AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Mother [Aurora & Théo Nott]

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Aurora Nott
Mère de Théo et Artémis Nott


10 octobre 2007, Manoir Nott


Aurora Nott avait toujours été une femme digne et appliquée. C'était vrai dans son travail, pour lequel elle effectuait avec soin des tâches de petite main ne nécessitant aucun diplôme, et cela permettait de faire vivre la famille. Cela avait été vrai avec son époux, et cela l'était encore aujourd'hui. Elle avait été là pour le soutenir pendant son engagement durant la guerre, puis le temps du procès. Elle entretenait une correspondance assidue avec Théophane depuis le début de son emprisonnement, et lui rendait visite dès qu'elle y était autorisée, que ce soit avec ou sans ses enfants. Elle lui était restée fidèle, malgré la séparation, et s'était appliquée à s'occuper de leurs enfants de son mieux, les élevant d'une façon qui devrait, selon elle, les préserver au mieux des duretés du monde. Les protégeant à sa façon, même s'ils avaient parfois du mal à l'apprécier, surtout son aîné...

Mother do you think they'll drop the bomb
Mother do you think they'll like the song
Mother do you think they'll try to break my balls
Ooooh aah, Mother should I build a wall...


Aurora était une femme aimante et protectrice, et rien ne comptait plus pour elle que sa famille. Ses deux enfants ayant beau s'approcher dangereusement de l'âge adulte, elle n'en restait pas moins décidée à assurer son rôle de mère avec application et dignité, même si cela impliquait parfois quelques méthodes peu orthodoxes. Ainsi, Aurora occupait ses jours de congés à régler les détails du mariage à son fils, mariage que l'on pouvait certainement de qualifier de...suggéré. Aurora était occupée à reprendre une de ses anciennes robes pour la cérémonie du mariage. Elle aurait bien aimé pouvoir s'en offrir une nouvelle, mais les finances de la famille n'étaient pas exactement au beau fixe et il lui avait déjà fallut payer pour la bague qu'elle avait choisi pour Rosaleen, ainsi que pour la fête de fiançailles. Aurora ne s'était épargné aucune dépense pour cette dernière, c'était comme un moyen pour elle d'ôter ses dernières réserves à son fils. Théo avait là un avant-goût du monde qu'il s'apprêtait à embrasser en poursuivant dans cette voie, un monde de prestige retrouvé aux bras d'une femme toute aussi digne et appliquée que sa mère, un monde dans lequel il occuperait une place de choix en exerçant un métier honorable.

Mother should I run for president
Mother should I trust the government
Mother will they put me in the firing line
Ooooh aah, is it just a waste of time
Hush now baby, baby don't you cry...

Un flamboiement de cheminée et le bruissement d'un tissu que l'on époussette ne suffirent pas à lui relever la tête. Aurora savait qui était là. Elle l'avait pressenti, à la boule d'angoisse qui ne la quittait pas depuis plusieurs jours. Une mère savait toujours.

"Bonjour, Théo", salua-t-elle d'une voix tranquille, sans redresser la tête, appliquée à son ouvrage. "Que me vaut le plaisir de..."

"Arrête."

La voix dure et furieuse de son fils transperça l'air et, pendant un quart de secondes, elle crut entendre son époux. Parcourue par un frisson, Aurora figea son geste et redressa la tête pour tourner vers Théo un visage percé par deux grands yeux bleus écarquillés. Bien sûr, elle s'était attendue à ce que Théo ne soit pas très heureux de la situation, bien sûr, elle savait qu'ils auraient un jour ou l'autre une conversation plutôt douloureuse, depuis ce regard qu'ils avaient échangé lors du repas de fiançailles chez les Rosier. Aurora savait pertinemment qu'elle n'avait pas été très fair-play en prenant ainsi son fils par surprise, préparant et planifiant avec minutie ces fiançailles des mois durant sans en piper mot. Mais elle n'aurait pas eu à faire tout cela si Théo n'avait pas été aussi occupé à se perdre, à dériver de façon toujours un peu plus visible, et toujours un peu plus loin d'elle. Or Aurora ne pouvait laisser son fils échapper à son contrôle. Théo n'avait jamais su prendre soin de lui, bien au contraire, il avait parfois des instincts terribles et auto-destructeurs. Elle n'oublierait jamais l'état dans lequel il était à l'époque des débuts de Théophane à Azkaban, et de ses propres débuts à Poudlard. Elle avait eu peur qu'il ne parvienne jamais à s'en remettre, et n'avait su comment l'aider, douloureusement consciente du fossé qui se creusait entre son fils et elle. Artémis était heureusement suffisamment jeune pour s'y faire, mais il avait été trop tard pour Théo. Aussi, quand il avait fini par trouver un semblant d'équilibre dans sa vie, par gagner en assurance et en confiance puis par devenir le jeune homme parfait qu'elle avait toujours rêvé qu'il soit, Aurora s'était promis de ne jamais lui laisser perdre cela. Et sa promesse était en danger. Des vacances suspectes en Italie, un déménagement chez les moldus tout aussi dérangeant, et une attitude pour le moins confuse qui alternait entre bouffées subites d'affection et une froideur qui le rendait plus impassible et inaccessible que jamais...

Aurora était perdue. Ce qu'elle avait pensé être, au départ, une simple prise de contact avec les Rosier s'était précisé, et l'idée d'un mariage rapide était né dans son esprit. Aurora avait d'abord songé à en parler rapidement à son fils mais l'attitude de Théo durant les vacances d'été avait été tellement étrange qu'elle n'avait su comment s'y prendre, et puis une chose en entraînant une autre... Elle avait fini par prendre sa décision, ce jour là, à Aberychouette, lorsqu'elle avait abandonné son fils avec ses cartons en plein enfer moldu, entre deux champs de moutons. Il épouserait Rosaleen Lestrange, il reviendrait vivre au Manoir avec son épouse et tout rentrerait dans l'ordre.

Elle avait voulu le protéger, mais elle comprit à cet instant son erreur. Elle n'était pas parvenue à le protéger, bien au contraire, l'homme qu'elle avait face à elle ressemblait plus que jamais au garçon de onze ans méfiant et peureux qu'elle avait vu partir sur le quai 9 3/4, huit ans auparavant. Ce regard dévasté, dans lequel on pouvait lire la perte de l'homme qui compte le plus pour lui au monde, était de retour sur le visage de son fils, un visage émacié, cerné, embrouillé. Sa tenue était froissée et pleine de suie malgré ses efforts visibles pour être bien présenté. Elle retint un sourire malvenu en constatant à quel point elle l'avait bien éduqué. Même s'il irradiait de fureur, Théo avait fait un effort de tenue pour venir la voir...

Elle garda le silence un long instant, à contempler son oeuvre.

Mama's gonna make all of your
Nightmares come true
Mama's gonna put all of her fears into you
Mama's gonna keep you right here
Under her wing
she won't let you fly but she might let you sing
Mama will keep baby cosy and warm
Ooooh Babe Ooooh Babe Ooooh Babe
Of course Mama's gonna help build the wall


Le silence s'éternisait, alors que Théo avait l'air d'avoir une couleuvre coincée au travers de la gorge, qu'il s'efforçait de faire sortir. Aurora sentit une peur blanche l'envahir soudain, ses mains se crispèrent sur le tissu de la robe et elle déglutit nerveusement, envahie par des sueurs froides. Quelque chose de très important était sur le point de se passer, quelque chose qui allait tout changer, tout bouleverser, quelque chose qu'elle ne pouvait pas laisser arriver. Elle ne s'en remettrait pas, elle ne se le pardonnerait pas, alors elle accrocha un sourire charmant sur son visage comme on lui avait appris à le faire dans sa jeunesse et décida de faire comme si de rien n'était.

"J'étais en train de préparer ma robe pour ton mariage, tu veux la voir ?", finit-elle par demander avec une pointe de timidité.

Théo explosa alors de colère, sa voix furieuse brisant le silence harmonieux qui régnait dans la pièce avant son arrivée, brisant également les illusions de sa mère qui se recroquevilla instantanément sur sa chaise.

"Non ! Je ne veux pas la voir, et d'ailleurs tu peux t'arrêter tout de suite, parce qu'il n'y aura pas de mariage. Tu m'entends ?! Pas de mariage ! Je n'épouserai pas Rosaleen Lestrange !"

Aurora se glaça littéralement, son visage perdant toutes couleurs tandis que son pouls adoptait une allure bien trop rapide pour une femme habituée depuis des années à écouler des jours calmes et monotones. Oh, Merlin !, s'exclama-t-elle intérieurement en portant sa main à sa poitrine. Elle y avait presque cru, en le voyait si souriant et à l'aise à la fête de fiançailles, elle avait fini par y croire. Aurora avait pensé que son coup allait fonctionner, qu'elle avait pu convaincre Théo d'abandonner ses égarements avec cette alliance qui, si elle n'était pas parfaite, réglait tout de même un certain nombre de problèmes. Hélas, c'était sous-estimer les capacités de rébellion de son fils, et sur-estimer sa maturité et sa loyauté envers sa famille...

"Je vais rompre avec elle demain, je souhaitais simplement t'informer auparavant", reprit-il d'une voix plus calme, sur le ton de la conversation. Comme s'il lui annonçait la météo.

Reprenant peu à peu ses esprits, Aurora abandonna son ouvrage sur la table du salon et se releva avec dignité, lissant sa robe avec application, les mains légèrement tremblantes. Sa voix ne tremblait pas, en revanche, lorsqu'elle répliqua avec détermination, sans se laisser impressionner par son fils qui s'avançait vers elle, presque menaçant.

"Tu plaisantes, Théo ? Ne crois-tu pas qu'il est un peu tard pour exprimer tes doutes ? Je t'interdis de faire un caprice d'enfant gâté ! Tu sais ce que nous avons sacrifié, ton père et moi, pour que ta soeur et toi puissiez bénéficier de ce futur alors tu n'as pas le droit de n'en faire qu'à ta tête ! Et puis qui pourrait être mieux que Rosaleen ! Elle est parfaite, elle a tout pour te plaire !"

Mother do think she's good enough for me
Mother do think she's dangerous to me
Mother will she tear your little boy apart
Oooh aah, mother will she break my heart
Hush now baby, baby don't you cry


"Il y a bien quelqu'un."

Aurora ferma brièvement les paupières et adressa une prière mentale à tous les grands hommes sorciers qui lui passaient par la tête. Elle connaissait instinctivement les prochains mots qui allaient sortir de la bouche de Théo. C'était précisément pour ne jamais, jamais devoir les entendre qu'elle avait fait tout cela. Rosaleen, le mariage, le mensonge... Ce n'était peut-être pas très digne ni honorable mais, par Merlin, c'était tellement moins infamant que ce qu'il s'apprêtait à lui confesser ! Elle avait voulu le préserver de cela, l'en détourner et l'amener à très vite oublier ce moment d'égarement dans la joie d'un mariage harmonieux et épanouissant. Elle avait voulu le protéger, mais il semblait qu'elle n'ait fait que précipiter sa perte.

Mama's gonna check out all your girl friends for you
Mama won't let anyone dirty get through
Mama's gonna wait up till you get in
Mama will always find out where
You've been


"C'est un homme."

Un sourire amer s'étira curieusement sur les lèvres d'Aurora, et elle put déceler la surprise de Théo. Oh, surprise, elle-même ne l'était pas. Une mère savait toujours. Et elle avait su, probablement bien avant Théo lui-même, que la façon qu'il avait d'évoquer sans cesse ce meilleur ami de Poudlard n'était pas normale. Non, il n'était pas normal que Samaël Smith soit le seul capable d'allumer un tel feu dans le regard si froid de Théo, il n'était définitivement pas normal qu'elle ne l'ait jamais vu aussi heureux qu'à son retour de Venise, ou ce matin là à Aberystwyth. Alors, Aurora n'était pas réellement surprise. Elle avait du temps pour tenter - et échouer - d'apprivoiser l'idée que son fils faisait ces choses là avec un autre homme. Son fils chéri, adoré, son fils qui rendait Théophane fou de joie et de fierté... Elle avait été longtemps révoltée par l'idée, au point de se voiler la face pendant bien longtemps, puis de se sentir envahie par le dégoût et l'indignation. Des images de son fils et de ce Smith - Smith, par Merlin, pourquoi lui parmi tous ? - l'avaient hantée longtemps, jusqu'à la rendre malade. Comment pouvait-il accepter de se dégrader ainsi ? Comment pouvait-il même apprécier cela, cela devait être...brr, rien que d'y penser, elle en avait des sueurs froides. Aurora avait les moeurs d'une dame de la haute société, d'une sang-pur, digne et appliquée. Comment avait-elle pu engendrer un fils pareil ?

Il n'en avait pas le droit, il ne pouvait pas. Ce n'était pas sain. Elle n'allait pas le laisser faire.

Mamma's gonna keep baby healthy and clean
Ooooh Babe Ooooh Babe Ooooh Babe
You'll always be a baby to me


"Rassure-toi, il m'a quitté, j'imagine que ça doit te rendre heureuse."

Heureuse ? Comment pourrait-elle être heureuse de voir son fils, son enfant, son bébé dévasté, déchiré, fourvoyé ? Comment pourrait-elle s'en remettre ? Elle l'avait perdu, malgré tous ses efforts... Elle avait jeté toutes ses forces dans la bataille, contre cet homme, et elle avait perdu. Théo avait perdu, aussi, car ce mur qu'elle l'avait aidé, forcé à construire au fil des années n'avait pas suffit à le tenir éloigné des péchés de ce monde. Au moins avait-il fini par faire fuir ce Samaël qui l'avait conduit à l'avilissement... Peut-être même qu'il parviendrait à ramener durablement Théo sur le droit chemin. Elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour s'en assurer, même si cela signifiait qu'elle devait perdre son fils pour de bon.

Mother, did it need to be so high ?




HRP : songpost sur Mother de Pink Floyd. Ce RP est un two-shots, suite et fin au prochain post, du point de vue de Théo.
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
What the hell are you standing there for?!
expecting me to help you, when I'm down myself,
Waiting my saviour, my world is flooding over,
there's no room for air, I can't breathe,
I would give a kingdom for one more day


"Je t'offre un verre ?"

Un regard hautain et condescendant en guise de réponse, Théo se laissa glisser de son tabouret et s'éloigna d'une démarche fière, abandonnant son verre à moitié vide derrière lui. Ce n'était pas parce qu'il avait décidé de noyer sa peine tous les soirs depuis dix jours dans le bar le plus obscur de la ville, seul attablé au comptoir comme le plus indigne des ivrognes, que les habitués devaient se sentir obligés de venir lui tenir compagnie. Il venait ici pour l'alcool et non pour les rencontres, c'était un bar moldu après tout. Et un bar bien mal fréquenté, puisque Théo avait eu la surprise d'être accosté non pas par une jeune femme en mal de sensations fortes mais bel et bien par un jeune homme, fort séduisant au demeurant. Les moldus n'avaient-ils donc aucune honte, aucune gène ? C'était déjà suffisamment embarrassant dans l'intimité, fallait-il en faire étalage ? Bien sûr, s'il avait réussi à surmonter sa pudeur, il ne se retrouverait pas dans une situation telle qu'il se sentirait obligé de s'enivrer tous les soirs... Il serait plutôt dans les bras de Sam. Merlin ! Ce qu'il ne donnerait pas, pour un jour de plus dans ses bras...

I'd give a kingdom
For one more day as a king of your world
I'd give a kingdom, for one more day


De retour chez lui, Théo se dirigea vers la salle de bain et observa son reflet d'un oeil critique. C'était effrayant, songea-t-il avec une légère fascination, effrayant de constater à quel point il avait l'air parfaitement normal, en pleine forme. Il n'arrivait même pas à se soûler convenablement, trop bien éduqué pour se laisser ainsi allé. Il n'avait pas eu les mêmes scrupules à la soirée de fin d'année, mais à l'époque il avait tenté d'attirer l'attention de Samaël. Pitoyable... Aujourd'hui, il gardait une parfaite maîtrise de lui-même, un parfait contrôle de son image. Les sang-pur hautains et froids avaient encore de beaux jours devant eux... A l'université, en cours avec lui, dans les couloirs du Ministère ou au bras de sa fiancée, Théo ne laissait rien transparaître. Il avait envie de hurler chaque fois qu'il croisait Sam, bien trop souvent à son goût dans cette ville bien trop petite, mais il ne disait rien, se contentant d'espérer de toutes ses forces, en vain.

What the hell am I waiting here for,
expecting you to come and give away your life,
Just for a moment of my time,
have a hole where I should have a heart,
I'm made of wood, I'm falling apart,
I would give a kingdom for one more day


Dix jours après, il était largement temps de se rendre à l'évidence. C'était bel et bien fini. Frappé par un brusque accès de rage, Théo envoya sa bouteille de shampoing dans le miroir qui se fissura, puis observa son reflet craquelé avec une certaine satisfaction. Cela faisait du bien, la colère, c'était bien la seule chose qui le faisait tenir depuis dix jours, là où l'alcool et l'auto-apitoiement le laissaient au bord du gouffre. Fermant les yeux, Théo inspira profondément et laissa toute sa colère, sa rage, son amertume l'envahir puis il prit une décision aussi folle qu'impulsive. C'était maintenant, c'était le moment, il était prêt.

I'd give a kingdom
For one more day as a king of your world
I'd give a kingdom, for one more day

La blessure béante était trop douloureuse, trop présente pour qu'il puisse espérer l'oublier. La situation était devenue intolérable, intenable, il devait agir. Il préférait encore tout perdre que de maintenir la situation qui lui avait coûté Samaël. Que pouvait-il lui arriver de pire ? Il ne pourrait pas souffrir plus, c'était impossible, alors autant profiter de cette douleur qui amoindrirait et absorberait toutes les autres... A cet instant, il aurait pu tout sacrifier, si Sam le lui avait demandé. Il ne le lui demanderait pas, mais Théo le ferait quand même, pour lui-même. Parce que ce mensonge était en train de le briser, parce qu'il préférait encore être seul et rejeté par sa famille que de mener ce mariage à bien. Cela devait finir, maintenant.

Alors, voilà. Il se prépara, se déplaça hésita, tergiversa, il crut mourir de honte, de peur, d'anticipation. Mais les mots sortirent de sa bouche, hauts et clairs, presque fiers.

"Il y a bien quelqu'un. C'est un homme."

I'd give it all for a heart
if I was a King I would give away my kingdom
Treasures and crowns wouldn't mean a thing
If I only had a heart, if I only had a heart...

Un sourire... Un sourire, emplit d'amertume, sur les lèvres de sa mère ! Abasourdi, Théo ajouta quelque chose, au sujet de Samaël qui l'avait quitté, plus pour tenter de la faire réagir qu'autre chose. Mais non, il avait bien vu, sa mère n'avait pas l'air surprise. Choquée, oui, à en juger par la main tremblante posée sur sa poitrine, qui se soulevait au rythme de sa respiration frénétique. Aurora avait l'air de celle qui a vu venir le coup de massue et n'a rien pu faire pour l'éviter. L'expression de son visage criait l'échec, l'impuissance. Une sensation glacée s'infiltra en Théo, douchant une bonne partie de sa colère.

"Tu n'as pas l'air surprise...", finit par interroger Théo, d'une voix beaucoup moins assurée.

"Je ne le suis pas", confirma Aurora avec toujours ce même sourire doux-amer. Théo avait l'impression d'être tombé dans une réalité parallèle. C'était impossible ! Le jeune homme avait imaginé cette scène des millions de fois, mais aucune des hypothèses qu'il prévoyait n'incluait cette donnée terrifiante ! Sa mère savait ! Elle savait, et elle l'avait manipulé en toute connaissance de cause... Merlin ! C'était probablement à cause de cela qu'elle l'avait poussé aux fiançailles, avec n'importe qui tant que ce n'était pas un homme, et le plus vite possible de préférence. Il fallait étouffer le scandale dans l'oeuf, le ramener sur le droit chemin avant qu'il ne commette l'irréparable et qu'il ne soit trop tard.

"Tu savais ?", répéta Théo d'un ton ulcéré. Sa colère était de retour, plus vive que jamais, véritable fureur qui menaçait d'annihiler les dernières bribes d'affection qu'il éprouvait pour sa mère. "Tu SAVAIS ? Et tu n'as rien dis ? Tu as... Rosaleen... tu savais et tu as...mais...comment...depuis quand ? Comment tu as pu ? T'avais pas le droit ! C'est...Mais tu es...sans scrupules...monstrueuse !"

Ses propos semblèrent enfin réveiller sa mère, qui vint se placer face à lui, le visage déchiré par la peine. D'un coup, elle se mit à crier, et Théo sursauta. Il n'avait jamais vu sa mère dans cet état.

"MONSTRUEUSE ? Je suis monstrueuse ? Mais regarde-toi, Théo ! Qui est le monstre de nous deux ? Qui fait des choses monstrueuses, interdites et ignobles ?! Ce n'est pas normal, Théo, tu t'en rends compte n'est-ce pas ? Tu sais que c'est mal ? C'est...c'est dégradant ! C'est indigne de ta part, c'est avilissant et ta honte rejaillira sur toute la famille ! Et qu'est-ce que tu crois que ton père va faire, va penser ?! Qu'est-ce que tu crois qu'on va dire de nous, de lui, en prison, de son fils perverti ? C'est ça que tu avais envie d'entendre, dis-moi, en venant m'avouer ce que je faisais semblant d'ignorer ? Mais qu'est-ce que tu espérais ?"

Sonné, Théo ne songea pas un instant à répondre à sa question. Ce n'était pas plus mal, car Aurora n'avait semble-t-il pas fini de vider son sac...

"Alors tu me trouves monstrueuse ! Mais qu'est-ce que tu voulais que je fasse, par Merlin ?! Que je te laisse briser ta vie et celle de toute ta famille sans réagir ? Je n'ai pas réagi, Théo, ces fois où tu me parlais de lui avec des étoiles dans les yeux, je n'ai pas réagi quand la moitié de tes lettres me parlaient de lui, je n'ai pas réagi quand tu es parti en vacances à Venise, Venise, Théo ! Et pourquoi pas Paris, tant qu'à faire ? Mais je n'ai rien dis, je t'ai fais confiance, j'ai cru que tu ne succomberais pas à tes instincts dégoûtants, et que tu saurais faire la différence entre ce qui est important et...et ça. Et tu es parti vivre chez les moldus, Théo, CHEZ LES MOLDUS ! Tu me prends pour une parfaite imbécile, pour t'imaginer que je ne devinerais rien ? Et qu'est-ce que j'étais censé faire ? Te laisser briser notre famille ? Tu ne crois pas que nous avons déjà assez souffert comme ça ?"

A ces derniers mots, Théo baissa les yeux, incapable de soutenir plus longtemps le regard si intense de sa mère. Il avait été tellement stupide. Bien sûr qu'elle savait. Il avait été naïf et stupide, il avait déçu absolument toutes les personnes qui comptaient pour lui, il avait tout brisé. Il était fautif sur toute la ligne, et ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même.

Now I know I will never love you,
I'm a man without a heart, I'm not allowed to feel human feelings
I'm king of the land, I'm ruler of seas,
I'd give it away in a moment.
If I only had one moment
I'd give a kingdom
I'd give a kingdom
I'd give a kingdom
For just one more day

Le silence s'instaura de nouveau dans le salon et Théo gardait la tête baissée, son regard fixé sur les mains tremblantes de sa mère, qui se tordait les doigts avec nervosité. Sa colère était toujours là, il se sentait toujours trahi et blessé mais comment ne pas la comprendre ? Sans doute aurait-il agi de façon similaire si c'était Artémis qui agissait de la sorte... Elle avait voulu protéger sa famille, son fils, et même s'il la détestait pour cela, il la comprenait. Car lui aussi était mort d'angoisse et de tristesse à l'idée de ce qui arriverait le jour où son petit secret serait connu de tous. Pourtant, il ne changerait pas d'avis, quand bien même il n'avait plus rien à gagner en s'exposant ainsi. Alors il redressa la tête et vrilla un regard éperdu sur sa mère.

"Je...je suis désolé mais je ne peux pas. Je l'aime, maman", avoua-t-il en un souffle, retenant de son mieux les larmes qui lui piquaient les yeux. Il ne pouvait pas pleurer devant sa mère comme un petit garçon, pas après ce qu'elle avait fait. Il était temps plus que temps qu'il s'affirme.

"Je sais que cela signifie quelque chose pour toi, tu ne comprends peut-être pas...le reste, mais tu comprends cela, n'est-ce pas ? Si je te dis que je l'aime. Je sais que tu aimes papa, que tu aimes Artémis et...j'espère... j'espère que tu m'aimes assez pour respecter cela. Parce qu'il n'y a rien que tu puisses faire ou dire qui me fera changer d'avis."

I'd give it all for a heart,
If I was a King I would give away my kingdom
Treasures and crowns wouldn't mean a thing
If I only had a heart...

Théo crut lire une lueur d'affolement dans les yeux de sa mère. Aurora semblait comprendre qu'elle était sur le point de perdre la bataille, et elle abandonna ses reproches, sa colère pour encadrer son visage de ses mains et murmurer d'une voix pressante :

"Ne fais pas ça, Théo, je t'en prie, réfléchis. S'il t'a quitté, tu as tout à perdre et rien à gagner alors soit intelligent, écoute-moi, épouse Rosaleen, personne ne te demande de l'aimer comme un fou mais épouse-là et tout rentrera dans l'ordre, je te le promets. C'est une jeune femme discrète, je suis sure qu'elle te laisserait...ta liberté."

Il pouvait sentir à son ton pincé à quel point ces derniers mots lui avaient coûté. C'était tout ce qu'il avait besoin de savoir, néanmoins. S'il s'arrangeait pour que les conséquences pour la famille ne soient pas trop désastreuses, sa mère pourraient peut-être finir par lui pardonner ses errances. Théo devait s'accrocher à cet espoir et tenir bon.

"Désolé. Je t'aime, je vous aime tous les trois. Mais non."

*Et ne me fait plus jamais pas*, pensa-t-il, mais il ne dit rien. Les reproches de sa mère étaient encore trop présents dans son esprit, trop douloureux.

Théo attrapa avec douceur les poignets de sa mère et ôta ses mains de son visage, avant de l'attirer brièvement dans ses bras, dérobant ainsi une dernière étreinte maternelle. Puis il fit volte-face, quitta le Manoir à grands pas et transplana.


I'd give it all for a heart
If I was a King I would give away my kingdom
Treasures and crowns wouldn't mean a thing
If I only had a heart,
If I only had a heart...



RP Terminé

HRP : songpost sur Kingdom for a Heart - Sonata Arctica


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Mother [Aurora & Théo Nott]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]
» Artémis Nott
» Aurora Vazquez-Flores
» Théo Nott
» Luxina ► i'm not crazy my mother had me tested

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-