AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Les amants délaissés [Théo & Zacharias]

Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
4 novembre 2007

Par Merlin, c'était une erreur. Il n'aurait jamais dû se trouver là, jamais. Si cela se savait, c'était la honte jetée sur sa famille et son nom, tout ça pour quoi ? Il ne le savait pas vraiment lui-même. Théo se figea un instant sur le trottoir en observant l'endroit d'un air indécis, puis finit par se résoudre à pousser la porte et à entrer dans le bar. Le Creepy portait le même nom que le chat de Samaël, et c'était pour cette raison ô combien futile qu'il avait choisi ce lieu pour accueillir sa personne misérable, ce soir. Cette fois, Théo ne voulait pas rentrer chez lui, une fois la journée terminée. Cette fois, l'idée de se retrouver seul dans son petit appartement lui était intolérable, il savait qu'il ne supporterait pas une soirée de plus à ressasser son désespoir et son incompréhension enfermé dans l'isolement. Il lui fallait de l'animation, de la vie, il avait besoin de se sentir entouré même si ce n'était que part des étrangers. Il pourrait toujours les observer, ces gens qui arrivaient à sourire, à parler et à être heureux, il pourrait toujours vivre un peu par procuration.

Oui, Théo en était réduit à cela, quelques jours après sa dernière rencontre avec Samaël : voler des bribes de chaleur et d'humanité où il le pouvait, pour éviter de sombrer. Jamais il ne s'était senti aussi seul, aussi mal, pas même après l'emprisonnement de son père et son entrée à Poudlard, pas même lorsque les regards accusateurs et méprisants de ceux qui avaient perdu leur famille pendant la guerre se posaient sur lui. Alors ce soir, il prenait le risque, il bravait ses principes et ses interdits et se rendait en terre moldue, loin des sorciers qui seraient susceptibles de le reconnaître, dans le premier bar venu. Enfin, pas tout à fait le premier... Celui-ci avait un nom particulier. Comme quoi, Sam ne le quittait jamais vraiment.

Théo jeta un rapide coup d'oeil à la salle, relativement remplie en ce début de soirée, et s'avança vers le comptoir. Il commanda un Whisky Pur Feu et glissa une pièce au barman, avant de tourner la tête pour observer distraitement autour de lui. Son regard tomba alors sur un jeune homme installé à une table un peu plus loin, seul et visiblement plongé dans ses pensées. Le coeur de Théo rata un battement, sa main se crispa sur son verre et il fit un pas en direction de l'homme, tout en dévisageant. Oui, c'était bien lui, il n'y avait pas de doutes. L'homme avec lequel il se battait pour Samaël, Zach, celui qui avait osé coucher avec son petit-ami... Son ex petit-ami, corrigea Théo mentalement en se rapprochant lentement, sans pouvoir s'en empêcher. Et il ne se battait pas avec Zach, au fond, mais Zach et lui se battaient simplement pour la même chose, sans parvenir à l'obtenir. Pourtant, la colère et la jalousie bouillonnaient en lui lorsqu'il parvint à la hauteur de Zach. Il se racla la gorge pour attirer l'attention du jeune homme et vrilla un regard froid dans celui de Zach, laissant planer un silence pour laisser le temps à son interlocuteur de le replacer. Après tout, ils ne s'étaient vus qu'une fois, mais Théo ne l'avait pas oublié et il avait le sentiment que Zach aussi se souviendrait parfaitement de lui...

"Bonsoir, Zacharias. Je passais boire un verre et je te vois seul, alors... Est-ce que je peux me joindre à toi... ou est-ce que tu attends quelqu'un ?"

Son ton s'était refroidi sur ces derniers mots, refroidi comme l'ensemble de son corps, d'ailleurs. Zach devait probablement attendre quelqu'un, oui, mais la question était de savoir qui. Théo priait de tout son coeur pour que cela ne soit pas Samaël, il ne pourrait pas sortir sa baguette ici et il détestait se battre à la moldue...


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson

Zacharias ne savait pas bien pourquoi il était sortit, ce soir là. Peut-être pour essayer de reprendre les choses en main, peut-être pour arrêter de se laisser dépérir, peut-être parce qu’il en avait marre d’être seul, enfermé dans son petit appartement, roulé en boule sous sa couette. Il devait sortir, avait-il décidé quelques heures avant. Pour retrouver sa vie d’avant, pour s’obliger à avancer, malgré tout. Il fallait que les images de sa nuit avec Samaël ne lui reviennent plus jamais en mémoire, qu’il puisse arrêter de ressasser leur conversation, encore et encore, à s’en rendre fou. Cette histoire l’obsédait, depuis le moment où son ex petit-ami l’avait quitté sur un simple « c’était une erreur. » Comme cet acte pouvait-il être une erreur pour le jeune homme, alors que cela avait représenté tant de choses, pour lui ? Il avait tellement cru à une réconciliation, tellement cru qu’ils se remettraient ensemble, après ça. Dans son esprit, c’était la suite logique des choses, après tout. Mais non. C’était sans compter Samaël, son ton et ses excuses pitoyables. Alors voilà. Il était devenu une simple erreur. Juste un homme chez qui l’ancien Poufsouffle avait pu tirer un peu de réconfort, le temps d’une nuit. Un homme parmi tant d’autres, probablement. Merlin, il s’était sentit tellement sale, tellement utilisé, après ça. Son euphorie était retombée brusquement, brutalement, même, et les larmes s’étaient mises à couler, intarissables.

Evidemment, qu’il avait eu droit à du soutien de la part de ses amis ! Alors il avait seulement acquiescé, juré qu’il allait bien. Ce n’était pas ce simple moment passé avec son ex petit-ami qui allait le détruire, enfin ! avait-il assuré. Il avait connu tant d’autres hommes, dans sa vie. Non vraiment, il n’allait pas s’arrêter à ça, vraiment pas. Le mensonge semblait avoir fonctionné, et ils avaient fini par le laisser tranquille. Pour justifier le fait qu’il restait enfermé, il avait prétendu avoir pris un trop grand retard dans ses études pour se permettre de sortir tous les soirs. Et c’était vrai, en soit. Mais le jeune homme n’avait réellement pas la tête à travailler. Il continuait de faire le minimum, récoltant donc des notes bien inférieures par rapport à celles qu'il aurait dû avoir avec le travail qu’il prétendait fournir auprès de ses amis. Et, si la plupart ne remarquait rien, Lily, elle, n’était pas dupe. Zacharias avait alors décidé d’ignorer ses regard interrogateurs, ses questions muettes, qu’elle ne semblait pas vouloir poser en public. Il gérait cette situation, et il la gérait seul. Sans l’aide de personne.

C’était peut-être pour ça que ce soir, il était venu seul au Creepy. Il n’avait prévenu personne, et pour la première fois depuis plusieurs jours, avait décidé de ne pas passer la soirée à regarder des films de science fiction sur sa petite télévision d’étudiant. Quelle étrange manière de faire taire son chagrin, songea Zach, qui, jusque là, s’était toujours contenté de l’alcool pour oublier, et des nuits passées avec d’autres hommes pour se sentir moins misérable. Peut-être que ce n’était pas une peine comme les autres. Peut-être que c’était plus que ça. La fin de ses illusions, la fin de l’image si parfaite qu’il s’était construit de Samaël. Agacé, il secoua la tête, pour chasser cette pensée désagréable, et porta son verre à ses lèvres. Il était installé à une table depuis une petite heure, sans compagnie autre que ses verres d’alcool. Il avait bien échangé quelques regard avec ce garçon, qui était assit quelques tables plus loin et qu’il avait déjà rencontré, mais  n’avait pas trouvé la motivation de se lever pour aller le voir. Plus tard, décida-t-il en glissant un regard vers le jeune homme en question. Il fut tiré de ses pensées par un raclement de gorge et survint tout près de lui. Surpris, Zach leva les yeux vers celui qui était à l’origine de ce bruit, et mit quelques secondes avant de le replacer.

Théo Nott, quelle ironie, songea-t-il en haussant les sourcils devant son regard noir. Il se souvenait encore de leur unique rencontre sur le chemin de Traverse, à l’époque où le Poufsouffle était en couple avec Samaël. Ils s’étaient séparés, lui avait dit ce dernier quelques semaines plus tôt. Peut-être qu’ils s’étaient finalement remis ensemble, ce qui expliquerait le regard et le ton dur de Théo, qui avait alors peut-être eu vent de ce qu’il s’était passé. Tant pis, décida Zacharias. Il regrettait déjà suffisamment son acte pour qu’on vienne plus le lui reprocher.

« Non non, je n’attends personne, je t’en prie, installe-toi. » répondit le jeune homme en désignant la chaise en face de lui du menton. « C’est la première fois que tu viens ici ? » interrogea-t-il enfin.

Il avala une gorgée de Whisky avant de vriller son regard dans celui de Théo.

« Notre dernière remonte à quelques mois, qu’est-ce que tu deviens ? »

Non, il ne voulait absolument pas savoir où en était sa relation avec Samaël, vraiment pas. Il se fichait bien de Samaël, après tout. N’est-ce pas ?
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Aucune animosité n'était visible dans le regard de Zacharias, pas plus que dans son ton, comme le remarqua Théo avec une légère perplexité. Etait-il le seul à se sentir concurrencé par l'autre, jaloux, mal à l'aise ? Il était presque vexé de susciter si peu de réaction chez celui qu'il considérait comme une sorte d'outsider... Théo ne s'était certainement pas attendu à ce que Zach se montre aimable avec lui. Intrigué, il obtempéra et s'installa face au jeune homme, l'air légèrement renfrogné.

"Merci", répondit-il d'un ton prudent, avant de savourer une longue gorgée de Whisky pour se donner le temps de répondre. Cela faisait du bien, songea-t-il en savourant le liquide piquant qui avait le don de lui détendre les nerfs. Auparavant, Théo buvait très rarement, seulement aux occasions importantes, lorsqu'il voulait montrer qu'il était un homme, un adulte, mais jusqu'à très récemment, il ne buvait pas pour se détendre en fin de journée. Beaucoup de choses dans son comportement avaient changé au cours de derniers mois, certaines étaient positives et certaines non. L'alcool et l'errance dans les bars ne faisaient certainement pas partie des améliorations, il devait en convenir, aussi s'était-il limité jusque là. Ce soir, il avait craqué, et c'était dans des moments comme celui-là qu'il se demandait si le destin n'existait pas. Comment en était-il arrivé à tomber sur Zach ? Il préférait ne pas le savoir...

"Oui, c'est la première fois que je viens dans ce bar, et toi ?", répondit-il en balayant l'endroit des yeux, légèrement nerveux. Il ne se sentait pas particulièrement à l'aise au milieu de ces moldus joyeux et enivrés, qui parlaient et s'agitaient sur une musique un peu trop forte. Alors il but une nouvelle gorgée, se racla la gorge et ajouta : "Je n'ai pas l'habitude de venir boire dans des bars, encore moins seul, mais ce soir je crois que j'en avais besoin. J'ai choisi celui-là un peu au hasard, enfin... plus ou moins."

Plus ou moins, car il y avait ce nom qui lui avait fait penser à Samaël. Son visage se ferma un peu plus à la pensée de son ancien amant et il soutint le regard de Zach, qui l'interrogea au sujet de sa vie. Qu'est-ce qu'il devenait ? Merlin, il devenait un être pathétique et misérable, voilà ce qu'il devenait, et c'était en partie sa faute. Enfin, pas vraiment... C'était essentiellement la faute de Samaël, mais Zach n'avait rien fait pour son bonheur, c'était certain. Théo le voyait, là, devant lui et il ne pouvait s'empêcher d'imaginer ce visage, ces lèvres en train d'embrasser son Sam. Et la jalousie lui tordait les entrailles, et la colère obscurcissait son jugement, et il sentait ses poings le démanger. Ce qu'il aurait été agréable de frapper Zach, songea-t-il en se mordant la lèvre inférieure, tout en baissant le regard sur la table. Cela l'aurait certainement soulagé un instant mais cela n'aurait rien changé à sa situation et il n'aurait pas pu obtenir ce qu'il voulait vraiment, ce soir, à savoir de la compagnie. Et, puisqu'il était là, autant en profiter pour obtenir des réponses à ses questions... Oui, il voulait obtenir la version de l'histoire de Zach.

"Rien de très intéressant, la routine", répondit-il alors avec une légère pointe d'ironie. "Je travaille, chez les Oubliator. J'ai été fiancé, brièvement, j'ai rompu avec Samaël, mais tu dois déjà le savoir... Enfin, j'ose espérer que tu le savais, que nous avions rompu. Quand tu as couché avec lui."

Ces derniers mots avaient été prononcés à voix basse mais de façon bien audible, sur un ton accusateur, tandis que son regard clair revenait fouiller celui de Zach. Ce dernier connaissait les sentiments de Théo pour Samaël, après leur conversation du Chemin de Traverse, mais Théo pouvait-il vraiment le blâmer d'avoir su saisir sa chance ? Non, il le savait au fond de lui. Si les situations avaient été inversées, Théo n'aurait pas pu laisser filer Sam, quand bien même Zach devait souffrir de son choix. Ils ne se connaissaient pas et ne se devaient rien, ils tentaient chacun d'obtenir le bonheur de la même façon et l'un d'entre eux serait déçu, c'était ainsi. L'autre ne serait qu'un dommage collatéral que l'on pouvait déplorer mais pas empêcher... Théo poussa un lourd soupir en réalisant que son comportement n'était pas des plus corrects, et adressa un léger regard d'excuse à son interlocuteur. Pourtant, il ne pouvait se résoudre à lui retourner la question et à échanger quelques banalités, comme s'il n'y avait pas l'ombre de Samaël qui planait sur leur conversation.

"Je sais que cela ne me regarde plus, mais... J'ai besoin de savoir. Est-ce que vous vous voyez ?"

Théo se maudit en entendant le propre son de sa voix. Où était passé son contrôle légendaire ? Il ne pouvait ignorer l'intonation légèrement désespérée avec laquelle il avait prononcé ces mots. Car Théo avait beau avoir fanfaronné auprès de Sam, quelques jours auparavant, il avait réellement fini par perdre espoir. Sam et lui ne se remettraient pas ensemble, cette certitude s'ancrait un peu plus profondément en lui chaque jour, le plongeant dans un désarroi tel qu'il ne savait plus comment orienter sa vie. Entendre la vérité de la part de Zach ne lui ferait probablement aucun bien, Théo se doutait de la réponse à cette question. Pourquoi Sam l'aurait-il quitté, pourquoi aurait-il couché avec Zach si ce n'était parce qu'il l'aimait ? Son ancien meilleur ami n'avait jamais caché à quel point sa rupture avec Zach l'avait affecté, rupture provoquée par Théo lui-même. Sans doute avait-il fini par réaliser que Zach était celui qu'il aimait réellement, au-delà de son affection pour Théo, et sans doute tentait-il maladroitement de recoller les morceaux. Théo n'avait plus sa place dans ce tableau. Pourtant, il ne parvenait pas à s'éclipser pour de bon, à croire que le sort s'acharnait à le pousser au milieu de ce duo... Et il ne voulait pas se laisser éclipser. L'idée que cet homme, cet inconnu, soit plus important pour Sam que lui et le transforme, lui, en étranger était intolérable. Ce n'était pas contre Zach, pourtant, il avait le sentiment qu'il aurait réagi ainsi avec n'importe quelle autre personne... Merlin, il était tout simplement incapable de le laisser partir.

Comment lâcher prise ? Cette question l'obsédait, toujours sans réponse. Son premier verre était désormais vide, sans doute n'avait-il jamais bu aussi vite d'alcool aussi fort. Ou alors peut-être à la soirée de fin d'année, dans des circonstances similaires... Il avait grandement besoin d'une dose supplémentaire de détente, jugea-t-il en se redressant brusquement, sans même attendre la réponse de Zach. Il se dirigea à nouveau vers le comptoir et en revint quelques instants plus tard avec un second verre en main. Zach devait probablement le trouver ennuyeux et pathétique, mais il se fichait bien de l'avis de ce vil voleur d'amoureux, après tout.

"Pardon, mais j'avais besoin de ça pour entendre ta réponse. Alors...?"

Inconsciemment, il se pencha légèrement sur la table, accrochant le regard de son interlocuteur, suspendu à ses lèvres.


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson.

« Je viens toujours ici. » répondit Zacharias à la question de Théo, tout en haussant les épaules. Il avait découvert ce bar l’été après sa sortie de Poudlard avec sa bande d’amis, et avait continué à le fréquenter régulièrement si bien que le barman les connaissait relativement bien. Il y avait fait de belles rencontres, dans ce bar. De belles idioties aussi – il tenait mal l’alcool quelques années auparavant. « Quant au fait de boire seul… » il eut un sourire ironique. « Je ne peux rien dire. »

Jamais il n’était sortit seul, avant ça. Généralement, il trouvait toujours quelqu’un pour l’accompagner, et, au moins, ils étaient deux. Mais aujourd’hui, il n’avait eu absolument aucune envie de sortir accompagné par un de ses amis. Oh, évidemment, qu’il les aimait toujours autant, là n’était pas la question ! Mais la solitude lui semblait être de meilleure compagnie, ce soir-là. Solitude qui avait été vite remplacée par la présence de Théo, cela dit, songea-t-il en observant le jeune homme. Leur dernière rencontre avait été… mouvementée, c’était le cas de le dire. Et, au vu du regard noir qu’il lui avait lancé quelques minutes plus tôt, il ne semblait pas ravi de le revoir. Eh bien, il n’en avait rien à faire, décida Zach alors que son regard se faisait légèrement plus arrogant. Ce n’était pas lui qui était allé le trouver. Alors, tant qu’il ne commençait pas à amener le sujet sur la nuit que Samaël et lui avaient passée ensemble, tout irait bien.

Malheureusement, Merlin ne semblait pas de son côté. Si la réponse de Théo à sa question commençait plutôt bien – et surtout, sur des sujets neutres – bien vite, la conversation dériva sur sa rupture avec Sam. Zacharias sentit ses entrailles se tordre juste avant qu’il ne lance cette phrase qu’il avait tant redoutée. « Quand tu as couché avec lui. » Il baissa immédiatement le regard et se mordit brusquement l’intérieure de la joue, tout en retenant une grimace. Evidemment, il fallait que ça arrive. Il fallait, que le jour où il se décidait enfin à sortir de chez lui, quelqu’un vienne lui rappeler tout cela. Son visage se ferma, alors qu’il relevait les yeux pour dévisager Théo.  La dernière chose qu’il voulait était d’en parler, et pourtant il sentait bien que si son interlocuteur insistait, il finirait par craquer.

« Arrête. » supplia-t-il d’une voix basse.

Il en venait à supplier un homme qu’il ne connaissait à peine. Mais qu’il était pitoyable ! Il se faisait honte. Oui, c’était peut-être ça, ce sentiment qui le suivait depuis quelques semaines. La honte. Il avait honte de s’être laissé utiliser de la sorte par Samaël, honte de n’avoir rien vu venir. Qu’il avait été stupide ! Un idiot, sans aucun doute. Et il avait été tellement détruit par ce qu’il s’était passé, que cela en devenait pathétique. La simple mention de cet événement par Théo le bouleversait complètement, si bien qu’il ne prit même pas la peine d’ajouter autre chose à sa phrase. Se bornant dans un silence qui devenait de plus en plus lourd à chaque seconde qui passait, Zacharias fuyait à présent le regard du jeune homme. Ce dernier finit par lui poser une question qui le laissa abasourdi. S’il voyait Samaël ? Cette interrogation lui sembla tellement absurde qu’il ne songea même pas à y répondre. Ce ne fut que lorsque son interlocuteur se leva brusquement que Zach fut tiré de ses pensées. Il le suivit du regard, et hésita un instant à partir. Ce n’était pas très juste, ni très honnête – c’était même assez lâche, quand on y pensait – mais il n’était pas certain de pouvoir supporter une conversation de la sorte avec l’ex petit-ami jaloux qu’était Théo. Mais visiblement, il serait obligé de faire avec, puisque le jeune homme revenait déjà vers lui, un verre à la main, réitérant sa question.

« Si je vois Sam ? » il eut un rire jaune. « Il t’a dit comment ça c’était terminé, au moins ? »

Oh non, sûrement pas. Il avait juste dû lui expliquer qu’ils avaient passé la nuit ensemble, sans parler de sa fuite le lendemain, sans parler des paroles qu’ils avaient échangées, des coups qu’il avait reçu. C’était tellement facile, de se donner le beau-rôle, songea-t-il dans un excès de rage, alors que sa main se crispait sur son verre. Il poursuivit sans même attendre la réponse de Théo :

« Oui, j’ai couché avec Sam, il y a un peu moins de deux semaines. Mais non, je ne le vois certainement pas. En réalité, je crois que j’aurai préféré ne plus jamais le revoir. » son ton se fit plus dur, et son visage se ferma. « Parce que tu comprends, moi j’étais l’erreur, tout simplement. Me donner de faux-espoirs pour les briser dès le lendemain, ça devait être absolument hilarant. Donc non, je ne vois pas Sam. Si ça peut te rassurer, je ne compte pas le revoir un jour, je te laisse le champ libre pour essayer de récupérer ce… » il s’interrompit avant de lâcher le mot qui lui brûlait les lèvres. « J’ai autre chose à faire qu’être pris pour un véritable con par quelqu’un qui s’amuse à jouer avec les sentiments des gens pour ensuite se barrer sur un « c’était une erreur. » Mais quelle connerie. » il n’avait pas haussé le ton mais ses paroles trahissait pourtant sa détresse.

Il porta son verre à ses lèvres et le vida d’un trait, s’efforçant d’arrêter de trembler. Même après plusieurs jours, la fureur, le désappointement et la douleur qu’il avait ressenti en mettant Sam à la porte de son appartement ne l’avaient pas quitté. Il finit par vriller son regard dans celui de Théo.

« Je suppose que vous ne vous êtes pas remis ensemble, donc ? Et comment tu sais ça, d’ailleurs, il s’amuse à en parler à tout le monde ? » demanda-t-il avec ironie.
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Théo se figea, cloué sur sa chaise par le ton dur de Zach et la rancoeur lisible sur ses traits. L'espace d'un instant, il se laissa envahir par la paranoïa et la jalousie et se demanda si Zach n'était pas en train de jouer les amants trahis pour lui dissimuler sa relation avec Sam. Il se morigéna ensuite aux paroles du jeune homme, qui raisonnaient douloureusement en lui alors qu'il reconnaissait le comportement qu'avait eu Sam à son égard. Zach et lui étaient dans le même panier, finalement, et réaliser cela lui fit l'effet d'une gifle. Sam les aurait abandonné tous les deux de la même façon cruelle et insensible, sans explication convaincante. Théo ne comprenait pas, il n'aurait jamais cru voir son ancien meilleur ami adopter un tel comportement. C'était comme s'il était devenu un étranger, quelqu'un de complètement différent que l'homme qui avait partagé sa vie et qu'il avait cru connaître... Théo poussa un long soupir et glissa une main dans ses cheveux, perplexe. Cela faisait moins de deux semaines que cela c'était produit, à en croire Zach. Cette révélation lui resta en travers de la gorge et il tenta vainement de la faire passer en attaquant son nouveau verre.

A la lumière de ces révélations, son animosité pour Zach avait fondu comme neige au soleil. Oh, la jalousie était toujours là quelque part mais il ne pouvait réellement lui en vouloir, pas alors qu'il se reconnaissait tant en lui. Si on lui avait dit, lors de leur première rencontre, qu'il se sentirait si proche de Zach, lui qui était si différent de Théo... Mais il pouvait comprendre sa crispation, sa colère et sa peine, mieux que personne d'autre. C'était un drôle de point commun qu'ils avaient là, mais un point commun tout de même.

"Non... Il essayait de me faire comprendre quelque chose que je refusais d'entendre", répondit Théo avec un petit sourire au coin des lèvres, son regard sombre soutenant celui de son interlocuteur. "En réalité, il s'est passé la même chose entre lui et moi. Quelques semaines après notre rupture... J'ai craqué, je n'en pouvais plus, il me manquait trop, alors je l'ai approché et j'ai réussi à le faire venir chez moi sous un prétexte stupide et... Bref, nous avons couché ensemble, ce qui était censé être, je cite, "sans conséquences, sans sentiments"."

Une grimace étira le visage de Théo qui détourna le regard. Merlin, ce qu'il se sentait stupide, avec le recul ! Il s'était mis lui-même dans cette situation, il n'avait personne à blâmer. Tout cela parce qu'il avait refusé de voir que les sentiments de son amant avaient bel et bien disparu...

"J'ai... J'ai été stupide, j'ai voulu qu'on se remette ensemble après cela mais Sam s'est tenu à son absence de conséquences. Comme si c'était possible, entre nous ! Je veux dire, notre rupture est récente et douloureuse, notre relation elle-même date de plusieurs années, je ne comprends pas pourquoi il a pu penser que c'était seulement possible pour lui de faire une chose pareille."

A vrai dire, Théo ne comprenait toujours pas comment Sam avait pu lui faire cela, à lui, comme s'il n'était qu'un vulgaire inconnu, un homme de passage. Au-delà même de leur romance, il ne comprenait pas comment il pouvait le laisser seul avec lui-même dans un moment pareil, et n'était pas sûr de le lui pardonner un jour. Théo garda le silence un instant, les mains crispées sur son verre et les épaules voûtées, avant de se rappeler que son histoire n'était pas terminée.

"Alors je lui ai dit cela. Je lui ai dit que je ne le croyais pas quand il disait ne plus m'aimer, que je le connaissais assez pour savoir qu'il n'était pas aussi cruel et... Eh bien, il t'a cité en contre-exemple. Il a dit qu'il avait couché avec toi, alors qu'il ne t'aimait pas, c'était donc bien qu'il en était capable..."

Théo glissa un regard désolé à son interlocuteur, conscient que cela ne devait pas être facile à entendre. Mais Zach avait l'air bien plus enfoncé dans la colère que lui, ayant totalement renoncé à l'idée de se remettre avec Sam - ce qui n'était pas pour déplaire à Théo, songea-t-il égoïstement.

"Je ne l'ai pas cru, parce que dans mon esprit, cela se jouait entre toi et moi. Qu'il me quitte parce qu'il a réalisé qu'il t'aime encore, oui, je peux le comprendre. Mais qu'il nous brise le coeur à tous les deux, en remuant le couteau dans la plaie ? Je ne comprends pas, je sais qu'il vaut mieux que cela. Il vaut mieux que moi, c'est l'une des meilleures personnes que je connaisse et c'est en partie pour cela que je l'aime. Mais... là, je suis dépassé."

Haussant les épaules d'un air désemparé, il laissa sa perplexité et sa confusion apparaître. Avec Zach, nul besoin de prétendre, il en serait bien incapable de toute façon.

"Et légèrement désespéré, d'où mon comportement légèrement agressif, désolé.", sourit-il d'un air contrit, avant de souffler : "Je suis vraiment désolé, Zach, pour tout ça. J'espère que tu trouveras mieux. De mon côté, je vais arrêter aussi de m'humilier et tenter d'accepter ce que Sam essaie de me faire comprendre, à savoir qu'il ne veut plus de moi."

Si tant est qu'il en ait jamais réellement voulu, songea Théo en se remémorant l'époque pas si lointaine où Sam lui avait parlé de son premier amant et lui avait vanté ses baisers. Un nouveau haussement d'épaules, comme si tout cela n'avait pas vraiment d'importance, puis il continua de siroter son verre, observant l'homme qui lui faisait face. Les deux rivaux avaient perdu l'objet de leur rivalité, Théo n'avait plus de raison de s'attarder. Pourtant, il n'avait pas envie de partir non plus...


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson

Dire que Zach tomba de haut lorsque Théo se mit à lui raconter sa propre histoire était un bel euphémisme. Il n’en revenait pas. Il n’en revenait vraiment pas. Comment Samaël avait pu lui faire ça ? Avait pu leur faire ça, à tous les deux ? Etait-ce simplement par pure méchanceté ? Une sorte de vengeance ? Où était passé le jeune homme qu’il avait connu, quelques mois auparavant ? Celui qui était hautement adorable, qui le faisait craquer dès qu’il souriait ? La situation lui échappait complètement. Non content de s’en être pris à lui, Samaël avait fait subir la même situation à Théo... Pris d’un élan de compassion, Zacharias se pencha vers son interlocuteur, alors que ce dernier continuait de parler. S’il savait à quel point il le comprenait, à quel point il vivait exactement la même chose. Et, bien qu’il ait été atrocement jaloux du nouvel amant de Sam, il ne lui avait jamais souhaité de ressentir ça. Il ne le souhaitait à personne, d’ailleurs. Ce sentiment d’être pitoyable, humilié, rabaissé, il aurait préféré ne jamais le connaître. Il aurait préféré que son ex petit-ami reste loin de lui, qu’il ne l’approche pas. Il aurait continué à entretenir une image parfaite de lui, mais c’était bien moins douloureux que ce qu’il vivait en ce moment.

Bien moins douloureux que ce qu’il entendait en ce moment, songea-t-il en tournant la tête pour fermer douloureusement les yeux lorsque Théo mentionna comment il avait appris ce qu’il s’était passé entre Samaël et lui. Oh, il avait bien compris, qu’il ne l’aimait pas, qu’il ne ressentait rien pour lui. Mais le fait d’apprendre qu’il s’en fichait autant, que cela ne lui faisait ni chaud, ni froid… Eh bien, c’était difficile, ça faisait mal. Ils avaient tout de même vécu quelque chose ensemble, et du côté de Zach, cela avait été fort, intense. Et il n’arrivait pas à concevoir que le jeune homme ne se sente même pas coupable ce qu’il avait fait. Il était blessé, voire même un peu vexé, d’attirer aussi peu la considération de Samaël. Même s’il s’en fichait, à présent, tenta-t-il de se convaincre intérieurement, tout en écoutant d’une oreille attentive le récit de Théo, puisque, la dernière chose qu’il souhaitait était d’avoir affaire à lui.

Après avoir pris une longue inspiration, il replongea son regard dans celui de l’homme en face de lui, et haussa les épaules en feignant l’indifférence lorsqu’il affirma que Samaël valait mieux que ça. Au fond de lui, il le savait aussi, mais ne l’admettrait pour rien au monde. Il l’avait bien trop blessé, tout en portant un coup à son égo et à sa dignité pour qu’il puisse lui accorder la moindre qualité. Un léger sourire s’étira sur ses lèvres et il hocha doucement la tête.

« Sam n'a jamais été doué avec les mots, de toute façon - je parle en parfaite connaissance de cause. C'est pour ça qu'il préfère nous le faire comprendre avec des moyens plus cruels. » déclara-t-il en levant les yeux au ciel. « Hm, pardon. Mais ne vante pas ses qualités auprès de moi, je ne suis pas le mieux placé pour t’approuver. Ça me rend dingue qu’il puisse faire ça et qu’il semble s’en foutre. Tu ne couches pas avec ton ex alors que tu sais qu’il a encore des sentiments pour toi, faut faire preuve d’un peu de bon sens ! Je ne comprends pas non plus, ça me semble tellement absurde. Mais je suis aussi fautif, je n’ai pas imaginé une seule seconde qu’il serait capable de faire ça. »

Quel idiot, franchement. On ne l’y reprendrait plus, assurément. Il vrilla son regard dans celui de Théo, en se penchant vers lui.

« Et ce n’est pas grave. J’ai déjà fait mon ex jaloux et agressif aussi, à vrai dire. » lança-t-il avec un sourire piteux. « Si Sam ne veut plus de toi, tu trouveras quelqu’un d’autre. Mine de rien, la communauté gay est bien plus étendue que ce que l’on peut croire… Même chez les sangs-pur. » déclara malicieusement le jeune homme. « Sam ne sait vraiment pas ce qu’il perd, de toute façon. » conclut-il avec arrogance. Il avait bien le droit, il était un de ceux que Samaël avait perdu, en soit. « Je t’offre un verre ? » demanda-t-il subitement en avisant celui que Théo venait de finir. Ils en avaient bien besoin, visiblement.

Il se leva, et se dirigea vers le bar. Se penchant vers le barman pour se faire entendre, il commanda deux whisky, patienta quelques instants et saisit les deux verres après avoir payé. Regagnant la chaise qu’il venait de quitter, il posa les boissons sur la table, et en poussa une vers Théo, avant de s’emparer de la sienne qu’il leva, comme pour trinquer.

« Aux amants délaissés ? » proposa-t-il avec un sourire qu’il voulait amusé. Il en avait assez pleuré, autant en rire. « Bon, et alors, que vient chercher Théo Nott dans un bar moldu ? » interrogea-t-il après avoir bu une gorgée, un sourire au coin des lèvres. « Si quelqu’un m’avait dit un jour que je te croiserai là, je ne l’aurai sans doute pas cru. »

Enfin, il n’allait pas s’en plaindre non plus. Sûrement pas, même. Un peu de compagnie n’était pas déplaisante, surtout maintenant que l’animosité de Théo à son égard semblait avoir disparue.

« C'est ta condition de célibataire qui te pousse à découvrir les bars du coin ? » lança-t-il avec un clin d’œil amusé.
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Théo baissa le regard sur ses mains et joua distraitement avec sa chevalière, tout en écoutant avec attention les paroles de son interlocuteur. C'était intéressant, ce qu'il disait, au sujet de la façon qu'avait Samaël de s'exprimer. Par les gestes plutôt que par les mots... Mais quelle drôle de façon était-ce là de faire comprendre à quelqu'un qu'on ne l'intéressait plus, que de lui faire l'amour ? Les moments d'intimité qu'il avait passé avec Samaël ce jour là restaient gravés dans sa mémoire, il pouvait se rappeler de la tendresse de son amant, de la passion qu'exprimaient ses baisers, ses caresses, était-ce ainsi qu'il entendait lui prouver qu'il n'éprouvait plus rien à son égard, qu'il lui fallait lâcher prise ? Théo ferma brièvement les yeux, comme enivré par ses souvenirs, et s'efforça de revenir à l'instant présent. Il ne servait à rien de s'enfermer dans le passé, car ses souvenirs finiraient par s'estomper et que lui resterait-il, alors, pour continuer ? Plus rien du tout. Théo devrait rencontrer de nouvelles personnes, et trouver de nouvelles façons de se sentir vivant, voilà tout. Cela devait bien être possible !
 
C'était en tout cas ce que semblait croire Zach. Ses affirmations sur la communauté gay sang-pur tirèrent une petite exclamation sceptique à Théo, qui leva vers lui un regard amusé. Il avait beau y réfléchir, il ne voyait vraiment pas qui parmi les sang-pur qu'il connaissait - c'est-à-dire la quasi-totalité d'entre eux - pouvait avoir de tels penchants. Si c'était si répandu, sa situation n'aurait pas été aussi problématique !

"Hm, je ne suis pas convaincu", commenta-t-il avec malice, avant de redresser les épaules en une attitude faussement hautaine. "Oh, certainement, je ne vois pas comment Samaël pourrait trouver mieux que l'un d'entre nous, tant pis pour lui. Je veux bien un verre, merci, je prendrai la même chose que toi."

Tandis que Zach s'éloignait en direction du comptoir, Théo ôta ta veste moldue pour avoir moins chaud et s'étira en poussant un soupir de bien-être. Il avait bien fait de venir, il se sentait mieux après avoir eu cette conversation avec Zach, et boire un verre après une journée de cours auprès de Sam lui faisait le plus grand bien. Théo se retourna et observa Zach en train de patienter, accoudé au comptoir. Un sourire légèrement coupable frôla ses lèvres et il s'efforça de le réprimer et de reporter son attention sur une bande de filles moldues qui bavassaient à la table d'à-côté. C'était étrange de sympathiser ainsi avec cet homme, étrange mais il n'avait pas l'intention de s'en empêcher. Il avait bien mérité un moment un peu agréable, après tout. 

Zach finit par revenir avec deux verres de Whisky, dont un pour Théo qui s'en saisit et le leva.

"Aux amants délaissés", répéta Théo en souriant à son tour, sans trop savoir pourquoi. Il n'y avait rien de drôle mais le fait d'être deux à connaître la même chose rendait la situation moins dramatique. Et puis Zach avait le don pour alléger une ambiance pesante, Théo en avait l'impression. Tout le contraire de lui, mais Théo décida de l'imiter pour ce soir. Une soirée sans se lamenter et s'auto-apitoyer était une perspective des plus réjouissantes. Voilà pourquoi il s'efforça de ne pas se rembrunir à sa question, se contentant d'un sourire énigmatique tandis que son regard fuyant trahissait sa gêne. Il s'apprêtait à répondre lorsque Zach le questionna à nouveau, non sans un clin d'oeil qui eut le don de lui tirer un petit rire embarrassé. 

"On peut dire ça, oui. J'ai eu envie de fuir la solitude, ce soir, et je ne me voyais pas aller dans un bar sorcier. Les choses sont compliquées entre ma mère et moi, ces derniers temps, puisqu'elle connait la raison pour laquelle j'ai rompu mes fiançailles, bref... Elle n'apprécierait pas trop de savoir que je passe mes soirées à oublier ma peine dans les bars, vois-tu. J'ai moins de chances de tomber sur un sang-pur délateur par ici", répondit-il en haussant les épaules. "Je ne sais pas trop ce que je cherchais, à vrai dire, à part un verre d'alcool, et un autre cadre que mon appartement déprimant. Je ne suis pas mécontent du voyage, la musique n'est pas désagréable et la compagnie est aussi bonne qu’inattendue."

Théo ponctua ses dernières paroles par un petit clin d'oeil.

"Je te retourne la question, Zach. Qu'est-ce que tu faisais ici, tout seul ?"



MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson

Sirotant son verre tout en observant le jeune homme en face de lui, Zacharias se surprit à songer à ses précédentes paroles. Peut-être qu’il avait sous-estimé sa capacité à passer à autre chose, à oublier Samaël. Peut-être qu’il pouvait y parvenir après tout, et y croire véritablement, au lieu d’enchaîner les relations d’un soir, toutes ses pensées encore tournées vers cet amant qu’il avait perdu. Parce qu’il valait vraiment mieux que ça, finalement, réalisa-t-il en reposant son verre sur la table. Il valait mieux que l’amoureux transi qu'il avait été pendant ces derniers mois. Qu’il avait été stupide, idiot, pitoyable ! Comment avait-il pu croire ne serait-ce qu’une seule seconde que son ex petit-ami était favorable lui aussi à une quelconque réconciliation ? Evidemment que non, et il aurait dû s’en douter, au lieu de l’inviter chez lui, les idées brouillées par l’amour et le bonheur qu’il ressentait en ce moment. Au final, il n’avait été qu’un simple jouet dans les mains de Samaël. Qu’une manière de trouver un peu de plaisir, après sa rupture. Rien de plus. Le jeune homme retint un soupir avant de s’efforcer de reporter son attention sur Théo, préférant rester loin de ce genre de pensées, qui ne lui apportaient jamais rien d’autre qu’un coup au moral et une déprime passagère. Mais il allait l’oublier, cette déprime ! Et pas plus tard que ce soir. Il en avait marre de s’enfoncer dans état. Ce n’était pas lui qui laisserait faire de telles choses, d’ordinaire. Il fallait qu’il se reprenne, qu’il se ressaisisse.

Et visiblement, Théo semblait être dans le même état d’esprit que lui. Fuir le cadre de son appartement, c’était exactement ce que recherchait Zach. Sortir de cette routine qu’il s’était imposé quelques semaines auparavant. Se lever, manger, se doucher, s’habiller, partir en cours, rentrer, manger, dormir. Il avait vu plus palpitant. Alors par Merlin, tout, sauf faire perdurer ces petites habitudes qu’il commençait à détester. Oublier son chagrin dans l’alcool ou avec d’autres hommes, ça oui, il connaissait, c’était une méthode testée et approuvée. Et bien plus réconfortante, soit dit en passant. Les paroles de Théo lui firent relever la tête et il eut un sourire en coin qu’il coupla à un clin d’œil charmeur pour toute réponse. Lui aussi trouvait la compagnie du jeune homme – bien qu’inattendue – particulièrement agréable et plaisante. Finalement, ils avaient peut-être bien plus en commun que Samaël, ou la situation dans laquelle il les avait mis tous les deux. Chose plutôt étrange, d’ailleurs. Si un jour quelqu’un lui aurait dit qu’il s’entendrait bien avec Théo Nott… Eh bien, il lui aurait probablement rit au nez. Et pourtant.

« Ce que je faisais ici, seul ? » répéta-t-il afin d’avoir le temps de trouver une réponse valable, avant de se décider d’être honnête. « La même chose que toi, j’imagine. Je viens toujours ici, depuis quelques années, mais après ce qu’il s’est passé avec Sam… Je ne sais pas, je n’avais aucune envie de sortir, en réalité. La vie me semblait bien plus simple depuis mon petit appartement. » avoua-t-il piteusement avant de reprendre. « Jusqu’à ce soir, où j’ai finalement décidé qu’il était grand temps de faire mon retour ! Le hasard fait bien les choses, parfois. » lança-t-il avec un sourire presque suggestif – c’était plus fort que lui.

Retrouvant par la suite son sérieux, il reprit son verre pour le porter à ses lèvres, alors que ses pensées s’égaraient et que son regard balayait rapidement la salle. Les rires résonnaient, l’ambiance était agréable, loin des conflits qu’on pouvait parfois rencontrer, entre deux étudiants déjà ivres.  C’était étrange à quel point ce lieu lui rappelait Samaël tout en lui donnant l’impression qu’il était à des années lumières de leur relation à chaque fois qu’il s’y trouvait. C’était d’ailleurs fou à quel point deux situations pouvaient être radicalement opposées, alors qu’elles commençaient similairement. Quelques semaines auparavant, il était avec Sam, à quelques heures de se faire briser le cœur, et là… Il passait un moment agréable, tout simplement. Reportant d’ailleurs son attention sur Théo, il posa sur ce dernier un regard curieux alors qu’une phrase qu’il avait prononcée lui revenait à mémoire.

« Tu as dis que tu avais parlé à ta mère ? » demanda-t-il enfin. « Comment ça s’est passé ? Enfin, si ce n’est pas indiscret. On n’est pas obligés de parler de ça, d’ailleurs. » ajouta le jeune homme un peu rapidement.

C’était exactement le genre de souvenir pas forcément agréable à ressasser. Loin de là, même. Et puis, ils pouvaient tout à fait trouver un autre sujet de conversation. A vrai dire, Zacharias en avait même quelques uns en tête.
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Théo glissa un regard compréhensif à son interlocuteur. Il semblait qu'ils avaient la même façon de réagir, finalement, et c'était vraiment heureux qu'ils se soient trouvés ce soir. Théo se sentait un peu moins pitoyable en réalisant que même quelqu'un d'assuré et d'équilibré comme Zach, qui n'en était probablement pas à son premier petit-copain, avait été plus que déstabilisé par Samaël. Quel bourreau des coeurs, son meilleur ami, songea Théo avec une tendresse emprunte d'amertume. Savait-il seulement quel effet il avait sur eux ? Il avait le pouvoir d'influencer leur vie. Probablement pas.

"Il semblerait, oui", répondit Théo avec une certaine gêne provoquée par la moue suggestive de Zach. Il avait beau savoir que c'était la façon de se comporter de Zach, probablement quasi inconsciente, Théo ne pouvait s'empêcher de se sentir à la fois flatté et embarrassé. Théo n'était pas habitué à flirter, encore moins avec un homme, et même si l'on ne pouvait guère parler de flirt à ce stade c'était déjà trop pour lui. Il avait été trop seul pendant trop longtemps pour ne pas avoir d'idées derrière la tête. L'épisode du baiser avec Juliet montrait bien à quel point sa rupture avait provoqué en lui un vide affectif immense, certainement pas aidée par sa discussion avec sa mère, et il n'aspirait qu'à une chose. Un peu de chaleur humaine... Mais il n'était pas exactement en la meilleure compagnie pour cela, se morigéna-t-il intérieurement. C'était de Zach dont il était question, un homme dont il avait été beaucoup trop jaloux pour imaginer quoi que ce soit d'un tant soit peu intime.

"Je suis heureux d'être là pour ton grand retour, dans ce cas."

Pendant que Zach se perdait dans ses pensées, Théo ne put s'empêcher de l'observer d'une façon un peu trop appuyée, se perdant dans des rêveries honteuses. Il s'efforça d'adopter un visage plus neutre lorsque son interlocuteur reporta son attention sur lui, pour l'interroger sur un sujet qui eut le don de le faire redescendre sur terre. Théo se racla la gorge et poussa un léger soupir, avant de répondre :

"Non, tu n'es pas indiscret, c'est normal. Je crois que j'ai bien besoin d'en parler de toute façon."

Il avait bien essayé auprès de Samaël, mais la réponse de ce dernier lui restait encore en travers de la gorge. C'était peut-être ce qui lui avait fait le plus mal, ça et sa nuit passée avec Zach. Pas une ombre de compassion, pas un geste pour le soutenir, alors que Sam savait pertinemment que Théo ne se serait jamais mis dans cette situation si cela n'avait été pour lui... Théo avait donc du faire face au silence maternel seul, quoi qu'Artémis ait été présente pour lui depuis Poudlard, mais ce n'était pas pareil. Il y avait eu Juliet également, heureusement, même s'il la voyait moins depuis sa réconciliation avec Jeremy. Réconciliation qui lui avait laissé un goût doux-amer, à la fois heureux pour la jeune fille et infiniment jaloux. Certaines personnes étaient faites pour être ensemble, comme Juliet et Jeremy. Comme Sam et lui...

"J'ai été plus surpris qu'elle par la conversation, je crois. En fait, elle m'a expliqué qu'elle avait deviné depuis longtemps ce qui se tramait entre Sam et moi, et que c'était ce qui l'avait poussé à précipiter ces fiançailles. Elle pensait pouvoir me manipuler à sa guise, comme un petit garçon incapable de savoir ce qui était bon pour lui", commenta-t-il avec une colère froide, le nez retroussé avec dédain. "Sauf que je n'avais aucune intention d'enfouir cet aspect de ma personne et d'épouser quelqu'un pour les apparences, après avoir perdu Sam ces fiançailles m'étaient devenues insupportables alors je lui ai expliqué que je ne pouvais pas faire semblant. Elle était prête à l'accepter, je pense, pourtant. Elle aurait fermé les yeux sur mes...déviances si j'avais eu le bon goût de les dissimuler aux yeux du monde. Mais je ne suis qu'un Poufsouffle naïf, que veux-tu ! Le lendemain, je rompais mes fiançailles, ce qui n'est pas vraiment de notoriété publique pour le moment. D'ailleurs, pour les Rosier, la rupture vient de Rosie. Quant à ma mère, je n'ai pas eu de nouvelles depuis."

Théo acheva son verre d'une traite, tirant un certain réconfort dans le breuvage alcoolisé qui lui réchauffait les membres. 

"Pour résumer, j'ai réussi à perdre à la fois ma famille - pas encore en totalité, mais cela ne saurait tarder - et Sam. Tu vas sûrement me dire que je suis idiot, et tu auras raison. Il n'empêche que je me sens mieux, maintenant, comme libéré d'un certain poids même si le plus dur reste à faire. Alors... Je fais de mon mieux pour composer avec la solitude, et voilà."

Il haussa les épaules et adressa un sourire piteux à son interlocuteur. 


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson
Zacharias se redressa lorsque Théo affirma qu’il avait besoin de parler de ce qu’il s’était passé lors de sa conversation avec sa mère. Silencieux, le jeune homme posa sur lui un regard interrogatif, attendant qu’il commence son récit. Pour l’avoir vécu avant lui, il savait à quel point les réactions des proches à cette annonce pouvaient être blessantes, et à quel point il était important de pouvoir extérioriser ça après. Lui, il était resté deux jours sans la moindre nouvelle de sa famille. Et deux jours, dans ce genre de situation, c’était long. Immensément long. Il avait eu le temps de s’imaginer le pire des scénarios, d’envisager d’aller chercher ses affaires restantes chez ses parents… C’était sa sœur qui avait finalement rompu le silence – le plus lourd de toute sa vie. Lorsqu’il l’avait découverte, sur le pas de sa porte, il ne s’était posé aucune question et l’avait serrée dans ses bras – manquant presque de l’étouffer. Ça avait été probablement l’étreinte la plus réconfortante de sa vie. Merlin, elle était pour lui. A partir de là, son monde pouvait s’effondrer, il s’en fichait, tant il avait eu peur qu’elle ne l’abandonne à cause de son homosexualité.

Et, un mois après, il avait renoué avec ses parents. Ils avaient mis leur silence sur le compte de la surprise, du besoin de se faire à l’idée. Et, même s’ils n’étaient toujours très à l’aise aujourd’hui, ils acceptaient le fait que leur fils soit complètement tourné vers la gent masculine. Evidemment, ils ne lui demandaient que très rarement où en étaient ses relations mais il ne pouvait pas tout leur demander non plus. Et dans un sens, ça l’arrangeait, il ne se voyait absolument pas parler de ça avec ses parents.

Finalement, après son coming-out, il n’avait perdu que ses grands-parents. Quelques amis qui s’étaient révélés être homophobes aussi, mais dans l’ensemble, il avait été plutôt chanceux, songea Zach puisqu’il pouvait enfin prendre du recul face à sa propre situation. Et malheureusement, ça ne semblait pas être le cas de Théo. Le récit qu’il lui fit de sa mère lui fit froncer les sourcils. C’était réellement possible, ça, de la part d’une mère ? D’imposer un mariage à son enfant pour masquer ses « déviances » ? Visiblement, puisque c’était ce qu’il s’était passé. Mais ça n’en restait pas moins surprenant, et, du point de vue de Zacharias, méprisable. Encore une fois, il ne pouvait pas réellement juger, puisqu’il ne connaissait pas la Haute Société d’où venait Théo. Mais tout de même. Saisit d’un élan de compassion, il avança la main pour saisir le poignet du jeune homme et chercher à capter son regard.

« Tu n’es pas un idiot, Théo. Tu ne pouvais pas vivre dans le mensonge toute ta vie, c’est aussi simple que ça. On ne peut pas te demander d’épouser une femme et de prendre un amant, pour le voir en cachette, ce ne serait pas juste, pour aucun des trois. Tu mérites bien mieux qu’une vie construite sur des bases mensongères. Quant à Samaël… Malheureusement, il n’y a rien à faire de plus. Et je t’avoue que je ne suis pas le mieux placé pour donner des conseils conjugaux, loin de là. Puis, ça fait quelques semaines que je ne comprends absolument pas sa manière de faire… Enfin. » abrégea-t-il en haussant les épaules. « Si tu te sens plus libre depuis la conversation que tu as eu avec ta mère, c’est que tu as fais ce qu’il fallait, et que tu n’as sûrement pas à le regretter, malgré les conséquences. "

Parce que regretter ce genre de chose était probablement la pire chose qui pouvait arriver. Surtout dans le cas de Théo. Il y avait des situations, comme celle-là, où il fallait savoir se montrer égoïste, et privilégier son propre bonheur au détriment de celui des autres. Après tout, Théo était encore jeune, et méritait de vivre sa jeunesse et même sa future vie d’adulte, comme il l’entendait, et non comme sa famille le souhaitait. Oui, il avait toujours eu quelques rancœurs contre les idées rétrogrades des Sangs-Pur.

« Et quant à la solitude… » adressant un sourire au jeune homme dans l’espoir de détendre l’atmosphère, Zach se pencha légèrement vers Théo pour lui saisir délicatement le menton afin de vriller son regard dans le sien. Il resta quelques instants immobile et silencieux, avant de reprendre. « Eh bien, en ce moment même, je ne la vois pas. » souffla-t-il avec sourire malicieux, tout en effleurant des doigts la joue de l’Oubliator.

Se reculant légèrement, Zacharias s’appliqua à reprendre contenance en vidant son verre d’une traite à son tour, avant de lancer un regard tout à fait désinvolte, que son sourire qui se faisait à présent bien plus charmeur trahissait. Lui aussi devait composer avec sa solitude.
[/color]
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Le coeur de Théo rata un battement lorsqu'il sentit la main de Zach saisir son poignet. Il n'y avait pourtant pas matière à s'émouvoir. Zach était probablement quelqu'un de plus tactile que lui, cela se voyait, il ne fallait pas interpréter cela autrement. Théo s'efforça donc de ne pas montrer de réaction à ce léger contact et soutint le regard franc de son interlocuteur, se concentrant sur ses propos. Et, par Merlin, elles faisaient du bien, les paroles de Zach ! C'était comme si un étau se déserrait dans sa poitrine, comme s'il venait enfin d'avaler une gorgée d'air après une longue apnée. Quelqu'un lui disait enfin ce qu'il avait désespérément besoin d'entendre : il avait fait le bon choix, en dépit de toutes les conséquences néfastes qu'entraînerait ce choix. Il avait eu raison et, à terme, il vivrait mieux, libéré des attentes de personnes qu'il avait déjà déçu, honnête avec lui-même. Oui, c'était le bon choix, même si la période de transition était incroyablement dure.

Empli d'une infinie gratitude pour Zach et ses paroles censées, Théo esquissa un sourire de remerciement et amorça une réponse, qui resta figée sur ses lèvres. Sous la pression de la main de Zach sur son menton, il soutint son regard docilement avant de rougir furieusement à la caresse du jeune homme. Face au sourire charmeur du jeune homme, Théo baissa la tête sur son verre et maudit celui-ci d'être vide. Théo garda les yeux baissés sur ses mains un instant, le temps de se recomposer, sans y parvenir totalement néanmoins.

"Il semblerait que tu sois doué pour la faire disparaître, en effet", murmura-t-il avec un léger sourire, avant d'ajouter : "Merci, Zach, je crois que tu es la première personne à me dire ce que j'avais vraiment besoin d'entendre.".

Théo s'enferma dans ses pensées quelques instants, le temps de se remettre de ses émotions, son regard se promenant sur les lieux. Sa vie prenait un cours des plus étranges, certainement pas celui qu'il avait espéré. Jamais il n'aurait pensé se trouver en un tel endroit en pareille compagnie un jour, poussé par le désespoir et la solitude qui plus est. Mais peut-être pourrait-il s'y faire, après tout. Peut-être même qu'il pourrait trouver une certaine forme de bonheur, loin des sentiers classiques sur lesquels il avait vécu jusqu'à présent. Si ses proches le rejetaient, il en trouverait de nouveaux, et cela prendrait le temps qu'il faudrait. C'était aussi simple que cela.

Et cela pouvait commencer par Zach, songea Théo en reportant son attention sur son interlocuteur. Il ne pouvait nier l'effet que produisait le jeune homme sur lui, et pourtant Merlin savait à quel point c'était étrange. C'était l'ex de Samaël, son rival, et sa jalousie était toujours là quelque part au fond de lui. Alors pourquoi avait-il tant envie de connaître le goût de ses lèvres ? Pourquoi avait-il l'impression que se rapprocher de Zach était le seul moyen pour lui d'apaiser un tant soit peu la morsure glacée de la solitude ? Théo aurait dû partir tout de suite, il le savait, il n'aurait pas dû accepter ce verre et s'en aller une fois leur explication terminée. La situation était beaucoup trop bizarre pour aboutir sur quoi que ce soit de positif. Et pourtant... Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de vriller son regard dans celui de Zach, un petit sourire au coin des lèvres, mourant d'envie de sentir le contact de ses doigts à nouveau. Il y avait quelque chose chez Zach qui l'envoûtait, il l'avait déjà remarqué à leur première rencontre au cours de l'été, et cela se confirmait ce soir. C'était probablement cette assurance qu'il dégageait, cette certitude de savoir qui il était, ce qu'il voulait, quelque chose dont Théo lui-même était profondément dénué depuis quelques mois et qu'il aspirait à retrouver. Zach représentait un autre monde, un monde qu'il avait tant méprisé mais pour lequel il éprouvait aujourd'hui une curiosité indéniable. Curiosité coupable, certes, mais bien présente...

"Alors...", finit-il par murmurer pour relancer la conversation. "Toi qui es un habitué des lieux... Comment se déroulent habituellement tes soirées au Creepy ?"


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson

Zacharias esquissa un sourire devant les rougeurs qui venaient d’apparaître sur les joues de Théo, se gardant bien pour l’instant de faire le moindre commentaire. Il hocha doucement la tête à la suite de ses paroles, avant d’hausser légèrement les épaules. En plus d’être ce qu’il avait envie d’entendre, c’était la vérité. Et c’était probablement la chose la plus importante à comprendre, d’ailleurs. Il n’était pas coupable de la détérioration des liens qu’il entretenait avec sa famille. Ce n’était pas parce qu’il leur avait avoué son homosexualité qu’il devait ressentir la moindre once de culpabilité. Parce que Zach l’avait vécu, cette période où au lieu de se sentir victime, il avait eu l’impression d’être le coupable. Et ce n’était très certainement pas la plus joyeuse de sa vie. Fort heureusement, tout était rentré dans l’ordre, et il pouvait à présent s’épanouir tel qu’il était vraiment. Et il souhaitait à Théo de pouvoir surmonter toutes les conséquences qu’entraînait son choix. Il pourrait l’aider, songea-t-il avant de froncer les sourcils, comme surprit par sa propre pensée – ce n’était pas son genre, de venir en aide aux personnes qu’il ne connaissait à peine. Oui mais, là, c’était différent. Pas uniquement parce qu’il s’agissait de l’ex petit-ami de Samaël, pas seulement non plus parce qu’ils avaient vécu la même chose. Il y avait quelque chose, chez Théo, qui le déstabilisait. Quelque chose dans son regard, dans ses moues, ou dans son sourire, qui ne le laissait pas indifférent, qui lui donnait envie de le connaître véritablement. Et pas seulement amicalement, pensa-t-il furtivement avant de se fustiger mentalement. Il n’allait pas se mettre en tête de séduire le jeune homme ce n’était pas… Ce n’était pas correct, voilà.

Et depuis quand l’était-il, correct ? Ce n’était pas comme s’il avait vraiment quelque à faire de la morale, après tout. Parce qu’il y avait bien pleins d’hommes dans ce bar, d’hommes avec qui il avait parfois flirté, d’hommes qu’il aurait pu aller voir, ce soir. Mais étrangement, il restait assit en face de Théo, sans ressentir la moindre envie de le voir partir. Et Merlin, que c’était agréable, de pouvoir se concentrer sur une personne sans avoir sans cesse le visage de Samaël à l’esprit ! Sans avoir ses mots blessants qui lui revenaient en mémoire ! Alors oui, peut-être était-il prêt à passer à autre chose. Oh, pas à retomber amoureux, pas encore ! Mais à avoir à nouveau des relations avec d’autres hommes, sans qu’elles ne soient entachées par le souvenir de sa rupture. Songeant à cette perspective, Zacharias se surprit à dévisager Théo, détaillant ses traits, son sourire en coin, avant de revenir soutenir son regard. Il y avait quelque chose de dérangeant, et il n’arrivait pas à savoir quoi. Pas quelque chose de négatif, et ça le perturbait légèrement de ne pas savoir de quoi il pouvait bien s’agir, pensa-t-il en se retenant de claquer la langue. Tirée de ses réflexions par le jeune homme qui relança la conversation, Zach reporta son attention sur Théo, avant d’entreprendre de répondre à sa question.

« Eh bien, comme toutes les soirées qui peuvent se passer dans d’autres bars, j’imagine. Je viens souvent ici avec quelques amis, on passe une bonne partie de la soirée ensemble et puis on… » il hésita sur le terme. « se sépare pour rencontrer d’autres personnes. Enfin, comme dans n’importe quel bar. J’ai juste pris l’habitude de venir ici parce que… Je ne sais pas, je m’y suis toujours plu. » conclut-il en haussant les épaules. « Et toi alors, quel est le genre de soirée auquel tu es convié ? Les réceptions mondaines doivent tout de même finir par être lassantes, non ? » D’après lui, il n’y avait rien de plus plombant, surtout. « C’est vrai qu’il faut apprendre une étiquette ? » demanda-t-il, curieux, avant de lâcher un bref éclat de rire. « Excuse-moi, c’est que ce monde m’est complètement inconnu. »

En même temps, il n’avait jamais cherché à le connaître, ce monde, tant il était emplit de préjugés à l’encontre des Sangs-Pur. Mais il devait bien avouer après cette rencontre inopinée qu’ils n’étaient tous conformes à l’idée qu’il s’était construite de la Haute Société. Et c’était plutôt une bonne surprise, en soit. Oui, réellement, réalisa-t-il en dévisageant Théo avec attention, écoutant sa réponse d’une oreille attentive, les yeux rivés dans les siens. Il se pencha légèrement – le volume de la musique avait été augmenté, aussi – afin de continuer à entendre correctement le  jeune homme jusqu’à ce que, bien rapidement, ses pensées se perdent dans les méandres de son esprit. Il fallait dire que c’était difficile de se concentrer sur une chose particulière lorsque son regard était sans cesse attiré par les lèvres de l’ancien Poufsouffle, et qu’il tentait vainement de se reprendre. Ce n’était pas bien, c’était… C’était quoi, au juste ? Un peu étrange, certes, mais ? C’était ce qu’il avait toujours fait, auparavant. Et là, il devrait agir autrement parce que la situation était un peu différente de celles qu’il avait toujours connues ? Non, certainement pas. Et puis, ce n’était rien, n’est-ce pas ? Pas comme s’il faisait quelque chose de grave.

Non, décida-t-il en se rapprochant lentement du visage de Théo, le regard vrillé dans le sien. Une de ses mains finit par trouver celle de Théo, et de l’autre, il lui saisit délicatement le menton, afin de l’inciter à se rapprocher également. Il resta finalement quelques instants hésitant, songeant à se reculer. Puis, il finit par capturer doucement les lèvres du jeune homme, sans exercer la moindre pression dessus, sa main quittant son menton pour venir s’apposer sur sa joue. Il rompit le baiser au bout de quelques secondes, resta muet un instant, avant de poser un regard brûlant sur Théo.

« Et je ne me ferai pas l’offense de m’excuser. » souffla-t-il, un sourire au coin des lèvres.

Il n’était plus maître de la situation. Son interlocuteur, en revanche, avait tous les pouvoirs pour décider de la suite.
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Théo sourit intérieurement à la réponse de Zach, n'osant répliquer qu'il n'avait jamais réellement passé de soirée dans un bar, n'importe lequel. Boire un verre avec un ami sang-pur en critiquant la politique menée par le gouvernement aux Trois Balais ne comptait pas. Zach devait déjà suffisamment le trouver bizarre et coincé, inutile d'en rajouter une couche, songea le jeune homme tout en s'efforçant lui-même de ne pas juger Zach. Etait-il réellement sain de prendre pour habitude de "se séparer pour rencontrer d'autres personnes" dans de tels lieux ? Ce n'était certainement pas conforme à la dignité et aux bonnes manières d'un sang-pur, mais Zach n'avait probablement rien à faire de ces valeurs.

"Lassantes, les réunions mondaines ? Je ne trouve pas", répliqua Théo en haussant les épaules. "Je m'y suis toujours senti à ma place, beaucoup plus que dans un tel endroit. Bien sûr il peut apparaître difficile de se conformer aux bonnes manières, à l'étiquette comme tu l'appelles, et c'est un milieu d'excellence, au niveau d'exigence élevé. C'est un monde dur, hypocrite parfois mais j'aime y évoluer, c'est gratifiant et cela forge un homme. Je sais que je lui dois certaines de mes plus grandes qualités. Certains de mes plus grands défauts également, j'imagine."

Ces derniers mots se perdirent dans le vacarme ambiant, provoquant un rapprochement stratégique de Zach qui eut le don de perturber Théo. Il en perdit peu à peu le fil de son propos et finit par se taire complètement, le regard fixé sur celui de Zach. Zach qui n'avait pas l'air beaucoup plus concentré que lui, si bien que Théo finit par comprendre qu'ils pensaient tous les deux à la même chose. Zach semblait en plein débat intérieur, contrairement à Théo dont le cerveau s'était définitivement fait la malle. Peu importait la bizarrerie de la situation, il n'avait plus qu'une idée en tête, presser ses lèvres contre celles de Zach et oublier tout le reste. Le jeune homme resta cependant immobile, par peur de mal interpréter la situation, peu sûr de la marche à suivre. Il s'apprêtait néanmoins à surmonter ses réticences et à faire le premier pas lorsque Zach se rapprocha lentement pour glisser sa main sur la sienne et, d'une pression sur le menton, l'attirer à lui. Théo ne se fit pas prier et s'avança, le coeur battant, son regard assombri ne quittant pas celui de Zach. Enfin, leurs lèvres se trouvèrent, en un rapide et doux baiser qui laissa Théo à la fois fiévreux et légèrement impatient. Zach s'était écarté avant même qu'il ait eu le temps de réaliser ce qui était en train de se produire. Théo écarta ses paroles d'un petit rire légèrement emprunté, légèrement gêné par le regard que Zach posait sur lui.

"J'espère bien", se contenta-t-il de répondre, avant de passer sa main derrière la nuque de Zach pour l'attirer à nouveau à lui. Cette fois, l'étreinte se fit moins timide alors que Théo pressait ses lèvres contre celles du jeune homme, avant d'approfondir le baiser. Peu importaient les gens autour, ils ne le connaissaient pas. Quant à sa timidité, ses hésitations, son coeur blessé, l'alcool conjugué au charme de Zach avaient eu raison d'eux, pour un temps. Théo voulait en profiter avant que sa raison ne se rappelle à lui, sous une forme ou sous une autre, que ce soit sa propre conscience, sa famille ou même Sam qui n'apprécierait probablement pas cette relation. L'image de Sam apparut furtivement dans son esprit et il la repoussa fermement, avant d'attirer Zach un peu plus près de lui.

Le jeune homme finit par s'écarter, les joues rosies et le regard brillant, avant de jeter un coup d'oeil furtif autour d'eux. Bar moldu, répéta-t-il intérieurement pour se rassurer. La brigade des sang-pur ne s'apprêtait pas à lui tomber dessus pour le dénoncer sur la place publique, il pouvait  faire ce qu'il voulait - dans les limites de la décence, bien entendu. Reportant son attention sur Zach, il ne put s'empêcher d'arborer un grand sourire un peu niais, et chercha désespérément quelque chose à dire de spirituel ou d'approprié. Hélas, rien ne lui vint, aussi décida-t-il de garder prudemment le silence. Son regard parlait pour lui.



MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson

[justify]Zacharias avait déjà flirté avec beaucoup d’hommes, et il le reconnaissait sans honte. Il y en avait eu quelques uns avant l’arrivée de Samaël dans sa vie, et beaucoup plus après son départ. Une dernière fois se disait-il lorsqu’il s’avançait vers l’un deux, un sourire engageant aux lèvres. Une dernière fois pour oublier sa misère, pour combler son manque affectif, pour se sentir revivre, le temps d’une nuit, pour se sentir aimé, un peu. Alors oui, il avait souvent abordé d’autres hommes – des inconnus, pour la plupart – mais veillait toujours à rester maître de la situation, et de la soirée. De ce qu’il se passait, de ce qu’il pouvait se passer ensuite. Or là, il ne l’était pas, pas du tout. Au contraire, tout reposait sur Théo, sur sa future réaction. Peut-être le repousserait-il. Ce n’était pas impossible, après tout, rien ne disait qu’il avait envie de s’engager dans quelque chose comme ça. Oh, bien évidemment, Zach respecterait sa décision quelle qu’elle soit. Mais il savait déjà qu’il serait légèrement déçu si la soirée se terminait simplement sur un refus de la part du jeune homme. Cela dit, il ne pourrait que se blâmer, puisque cela signifierait qu’il avait mal interprété les signes qu’il pensait voir.

Cela dit, toutes ses craintes s’envolèrent à l’entente de la réponse de Théo. Frissonnant lorsqu’il sentit sa main se glisser dans sa nuque, Zacharias ne se fit pas prier pour avancer la tête, dans le but de rompre la distance qui le séparait de l’Oubliator, tout en vrillant un regard assombri dans le sien. Son cœur rata étrangement un battement lorsqu’il sentit les lèvres du jeune homme se presser contre les siennes en un baiser qui devint rapidement fiévreux, et auquel il répondit volontiers, et fougueusement, sa main se perdant dans les boucles châtains de Théo, l’autre caressant doucement sa joue. Et Merlin, que c’était bon. Cette sensation de chaleur qui se diffusait en lui, ce sentiment de se retrouver, enfin. De retrouver quelqu’un, après sa dernière nuit avec Samaël, de tout oublier dans un baiser, de se sentir mieux avec quelques caresses. L’ironie avait voulu que cette personne soit Théo, eh bien soit, Zacharias n’allait sûrement pas s’en plaindre.

Lorsque l’étreinte prit fin, il poussa un léger soupir de contentement, avant de reporter son attention sur son interlocuteur, dont le grand sourire un peu béat le gagna, et qu’il afficha à son tour, alors que son regard se faisait à la fois tendre et amusé. Pour la première fois depuis longtemps, Zacharias ne trouva rien à dire, et se contenta d’observer longuement Théo, le menton appuyé dans une de ses paumes. Une nouvelle fois, il étendit le bras pour effleurer de la main la joue du jeune homme, sa gorge, et le creux de son cou.

« Je n’aurais jamais cru que cela puisse arriver un jour… » souffla-t-il, amusé. « Mais je ne m’en plains pas, à vrai dire. Pas du tout. »

C’était même loin d’être le cas. Il avait l’impression, pour la première fois depuis plusieurs jours, que l’étau qui lui enserrait continuellement la poitrine se desserrait enfin. Qu’il respirait de nouveau. Que, pour une fois, toutes ses pensées n’étaient pas monopolisées par l’image de Samaël, mais bien par la vision qui se trouvait en face de lui. Celle de Théo, de ses lèvres tentantes, de son physique désirable, couplé à une personnalité qu’il se surprenait à apprécier. N’y tenant plus, il s’approcha une nouvelle fois de lui, et passa sa main derrière sa nuque, alors que ses lèvres venaient jouer avec les siennes. Souhaitant approfondir le baiser, Zacharias exerça un mouvement vers l’avant afin de se rapprocher du jeune homme. Chose qu’il parvint à échouer lamentablement, puisqu’il avait oublié la présence de la table entre leurs deux corps. Poussant un grognement de frustration, il déposa un dernier et bref baiser sur les lèvres de Théo, avant de se reculer et de se laisser retomber dans sa chaise, s’appuyant nonchalamment contre le dossier. Un sourire s’étira sur son visage.

« Franchement embêtantes, ces tables. » déclara-t-il sur le ton de la confidence. « Et si on partait ? » proposa Zach, décidant brusquement de jouer au tout ou rien. « Tu dois rentrer impérativement chez toi ? » demanda-t-il finalement, le regard à présent vrillé dans celui de son interlocuteur. « Parce que si non… Que dirais-tu de passer le reste de la soirée… Enfin, de la nuit, chez moi ? »

Autant être direct, songea-t-il avec un clin d’œil qui ne laissait pas de doute sur son envie. Il se pencha ensuite vers Théo, pour lui murmurer quelques paroles au creux de l’oreille, avant de le dévisager intensément. Il restait à savoir si ses désirs concernant la suite de la soirée étaient partagés.
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Un léger hochement de tête de Théo vint ponctuer les paroles de Zach, alors que l'oubliator laissait échapper un petit rire. Oui, lui aussi était bien loin d'avoir imaginé un tel retournement de situation. Sa première impression de Zach n'avait pas exactement été très positives, entre sa jalousie, sa rancoeur et l'indignation qu'il avait éprouvé lorsque son rival d'alors l'avait traité de consanguin. Ils en étaient même venus à se battre, plus ou moins, dans un recoin du Chemin de Traverse... Pourtant, déjà à l'époque, Théo avait été troublé par le charme indéniable du jeune homme et l'apparence facilité avec laquelle il traversait la vie, nonchalant, irrésistible et pourtant bien loin d'être insensible. Il y avait une passion en lui, une audace insolente qu'il lui enviait quelque peu.

"En effet, quand je me souviens de notre première rencontre... Nous n'étions pas partis sur les meilleures bases. Et pourtant..."

Et pourtant, Zach venait de l'embrasser à nouveau et Théo se raccrochait à lui comme à une bouée de sauvetage, ayant l'impression d'aspirer une goulée d'oxygène après des semaines en asphyxie. Chaque baiser était comme un baume sur son ego blessé, à défaut de réellement apaiser son coeur tourmenté, et il se sentait même léger et détendu pour la première fois depuis longtemps. En dépit du fait que son rythme cardiaque était beaucoup trop élevé, cela dit, et qu'une certaine anxiété mêlée d'impatience s'était emparée de lui. Zach et lui, c'était inattendu, et c'était aussi un peu stressant aux yeux de Théo qui soupçonnait que le jeune homme avait beaucoup plus d'expérience que lui dans ce genre de situation. Il ne savait pas exactement ce que ces baisers voulaient dire et avait peur de faire un pas de travers. Dans le doute, il décida de laisser prudemment Zach mener la danse...

Et pour la mener, il la menait, songea Théo en sentant ses joues s'empourprer à l'entente de la si directe proposition de Zach. Inutile de s'interroger quant à ses intentions, l'ancien Serpentard utilisait une technique en trois étapes : la proposition sans détours, appuyée par un clin d'oeil suggestif et explicitée au creux de l'oreille par quelques paroles emplies de promesses. Son regard, enfin, acheva de charmer Théo qui s'agita quelque peu sous l'intense oeillade de Zach, tentant mollement de s'auto-dissuader d'accepter. Il était à peu près certain que passer la nuit avec Zach après avoir flirté très - trop - rapidement autour d'un verre était contre ses principes, mais Théo devait se résoudre à accepter le fait que cet argument ne l'arrêtait plus depuis longtemps. Il capitula donc bien vite et se pencha à son tour vers Zach pour poser brièvement la main sur son genou.

"Je ne vois pas comment je pourrais refuser une offre aussi tentante", répondit-il à mi-voix en dévorant l'homme des yeux.

Quelques instants plus tard, ils quittaient le Creepy et Zach menait le chemin jusque chez lui. Le transplanage avait eu le don de remettre les idées en place de Théo pour quelques instants, le temps de jeter un coup d'oeil appréciateur à l'appartement de Zach. Ses désirs lui revinrent cependant bien vite en tête et il se retrouva sans vraiment comprendre comment collé contre Zach, ses lèvres courant le long de son cou et ses mains s'agrippant à son dos. L'étreinte était beaucoup trop étourdissante pour qu'il réfléchisse à ce que ce cela voulait dire, à ce que cela signifiait. Dans quelle situation étaient-ils en train de se mettre ? Peu importait, pour l'heure, tout ce qui importait étaient les caresses de Zach...

La nuit était bien avancée lorsque l'exaltation des deux hommes laissa place au calme et à l'apaisement, et que Théo décida de rompre le silence en posant la question qui le taraudait. Qu'est-ce que tout cela signifiait, pour Zach ? Avait-il seulement apprécié ce moment passé en sa compagnie ? Du côté de Théo, la réponse était clairement positive. Il se sentait mieux qu'il ne l'avait été depuis longtemps, en paix avec lui-même. Il ne s'était pas senti aussi proche et complice de quelqu'un depuis que Sam l'avait quitté et, par Merlin, cela faisait du bien. Oui, il ne regrettait pas un instant d'avoir cédé aux avances de Zach, mais... Il aurait été faux d'affirmer que le jeune homme avait totalement réussi à éclipser sa peine et son ancien petit-ami, néanmoins. Que leur restait-il, dans ces conditions ? Hésitant, il tourna vers son amant un regard interrogateur, avant de lâcher :

"Zach ? Et maintenant... Qu'est-ce qu'on fait ? Qu'est-ce qu'on...est ?"

Etaient-ils seulement quelque chose d'autre que deux amants lassés et éprouvés qui s'étaient retrouvés le temps d'une unique étreinte ? Rien n'était moins sûr...


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson

« C’est parce que tu n’es pas censé refuser. » déclara Zach le plus naturellement du monde, en adressant un sourire charmeur à Théo, tout en se penchant vers lui.

Les deux jeunes hommes finirent par quitter la table, et sortirent du bar, en direction de l’appartement de Zacharias. Se sentant capable de transplaner, le jeune homme tendit son bras à l’Oubliator, et visualisa sa cage d’escalier. Quelques secondes plus tard, ils y étaient, les sensations désagréables du transplanage en plus. Restant immobile quelques instants le temps qu’elles se dissipent, Zach guida ensuite Théo jusqu’à la porte de son appartement qu’il ouvrit à l’aide de ses clés, avant d’entraîner son amant à l’intérieur. Sans lui laisser de temps de dire quoique ce soit, il attira l’ancien Poufsouffle contre lui, ses lèvres se posant immédiatement sur les siennes, en un baiser passionné. Ses caresses se firent plus audacieuses, plus pressantes également, tandis qu’il faisait basculer le jeune homme sur son lit.

La nuit était déjà bien avancée lorsque Zach s’allongea aux côtés de son amant, le souffle court et le cœur battant. Un léger sourire s’étira sur ses lèvres, alors qu’il soupirait de contentement, tandis que ses yeux, lourds, menaçaient de se fermer à tout moment. Il n’était d’ailleurs pas contre l’idée de dormir un peu, mais Théo ne semblait pas de cet avis, puisqu’il se tourna vers lui pour lui poser une question qui eut don de le faire sourire. Restant silencieux quelques instants, le jeune homme pris le temps d’y réfléchir un peu, pesant dans son esprit le pour et le contre. Il avait réellement apprécié ce moment partagé avec Théo, et ce serait mentir de dire qu’il ne souhaitait pas engager avec lui une relation comme celle qu’il engageait avec beaucoup d’autres. Cependant, n’était-ce pas plus simple de garder un simple bon souvenir de cette nuit, et de se quitter en bon terme ? « Oui » lui soufflait une petite voix raisonnable dans son esprit. Mais Zacharias était tout sauf raisonnable

« Qu’est-ce qu’on est ? » répéta-t-il lentement, en parcourant des doigts le visage de Théo. « On pourrait avoir… Une relation non-exclusive ? Tous les avantages d’une relation… Et les inconvénients en moins. » proposa-t-il avec un petit sourire.

Se penchant vers son amant, il captura brièvement ses lèvres, avant de s’étirer.

« Mais tu peux rester dormir, si tu veux. » déclara Zach en passant un bras autour du torse de Théo, fermant immédiatement les yeux, et se laissant emporter par Morphée. La soirée avait décidemment été riche en émotion.

RP terminé
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Les amants délaissés [Théo & Zacharias]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les amants délaissés [Théo & Zacharias]
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» La Geste des Trois Amants
» Les amants de papier
» Le jardin des amants...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-