AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Against All Odds [Théo chou & Sammy chou]

Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Vendredi 26 octobre 2007

Théo sortit seul de la salle de classe, son regard fixé sur un jeune homme brun qui s'éloignait en compagnie de Damien. Inconsciemment, il pressa le pas, refermant sa main sur la bandoulière de son sac pour l'empêcher de glisser de son épaule. Comment pouvait-il partir, lui tourner le dos ainsi, sans même un regard en arrière ? Il s'était passé quelque chose entre eux pendant ce cours, Théo aurait pu le jurer. Il y avait eu...un regard, un sourire, quelque chose. Et l'espoir de Théo était revenu.

How can I just let you walk away,
Just let you leave without a trace?
When I stand here taking every breath with you, ooh ooh
You're the only one who really knew me at all


Cet espoir, il ne pouvait s'empêcher de s'y accrocher bêtement, follement, depuis ce qui s'était passé avec Juliet. Il avait alors réalisé que ce qui existait entre Samaël et lui surpassait tout et bouleverserait tous les obstacles, comme il l'avait pensé tant de mois auparavant. C'était trop fort pour être détruit par une bague de fiançailles ou un baiser malheureux, il en était persuadé, car Sam était son meilleur ami, son amant, son passé comme son futur, il ne pouvait pas en être autrement. Fort de cette conviction, Théo bouillonnait chaque fois qu'il voyait Sam s'éloigner de lui une fois de plus, comme s'il n'était rien d'autre qu'un homme de son passé, sans grande importance. Il était plus que cela, ils étaient plus que cela. Il fallait simplement qu'il parvienne à le lui faire comprendre.

How can you just walk away from me
When all I can do is watch you leave?
'Cause we've shared the laughter and the pain
And even shared the tears
You're the only one who really knew me at all

Théo continua de le suivre à une dizaine de mètres en arrière, l'observant discuter avec Damien jusqu'à la sortie de bâtiment, puis continuer seul sur la route qui bordait la plage. Le rythme cardiaque de Théo s'accéléra, tandis que la pensée folle d'aller parler à Samaël s'infiltrait en lui. Oh, il n'avait pas oublié, les dures paroles du jeune homme à son égard au début du mois, il n'avait certainement pas oublié qu'il lui avait dit ne plus l'aimer. Mais Théo ne pouvait s'empêcher d'espérer que ces paroles aient été prononcées sur le coup de la colère causée par son baiser avec Rosaleen, rien de plus, et que la fierté de Samaël l'ait empêché de revenir auprès de lui. Peut-être que si Théo faisait le premier pas et lui montrait qu'il était prêt à tout pour faire fonctionner leur relation, Samaël changerait d'avis ? Les chances étaient infimes, mais il se devait d'essayer, au moins une fois, de reconquérir Sam. Il avait laissé un vide béant dans son existence, au plus profond de son âme, et Théo avait le sentiment que personne ne pourrait jamais véritablement le combler. Alors il devait essayer.

*Allez, retourne-toi, regarde-moi...*

So take a look at me now
Well there's just an empty space
And there's nothing left here to remind me
Just the memory of your face
Ooh, Take a look at me now
Well there's just an empty space
And you coming back to me is against the odds
And that's what I've got to face

Mais Samaël ne se retourna pas, ne s'arrêta pas, et ils se trouvèrent bientôt à quelques mètres de la colocation. Non, songea Théo, pressé par un étrange sentiment d'urgence. Quelque chose s'était passé dans cette salle de classe, comme si le lien qui les unissait avait été ravivé l'espace d'un instant, et il ne pouvait laisser s'éteindre le moment de grâce. C'était maintenant ou jamais, il le sentait. Et cela ne pouvait pas être jamais, il ne s'en remettrait pas. Alors il fallait qu'il le retienne, d'une façon ou d'une autre.

I wish I could just make you turn around
Turn around and see me cry
There's so much I need to say to you
So many reasons why
You're the only one who really knew me at all

"Sam, attend !"

Les mots sortirent brusquement de sa bouche, sans qu'il ne parvienne à les retenir. Merlin ! Il avait crié trop fort pour que Samaël puisse l'ignorer... Théo déglutit nerveusement et décida de poursuivre sur sa lancée, puisqu'il était trop tard pour reculer. En quelques enjambées, il rattrapa le jeune homme et s'arrêta face à lui, légèrement essoufflé. Le silence s'instaura entre eux, l'espace d'un instant, le temps que Théo se demande comment il allait jouer sa chance. Les mots se bousculaient dans son esprit, des mots d'amour, des déclarations brûlantes, il n'aurait pas besoin de bien réfléchir pour les déclamer. Pourtant, il ne pouvait les dire. Sans vraiment savoir pourquoi, Théo avait l'impression que ce n'était pas la carte de l'amoureux transi et désespéré qu'il fallait jouer, même si cela aurait été la plus sincère. C'était prendre le risque de faire fuir Samaël, en étalant face à lui des sentiments qu'il avait rejeté très clairement quelques semaines plus tôt. Pourquoi, comment Samaël reviendrait-il dessus maintenant ?

But to wait for you is all I can do,
And that's what I've got to face...


Non, ce qu'il devait faire, c'était l'attirer auprès de lui, et renouer le lien d'une façon plus subtile, plus neutre. Oui, ce qu'il avait en tête était quelque chose de particulièrement intime qui, paradoxalement, permettrait à Sam de maintenir toute la distance émotionnelle qu'il souhaiterait... jusqu'à ce qu'il réalise que toute distance entre eux était de trop. Théo n'aurait pas besoin de beaucoup se forcer, après tout, il n'était pas que l'amoureux transi, il était aussi un jeune homme bouillonnant qui avait certaines envies...

Théo enfouis donc ses sentiments au plus profond de lui, pour laisser parler des besoins plus primaires. Un sourire aguicheurs aux lèvres, il dévisagea Sam de haut en bas d'un air appréciateur avant de lâcher à voix basse :

"Je voulais te proposer de passer chez moi maintenant, si tu as le temps. J'ai un t-shirt à te rendre, tu comprends..."

Se rapprochant un peu plus de Samaël, il vrilla son regard dans le sien avant d'attendre sa réponse avec appréhension.

Take a good look at me now
'Cause I'll still be standing here
And you coming back to me is against all odds
It's the chance I've got to take
Take a look at me now


HRP : Songpost sur Against All Odds, Phil Collins


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
"J'ai tellement rigolé quand la prof t'a changé de place. On se serait cru retourné en primaire, tu t'es trop tapé l'affiche mec."

Samaël poussa un soupir en levant les yeux au ciel, Damien avait sa façon bien à lui de dire les choses et sans Damien d'ailleurs, il n'aurait pas eu à subir un changement de place, il n'aurait pas eu à subir la douleur permanente d'une proximité avec Théo. C'était douloureux physiquement d'être si près de lui et de ne pas pourvoir le toucher, de pas pouvoir l'embrasser. De devoir faire comme si de rien n'était, de devoir l'ignorer, même encore maintenant, de ne pas se retourner pour le regarder une dernière fois avant le prochain court commun.

"Je ne te remercie pas d'ailleurs, c'est de ta faute si la prof m'a bougé. Toi et ta trop grande curiosité."

Son ami lui envoya un sourire qui se voulait innocent, un sourire candide pour montrer qu'il n'y était pour rien, Sam éclata de rire plus pour faire croire à Damien que tout allait bien, qu'il n'était pas dévasté par la séparation, lui montrer que tout était comme avant et pour éviter un flot de questions auxquelles il ne voulait pas répondre. Ils continuèrent à marcher en parlant de tout et de rien, plaisantant comme à l'époque de Poudlard, puis ils sortirent des bâtiments et se séparèrent. Et il continua son chemin seul, sentant le paquet de poudre dans le fond de sa poche, il n'avait toujours pas décidé ce qu'il allait en faire, le laisser là, le jeter, le rendre ? Il ne savait pas ce qu'il convenait de faire, il ne savait plus. Ses certitudes avaient été ébranlées pendant le cours, il avait dû se battre contre lui même et contre ses désirs pour ne pas se jeter sur Théo et pourtant, il était encore tout à fait certain que cette séparation avait été la meilleure des choses à faire.

La colocation fut bientôt en vu et il entendait des pas dans son dos, était-ce lui qui rentrait chez lui ? Ils habitaient à quelques mètres l'un de l'autre après tout, venaient d'assister au même cours, il semblait logique que ce soit lui mais il ne ralentit pas l'allure, il ne s'arrêta pas, concentrant son esprit sur la maison qui était maintenant toute proche, il pouvait déjà apercevoir la porte d'entrée. Et sa voix claqua dans le silence, le faisant s'arrêter net. Il n'osa pas se retourner dans un premier temps, il savait que c'était lui, il avait reconnu sa voix. Il aurait dû continuer son chemin comme si de rien n'était, pourtant il s'arrêta et se retourna pour regarder son ancien amant se diriger vers lui et s'arrêter à quelques centimètres de lui.

"Qu'est-ce que tu veux Théo ?"

Oui que lui voulait-il ? Il avait pourtant cru avoir été clair lors de leur séparation, il lui avait même dit qu'il ne l'aimait pas pour lui briser le cœur, pour qu'il l'oublie et il pensait que ça avait fonctionné puisqu'il avait embrassé Juliet, cela voulait sans doute dire qu'il avait fini par l'oublier alors pourquoi le retenir maintenant ? Le silence s'était installé entre eux, seulement troublé par le vent et la mer léchant paresseusement le sable de la plage. Il posa son regard sur Théo essayant de cacher son trouble, essayant de faire ralentir les battements de son cœur. Et le regard que son ancien amant lui lança ne le calma pas, il avait l'impression d'être mis à nu alors qu'il le dévisageait de haut en bas, il était redevenu un petit garçon, un peu perdu, qui ne savait plus où il en était, alors lorsque le jeune homme se fit clairement provoquant, il ne sut comment réagir.

Il resta un instant immobile, observant Théo se rapprocher de lui, l'invitant sans aucune retenue, sans aucune gêne chez lui. Une partie de lui, lui soufflait de se reculer tout de suite, de ne pas répondre aux avances du jeune homme de rentrer chez lui et d'oublier tout ça pour ne pas avoir à le regretter plus tard pour ne pas avoir à souffrir. Et une autre partie voulait se jeter dans les bras de Théo, l'embrasser à l'en étouffer et ne plus jamais le relâcher, profiter une dernière fois de ses bras accueillant. Il l'aimait tellement mais il ne devait pas succomber à la tentation. Et pourtant... Il en mourrait d'envie. Si il était faible, une fois, une seule fois ? Juste pour lui dire au revoir, comme un adieu, il pouvait non ? Et puis la suggestion de Théo était purement physique, il ne semblait pas y avoir de sentiments en jeu, aucun, d'aucune sorte.

"Théo, je ne... D'accord."

Il venait de rendre les armes, il venait d'être faible, il venait de succomber à ses désirs, il sentait qu'il le regretterait plus tard car ça ne changerait rien à la situation, ça ne rendait pas la famille de Théo plus encline à l'accueillir en son sein, lui et tout ce qu'il représentait, il n'était pas le rêve de Théo tout simplement.

"J'ai un t-shirt à récupérer après tout, je suis désolé de l'avoir laissé traîner."

Il adressa un léger sourire timide au jeune homme et le suivit jusque chez lui, jusqu'à sa cuisine où il lui avait menti en lui affirmant qu'il ne l'aimait pas.




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Au silence de Sam, Théo comprit qu'il était en train de peser le pour et le contre et il sentit son espoir s'accroître. Il ne refusait pas l'idée en bloc, c'était déjà une très bonne chose car cela voulait dire que les intuitions de Théo avaient été bonnes. Il ne lui était pas indifférent, restait maintenant à savoir sur quel plan se situait Sam désormais. Eprouvait-il une simple attirance physique, couplée peut-être à l'affection toute naturelle que l'on accorde à un ancien amant, ou y avait-il quelque chose de plus fort, de plus profond qui n'attendait qu'à être ravivé ? Théo sentit son coeur se serrer quand Samaël commença à lui répondre. Il avait la très nette impression qu'il allait lui dire "je ne crois pas que ce soit une bonne idée", une façon polie de l'éconduire... Pourtant, Sam sembla se raviser pour lui donner son accord, à la surprise de Théo qui dut retenir un sourire victorieux. Merlin, songea-t-il en sentant son rythme cardiaque s'accélérer, Samaël avait dit oui. Il allait venir chez lui, et... Et, qu'allait-il se passer ? Ce que Théo avait en tête, ou bien allait-il simplement récupérer son stupide t-shirt, en un moment gênant, avant de repartir ? Sa réponse n'était pas très claire, mais il fallait dire que la proposition de Théo était pour le moins ambiguë. Peu importait, au fond, une fois que Sam serait chez lui il ne le laisserait pas repartir sans avoir tenté sa chance. Et Théo avait de très bons arguments à lui soumettre...

Théo avisa le sourire timide du jeune homme et sentit sa gorge s'assécher. Merlin, que voulait-il dire, ce sourire ? On était bien loin du Samaël dur et froid qui l'avait quitté quelques semaines plus tôt, ce Samaël qui semblait n'avoir aucun problème à balayer leur longue histoire d'un revers de la main. Pourquoi cette attitude ingénue aujourd'hui ? Théo étira ses lèvres en réponse et passa une main nerveuse dans ses cheveux, désarmé par le comportement de Samaël qu'il ne savait jamais comment interpréter.

"Il était entre de bonnes mains", répondit-il en haussant les épaules, avant de prendre le chemin de son appartement, Samaël à ses côtés.

Le cerveau de Théo fonctionna à toute allure pendant le court trajet, qui se déroula en silence, se demandant comment il allait abattre ses cartes, comment agir pour reconquérir le jeune homme sans commettre de faux pas. Ils parvinrent finalement chez lui et il ouvrit la porte nerveusement, avant de faire quelques pas dans le salon pour finir par se retourner vers Samaël. Voilà, ils étaient là à nouveau, plusieurs semaines après leur dernière dispute dévastatrice. Et maintenant ? Un ange passa, Samaël attendait probablement qu'il aille chercher ce fameux t-shirt, mais Théo n'en avait pas l'intention. Pas seul, du moins. Finalement, il se rapprocha de Samaël et vrilla son regard dans le sien, avant de souffler :

"Il est dans ma chambre... Tu veux peut-être m'aider à le trouver ?"

Le coeur battant, il franchit lentement la distance qui les séparait et souffla quelques mots au creux de son oreille, avant d'ajouter :

"Juste une fois, en souvenir d'avant. Je ne te parle pas d'amour, ne t'en fais pas... Juste une fois, sans conséquences."

Non, il ne lui parlait pas d'amour, il n'avait pas besoin d'en parler. Son amour, Sam le sentirait dans chacun de ses gestes, dans le frôlement de ses lèvres au creux de son cou, dans la caresse de sa main sur sa hanche, puis celle de son regard qui venait s'accrocher au sien, l'invitant, le défiant. Et c'était si bon de le sentir à nouveau si proche de lui que Théo dut se faire violence pour ne pas lui sauter dessus, mais il se contint et retira même sa main, attendant sa réponse avec fébrilité.


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Son cœur battait la chamade alors que Théo lui faisait face silencieux, il attendait, retenant son souffle que le jeune homme parle ou qu'il se décide à partir à la recherche du t-shirt qu'il lui avait promis, celui qui l'avait attiré ici, dans cet appartement qu'il s'était promis de ne plus jamais revisiter. Le regard de Théo le désarmait plus qu'il ne voulait bien l'admettre, il avait l'impression d'être à la merci de son ancien amant. Samaël recommença à respirer normalement lorsque le jeune homme déclara que le t-shirt se trouvait dans sa chambre, pourtant le reste de sa phrase le laissa perplexe et indécis. Il voulait qu'il l'accompagne mais était-ce réellement pour le t-shirt ou était-ce une tentative détournée de l'entraîner dans sa chambre ?

Il sentit son souffle se couper à nouveau et les battements de son cœur s'accélérer d'avantage tandis que Théo s'avançait encore un peu plus vers lui alors qu'il collait ses lèvres contre son oreille et qu'il lui murmurait des paroles provocantes et tentantes. Il ferma les paupières lorsque le jeune homme posa ses lèvres sur son cou et caressa sa hanche. Il frissonna, essayant de résister à l'appel de Théo qui se reculait lentement et vrillait son regard dans le sien. La décence aurait voulu qu'il refuse, d'ailleurs sa raison lui criait de refuser mais il lui promettait qu'il n'y avait aucun sentiment en jeu. Juste du désir, une fois, juste une toute petite fois, pour lui dire au revoir, pour se souvenir d'avant, quand tout était parfait. Il se mordilla la lèvre inférieure et se passa une main dans les cheveux, mal à l'aise, avant de murmurer :

"En souvenir d'avant"

Il s'avança lentement vers Théo, posa ses mains sur ses hanches et l'embrassa timidement avant de se reculer et de plonger son regard brûlant de désir dans le sien.

"Pas de sentiments, juste une fois sans conséquence."

Il venait de donner son accord, il laissa son ancien amant l'entraîner dans sa chambre, il était complètement soumis à son bon vouloir, il avait abandonné toute raison, laissant juste ses émotions reprendre le dessus, laissant Théo faire ce qu'il voulait de lui, répondant à ses baisers et à ses caresses sans se soucier de rien d'autre que de Théo, de son odeur, de sa douceur et de l'amour qu'il lui portait, une toute dernière fois.




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Aux paroles de Sam, le coeur de Théo fit une embardée si violente que s'en fut presque douloureux. Il ferma ses paupières en frissonnant d'anticipation en le voyant s'avancer vers lui, avant de sentir ses lèvres se poser sur les siennes, en un baiser furtif et électrisant. Comme Sam s'écartait, Théo retint un grognement de frustration et se garda de faire le moindre geste, ne souhaitant pas le brusquer. Ce baiser, c'était déjà beaucoup plus que ce qu'il avait espéré ces dernières semaines. Pourtant il en voulait plus, tellement plus, il le désirait tellement qu'il avait l'impression de manquer d'oxygène. Et cela assombrissait son jugement, sa raison avait complètement disparu, tant et si bien qu'il remarqua à peine les dernières paroles de Samaël. Il refusa d'écouter le "pas de sentiments" si définitif et destructeur du jeune homme, car Sam se trompait, il y avait des sentiments entre eux et ce qui était sur le point de se produire allait les révéler, les exposer. Théo n'avait aucun doute là-dessus.

Alors il ne prêta attention qu'à une chose, ce désir qu'il lisait dans le regard de Sam, et qui faisait tellement du bien, ne serait-ce qu'à l'ego. Il n'était pas que le meilleur ami, après tout, pas quand Sam le regardait ainsi. Sans rien répondre, Théo attrapa le poignet de Sam et l'attira jusqu'à sa chambre, avant de capturer ses lèvres avec toute la passion qu'il retenait depuis des semaines, l'étreignant avec désespoir à l'idée qu'il ne le retrouvait peut-être que pour le perdre encore. Il se laissa pleinement envahir par une foule d'émotions contradictoires, au sommet desquelles culminait la joie de le retrouver enfin.

*

Théo déposa une série de baisers brûlants le long du torse de Sam avant de redresser la tête jusqu'à son visage, un sourire réjoui aux lèvres. Il l'observa un instant, retrouvant avec plaisir ses traits familiers, son beau visage percé de deux yeux clairs. Ce qu'il lui avait manqué, songea-t-il tandis que son sourire s'agrandissait encore un peu. Il l'avait retrouvé.

"Je t'aime", dit-il d'une voix paisible, tandis que ses doigts se glissaient avec tendresse dans ses cheveux bruns.

Une bonne seconde s'écoula avant que Théo ne réalise ce qu'il venait de dire, sans réfléchir, spontanément, parce que son esprit était encore trop embrumé par leurs retrouvailles pour se rappeler des conditions de Sam. Pas de sentiments, pas de conséquences...

*Merde.*

Eh bien, il s'était dévoilé, réalisa-t-il avec une certaine nervosité. Enfin, cela ne devait pas être une telle surprise pour Sam, après tout, il devait bien savoir que Théo ne l'oublierait pas en quelques semaines... Puisqu'il avait gaffé, Théo décida de jouer le tout pour le tout. S'écartant légèrement de Sam, il se redressa sur un coude et l'observa avec sérieux, avant d'annoncer :

"Je l'ai quittée, tu sais. Rosaleen, c'est fini, les fiançailles sont rompues depuis plusieurs semaines. Et j'ai dis à ma mère pourquoi. Alors..."

Il haussa les épaules, comme pour balayer les obstacles qui s'étaient mis au travers de leur couple.

"Je sais, j'ai dis que je ne parlerai pas d'amour. Mais... il n'y a plus rien qui nous sépare, Sam. Je t'aime, et tu..."

Théo hésita à continuer, mais se décida à répondre, avec une certaine audace.

"Tu m'aimes aussi, je le sais, je le sens. On ne fait pas l'amour comme ça avec quelqu'un s'il n'y a pas de sentiments.", murmura-t-il en détournant le regard, gêné. Gêné de parler de cela, gêné d'avoir l'impression de quémander son amour, mais incapable de s'en empêcher.

"Reviens-moi, Sam. Pour de bon."


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël poussa un soupir d'aise alors que Théo parsemait son torse de baiser brûlant, il se sentait bien et enfin à sa place depuis la séparation. Un léger sourire étira ses lèvres alors qu'il fermait paresseusement les paupières, laissant Théo le cajoler, il savait qu'il n'aurait pas dû s'attarder, il savait que la séparation ne serait que plus douloureuse. Ils avaient convenu que se serait sans conséquences et sans sentiments, ils devaient s'y tenir, ce qui impliquait une nouvelle séparation. La dernière cette fois-ci. Il ouvrit les yeux lorsque son ancien petit-ami cessa ses baisers, un magnifique sourire aux lèvres. Sam sentit son estomac se nouer, le regard de Théo était beaucoup trop brillant, son sourire beaucoup trop joyeux, ce n'était pas correct, il frissonna légèrement lorsque les doigts de son amant se glissèrent dans ses cheveux.

Mais toute allégresse disparue comme par enchantement, le cœur du jeune homme rata un battement, son sourire se fana, son regard se fit grave et il se mordilla la lèvre inférieure mal à l'aise. Il l'avait dit, malgré sa promesse, il les avait dit, les trois mots interdits, il les avait prononcé. Il ne pouvait pas bouger, Théo le bloquait mais il n'avait qu'une seule envie, fuir, ils n'auraient jamais dû faire ça, il n'aurait jamais dû se laisser tenter, il aurait dû se douter que tout cela cachait quelque chose. Théo le faire sans sentiments, il avait vraiment été trop crédule et beaucoup trop bête, trop pressé d'écouter ses hormones plutôt que son cerveau. Mais quel crétin, il avait été. Il resta silencieux et immobile, essayant de ne pas faire la même erreur qu'avec Zacharias.

Il ne l'aurait pas supporté, il se redressa légèrement lorsque Théo commença à parler, à lui expliquer, il avait quitté Rosaleen, il avait tout dit à sa mère mais ça ne changeait rien, rien du tout, ils ne seraient pas accepté tel qu'ils étaient, Théo souffrirait trop pour que ça en vaille la peine, en d'autres circonstances, il aurait demandé au jeune homme ce que lui avait dit sa mère, comment elle avait réagi mais il ne voulait pas savoir, cela ne ferait que donner un argument de plus pour le faire rester et participer à la descente aux enfers de Théo.

Il ferma les paupières en soupirant, posant sa tête contre le mur. Il aurait tellement voulu être quelqu'un d'autre, être celui qu'il fallait réellement à Théo, leur monde était diamétralement opposés et pourtant, ils avaient été amis, puis amant et maintenant ? Maintenant, Samaël réparait ses erreurs et il venait d'en faire encore une de plus, une beaucoup plus grave que les précédentes, comment allait-il faire pour oublier désormais ? Il rouvrit les paupières et vrilla son regard sur le jeune homme qui se tenait à ses côtés et qui lui parlait d'amour, affirmant qu'il savait que ses sentiments étaient partagés. Son visage se ferma alors que Théo le suppliait de revenir, la plaie de son cœur s'était ouverte à nouveau et elle lui faisait encore plus mal que lors de leur séparation, beaucoup plus mal.

Samaël poussa un soupir et repoussa les draps pour se lever, il chercha rapidement ses affaires et commença à se rhabiller à moitié, prenant le premier caleçon, le premier pantalon et le premier t-shirt qui lui passait sous la main, sa veste encore sagement posée sur la chaise de bureau de Théo. Il se tourna alors vers son ex petit-ami, le visage dénué de toute émotion.

"Tu te trompes Théo, je ne reviendrais pas. Je... je ne t'aime plus, il y a donc encore quelque chose qui nous sépare... Mes sentiments à ton égard. On n'aurait pas dû... J'aurais pas dû me laisser convaincre."

Il baissa la tête légèrement honteux, incapable de soutenir son regard après son mensonge. Il avait tellement mal, ses mains tremblaient sous l'émotion, il avait été obligé de mentir par deux fois et la deuxième fois était encore plus douloureuse que la première. L'odeur de Théo lui emplissait encore tellement les narines, il sentait encore la douceur de ses caresses sur sa peau. Sam passa une main tremblante dans ses cheveux et posa son regard sur l'homme qu'il aimait le plus au monde mais qu'il voulait par dessus tout protéger.

"Je suis désolé Théo. Mais... tu avais promis, sans sentiments... sans conséquences..."

Sa voix se brisa, voilà qu'il l'accusait maintenant, de mieux en mieux. Il n'était vraiment qu'un crétin, c'était de sa faute à lui, il n'aurait jamais dû accepter, la plus grosse erreur de sa vie, encore plus grosse que Zacharias parce qu'au moins, il n'éprouvait plus rien pour Zach, il s'était comporté comme un salaud mais au moins, il ne mentait pas lorsqu'il affirmait qu'il ne l'aimait pas. Alors que là, il avait juste à prier pour que Théo ne sente pas ses mensonges.




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
HRP : alerte post niais et larmoyant, vous êtes prévenus !


Sans comprendre, Théo observa son amant s'échapper hors du lit avec un soupir, et commencer à se rhabiller, le visage fermé. Vraiment ? Vraiment ? Il allait s'en tenir à sa stupide et pathétique règle du "pas de sentiment, pas de conséquences" ? Il croyait sincèrement qu'il pouvait jouer à ce petit jeu avec lui ? Pensait-il sincèrement le duper avec son petit numéro de salaud sans coeur ? Théo imita le jeune homme et se glissa hors du lit, avant d'enfiler un caleçon et un pantalon rapidement, avant de se placer face à lui, le visage très expressif, à l'opposée du masque de froideur de son interlocuteur. On pouvait lire la colère dans ses traits et le désespoir dans son regard, alors que Sam réitérait ses paroles qui blessaient un peu plus Théo qu'il ne l'était déjà. Pourtant, cette fois, il ne pouvait le croire. Il ne pouvait accepter ce "je ne t'aime plus", il avait l'intime conviction que c'était faux et que Sam luttait contre ses propres sentiments, que ce soit conscient ou non.

"J'ai promis ?", répéta-t-il, incrédule. "Mais toi aussi tu as fais des promesses, Samaël ! Tu as promis de me soutenir pas plus tard que le mois dernier, tu as dis que tu m'aimais, tu as promis que tout irait bien, mais tu n'es plus là et rien ne va bien ! Comment est-ce que tu as pu croire une seule seconde que les choses seraient sans sentiments et sans conséquences entre nous ?! Vraiment, c'est moi qui suis désolé, je sais ce que j'ai dis mais Sam, tu ne trompes personne. Je te signale que tu n'as pas vraiment été difficile à convaincre."

Le regard accusateur de Théo se vrilla dans celui de Samaël, alors qu'il avançait instinctivement vers lui pour s'écrier :

"Tu veux vraiment me faire avaler que tes sentiments ont disparu comme ça, en quelques jours, quelques semaines ? Que ça ne te fait rien, absolument rien, de coucher avec celui qui a été ton meilleur ami pendant huit ans, ton petit-ami pendant des mois ? Mais tu ne peux pas faire ça, Sam, que tu le penses ou non ! Tu ne peux pas me rayer de ta vie et décider subitement que notre histoire ne vaut plus la peine qu'on se batte pour elle, avant de me traiter comme ça ! Merde, je ne suis pas un mec quelconque que tu ramasses dans un bar quand tu as besoin de prendre ton pied ! Tu as oublié ? Tu as oublié notre première année, notre rencontre, tout ce qu'on a vécu ensemble ? Tu as oublié que tu tenais suffisamment à moi pour t'accrocher à notre amitié malgré mes défauts de sang-pur, mon sale caractère, mon homophobie qui me poussait à t'ignorer ? Tu as oublié l'influence que tu as eu sur ma vie ? Parce que moi je ne pourrai jamais oublier. J'ai fait ce que tu m'as demandé, j'y mets peut-être le temps, peut-être que je suis maladroit, égoïste et tout ce que tu veux, mais je fais tout ça pour toi. Pour toi, personne d'autre, et t'as pas le droit de me demander de bouleverser mon monde et de disparaître ensuite de ma vie. Merde Sam, je ne te parle pas seulement en tant qu'amant, mais en tant qu'ami, je ne compte pas du tout pour toi ? Ça ne t'intéresse pas du tout de savoir comment ma mère a réagi quand elle a appris, pour moi ? Oh, tiens, j'ai embrassé ta coloc, ça aussi tu t'en fiches ? Qu'est-ce qu'il faut que je fasse pour susciter une réaction, dis le moi, parce que là je suis à court d'idées !"

Tout était sorti, tout ce que Théo avait sur le coeur depuis leur rupture, en un flot de paroles désordonnées et confuses, sans qu'il ne puisse s'arrêter. Il s'interrompit enfin, des larmes dans les yeux, les poings serrés.

"Je ne sais pas, peut-être que je t'ai trop blessé, que ce stupide baiser était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Peut-être que tu trouves que je suis nocif pour toi, que tu es mieux loin de moi, j'en sais rien, je peux le comprendre, mais ce n'est pas une raison pour être cruel ! Tu es la personne la plus importante de ma vie, et tu me laisses seul au moment le plus difficile. Comment tu peux faire ça ? Tu vois pas que ça me tue de te voir agir comme un inconnu ? C'est comme si je ne te connaissais plus ! Et c'est quoi cet hématome sur ta joue, à la fin ? Putain, Sam, qu'est-ce qui se passe ! Pourquoi tu m'abandonnes ? Je..."

Sa voix se brisa et il sentit ses dernières barrières céder, sa dignité s'envoler et ses larmes dévaler le long de ses joues. Pitoyable, il était vraiment pitoyable, il n'arrivait même pas à assumer sa propre proposition. Comment Sam pourrait-il éprouver du respect pour lui, après l'avoir vu ainsi ? Théo ferma les yeux et se détourna pour dissimuler son visage au jeune homme, espérant presque qu'il ne serait plus là lorsqu'il rouvrirait les yeux, submergé par la honte à l'idée d'avoir ainsi perdu les nerfs face à l'homme qu'il aimait.

"Je ne sais pas comment faire, sans toi, je suis perdu", souffla-t-il d'une voix quasiment inaudible, presque plus pour lui-même.


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël releva lentement la tête lorsque Théo commença à parler, les mots se déversant sur lui comme des milliers de poignards plus tranchant les uns que les autres. Non, il n'avait pas été difficile à convaincre et oui, il avait fait tout un tas de promesses, il s'en rappelait, il se souvenait d'avoir promis de le soutenir, toujours, de toujours faire en sorte de faire passer Théo avant tout et c'était exactement ce qu'il était en train de faire. Il ne voulait pas que son ancien amant renonce à ses rêves, qu'il se fasse rejeter par son monde, qu'il devienne un paria uniquement pour lui, alors il garda contenance, prenant sur lui pour ne pas se précipiter sur Théo et le prendre dans ses bras pour lui promettre que tout irait bien, qu'il était là maintenant que plus rien ne les séparerait jamais parce que ce n'était pas vrai, tout cela n'était qu'un mensonge.

Sa culpabilité était beaucoup trop grande à présent, Théo lui confirmait ses craintes, pour lui, il sacrifiait tout pour lui mais il ne méritait pas autant d'égard, bien sûr que non, il n'avait rien oublié, il n'avait pas oublié leur première rencontre, leur amitié, puis ensuite leurs moments d'intimités, il se souvenait de tout, gravé à jamais dans sa mémoire. Il baissa la tête lorsque le jeune homme avoua avoir embrassé Juliet, lui reprochant son manque de réactivité, il sera les points, il avait fait ça uniquement pour le rendre jaloux et ça avait parfaitement marché mais il ne pouvait pas le montrer à son ancien ami, il ne devait pas, sa colère était donc tournée vers Juliet et vers elle seule. Comportement sans doute plus qu'égoïste, injustifié et un peu exagéré voire même beaucoup exagéré, après tout des erreurs, il en avait fait par millier ces derniers temps et il venait d'en commettre une de plus.

Il pinça les lèvres lorsqu'il aperçut les yeux un peu trop brillant de Théo et pria pour qu'il ne se mette pas à pleurer, il ne pourrait pas résister à l'envie de le réconforter, de lui dire qu'il n'avait rien oublié, qu'il était encore tout ce qu'il y avait de plus important dans sa vie, son univers, son centre de gravité mais il ne pouvait pas, pour la simple et bonne raison qu'ils n'étaient pas seuls dans le monde que l'annonce de Théo allait entraîner une réaction en chaîne et qu'il ne voulait pas que le jeune homme souffre des répercutions. Il caressa doucement sa joue lorsqu'il évoqua son hématome, le cadeau d'adieu de Zacharias, il savait ce qu'il devait faire.

Il avait changé, il était cruel, il allait s'en servir, faire taire ses sentiments, étouffer ses remords et continuer ce qu'il avait entrepris. C'est alors qu'il vit les larmes couler le long des joues de Théo, il ferma les yeux de douleur, il ne voulait pas les voir, il ne voulait pas voir la détresse de son ancien petit-ami, il n'était pas sûr de pouvoir les supporter. Et il sera les points, restant de marbre ou du moins essayant de rester indifférent à l'appel au secours du jeune homme alors que son estomac se nouait sous l'émotion et que son rythme cardiaque s'accélérait.

"Arrête, pitié arrête."

Il avait murmuré sa supplique, il ne voulait pas affronter les larmes de Théo, il ne voulait pas avoir à se justifier et pourtant, il ne pouvait pas partir, pas comme ça, pas sans un mot.

"Je suis désolé vraiment, mais c'est mieux comme ça crois moi. Je... je ne te mérite pas Théo, tu vois ça, il désigna son hématome d'un geste. C'est un cadeau de Zacharias, parce que je suis un connard Théo, tu avais raison, depuis le début, tu as toujours eu raison. J'ai couché avec lui, juste pour le plaisir, juste parce que j'en avais envie et tu sais quoi ? Je l'aimais même plus. Alors tu vois, je peux être cruel quand je veux. Alors, oui, je me fiche de savoir comment ta mère a réagi parce que je sais exactement comment elle a dû le prendre. Si tu me dis qu'elle t'a accueilli les bras ouvert je vais te traiter de menteur parce que si c'était le cas, elle n'aurait pas essayé de te marier de force. Et tu vois ce comportement, celui là, c'est une version un peu atténuée de ce que tu auras à vivre quand tu auras dévoilé ton homosexualité. Es-tu prêt à l'affronter ? Parce que si oui, ne dis pas que c'est pour moi. Ce ne sera pas pour moi, parce que je ne peux pas te demander de faire ça pour moi, je ne suis pas aussi égoïste que ça. Alors continue ton rêve Théo, oublie moi et sois heureux sans moi, ça vaut mieux pour toi et pour moi. Je ne veux pas te faire souffrir, tu as été mon meilleur ami pendant huit ans après tout, ce serait une bien mauvaise façon de te remercier de m'avoir supporté toutes ces années."

Il posa son regard sur son amour pour reprendre son souffle après avoir tant parlé, chaque mot avait été une souffrance, une déchirure toujours plus profonde.

"J'ai changé Théo, je ne suis plus le Samaël que tu as connu et que tu as aimé. Ne sacrifie pas tout pour le fantôme de ce que j'ai été. Et Juliet m'a raconté pour le baiser, j'ai cru que tu avais enfin réussi à m'oublier, j'ai visiblement eu tort. Excuse moi, je ne souhaite pas te faire du mal, uniquement te protéger de moi-même et de ce que je provoque tout autour de moi."

Il ne serait jamais à la hauteur, jamais capable de rendre Théo pleinement heureux et il espérait bien que ses aveux sur Zacharias le ferait réfléchir et prendre enfin pleine mesure de qui il était et qu'il finirait finalement par l'oublier pour vivre sa vie, celle qu'il méritait d'avoir et pas celle, décousue, que leur relation laissait apercevoir.




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
La réponse de Sam eut le don de faire réagir Théo, de titiller son ego. "Je ne te mérite pas"... N'était-ce pas là la plus pathétique des excuses de rupture qui soit, la plus insupportable ? Théo essuya ses larmes d'un revers de main et tourna son visage rougi vers Samaël, l'écoutant avec attention. C'était la première fois qu'il avait l'impression d'entendre une raison un tant soit peu sincère de leur rupture, c'était comme s'il commençait à percevoir enfin le raisonnement du jeune-homme, et il tombait des nues. Théo avait envie de saisir Samaël par les épaules et de le secouer jusqu'à ce qu'un peu de bon sens revienne dans son esprit. Pourquoi fallait-il qu'il complique tout ? Après avoir passé des semaines à tenter de le convaincre d'agir pour que leur relation fonctionne, c'était lui qui décrétait qu'elle était trop compliquée pour s'y cramponner et qu'elle n'apporterait rien de bon... Samaël ne savait pas ce qu'il voulait, voilà tout. Ce n'était pas si incompréhensible, en y réfléchissant bien. Ils n'avaient jamais que dix-neuf ans, et il voulait vivre et profiter de sa jeunesse loin des drames des Nott et de la haute société, loin de ce monde qu'il n'avait jamais compris et dont il n'avait jamais voulu. Sam ne rejetait pas réellement Théo en lui-même mais le futur qui s'offrait à eux s'ils restaient ensemble. Sam ne voulait pas de cet amour trop fort, trop dévastateur, il voulait s'en préserver et, soit-disant, en préserver Théo. Tant mieux pour Sam s'il pouvait fuir mais il était déjà trop tard pour Théo, songea-t-il avec un regard amer pour son interlocuteur.

Alors il allait le laisser partir, que pouvait-il faire d'autre ? Il allait le laisser vivre sa vie et faire ses expériences, et tant pis si son coeur se brisait un peu plus en l'imaginant dans les bras d'un autre, un autre tel que Zach. Cette révélation, sur Zach et lui, balancée entre deux arguments comme si de rien n'était, fit l'effet d'un coup de poignard au jeune homme qui recula légèrement, observant Sam avec incrédulité. Il avait rompu avec lui et avait couché avec Zach, qu'y avait-il à ajouter ? Une petite part de lui se sentait désolé pour Zach, car il savait très bien à quel point le jeune homme était encore amoureux de Samaël. S'il y avait bien quelqu'un qui pouvait appréhender toute la cruauté du geste de Samaël, c'était Théo, et il songea en une pensée peu charitable que Sam n'avait pas volé son hématome. Pourtant, cette compassion était obscurcie de très loin par la jalousie dévorante qu'il ressentait, à l'idée qu'un autre avait fait cela avec son Sam. Merlin, Merlin, Merlin, pourquoi lui avait-il cela ? N'aurait-il pas pu garder cette charmante révélation pour lui ? De toutes les choses que lui avait dites Sam c'était sans aucun doute celle qui la blessait le plus, car c'était la preuve par a plus b que leur couple était bel et bien mort. Théo détourna le regard pour le fixer sur un point indéterminé, la mâchoire contractée et les yeux brûlants. Cette fois, pourtant, il parvint à mobiliser sa fierté pour retenir ses larmes. Il avait besoin de reconstruire ses barrières, de se protéger, car Sam semblait pratiquer la technique de la terre brûlée. Le conquérir, et tout détruire sur son passage.

"Tu ne souhaites pas me faire de mal...", répéta-t-il avec un rire jaune, avant de tourner vers Samaël un visage déformé par la colère : "Qu'est-ce que tu es en train de faire, là, tu crois, tu bien ? Quel bien ? Tu crois peut-être que je peux retourner tranquillement à ma petite vie d'avant ? Que je vais m'enfermer dans le mensonge toute ma vie ? Sam mes idéaux pour le futur ont changé, tu dois bien t'en rendre compte, sinon je n'aurais pas rompu mes fiançailles. Tu me dis de poursuivre mon rêve, mais je n'ai qu'un seul rêve, ce rêve c'est d'être avec toi, et tu es en train de le détruire, personne d'autre. Rien de ce que me fera ma famille quand elle apprendra mon homosexualité - et elle l'apprendra - ne sera plus douloureux et je sais que ça, je saurai le supporter. Alors... "

Théo poussa un soupir fataliste et ajouta :

"Tu as raison, ce n'est pas pour toi que je fais ces choix, c'est bien pour moi. Ma vie s'annonce compliquée et difficile dans tous les cas, elle le serait simplement tellement moins avec toi dedans. Je n'ai pas besoin que tu me protèges, que tu fasses des choix pour moi, je suis assez grand pour ça."

Sur un ton froid et amer, il conclut :

"Mais c'est vrai que notre couple serait compliqué et je ne peux pas t'imposer cela si tu ne le veux pas. Tu es jeune, tu n'as rien à faire avec les sangs-purs et leurs drames d'un autre âge, tu veux vivre ta vie, profiter de ta jeunesse, je comprends. Allez, va-y, je ne te retiens plus."

Tout en parlant, il avait saisi la veste de Sam, qu'il avait laissé sur le dossier de sa chaise. Un petit paquet en tomba alors, que Théo ramassa avant de l'observer avec étonnement. Qu'est-ce que c'était que cela, pourquoi est-ce que Sam se baladait avec ça ? Cela ne ressemblait à rien de ce que connaissait Théo, mais il avait une vague idée de ce que cela pouvait être, une substance moldue dont Damien, qui était né-moldu, lui avait parlé une fois. Il lui semblait pourtant que c'était quelque chose de dangereux que Sam n'aurait pas dû avoir sur lui, quelque chose de bien plus puissant que la fumette de racine de mandragore... Perplexe, Théo s'abstint de tout commentaire et rangea le paquet dans la poche de la veste, avant de la tendre à Samaël. Autant jouer le sang-pur ignorant jusqu'au bout, et se renseigner auprès de quelqu'un qui ne lui lançait pas des poignards en guise de paroles. Ce que faisait Sam ne le regardait plus, après tout, il le lui avait bien fait comprendre... Samaël n'aurait probablement aucun mal à croire son ignorance, puisqu'il ne semblait retenir de lui que son appartenance à ce monde si coupé des moldus.

Théo sortit de la chambre sans plus de cérémonie et partit ouvrir la porte de l'appartement, invitant très clairement Samaël à quitter les lieux. Il ne voulait pas en entendre plus, pas alors que son imagination s'amusait à lui projeter des images de Sam et de Zach. Sam serait probablement soulagé de partir de toute façon... Au moment où le jeune homme passa devant lui, Théo ne put cependant se retenir d'attraper son poignet pour le retenir. Il se rapprocha de lui, glissa quelques mots à son oreille, puis le relâcha.

"Tu penses ce que tu veux, et tu décides ce que tu veux, je ne chercherai plus à te faire changer d'avis. Mais je sais que ce n'est pas fini entre nous."

Quelques instants plus tard, la porte se refermait sur Samaël, le laissant seul une fois de plus. Une fois de trop. Cette fois, il allait vraiment devoir l'oublier, par tous les moyens.

Fin pour Théo.


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël baissa légèrement la tête devant la colère visible de Théo mais il ne broncha pas face aux accusations du jeune homme. Il savait qu'il lui faisait du mal, il en avait conscience bien évidemment mais il pensait sincèrement agir pour le mieux, il écouta sans vraiment entendre les paroles de son ex petit-ami, persuadé qu'il disait uniquement ces mots dans le but de le faire changer d'avis, uniquement pour qu'il revienne auprès de lui. Il était pourtant certain que les rêves de Théo n'avait pas pu changer du jour au lendemain. Artémis lui avait un jour dit que son frère était la personne la plus constante qu'elle connaissait, il n'avait donc pas pu changer de projets d'avenir du jour au lendemain, il n'avait pas la prétention de croire qu'il avait cette influence là sur Théo.

Ils avaient beau s'aimer plus que tout, l'amour ne faisait pas tout, il l'avait constaté au cours de son enfance, il n'avait pas réussi à retenir sa mère malgré tout l'amour qu'il lui portait, son père était tout de même mort alors qu'il l'aimait plus que tout. Il avait tout perdu malgré l'amour qu'il leur portait alors Théo pouvait dire ce qu'il voulait, leur amour n'était pas plus fort que tout et le jour où il s'en rendrait compte, il serait trop tard. Il ne pouvait pas faire machine arrière maintenant, il ne le devait pas. Il poussa un léger soupir alors que le jeune homme laissait entendre que tout ce qui le motivait résidait dans le fait de profiter de sa jeunesse, qu'il souhaitait juste vivre sa vie comme il l'entendait sans tous les problèmes que lui apporterait le monde de Théo.

Il y avait peut-être une part de vérité, peut-être qu'au fond, c'était lui qui n'était pas prêt, il se cachait derrière son excuse de "c'est mieux pour lui" mais peut-être que finalement c'était lui qui ne voulait pas être jugé, lui qui n'était pas prêt à affronter tous les regards de travers. Il était enfin accepté, il avait des amis, on ne le jugeait presque plus, ses sœurs lui fichaient la paix, se contentant de l'ignorer et il devrait tout recommencer ? Subir à nouveau les regards de travers, les jugements, le regard des autres ? Il n'était pas certain d'être prêt pour tout ça et finalement c'était sans doute une excuse qu'il s'était trouvé, de dire qu'il voulait préserver les rêves de Théo intact pour qu'il n'ait pas à souffrir. Il se mordilla l'intérieure de la joue alors que son ancien amant lui offrait sa liberté, il lui affirmait qu'il ne le retiendrait plus et Sam sentit son estomac se nouer, c'était fini, bel et bien fini. Il n'y aurait plus jamais rien entre Théo et lui. Il n'aurait plus le droit à ses sourires en cours, il ferma les yeux un instant alors que le jeune homme se saisissait de sa veste pour la lui tendre.

Samaël sentit son cœur s'arrêter alors que le sachet de poudre tombait de sa poche, il se figea priant pour que Théo ne sache pas de quoi il s'agissait, il se retint de le supplier de lui rendre, restant impassible, laissant échapper un léger soupir de soulagement lorsque le jeune homme remit son bien dans la poche de sa veste et la lui donna. Sam l'enfila rapidement et plongea sa main dans sa poche, heureux que Théo n'ait posé aucune question, qu'il n'ait pas su ce que ce sachet contenait, tellement soulagé qu'il suivit sans un mot Théo jusqu'à sa porte d'entrée, il n'opposa aucune résistance, sachant pertinemment que ça n'en valait pas la peine et qu'au fond c'était ce qu'il avait voulu, sortir partir le plus loin possible de Théo, fuir l'amour qu'il ressentait pour lui et tout oublier, que tout soit clair une bonne fois pour toute, des deux côtés.

Il passa devant son ancien amant sans un mot et frissonna légèrement lorsqu'il lui saisit le poignet, l'obligeant à s'arrêter, son souffle se fit chaotique alors que la bouche de Théo se rapprochait de son oreille. Il resta figé un instant face aux mots du jeune homme, il le regarda une dernière fois, plongea une dernière fois son regard dans le sien et parti, n'essayant même pas de le contredire, peut-être avait-il raison au fond, peut-être que ce n'était pas terminé. Il dévala quatre à quatre les escaliers qui allaient le mener vers l'extérieur et inspira profondément, laissant couler les larmes d'émotions qu'il avait retenu plus tôt. Il n'avait qu'une seule envie désormais, tout oublier.

Oublier qu'il n'était qu'un crétin égoïste et sans coeur, oublier qu'il avait encore une fois préféré écouter la mauvaise partie de son anatomie. Il rentra en silence chez lui, les mains dans les poches de sa veste, il récupéra le petit sachet une fois seul dans sa chambre et le regarda fixement pendant de longues heures, essayant de trouver quoi faire de cette chose. Essayant de se convaincre de ne pas s'enfoncer plus qu'il ne l'était déjà mais sa raison était anesthésiée par sa douleur, tout avait été ré-ouvert aujourd'hui, tous ses sentiments, toutes les sensations et il ne savait pas quoi en faire, elles étaient de trop, il n'en voulait pas. Il prit alors sa décision, il prit une profonde inspiration et ouvrit le sachet de poudre. Peut-être réussirait-il enfin à oublier.

Fin pour Sam




Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Against All Odds [Théo chou & Sammy chou]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soirée arrosée [Gaby Chou <3]
» Après Kim kardashian, Neyo,Corneille,Oprah... Sugar Sammy!
» « chou hibou genou caillou. »
» Un petit bisou mon chou?
» Sam "Sammy" Sylvius

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Aberystwyth,-