AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Boulevard of Broken Dreams [Jeremy]

Rosaleen MarchebankPremière dameavatar
Messages : 364

Voir le profil de l'utilisateur
14 Octobre 2007

- Et voilà pour vous ! Trois Whisky Pur-Feu et un soda à la cerise, ce qui vous fait vingt-trois mornilles et trois noises ! annonça Rosaleen avec un sourire.
Elle récupéra les pièces qu'on lui tendait, les rangea dans la poche de son tablier avant de se diriger vers le bar et de passer derrière pour déposer la monnaie dans la caisse et déposer son plateau qu'elle nettoya d'un coup de baguette. Elle annonça à Bob que son service était fini pour ce soir et passa dans l'arrière salle pour se changer. Elle verrouilla la porte derrière elle, retira son tablier et sa robe de service avant d'enfiler quelque chose de plus élégant qui lui permettrait de rentrer chez elle sans causer de crise cardiaque à ses grands-parents. Ils étaient déjà suffisamment en colère depuis qu'ils avaient appris que ses fiançailles étaient rompues, elle ne préférait pas aggraver les choses. Rosaleen avait demandé à Théo de la laisser dire à sa famille que c'était elle qui avait pris la décision de la séparation et l'idée qu'elle ait rompu avec Théo pour un caprice les mettait en rage. Elle s'était placée dans une situation plus que délicate vis à vis de sa famille mais préférait dire qu'elle était à l'origine de la rupture plutôt que d'annoncer qu'on l'avait encore laissé tombée. Ses grands-parents étaient plus que furieux et Rosaleen avait vraiment cru que sa grand-mère allait lui donner une claque quand elle avait annoncé qu'elle n'épouserait plus Théo.
Évidemment, la rupture de ses fiançailles n'était pas quelque chose qu'elle hurlait au monde. Elle avait fait annuler les quelques dispositions qui avaient été prises et les personnes proches d'elle, comme Aisling, ou bien de la famille étaient au courant même si elle était restée plus que vague sur la raison soudaine de cette rupture, s'abstenant de répondre à la moindre question. L'étiquette aurait voulu qu'une annonce officielle soit faite mais Rose n'avait pas eu cette force. Le bruit finirait par se répandre de lui-même suffisamment rapidement et les gens iraient de leur petit commentaire sur cette rupture et de leur petite théorie. Rosaleen avait la sienne, celle qu'elle avait maintenu face à sa famille : elle s'était rendue compte que Théo et elle n'étaient pas faits pour s'entendre et encore moins faits pour se marier, elle avait donc rompu les fiançailles. Elle avait même poussé le vice jusqu'à maintenir à ses grands-parents que s'ils n'avaient pas œuvré dans son dos, tout cela ne serait jamais arrivé. C'est à ce moment-là qu'elle avait vu la main de sa grand-mère se lever même si elle n'avait pas poursuivi son geste jusqu'au bout. Quoi qu'il en soit, Rose rasait les murs depuis cet épisode et passait la plupart de son temps dehors pour échapper à l'ambiance pesante du manoir et aux regards furieux de ses grands-parents qui ne voyaient en elle qu'une enfant capricieuse, irresponsable et impulsive.

Le Circée n'était pas plein ce soir et il y avait principalement des habitués qui sirotaient tranquillement leur consommation. Rosaleen adressa un sourire à sa collègue en revenant dans la pièce principale, farfouillant sous le bar pour retrouver la cape qu'elle avait abandonnée en arrivant. Elle n'avait pas l'intention de revenir tout de suite au manoir, elle comptait passer d'abord à la bibliothèque de Lycaon pour avancer dans ses devoirs et surtout échapper à sa famille. Ses grands-parents allaient finir par croire qu'elle fréquentait quelqu'un et que c'était pour cela qu'elle avait soi-disant quitté Théo mais elle préférait cela aux piques acides de sa grand-mère. Se plonger dans son travail scolaire et dans son travail de serveuse lui permettait de ne pas penser à tout ce qui arrivait dans sa vie personnelle, entre la blessure du décès de son père qui était toujours là, vive et douloureuse, son mariage avorté avec Théo et le conflit qu'elle vivait avec ses grands-parents en ce moment. Elle se sentait tellement seule depuis quelque jours que seuls ses livres étaient capables de lui faire oublier toutes les pensées qui tourbillonnaient dans sa tête. Malgré le fait qu'elle tentait de se persuader qu'elle n'y était pas vraiment pour quelque chose, que c'était l'orientation de Théo qui avait mené à l'échec de leurs fiançailles, elle avait encore ce sentiment amer d'échec et de déception. Après tout, malgré tout, Théo n'avait pas voulu d'elle. Elle ne l'avait pas suffisamment intéressée pour qu'il veuille l'épouser, tout comme elle n'avait pas intéressé Arthur et tout comme elle n'intéressait personne.

Elle ferma les yeux pour chasser ces pensés de son esprit avant de refermer la main sur sa cape qui avait été rangée là par Bob et de se relever. Elle était en train de nouer sa cape autour de ses épaules quand la porte du bar s'ouvrit en grand, laissant entrer de l'air frais provenant de l'extérieur. Quelle ne fut pas la surprise de Rosaleen en apercevant Jeremy qui se tenait dans l'encablure de la porte. Son premier réflexe fut de lui adresser un sourire, étant donné qu'elle était toujours heureuse de revoir Jeremy. C'était un garçon qu'elle appréciait, c'était quelqu'un de sympathique et d'avenant, de très facile à vivre et elle trouvait très naturel de converser avec lui, d'autant plus qu'il avait un point de vue très rafraichissant sur le monde qui les entourait. Néanmoins, un regard supplémentaire lui permit de voir que Jeremy n'était pas dans son état habituel. Inquiète, Rose contourna le bar pour se diriger vers son camarade, le scrutant avec anxiété. Une fois qu'elle fut auprès de lui, en quelques pas, elle eut tout le loisir de constater qu'il avait pleuré et semblait atterré.

- Jeremy ? souffla-t-elle doucement, comme on interrogerait un enfant en état de choc. Que se passe-t-il ?

Elle posa une main délicate sur son épaule pour le guider vers la table la plus proche et l'observa s'assoir sans le quitter des yeux. Que pouvait-il bien se passer pour que Jeremy soit dans cet état ? Un décès dans sa famille ? Inquiète, Rosaleen s'assit à coté de lui en ignorant le regard curieux de sa collègue.

- Il est arrivé quelque chose de grave ?


Avatar par Hybrisavatar

Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1006

Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy poussa la porte du Circée et s'immobilisa sur le seuil, son regard embué de larmes se posant instantanément sur Rosaleen derrière le bar. Elle dut remarquer son désarroi puisqu'elle quitta aussitôt le comptoir pour le rejoindre. Il fallait bien reconnaître que Jeremy n'avait fait aucun effort pour dissimuler son trouble, trop sous le choc pour se préoccuper de ce que l'on pouvait penser de lui. Il n'aimait pourtant pas se donner en spectacle, préférant de loin vivre sa vie dans son coin sans que personne n'y trouve rien à redire, c'était en partie ce qui avait causé la situation présente. Mais à cet instant il n'avait tout simplement pas la force de dissimuler à sa tutrice et aux sorciers présents dans le bar à quel point il se sentait mal, blessé. 

Comme un animal perdu, Jeremy se laissa docilement guider par sa tutrice jusqu'à la table la plus proche. Il la regarda sans vraiment la voir, son esprit encore entièrement occupé par la conversation qu'il venait de surprendre. Ce ne fut que lorsque Rosaleen lui demanda avec une infinie douceur si quelque chose de grave était arrivé qu'il remit les pieds sur terre et réalisa qu'il devait provoquer l'inquiétude de son amie, avec un tel comportement. Jeremy dévisagea la jeune fille pendant quelques secondes et se rappela auprès de qui il était venu chercher refuge, sans réfléchir. Rosaleen, la fille qui venait de rompre ses troisièmes fiançailles, la fille qui devait faire face au deuil de son père... Et lui venait avec une tête d'enterrement, tout ça pour quoi ? Parce qu'il avait été trompé par la femme de sa vie, souffla une petite voix à l'intérieur de sa tête. Ce soir, Jeremy perdait Juliet et ce n'était vraiment pas rien. C'était son monde qui s'écroulait, mais du point de vue de Rosaleen il n'y aurait probablement pas de quoi se mettre dans des états pareils. Soudain, Jeremy eut honte d'être venu ici alors même que Rosaleen avait des problèmes et des peines bien plus grands que ses histoires de coeur. Elle n'avait pas besoin de l'entendre se lamenter sur son amour perdu.

Les yeux légèrement écarquillés devant son propre manque de sensibilité, Jeremy se redressa légèrement et secoua la tête de gauche à droite, avant de balbutier :

"Je... Non, rien de grave, c'est juste..."

Il s'interrompit, lui jeta un regard d'excuse et lâcha :

"Oh, Merlin, Rosie, je suis désolé, je n'aurai pas dû venir ici. Tu as surement autre chose à faire que de m'entendre me lamenter sur mes histoires de coeur, je vais partir. Je... je viens de surprendre... bon, d'espionner une conversation entre Juliet et son coéquipier, le bellâtre dont parlent les journaux, et il s'avère que... Eh bien, c'était vrai, tout ce que racontaient ces torchons. Ils ont bien une relation, elle...elle..."

Les mots refusaient de sortir, trop douloureux, trop insensés. Son visage se durcit légèrement et il s'efforça de faire cesser le tremblement de sa voix.

"Elle me trompe. Je n'arrive pas à y croire, Merlin, je suis tombé de tellement haut que j'ai transplané sans réfléchir, j'avais besoin d'un verre et de soutien et j'ai pensé à toi mais... Je ne vais pas t'embêter avec ça, tu es en plein service, je vais aller chez Horace. Désolé."

Les joues rougies par l'embarras, il amorça un geste pour se relever.


Rosaleen MarchebankPremière dameavatar
Messages : 364

Voir le profil de l'utilisateur
Rose n'avait pas retiré sa main de l'épaule de Jeremy et la serra délicatement en voyant qu'il ne lui répondait pas. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer pour le mettre dans un tel état ? Jeremy était quelqu'un qui lui semblait assuré, confiant. Il fallait forcément un drame pour le mettre dans un état pareil, un décès assurément. Rosaleen avait subi de nombreuses pertes dans sa vie, son père encore récemment, et savait à quel point c'était douloureux, à quel point c'était bouleversant et à quel point on avait l'impression que l'on ne s'en remettrait jamais. Mais on s'en remettait, même si c'était horrible, elle le savait, elle l'avait vécu à trois reprises dans sa vie, les deux premières alors qu'elle n'était encore qu'une enfant, elle n'était même encore entrée à Poudlard qu'elle perdait sa mère et son frère. Elle savait qu'il avait un petit frère et elle n'imaginait pas son état si quelque chose devait arriver à Oreste.

- Jeremy ? souffla-t-elle de nouveau, doucement.

Elle croisa son regard perdu et lui adressa un sourire réconfortant, sans retirer sa main de son épaule.

- Tu ne serais pas dans un état pareil si ce n'était pas grave, répondit-elle en posant sur lui un regard soucieux.

Elle l'observa s'excuser brusquement sans comprendre de quoi il en retournait. Jeremy n'était pas dans un état normal et n'était pas forcément très compréhensible mais elle arriva à saisir qu'il s'agissait de problèmes de cœur et en ressentit un certain soulagement. Personne n'était mort et c'était l'essentiel, tout le reste n'était pas définitif. Si personne n'était mort, alors les choses ne pouvaient pas être si terribles que cela et tout pouvait forcément s'arranger, seul un décès était un fait irréversible dans la vie.

Rose savait que Jeremy sortait avec Juliet Wilson, la nouvelle poursuiveuse de Flaquemare, depuis qu'ils étaient à Poudlard et à la suite d'une histoire un peu compliquée entre leurs parents respectifs et les petits-amis qu'ils avaient avant de se mettre ensemble. Elle avait donné des conseils à Jeremy sur la manière de rencontrer les Flint l'entendait fréquemment râler sur les journaux qui parlaient de Juliet et de l'un de ses coéquipiers dont elle avait oublié le nom. Elle savait également qu'ils se voyaient moins en ce moment et que cela contrariait quelque peu Jeremy. Et malgré ces informations, elle n'arrivait pas à comprendre ce qui pouvait mettre Jeremy dans cet état-là. Ce n'est que lorsqu'il repris la parole qu'elle saisit.

- Oh...

Ce qui était une réponse tout à fait constructive, entendons-nous bien. Mais Rosaleen ne savait pas quoi dire face à la détresse de Jeremy, elle n'avait jamais connu cette situation. Et en dehors de la tromperie, c'était que quelqu'un à qui on tenait nous mente sciemment qui devait être douloureux. Sans savoir quoi dire, Rosaleen se contenta de passer sa main dans le dos de Jeremy, pour lui apporter un semblant de réconfort et de présence. Juliet le trompait. Alors qu'il avait eut l'air si amoureux, quand il en parlait. Désolée pour Jeremy, Rosaleen l'écouta patiemment en essayant de trouver quoi dire pour le réconforter un petit peu. Lorsqu'il amorça un mouvement pour se lever, Rosaleen le retint par le bras. En premier lieu, il était hors de question qu'elle le laisse partir dans cet état, c'était un coup à se désartibuler, Jeremy semblait incapable de se concentrer correctement. Et en second lieu, elle le considérait comme son ami. Leur première conversation avait été un peu houleuse en raison de leurs différences d'opinions sur la guerre mais elle le considérait comme son ami, elle était sa tutrice, elle le voyait souvent pour lui parler, ils s'entendaient bien et il suffisait de ne pas aborder le sujet de la guerre pour qu'ils passent des moments très agréables à Lycaon. Et Rosaleen mettait un point d'honneur à toujours soutenir ses amis.

- J'ai terminé mon service, répondit-t-elle fermement en le retenant. Ne pars pas comme ça, tu n'es pas en état.

Elle fit signe à une de ses collègues qu'il y avait une commande à prendre ici et serra la main de Jeremy.

- Tu es sûr de ce que tu as entendu ? C'était peut-être hors contexte, ou tu as pu mal comprendre... Tu as parlé à Juliet ? s'enquit-elle doucement.


Avatar par Hybrisavatar

Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1006

Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy redressa les épaules et passa une main sur son visage pour en effacer toutes traces de larmes. Il avait honte de s'être laissé aller ainsi, mais le choc provoqué par la surprise avait été dur à encaisser. Maintenant, il laissait la colère l'emplir et balayer la tristesse et la douleur causée par la trahison de Juliet, et c'était un tout petit peu moins insupportable. Il adressa un sourire brave à Rosaleen quand elle laissa échapper un "oh..." et s'efforça de retenir ses larmes. Oui, oh... Oh, leur jolie histoire n'était qu'une belle illusion, oh il s'était laissé berner comme le dernier des imbéciles, oh, l'avenir qu'il voyait avec celle qui avait été sa meilleure amie venait de partir en fumée. Et il sentit une vague de solitude écrasante l'envahir, si forte et si désespérante qu'il n'arrivait plus à respirer. Il jeta un regard pressant à la collègue de Rosaleen, ressentant le besoin irrépressible d'anesthésier sa douleur avec une bonne dose d'alcool, avant de reporter son attention sur son amie. S'il était sûr ? Un petit rire nerveux s'échappa de lui.

"Il n'y avait pas cinquante façons d'interpréter ce que j'ai entendu, malheureusement... Ah, je les entends encore en plaisanter, c'était écoeurant ! Ca me rend si furieux !"

Jeremy ferma les poings et inspira profondément, résistant à l'envie de transplaner à nouveau pour aller casser la figure de McGowan. Cela lui aurait fait du bien aux nerfs, mais il doutait que la douce Rosaleen le laisse faire, de toute façon, et ce n'était peut-être pas plus mal. Il n'était pas sûr de sortir gagnant d'une bagarre avec lui, dans son état...

"Mais avec le recul, je réalise que j'ai été aveugle, il y avait des signes et j'ai refusé de les voir. Je... Mais je lui faisais tellement confiance..."

Il posa un regard dur sur la table et suivit une des lignes du bois du bout des doigts, perdu dans ses souvenirs. L'idée de parler à Juliet dans cet état lui soulevait le coeur.

"Je ne voulais pas la voir, pas lui parler, pas tout de suite", expliqua-t-il finalement, plongeant son regard dans celui de la jeune-fille. "Je ne veux pas qu'elle voit à quel point je tombe des nues et à quel point ça m'a touché, je ne veux pas lui laisser cette satisfaction là. C'est peut-être... de l'ego mal placé, je ne sais pas. De toute façon, tout est fini. Je doute qu'elle essaie de me récupérer mais de toute façon même si c'est le cas, je ne veux plus rien avoir à faire avec elle ! Je ne mérite pas d'être trompé comme ça !"

Son regard furieux se posa sur la collègue de Rosaleen qui arrivait avec une bouteille de quelque chose qui avait l'air fort. Jeremy s'adoucit et la remercia avant de fouiller dans ses poches pour en tirer quelques pièces de monnaie. Puis il se servit un verre et le vida d'un trait, grimaçant à peine. Cela faisait du bien, par Merlin !

"Désolé encore, je suis un peu sous le choc, mais je sais que tu as vécu des choses pas faciles ces derniers temps. Toi non plus tu ne méritais pas ce qui t'es arrivé avec Théo... On mérite mieux tous les deux !"

Oui, ils méritaient mieux, songea Jeremy en posant un regard perdu sur son amie. Qu'avaient-ils fait pour qu'on les piétine de la sorte ? Rien, ils avaient simplement été trop naïfs... Et ils payaient le prix de cette naïveté. Le rejet, la solitude, voilà tout ce qu'ils avaient récolté...


Rosaleen MarchebankPremière dameavatar
Messages : 364

Voir le profil de l'utilisateur
Rosaleen aurait bien voulu offrir un mouchoir à Jeremy pour qu'il sèche ses larmes mais elle rien sur elle ni dans son sac qu'elle avait posé sur la banquette à coté d'elle. Elle savait que les moldus avaient des sortes de mouchoir en papiers jetables mais dans sa famille, ils ne possédaient que des mouchoirs en tissu brodés et elle n'avait rien de tout cela sur elle. C'était peut-être fort dommage, d'ailleurs. Elle n'avait pas retiré sa main de l'épaule de Jeremy et elle exerça une légère pression alors qu'il semblait agité de pensées violentes. Effectivement, apprendre que la femme dont vous étiez amoureux vous trompait avec un autre ne devait pas très évident. Cela devait même être quelque chose d'horrible. Rosaleen ne connaissait rien à ces choses-là, elle n'avait fréquenté qu'un seul garçon par amour dans sa vie et elle avait fini par rompre par des raisons toutes autres qu'une infidélité. Le reste de ses fréquentations avaient été ses fiancés et cela n'avait jamais été des fiançailles d'amour, uniquement des fiançailles de raison.

Elle passa sa main dans le dos de Jeremy tandis qu'il reprenait la parole, sa colère perçant dans sa voix. Rose ne savait pas vraiment quoi dire ou quoi faire pour le consoler, elle était là, désœuvrée face à la détresse de son ami. Il faut dire que dans sa famille, on exposait rarement ses sentiments aussi brutalement, personne n'en parlait vraiment. Elle avait toujours géré ses sentiments seule face à elle-même, depuis qu'elle était enfant. Oh, évidemment, elle avait déjà tenté de consoler ses amies à Poudlard mais elle s'était toujours retrouvée aussi impuissante que maintenant face à la douleur de Jeremy. Alors elle se contentait de rester là, à l'écouter, juste à être présente en espérant que, sans que cela ne soit suffisant, cela lui fasse un peu de bien. De toute manière, Rose était persuadée qu'il n'y avait pas de remède miracle face au chagrin des gens. A la fin, ils devaient tous composer seuls et surmonter leur tristesse seuls, les autres n'étaient là que pour aider mais ils ne pourraient jamais faire le travail à la place de l'autre, malgré toute la bonne volonté du monde.

Elle ne connaissait de Juliet Wilson que ce que Jeremy lui avait dit, des brides d'informations qu'elle savait des Flint et de sa mère qui avait épousé un moldu et qui avait divorcé voilà quelques mois si elle ne se trompait pas. Elle en avait un peu entendu parler dans les discussions de ses collègues qui lisaient Sorcière-Hebdo ou parfois à Lycaon, quand on parlait de Quidditch. Elle-même n'avait pa sle droit de lire Sorcière-Hebdo - ses grands-parents estimaient que c'était un ramassis de bêtises - et elle n'en n'avait de toute manière pas l'envie. Les informations les plus sûres sur Juliet lui provenaient donc de Jeremy et elle avait donc une bonne image de la jeune fille qui lui paraissait quelqu'un d’agréable et de vif, du moins au travers des récits de son petit-ami. Ce n'était évidemment pas ds informations objectives mais au travers des mots de Jeremy, Juliet Wilson n'avait jamais parue cruelle au point d'être le genre de fille à rire du malheur de son petit-ami avec son amant. Jeremy semblait visiblement dans le même cas qu'elle et Rosaleen posa sur lui un regard désolé tandis qu'il s'abîmait dans la contemplation de la table.

- Ne te blâmes pas Jeremy, surtout pas. Vous étiez bien, à ce que j'ai compris. Quels signes est-ce que tu aurais pu voir ?

Elle ne cilla pas lorsqu'il releva la tête vers elle pour la regarder dans les yeux. Elle retira néanmoins sa main de son dos mais lui adressa un sourire qui se voulait réconfortant. Comme si un sourire allait pouvoir faire quoi que ce soit ! Elle comprenait ce que voulait dire Jeremy lorsqu'il lui expliqua qu'il ne voulait pas voir Juliet maintenant. C'est sûr qu'il n'était pas vraiment en état, songea Rose sans pour autant faire part de son observation à son ami. Il était bouleversé, c'était évident et ce n'était sûrement pas le moment pour lui de faire face à la femme qui le mettait dans cet état.

- Non, ce n'est pas de l'égo mal placé, c'est juste... C'est juste une histoire de dignité, voilà tout. Et c'est tout à fait normal.

Et au vu de l'état dans lequel était Jeremy, cela ne surprenait pas vraiment Rosaleen qu'il annonce que tout était fini. En même temps, comment pouvait-on continuer à aimer quelqu'un après une telle trahison ? Rose tenait la loyauté et la fidélité en haute estime, mais c'était sûrement son coté Poufsouffle qui s'exprimait. Elle avait l'impression que la déloyauté était l'une des rares choses qu'elle ne pouvait pas pardonner et elle comprenait que Jeremy ne veuille pas faire cette démarche. Si Juliet ne culpabilisait pas de sa trahison au point de rire de Jeremy, elle ne méritait sûrement qu'on fasse un effort dans son sens. Elle remercia Dixie d'un sourire quand celle-ci apporta une bouteille de Cognac et s'apprêtait à payer la consommation quand Jeremy la devança.

- Non, ne t'excuse pas, c'est normal, assura Rose quand Jeremy entreprit de se faire pardonner.

Elle répondit au regard perdu de son ami par un sourire un peu triste et posa sa main sur son bras. Il est vrai que les choses n'avaient pas été très faciles ces derniers temps avec le décès de son père et l'abandon de Théo qui était venu se rajouter mais la vie était ainsi faite. Il y avait forcément des coups durs, on ne pouvait pas s'arrêter à chacun, sinon on ne s'en sortait jamais. Il fallait juste continuer à avancer en espérant que les choses iraient mieux après, voilà tout. C'était sa philosophie, sa ligne de vie et cela l'avait toujours été, elle aurait arrêté de vivre à onze ans sinon.

- Personne ne mérite vraiment de malheurs dans la vie, Jeremy... C'est juste que... C'est juste que les choses sont ainsi, voilà tout, soupira-t-elle. C'est très difficile ce que tu es en train de vivre et c'est sûrement très douloureux et tu as sûrement l'impression que tout ton monde s'est écroulé mais... Tu y survivras, Jeremy, tu passeras cette période de ta vie et tu retrouveras quelqu'un, c'est certain. C'est juste un obstacle supplémentaire, tout le monde subit des choses horribles, crois-moi.

Certains peut-être plus que d'autres, certes, mais les choses étaient ainsi faites et il fallait composer avec et adapter sa vie aux évènements.

- Et Théo et moi, c'était différent, on ne s'aimait pas et il avait ses raisons, des raisons importantes. Il faut juste se dire que tout ira mieux plus tard... C'est ma devise, je pense. Les choses finissent toujours par aller mieux, au bout d'un moment, même si ça prend du temps. Je peux te le promettre ça, fit-elle avec un sourire.

Elle glissa sa main dans la sienne.

- Et puis si on mérite mieux comme tu dis, on finira par trouver mieux, assura Rose en souriant toujours doucement.


Avatar par Hybrisavatar

Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1006

Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy répondit au sourire doux de Rosaleen, lui adressant un regard reconnaissant lorsqu'elle posa sa main sur son bras. Il ne savait pas exactement comment il s'était débrouillé pour devenir ami avec la jeune fille, car les choses n'étaient pas si bien parties entre eux, mais il s'en félicitait. Malgré toutes les choses tristes et injustes que Rosaleen avait pu vivre, elle restait quelqu'un de fondamentalement optimiste et bon, à l'écoute, capable de réconforter un camarade en pleine peine de coeur. Cela forçait l'admiration et cela poussa Jeremy à embrasser sa tristesse et à accepter l'idée qu'elle était normale, mais qu'elle finirait par passer. Les choses étaient ainsi faites, mais il y survivrait, voilà une philosophie à laquelle il était bon se raccrocher. Après tout, Jeremy avait toujours été parfaitement heureux avant de rencontrer Juliet, n'est-ce pas ? Bien sûr, il était dur de perdre quelqu'un avec qui il se sentait si intimement lié, quelqu'un qui lui correspondait si bien, mais... Une fois passée la période de deuil, il retrouverait la normalité de sa vie et ne serait pas aussi seul que son coeur essayait de lui faire croire. Jeremy n'avait jamais été seul, jamais. Il avait une famille, bien que légèrement malmenée ces derniers temps, et il avait des amis formidables.

Des amis comme Rosaleen Lestrange, aussi surprenant que cela puisse paraître. Rosaleen et lui avaient réussi à surmonter leurs innombrables et indéniables différentes pour établir un réel lien de respect et d'appréciation. Pourquoi n'avait-il pas pu tomber amoureux de Rosaleen ? Elle ne l'aurait jamais trompé, jamais, il en avait la certitude. Elle n'avait rien à envier à Juliet, d'une beauté différente mais bien réelle, c'était une jeune femme intéressante, pleine de qualités et de surprises, une fois passé la première impression. Comme Juliet... La grosse différence entre les deux jeunes femmes était que Rosaleen ne lui avait jamais fait de mal. Au contraire, elle était comme un baume sur ses blessures, avec ses paroles et son doux sourire, avec cette main qui se glissait dans la sienne... Jeremy cilla, légèrement perturbé par le regard de Rosaleen, et se racla la gorge. Son pouls s'était légèrement accéléré au contact peu familier de ses doigts contre sa paume et il réalisa qu'il avait désespérément besoin de ce contact, de cette douceur qui émanait de Rosaleen. Pour oublier la cruauté de Juliet qui l'avait blessé à vif, pour ne plus se sentir aussi rejeté et humilié, parce que Rosaleen était là pour lui et qu'elle lui semblait belle et bienveillante.

"Oui", répondit-il finalement d'une voix rauque. "Nous trouverons mieux."

Ses doigts se resserrent instinctivement sur ceux de Rosaleen et il se pencha légèrement vers la jeune fille, sans lâcher son regard des yeux. Comme sourd aux alarmes qui hurlaient dans son esprit, Jeremy se rapprocha inexorablement de son visage, à la fois conscient de faire une grosse bêtise et incapable de s'arrêter. Il en avait envie, il en avait besoin, et cela ne dérangerait personne, alors... Alors il ferma les paupières, glissa une main dans la chevelure de la jeune fille et effleura les lèvres de Rosaleen des siennes, en une caresse hésitante. Puis il s'enhardit et captura ses lèvres pour de bon, savourant cette étreinte inattendue et apaisante.

Rapidement, néanmoins, il réalisa qu'il n'avait pas réellement demandé la permission de Rosaleen avant de l'embrasser et qu'elle était peut-être trop choquée pour le repousser. Mal à l'aise, il mit fin au baiser et posa sur la jeune fille un regard interrogateur. Il ne savait pas quoi dire, pas quoi penser. Alors il garda le silence.



Rosaleen MarchebankPremière dameavatar
Messages : 364

Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy semblait aller mieux et cette constatation soulagea Rosaleen. Il fallait dire que voir quelqu'un que l'on appréciait débarquer en larmes sur votre lieu de travail était quelqu'un chose d'assez préoccupant, surtout quelqu'un qui semblait aussi solide et enjoué que Jeremy. Elle ne savait pas vraiment s'il était venu la trouver ou si il s'était dirigé vers le Circée parce qu'il était pas mal fréquenté par les étudiants de Lycaon, même si le Triton d'Argent avait aussi son petit succès. Quoi qu'il en soit, Rose était heureuse d'être présente aux cotés de Jeremy. Il semblait si désespéré qu'elle aurait détesté qu'il reste seul. Rosie avait toujours eu ce coté maternel même avec des personnes qui n'étaient pas beaucoup plus jeunes qu'elle voire même avec des personnes un peu plus âgées. C'était peut-être parce qu'elle s'était mis en tête de couver Oreste après le départ de sa mère, qu'elle avait essayé de combler la disparition de cette dernière alors même qu'elle n'était qu'une enfant et que ses grands-parents avaient pris le relais. Mais c'était plus fort qu'elle, elle n'avait pu s'empêcher de prendre cette place, surtout que ses deux parents lui avaient confié la charge de veiller sur la famille.

Elle posa ses yeux sur Jeremy tandis qu'il semblait peu à peu se calmer en acquiesçant à ses propos et Rose lui adressa un sourire encourageant. Elle était persuadée que l'on pouvait se remettre de tout si l'on s'en donnait la volonté et la force. Sinon, personne ne vivait sa vie, tout le monde devait affronter des malheurs de toute sorte dans sa vie et l'Angleterre avait été particulièrement touchée sous le régime de Voldemort et les morts avaient été nombreux dans les deux camps. Et derrière chaque personne qui décédait se trouvaient forcément des gens endeuillés qui avait dû composer avec cela jour après jour. Jeremy devait faire face à un chagrin d'amour et c'était sûrement quelque chose de terrible, Rose voulait bien le concevoir - elle avait cette vision romantique du vrai amour et ses déchirements - et l'admettre, mais c'était forcément moins difficile à gérer qu'une deuil. La mort était définitive, les relations humaines étaient en revanche en constante évolution. Rose n'aurait pas la cruauté de dire à Jeremy qu'il pourrait peut-être se remettre avec Juliet - ce n'était pas le moment - mais elle savait que plus tard, peut-être, quand la douleur serait moins grande, cela pourrait arriver. Cela n'effacerait pas le chagrin de Jeremy, certes, mais ce serait forcément une source de joie, tout comme il serait de nouveau heureux bientôt, le temps que ses plaies se pansent.

Toute à ses pensées, Rosaleen ne remarqua pas le regard que posa Jeremy sur elle et ne réagit en relevant les yeux vers lui que lorsqu'elle le sentit serrer sa main dans la sienne, et elle lui adressa de nouveau un sourire amical. Néanmoins, elle remarqua alors rapidement que Jeremy ne la regardait pas comme d'habitude. Elle le vit se pencher lentement vers elle et la connexion se fit vite dans son esprit, même si elle n'avait pas vraiment l'habitude de ces choses là. Il allait l'embrasser. C'était à la fois évident et incroyable et Rosie fut figée sur place par cette idée. Jeremy et elle n'étaient pas amoureux, il ne l'aimait pas, il était fou amoureux de sa Juliet et elle n'éprouvait pour lui qu'une grande amitié et une affection certaine. En temps normal, elle l'aurait repoussé sans hésiter : ce genre de choses ne se faisaient pas. Mais, dans un sens... Ils ne faisaient rien de mal, si ? Et cela ne voulait rien dire, c'est juste qu'ils étaient là, qu'il était malheureux et... Elle avait encore le cœur très lourd de la mort de son père et l'abandon de Théo restait un souvenir cuisant dans son esprit. Parce qu'elle en connaissait les raisons, certes, mais cela signifiait aussi qu'elle ne valait pas la peine qu'il continue et dans un sens, c'était un peu humiliant, d'avoir échoué à le ramener dans le droit chemin. Et elle n'avait parlé de tout cela à personne, elle avait tout gardé pour elle, avait géré la mort de son père sans arrêter les cours, son travail ou sans même se poser pour en parler à ses grands-parents, elle avait continué leur mascarade avec Théo et puis il y avait eu la rupture avec ce dernier et elle en gérait encore les conséquences. Rose n'avait pas arrêté pendant des semaines, ne pouvait-elle pas prendre une soirée pour elle ?

C'était déraisonnable, fou, ce n'était sûrement pas la bonne chose à faire et elle aurait pu trouver des centaines d'objections plus variées les unes que les autres à ce baiser. Mais pour une fois, pour une des rares fois dans sa vie, elle fit taire son esprit, son respect des convenances ou tout simplement sa réflexion. Elle avait envie d'embrasser Jeremy, elle le savait. Elle avait envie de faire quelque chose pour elle pour une fois, quelque chose qui ne soit dicté par personne, juste un instant, un instant où elle pourrait agir sans penser à rien, où elle pourrait être une fille de son âge comme les autres. Cela ne mènerait à rien, elle le savait très bien et de toute manière, elle ne le voulait pas. Tout d'abord parce qu'on ne la laisserait jamais fréquenter Jeremy et aussi parce qu'ils n'étaient qu'amis. Mais ils étaient là tous les deux, tous les deux un peu malheureux à leur façon et c'était une manière comme une autre de se réconforter, d'être avec quelqu'un, non ? C'était la première fois qu'elle raisonnait ainsi - et peut-être la dernière - mais elle s'en fichait. Pour une fois, ce n'était pas vraiment ce qui comptait.

Elle sentit Jeremy glisser ses doigts dans ses cheveux blonds et son cœur manqua un battement. Ce n'était pas de l'amour, plutôt de l'anticipation et peut-être un peu de nervosité. Mais elle ne dit rien et ferma les yeux quand il effleura ses lèves avant de l'embrasser réellement. Elle n'avait songé qu'elle embrasserait Jeremy un jour, surtout qu'ils étaient assez mal partis tous les deux, mais la sensation était agréable. Elle savoura l'étreinte quelques instants, timidement, et fut presque déçue lorsque que Jeremy rompit le contact qui les unissait, posant sur elle un regard incertain. Elle ne réussit pas à savoir s'il regrettait ou pas ce qui venait de se passer mais elle se sentit rosir et s'absorba quelques instants dans la contemplation du bois de la table, ne sachant que dire. Jeremy semblait également circonspect et ce fut Rose qui prit la décision de rompre le silence inconfortable qui s'était installé entre eux.

- N'aies pas l'air aussi gêné, souffla-t-il dans un vain espoir de détendre l'atmosphère.  On n'a rien fait de mal, non ?

Elle tentait de se rassurer elle-même ainsi. Après tout, elle n'était plus fiancée à Théo et Jeremy n'était plus avec Juliet. Ils étaient tous les deux grands et savaient ce qu'ils faisaient, donc, en théorie, rien ne pourrait leur être reproché, si ? Et puis après tout, ils n'avaient de comptes à rendre à personne. Ses grands-parents n'en sauraient jamais rien, personne n'en saurait rien.

- Et puis ce n'était pas si mal, ajouta-t-elle, les pommettes encore roses, en se mordillant la lèvre.  Au contraire même, murmura-t-elle.

Elle ne savait pas vraiment dans quoi elle s'engageait, ce qu'elle faisait ou comment cela finirait, mais Rose prit son courage à deux mains, oublia sa morale, les regards des autres et se rapprocha de Jeremy pour l'embrasser de nouveau.


Avatar par Hybrisavatar

Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1006

Voir le profil de l'utilisateur
Après un instant de silence incroyablement gênant, Rosaleen acheva le supplice de Jeremy en s'exprimant. Ses paroles le soulagèrent instantanément du poids de sa culpabilité, et il rit nerveusement en réalisant que Rosaleen en avait eu envie elle aussi.

"Non, tu as raison", répondit-il avec un petit sourire. Ils ne faisaient rien de mal, bien au contraire, ce baiser lui avait fait du bien en lui permettant d'oublier le temps d'une fraction de secondes que la femme qu'il aimait l'avait trompé. Etait-ce une façon d'utiliser Rosaleen, que de l'embrasser ainsi ? Peut-être, il ne savait plus très bien où étaient les limites de la morale ce soir... Mais son amie savait très exactement ce qui s'était passé dans sa vie sentimentale ces derniers temps. Elle savait à quel point il aimait Juliet et à quel point il se sentait blessé par sa découverte. Rosaleen était quelqu'un d'intelligent et c'était aussi quelqu'un qui ne serait probablement jamais intéressée par Jeremy sur le long terme. Aussi, le jeune homme ne ressentit pas le besoin de lui faire l'affront de lui expliquer que ce qui se passait ce soir ne pourrait avoir de suites. Il était évident que foncer dans une relation avec Rosaleen avant même d'avoir pris le temps de s'expliquer avec Juliet et d'avoir digéré leur rupture serait incroyablement stupide, et puis Jeremy ne correspondait pas vraiment au type d'homme que les grands-parents de Rosie espéraient la voir épouser. Sans oublier le plus important, ils n'étaient pas amoureux, de cela, Jeremy en était certain. A l'heure où son coeur venait de se faire piétiner sans remords, il n'y avait aucune place en lui pour une autre femme, et cela risquait probablement de durer un moment. Un jour, peut-être, pourrait-il voir Rosaleen différemment mais pour l'heure, ce n'était pas le cas.

Cependant, il partageait tout à fait l'avis de la jeune femme. Ce baiser avait été comme un baume sur ses blessures et, au-delà de cet effet, il avait été très agréable. Rosaleen était si belle que Jeremy ne connaissait pas un seul homme qui n'aurait pas voulu l'embrasser et il n'avait rien d'un saint. Ce n'était peut-être pas l'idée du siècle mais il n'y avait personne pour s'offusquer de ce geste et si elle en avait envie aussi, il aurait été stupide de sa part de refuser. En dépit de leurs différences, Rosie avait toujours été là pour lui, elle ne l'avait jamais déçu et peu de personnes pouvaient en dire autant. Alors le temps d'une soirée, Jeremy voulait succomber à cette douce tentation et s'emparer des lèvres de son amie une fois de plus. Envie partagée, de toute évidence, puisque cette fois ce fut Rosie qui se pencha vers lui pour l'embrasser une seconde fois.

Jeremy entoura la jeune femme de ses bras et répondit à l'étreinte, toute autre considération s'envolant de son esprit. Rien de plus ne se passerait ce soir, rien de plus que des baisers entre deux âmes solitaires, entre deux étudiants qui profitaient de leur jeunesse.

"Pas si mal du tout, même", murmura Jeremy lorsque leurs lèvres se séparèrent, arborant un petit sourire.

Non, ce n'était pas si mal, finalement, et peut-être bien que Jeremy finirait un jour par trouver une autre femme avec qui il se sentirait aussi bien qu'avec Juliet. Le monde en était empli, pas vrai ? Lui-même ne croyait pas ses propres pensées, et il les étouffa en un nouveau baiser.

RP terminé


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Boulevard of Broken Dreams [Jeremy]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Boulevard of Broken Dreams »
» narcisse sauvage || boulevard of broken dreams. [21/10]
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» Boulevard of Broken Dreams [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: L'Avenue des Douze Chênes ,-