pas affronter la douleur du jeune homme, il entendait déjà suffisamment la sienne, faire souffrir Théo était la dernière des choses qu'il souhaitait. Et pourtant, il ne put y échapper, son petit-ami lui attrapa le menton et le força à le regarder, à plonger son regard anéanti dans le sien complètement dévasté. C'était plus qu'il ne pouvait supporter, son cœur le fit encore un peu plus souffrir, son corps trembla sous le poids de son regard et son menton le brûla, là où la main de Théo le maintenait et même encore après qu'il l'eut lâché.

I've heard there was a secret chord
That David played and it pleased the Lord
But you don't really care for music, do you?
Well it goes like this the fourth, the fifth
The minor fall and the major lift
The baffled king composing Hallelujah

Il lui était désormais impossible de fuir le regard de Théo, impossible de se dérober alors que le jeune homme affirmait avec force que le baiser qu'il avait échangé avec Rosaleen ne voulait rien dire, il voulait bien le croire, il le croyait mais le problème n'était plus là. Il venait peut-être seulement de comprendre ce que signifiait les fiançailles, plus que de paraître ensemble, ils devaient faire semblant d'un couple heureux et uni mais tout cela, Sam ne pouvait pas le supporter, il ne pouvait pas voir Théo faire semblant d'être avec quelqu'un d'autre que lui simplement pour les apparences, malgré tout l'amour du monde. Cette situation entraînait forcément de la culpabilité, de la jalousie mal placée et lorsque son amant fit référence à l'honneur de Rosaleen. Sam sut que sa décision était prise, tout cela allait faire souffrir trop de personnes et cela avait pris trop d'ampleur pour pouvoir faire marche arrière.

Il lui affirmait qu'il lui fallait plus de temps, qu'il serait prêt un jour mais lorsqu'il comprendrait qu'il devrait faire un choix, lorsqu'il comprendrait jusqu'à quel point cette histoire avait été loin. Samaël doutait fortement que Théo renonce à tout ce qui s'offrait à lui, juste pour lui, juste pour un amour, aussi fort soit-il, interdit. A sa place, il aurait certainement agi de la même manière et qu'aurait-il choisi ? Faire souffrir tout son entourage ou seulement son compagnon pendant quelques temps et lui même pendant le même labbe de temps ? Le calcul était facile à faire. Il voulait que Théo soit heureux, qu'importe avec qui du moment qu'il ait la vie qu'il avait toujours voulu et Rosaleen lui offrait cette vie.

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Certes, il aurait très bien pu rester aux côtés de Théo, vivre caché dans l'ombre tel un amant solitaire, attendant que son bien-aimé quitte la couche maritale pour lui offrir un peu de son temps mais Sam ne voulait pas de cette vie, il ne pouvait pas partager Théo, c'était au dessus de ses forces et il venait de se rendre compte que ce dernier ne serait jamais totalement à lui, c'était impossible pas tant que le secret serait présent. Alors, il allait s'effacer, il allait lâcher prise, laisser Théo vivre la vie qu'il méritait. Même si il allait souffrir au delà des mots, cela en vaudrait forcément la peine à un moment ou à un autre.

Well your faith was strong but you needed proof
You saw her bathing on the roof
Her beauty and the moonlight over threw you
She tied you to her kitchen chair
She broke your throne and she cut your hair
And from your lips she drew the hallelujah

Il ferma les paupières de douleur lorsque Théo lui suggéra de le frapper, de le blâmer mais de ne surtout pas remettre en cause ses sentiments pour lui, c'était exact, il n'en avait pas le droit mais jamais, il ne pourrait lever la main sur son amant, c'était impossible au delà de ses forces même alors que ce dernier lui demandait de remettre en cause ses propres sentiments. C'était légitime après tout, c'était lui qui demandait la séparation, lui qui en avait assez de souffrir en silence, lui qui en avait assez d'être l'épine dans le pied de Théo même si il affirmait le contraire. Chacun de ses mots étaient une écharde enfoncée un peu plus dans son cœur déjà saigné à vif. Il affirmait manquer de courage mais ce n'était pas manquer de courage que de ne pas vouloir renoncer à sa famille. Sam l'avait compris récemment, il avait compris également lorsque Artémis lui avait supplié de ne pas lui arracher le seul soutien qu'elle avait dans le monde cruel et sans pitié dans lequel ils évoluaient.

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Il ne pouvait pas se permettre de ne penser qu'à lui et à son bonheur, il ne voulait pas être un obstacle pour Théo, il ne voulait pas être la cause de sa perte. Qui lui affirmait qu'ils seraient vraiment heureux lorsqu'il n'y aurait plus de barrières pour qu'ils puissent vivre au grand jour ? Qui affirmait que Théo serait réellement heureux avec lui ? Ils étaient jeune, Théo se rendrait peut-être compte qu'il avait fait une erreur avec le temps et il ne voulait pas être la cause de cette erreur. C'était sans doute un peu tard pour s'en apercevoir, trop tard pour ne faire souffrir personnes mais ils étaient jeunes, ils surmonteraient, du moins, ils essayeraient. Ce sera dur au début, forcément mais comment le laisser détruire la vie qui lui ouvrait les bras ? Comment croire que Théo n'avait pas renoncé à ses rêves d'enfant malgré ce qu'il lui affirmait et malgré tout l'amour qu'il lui portait.

Baby I've been here before
I've seen this room and I've walked this floor, you know
I used to live alone before I knew you
But I've seen your flag on the marble arch
And love is not a victory march
It's a cold and it's a broken hallelujah

Les mots de Théo se gravèrent alors dans son esprit, si leur histoire ne comptait pas assez pour lui, bien sûr qu'elle comptait mais si pour que son petit-ami vive la vie qu'il devait vivre, il devait en passer par la et bien soit. Il savait ce qu'il lui restait à faire, il savait ce qu'il lui fallait dire. Il allait lui faire mal c'était indéniable mais cela semblait la meilleure des solutions pour eux deux. Et surtout pour son bonheur futur, un jour peut-être comprendrait-il, il l'espérait. Peut-être même arriverait-il à le lui pardonner, il l'espérait de toute son âme.

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Les paroles implorantes de Théo lui firent d'autant plus mal qu'elles étaient vraies, il l'aimait, comme un fou, il était prêt à tout pour lui, prêt à sacrifier son bonheur et il allait le faire sans aucune hésitation, il allait devoir se montrer fort et déterminé, puiser au plus profond de son être, le courage qui allait peut-être lui manquer. Il savoura un dernier instant la sensation que lui procurait la main de son amant sur sa joue avant de plonger son regard dans le sien. Il posa sa propre main sur le poignet du jeune homme et la fit lentement glisser le long de sa joue pour lui faire cesser l'étreinte.

Well there was a time when you let me know
What's really going on below
But now you never show that to me, do you ?
But remember when I moved in you
An holy dove was moving too
And every breath we drew was hallelujah

Il prit une profonde inspiration et lâcha la main de l'homme qu'il aimait le plus au monde, il se prépara mentalement à lire la détresse, la colère et la trahison tour à tour sur son visage. Il se créa un masque impénétrable, dénué de la moindre émotion et parla d'un ton froid.

"Tu as raison Théo, je n'ai pas le droit de te mentir, je n'ai pas le droit de faire semblant et de me cacher derrière de fausses excuses. Je suis désolé que tout ceci ait été aussi loin. Mais... c'est fini... Tu avais raison, je me cherchais des excuses... Je... je ne t'aime plus."

Hallelujah , Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Il détourna aussitôt le regard, incapable d'affronter la douleur de celui qu'il venait de détruire. De détruire pour lui permettre d'être heureux. Mal, si mal. Son corps tremblait, il était à deux doigts de craquer, de s'écrouler, tout en lui criait le mensonge mais il espérait bien que son amant l'avait cru. Il espérait qu'il n'aurait pas besoin de se répéter. Qu'il n'aurait pas besoin d'ouvrir encore plus la plaie béante de son cœur déchiré.

Well, maybe there's a God above
But all ever learned from love
Was how to shoot somebody who out drew ya
And it's not a cry that you hear at night
It's not somebody who's seen the light
It's a cold and it's a broken hallelujah

"Je suis désolé Théo", murmura-t-il dans un souffle.

Le regard toujours fixé au sol, se retenant de tout son être pour ne pas faire marche arrière, pour ne pas affirmer que tout cela n'était pas la vérité, pour lui crier qu'il l'aimait du plus profond de lui même, qu'il ne voulait pas le laisser partir, qu'il ne voulait pas vivre sans lui, qu'il ne pouvait pas vivre sans lui. Mais tout cela aurait été agir égoïstement et il refusait d'être égoïste, le bien-être de Théo passait avant son bonheur personnel. Il venait de réaliser le plus gros des sacrifices par amour. Il venait de sacrifier la seule chose qui le rendait vraiment heureux et tout cela sans réellement le regretter car il savait qu'il avait agi pour le mieux. Mais cela était douloureux, l'une des choses qui faisait le plus mal mais il s'en remettrait n'est-ce pas ? Et dans le pire des cas et bien, il vivrait en sachant que Théo était heureux et c'était le plus important.

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah...




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Théo sentit la main de Sam effleurer la sienne et il lui adressa une prière muette, tandis que son coeur battait beaucoup trop vite. Si vite qu'il se sentait sur le point d'imploser, il ne lui fallait qu'un mot de Sam. Le mauvais mot...

Don't bury me
Don't let me down
Don't say it's over
Cause that would send me under
Underneath the ground
Don't say those words
I wanna live but your words can murder
Only you can send me under, under, under

Incrédule, Théo laissa Samaël écarter sa main sans opposer de résistance, ses yeux s'écarquillant sous le coup de la surprise. D'accord, peut-être qu'il avait un peu bluffé. Parce qu'il n'y avait jamais vraiment cru, au fond. Il n'avait jamais cru que Sam pouvait réellement en avoir assez de leur histoire, ne plus l'aimer, c'était inimaginable car ce qu'ils avaient était si fort, si sincère, que cela ne pouvait disparaître ainsi, en quelques jours. Pourtant, il n'y avait pas la moindre trace de cet amour sur le visage de Sam lorsqu'il lâcha sa main, que Théo ramena contre lui avant de croiser les bras sur sa poitrine nerveusement. Lorsque Sam lui répondit, sa surprise augmenta d'un cran et il eut un léger mouvement de recul face à ce ton froid, dur, ces pensées sans âme. Comment le jeune homme pouvait-il lui montrer deux facettes si différentes ? Le Sam sensible, vulnérable, aimant et généreux qu'il avait toujours connu disparaissait parfois pour laisser place à cet homme rude et implacable, un homme sans coeur.

"Je ne t'aime plus."

Soudain, Théo s'arrêta de respirer, son coeur s'arrêta de battre, et un froid infini s'infiltra en lui.

I die every time you walk away
Don't leave me alone with me
See, I'm afraid
Of the darkness
And my demons
And the voices
Saying nothing's gonna be OK

"Sam...", souffla-t-il presque malgré lui, d'un ton meurtri, incrédule.

Comment pouvait-il lui dire ça ?! Comment pouvait-il lui causer une telle douleur ? Car cela faisait mal, par Merlin, cela faisait si mal, tellement mal qu'il devait résister à l'envie de se rouler en boule pour pleurer, mourir peut-être. C'était comme un véritable choc qui le secouait entièrement, comme un trou béant dans sa poitrine. C'était pire encore que ce à quoi il s'attendait, l'impatience, l'abandon de Sam il aurait pu le comprendre mais ça ? Il ne l'aimait plus, vraiment plus ? Oh, Merlin, il aurait dû le voir venir, mais non, il avait fallut qu'il idéalise cette relation, qu'il mette son meilleur ami sur un piédestal au point d'en tomber éperdument amoureux, de lui abandonner son coeur et son âme. Oh, Théo n'avait jamais fait les choses à moitié, il avait naïvement cru que sept années d'amitié justifiaient qu'il s'en remette entièrement à un gamin de dix-sept ans, mais qu'avait-il espéré ? Samaël n'était pas comme lui, il n'était pas brisé et perdu, sombre et tourmenté, il avait d'autres amis, d'autres amants, une vie équilibrée. Théo n'avait que Sam. Il ne perdait pas seulement un petit-ami, il perdait son point d'ancrage, son guide, le centre de sa vie.

I feel it in my heart
Soul mind that I'm losing
You me
You're abusing every reason
I have left to live

Il voulut crier, hurler, protester, mais sa gorge était tellement serrée qu'il ne parvint qu'à émettre une sorte de petit croassement pathétique. Il ne pouvait pas à parler, à bouger ni à émettre la moindre réaction, incapable de détourner les yeux de ce visage qu'il aimait et haïssait avec une violence telle qu'il en avait le souffle coupé.

Don't bury me
Don't let me down
Don't say it's over
Cause that would send me under
Underneath the ground
Don't say those words
I wanna live but your words can murder
Only you can send me under, under, under

Mourir, il avait envie de mourir, de sombrer lentement dans la folie et l'abandon. Il mourait d'envie de disparaître, de recevoir un Oubliette et d'effacer cette douleur, d'effacer Sam de sa vie, de ses souvenirs, de ces six derniers mois.

Lost trust 21 grams of soul
All the sanity I ever owned gone
But I'm still breathing
Through the thunder
And the fire and the madness
Just to let you shoot me down again
But I'm still breathing

Pourtant, il n'oublierait pas, il le savait pertinemment. Pour l'instant, il sentait son coeur saigner tant la douleur était forte, mais peu à peu il reprendrait le cours de sa vie, une vie qui n'en était pas vraiment une sans lui. Et Sam pourrait continuer à le tuer lentement, à chaque apparition lointaine, dans les rues de cette ville où il l'avait suivi, dans les couloirs de cette université où il n'était pas à sa place. Et il pourrait le perdre un peu plus à chaque fois. Pourquoi ? Pourquoi lui imposer ça ? Comment pouvait-il lui faire ça ?

I feel it in my veins, skin, bones
That I'm losing you me
You're confusing
Every reason I have left to live

Don't bury me
Don't let me down
Don't say it's over
Cause that would send me under
Underneath the ground

Comme s'il ne connaissait pas le pouvoir qu'il avait sur lui, le pouvoir de le rentre heureux ou désespéré, de lui insuffler la vie ou de la lui reprendre... Peut-être que ce n'était pas très sain, une telle dévotion envers quelqu'un, mais Théo savait en réalité que c'était sa seule façon d'aimer. Entièrement, ou pas du tout. Car, Sam avait beau penser ce qu'il voulait, il avait bien fallu une telle ferveur, une telle passion pour lui faire abandonner ses rêves et ses principes, si fermement ancrés en lui. Théo avait patiemment construit une paix fragile avec lui-même et Sam balayait ça en quelques mots destructeurs, il bouleversait son monde une seconde fois, sans lui laisser la moindre chance.  

Don't say those words
I wanna live but your words can murder
Only you can send me under under under


Mais il était désolé ! Voilà qui lui faisait une belle jambe, songea Théo en considérant le jeune homme avec une fureur incrédule. Et il ne parvenait même pas à le regarder dans les yeux, cet espèce de lâche ! Soudain, il sentit la colère l'envahir et remplir quelque peu le vide qui s'était créé en lui, et cela faisait du bien, alors il laissa cette rancoeur l'emplir sans chercher à la combattre. Animé par la rage, Théo reprit brusquement vie et il cracha en réponse :

"Désolé ?! Mais désolé de quoi ? De me détruire ? Désolé de me faire plus de mal que jamais personne auparavant ? Désolé d'avoir bouleversé mon monde, et de m'abandonner ensuite, pour faire face seul aux conséquences ? Parce que quoi, tu as jugé que je n'en valais pas la peine, finalement ? C'est bien, tu peux être désolé, connard !"

Les poings serrés, livide, Théo continua de vider son sac, son désarroi transparaissant peu à peu dans sa voix tremblante.

"T'as pas le droit, Sam ! T'as pas le droit de me faire ça, putain ! T'aurais du me laisser tranquille avec ton coming-out à deux noises, t'aurais du me laisser t'ignorer comme le sang-pur étriqué et misérable que j'étais, selon toi ! Tu sais quoi, j'aurais préféré perdre ton amitié et ne plus jamais t'adresser la parole, plutôt que de connaître tout ça ! Maintenant il n'y a plus de retour en arrière pour moi, plus vraiment d'avenir non plus, mais je ne vois pas pourquoi je gaspille ma salive, tu t'en fiches, tu t'en fiches complètement, ce n'était jamais qu'une amourette passagère pour toi, des jeux d'adolescents, c'est pathétique."

Ces mots étaient durs, il le savait, mais il ne pouvait s'empêcher d'espérer encore un peu. Peut-être que Sam allait réagir, démentir ! Mais il n'en serait rien, Théo avait joué sa dernière carte et cela n'avait rien changé. Il se sentit soudain profondément impuissant et, terrassé par un sentiment d'abandon et de trahison insupportables, il jeta les armes.

Chasing you but you don't look back
Words I threw that I can't take back
Reaching out but I can't hold on to you, no
Chasing you but you don't look back
Words I threw that I can't take back
Reaching out but I can't hold on to you

C'était trop tard, ils s'étaient fait trop de mal tous les deux pour espérer recoller quoi que ce soit. Et quand bien même ils l'auraient pu, Théo était le seul à vouloir essayer... Cette constatation le déchirait de l'intérieur, alors que les souvenirs affluaient en lui, tous les moments partagés, le goût de ses baisers, la chaleur de ses étreintes, toutes ces choses qui rythmaient sa vie et qu'il ne connaîtrait plus. Et que connaîtrait-il alors ? Rien qui n'en vaille vraiment la peine, rien qui n'arrive à la cheville de ces quelques instants privilégiés auprès de Sam.

Don't bury me
Don't let me down
Don't say it's over
Cause that would send me under
Underneath the ground

"Va t'en", murmura-t-il enfin d'une voix brisée, avant de répéter avec plus de force : "Dégage ! Tout de suite !"

Il ne supporterait plus de le voir une seconde de plus. D'ailleurs, il ne voulait plus jamais le voir. Sans un mot de plus, Théo franchit une dernière fois la distance qui les séparait pour l'attraper sans ménagement par l'épaule. Il l'entraîna de force vers la porte, qu'il ouvrit brusquement avant de le pousser à l'extérieur et de refermer le battant en bois. Sa main fébrile tourna la clef dans la serrure, précaution inutile car il savait au fond de lui que Samaël ne reviendrait pas. Mais il s'enfermait à l'intérieur, il s'enfermait dans sa solitude et son désespoir, où personne ne viendrait le chercher. Les seules personnes au courant de sa situation, auprès desquelles il aurait pu quémander du réconfort, voire même de l'aide, se trouvaient à Poudlard ou étaient des amis de Samaël avant d'être les siens. Théo ne chercha même pas à sortir de chez lui et il se glissa dans son lit, tremblant, les bras serrés autour de lui. Il avait froid, si froid, et si mal... Et il était si seul, qu'allait-il faire ? Epouser Rosaleen ou non, quelle importance désormais ? Et que ferait-il, la prochaine fois qu'il verrait Sam, Sam qui ne serait plus qu'un inconnu, quelqu'un qu'il avait eut l'habitude de fréquenter mais qui perdrait peu à peu sa substance, jusqu'à ne devenir qu'un fantôme de son passé ?

Les mots de son ancien amant tournaient en boucle dans sa tête. C'est fini, je ne t'aime plus... Cette fois, c'était bel et bien fini. Mais il l'aimait toujours, lui...


Don't say those words
I wanna live but your words can murder
Only you can send me under under under
Only you can send me under, yeah, under



Terminé pour Théo

HRP : Songpost sur Under, Alex Hepburn


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Formidable oh oh !

Depuis combien de temps était-il là ? Il n'en avait pas la moindre idée, comment s'était-il procuré la bouteille de Whyski qu'il tenait dans la main ? Aucune idée, tout comme les cadavres abandonnés à ses pieds. Il se rappelait vaguement être entré dans un bar puis avoir été chassé à la fermeture. Et il se rappelait des mots de Théo, de la violence de ses paroles, de la douleur qui transparaissait sur son visage. Il l'avait détruit, complètement et ça faisait mal, très mal mais au moins maintenant son ancien amant le détestait, c'était tout ce qu'il méritait, il avait sans doute était trop bon acteur, il n'avait pas douté un seul instant que ses paroles aient pu être fausses. Finalement, Théo avait-il toujours douté des sentiments qu'il éprouvait à son égard, peut-être que oui. Non, non il n'avait pas douté c'était pour cela qu'il avait eu si mal, pour ça qu'il avait été aussi blessé et "Tu sais quoi, j'aurais préféré perdre ton amitié et ne plus jamais t'adresser la parole, plutôt que de connaître tout ça !" tournait en boucle dans sa tête. Tout aurait été plus simple en effet, ils auraient continué leurs vies chacun de leur côté, sans avoir à se poser de questions. Théo n'aurait pas souffert autant, par sa faute. Il vida la bouteille qu'il tenait à la main et ouvrit sa jumelle qui se trouvait à ses côtés.

Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables

Quelle heure était-il ? Sans doute l'heure de rentrer, le ciel commençait à s'éclaircir, le jour allait bientôt se lever et il était là, assis à boire comme un désespéré. A essayer de faire disparaître le trou béant dans sa poitrine, à essayer d'oublier qu'il n'était qu'un minable. Il se leva en titubant, il avait oublié sa montre et il voulait savoir l'heure. Il y avait cette fille là-bas, peut-être pourrait-elle le renseigner mais peut-être était-il trop ivre pour ne pas se donner en spectacle.

Oh bébé, oups : mademoiselle
Je vais pas vous draguer,
Promis, juré
J'suis célibataire
Depuis hier putain
J'peux pas faire d'enfant mais bon c'est pas...
Eh reviens !
5 minutes quoi j't'ai pas insultée,
J'suis poli, courtois
Et un peu fort bourré
Mais pour les mecs comme moi
Vous avez autre chose à faire,
Vous m'auriez vu hier
J'étais

Il l'avait fait fuir, c'était bien sa veine. Mais la veille encore, il croyait que tout irait bien, il avait sincèrement cru qu'il pourrait vivre avec Théo, rien que tout les deux lorsque tout serait fini. Et il y avait eu ce baiser, cette prise de décision, ces mots. Ils étaient si bien ensemble, ils avaient passé des moments formidables qu'il n'oublierait jamais, de simples souvenirs, des chimères qui ne reviendront jamais. Il avait si mal et si honte, tellement honte d'avoir cru qu'il pourrait obliger Théo à le choisir lui, il avait été tellement égoïste et maintenant, ils souffraient tous les deux, la douleur était encore plus forte que lors de leur rupture de juin. Tellement plus vive, à cette époque, ils n'auraient pas dû recommencer, ils auraient dû s'oublier, passer à autre chose, ils auraient pu, Théo serait parti à Londres. Maintenant, ils étaient à Aber, tous les deux. Comment allait-il faire pour ne pas revenir sur sa décision lorsqu'il le croiserait, comment ferait-il pour supporter de voir la détresse de son ancien amant. Il allait pourtant devoir y faire face et souffrir en silence.

Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables

Heureusement qu'ils n'étaient là que depuis un mois, ils n'avaient pas trop de souvenirs en communs dans cette ville, le bord de mer allait sans doute être un endroit des plus douloureux, comme de voir les couples enlacés. Se tenant par la main dans la rue sans se douter qu'un jour le rêve finirait. Ils se rendraient compte que tout n'était pas rose et merveilleux, il y aurait des cris et des pleurs, des tromperies puis une séparation, une cassure, une fêlure, qui vous marquait à jamais. Ineffaçable, inoubliable, qui vous forgerait un nouveau caractère, une nouvelle caractéristique, pour certain ce serait un handicape certain à s'engager dans une relation sérieuse, pour d'autre ce serait une facilité à profiter de la vie déconcertante. Alors, il avait envie de leur dire à tous ses couples amoureux qu'il fallait qu'il profite bien aujourd'hui car demain tout serait fini. Et la passion envolée, seule la routine persisterait, la routine, les certitudes avant le drame, avant la fin.

Oh tu t'es regardé, tu t'crois beau
Parce que tu t'es marié,
Mais c'est qu'un anneau mec, t'emballes pas,
Elle va t'larguer comme elles font chaque fois
Et puis l'autre fille tu lui en a parlé?
Si tu veux je lui dis comme ça c'est réglé
Et au p'tit aussi, enfin si vous en avez
Attends 3 ans, 7 ans et là vous verrez
Si c'est

Il avait sincèrement cru à leur histoire, qu'ils pourraient tout surmonter à deux, il avait été bien trop naïf, bien trop crédule. Il avait été trop égoïste également, demander à quelqu'un de changer radicalement de mode de vie était irresponsable et inhumain. Il n'avait pas eu le droit de faire ça et pourtant, il l'avait fait, pourtant, il avait entraîné Théo avec lui, il l'avait poussé dans ses retranchements, jusqu'au point de rupture. Il avait été trop loin et aujourd'hui il le savait alors il avait fait machine arrière, du moins il avait voulu le faire pour limiter les dégâts mais Théo s'était déjà trop impliqué dans leur relation, trop attaché à lui, beaucoup trop vite. La réciproque était vrai. Samaël avait aimé Théo d'un amour trop fort, trop passionné et aujourd'hui, il en payait le prix fort. Aujourd'hui alors qu'il redonnait sa liberté à son amour, alors qu'il lui permettait d'avoir la vie qu'il méritait, pour ne faire souffrir personne. Il se retrouvait à faire souffrir la personne qu'il aimait le plus et à souffrir lui même. Mais ils finiraient par s'oublier et si Théo ne l'oubliait pas et bien il le détesterait et continuerait sa vie sans lui. Et peut-être finira-t-il par se dire que finalement tout était pour le mieux et qu'il avait évité de faire la plus grosse erreur de sa vie.

Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables

C'était ce qu'il espérait du moins, ce qu'il voulait pour Théo, parce que lui même ne pourrait pas oublier, il le savait, il le sentait. Théo était l'homme de sa vie et il l'avait quitté. Sans doute la pire bêtise qu'il n'ait jamais commise, en tout cas son corps et son cerveau embrumés par l'alcool le lui criaient, il avait mal, si mal et il avait beau boire, la douleur ne partait pas, on disait pourtant que l'alcool guérissait tout, il semblait que c'était faux, un mensonge, encore un. Il avait réussi à rejoindre le bord de mer en titubant, il regardait sans trop les voir les lèves-tôt qui faisaient leur footing matinal. La mer était belle, le soleil brillait, à l'opposé de son état actuelle, ironique n'est-ce pas ? Et tout ces gens qui le dévisageaient, ils n'avaient jamais vu quelqu'un ivre de toute leur vie ou quoi ? Il devait être bien pathétique.

Et petite Oh pardon : petit
Tu sais dans la vie y'a ni méchant ni gentil
Si maman est chiante c'est qu'elle a peur d'être mamie
Si papa trompe maman c'est parce que maman vieillit, tiens
Pourquoi t'es tout rouge? Beh reviens gamin
Et qu'est-ce que vous avez tous? A me regarder comme un singe, vous
Ah oui vous êtes saints vous
Bande de macaques !
Donnez moi un bébé singe, il sera

Et lui dans l'histoire, il n'arrivait pas à savoir si sa peine était réellement légitime, n'était-il pas le méchant ? Pour Théo, sans aucun doute, c'était lui qui avait mis un terme à l'histoire, lui qui était à l'origine de la fin. "The End", terminé, fini, tout le monde rentre chez soi plus rien à voir. Et dire que Juliet trouvait qu'ils s'en sortaient bien. Un rire jaune lui échappa et il avala une nouvelle gorgée d'alcool bon marché. Ils s'en sortaient à merveille ça c'était certain, lui en train d'esseuler sa peine dans la bouteille et Théo, sans doute prostré dans son lit à panser ses plaies. Celles qu'il avait crée en lui disant qu'il ne l'aimait plus, encore un mensonge, comme tout ou presque depuis le début de cette relation, la seule chose sincère avait été leurs sentiments l'un envers l'autre et même ça aujourd'hui n'était plus que du vent. Un vent douloureux.

Formidable, fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables

Samaël se laissa alors tomber sur le sable de la plage galloise. Il était épuisé, vidé, anéanti, plus rien ne pouvait lui faire plus de mal qu'il n'en avait déjà. Peut-être pouvait-il se laisser partir, sombrer pour ne plus rien ressentir, sombrer pour oublier qu'il n'était qu'un "connard" pour reprendre les mots de Théo. Il entendit alors une voix prononcer son prénom, une voix féminine mais il n'ouvrit pas les paupières, ne se redressa pas, il n'en avait plus la force, il voulait juste qu'on le laisse tranquille, qu'on le laisse oublier. Mais la fille ne semblait pas de cette avis puisqu'elle entreprit de le remettre sur ses jambes. Il se laissa faire sans protester et ouvrit difficilement les yeux avant de les refermer, ébloui par les rayons du soleil matinal. Il eut cependant le temps de reconnaître Lola, étudiante en Médicomagie comme lui. Ils avaient déjà travaillé ensemble mais il ne s'attendait pas à la voir là, sur la plage, le ramassant comme une bouteille échouée. Parce qu'il ne devait pas ressembler à autre chose qu'une vieille loque toute ensablée et pathétique.

"Samaël, tu te rappelles où tu habites ?"
"Londres, ma sœur... Euh... non Aber... là-bas à côté... la plage... Juliet... Aaron."

Il avait mal au crâne maintenant mais la douleur était moins vive que celle de son coeur, il se sentit porté par Lola, elle était plus forte qu'il n'y paraissait et plus courageuse aussi. Ces pensées s'égaraient, il perdit légèrement la notion du temps et des distances, lorsqu'il sentit qu'on lui faisait les poches à la recherche de ses clés. Il sentit qu'il marchait encore un peu avant de s'avachir sans ménagement sur son matelat. Il perdit alors complètement toute notion de réalité et sombra aux pays des cauchemards sans voir de grande différence avec sa réalité. Il sentit une légère pression contre son front avant de sombrer totalement, sans se douter que sur son bureau la lettre de sa soeur l'attendait déjà avec des mots de joie.

"Joyeux anniversaire Samaël"

Fooormidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j'étais fort minable
Nous étions formidables

Fin du Rp




Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Goodbye my lover [Théo & Samaël]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Goodbye my lover ~ Goodbye my friend /Dawn/
» Goodbye my lover [Théo & Samaël]
» Goodbye my lover, goodbye my friend ...
» I think that it's time to say goodbye [Libre]
» Goodbye my old friend...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Aberystwyth,-