AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Beuverie amicale [Pv Léa]

InvitéInvité


20 Octobre 2007

Arthur avait enfin reprit les entraînements et cela faisait un bien fou de pouvoir de nouveau voler. A vrai dire, le temps de repos qu'il avait eu n'était pas non plus négligeable, mais bien qu'il était interdit de vol, il devait faire des exercices lui permettant d'améliorer ses capacités de joueurs. Au moins, il ne restait pas à rien faire, ce qui est un plus, car il n'aime pas rester sur le banc de touche pendant que ses coéquipiers s'améliorait en utilisant leur balai. Penser à cela durant tout ce temps l'avait déprimé pendant plusieurs jours. 

Maintenant qu'il pouvait voler, il ne se fait pas prier pour s'améliorer dans tout les sens du terme. Aussi bien sur sa tenue sur le balai, son équilibre, son sens de la vitesse, son feeling...etc. Il n'oublia pas non plus le travail d'équipe, bien qu'en tant qu'attrapeur, il ne pouvait faire rien d'autre que de rattraper le vif-d'or. Arthur essayait d'améliorer son sens d'observation afin de voir plus rapidement le vif-d'or. Cela n'avait pas été sans mal, mais il s'améliorait petit à petit.

Aujourd'hui encore, il s'améliorait, mais ce n'était pas ce qu'il lui fallait. L'entraînement était certes une chose importante, mais les matchs étaient pour lui beaucoup plus important. IL en avait eu la certitude durant son premier vrai match pro. Arthur savait pertinement a quel point il avait été pathétique dans ce match. Et bien qu'ils aient gagnés grâce au fait qu'il ait eu de la chance, Arthur n'avait pas oublié qu'il n'avait pas cessé de trembler pendant un temps. Quoi qu'il en soit, il s'était suffisamment entraîné aujourd'hui a tel point qu'il en avait sué jusqu'aux vêtements. 

En se douchant, il avait réfléchit à ce qu'il pourrait faire de son temps imparti qu'il avait avant d'aller faire les étirement du soir. Il avait toute l'après-midi devant lui et boire un verre de quelque chose ne pourrait lui faire que du bien à vrai dire. D'ailleurs, il connaissait l'endroit parfait. Une fois douché et changer, il se transplanait à pré-au-lard. Cherchant alors les trois balais, il apercevait des gens se rassembler. S'il ne l'ai avait pas regardé, il n'aurait pas vu l'enseigne des trois balai. Il y entrait alors après avoir poussé la porte et s'asseyait sur un chaise à une table inoccupée.
Léa OllivanderAncien personnageavatar
Messages : 243

Voir le profil de l'utilisateur
    Robe blanche tirant sur le beige en bas de la robe, la dentelle remplaçait les manches et lui tombait sur les coudes. Il fallait l'avouer, Léa était une femme, elle avait finit par craquer sur cette robe. Elle n'était pas une femme qui roulait sur l'or, car même si elle était "seule", elle vivait quand même avec 4 chats dont il fallait s'occuper : maladies, nourriture, litière, ça n'était pas gratuit. Son salaire avait réduit d'un bon quart en arrivant à Poudlard, mais elle ne s'en plaignait pas. Elle n'avait jamais été riche, mais elle n'avait jamais eu à mendier et avait toujours eu l'argent pour se faire plaisir de temps à autre. C'était ce qu'elle faisait aujourd'hui.

    Cédant, la jeune femme prit la robe et la porta vers la vendeuse qui lui fit payer ces achats avec un sourire, reflet du sien. Bien sûr, ce n'était pas pour la même raison : l'une dépouillait l'autre qui faisait une superbe acquisition. Léa sortit et soupira. Il serait peut-être temps de rentrer au château, mais elle avait besoin de se décontracter et elle décida d'aller boire un verre de bierraubeurre aux trois balais, voilà un certain temps qu'elle n'y avait pas mit les pieds. Son sac à main accroché en bandoulière et son sac d'achat dans la main gauche, elle se dirigea vers le plus célèbre pub d'Angleterre... si on oubliait le Chaudron Baveur.

    La jeune poussa les porte du bar, laissant sonner la petite clochette et la porte se referma derrière elle. Le bar était bien rempli mais Léa doutait d'avoir vu les Trois Balais une seule fois vide. Même pendant la dernière guerre, elle n'était pas certaine que la clientèle est disparue. La jeune femme se dirigea vers le bar et attendit qu'un serveur soit disponible pour leur commander une bierraubeurre avant de se tourner vers la salle dans la quête d'une place quelque part...


Celui qui croit savoir n'apprends plus
InvitéInvité


Arthur aimait bien cette taverne, toujours animé, toujours plaine d'ambiance, mais surtout la boisson qu'il servait n'était pas usurpé. Bien sûr ce n'était que de la bière au beurre, cependant il ne connaissait pas d'autre endroit meilleure que cette taverne pour cette boisson. Attendant qu'un serveur vienne vers lui, il observait les sorciers et sorcières regroupé/es en écoutant ce qu'ils pouvaient se dire. Rien de ce qu'il écoutait ne l'intéressait et il restait donc assit en réfléchissant à quel genre d'entrainement il fera face demain.

Le serveur arrivait finalement et tira Arthur de sa réflexion. Il commandait alors une bière au beurre. S'adossant à nouveau contre le dos de sa chaise avec son dos en faisant balancer un peu sa chaise en arrière. Levant par la suite les yeux en l'air pour réfléchir, il se arrêtait cela en entendant de plus en plus de bruit. Voulant savoir ce qui faisait ce bruit, il s'aperçut en arrêtant de se balancer en arrière qu'il y avait plus de monde et que beaucoup cherchait une place de libre pour discuter. Etant seul à cette table, il se ferait s'en doute très rapidement pousser de là où il se trouvait... a moins de trouver une partenaire.

Observant autour, il aperçut une dame cherchant une table. Se levant rapidement, il s'arrêtait devant elle en lui souriant.

- Si je puis me permettre, je suis seul à une table et vous avoir à mes côtés serait un honneur. Je me présente, Arthur Morel.
Léa OllivanderAncien personnageavatar
Messages : 243

Voir le profil de l'utilisateur

    Alors que son regard parcourait la salle des Trois Balais à la recherche d'une place libre, son champs de vision fut soudain obstruée par un jeune homme... qui s'adressait à elle. Intriguant, il l'invitait à s'assoir à sa table. Peu habituée à côtoyer des gens en dehors de son boulot, Léa était légèrement méfiante. Etait-ce par intérêt? Les jeunes gens qui cherchaient un partenaire à séduire, cela n'était pas rare... Cependant, ne voulant pas faire de conclusion hâtive, Léa décida de lui laisser sa chance et de mettre de côté ses a priori formés par des années à passer sa vie à travailler à repousser les rares invitations à diner qu'on lui avait adressé.

    Avec un sourire, la jeune femme se présenta à son tour en lui tendant la main pour qu'il la serre. Déformation professionnelle...

    "Enchantée. Léa Ollivander."

    Puis elle ajouta, avec malice :

    "Mais je n'ai rien à voir avec le célèbre Mr. Ollivander.... Hum... Je vous suis."

    La jeune femme n'avait vue d'où il venait et sa bierraubeurre à la main, elle était prête à le suivre à sa table.


Celui qui croit savoir n'apprends plus
InvitéInvité


La demoiselle lui tendait la main et Arthur en faisait de même pour la saluer amicalement. Il lui souriait naturellement en la voyant sourire. Cela peut sembler idiot, mais n'ayant pas beaucoup de personnes à qui parler hormis ses coéquipiers et sa maman. Cela faisait peu il est vrai et il espérait bien trouver d'autres personnes avec qui il pourrait discuter. Elle se présentait alors et son nom lui rappelait le célèbre vendeur de baguette. 

Arthur allait poser la question lorsqu'elle le précédait en lui disant qu'elle n'avait rien à voir avec le vendeur de baguette. Cela le faisait sourire. Il n'avait pas eu besoin de poser la question pour avoir une réponse et à bien y réfléchir, cela était compréhensible. Au vue de son nom, elle devait souvent avoir eu cette question. Quoi qu'il en soit, Arthur l'accompagnait à la table où il se trouvait avant et tirait une chaise pour Léa. Après quoi, il s'asseyait en face d'elle en recevant sa bière au beurre. Il remerciait le serveur en le payant pour la bière et regardait Léa.

- Je te remercie grâce à toi, je peux rester un peu plus assis sans avoir à me faire pousser par des gens.
Léa OllivanderAncien personnageavatar
Messages : 243

Voir le profil de l'utilisateur
    Galant, le jeune homme lui tira la chaise. La galanterie tuait la galanterie. Elle avait eu un petit ami comme ça quand elle était à Poudlard, mais lui, ça devenait limite de la soumission plutôt qu'un geste sympathique. Depuis, Léa avait un peu du mal avec la galanterie mais ce n'était qu'une chaise après tout... Alors qu'il payait sa bierraubeurre, la jeune femme en profita pour boire une gorgée de sa propre boisson et l'observant à la dérobée. Étrangement son visage lui était vaguement familier mais elle n'arrivait plus à se souvenir où elle avait bien pu le voir. Surtout qu'elle était certaine de ne l'avoir jamais rencontré auparavant. Une impression vraiment étrange...

    Quand il la remercia, Léa lui répondit en le taquinant gentiment :

    "Ah oui? Ce n'est donc pas pour mes beaux yeux que vous m'avez invitée. Je suis déçue."

    Bien sûr, elle ne l'était pas, c'était de l'humour. Il n'empêchait que si Arthur Morel s'était mis à la tutoyer, pour Léa le vouvoiement venait toujours instinctivement. Ça changerait peut-être ou peut-être pas, mais elle avait essayer de dire "tu" mais il n'était pas sortit.

    "Alors, qu'est-ce qui vous amène à Pré-au-Lard?"


Celui qui croit savoir n'apprends plus
InvitéInvité


La réponse de Léa le faisait rire. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas rit ainsi, comme quoi tout n'était jamais vraiment perdu et qu'il ne fallait pas perdre espoir.

- Ma foi, je dirais que je ne t'ai pas choisi au hasard non plus, lui dit-il avec autant d'humour qu'elle. Je préfère de loin avoir une femme avec qui discuter que des sorciers rustres qui ne feront que picoler jusqu'à ce que leur ventre explose.

Arthur buvait alors un peu de sa bierraubeurre avant de la regarder davantage. Bien qu'il ne l'ai pas choisi au hasard, il n'avait pas très bien vu son visage avant de l'accoster et en l'observant un peu plus, il se disait qu'il avait vraiment eu de la chance. Il lui fallait maintenant qu'il puisse trouver un sujet de discussion dont ils pourraient se parler l'un comme l'autre.

"Alors, qu'est-ce qui vous amène à Pré-au-Lard?"

- Rien en particulier, j'aime beaucoup cet environnement. Non pas parce que ma mère vit non loin d'ici, mais parce que l'endroit est paisible avec aussi de l'animation.

Arthur buvait une nouvelle fois un peu de sa boisson et la regardait en posant sa chopine sur la table devant lui.

- Peut être la connaissez-vous, elle est directrice de Poudlard...
Léa OllivanderAncien personnageavatar
Messages : 243

Voir le profil de l'utilisateur

    Le rire d'Arthur ravi la jeune femme. Léa était une jeune femme qui portait la bonne humeur de jour comme de nuit, et peu importe le temps, alors elle appréciait beaucoup ceux qui étaient heureux de vivre. Bien sûr, elle avait conscience que le commun des sorciers n'était pas heureux tous les jours, elle n'était peut-être tombé que sur un des bons jours du jeune homme, mais pourquoi y réfléchir? Allait-elle s'en plaindre? Nullement. Comme contagieux, le rire du jeune homme trouva un écho un peu moindre dans le sien.

    "J'ignorais que les hommes étaient de si mauvaise compagnie, je ferais peut-être mieux de changer de table," répondit-elle avec malice.

    Buvant une gorgée de bierraubeurre à son tour, elle l'écouta répondre à sa question d'une innocente curiosité. Il y était venu par hasard, en quelque sorte, semblait-il. Contrairement à elle, il devait probablement avoir du temps libre pour avoir la liberté de flâner. Elle haussa cependant des sourcils étonnés en apprenant qu'elle discutait avec le fils de sa supérieur.

    "Vous êtes le fils de Margot Adamson? Mais... Vous ne portez pas le même nom pourtant..."

    Se rendant compte que cela pouvait porter à questionnement qu'elle connaisse le nom de sa mère, elle s'expliqua :

    "Hum... Je travaille à Poudlard, je suis professeur de Soins aux Créatures Magiques depuis... et bien près de deux mois maintenant."

    Et lui, que faisait-il? Malgré le fait que son nom lui dise vaguement quelque chose, Léa restait persuadée de ne l'avoir jamais vue de sa vie, mais alors, il ne pouvait être que quelqu'un de connus ou moyennement connus... Et ça ne le faisait pas trop, dans ce cas, de lui demander davantage d'informations sur lui si jamais l'une d'entre elle était la raison de sa célébrité. La question qui l'intéressait en second lieu, c'était... Comment allait-il réagir à présent qu'il savait qu'elle travaillait sous les ordres de sa génitrice? Attendant une réaction, la jeune femme but une autre gorgée de bierraubeurre sans le quitter des yeux.


Celui qui croit savoir n'apprends plus
InvitéInvité


Arthur aimait vraiment discuter avec Léa et sa réponse ne pouvait que le faire sourire davantage. Décidément, sa façon de parler et ses paroles lui plaisait énormément au point qu'il souriait fortement extérieurement et riait intérieurement. Que de plaisant moment avec autant d'humeur taquine. Cela faisait vraiment plaisir à entendre et rien que cela lui suffisait amplement. Il est vrai qu'il avait dit des paroles qu'il pensait plus ou moins, mais cela ne le gênait pas non plus de boire à côté de personnes qui ne faisait que boire. Cependant, il préférait et de loin, boire avec quelqu'un envers qui il pourrait parler assez facilement et cela est le cas avec Léa.

- Ohh, vous blesseriez mon coeur en faisant cela, dit-il avec le même ton amusant qu'elle.

Arthur buvait une nouvelle fois un peu de sa bierraubeurre, mais à la fin de sa gorgée il n'avait plus de boisson et il en demandait une autre au serveur. Il ne détestait pas parler sans boisson, mais il trouvait cela plus sympa. Il lui souriait en entendant ses paroles.

"Vous êtes le fils de Margot Adamson? Mais... Vous ne portez pas le même nom pourtant..."

- C'est parce que mes parents ne sont plus ensemble. Je porte le nom de mon père. 

Par la suite elle s'expliqua pourquoi elle connaissait sa mère. Arthur se doutait qu'elle était connu en raison de son poste à l'école. Cela n'était pas chose aisé de devenir directrice. D'ailleurs, lui-même en avait entendu parlé par la gazette alors qu'il était toujours en France.

- Pour ma part, je suis attrapeur professionnel dans l'équipe des pies de Montrose. Je n'ai pas fait mes étude à Poudlard, mais à celle de Beauxbâtons.

Le serveur arrivait alors avec sa bierraubeurre et il le remerciait. Soudain son ventre criait famine. Il était vrai qu'il n'avait pas mangé depuis un certain temps.

- Avez-vous faim ? je vous offre à manger.
Léa OllivanderAncien personnageavatar
Messages : 243

Voir le profil de l'utilisateur

    Léa était une femme agréable à vivre. Mais malgré sa légèreté de vie, elle devait avouer qu'il lui était rare de tenir une suite de réplique malicieuse aussi longue que celle qu'Arthur et elle échangeait. Rare mais plaisant. Rencontrer quelqu'un qui avait le même sens de l'humour et de la répartie n'était pas chose aisée. Généralement, ce genre de conversation terminait par une entourloupe du style "vous êtes très fort", ou alors un regard appréciateur, ce genre de chose. Marque de respect ou défaite enjolivée, peu importait. Mais Arthur semblait aimer son impertinence et répondit avec une certaine... humilité.

    "Et bien, vous devez être un être bien fragile pour être brisé pour si peu. Je ne suis pas la seule femme au monde vous savez..."

    A vrai dire, ça ressemblait presque à un flirt, mais pour Léa, c'était tout ce qu'il y avait de plus innocent. A vrai dire, elle n'aimait pas draguer, elle trouvait ça vulgaire. Et de toute manière, elle n'y avait jamais vraiment vu d'intérêt, plutôt une sacré perte de temps et beaucoup d'ennuis à l'horizon. Mais en l'occurrence, peu importait à quoi ça ressemblait, pour Léa, c'était surtout des chamailleries tout ce qu'il y avait de plus agréable.

    Cela dit, savoir qu'il était le fils de sa supérieur l'étonnait un peu et changeait, pour elle, la situation. On ne pouvait pas toujours tout dire à quelqu'un qui était proche de ses supérieurs, cela se rapprochait plus d'une relation de boulot que d'une relation hors travail. Pour Léa, ça ne changeait pas grand chose, elle devait l'avouer, ces relations n'étaient jamais beaucoup sortit du monde du travail. Elle pouvait compter deux ex, et une ou deux "amies", mais vu leur faible fréquentation, elle n'était pas sûre d'avoir encore une importance à leurs yeux. Le premier avait disparu de sa vie après Poudlard et elle avait des nouvelles du second quand elle entendait parler de l'APPEL de temps à autres. Quant à ses amis, cela faisait longtemps qu'ils avaient quittés sa vie. A part Noel, le jour de l'an et les anniversaires quand les uns pensaient aux autres, la vie de Léa était entièrement tournée vers son travail.

    Des parents divorcés. La difficulté de ce genre de ce genre de situation, Léa ne connaissait pas. Pourtant, elle associa instinctivement le fait qu'elle avait renié le nom de son père au fait qu'il ne pouvait être associé, par son nom, à sa mère. Ceci n'ayant vraiment aucun rapport avec cela...

    "Je vois."

    Je comprends aurait été la phrase la plus stupide à prononcer et Léa s'en garda bien. On pouvait pas comprendre une situation dont on ignorait tout. Ce qui était le cas actuellement. Le sujet de leur conversation s'allégea cependant puisqu'il aborda sa vie professionnel.

    "Aaah."

    Au moins, Léa savait pourquoi la tête du jeune homme lui était familière. Rowles avait un lien avec cette équipe et elle l'avait vue sur une photo où était regroupé tous les joueurs de l'équipe.

    "Ta tête me disait quelque chose. Maintenant je sais pourquoi," expliqua-t-elle avec le sourire.

    Alors que Léa buvait une nouvelle gorgée de bierraubeurre, vidant presque son verre en entier, Arthur lui fit une proposition qui la surprit. Une invitation à aller manger un morceau... qu'il payerait. La jeune femme était un peu... destabilisée, disons surprise. Il était vrai qu'elle mangeait habituellement à Poudlard et elle connaissait à peine Arthur, alors elle avait quelques réserves quand à accepter cette situation. Bien sûr, refuser aurait été impoli et il lui semblait sympathique en plus... Mais le fait qu'elle n'est pas faim eut raison d'elle. Elle n'allait pas se forcer à manger pour lui faire plaisir. Avec un sourire gênée, elle répondit poliment :

    "Euh... Non merci. Je n'ai pas spécialement faim. Peut-être une prochaine fois..."

    Elle devait l'avouer, le fait qu'ils ne se connaissent pas ou très très peu avait beaucoup influencé sa décision. On acceptait pas un diner offert par un inconnu...


Celui qui croit savoir n'apprends plus
InvitéInvité


"Et bien, vous devez être un être bien fragile pour être brisé pour si peu. Je ne suis pas la seule femme au monde vous savez..."

Arthur souriait et se retenait toujours de rire, si bien qu'il avait failli boire de travers sa bieraubeurre. Il ne comptait pas la draguer, mais il vrai qu'il aimait bien les petits pics d'humour qu'ils se lançaient ainsi. Jamais il n'aurait pensé pouvoir apprécier autant pouvoir discuter avec quelqu'un tout en s'amusant. Arthur retenait bien son visage, mais aussi son nom. Arthur trouvait tout simplement sa discussion tout aussi innocente que s'il parlait avec sa maman. Non pas qu'il prenait Léa pour un membre de sa famille, mais il l'a trouvait tout simplement plus que sympathique. 

Buvant toujours un peu de sa bieraubeurre, Arthur entendait le "aahh" de Léa et il l'a regardait. Il se demandait bien ce qu'il venait de lui arriver, d'ailleurs les gens autour s'était arrêté de parler pour la regarder, mettant quelques peu Arthur mal à l'aise. Cependant, il les regardait avec un air hautain et froid avant de reprendre son observation en regardant Léa. Il ne voulait pas qu'il le prenne pour quelqu'un de bizarre ni qu'ils prennent non plus Léa pour une personne bizarre. Cependant, sur ce point de vue tout dépendait de Léa. Si elle s'en moquait alors il ne ferait rien bien qu'il n'aimerait pas que des gens puisse penser qu'elle soit spéciale.

"Ta tête me disait quelque chose. Maintenant je sais pourquoi," expliqua-t-elle avec le sourire.

Par la suite elle s'excusa comme quoi elle n'avait pas faim. Cela ne le gênait pas, mais bon tant pis. Quoi qu'il en soit, elle semblait savoir quelque chose sur lui que lui ignorait, ce qui eut pour effet de le perturber beaucoup plus qu'il ne l'aurait penser. Arthur profitait de la présence du serveur pour lui demander un plat du jour. Bien entendu, il ne devrait pas trop tarder, mais il avait encore assez de temps devant lui. 

- Sinon, comment va ma mère ? demandait-il. Après tout si elle était professeur à Poudlard elle devait surement voir assez souvent sa mère. Enfin bien plus que lui et ayant eu la chance d'être tomber sur Léa, il comptait bien prendre des nouvelles de sa famille. Après tout, cela était bien précieux. Sans compter qu'il comptait en apprendre plus sur sa mère. Il était venu ici pour sa carrière, mais aussi pour se rapprocher de sa mère et s'il ne pouvait tout simplement pas en savoir un peu plus sur elle à quoi bon cela lui servait de venir en faisant des aller et retour.
Léa OllivanderAncien personnageavatar
Messages : 243

Voir le profil de l'utilisateur
    La conversation était agréable et le jeune homme qui lui faisait face était sympathique. Mais son absence de réponse à sa dernière répartie remit Léa sur terre. Tout ce qui venait d'être dit aurait pu tout aussi bien être tu que la situation n'aurait pas changer. Ce qu'on appelait parler pour ne rien dire, une discussion d'une superficialité courante mais désespérante. Léa aimait ses joutes verbales mais elle s'en lassait vite car elles n'avaient aucune utilité. Rien de ce qu'ils venaient d'échanger n'avaient d'intérêt. et ce malgré la sympathie que le jeune homme lui inspirait. C'était désolant...

    C'est sur cette pensée déprimante que Léa termina son verre mais elle ne jugea pas non plus utile d'en commander un autre. Elle ne comptait pas boire des verres et des verres de bierraubeurre. Cela dit, elle se rendit compte un peu tard que si elle avait été un peu plus intelligente, elle en aurait laissé au fond de son verre, juste assez pour que le garçon qui lui faisait face ne se sente pas obligé de lui offrir un autre verre. Il semblait être du genre suffisamment courtois et agréable pour faire ce geste -au demeurant sympathique- qui la gênerait un peu. Dépendre des autres n'était pas dans la nature de Léa.

    La mère de Arthur Morel. Voilà où en était réduite leur conversation. Un fils à sa maman peut-être? Et peut-être un peu moins charmant qu'il n'y paraissait alors. Un homme incapable de vivre indépendamment de sa famille était un phénomène étrange aux yeux de Léa qui s'était assumée très tôt et avait dû gérer sa soeur et sa mère pendant toute son adolescence. Une expérience difficile à vivre quand, étant soit-même adolescent, on pouvait être sujet à problème. Haussant les épaules, Léa répondit avec un sourire :

    "Bien, je crois. Je l'ai croisé ce matin, elle me semblait ni malade, ni dépressive et en pleine possession de ses moyens."

    Sa réponse pouvait surprendre par son originalité. On demandait pas souvent des nouvelles des gens pour savoir s'ils avaient perdus la boule. Mais Léa était bien placée pour savoir que cela pouvait arriver sans même qu'on arrive à évaluer cette dégradation psychologique.

    "Hum..."

    Peut-être que relancer la conversation sur le quidditch sortirait son interlocuteur de son demi-silence? Mais que poser comme question? Demander à quel poste il jouait? C'était d'une banalité déplorable. Demander des nouvelles sur son équipe et comment ils s'en sortaient en terme de points? Non, elle serait assommée d'ennuis avant qu'il n'est terminé sa phrase. Décidément, la vie sociale d'un joueur de quidditch ne devait pas être facile. D'autant plus que si Léa adorait parler boulot -c'était un peu toute sa vie si on oubliait les chats, ses recherches, la politique, les galettes...- elle savait qu'il n'en était pas de même pour tout le monde. Mais le quidditch était un "loisir", non? Et on était généralement content de parler de ses loisirs. Dans quel catégorie Arthur se plaçait-il alors? Prenait-il plaisir à en parler ou, au contraire, aimait-il faire une coupure entre sa vie professionnel et le reste? Un vrai casse-tête. Et finalement, Léa revint à la banalité déplorable :

    "Vous jouez à quel poste, déjà?"

    Sans oublier que sa question n'avait pas le moindre intérêt car sur quoi pourrait-elle partir ensuite? Les difficultés du poste qu'il jouait? Oh oui, à fond dans la banalité et l'ennui! Youpi...


Celui qui croit savoir n'apprends plus
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Beuverie amicale [Pv Léa]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Beuverie amicale [Pv Léa]
» Cordiales salutations et frappe amicale d'un Troll (18 points de dégats....)
» beuverie
» Avenir de l'amicale des Rôlistes de Miramas
» Rendez vous galant ou retrouvaille amicale ? [ PV Kaito ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-