AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Les accros [PV Samaël]

Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Kelsey Lorgan le Dim 1 Déc 2013 - 22:54, édité 1 fois
11 Novembre 2007

[La lecture de ce RP est déconseillée aux plus jeunes, certains propos peuvent choquer.]

Kelsey s'était sentie un peu étrange cette nuit. Étrangement bien. Elle avait le sentiment que tout se déroulait exactement comme elle le voulait, et qu'elle était capable de tout. Elle ne sentait plus la fatigue, l'ennui, plus rien. Elle avait l'esprit léger, libéré, et ça faisait un bien fou. Cela faisait trop longtemps que cela ne lui était pas arrivé. La soirée avait été comme toutes les autres pourtant, il y avait eu beaucoup de monde au Sucré, beaucoup de bruit, des clients plus ou moins charmants. C'était le même univers que tous les autres soirs, la même odeur d'alcool, de sueur et de parfum, les mêmes comptoirs à peu près propres, les mêmes paillettes qui brillaient à peine sous les néons trop faibles. Tout était comme d'habitude, mais cela lui paraissait un peu plus beau ce soir. Peut-être parce qu'elle n'avait jamais bien regardé avant.

La tête lui tournait un peu, comme si elle avait bu un verre de trop, mais c'était loin d'être désagréable. Loin de perdre en équilibre et en agilité, elle se sentait plus sûre d'elle que jamais. Elle souriait sans se forcer, enchainait les allers et venues dans la salle sans jamais renverser un verre, elle était inépuisable. Elle avait même remplacé un peu Candice sur scène, le temps de sa pause, et avait été généreusement applaudis. Elle avait ramassé pas mal de pourboires d'ailleurs. Ils lui seraient bien utiles, elle avait encore trop dépensé ce mois-ci et il ne lui restait rien de son salaire.

Les heures passaient, et cette douce euphorie s'évanouissait lentement. C'était toujours comme ça. Elle avait fumé un peu de Mandragore avant le boulot, et les effets se dissipaient petit à petit, pour ne laisser place qu'à la réalité. Heureusement qu'elle avait bientôt terminé, elle n'aspirait souvent qu'à dormir dans ces moments-là. Mais ce ne fut pas la lassitude habituelle qui l'envahit alors qu'elle saluait avec un clin d’œil les derniers clients qui quittaient le bar. Elle n'était pas fatiguée, elle n'avait aucune envie de rentrer, aucune envie de dormir, la seule chose qu'elle voulait c'était retrouver ces sensations parties trop vite. Elle avait envie d'encore un peu de cette assurance, de ces belles illusions. Non, elle n'en avait pas envie, elle en avait besoin. Elle le ressentait dans chacune des fibres de son corps, il fallait absolument qu'elle retrouve ces sensations. C'était important, c'était vital même.

Fébrile, elle termina d'essuyer les tables, alors que cette idée obsédante prenait de plus en plus de place dans son esprit. Elle était incapable de penser à autre chose qu'à cette envie dévorante, ce besoin presque violent de sombrer à nouveau dans le trouble pour quelques heures. Tout lui semblait trop sombre à présent, il faisait froid, les murs du bar étaient oppressants, elle se sentait mal, tout allait de travers. Kelsey passa par la petite pièce qui servait de vestiaires et récupéra ses affaires en silence.

"Tu pleures ?"

La jeune femme se retourna pour se retrouver face à une Candice à la mine contrariée. Elle était moins jolie que d'habitude, et sa voie était agaçante.

"Non.
-T'as les yeux rouges."

Kelsey haussa les épaules en enfila sa veste avant de sortir sans un mot de plus. Il faisait froid dehors, mais elle s’en rendait à peine compte, incapable de diriger ses pensées vers autre chose que ce besoin de s’évader, d’inhalée de grandes bouffée de fumée qui avaient un goût de fuite en avant. Elle ne savait pas d’où ça venait, elle ne comprenait pas pourquoi elle ressentait cette envie ce soir, mais elle savait comment y mettre un terme, et comptait bien s’y employer.

Elle déverrouilla la porte de la minuscule chambre qu’elle louait depuis Septembre, laissa tomber son sac sur son lit et s’agenouille en face de sa table de chevet dont elle ouvrit le premier tiroir. Quelques feuilles de papier à cigarette, du tabac à rouler, un briquet, et un vieux paquet de chewing-gum. Elle soupira. Tant pis, le tabac suffirait. C’était loin d’être aussi agréable mais en général cela calmait les effets négatifs de l’absence de mandragore. Quelques secondes plus tard, elle allumait une cigarette et aspirait les premières volutes de fumée, les yeux fermés. Cela aurait dû la détendre, cela n’en fit rien. Ce n’était pas de ça dont elle avait besoin. En faisant tomber sa cendre dans le cendrier en verre éméché qu’elle avait volé au bar, elle remarqua que sa main tremblait. Le message était clair, son corps avait besoin d’autre chose.

Elle commençait à détester cette sensation, à avoir peur aussi. Elle n’avait jamais ressenti ça, jamais perdu le contrôle à ce point. Elle avait déjà fumé plusieurs fois, elle avait déjà bu beaucoup trop, mais jamais elle n’avait eu l’impression qu’elle était capable de tout pour en avoir encore. Elle éteignit sa cigarette, fébrile et se força à respirer calmement mais ne parvint qu’à exciter sa respiration davantage. Ça n’allait pas du tout, elle ne se sentait pas bien. Un sanglot s’échappa de ses lèvres et elle mit quelques secondes à comprendre qu’elle pleurait. Pourquoi ? Ces pensées se tournèrent alors vers Darren, vers Ulrich, vers sa mère, vers le Sucré et ses clients trop insistants, vers tout ce qu’il y avait de noir dans sa vie. L n’y avait aucune raison de penser à ça maintenant, mais c’était comme si de toute sa mémoire il ne restait que ces mauvais souvenirs.

D’une main tremblante elle ouvrit en grand la petite fenêtre au-dessus de son lit et laissa l’air glacial de la nuit fouetter son visage et sécher ses larmes. Elle baissa les yeux sur la rue, une dizaine de mètres plus bas. Imprudente, elle se pencha un peu en avant, se demandant si tout serait fini si elle se laissait tomber. Une dernière chute, pour mettre fin à celle qu’avait été sa vie. Une éternelle chute, de plus en plus rapide. Il faudrait bien qu’elle s’écrase à un moment. Ça pouvait être maintenant…Un aboiement, au loin, la tira de sa torpeur et elle se recula brutalement, le cœur battant et toute frissonnante. Elle s’assit en boule sur son lit, sans refermer la fenêtre, et attrapa sa tête entre ses mains, crispant ses doigts autours de ses mèches de cheveux blonds. Qu’est-ce qui lui arrivait ?

La réponse était pourtant évidente, c’était ce contre quoi l’infirmière mettait sévèrement en garde ceux qu’on surprenait avec deux grammes de mandragore dans leur poche. C’était ce dont on parlait aux soirées de fin d’année, sans vraiment savoir de quoi il s’agissait vraiment. C’était cet état que décrivaient les dealers des coins de rue avec une voix trainante. Le manque. On racontait que c’était comme une force contre laquelle on ne pouvait pas lutter, une envie complètement folle qui vous faisait faire n’importe quoi. On disait beaucoup de choses mais c’était encore pire. Elle ne pouvait pas rester comme ça.

La jeune femme se releva, attrapa son manteau et son sac et ferma les yeux pour se concentrer sur sa destination. C’était idiot, de tuer le mal par le mal, mais elle n’avait pas le choix, elle avait le sentiment que sa vie en dépendait, et c’était peut-être le cas. Un instant plus tard elle réapparaissait sur le chemin de Traverse, désert à cette heure de la nuit, ou du petit matin, et se dirigea vers l’allée des embrumes.

Tom était là, il était là toute les nuits, adossé au mur, les mains dans les poches, avec son air innocent qui ne trompait personne. Elle s’avança rapidement vers lui et, bien qu’ils se soient déjà rencontrés la veille, il ne parut pas surpris de la voir.

« T’en as mis du temps à revenir…lança-t-il avec un sourire goguenard.
-Il faut que tu me files quelques grammes, souffla-t-elle rapidement après avoir vérifié que a rue était déserte.
-Mon ingrédient secret t’fait de l’effet dis-donc ! reprit-il sur le même ton en se penchant un peu vers elle.
-De quoi tu parles ? répliqua-t-elle, méfiante.
-Tu v’enais pas bien souvent, fallait remédier à ça. »

Kelsey fronça les sourcils et fit un pas en arrière, malgré l’envie de s’approcher de lui pour respirer l’odeur de ses vêtements imprégnée de cette odeur qui lui manquait tant. Elle ne comprenait pas de quoi il parlait. Comment avait-il pu s’assurer qu’elle reviendrait plus rapidement que les autres fois ? Elle n’arrivait pas à réfléchir, elle voulait juste qu’il lui donne ce dont elle avait besoin. Pourtant, presque malgré elle, elle commençait à comprendre.

« Qu’est-ce que tu m’as filé ? Elle avait haussé le ton sans s’en rendre compte, à en croire le regard réprobateur qu’il lui lança.
- Gueule pas comme ça bordel ! Un peu de coke a jamais tué personne, on s’calme, l’était même pas pure en plus, tu s’rais d’jà en train de pleurer à mes pieds sinon. »

Elle resta un instant interdite, accusant le coup. Il lui avait filé de la cocaïne. Cette drogue dangereuse –parce que quoiqu’en dise Miss Bloomwood la Mandragore n’était pas si nocive que ça- qui rendait accro en une prise. Il l’avait drogué à la cocaïne, à son insu. Le simple fait de l’apprendre, de savoir ce qu’elle avait pris, la faisait se sentir encore plus mal. Désespérée, angoissée, et folle de rage.

« T’avais pas le droit de faire ça putain ! cria-t-elle encore plus fort qu’auparavant.
-Bah va voir les flics tiens ! Va leur dire que ton dealer t’as arnaqué ils s’ront ravis ! » cracha-t-il entre ses dents serrées, comme pour l’obliger à baisser d’un ton.

Il avait cruellement raison, elle devait bien l’avouer. Elle n’avait plus envie de lui parler, elle ne voulait plus jamais le voir, elle serait volontiers partie après lui avoir fichu une gifle, mais elle avait besoin de lui. Elle était tristement dépendante de cet imbécile et sa préoccupation pour sa dignité faiblissait à mesure que le manque grandissait.

« Refile m’en, finit-elle par lâcher.
- Soixante-quinze livres.
-Je les ai pas. Fait pas chier, c’est de ta faute toute ça, file m’en un peu !
-J’fais pas crédit. »

Ce refus aurait simplement dû l’énerver mais elle se sentait sur le point d’exploser, ou de fondre en larmes, les deux à la fois même. Pourquoi ça se passait comme ça ? Pourquoi fallait-il toujours qu’elle fasse ce genre d’erreur ? Elle s’était fait avoir comme une gamine, comme toujours ! Elle avait honte, et elle en avait marre. Marre d’agir comme ça, d’être comme elle était, marre de tout.  Elle mordit furieusement sa lèvre inférieure qui s’était mise à trembler et serra les poings.

« Tu vas faire crédit cette fois-ci sinon je…commença-t-elle en levant le bras.
-Sinon quoi ? la coupa-t-il en lui attrapant le poignet.
-Lâche-moi. Elle dégagea brutalement son bras de son étreinte mais il lui attrapa l’autre poignet.
-Où tu vas comme ça ? T’as besoin de moi j’te rappelle !
-Je vais me débrouiller.
-Ah ouai ? Comment ? T’es déjà en train d’chialer, dans deux heures t’iras te noyer dans la Tamise ! »

Perturbée par ces derniers mots, elle mit moins de vigueur dans sa lutte pour se défaire de l’emprise de Tom qui en profita pour l’attirer vers lui, à quelques centimètres de son visage.

« T’as qu’à me payer autrement… »

D’ordinaire elle se serait empressée de le gifler, et n’aurait pas hésité un instant sur sa réponse. Mais elle n’avait pas soixante-quinze livres, et besoin de sa marchandise pour fuir cet état de désespoir qui grandissait en elle. Elle se sentait oppressée, elle était incapable d’avoir une pensée positive, comme en plein cauchemar. Alors au fond, pourquoi pas ? Elle n’avait pas vraiment le choix de toute façon. Il fallait ce qu’il fallait. Elle n’eut toutefois pas le temps d’hésiter plus longtemps car une voix derrière elle la fit se retourner. Qui donc se promenait du côté de l’allée des embrumes vers six heures du matin ?



Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël ne savait pas trop ce qu'il faisait dans l'allée des embrumes à six heures du matin, il avait été rendre visite à sa sœur la veille et lui avait demandé s'il pouvait rester dormir. Elle avait accepté, légèrement inquiète et sans doute intriguée par sa demande. Il avait évité le plus possible de venir la voir depuis sa rupture, prétextant beaucoup de travail, un emploi du temps très chargé, il avait donc réussi à esquiver toutes ses invitations mais depuis sa dispute avec Juliet puis Alicia, il avait pris conscience qu'il était peut-être vraiment en train de perdre toutes les personnes auxquelles il tenait. Il n'avait pas réfléchi plus longtemps et avait débarqué chez Aby, sous prétexte qu'il voulait voir Mary, prendre des nouvelles de tout le monde. Il avait dû expliquer qu'il avait rompu avec Théo mais n'était pas rentré dans les détails, il ne voulait pas que tout le monde sache la raison, ils n'avaient pas besoin de savoir, la conséquence finale était qu'il n'était plus avec Théo. Il n'avait d'ailleurs pas pu cacher que cela le faisait souffrir, il avait beau avoir mis toute la volonté du monde, avoir fait semblant d'être heureux et serein, sa sœur avait quand même réussi à lui faire remarquer qu'il n'avait pas l'air bien.

Il avait maigris, il ne dormait pas beaucoup, autant de signes visibles suffisant pour inquiéter Aby même si il répétait que tout allait bien, qu'il n'y avait rien de grave qu'il serait bientôt à nouveau parfaitement normal. Il ne pouvait nier qu'il avait passé une bonne soirée, il avait pu constater à quel point sa filleule avait grandi, elle était adorable et il était réellement heureux pour sa sœur et Tom, ils semblaient nager dans le bonheur. Il avait ensuite retrouvé son ancienne chambre, rien ne semblait avoir bougé, elle était comme il l'avait laissé fin août, personne n'avait touché à rien, une vague de nostalgie le prit alors, il avait passé tellement d'années dans cette chambre, des bons et des moins bons souvenirs, cette chambre lui rappelait Théo, l'été qu'ils avaient passé ensemble, les mots, les étreintes qu'ils s'étaient échangés. Il avait réussi à s'endormir quelques heures avant d'être réveillé pour une raison inexplicable, il avait besoin d'air, de se changer les idées alors sans trop savoir pourquoi, il avait transplané sur le chemin de Travers, il avait laisser ses pas le guider, sans vraiment regarder où il allait et voilà qu'il se retrouvait dans l'allée des embrumes.

Il fut alors tiré de ses rêveries par des éclats de voix et des silhouettes devant lui, il y avait un homme et une femme de ce qu'il compris aux sons qu'il entendit, alors qu'il se rapprochait les voix se faisaient plus audibles et les silhouettes plus visibles, il reconnut alors Kelsey, ses yeux s'écarquillèrent sous la surprise alors que l'homme avec qui elle parlait se rapprochait d'elle, un air vicieux sur le visage. Sam n'aimait pas ça du tout, il ne savait pas ce que faisait son amie ici mais visiblement, elle était en fâcheuse posture et Juliet pouvait dire ce qu'elle voulait, il lui restait un minimum d'humanité et de compassion pour le pousser à s'avancer encore d'avantage.

"Kelsey ? Tout va bien ?"

Il jeta un regard noir à l'homme qui lui faisait désormais face et le toisa de toute sa hauteur avant de poser un bras protecteur autour des épaules de la jeune femme. Il ne put que constater la maigreur de Kelsey, elle semblait encore plus maigre qu'à Poudlard, elle s'était coupé les cheveux en carré, ça lui allait bien, c'était joli, ça lui donnait aussi l'air plus âgée, elle faisait femme. Son amie n'était plus l'adolescente qu'il avait quitté en juillet dernier, elle pouvait certainement en dire de même sur lui mais le changement était beaucoup plus flagrant chez Kelsey. Il plongea son regard dans celui de l'homme, attendant un mot ou un geste de sa part ou tout simplement qu'il parte, c'était le mieux à faire pour lui, ce n'était pas la période pour lui chercher des noises au contraire, il serait ravi de foncer dans le tas.




Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur
Kelsey nageait en plein cauchemar. Comment en arrivait-elle à douter de la réponse à apporter à une telle question ? Elle n'aurait pas dû hésiter, tout comme elle n'aurait pas dû se trouver dans l'allée des embrumes en pleine nuit pour quémander de la drogue, mais elle avait complètement perdu le contrôle. Elle avait l'impression d'être en chute, et prête à se raccrocher à n'importe quoi. Les contours du peu de limites qu'elle s'était toujours imposer lui paraissaient complètement floues et, alors que son regard craintif ne quittait pas le visage de l'homme qui lui faisait face, elle hésitait.

Elle avait déjà couché avec beaucoup de monde, pour beaucoup de raison, pour gagner un pari, pour rayer un nom, pour avoir les réponses à un test de métamorphose, pour rendre une autre personne jalouse, jamais pour de l'argent. Mais au fond quelle était la différence ? Il n'y avait ni plus ni moins à faire que d'habitude, après tout. Le choix, elle était là la différence, et elle était fondamental. Elle n'avait pas toujours couché avec ses partenaires pour de bonnes raisons, mais elle avait choisi de le faire, or là elle se résignait presque à le faire, justement parce qu'elle avait le sentiment de ne pas avoir d'autres choix. Elle était mal, tellement mal, c'était pire que d'être malade, pire que d'être déprimée, c'était différent, c'était effrayant, et le seul moyen de se sortir de cet état était de payer, d'une manière ou d'une autre...

Elle ferma les yeux une fraction de seconde, le noir lui parut trop sombre, trop dense, et elle les rouvrit aussitôt. Elle se força à inspirer calmement dans l'espoir vain de calmé les battements de son cœur affolé et ouvrit la bouche mais avant qu'elle n'ait eu le temps de prononcer des mots qu'elle aurait amèrement regretté, une voix familière la fit se retourner.

La vue de Samaël provoqua en elle un flot d'émotions démesurées et contradictoires. Elle était soulagée de reconnaitre un visage familier, heureuse de la voir, honteuse d'être surprise dans cette situation, mortifiée à l'idée de ce qu'elle avait failli faire, mais aussi déçue de savoir que Samaël l'en empêcherait surement, alors qu'il fallait qu'elle le fasse. Son ancien camarade s'avança davantage et elle découvrit avec stupeur un Samaël complètement différent de celui dont elle se souvenait. Il avait l'air fatigué, presque malade, il était mal rasé et le regard noir qu'il affichait ne le rendait que plus inquiétant. Avait-il tant changé ou avait-elle une vision complètement déformée de la réalité ? C'était difficile à dire.

"Kelsey ? Tout va bien ?"

Elle hésita un instant. Dans un autre moment elle aurait répondu que ça allait, par fierté, parce qu'elle n'avait aucune envie de raconter ce qui se passait, mais elle n'avait plus assez d'estime d'elle-même pour préserver l'opinion que Samaël pouvait avoir d'elle. Tout ce qu'elle voulait c'était que ça s'arrête. Incapable de parler sans risquer de laisser échapper un sanglot, elle secoua négativement la tête et le jeune homme passa un bras autours de ses épaules. Tom soutint un instant le regard de Samaël mais ne fit pas un geste. Il se passa quelque seconde, peut-être plus, peut-être moins -même le temps faisait n'importe quoi, tout foutait le camp- et il se décida à faire un pas en arrière.

"Je vais te manquer, lança-t-il à l'intention de Kelsey. Lui ne lui manquerait pas, ce qu'il avait dans ses poches, si.On s'reverra."

Et sur ces dernières paroles, il s'éloigna et disparut dans la pénombre de la ruelle. C'était fini. Il était parti, et avec lui avait disparu le risque qu'elle commette une grosse erreur, mais l'enfer continuait. Cette impression que quelqu'un lui enserrait le cœur, ce sentiment d'étouffer, de ne plus pouvoir respirer, tout était encore là. Ça ne la quittait pas, et elle avait le sentiment que ça ne la quitterait plus. Elle se déroba sous le bras de Samaël et se laissa tomber sur le bord du trottoir avant d'attraper sa tête entre ses mains et d'éclater en sanglots. Pleurer faisait du bien d'habitude, pas là. Elle aurait fait n'importe quoi pour que ça s'arrête. Pour réussir à avoir une pensée positive, rationnelle, pour pouvoir réfléchir et respirer calmement. Mais les effets du manque perduraient et elle était en proie à une véritable crise d'angoisse qui ne semblait pas vouloir s'arrêter.

"Désolée...laissa-t-elle finalement échapper entre deux sanglots. Un "merci" aurait été plus approprié, mais elle était incapable de se rendre compte de son comportement complètement incohérent. J'suis désolée. Je voulais pas...Pourquoi ça se passe jamais bien ? C'est toujours comme ça...J'en ai marre...Faut que ça s'arrête, je veux plus, j'peux plus...Ça va pas. Ça va pas du tout Sam. Elle leva vers son ancien camarade des yeux rougis tant par ses pleurs que par les substances illicites qui l'avaient conduite ici. Aide-moi."

Elle ne savait pas comment, mais il fallait que ça s'arrête. Il y avait bien un moyen pour que ça s'arrête. N'importe lequel. Elle prendrait n'importe quelle solution, même la plus extrême, du moment que ça mettait fin à ce calvaire. Quitte à tout arrêter, à tout quitter, à décrocher complètement. Au moins elle ne sentirait plus tout ça, elle ne ressentirait plus rien, c'était presque tentant. Si vivre devenait aussi insupportable, elle abandonnait la partie.



Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël soutint le regard de l'homme encore quelques minutes ne baissant pas sa garde, il garda la même position même lorsqu'il esquissa un mouvement de recul pour partir, il resserra légèrement son étreinte autour des épaules de Kelsey alors que l'homme lui parlait, il allait lui manquer ? A l'expression de la jeune femme, Sam en doutait fortement et il était hors de question qu'il pose à nouveau les yeux sur Kelsey mais concrètement que pouvait-il faire ? Depuis le mois de juillet c'était la première fois qu'il revoyait son amie, un élan de culpabilité l'assaillit alors, il aurait dû prendre de ses nouvelles avant; lui envoyer une lettre de temps en temps, voir comment elle allait, savoir ce qu'elle faisait maintenant, parce qu'il n'en avait pas la moindre idée et pourtant, il lui avait promis d'être son ami, lui avait promis qu'il viendrait la voir et... il ne l'avait pas fait comme beaucoup d'autres choses. Théo avait raison, il promettait beaucoup de choses, très facilement et n'en effectuait pas le quart, ô bien sûr, il avait des excuses, il y en avait toujours lorsque l'on cherchait bien, il avait été très pris, sa situation n'était pas facile en ce moment, il n'avait pas de temps à consacrer aux autres, trop centré sur lui-même.

L'homme finit par partir et Kelsey s'effondra au sol, laissant Sam impuissant devant la détresse de la jeune femme, que devait-il faire ? Que pouvait-il faire face à ses pleurs ? Elle lui avait toujours semblait forte et vaillante mais au fond il avait toujours plus ou moins soupçonné que ce n'était qu'une carapace qu'elle avait érigé tout autour d'elle. Une protection contre leur monde cruel. Le jeune homme s'agenouilla devant son amie, essuya ses pleurs et la prit dans ses bras. Il savait bien que ça ne résoudrait rien du tout, que ça ne l'aiderait, elle le suppliait de l'aider et il le ferait, il essayerait, il ressentait la même chose au fond, elle ne pouvait plus, le point de rupture, ils y étaient tous les deux, non pas lui, il pouvait encore lutter contre si il le souhaitait alors que Kelsey semblait réellement au bord du gouffre.

"Je vais t'aider, je te le promets, je ne t'abandonnerais pas Kelsey. Ce sera peut-être long et difficile mais tu surmonteras tout ça et je serais à tes côtés si tu le souhaites."

Il relâcha son étreinte et plongea son regard dans celui de la jeune femme, il serait là, il l'épaulerait du mieux qu'il pourrait si elle le souhaitait, elle allait s'en sortir, c'était hors de question qu'il la laisse sombrer ainsi, il avait peut-être manqué de vigilance, n'avait pas été présent plus que cela jusqu'à aujourd'hui mais cela allait changer. Et peut-être qu'il pourrait commencer par son addiction, il n'y avait pas trente-six raison qui poussait un type louche à rencontrer une jeune femme fragile en plein milieu de la nuit. Il repoussa du pouce une mèche de cheveux blonds qui s'était collée sur la joue de son amie.

"Je connais des spécialistes Kelsey, ils peuvent t'aider pour la drogue et pour le reste, moi, je peux t'aider, je peux essayer."

Si seulement, il était certain d'avoir son utilité, peut-être devait-il commencer par le commencement ? Lui demander ce qui n'allait pas, pourquoi elle se retrouvait à consommer au point de ne plus tenir.

"Et si tu commençais par tout me raconter. Tu veux bien ?"

Samaël se saisit de la main de Kelsey, s'installa à ses côtés, épaule contre épaule et garda le contact avec elle, il était là, il voulait le lui prouver, il ne la lâcherait pas.




Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur
Il disait que ce serait long et difficile, il se trompait. Difficile ça l'était déjà, et c'était plus dur de minutes en minutes. C'était devenu si insupportable que ça ne pourrait plus être bien long. Cela ne durerait pas, elle craquerait avant, ça finirait par la tuer. C'était différent de la faim, de la soif, mais c'était un besoin tout aussi intense, si ce n'était plus. Elle était incapable de se concentrer sur autre chose, ce désir s'était insinué dans tout son corps, avait monopolisé son esprit. Et c'était complètement incontrôlable, elle ne pouvait que regarder ses mains trembler et sentir son esprit s'embrouiller, sans rien faire. Samaël se positionna en face d'elle et la regarda droit dans les yeux. Elle ne réussit pas à lui rendre son regard, c'était comme si ses yeux ne lui obéissaient plus et refusaient de se poser sur un point. Elle ne parvenait qu'à regarder dans le vague, droit devant elle, avec la désagréable impression que la ruelle où ils se trouvaient ne cessait de rétrécir.

Elle vit la main du jeune homme sur sa joue avant de la sentir. Même ses sens la trahissaient. Elle l'écouta parler mais les mots mirent un certain temps à trouver un sens dans son esprit. Il parlait de drogue, il connaissait des gens. Oh, elle en connaissait aussi, elle savait exactement qui pouvait l'aider mais cette personne réclamait soixante-quinze livres et venait de disparaitre au coin de la rue. Elle était à peu près certaine que Samaël ne pouvait rien faire pour elle, mais elle n'avait pas envie qu'il parte. Elle aurait aimé que la simple présence de son ancien camarade l'apaise, comme elle l'avait déjà fait auparavant, mais ce n'était pas le cas. Malgré tout, elle voulait qu'il reste, parce qu'elle était terrifiée à l'idée de se retrouver seule dans cette ruelle sombre qui l'oppressait de plus en plus, avec ce besoin incontrôlable qui la rongeait de l'intérieur.

Elle serra ses doigts, peut-être un peu trop fort, autours de ceux de Samaël pour empêcher sa main de trembler.

"Et si tu commençais par tout me raconter. Tu veux bien ?"

Kelsey tourna lentement la tête vers Samaël, qu'elle avait toujours un peu de mal à reconnaitre derrière sa barbe naissante et son air fatigué. Que voulait-il savoir exactement ? Comment elle s'était retrouvée dans cet état ? Ça, elle le savait, à peu près du moins. Elle était capable d’expliquer comment elle s’était retrouvée assise sur un trottoir à pleurer, mais serait bien incapable de dire pourquoi. Pourquoi avait-elle commencé à acheter de la mandragore ? Pourquoi avait-elle fait confiance à un type louche ? Pourquoi est-ce qu’elle s’était encore fait avoir ? Parce qu’elle était comme ça, elle était une fille à problème, elle ne tombait jamais sur la bonne personne, elle ne faisait jamais els bon choix et rien en se passait jamais comme elle le voulait.

Ses pleurs redoublèrent à cette pensée et elle eut le sentiment que ses sanglots lui déchiraient la poitrine. Elle crispa ses doigts sur sa veste et essaya de dégager son cou, comme si elle avait du mal à respirer. Elle étouffait, pourtant elle était gelée. Elle était oppressée, par cette ruelle sombre, par le brouillard dans sa tête. Kelsey se força à se concentrer sur la question de Samaël, pour essayer d’oublier le reste.

« C’est ce type -elle tourna la tête vers le fond de la ruelle ou son dealer avec disparu- il m’a refilé de la coke. J’en prends pas, je…J’en ai jamais pris mais… »

Mais elle en avait besoin, et très vite. Elle avait toujours pensé que les gens exagéraient un peu quand ils affirmaient que « ça rendait accro en une prise », que c’était juste pour le coté dramatique ou pour se rendre impressionnant, mais ce n’était pas qu’un mythe. Ça devait dépendre des gens, sans doute, mais sur elle ça avait marché, et du premier coup. Parce que tout marchait toujours avec elle. Kelsey leva les yeux vers Samaël, comme dans l’espoir de croiser une forme de compréhension dans son regard. Comme si Samaël pouvait connaitre ce genre de situation…Il ne tomberait jamais si bas, lui. Elle baissa finalement le regard, osant à peine se demander ce qu’il devait penser d’elle. Elle n’avait pas envie que son ancien camarade la voit comme ça, elle aurait voulu rester un minimum digne mais au fond elle savait qu’en cet instant elle aurait été prête à faire n’importe quoi pour que cet enfer s’arrête, vraiment n’importe quoi. D’ailleurs si Samaël n’était pas arrivé elle serait probablement en train de le faire, de régler le problème. Elle ne savait plus vraiment si elle devait se réjouir que le jeune homme soit arrivé, ou le regretter. Il n’avait visiblement pas de solution miracle, alors qu’elle en connaissait une. C’était rabaissant, c’était franchir une des dernières limites qu’elle s’imposait, mais c’était une solution. Peut-être aurait-il été préférable que Samaël n’intervienne pas finalement…

« Qu’est-ce que tu faisais là ? » demanda-t-elle finalement entre deux sanglots.

Il était étrange qu’il se promène dans l’allée des embrumes avant six heures du matin. Qu’est-ce qu’il venait faire par ici ? Il devait avoir bien mieux à faire que de supporter les pleurs et le discours décousue d’une pauvre fille en manque.

« Et qu’est-ce que tu fais encore là ? lâcha-t-elle finalement d'un voix morne. Y a rien à faire. »

Elle ne pouvait qu’attendre. Attendre et espérer que ça passe, que ça se termine d’une manière ou d’une autre. Prier pour que le manque disparaisse, ou que cet enfer, que la vie, s’arrête.



Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Les doigts de Kelsey serraient les siens forts, trop fort mais cela n'avait pas d'importance. La détresse qu'il lisait dans ses yeux, l'appel à l'aide qu'elle semblait lui lancer. Et lorsqu'elle parla, il comprit, il comprenait de quoi elle parlait. Il ressentait un peu la même chose. Il ne savait pas exactement ce qu'il prenait et il n'avait pas voulu savoir, il payait Ben et il consommait. Un point c'était tout. Il ne voulait pas savoir ce que c'était du moment que ça lui faisait de l'effet. Il était déjà certain que ce n'était pas de la coke pas quand il voyait l'état de Kelsey après une première prise. Ce n'était pas de la Mandragore non plus, il n'avait jamais eu d'hallucinations. Juste un état amorphe, un état latent juste pour endormir la douleur. Il serra un peu plus la main de Kelsey dans la sienne. Il aurait voulu lui dire qu'il savait, qu'il comprenait mais à quoi ça les aurait avancé qu'elle sache qu'il se droguait ? Sans doute à rien du tout sauf à la faire paniquer un peu plus.

"Je... j'étais chez ma soeur et hum... j'avais besoin de prendre l'air. Et je sais pas, mes pas m'ont conduit ici. C'est... étrange non ?"

Étrange comme le hasard faisait bien les choses, que ce serait-il passé si il n'avait pas été là ? Il examina Kelsey, si c'était la première prise, la crise ne devrait pas trop s'éterniser et il ne devrait pas y avoir d'autres crises de manque. Pour ce qui était de la drogue qu'elle prenait habituellement par contre, ce serait sans doute plus long.

"Kelsey, je vais pas te laisser ici toute seule. C'est hors de question, tu es mon amie, je reste avec toi. Est-ce que tu veux qu'on... aille ailleurs ? Le temps que tu ailles mieux, que tu te remettes complètement ? Je peux te ramener chez toi si tu veux, tu habites loin ?"

Il n'allait certainement pas la laisser seule maintenant, ce serait légèrement inconscient, surtout alors qu'elle semblait au plus mal. Il aida la jeune femme à se redresser et passa sa veste autour de ses épaules pour la réchauffer, elle avait peut-être froid.

"Kelsey, ça ne peut que s'arranger. Il faut juste être... patient. Je sais que c'est facile à dire mais si tu n'as consommé qu'une fois tu ne devrais pas avoir d'autres crises. Après pour les autres drogues si tu en as prises, je ne peux pas t'affirmer que ça sera aussi rapide. Il faut que tu sois forte, encore un peu. S'il te plaît pour... moi et ceux qui t'aimes. Je suis sûr qu'il y en a plus qu'il n'y paraît."

Il sourit faiblement à son amie et passa un bras un bras autour de sa taille pour la soutenir et l'aider à marcher. Du moins, si elle acceptait son aide. Il ne pouvait pas la forcer après tout. Lui même avait déjà repoussé tellement de monde.




Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur
Les sanglots de Kelsey se calmèrent un peu quand Samaël assura qu'il restait là. Pourtant elle savait qu'il ne pouvait rien faire pour arranger la situation, mais au moins il ne laisserait pas les choses empirer. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle serait capable de faire pour mettre fin à cet enfer. Combien de temps était-ce censé durer ? Samaël semblait dire que ça allait s'arrêter, qu'elle s'en remettrait, mais elle avait l'impression que ça ne finirait jamais. Elle avait le sentiment qu'il faisait de plus en plus noir, tout devenait sombre, tout devenait effrayant et oppressant. Elle hocha la tête quand le jeune homme lui proposa d'aller ailleurs. Ailleurs ça ne pouvait être que mieux, cet endroit était le pire qu'elle ait connu.

Est-ce qu'elle habitait loin ? Elle ne savait plus. Elle ne savait même pas où ils étaient. Elle chancela quand Samaël l'aida à se relever. Le sol lui semblait bien loin tout à coup, trop loin. Elle avait le vertige. Elle sentit quelque chose tombe sur ses épaules et sursauta avant de se rendre compte qu'il ne s'agissait que de la veste de Samaël.

"Merci...souffla-t-elle en resserrant la veste du jeune homme autours de ses épaules. Je veux bien rentrer, répondit-elle finalement à sa précédente question. Je suis près de Harlensden."

Le nom de la station de métro en face du Sucré était à peu près le seul repère géographique qu'elle avait pour le moment. Elle écouta Sam lui assura que ça passerait, qu'il fallait juste qu'elle soit patiente. Il ajouta que si elle avait l'habitude de consommer d'autres drogues cela serait plus long et elle fit non de la tête. Elle n'avait aucun problème avec la Mandragore, elle en consommait régulièrement et n'avait jamais réagi ainsi. Elle n'avait pas de problème avec la drogue, du moins elle n'en avait jamais eu jusqu'à aujourd'hui. Jamais elle n'avait connu d'expérience comparable. Elle avait déjà été ivre pourtant, plusieurs fois au point de ne plus contrôler ce qu'elle faisait, mais jamais elle n'avait eu ce sentiment que tous ses sens l'abandonnaient, que tout foutait le camp. Jamais elle n'avait manqué de quelque chose au point de se dire qu'elle allait en mourir.

"Comment tu sais ça ?" demanda-t-elle en tournant les yeux vers lui.

Ses yeux rougis semblaient comme vides avec leurs pupilles dilatés et pourtant ils trahissaient une forme d'inquiétude. Apprenait-on ça en médicomagie, ou bien Sam disait-il cela uniquement pour la rassurer ? Peut-être qu'il n'en savait rien, peut-être que ça ne s'arrêterait jamais. La jeune femme laissa échapper un nouveau sanglot mais laissa son camarade passer un bras autours de sa taille et s'appuya sur lui pour marcher.

"Il faut que tu sois forte, encore un peu. S'il te plaît pour... moi et ceux qui t'aiment. Je suis sûr qu'il y en a plus qu'il n'y paraît."

Kelsey fit non de la tête. Pour ceux qui l'aimaient ? Mais qui l'aimaient, au fond ? Elle avait fait fuir tous ceux qui comptaient un peu pour elle. Elle s'était fâchée avec Katy, avec Darren, avec Jeremy, avec ses parents. Elle avait quitté chacune de ces personnes après une dernière dispute et maintenant il n'y avait plus personne. La solitude ne lui pesait pas tant d'habitude, elle n'avait même jamais réalisée à quel point elle était seule. La drogue noircissait-elle toute ses pensées ? Ou lui faisait-elle simplement voir la réalité autrement ?

"Il y a plus personne Sam, je fais fuir tout le monde..." répondit-elle dans un souffle.

Elle était à peu près certaine que Samaël ne chercherait plus à la voir désormais, pas après l'avoir supporté cette nuit. Il l'avait vu sous son plus mauvais jour, elle ne lui en voudrait pas de ne plus vouloir lui parler après ça, elle ne lui attirait que des ennuis après tout. Et Aaron finirait par partir aussi, comme tous les autres. Elle était incapable de faire du bien à ceux qu'elle aimait, elle finissait toujours par les blesser, d'une manière ou d'une autre, souvent sans le vouloir. Darren avait raison, elle finirait toute seule.



Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
"Je suis apprenti médicomage. Je sais tout un tas de chose."

Son ton s'était voulu décontracté, il n'y avait pas que la médicomagie, il y avait aussi ce qu'il avait pu constater de lui même. Mais cela Kelsey n'avait pas besoin de le savoir. Il repris sa route vers l'adresse que la jeune fille lui avait donné et resta silencieux quelques instants. Il resserra son étreinte autour des épaules de Kelsey. Leurs situations lui semblaient tellement similaire.

"Nous sommes deux alors..."

Il avait murmuré ces quelques mots, plus pour lui même mais son amie les avait certainement entendu. Mais au fond, il se moquait de ce qu'on pouvait bien penser de lui. Il était très certainement devenu la personne la plus désagréable de sa promotion. Il semblait faire fuir toutes les personnes qui l'entouraient. Il plongea son regard dans celui de Kelsey et prit un air déterminé.

"Je suis là moi. Je ne te laisserais pas tomber. Ce n'est pas ta faute si ils sont trop crétins pour comprendre la fille géniale que tu es. Tu te rappelles de ma promesse dans la salle commune ? Elle est encore d'actualité. Tu es mon amie et si tu as besoin d'aide ou si tu as un soucis, je suis là pour t'aider."

Il ne la laisserait pas tomber. Il savait qu'il n'avait pas été présent du tout pour elle jusque là. Il n'avait même pas cherché à avoir de ses nouvelles depuis la fin de Poudlard mais il appréciait vraiment Kelsey. Elle était celle qui semblait intouchable et qui pourtant était beaucoup plus fragile qu'il n'y paraissait. Il pressa son épaule et continua à l'aider à marcher jusqu'à la station de métro qu'elle lui avait indiqué. Il n'osait même pas imaginer où la jeune fille serait à cet instant si il n'avait pas été là. Il avait vraiment des salauds dans ce bas monde.




Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur
Kelsey fronça les sourcils en entendant Sam murmurer qu'ils étaient deux dans la même situation. N'importe quoi. Il venait de le dire, il était apprenti médicomage, il menait sans doute des études brillantes et était un garçon adorable qui devait avoir des tonnes d'amis. Elle avait du mal comprendre, ou halluciner. Elle avait du mal à distinguer ce qui était vrai et ce qui sortait directement de son esprit embrumé.

"Qu'est-ce que t'as dit ?" demanda-t-elle avec un froncement de sourcils en essayant de regarder Sam dans les yeux, mais elle voyait trouble et ne parvint pas à accrocher son regard.

La jeune femme s'appuya sur Samaël pour marcher et porta une main à sa tête dans l'espoir de calmer son vertige, en vain. Son corps allait la lâcher. Elle ne voyait plus clair, elle tremblait de froid même sous la veste de son camarade, et sentait que ses jambes ne la porteraient pas plus longtemps. Depuis combien de temps n'avait-elle pas mangé ? Un des avantages de la mandragore était que, comme la cigarette, c'était un coupe-faim efficace, mais les fringales étaient fréquentes une fois que les effets se dissipaient. Il lui arrivait d'avaler un peu n'importe quoi dans ces moment-là, ou de fumer une autre clope pour calmer la faim, cela dépendait des jours. Mais là elle n'avait ni faim ni envie d'une simple cigarette, elle voulait juste que ça s'arrête, quitte à en crever.

Elle posa son regard vitreux sur Samaël qui assurait que lui il ne la laisserait pas tomber, parce qu'elle était une fille géniale. Elle le dévisagea un instant sans rien dire avant de laisser échapper un rire lugubre, à mi-chemin entre le rire diabolique et le sanglot. Les larmes recommencèrent à couler sur ses joues alors qu'elle riait, on aurait pu croire une démente.

"Il doit être six heures du mat' Sam, et je suis complètement en vrac parce que j'ai acheté de la coke à un abruti, commença-t-elle d'une voix incertaine. Et là seule chose dont j'ai envie c'est de crever pour mettre fin à ce cauchemar, je tiens plus debout et je chiale comme une gamine, continua-t-elle en élevant un peu la voix. Je suis pas une fille géniale Sam, je suis pas comme toi."

Son ton s'était radoucit sur les derniers mots et son sourire un peu fou avait laissé place à une mine dépitée, à un visage fatigué. Elle s'arrêta et se dégagea de son camarade pour se laisser aller contre le mur le plus proche. Elle ne ferait pas un pas de plus. Ses genoux tremblaient, comme s'ils menaçaient de se dérober à tout moment. Elle était incapable de continuer à marcher, incapable de rentrer chez elle, ça y est, elle était tombée au plus bas. Ça aurait dû lui faire quelque chose, elle aurait peut-être dû être triste, honteuse, énervée, peu importe. Quoiqu'il en soit, se retrouver affalée contre un mur en pleine nuit, presque à l'agonie, aurait dû l'alarmer et ce n'était pas le cas. Elle en avait juste marre. C'était trop cher payé pour quelques heures de légèreté, pour quelques bouffées de fumée qui rendaient le monde plus agréable pendant un temps. Elle était fatiguée. Elle n'avait pas vingt ans et son corps avait déjà fait les frais de beaucoup trop d'excès. Elle imposait à son dos des contorsions trop extrême, elle fumait trop, buvait trop, couchait trop, ne mangeait pas assez et ne dormait pas plus. Ce n'était pas le genre de vie qu'on menait longtemps, peut-être qu'elle en était arrivée au bout.

Kelsey leva un regard désolé vers Samaël. Ce n'était pas normal qu'il soit toujours là. Elle-même ne se supportait pas, à tout voir en noir et à se montrer si faible. Elle était une véritable loque, il n'avait rien à gagner à rester avec elle. Elle ne pourrait même jamais lui rendre la pareille, elle n'était pas comme lui. Elle n'était pas bienveillante comme ça, elle n'aidait pas les autres, ou quand elle essayait elle ne parvenait qu'à les entrainer dans sa chute. Pourquoi faisait-il ça ? Il disait que c'était parce qu'ils étaient amis mais c'était faux, ils n'étaient pas amis. Ils ne s'étaient pas parlé une seule fois depuis le mois de Juin. Qu'essayait-il de prouver en étant si gentil avec elle ?

"Tu me dois rien tu sais, j'ai pas tenu ma promesse moi alors..."

Elle se souvenait lui avoir promis de venir le voir quand il aurait commencé les études, pour prendre de ses nouvelles. Elle ne l'avait pas fait, et elle devait malheureusement reconnaitre qu'elle n'avait pas beaucoup pensé à Samaël ces derniers mois. Elle avait changé de vie, elle avait tourné une page et avait tout laissé derrière elle. Elle commençait à croire qu'elle avait voulu avancer un peu trop vite, et qu'elle avait peut-être perdu beaucoup en chemin.



Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Sam sentait Kelsey trembler contre lui et il se sentait tellement inutile. Que pouvait-il bien faire pour aider son amie à aller mieux ? Il n'était pas à l'hôpital, il n'avait rien sous la mien qui lui permettait de faire quoique ce soit. Il devait se contenter de ramener la jeune femme chez elle en lui assurant que tout irait bien que ce serait bientôt fini. Mais il dut dire ce qu'il ne fallait pas puisqu'elle s'arrêta et lui fit face. S'entendre dire qu'il était quelqu'un de bien lui tordit l'estomac. Ces derniers temps, il se comportait comme le dernier des abrutis donc non, il n'était pas quelqu'un de bien. Il repensa à Zacharias et à Théo. A Juliet et à Alicia. Non vraiment, il n'avait pas de quoi être fier. Et pourtant Kelsey avait l'air si sûre de ce qu'elle avançait. Il poussa un léger soupir avant de rejoindre la jeune femme qui s'était installée sur le trottoir le long d'un mur.

"Ecoute Kelsey. Le fait que tu enchaînes les erreurs ne fait pas de toi une mauvaise personne. Tu en as conscience et c'est déjà énorme. Je suis sûre que tu n'as jamais voulu faire de mal à personne. Et tu m'as dit toi-même que la coke tu l'avais consommé sans savoir que s'en était. Alors s'il te plaît, ne me dit pas que tu es un monstre. Parce que question monstruosité j'en connais un rayon et t'en es loin. T'as juste besoin d'aide."

Il s'installa à côté d'elle sur le trottoir et il n'était pas prêt de partir. Pas tant qu'il serait sûr qu'elle était en sécurité. Il fut étonné de l'entendre dire qu'elle n'avais pas tenu sa promesse non plus mais ce n'était rien ça. Tout le monde faisait un tas de promesses en sachant pertinemment qu'elles ne seraient jamais tenues. Il posa alors son regard sur la jeune femme.

"Et alors ? Qu'est-ce que ça peut faire ? Je vais pas te laisser là sur ce trottoir. Quoique tu en dises, tu es mon amie. Même si on a pas tenu nos promesses, même si on se voit pas souvent. Je t'apprécie vraiment Kelsey. Alors, si t'es pas capable de marcher jusqu'à chez toi, c'est pas grave, je te porterais. Mais laisse moi t'aider. Je n'attends rien de toi en échange, juste l'assurance que tu es en sécurité et que tu vas un peu mieux."

Il esquissa un léger sourire dans la pénombre. Avait-elle donc oublié que les Poufsouffle n'attendaient rien en retour de leur aide ? Il aurait tellement voulu retourner à l'époque de Poudlard. Tout semblait tellement plus simple. Leurs seuls soucis étaient d'avoir des bonnes notes, de ne pas faire perdre trop de points à leur maison et de ne pas avoir trop d'heures de retenues. Et puis, il avait les petits soucis d'amoureux mais ils semblaient beaucoup moins graves. Les querelles étaient vites oubliées. Sauf lorsqu'il s'agissait d'Anton qui était vraiment un crétin fini. Mais ses craintes de l'époque lui semblaient vraiment dérisoires comparé à maintenant.

Il se leva, s'étira lentement et se positionna face à son amie en tendant la main vers elle. Il ne la laisserait pas tomber quoiqu'elle en dise. Il ne l'abandonnerait pas même si par la suite, elle ne voulait plus jamais le revoir, il comprendrait. Si elle avait trop honte et voulait mettre tout ça derrière elle, il comprendrait et la laisserait faire ses propres choix mais en attendant, il ne lui demandait pas son avis.

"Tu peux marcher ou il faut que je te porte ?"




Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur
Kelsey fronça les sourcils en écoutant la réponse de Samaël. Premièrement parce que, bien qu'il soit en face d'elle, elle l'entendait comme s'il se trouvait à des mètres de distances. Et deuxièmement parce ce qu'il disait n'avait aucun sens. Le fait qu'elle se rende compte de ses erreurs ne changeait rien, puisqu'elle ne les corrigeait pas. Elle continuait de faire confiance aux mauvaises personnes, elle continuait de courir après la liberté et l'indépendance, à n'importe quel prix, elle continuait de vouloir montrer qu'elle était forte, qu'elle se débrouillait, alors qu'elle avait besoin d'aide. Elle niait tous ses problèmes, elle ne se les avouait même pas à elle-même. Alors oui, au fond elle savait que c'était mal de fumer, mal de boire, mal de coucher avec des inconnus, mal de tomber amoureuses des mauvais garçons et mal d'oublier sa peine dans la drogue. Elle s'en rendait compte oui, mais elle continuait. Et c'est pour cela qu'elle n'était pas cette super fille dont parlait Sam. Elle n'avait rien de génial. Elle avait beaucoup trop de faiblesse, et la première d'entre elle était de ne même pas avoir le courage de les montrer.

Elle détestait dévoiler ses failles. Elle s'arrangeait toujours pour détourner la conversation quand on en venait à parler de sa silhouette que certains jugeait trop maigre, ou de sa trop grande consommation de cigarette. Peut-être bien qu'un jour elle serait brisée à force de se contorsionner autour d'une barre, peut-être qu'elle finirait par mourir d'un cancer du poumon, mais pour le moment elle s'en fichait. Et elle voulait juste prétendre que tout allait bien. Mais elle ne pouvait plus mentir à Sam maintenant, pas alors qu'elle était avachie contre un mur, que tout était flou autours d'elle et qu'elle aurait été prête à faire n'importe quoi pour avoir une dose de cocaïne. Elle avait tellement honte de se montrer dans cet été, d'imposer sa misère à Sam. Elle se demandait vraiment comment il faisait pour rester si calme et si prévenant alors qu'elle devait être insupportable.

La réponse était apparemment évidente pour Samaël qui lui assura que même s'ils n'avaient pas tenu leurs promesses respectives, ils restaient amis. Elle hocha vaguement la tête à cette affirmation et adressa un semblant de sourire au jeune homme. Elle était contente qu'il soit là, et rassurée de savoir qu'il restait avec elle. Sam était vraiment un type bien, et ce qu'il avait sous-entendu à propos de sa monstruosité tout à l'heure la dérangeait. De toutes les personnes qu'elle connaissait Sam était sans doute celle qui était le plus loin d'être un monstre.

"Merci, répondit-elle d'une voix un peu rauque. T'es génial Sam, ne pense pas le contraire."

S'être arrêtée quelques minutes lui avait fait un peu de bien. Elle se sentait toujours faible, et le manque était encore là, mais elle avait les idées un peu plus claires et commençait à croire que les choses allaient s'arranger. Samaël avait raison, cet enfer avait une fin. Ce dernier se leva et lui tendit une main qu'elle attrappa avec un maigre sourire. Elle se remit tant bien que mal sur ses pieds, après une ou deux tentatives infructueuse, et laissa Samaël l'aider à marcher. Elle détestait avoir besoin des autres, mais ce soir elle était rassurée de pouvoir s'appuyer sur un ami.

[Terminé pour Kelsey]



Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Les accros [PV Samaël]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Samaël Akiam [Padawan]
» Dessins égarés ~ Lun ~
» Lettre de rupture [PV Kelsey Lorgan - Samaël Smith]
» Devoir de Sortilèges ou comment ne pas rougir devant une aussi jolie fille ? [PV Olivia E. Fowler - Samaël Smith]
» [Tournoi bis] demi finale : Samaël, le démon VS Holmgeir, Guerrier Divin de Gamma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-