AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Pour le meilleur et pour le pire [Ouverts à ceux qui veulent venir]

Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 381

Voir le profil de l'utilisateur
26 Septembre 2007 - Résidence des Greengrass

Le mois de Septembre était passé relativement vite. Il avait eu un peu de mal à se faire à ses fonctions de professeurs et ses premiers cours avaient été un peu hasardeux et sans doute pas assez professionnels, mais il apprenait petit à petit. Il apprenait à détester certains élèves, surtout. Et se prenait d'admiration pour les enseignants qui avaient réussi à la supporter pendant ses sept ans à Poudlard. Heureusement, il avait aussi des classes sympathiques, et tout se passait plutôt bien dans l'ensemble. Les meilleurs moments restaient tout de même ceux où il s'échappait de Poudlard pour retrouver Charlotte, qui lui manquait énormément le reste du temps. Il aurait bien passé tout le week-end seul avec elle, à ne pas sortir de son appartement, mais malheureusement ce n'était pas le programme de la journée.

Les fiançailles de son frère lui étaient complètement sorties de la tête jusqu'à ce que ce dernier ne les lui rappelle il y a une dizaine de jours, pour lui redemander s'il venait accompagné -une histoire de plan de table. Eliott lui avait répondu que oui étant donné qu'il avait miraculeusement convaincu Charlotte de l'accompagner. C'était vraiment important pour lui et s'il n'avait aucune envie de se retrouver dans la même pièce que son père ou de devoir répondre à des questions sur son drôle de plan de carrière -enseigner l'étude des moldus après avoir choisi la médicomagie pouvait paraitre étrange- il n'était pas mécontent de pouvoir présenter Charlotte à son frère, et à sa sœur. Il avait cru comprendre que Charlotte et Andrew ne s'appréciaient pas plus que ça, au Ministère en tout cas, mais il y avait une chance pour qu'elle et Paige s'entendent bien. Il aimerait autant que toute sa famille ne déteste pas sa petite-amie, même si cela ne changerait rien à ses sentiments pour elle évidement.

Il l'avait quitté une heure plus tôt pour aller se changer chez lui, cela faisait bien semaine qu'il n'était pas passé à son appartement. Il avait acheté un costume pour l'occasion. Moldu, le costume, il restait fidèle à lui-même. Dylan l'avait accueilli en râlant parce qu'il l'avait réveillé et lui avait demandé comment se passait son nouveau boulot -tout en rappelant qu'elle trouvait ça dangereux qu'on lui confie des enfants.

"T'es "prof" de quoi déjà ?
-D'étude des m...
-Des ?
-Quoi ? Oh euh...Je vais être en retard tiens ! Salut !"

C'était parfaitement faux, lui qui n'était jamais à l'heure était presque en avance aujourd'hui. Il avait dit à Charlotte qu'il repasserait vers onze heures pour venir la chercher. Il était rarement aussi ponctuel mais Andrew avait tellement insisté, à grands renforts de "ne sois pas en retard", qu'il préférait ne pas le décevoir.

Un instant plus tard il se trouvait devant la porte de l'appartement de Charlotte contre laquelle il frappa avant de se souvenir qu'elle lui avait donné un double des clés quand il était parti à Poudlard, pour qu'il puisse la rejoindre ici certains soirs. Il ouvrit donc la porte de l'appartement et la voix de Charlotte lui parvint de la salle de bain où elle terminait de se coiffer. Il s'adossa au plan de travail en l'attendant, attrapant avec curiosité un exemplaire de sorcière hebdo dont la couverture annonçait "Test : Êtes-vous faite pour le mariage ?". Il ne put évidement résister à la tentation de feuilleter le magazine à la recherche du test en question et sourit en constatant qu'il avait été fait. Il n'eut même pas le temps de lire la réponse à la première question "Votre film romantique préféré", puisque Charlotte sortit de la salle de bain. Il laissa échapper un "Wahou" d'admiration en la découvrant dans une superbe robe rouge qui lui allait à ravir.

"Tu es magnifique, souffla-t-il avec un sourire avant de s'approcher d'elle pour l'embrasser longuement. Comme toujours."

Il déposa un nouveau baiser sur ses lèvres, profitant de ce dernier instant seul avec elle avant qu'ils ne se retrouvent coincés entre d'austère sang-purs qui leur jetteraient des regards outrés s'ils avaient le malheur de se toucher du bout des doigts.

"Prête ? demanda-t-il finalement avec un sourire encourageant. Nous n'avons pas grand-chose à perdre de toute façon, une bonne partie des invités ne nous aime déjà pas beaucoup, ajouta-t-il avec un haussement d'épaule. A commencer par son père. Tant pis pour eux !"

Ils mirent quelques minutes à trouver une ruelle déserte et transplanèrent pour le manoir des Greengrass. Ils arrivèrent devant le portail où un elfe de maison guidait les invités vers la maison -comme si on pouvait la manquer. L'allée était pleine de gens qui s'arrêtaient pour saluer leurs connaissances mais Eliott fut soulagé de ne reconnaitre personne. Il n'avait jamais été particulièrement à l'aise avec les convenances, avec l'étiquette. Il avait grandi dans ce milieu pourtant, il avait reçu la même éducation que tous ces gens qui s'échangeaient des sourires hypocrites, mais il n'y arrivait pas. Il n'avait jamais été fait pour ça.

Il aurait pu être nerveux. Il aurait dû même. Il se retrouvait mêlé à toute la bonne société sorcière, qu'il fuyait depuis des années, tout le monde savait qu'il y avait quelque chose de louche le concernant, et il présentait pour la première fois sa petite amie à sa famille, officiellement du moins. Pourtant il n'était pas nerveux. Il avait toujours été un habitué des petits scandales, son oncle Leopold disait que cela mettait un peu d'ambiance. Il n'était plus à un scandale près. Et puis il n'y avait pas vraiment d'enjeux. Ce n'était plus son monde, ils ne reverraient sans doute jamais toutes ses personnes, alors s'il leur déplaisait, si on approuvait pas sa relation avec Charlotte, tant pis. Les seules personnes dont l'opinion comptait à ses yeux étaient Paige, Andrew, et sa mère.

"Merci d'être là, dit-il en passant son bras sous celui de Charlotte pour remonter l'allée menant à la maison. Et bienvenue en enfer, ajouta-t-il avec un sourire amusé. Je plaisante bien sûr, on devrait survivre, normalement."

Ils arrivèrent bientôt à l'intérieur où un elfe de maison les débarrassa de leurs vestes. Il furent ensuite accueillis par une Paige rayonnante qui s'avança vers eux avec un immense sourire. Elle serra brièvement Eliott dans ses bras avant de se tourner vers Charlotte.

"Charlotte c'est ça ? Ravie de vous rencontrer ! Et toutes mes félicitations, ça fait des années que je n'ai pas vu Eliott être à l'heure quelque part, vous devez avoir une bonne influence, poursuivit-elle avec un éclat de rire. L'intéressé ne prit pas la peine de relever, trop heureux de voir que sa sœur semblait vouloir partir du bon pied avec Charlotte. Je crois que nous sommes à la même table, on pourra faire connaissance un peu plus tard."

Eliott trouvait un peu étrange d'entendre Paige vouvoyer Charlotte. Certes elles ne se connaissaient pas mais elle n'avait que quelques années d'écart et puis Charlie était sa petite amie, pas une parfaite étrangère. La sœur de Charlotte l'avait tutoyé dès leur première rencontre, ou du moins dès qu'elle avait réussi à vaincre sa timidité et à lui adresser la parole.

"Les Malefoys viennent d'arriver, reprit Paige en s'éloignant déjà pour aller saluer Asteria. Je vous abandonne un moment."

Et elle disparut aussi vite qu'elle était arrivé. Eliott adressa un sourire encourageant à Charlotte, que Paige avait vraiment l'air d'apprécier -même si elle donnait toujours l'impression d'apprécier tout le monde- et promena son regard sur l'assemblée. Son frère n'était pas encore là, Daphnée non plus, ils se montreraient sans doute plus tard, et il n'avait pas vu sa mère mais croisa le regard de Leopold qu'il salua son sourire. Il avait toujours bien aimé son oncle qui était beaucoup plus amusant que le reste de la famille. Il aurait aimé qu'il soit son parrain, lui plutôt que Daniel. Parce que maintenant en plus d'être le fils indigne, il était le neveu d'un traitre, il cumulait. Qu'on ne se demande plus pourquoi il ne se sentait pas à sa place dans ce genre de réception.



Adonis GreengrassSous-directeur de Poudlardavatar
Messages : 249

Voir le profil de l'utilisateur
"Adonis, il serait temps que tu songes à te marier."

"Ce n'est pas une urgence mon oncle, je vous assure. Daphné n'est pas encore officiellement fiancée, je ne voudrais pas lui faire de l'ombre en annonçant mes propres fiançailles."

"Tu as déjà quelqu'un en vue ?"

"Je n'ai pas dit ça mais cela se pourrait bien."

"Je te préviens Adonis, ne joue pas trop à ce jeu avec moi. Je t'aime comme un fils, je ne pense qu'à ton bien mais je pense également au bien de notre famille et les gens commence à parler."

"Ce ne sont que des commérages mon oncle, des contes de bonnes femmes aigries rien de plus."

"Peut-être bien, tu as même sans doute raison mais en attendant les rumeurs circulent et je ne laisserais pas notre famille être décrédibilisé à cause de toi. Je te préviens Adonis, tu as un an pour te fiancer, si dans un an, tu n'as pas arrangé cette situation, tu peux faire une croix sur l'héritage."

"Quoi ? Mais... vous n'avez pas le droit. La part de ma mère me revient de droit, vous ne pouvez pas me l'enlever."

"Tu crois ça ? N'oublies pas qui tu es. Tu n'es qu'un bâtard, un bâtard de né-moldu élevé au rang de seigneur par ma famille, pour que le nom des Greengrass soit préservé mais si tu le souilles à quoi bon ?"

Le jeune homme serra alors les poings, il n'était pas n'importe qui, il avait été élevé comme un Greengrass et ça faisait mal de revenir sur terre, un bâtard, il n'était que ça finalement, il n'y avait jamais vraiment cru, il pensait certes qu'il avait été conçu hors mariage mais il croyait que son père était un homme important, un sang-pur qui ne l'avait pas reconnu ou qui était mort, peut-être même un Mangemort ou Lord Voldemort en personne. Il ne savait pas trop ce qu'il avait cru mais on ne lui avait jamais clairement dit qui était son géniteur et il s'en fichait, il n'avait jamais voulu savoir au fond, son statut lui convenait parfaitement.

"Je crois que j'ai compris la leçon Mr Greengrass."

Il inclina légèrement la tête en signe de soumission, il était hors de question qu'il perde tout ce qu'il avait, il crut entendre son oncle soupirer alors qu'il lui tournait le dos pour rejoindre le Hall désert, la réception avait lieu dans le parc, le manoir n'avait pas encore été ouvert et Daphné, légèrement anxieuse, semblait attendre Andrew. Il s'arrêta à son côté et lui embrassa le front.

"Tu as tout entendu n'est-ce pas ?"

Sa cousine leva les yeux vers lui et lui sourit tendrement alors qu'elle se saisissait de sa main pour la serrer légèrement. Elle était magnifique dans sa robe de satin bleue et elle semblait heureuse avec son Andrew, lui n'aurait sans doute pas ce plaisir avec sa future femme, à moins qu'il ne se décide à passer à l'action, cela serait difficile et compliqué mais il savait qu'il pouvait rendre Rosaleen heureuse. Si elle lui laissait sa chance.

"Je suis désolée Ninis. Il t'aime beaucoup tu sais et il veut juste nous protéger et puis pour moi peu importe qui est ton père, tu seras toujours mon cousin chéri, mon petit Ninis adoré. Juste, promets moi que tu ne feras rien que tu pourrais regretter."

Son regard clair le transperça et il eut l'impression qu'elle savait, qu'elle savait tout. Son travail pour Leopold, ces mensonges, ce dont il était capable, la folle envie qui l'avait frappé juste après qu'il eut quitté Asgard dans le couloir désert qui avait abrité leur conversation. Cette envie de meurtre, il n'aurait eu aucun scrupule mais aurait-il supporté la tristesse dans les yeux de Daphné ? Sans doute pas, c'était ce qui le retenait avant toute chose.

"C'est promis."

Il esquissa un léger sourire et serra sa cousine tout contre lui, la seule qui pouvait se targuer de pouvoir lui faire promettre quoique ce soit, il relâcha son étreinte alors que Andrew venait vers eux, il le salua et les laissa seul pour affronter la foule qui s'était déplacée pour assister à l'événement. Et il enfila son masque hypocrite de parfait héritier. Il fut bientôt rejoint par Astoria et son mari. Il les salua chaleureusement et s'attarda quelques instants auprès de son filleul. Il jouait son rôle à merveille mais ne ressentait absolument rien pour le rejeton de sa cousine. Il avait beau chercher au plus profond de lui, il n'éprouvait qu'un minime intérêt pour Scorpius. Il se demanda alors un instant si il en serait de même pour ses propres enfants.

Il chassa rapidement la question de ses pensées et continua son petit tour parmi la foule, il aperçut alors la silhouette de Charlotte Meyer, elle se tenait au côté d'Eliott Warlock, ainsi c'était lui son petit-ami, John Warlock avait dû faire un bond de quinze mètres quand il avait appris avec qui sortait son fils. Un léger sourire presque amical s'afficha sur ses lèvres alors qu'il s'avançait vers eux, il se fit d'ailleurs légèrement plus charmeur alors qu'il s'adressait à la jeune femme.

"Charlotte, Eliott c'est un plaisir de vous revoir."

Il n'avait pas recroisé Eliott depuis Poudlard et il devait bien avouer que ça ne lui avait fait ni chaud ni froid. Ils n'avaient jamais été très proche et bizarrement le fils Warlock esquivait presque toutes les soirées mondaines.

"J'ai appris que tu avais été nommé professeur remplaçant d'Etudes des Moldus. Félicitations."

C'était loin des Etudes de Médicomagie dont John Warlock parlait avec tant de fierté, le sourire d'Adonis s'accentua légèrement. La journée ne serait peut-être pas aussi désastreuse que cela finalement.


Adonis Greengrass
Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Elle n'aurait jamais dû accepter d'aller à cette réception idiote et le destin semblait la conforter dans cette idée. Elle avait filé sa paire de bas alors qu'elle venait juste de l'enfiler à cause d'un clou qui dépassait légèrement de sa commode et son flacon de vernis avait éclaté sur le carrelage de sa salle de bains quand elle avait saisi sa brosse à cheveux. C'était sûrement un de ses jours où elle aurait mieux fait de ne pas quitter son lit et où elle ne devrait surtout pas s'aventurer dans un endroit pire que la Chambre des Secrets en étant une Née-Moldus : une réception de Sang-Pur rétrogrades. C'était vraiment et uniquement par amour pour Eliott qu'elle l'accompagnait là-bas et pas pour le plaisir de passer son temps avec des gens qui allaient sûrement la mépriser. L'idée de cette réception l'angoissait depuis des jours et elle avait bassiné Jensen et Lilly, ainsi que Seamus - qui avait été scandalisé d'apprendre qu'elle sortait avec le fils de John Warlock et qui lui avait sorti un magnifique "ça t'apprendra" - pendant des heures et des heures sur l'enfer qu'allait être cette soirée. Elle avait envoyé des ondes télépathiques au Commandant pour qu'il lui colle une garde aujourd'hui et toute la nuit mais il était resté insensible à ses appels alors qu'il ne se privait pas d'habitude pour faire annuler ses soirées entre copines, ses rendez-vous avec Eliott ou les dîners chez ses parents. Si on ne pouvait même plus prendre l'excuse du travail pour fuir des obligations sociales où allait le monde ?

Et puisque la date fatidique de la réception s'était rapprochée inexorablement, Charlotte avait adopté une autre technique : irréprochablement. Elle avait mis une somme bien trop élevée à son goût - son coffre à Gringotts allait la détester - dans une robe de soirée chez T&T et avait pris un café avec son ancienne camarade de classe Ellen Perkins qui, à défaut d'être Sang-Pur, s'y connaissait en étiquette et autre fatras étant donné qu'elle était issue d'une famille assez bourgeoise qui aimerait fréquenter ces cercles. Cela avait été l'occasion de constater qu'elle était toujours aussi dérangée même si elle était tout à fait sympathique si on approchait pas sa proie du moment. Bref, Charlotte avait fait comme avant un duel au BDA : elle s'était renseignée sur son adversaire. Et envisageait désormais de se casser une jambe ou de supllier un Mardolien pour qu'il fasse une petite attaque sur le Chemin de Traverse, histoire d'être rappelée en urgence. Elle priait d'ailleurs tous les Saints pour être appelée ce soir. Une petite histoire de torture ou d'Imperium, ce n'était pas trop demandé quand même ? Malheureusement, pour le moment, aucun Patronus n'était venu troubler le silence de son appartement et Charlotte en était réduite à faire tourner des mèches de cheveux autour de son chignon avec l'enthousiasme d'une condamnée au Baiser du Détraqueur.

- Je suis dans la salle de bains ! lança-t-elle en entendant la porte d'entrée s'ouvrir et ayant les mains bloquées par la fixation d'une fine pince qui avait décidé de se rebeller.

Elle avait fait faire un double de ses clés fin Août et l'avait confié à Eliott pour qu'il puisse la rejoindre même quand il finissait très tard ou qu'elle-même n'était pas encore rentrée du bureau, ce qui arrivait souvent quand il passait à l'improviste. Et puis c'était également plu pratique pour lui d'avoir une clé de chez elle. Elle réussit enfin à fixer sa dernière pince et adressa un regard critique à son reflet. Elle s'était appliquée sur les moindres détails, du maquillage au choix de la robe - c'était Sheba Twilfit qui l'avait aidée en lui assurant qu'elle s'y connaissait dans ce genre de situation, elle parlait même d'expérience - mais elle avait l'impression qu'elle se ferait quand même descendre en flèche. Cela allait être une chouette journée, songea-t-elle en soupirant. Elle sortit de la salle de bains la mine préoccupée mais ne put s'empêcher de sourire en voyant son petit-ami tranquillement appuyé contre son plan de travail plongé dans Sorcière Hebdo.

- Je peux te le prêter si tu veux, lança-t-elle, amusée.

Elle baissa les yeux, à la fois flattée, gênée et amusée lorsqu'il déclara qu'elle était magnifique et posa ses deux mains sur ses épaules lorsqu'il l'embrassa. Elle ferma les yeux et profita de leur étreinte, laissant échapper un léger sourire lorsqu'ils se séparèrent et enfouissant son visage dans son coup et passant ses bras autour de sa taille tandis qu'Eliott déclarait qu'elle était toujours magnifique. Ravie, elle releva la tête vers lui et il déposa un autre baiser sur ses lèvres, ce qui lui arracha un sourire.

- Tu sais qu'on pourrait faire tout autre chose de beaucoup plus amusant que d'aller passer la journée dans cette réception ? demanda-t-elle dans une dernière tentative pour se défiler.

Malheureusement son petit-ami ne semblait pas l'entendre de cette manière puisqu'il était décidé à aller à ces fiançailles. Ce n'était pas même un mariage, songea Charlotte, dans un élan de mauvaise foi. Sérieusement, qui faisait des réceptions de fiançailles de nos jours ? Le mariage, elle voulait bien, mais les fiançailles. Évidemment, c'était quelque chose d'important mais c'était très intime comme procédé, les fiançailles. Pourquoi en faire une fête ? On se serait cru dans un roman de Jane Austen. Et malgré tout l'amour de Charlotte pour la littérature anglaise, elle aurait préféré échapper à ce moment précis. Résignée, elle déposa un baiser sur la joue d'Eliott et murmura quelques mots d'amour à son oreille avant de se diriger vers le canapé pour attraper le sac qu'elle avait préparé après s'être levée ce matin et qu'Eliott soit parti rejoindre son appartement. Elle rit quand Eliott lui expliqua que personne ne les aimait dans les invités et lui jeta un regard entendu sans se départir de son sourire.

- Tu as le chic pour motiver les gens ! lança-t-elle en riant. Tu es sûr que tu veux y aller ? Vraiment vraiment sûr ? Je suis sûre qu'on peut tout à fait trouver plein d'autres activités tout à fait constructives, crois-moi ! Ca fait longtemps qu'on s'est pas vus en plus !

Mais l'amour d'Eliott pour son frère semblait être plus fort que ses supplications puisqu'ils finirent par quitter l'appartement de Charlotte non sans qu'elle ait tenté de glisser quelques sous-entendus dans ses phrases une nouvelle fois. Elle glissa ses doigts dans les siens au moment où ils transplanaient et se laissa guider pour finalement atterrir dans l'allée d'une bâtisse immense et imposante. Impressionnée, Charlotte évalua la demeure du regard. C'est sûr que ça pouvait changer de la maison de ses propres parents. Elle suivit Eliott machinalement, jetant des regards un peu intrigués aux gens autour d'elle. Il y avait des sacrées pontes du Ministère ici, des gens qui pourraient la faire virer d'un claquement de droit, songea-t-elle tandis qu'Eliott passait un bras sous le sien et qu'elle posait sa main droite sur son avant-bras, un peu nerveuse.

- C'est tellement rassurant, souffla-t-elle avec un sourire nerveux. J'ai mon badge dans mon sac et ma baguette, tu penses que je peux Stupéfixer certaines personnes ?

Tout était plus simple quand on pouvait se servir d'une paire de menottes magiques. Ils finirent par arriver dans le hall d'entrée où un Elfe de maison - sérieusement, un Elfe de maison, un vrai ! - prit leurs capes. Enfin, le manteau d'Eliott. Charlotte avait choisi une robe de sorcière pour ne pas froisser les esprits étriqués des convives du mariage mais son petit-ami avait choisi de faire dans la provocation et avait un très beau costume moldu qui lui allait vraiment plus que bien. C'était vraiment dommage de devoir attendre de telles occasions pour le voir ainsi... Charlotte s'apprêtait à murmurer quelques mots à l'oreille d'Eliott - puisqu'il l'avait trainé ici, elle avait son propre moyen pour se venger - quand une jeune fille, qui ne pouvait qu'être la petite sœur d'Eliott, apparue devant eux, rayonnante. Ne pas fuir, se morigéna Charlotte. Elle était Lieutenant Auror, elle n'allait pas fuir devant une enfant de dix-sept ans quand même ! Elle l'observa serrer Eliott dans ses bras avant de se tourner vers elle, un sourire qui semblait sincère aux lèvres.

- C'est ça, Charlotte Meyer ! répondit-elle, se détendant un petit peu.

Premier Warlock : check. Elle semblait normale en plus. Elle rit à sa remarque sur la ponctualité d'Eliott, même s'il était plutôt ponctuel avec elle, elle l'avait vu de nombreuses fois arriver en retard en cours pendant leur scolarité.

- Ce sera avec plaisir, répondit-elle quand Paige lui dit qu'elles étaient à la même table. Cela faisait au moins quelqu'un à qui parler. J'aime bien ta sœur, déclara Charlie à Eliott en se tournant vers lui.

C'était important de le signaler, tout de même. Elle suivit Eliott dans la salle de réception, nerveuse, et s'efforçant d'aborder une expression neutre. Oh Merlin. C'était Leopold Marchebank qu'elle venait d'apercevoir là ? Le Directeur de Département ? D'accord, normal, pas de panique. Il ne manquait plus de croiser Dalnox ou Fiennes et elle était finie. Quoique, ils étaient trop moldus pour ce genre de fête, songea-t-elle, mesquine. Elle promena son regard sur la foule et vit Adonis Greengrass avant qu'il ne la voit. Oh, Merlin. Ou Morgane, pour changer un peu. Évidemment, le frère d'Eliott épousait une Greengrass, elle aurait dû se douter qu'il serait là. Le problème, c'est qu'elle avait donné son nom à Eliott et ce dernier savait parfaitement qu'Adonis avait essayé de l'embrasser en Juillet dernier. Certes, Eliott était peut-être un petit peu du genre jaloux. Un peu beaucoup. Mais ils étaient des adultes civilisés, non ? Ils pouvaient se tenir correctement, tout de même. Elle observa Adonis se diriger vers eux avec un petit sourire que Charlotte classa facilement dans la catégorie des sourires suffisants. Leur soirée s'était bien terminée mais elle avait retrouvé un peu de lucidité et de sens de l'analyse et la démarche d'Adonis était claire sur ce qui ce qu'il pensait de lui-même, pas besoin d'être Auror pour le voir. Sa main frôla celle d'Eliott pour attirer son attention et elle se rapprocha inconsciemment de lui. Elle remarqua son sourire charmeur et songea que finalement, elle doutait un peu de leur capacité à bien se tenir.

- Adonis, c'est réciproque, répondit-elle avec un sourire un peu crispé.

Elle n'aimait pas la manière dont il les regardait et remarqua nettement la provocation dans les mots qu'il adressa à Eliott. Pour qui se prenait-il ? De quel droit se pensait-il aussi supérieur alors qu'il n'y avait bien que son égo pour lui servir de trône ? C'était ainsi que tout le monde allait se comporter avec Eliott ce soir ? Être aussi méprisant que l'était Greengrass ? Agacée, Charlotte fronça les sourcils. Il voulait jouer aux sous-entendus amicaux ? Mais elle savait très bien le faire aussi, n'en déplaise à qui que ce soit.

- Tu n'es pas accompagné, Adonis ? s'enquit-elle avec un sourire. Les bars étaient fermés et tu n'as pas pu trouver de fille à ramasser ? Quel dommage !

Le sourire était affable, le ton aimable et elle avait un air parfaitement innocent. Elle apprenait vite, quand même.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Pour le meilleur et pour le pire [Ouverts à ceux qui veulent venir]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'oscar de meilleure actrice pour Marion Cotillard
» Chambre n°4 : Quand quatre murs réunissent pour le meilleur et pour le pire deux étudiantes
» Pour le meilleur et pour le pire (PV : Joker)
» Apollon – dieu pour le meilleur et pour le pire
» Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-