AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Le vengeur démasqué [Kelsey-Aaron-Jeremy-Charlotte]

Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur
5 Janvier 2008

Kelsey sortit de la douche et s'enveloppa dans une serviette un peu rugueuse en frissonnant. Elle avait pris le premier service aujourd'hui et avait fini sur les coups de 22h. Pour une fois elle était rentrée seule et n'aspirait plus qu'à aller se coucher. Depuis combien de temps ne s'était-elle pas endormie avant 5h du matin ? Elle essuya d'une main la buée qui s'était accrochée au miroir et grimaça devant son reflet. L'absence de maquillage la faisait paraitre livide mais c'était surtout la mèche de cheveux qui lui tombait sur les yeux qui l’embêtait. Elle aurait eu grand besoin d'un passage chez le coiffeur, mais elle voyait Aaron le lendemain et n'aurait jamais le temps d'y aller avant. La jeune femme aimait beaucoup les moments qu'elle passait avec son ancien camarade. Elle ne cesserait sans doute jamais de s'étonner de cette amitié qui s'installait entre eux -ils étaient si différents- mais elle s'en fichait. Ils n'avaient pas le même mode de vie, n'aspiraient pas au même avenir, à vrai dire ils n'avaient presque aucun point commun, pourtant ils s'entendaient bien. Et elle faisait avec lui des choses qu'elle n'avait jamais fait avec un autre, il leur arrivait de se voir une après-midi, et de juste parler, plaisanter, aller voir un film. Bien sur il leur arrivait d'avoir des activités moins innocentes, mais ils ne se voyaient pas que pour cela, et finalement elle trouvait ça agréable.

Pour toutes ces raisons il était hors de question qu'elle le voit demain avec des mèches trop longues. Elle n'avait qu'à les couper elle-même, ce n'était pas bien difficile après tout, elle s'était entrainé des dizaines de fois sur la frange de Katy. Espacer les sorties à Pré-au-lard de plus de deux mois était un crime contre l'humanité, comment les filles étaient-elles censées entretenir leur coupe ? Kelsey enfila rapidement ses sous-vêtements et se dirigea vers le vieux meuble qui lui servait de coiffeuse. Un miroir était posé en équilibre sur le dessus, au milieu des flacons de parfums, brosse à cheveux et autre produits de maquillage, et ses tiroirs regorgeait de tout ce dont une K-Girl pouvait avoir besoin. Elle ne mit pas longtemps à trouver les ciseaux dont elle se servait pour rafistoler ses tenues de travail de temps en temps. Elle passa doucement son doigt sur l'une des lames pour vérifier qu'elle était suffisamment aiguisée et laissa échapper un juron en constatant qu'elle l'était encore plus qu'elle ne l'aurait songé. Pestant contre sa stupidité, elle retourna dans la salle de bain pour passer sa coupure sous l'eau froide.

Elle revint dans sa chambre un instant plus tard et fronça les sourcils en découvrant que la porte était entrouverte. Cet immeuble était vraiment mal fichu, entre les volets qui ne fermaient pas et les murs de travers, c'était un miracle qu'il tienne encore debout. Elle referma la porte sans se poser plus de question et prit bien soin de faire tourner la clé dans la serrure, cette fois-ci, elle allait avoir des problèmes à force ne de ne pas verrouiller sa porte.

"Bonsoir Trésor..."

Kelsey s'immobilisa alors que son sang se glaçait dans ses veines. C'était une erreur, une hallucination, un cauchemar. Cette voix l'avait trop souvent réveillé au milieu de la nuit, en sueur et le cœur battant. Elle commençait tout juste à s'en débarrasser. Elle se libérait enfin, il ne pouvait pas revenir la hanter. Elle se retourna lentement, persuadée que c'était dans sa tête, comme toujours. Des dizaines de fois il lui avait rendu visite, la nuit, il l'avait torturée, il l'avait brisée, toujours en rêve. Il n'y avait pas de raison que ce soit différent aujourd'hui. Elle laissa pourtant échapper une exclamation d'effroi en l'apercevant et fit un pas en arrière. Il était là. Il était vraiment là, elle en était presque certaine.

"Que se passe-t-il ? On dirait que tu as vu un fantôme, commença-t-il avec un sourire mauvais. Je t'ai manqué Trésor ?"

Fuir. Elle devait s'éloigner de lui le plus vite possible. Les cauchemars qui avaient animé ses nuit pendant des mois lui revenaient tous en mémoire en même temps que toutes les horreurs qu'Ulrich lui avaient fait traverser. Elle ne revivrait pas ça. Elle ne tomberait pas dans un nouveau piège. Il était hors de question qu'elle se laisse faire, il ne l'attraperait pas. Elle se retourna et entreprit de déverrouiller la porte mais ses mains tremblaient et avant qu'elle n'ait pu faire faire un tour complet à la clé, la main d'Ulrich s'abattit sur son épaule.

"Où est-ce que tu vas comme ça ? On vient seulement de se retrouver..."

Cette voix, cette simple voix lui donnait des frissons et faisait remonter en elle ses pires angoisses. Le jeune homme la força à se retourner et lui arracha les clés des mains pour les jeter sur le parquet.

"Très joli, le violet...commenta-t-il en effleurant le soutien-gorge de la jeune femme du bout des doigts.
- Ne me touche pas ! protesta-t-elle d'une voix forte mais qui trahissait sa peur.
- Oh ne t'en fais pas je ne suis pas venue pour le plaisir de ta...compagnie. Il lui jeta un regard dédaigneux et elle serra les dents. J'ai des ennuis vois-tu, et quelque chose me dit que la source du problème, c'est toi."

Elle aurait rêvé d'être la source des problèmes d'Ulrich Keller. Fut un temps où elle avait même souhaité sa mort, mais elle ne voyait pas en quoi elle aurait pu faire quoi que ce soit qui ait un quelconque impact sur son ancien camarade. Jamais elle n'aurait osé, de toute façon. Oh elle avait rêvé d'être celle qui prouverait à tout le monde qu'Ulrich était un psychopathe, qu'il faisait de la magie noire, mais elle n'aurait jamais eu le courage. Il la terrifiait. Et sans vraiment qu'elle ne sache pourquoi, il lui faisait encore plus peur aujourd'hui. Peut-être parce que cette fois elle avait quelque chose à perdre. Ulrich l'avait laissé au fond du trou, elle venait de perdre Darren à jamais et plus rien n'avait d'importance à ses yeux. Il y a quelques mois, elle aurait été prête à se laisser mourir, peut-être même qu'elle n'aurait pas lutté. Mais elle allait mieux, elle allait même bien. Elle était loin d'avoir ce que les gens considéraient comme une vie saine, il y avait trop d'hommes dans son lit, trop de cigarettes et de mandragore dans ses poches, mais elle allait mieux et il y avait des choses biens dans sa vie maintenant. Des gens biens en tout cas, à commencer par Aaron. Alors aujourd'hui elle allait lutter, et c'était peut-être ça qui l'effrayait. Parce qu'elle savait bien qu'elle n'avait aucune chance.

"Tu vois, j'ai le sentiment que mes collègues au Bureau se méfient de moi. Comme s'ils savaient des choses, des choses dont personne ne pourrait leur avoir parlé, excepté toi. Il se mit lentement à marcher, décrivant un cercle autour de la jeune femme qui gardait son regard terrifié braqué sur lui. Je me suis arrangé pour que les autres ne parlent pas. Je pensais que je n'aurai pas à en arriver là avec toi, je te croyais plus maligne que ça, mais visiblement il va falloir te faire taire aussi..."

Sur ces mots il tira sa baguette de sa poche et Kelsey se maudit d'avoir laissée la sienne dans sa table de chevet. Elle n'aurait sans doute pas été de taille à affronter Ulrich, mais cela lui aurait donné l'impression d'être à armes égales. Mais elle était là désarmée et presque nue alors qu'il la toisait, sa baguette levée et sa cape effleurant le sol derrière lui. Elle se sentait misérable, et terrifiée.

"Je n'ai rien dit ! répondit-elle avec véhémence, alors que les premières traces de sanglots perçaient dans sa voix. Je te jure, c'est pas moi ! J'ai rien dit à personne !
-Ne me mens pas ! tonna-t-il.
-C'est la vérité, je t'assure...implora-t-elle en faisant un pas vers lui tandis que les premières larmes coulaient sur ses joues.
-Tu es la seule qui pouvait parler, n'essaie pas de me duper !"

Il leva sa baguette vers elle et Kelsey laissa échapper un nouveau sanglot. Elle refusait de mourir comme ça, morte de peur et de froid, tremblante sous le regard impitoyable d'Ulrich Keller.

"Je t'en supplie...
-Ça t'apprendras à tenir ta langue, pauvre idiote !" siffla-t-il en s'approchant d'elle pour venir placer sa baguette sous son menton.

Dans un dernier élan d'espoir, Kelsey leva le bras, heurtant violemment celui d'Ulrich qui lâcha sa baguette sous le coup, et se rua sur la porte, qui était malheureusement toujours fermée. Elle tambourina aussi fort qu'elle le pouvait et appela à l'aide en hurlant dans l'espoir qu'un voisin l'entende ou que le bois finisse par céder sous ses coups. Mais la poigne de fer de son ancien camarade se referma sur son bras et il la tira violemment loin de la porte avant de la faire taire d'une gifle en plein visage.

"Tu ne crois quand même pas pouvoir m'échapper, sombre sotte ? gronda-t-il en plaçant une main sur sa gorge.
-Ulrich, je t'en supplie...souffla-t-elle alors que l'air lui manquait déjà.
-Silence !"

La main toujours autours cou de la jeune femme, il la plaque violemment contre le mur le plus proche, faisant vaciller le miroir qui se trouvait sur la coiffeuse et qui vint s'écraser au sol dans un bruit de verre brisé. Le regard de Kelsey se posa alors sur la paire de ciseaux qu'elle avait abandonnés sur le meuble, un instant plus tôt, et elle tendit la main pour les attraper.

"Sept ans de malheur, commenta Ulrich en chassant du pied en morceau de miroir. Finalement, je t’évite d'avoir à vivre cette malédiction, estime-toi heureuse..."termina-t-il avec un rictus mauvais.

Les doigts tremblants de Kelsey se refermèrent finalement sur les ciseaux métalliques et elle les empoigna fermement, essayant de rester consciente malgré l'air qui lui manquait et la tête qui lui tournait. La jeune femme mobilisa toutes les forces qui lui restaient et, sans quitter Ulrich des yeux, lui planta violemment les ciseaux à la base du cou. Son bourreau relâcha aussitôt son emprise et tomba à genoux en poussant un grognement. Un flot de sang jaillit par la plaie et il se mit à trembler mais il prit appui sur son genou pour se relever, le regard noir de colère et une expression de profonde haine sur le visage.

"Comment oses-tu ?" souffla-t-il entre ses dents serrées en commençant à se relever.

Instinctivement, Kelsey frappa encore, et encore, créant de nouvelles entailles mortelles dans la peau de l'ancien Serpentard. Après le troisième coup, Ulrich s'effondra à ses pieds et elle se laissa entrainer dans la chute. Elle posa alors les yeux sur ses mains pleines de sang, tenant toujours fermement les ciseaux et sur le corps de son ancien camarade encore agité de spasmes. Et elle comprit. Elle l'avait tué. Elle avait tué Ulrich Keller. Elle jeta les ciseaux loin d'elle et fondit en larmes. Elle n'osait même pas vérifier, elle ne voulait pas le toucher, elle ne pouvait pas. Elle s'éloigna du corps inerte sans se relever et se roula en boule contre un mur, repliant ses jambes contre elle et cachant sa tête dans ses bras pour pleurer. Elle ne pouvait plus voir ça, il y avait trop de sang, et elle avait tellement peur. Elle sentait encore le pouls d'Ulrich battre sous ses doigts, et ralentir doucement. Elle le revoyait s'effondrer, puis s'immobiliser après une dernière convulsion. Il était mort. Il était mort et pourtant elle avait encore peur de lui, peut-être plus que jamais.

Elle était morte de froid, et morte de peur. Que devait-elle faire maintenant ? Elle était couverte de sang et le corps d'un apprenti Auror était étendu au milieu de sa chambre. Elle l'avait tué. Elle avait tué quelqu'un. Elle était une meurtrière. Jamais elle n'oublierait. Jamais elle n'oublierait la façon dont elle avait vu son regard s'éteindre, et ce sang, tout ce sang, jamais ça ne s'effacerait de son esprit. Elle ne pouvait pas rester là. Mais où aller ? Elle était en sous-vêtements, et couverte de sang. Elle avait besoin d'aide. Elle avait besoin qu'on lui dise que tout irait bien, qu'on lui promette que ça s'arrangerait. Elle avait besoin d'Aaron, il saurait quoi faire. Et il viendrait, elle savait qu'il viendrait, qu'il serait là. Aaron l'aiderait.

Elle se releva maladroitement, tenant à peine debout sur ses jambes tremblantes, et s'aida du mur pour marcher jusqu'à son lit. Elle ouvrit le tiroir de sa table de chevet et en sortit sa baguette.

"E...Expecto...Patronum..."

Rien. Il lui fallait une pensée heureuse. Mais elle avait tué Ulrich, et elle était incapable de penser à autre chose. Elle ferma les yeux mais l'odeur du sang venait lui rappeler son crime. Une pensée heureuse. Elle devait trouver une pensée heureuse, oublier Ulrich, oublier la mort, oublier la peur, elle devait y arriver. Elle ferma les yeux à s'en fendre les paupières et s'obligea à visualiser le visage d'Aaron. Les souvenirs de la dernière fois où ils s'étaient vus lui revinrent en mémoire. Il faisait froid, et il neigeait, alors ils s'étaient réfugiés dans un vieux cinéma de quartier qui ne diffusait que des comédies musicales des années quatre-vingt. Elle l’avait forcé à aller voir Grease et pour se faire pardonner lui avait promis de s'habiller tout en cuir et de lui chanter « You're the one that I want ». Et il avait éclaté de rire.

"Expecto patronum."

Cette fois-ci un papillon argenté s'échappa de l'extrémité de sa baguette et vint voleter juste devant elle. Elle rouvrit les yeux et la vue du cadavre d'Ulrich chassa la vision du visage rieur d'Aaron et la ramena brutalement à la terrible réalité.

"Aaron vient m'aider...Je...J'ai...Ulrich, je...Il faut que tu viennes. S'il-te-plait."

Le papillon s'envola aussitôt, la laissant seule dans cette chambre miteuse ou ne régnait plus que l'odeur de la mort. Elle se recroquevilla sur son lit et ferma les yeux pour tenter d'échapper à ce cauchemar. Les larmes la gagnèrent à nouveau et elle éclata en sanglots, priant pour qu'Aaron arrive le plus vite possible. Mais chaque seconde lui paraissait interminable et elle perdait toute notion du temps. Mais elle ne bougea pas. Elle ne pouvait rien faire sinon attendre. Elle était incapable de quoi que ce soit d'autre. Aaron saurait, lui. Elle en était certaine, elle lui faisait confiance.



Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Aaron était attablé avec Jeremy dans un bar de l'Allée des Douze Chênes de Bristol. Cela faisait longtemps que les deux amis ne s'étaient pas vus, autant pris par leurs emplois du temps que par leurs occupations plus triviales respectives. Ils avaient réussi finalement à trouver un créneau de libres et s'étaient donné rendez-vous dans ce bar de Bristol, réputé pour croiser des boissons moldues et sorcières, ce qui donnait, disait-on, des mélanges aussi surprenants que savoureux.

Aaron avait eu du mal à récupérer de son nouvel an. Lui et ses amis s'étaient rendus sur Trafalgar Square pour assister à l'évènement, restant prudemment à l'écart du London Eye. Il avait invité Kelsey à venir s'amuser avec eux. Evidemment, ils avaient tous terminé la soirée dans les pubs et le réveil avait été dur, surtout qu'Aaron était retourné dès le 2 janvier. C'était dur d'être fonctionnaire. Mais plusieurs jours avaient passé depuis et il se sentait prêt à goûter les saveurs de l'allée des Douze Chênes.

"Je vais commencer avec une bière" dit-il cependant, histoire de se souvenir du début de leur conversation au moins. La serveuse s'éloigna. "J'ai travaillé avec un Oubliator, hier. On réparait les dégâts du nouvel an. Tu as fais quoi, cette année?"

Aaron n'avait pas été trop chagriné de ne pas célébrer la nouvelle année chez les sorciers. Pour être honnête, ils lui pesaient un peu, ces derniers temps.

Tout avait bien commencé, pourtant. Les premières semaines de laissaient présager une année dans la joie et la bonne humeur, comme ces colocations américaines qu'on voyait dans les films. Mais tout s'était dégradé à partir du moment où Théo avait eu la bonne idée de se fiancer. Samaël avait commencé à déprimer et plus le temps passait, plus il devenait renfermé, maussade et agressif. Du côté de Juliet, Jeremy lui avait apparemment fait une crise de jalousie qui les avait poussé à la rupture. Il avait cru comprendre que Juliet était allé embrasser Théo, et avait été perdu à partir de là. Il y avait bien dû y avoir une dispute entre les deux, puis une réconciliation côté Gryffondor, et Juliet avait disparu de la colocation. Aaron ne l'avait recroisée qu'une ou deux fois durant un long mois. Il avait appris pour son père mais ne pouvait pas faire grand chose.

Le jeune homme s'était prudemment tenu à l'écart de ce nid à embrouilles. Il était rentré plus que de coutume chez ses parents, avait passé de longues soirées chez Darren et plusieurs nuits chez Kelsey, pour ne pas passer du temps seul avec un colocataire peu agréable. Il se demandait bien, par Merlin, ce qui pouvait passer par la tête de Juliet et Samaël. Et de Théo et Jeremy, également. Quelle idée de se fiancer lorsqu'on était gay, tout sang-pur qu'on soit; et quelle idée de croire ce qu'il était écrit dans Sorcière Hebdo? Jeremy était vraiment un abruti. Il avait bien vu la manchette sur Swann et ses soupirants italiens cet été et n'en avait (presque) pas fait un cirque. Quant à Juliet, mais à quoi avait-elle bien pu penser en allant embrasser Théo? Il y avait pourtant suffisamment de garçons sur terre, non? Pourquoi, Merlin, elle avait désigné l'ex de leur coloc pour se remettre de sa rupture? Non mais, vraiment. Il avait choisi de vivre avec les mauvaises personnes, trop égoïstes. Et lui-même n'étant pas un modèle d'altruisme et de patience, il ne faisait rien pour améliorer la situation et fuyait également. Samaël, Juliet, et Jeremy.

Même si la situation s'était améliorée depuis début décembre, Aaron avait la rancune tenace, d'autant que Juliet n'avait pas réemménagé. Il avait découvert un aspect de Samaël qu'il n'appréciait vraiment pas. Le garçon semblait aimable en apparence, mais durant leur mois de cohabitation solitaire, il avait été très agressif, n'hésitant pas à lui envoyer des piques juste pour se défouler. Aaron avait la répartie facile mais s'était retenu, préférant l'ignorer et le lorgner du haut de son mépris. Il savait que lui-même pouvait être méchant lorsqu'il le voulait, mais il ne s'attaquait pas à n'importe qui non plus.
Aussi continuait il à fuir ses deux colocataires et redoutait le prochain moment où l'équilibre serait rompu. Il savait qu'il serait encore un dommage colatéral et avait carrément songé à chercher un autre colocataire. Mais vivre avec Darren ne serait pas exactement plus reposant, d'autant plus qu'il ne lui avait pas parlé de Kelsey, histoire de ne pas remuer le couteau dans la plaie. Quant à Jeremy, ça n'excluait pas le problème "prochaine engueulade".

En conséquence de ces histoires croisées, Aaron avait quelque peu fui Jeremy ces derniers temps. Et Darren. Et ses amis moldus à cause de Maïa. En fait, il s'était mis dans des situations inextricables tant d'un côté que de l'autre et se retrouvait bien embêté. Il commençait à peine à digérer l'affaire Maïa que Kelsey lui tombait dessus, l'obligeant à être prudent avec Darren. Et ensuite, les histoires de coeur de son meilleur ami venait gâcher sa tranquilité et l'agaçaient. Bien sûr, Jeremy n'avait pas dû comprendre. Mais la véritable raison pour laquelle Aaron avait ignoré Jeremy au lieu de venir lui mettre un coup derrière la tête pour qu'il file s'excuser auprès de Juliet était qu'il n'avait pas envie que son ami se mêle de ses affaires de coeur à lui.

L'ancien Serdaigle s'habituait encore à la présence de Kelsey à ses côtés. Ils n'étaient pas vraiment ensemble mais ils se voyaient régulièrement, et, ce qui était plus surprenant, pour des activités diverses et variées. La jeune femme avait plus de conversation qu'il n'avait voulu le croire. Il découvrait une personnalité agréable et fragile, pensait de moins en moins à Swann et se surprenait à vouloir lui faire vraiment plaisir. Kelsey avait l'avantage indéniable d'être comme lui, de connaître les deux mondes, ce qui leur permettait d'aller voir un match de Quidditch le vendredi pour se faire un ciné le samedi suivant. Il n'avait même pas ronchonné lorsqu'elle l'avait trainé voir Grease et avait fait l'effort de ne pas (trop) critiquer le film. En fait, il avait passé un très bon moment. Il ne savait pas vraiment où ils allaient, tous les deux, et ce n'était qu'à moitié un problème. Après sa relation terriblement engagée avec Swann, à tel point qu'il avait mis un moment à réaliser la rupture, un peu de liberté et l'absence de promesses ne lui faisaient pas de mal. Mais parallèlement, il rechignait toujours de parler de la jeune femme à ses amis. A Darren, tout d'abord. Il critiquait Juliet, mais il fréquentait tout de même l'ex du Serpentard, qui avait eu avec elle une relation ombrageuse. A Jeremy, ensuite, parce qu'il savait que les relations entre lui et Kelsey n'étaient pas cordiales. Et s'il avait dépassé depuis un moment le cap d'être vu avec Kelsey Lorgan, il n'avait pas envie de voir la déception et la méfiance dans les yeux de son meilleur ami.

Une serveuse vint leur apporter leurs boissons et Aaron trinqua sa choppe de bière contre celle de Jeremy.

"Alors, cette académie? Tu développes ton cinquième animagus?"

Ils avaient à peine entamé leur discussion qu'un papillon argenté surgit devant eux, et la voix paniquée de Kelsey en sortit.

"Aaron vient m'aider...Je...J'ai...Ulrich, je...Il faut que tu viennes. S'il-te-plait."

Aaron baissa brusquement le verre qu'il s'apprêtait à boire. Le liquide gicla sur la table, mais le jeune homme n'était déjà plus là. Après un bref regard surpris vers Jeremy, il s'était levé de sa chaise et fonçait vers la sortie. Une fois la porte franchie, sa baguette en main, il s'apprêtait à transplaner lorsque Jeremy le rattrapa. Aaron manqua de se dégager mais les quelques mots de son ami le persuadèrent de le laisser l'accompagner, et ils transplanèrent tous deux.

Durant les quelques instants que dura le transport, Aaron eu le temps de penser aux scénarii les plus horribles. Ulrich Keller était dangereux, il en avait la certitude. Darren, Swann, Jeremy et Kelsey lui avaient parlé de lui. Il était mêlé à l'histoire entre Darren et la jeune femme. Il n'avait jamais réussi à savoir ce qu'il s'était passé, mais Kelsey semblait avoir peur de lui. Pourquoi était-il revenu?

Priant pour ne pas arriver trop tard, Aaron apparu en plein milieu de la rue, sans se soucier des moldus qui pourraient le voir et de Seamus qui le tuerait pour de bon, cette fois-ci. Par chance, la ruelle était déserte, mais il ne le remarqua pas, fonçant vers l'immeuble et gravissant les étages à toute allure, Jeremy sur ses talons.

Il s'arrêta net face à la porte du studio de la jeune femme. Hormis leurs souffles, le silence régnait, ce qui lui fit craindre le pire. Aaron jeta un oeil à Jeremy, rassuré de l'avoir avec lui. L'immeuble miteux, le quartier mal fréquenté et la peur de Kelsey ne lui inspiraient pas confiance. Un élève de Lycaon et ses compétences en Défense ne seraient pas de trop. Se préparant à lancer un second sort, il se positionna contre le mur, hors de l'ouverture de la porte, et murmura "Alohomora".

La porte s'ouvrit dans un déclic sur une scène à laquelle il ne s'attendait pas du tout. Une odeur de sang vint tout d'abord lui frapper les narines lorsqu'il suivit Jeremy dans la pièce. Il remarqua immédiatement Kelsey, roulée en boule sur son lit et secouée de sanglots. Cela l'inquiéta autant que le soulagea. Elle était vivante, mais que lui était-il arrivé? Son premier réflexe fut de se précipiter vers elle mais il buta sur quelque chose. Sitôt qu'il compris de quoi il s'agissait, il recula aussitôt et lança un "Expelliarmus" par réflexe. Il n'y au aucune réaction. Keller était mort. Qu'avait-il bien pu se passer ici?

Cette constatation faite - il ne réalisait pas vraiment - Aaron baissa sa baguette et enjamba le corps pour se diriger vers Kelsey. Pleine de sang, elle lui semblait à deux doigts de l'hystérie. Il grimpa sur le lit et lui toucha légèrement l'épaule.

"Kelsey" murmura-t-il, tentant de réfréner les sentiments et les questions qui montaient en lui, de garder le contrôle. "Kelsey, c'est Aaron. Je suis là, c'est fini. Tu ne crains plus rien."

Il ne pensait pas encore au guêpier dans lequel il venait de se jeter. Mais lorsqu'il réaliserait, la première pensée qu'il aurait serait que Seamus allait effectivement le tuer. Et il n'aurait pas tort.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1003

Voir le profil de l'utilisateur
"Une bière châtaigne pour moi !", commanda Jeremy à la serveuse du bar de l'Allée des Douze Chênes dans lequel Aaron et lui avaient trouvé refuge. La jeune femme s'éloigna et il reporta sur Aaron une attention pensive. Les relations entre l'ancien Serdaigle et lui avaient connu de meilleurs jours, car la fin de Poudlard avait emmené son lot d'occupations à chacun d'entre eux et qu'ils avaient quelque peu perdu l'habitude de prendre le temps de se voir. Jeremy en était même venu à se demander si son ami ne l'évitait pas sciemment, avant de se traiter de paranoïaque. Aaron était occupé au Ministère, voilà tout, et il avait probablement fait de nouvelles rencontres, tandis que Jeremy lui-même avait fort à faire entre Lycaon, sa famille en cours de recomposition, et Juliet. Il était normal que les amitiés de Poudlard se distendent progressivement avec le temps. Jeremy avait pourtant cru que le fait que Juliet vive avec Aaron et Samaël lui permettrait de garder contact avec les deux garçons, mais c'était plutôt l'inverse, au contraire, puisque c'était Sean qui avait beaucoup vu Juliet ces derniers temps... Voilà pourquoi Jeremy était content d'avoir pu trouver un moment pour voir Aaron pendant les vacances. Ils avaient beaucoup de choses à se raconter !

"Ca doit être intéressant de travailler avec un Oubliator", commenta Jeremy en pensant aux anecdotes que lui avaient raconté Théo sur son stage. "Même si le lendemain du réveillon a dû être dur... Moi, je voulais passer le nouvel an avec Juliet, mais elle est allée à la cité Nimbus, pour la réception de la Haute."

Jeremy esquissa une grimace significative. Si l'on examinait leurs arbres généalogiques, c'était probablement lui qui avait le plus de sang sorcier dans les veines, mais Jeremy n'enviait pas à Juliet le statut que lui apportait son côté Flint. Visiblement, la soirée avait été particulièrement mouvementée chez les coincés, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Jeremy avait été beaucoup mieux à Pré-au-Lard, à manger et boire plus que de raison, danser sur les derniers tubes sorciers et moldus et à faire des jeux stupides...

"Mais j'ai passé une super soirée, j'étais chez Horace avec les anciens Gryffondor, nos camarades de dortoir, Eva, Olivia... Ça m'a rappelé des souvenirs ! On était moins nombreux que chez Irving l'an passé, mais il y avait de l'ambiance."

Dire que le lendemain avait été dur aurait été un euphémisme. Jeremy s'était traîné comme une âme en peine, sous le regard mi-compatissant mi-sévère de sa mère. Le jeune homme s'apprêtait à retourner sa question à Aaron lorsque la serveuse revint, portant deux choppes de bière sur son plateau. Jeremy trinqua avant de répondre :

"Je galère sur les potions, en ce moment, en fait. Ça n'a jamais été mon fort à Poudlard et c'est une discipline importante pour la métamorphose, un certain nombre de potions permettent de transformer les corps..."

Jeremy voulut développer un peu son quotidien à Lycaon quand un animagus en forme de papillon apparut devant eux, animagus qui lui paraissait familier. Ce ne fut que lorsqu'il entendit la voix de Kelsey s'en échapper qu'il le replaça, une voix qui semblait effrayée et empressée. Ce ne fut cependant pas l'intonation de la jeune fille qui alerta Jeremy mais bien le prénom qu'elle venait de prononcer. Ulrich ! Son cerveau se mit à fonctionner à toute allure, son imagination lui projetant diverses situations impliquant que Kelsey soit mise en danger par Keller, si bien qu'il ne réalisa même pas qu'il était étrange que Kelsey demande de l'aide à Aaron. Jeremy posa un regard alarmé sur son ami puis se leva d'un bond, et fonça hors du bar à la poursuite d'Aaron. L'espace d'un instant, il crut qu'Aaron n'allait pas le laisser venir et murmura d'un ton pressant :

"Je viens, c'est Kelsey ! Et puis Keller est dangereux !"

Aaron sembla se raviser et ils transplanèrent aussitôt, sans réfléchir ni prêter attention à leur zone d'atterrissage. Jeremy suivit Aaron aveuglement, se posant mille questions. Pourquoi avait-il pu dire cela sur Ulrich sans que rien ne l'en empêche, cette fois ? Est-ce que son ami savait la vérité sur Ulrich, comme Artémis ? Ou bien le sort avait-il été levé ? Kelsey était-elle en danger ? Qu'avait fait Keller ? La peur s'était infiltrée en lui et il avait sorti sa baguette, la serrant fermement entre ses doigts, près à transformer Ulrich en chair à sombral au moindre geste suspect.

Les deux garçons s'immobilisent devant la porte de l'appartement de Kelsey et échangèrent un regard. Jeremy avait un très mauvais pressentiment, causé par le message de Kelsey et par l'ambiance des lieux. Son odorat aiguisé semblait lui faire parvenir des effluves qu'il avait peur de reconnaître. Et s'ils arrivaient trop tard ? Non ! C'était impossible, Kelsey n'était pas une sang-pur ni une fille de mangemorte. Et même si elle avait des soupçons sur Ulrich, il ne l'aurait pas tué mais lui aurait jeté un sort, comme à Artémis et lui. Il s'inquiétait pour rien !

Aaron ouvrit la porte d'un sort et Jeremy y pénétra sans réfléchir, poussé par une urgence qui relevait de l'instinct plus que de la réflexion. D'un regard, il embrassa la pièce et avisa Kelsey, visiblement bouleversée mais bien vivante, avant de poser le regard sur quelque chose qu'il n'avait vu que dans les films d'action que lui montrait son frère. Un corps, pâle et figé, au regard fixé sur le plafond, au cou tailladé et ensanglanté. Jeremy resta immobile, statufié, incapable de détourner les yeux du visage si familier d'Ulrich Keller. Le tableau qu'il formait, allongé dans une flaque écarlate, terrifiant avec son visage de cire et ses yeux sombres, était à la fois absurde et emprunt d'une certaine poésie. Cela lui évoqua ces affiches du Londres moldu pour un film qui sortait dans le mois, et qui racontait le sombre destin d'un barbier diabolique vengeant la perte de son épouse... Comme Sweeney Todd, Ulrich Keller avait sombré dans la folie, obsédé par sa vengeance.

Jeremy prit une profonde inspiration, comme pour se rappeler que lui était bien vivant. L'odeur, plus forte encore que dans le couloir, le prit à la gorge et il ferma les yeux, incapable de supporter la vue du corps de son ancien camarade de classe une seule seconde de plus.

Ulrich était mort.

Ulrich était mort, et de toute évidence, Kelsey l'avait tué. De légitime défense, à en juger par le message que le patronus leur avait délivré, mais elle l'avait tué tout de même. Ce fut la voix d'Aaron qui s'adressait à Kelsey qui tira Jeremy de son immobilisme. Rouvrant les paupières, il se concentra sur le souvenir de sa journée avec Juliet à Aberystwyth, au printemps dernier, puis prononça une formule. Un chien argenté, exacte réplique de sa forme animagus, jaillit de sa baguette pour se poster face à lui, aux aguets.

"A Gaetan Baker, ou Seamus Finnigan, ou...ou non ! Le premier auror qui passe", dicta-t-il d'une voix confuse, pressante. "Venez vite, il y a eu un mort, c'est Ulrich Keller, c'est le vengeur masqué, il a attaqué une jeune fille, il est mort, il..."

Jeremy prit une profonde inspiration en se rendant compte que ses nerfs étaient sur le point de lâcher. Il se détourna résolument du cadavre d'Ulrich et donna l'adresse de Kelsey au chien argenté, qui fila aussitôt en direction du Ministère de la Magie. Il se dirigea ensuite vers ses deux amis et se laissa tomber à côté de Kelsey, sans plus de cérémonie, peu sur que ses jambes le tiennent plus longtemps.

"Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé, mais j'en sais suffisamment sur Keller pour me douter que tu n'as fait que te défendre, alors...je crois qu'on avait besoin d'aide", expliqua-t-il avant d'ajouter d'une voix blanche : "Ca va aller maintenant. C'est fini."

Il attrapa la main de Kelsey et la serra dans la sienne, comme pour s'assurer qu'elle était bien vivante, avant d'échanger un regard impuissant avec Aaron. Comment était-on censé rassurer quelqu'un qui venait de se faire attaquer par un meurtrier ?


Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
- J'vous arracherai les yeux ! Un par un ! Vous allez le regrettez ! Vous allez...
- La ferme ! beugla Seamus à travers l'open-space des Aurors, en direction des cellules.

La nuit avait été agitée pour les Aurors, au point qu'ils avaient dû rappeler un binôme pour seconder les six personnes de garde. Un trafiquant d'objets de magie noire attrapé dans l'Allée des Embrumes, une tentative d'empoisonnement à Sainte-Mangouste et une dispute conjugale qui s'était terminée en tentative d'Endoloris. Seamus et Charlotte avait été appelés sur cette dernière affaire et avait ramassé l'épouse bien alcoolisée après avoir tenté de torturer son mari qui essayait de la calmer. Et depuis, en attendant de comparaître le lendemain matin, elle hurlait dans les cellules du BDA depuis une heure et demi. Échangeant un regard entendu avec son partenaire, Charlotte avala une gorgée de son café avant de continuer la rédaction de son rapport, peu motivée. C'était sa deuxième garde cette semaine et elle aurait préféré être restée auprès d'Eliott qui vivait des moments difficiles après ce qui était arrivé à son père. Mais elle n'avait pas vraiment le choix et devait assurer son poste avec Seamus et donc s'occuper des alcooliques de service qui se prenaient pour des Vous-Savez-Qui en herbe. Elle doutait sincèrement que cette dernière réussisse un jour à jeter ce sort - il fallait intimement le vouloir - mais la loi était la loi et elle devait comparaître pour sa tentative.

- Vous vous êtes faits une nouvelle copine ? les apostropha Yoric McCallan d'un ton narquois, en pénétrant dans le bureau avec son partenaire Gaëtan Baker.
- Pourquoi, elle t'intéresse ? Je croyais que t'étais heureux en ménage ! répondit tranquillement Charlotte avec un sourire en coin.

McCallan s'appuya lourdement sur son bureau, un sourire entendu aux lèvres.

- Ne sois pas jalouse comme ça, Meyer, tu sais que tu auras toujours une place particulière dans mon coeur !

Charlie n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit puisqu'un Patronus fit irruption au sein du BDA, tout près des quatre Aurors. La voix était pressante, les propos confus et elle ne comprit pas tout de suite la portée du message. Un mort, elle comprenait. Un mort qui était Ulrich Keller et qui avait été tué par le Vengeur Masqué ? Vengeur masqué qui était mort en attaquant une jeune fille ? Ou bien le contraire ? Le message était adressé à Seamus et au Lieutenant Baker mais les Aurors fonctionnaient par binômes bien établis. Et en cas de découverte d'un corps, la procédure mobilisait deux binômes, or ils ne pouvaient pas abandonner le QG. Merlin semblait néanmoins être avec eux puisque ce fut le moment que choisirent le Lieutenant Stormborn et son Aspirante Montgomery pour passer la porte du BDA ce qui sonna donc brusquement le signal du départ des quatre Aurors, encore un peu perturbés par le Patronus qu'ils venaient de recevoir. Tandis qu'ils se dirigeaient aussi vite que possible vers l'Atrium pour transplaner vers l'adresse indiquée dans le message, l'idée qu'Ulrich Keller puisse être le Vengeur Masqué était en train de faire son chemin dans l'esprit de Charlotte.

Serait-il possible qu'ils aient eut le coupable sous les yeux pendant des mois sans se rendre compte de rien ? Oh, elle évidemment persuadée que Keller était plus que louche et elle rassemblait des éléments à ce sujet depuis des semaines, chaque remarque, chaque chose suspecte était soigneusement consignée dans un carnet. Elle faisait régulièrement un rapport à l'Auror Stormborn et plusieurs de ses collègues étaient au courant de ses soupçons, surtout qu'elle n'était pas la seule à en entretenir à son égard. Mais alors qu'elle était plutôt partie sur un Aspirant qui nourrirait des projets à venir en se servant dans leurs informations - elle l'avait surpris dans les archives il y a quelques semaines, alors qu'il n'avait rien à y faire, et lui avait passé un savon mémorable en prenant bien soin de noter ce qu'il était venu chercher - mais elle n'aurait jamais pu imaginer qu'il puisse être un assassin déjà en place. Et qu'il était sous leur nez depuis le début alors que deux binômes enquêtaient sur cette affaire.

Quelques secondes après avoir transplané, Seamus, Baker, McCallan et Charlotte se retrouvèrent au bout d'une rue sombre et déserte, un peu sinistre. Pourquoi ils ne pouvaient jamais trouver de cadavres dans des lieux un peu plus chouettes ? Ils ne connaissaient pas l'endroit mais pour pouvoir transplaner dans des lieux nouveaux, ils imaginaient la plaque de la rue et se retrouvaient ainsi en dessous, quand tout se passait bien. McCallan, l'Auror le plus expérimenté du groupe, prit la tête de leur petit groupe et les guida jusqu'au numéro indiqué dans le Patronus. Ils montèrent les escaliers en silence, baguette à la main, jusqu'à se retrouver derrière une porte légèrement entrouverte où filtraient des voix et de la lumière. Seamus et Charlotte se positionnèrent plus en arrière tandis que Baker et McCallan poussaient la porte, baguettes en avant, en cas de piège.

- Bureau des Aurors, baguettes à terre !

Baker leur fit un signe de la main et Seamus et Charlotte s'avancèrent en soutien, découvrant une scène qui avaient tout des mauvais films noirs. L'odeur du sang la prit à la gorge - elle n'arrivait pas à s'y faire malgré les années - tandis qu'elle posait les yeux sur le cadavre de Keller, inanimé sur le sol. Ce n'était pas la première fois qu'elle intervenait sur une scène de crimes mais c'était autre chose de voir le corps de quelqu'un que vous aviez vu vivant que celui d'un parfait inconnu. Un jeune homme blond qui devait être dans la vingtaine se tenait près d'une jeune femme dans la même tranche d'âge, recroquevillée sur son lit, le plus loin possible de la mare de sang et il y avait également...

- Bordel mais qu'est-ce tu fous là toi ?! T'as décidé de te pointer sur tous les plans foireux ou quoi ?

Si Seamus semblait être furieux de découvrir son cousin sur une scène de crime, Charlotte distingua également très clairement le regard que dardait Baker sur le blond.

- Je crois que je vais te retourner la même question, Jeremy, lança Gaëtan sans lâcher le dénommé Jeremy du regard. J'ai cru reconnaître ta voix mais je me suis dit que je me trompais parce que t'as rien à faire sur une scène de crime, par Merlin ! aboya-t-il soudainement.

Charlotte échangea un regard avec McCallan qui avait froncé les sourcils avant de s'approcher du corps inerte de Keller pour vérifier qu'il était bien mort. Mesure un peu inutile quand on voyait la quantité de sang sur le sol, mais la procédure était la procédure. Laissant McCallan s'occuper des premières constations et Seamus et Baker régler leurs comptes - Seamus était en train de vociférer de manière assez agressive quelques menaces de refaire la dentition de son cousin qui enchainait apparemment les bêtises - Charlie s'approcha doucement de la jeune fille blonde, visiblement en état de choc et s'assit sur le rebord du matelas.

- Je suis l'Auror Meyer, vous êtes blessée ?

Elle se défit de sa veste pour la donner à la jeune femme, très peu vêtue, en observant la moindre de ses réactions et la moindre expression de son visage. Cette scène de crime était un véritable chaos, entre la surprise des Aurors, les implications personnelles et le meurtre d'un Aspirant. C'était loin d'être réglementaire et pourtant, ils allaient devoir faire avec. Le volume sonore avait augmenté d'un cran entre Baker et Monsieur Blond et Seamus et Aaron et ce fut McCallan qui mit fin à tout ça soudainement.

- Silence ! aboya-t-il. Vous allez rameuter tout le quartier ! Finnigan, je veux que tu lances les sorts usuels. Baker, tu envoies un Patronus au QG pour lancer la procédure.

McCallan s'était redressé, abandonnant ainsi le corps de Keller, sur lequel Charlotte s'efforçait étonnamment de ne pas poser les yeux.

- Vous trois, je ne sais pas encore ce que vous êtes. Témoins, victimes ou coupables. Je veux vos noms, vos âges, vos professions et je veux surtout savoir ce qui c'est passé ici.

Car c'était la grande question. Comment en était-on arrivé à avoir le corps de Keller baignant dans son propre sang dans un chambre miteuse d'un quartier miséreux de Londres, avec autour de lui trois jeunes gens dont le protégé du Ministre et une jeune fille en serviette de bain ?


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur
Le temps s'était arrêté, figé à jamais sur une image cauchemardesque. C'était du moins ce que ressentait Kelsey, recroquevillé au bout de son lit, ses jambes trop maigres repliées contre elle et la tête cachée dans ses bras. Elle pouvait se cacher tant qu'elle voulait, elle ne s'échapperait pas. Elle ne pouvait pas échapper à l'odeur du sang, à le sensation du liquide tiède sur ses mains, ses genoux, dans ses cheveux. Elle ne pouvait pas échapper au souvenir de ce qu'elle avait fait, et à la conscience qu'à seulement deux ou trois mètres d'elle, le cadavre d'Ulrich Keller refroidissait lentement. Elle aussi était glacée. Il se passa de longues minutes pendant lesquelles elle ne put que sangloter, fermant les paupières aussi fort qu'elle pouvait en priant pour que tout s'efface.

La jeune femme releva lentement la tête en entendant la porte de sa chambre s'ouvrir. Elle fut soulagée de reconnaitre Aaron mais ne lui sourit pas, observant avec une certaine crainte la moindre de ses réactions. Elle était trop bouleversée pour être surprise par la présence de Jeremy, mais soulagée qu'il soit là lui aussi. Elle était incapable de dire s'ils avaient compris, ils avaient juste l'air déboussolés, sous le choc. Elle suivit leurs regards avec une certaine appréhension, sans toutefois oser poser les yeux sur le cadavre d'Ulrich. Elle baissa la tête et laissa échapper un nouveau sanglot quand Aaron jeta un Expelliarmus sur Ulrich, sans résultats. La vérité était évidente maintenant, et elle n'arrivait toujours pas à l'affronter. Elle n'y arriverait jamais.

Elle sursauta en sentant une main se poser sur son épaule avant de réaliser qu'il ne s'agissait que d'Aaron qui venait de s'asseoir à côté d'elle. Instinctivement, elle passa ses bras autours de son cou, s'accrochant désespérément à lui, comme si elle avait peur qu'il parte. Elle posa son front contre son épaule, essayant de respirer son odeur pour chasser celle du sang, en vain. Il assura que c'était fini, qu'elle ne craignait plus rien et elle hocha la tête pour essayer de se convaincre qu'il avait raison.

"Ce...c'est moi...Je...J'ai...Je l'ai...Elle avait besoin de le dire, d'être certaine qu'il savait ce qui c'était passé, mais elle n'y parvenait. Elle avait besoin qu'il sache, et surtout qu'il l'entende de sa bouche. Je l'ai tué...finit-elle par avouer dans un souffle."

Le dire était pire que tout. Elle avait l'impression de le faire une seconde fois. Mais d'une certaine façon, elle se sentait libérée de partager ce secret avec Aaron. Il savait aussi maintenant, et il était toujours là. Ils étaient là ensembles, c'était fini. Ils allaient arranger ça, effacer toute trace de ce cauchemar, et essayer d'oublier. Elle aurait voulu tout faire disparaitre d'un coup de baguette, dormir pendant deux jours et se réveiller en ayant tout oublié. Mais Jeremy semblait avoir des plans différents. Kelsey posa un regard perdu sur le jeune homme en l'entendant parler d'aurors.

"Que...Qu'est-ce que...?" protesta-t-elle faiblement.

Mais il était déjà trop tard et elle ne put que suivre le chien argenté des yeux. Pourquoi prévenait-il les aurors ? La réponse, évidente, finit par s'imposer à son esprit. Elle avait tué quelqu'un. Elle avait assassiné Ulrich. Alerter les autorités semblait être la procédure à suivre. Parce que malheureusement on ne pouvait pas tout effacer comme elle l'aurait souhaité. On n'effaçait pas ces choses-là. Jamais. Qu'allait-il lu arriver maintenant ? Jeremy finit par se laisser tomber à coté d'Aaron et elle, expliquant qu'elle n'avait surement fait que se défendre, et qu'ils avaient besoin d'aide. Kelsey hocha lentement la tête. Elle s'était défendu oui, mais peut-être aurait-elle pu le faire sans le tuer. Lorsqu'elle l'avait frapper la première fois elle avait simplement voulu le faire lâcher prise et l'affaiblir assez longtemps pour déverrouiller la porte et s'enfuir. mais il s'était relevé, menaçant et le regard noir de colère, et elle avait frappé encore. Et cette fois, pendant une seconde, elle avait voulu qu'il meurt. Elle avait frappé aussi fort qu'elle le pouvait en priant pour ne plus jamais croiser son regard. Et elle avait été exaucé. Elle commençait à se demander si elle jouait le rôle de la victime ou du coupable ce soir, ou les deux.

Kelsey pressa la main de Jeremy dans la sienne. Elle avait peur, peur de ce qui venait de se passer, peur de ce qui allait se passer ensuite, mais au moins elle n'était plus seule. Ils attendirent ainsi un moment, tous les trois assis sur un bout du lit. Le silence était oppressant, elle avait l'impression d'entendre encore et encore les derniers râles d'agonie de sa victime et savait qu'elle les entendrait encore longtemps. Des voix s'élevèrent finalement du couloir, c'était les aurors, qui leur ordonnèrent de poser leur baguettes à terre. Kelsey ne bougea pas, sa baguette était rangée dans le tiroir de sa table de chevet. Elle releva la tête alors qu'un jeune homme blond et un collègue plus âgé entrait dans la pièce, et baissa les yeux en croisant le regard de ce dernier. Ils furent rapidement rejoint par deux autres collègues, un homme et une femme. Quatre Aurors dans sa chambre. Pour elle cela ne pouvait signifier qu'une chose : c'était loin d'être fini. Cette idée ne l'effrayait pas autant qu'elle l'aurait due. Peu importe ce que l'on faisait d'elle du moment qu'on l'éloignait de cet enfer.

A sa grande surprise, un des aurors s'adressa directement à Aaron -ou plutôt commença à lui hurler dessus- tandis qu'un autre s'adressait à peu près de la même façon à Jeremy. Elle observa la scène sans bouger, en simple spectatrice, impuissante. La jeune femme finit par s'approcher d'elle et se présenta comme l'auror Meyer avant de lui offrir sa veste que Kelsey accepta avec gratitude, elle était frigorifiée.

"Merci, murmura-t-elle en se couvrant les épaules avec la veste. Ça va..."ajouta-t-elle quand l'auror Meyer lui demanda si elle était blessée.

Ça n'allait pas. Elle avait tué Ulrich Keller de ses mains, ça n'allait pas du tout. Mais physiquement elle n'était pas blessée, la gifle que l'ancien Serpentard lui avait infligé avait probablement laissé une trace violacée sur sa pommette, mais cela disparaitrait vite. C'était peut-être le seul élément de cet soirée qui finirait par s'effacer. Le niveau sonore avait bien augmenté mais Kelsey l'entendait à peine, perdue dans ses pensées, le regard dans le vague. ce furent les ordres qu'aboya le plus vieux des aurors qui attirèrent son attention.

- Vous trois, je ne sais pas encore ce que vous êtes. Témoins, victimes ou coupables. Je veux vos noms, vos âges, vos professions et je veux surtout savoir ce qui c'est passé ici.

C'était à elle de parler, elle le sentait. Mais ce qu'il avait été difficile d'avouer à Aaron lui semblait impossible à reconnaitre devant cet Auror au regard sévère.

"Kelsey Lorgan, commença-t-elle d'une voix faible, à peine audible. Je..J'ai dix-neuf ans, et je travaille en bas. "En bas" pour les gens du coins désignait le Sucré, qui se trouvait juste au bas de la rue. Dans l'état où elle se trouvait il ne lui vint pas à l'esprit que les personnes à qui elle s'adressait n'était certainement pas des habitués. Je suis serveuse."

Elle devait continuer. Ils finiraient par découvrir la vérité de toute façon. Elle était couverte de sang et avait dû laisser des empreintes un peu partout. Elle jeta malgré elle un regard en direction de la paire de ciseau qu'elle avait jeté dans un coin de la pièce. Voila qui valait bien le plus solennel des aveux. Pourtant il fallait encore qu'elle parle. Elle était coupable, il fallait qu'elle avoue. Elle ne voulait pas qu'Aaron et Jeremy aient des ennuis à cause d'elle, plus qu'ils ne semblaient déjà en avoir. Son regard passa de celui-qui-connaissait-Jeremy à celui-qui-criait-sur-Aaron avant de venir se poser sur la jeune femme. Elle ne parvenait pas à regarder le troisième homme dans les yeux mais sentait qu'il lui serait moins difficile de s’adresser à l'Auror Meyer.

"Ils n'ont rien fait, commença-t-elle, hésitante, toujours recroquevillée sur son lit. C'est moi."

Ce n'était peut-être pas assez explicite, mais elle ne parvenait pas à en dire plus. Elle aurait voulu leur expliquer qu'elle n'avait pas eu le choix, qu'Ulrich était venu pour la tuer, qu'elle avait eu peur, qu'elle ne voulait pas, mais les mots restèrent bloqués dans sa gorge et elle ne parvint qu'à baisser les yeux, terrifiée par ce qu'elle venait d'avouer à demi-mots.



Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
A peine s'était-il approché de Kelsey que celle-ci se jeta à son cou en sanglotant. Surpris, Aaron ne la repoussa pourtant pas, passant un bras protecteur autour de ses épaules et murmurant maladroitement des "ça va aller, c'est fini, tout va bien". Il en profita pour jeter un coup d'oeil à son corps peu couvert et fut soulagé de constater qu'elle ne semblait pas blessée. Comme il s'occupait d'elle, il entendit confusément Jeremy envoyer un patronus aux Aurors.

"Pas Seamus…" souffla-t-il, mais c'était trop tard. Il avait toute confiance en son cousin, mais il n'avait aucune envie de l'impliquer à nouveau dans une histoire abracadabrante.

Jeremy avait eu plus de présence d'esprit que lui, mais il semblait tout autant sous le choc lorsqu'il se laissa tomber sur le lit. Son ami tenta de rassurer Kelsey à son tour, et celle-ci émit ensuite une série de sanglots étranglés d'où il ressortait qu'elle avait tué Ulrich. Aaron osa seulement alors tourner la tête vers le cadavre, qu'il n'avait pas beaucoup regardé jusqu'à présent. Il prit soudainement conscience de l'odeur de sang et de sueur qui emplissait la pièce, et espérait que les Aurors arriveraient assez vite avant que la décomposition ne se fasse sentir. Le jeune homme déglutit et respira par la bouche pour ne pas rendre son dernier repas.

Ulrich ne semblait pas être Ulrich, étendu ainsi sans réaction, son expression fade disparue de ses traits. C'était un corps, pas une personne, même pas un étranger. Même si, à la vue de la scène, il était évident que Kelsey disait la vérité, cela semblait dur à croire. La jeune fille n'aurait pas fait de mal à une mouche et Keller se traînait des casseroles qui brossaient de lui un portrait inquiétant. Comment pouvait-il être mort? Qu'était-il venu faire chez Kelsey? En tout cas, il ne doutait pas de la véracité des paroles de Jeremy.

"Tu as été très courageuse" bredouilla Aaron.

Il continua à la tenir jusqu'à l'arrivée des Aurors, ce qui lui sembla être une éternité. Et puis tout se passa très vite. L'arrivée autoritaire des aurors le fit violemment sursauter, avant qu'une voix trop connue ne se mette à lui hurler dessus. Etrangement, Aaron fut rassénéré par le comportement de Seamus. C'était à peu près la seule chose qui avait un sens dans toute cette scène bizarre. Aaron se détacha doucement de Kelsey et se leva, les membres endoloris à force d'être resté plusieurs minutes dans une position inconfortable.

"C'est pas ma faute" grommela-t-il en réponse. Mais cela ne calma pas la fureur de Seamus.
"Te fous pas de moi! Une fois je veux bien, deux! Tu… tu te rends compte de ce que tu fais? Et moi qui te croyais sérieux!"
"Mais…"
"Mais rien du tout! T'es en train de tout foutre en l'air! Tu sais comment on appelle ça? Une scène de crime! De CRIME! Me dis pas que tu espérais cacher ça?"
"JE NE SAVAIS PAS!" cria Aaron plus fort, résolu à ne pas se laisser malmener par Seamus. "Kelsey m'a appelé à l'aide, je ne savais pas ce qu'il se passait, je n'allais pas la laisser!"
"A d'autres, Aaron!  Merlin, mais t'as une voie royale ouverte au ministère et…"

Aaron était sûr que Seamus s'apprêtait à lui sortir un discours moralisateur sur jusqu'où il était prêt à alelr pour qu'on le remarque. Il n'aurait pas supporté de l'entendre. Heureusement, tandis que Charlotte s'occupait de Kelsey, le quatrième Auror semblait avoir la tête sur les épaules et leur imposa le silence. Il donna des ordres aux autres Aurors, ce qui eu la bonne conséquence de détourner Seamus de son cousin. Même si les yeux de l'ancien héros de guerre lançaient des éclairs à Aaron, il se détourna et fit son travail le plus professionnellement possible. Aaron soupira devant l'irréalité de la chose. Kelsey qui tuait Ulrich, les appelait à la rescousse, qui eux-mêmes appelaient les Aurors qui se trouvaient être leurs cousins respectifs qui, au lieu de poser sagement des questions, se mettaient à leur crier dessus comme s'ils avaient utilisé la pierre de Rosette pour faire des briques pour une cabane.

En réponse à la question de l'Auror inconnu, Kelsey répondit difficilement. Instinctivement, Aaron se rapprocha d'elle et posa une main protectrice sur son épaule. Elle avait le cran de le défendre et d'avouer directement. Bien sûr, une autre version n'aurait pas tenu, mais il n'aurait jamais soupçonné une si grande force d'âme chez la Poufsouffle, qu'il commençait pourtant à bien connaître. Aaron sentit qu'il devait supporter ses aveux. Il n'allait pas la laisser s'accuser alors qu'elle était parfaitement dans son droit. Il se tourna vers McCallan.

"Aaron Finnigan, dix-neuf ans, je suis stagiaire au DOM. Kelsey n'a fait que se défendre, monsieur. Keller l'avait déjà agressée auparavant."

Il se tourna vers Charlotte, implorant.

"Tu le sais, je te l'ai dit la… la dernière fois."

Dernière fois qui remontait à loin, mais tout de même. Charlotte pourrait confirmer. Et il traînerait Darren au ministère par les pieds pour confirmer, mais il fallait que Kelsey soit reconnue en légitime défense. Ulrich était l'assassin. Il y eu un bruit étranglé hors de son champ de vision, et Aaron fut prêt à parier que Seamus manquait l'attaque cardiaque en apprenant qu'il trempait dans ces histoires depuis un moment. Aaron n'avait pas pensé que ses paroles puissent être interprétées de cette façon. Il était dans de beaux draps…


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1003

Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy ne parvenait pas à détacher le regard du corps sans vie de Keller. Il se sentait envahi par un étrange mélange d'horreur, de fascination et de soulagement, qui donnait le vertige, à l'idée que ce garçon qu'il avait croisé dans les couloirs de Poudlard pendant des années avait été assassiné. Assassiné par Kelsey, visiblement en légitime défense... C'était incroyable et pourtant bien réel, comme en attestait le visage figé du meurtrier et le sang qui s'écoulait autour de lui... Sous le choc, Jeremy réagit à peine lorsque les aurors parvinrent dans la pièce, ne remettant les pieds sur terre que lorsque son cousin décida d'imiter les Finnigan en lui aboyant dessus.

"Je n'y suis pour rien si mon ancien camarade de classe est taré", se défendit-il vertement, avant d'ajouter : "C'est Keller le meurtrier, pas nous."

Gaetan fronça les sourcils puis finit par hausser les épaules avant de jeter un coup d'oeil sur les Finnigan qui se disputaient toujours. Lui faisait confiance à Jeremy. Même s'il avait la certitude qu'il était venu mettre son nez là où il ne l'aurait pas dû, en bon Baker irréfléchi, il n'avait pas tué cet homme. Et tant mieux, car il ne faudrait pas compter sur lui pour mettre son cousin derrière les barreaux, même s'il comptait bien lui passer un bon savon s'il avait fait quoi que ce soit d'illégal.

Jeremy, lui, détacha son regard d'Ulrich pour observer les aurors avec frustration. Ils étaient là pour les aider, pas pour les accuser, si ? Bien sûr, ils ne faisaient que leur boulot, mais la situation ici était bien claire. C'était Keller qui se trouvait dans l'appartement d'une jeune femme et n'avait rien à y faire, c'était lui aussi qui l'avait attaqué, c'était évident. Il serait plus délicat cependant d'expliquer qu'il était le Vengeur masqué, puisque Kelsey n'était pas une sang-pur comme les autres victimes, et puis Jeremy n'était pas certain d'être un témoin crédible, puisqu'il n'avait rien pu dire qu'ici... Bah ! Il n'avait rien à se reprocher, pas plus qu'Aaron et Kelsey, aussi se contenteraient-ils de dire la vérité et celle-ci éclaterait. Jeremy ne se faisait pas d'inquiétudes à ce sujet, il avait simplement hâte que tout cela soit derrière eux, et en particulier derrière Kelsey. Il n'imaginait pas comment elle devait se sentir après avoir ôté la vie d'un homme, même si c'était en se défendant, un homme qu'elle connaissait qui plus est...

Heureusement, celui qui devait être le chef pris les choses en main et le calme revint dans la petite pièce, 

"Jeremy Baker, dix-neuf ans, étudiant à l'académie Lycaon", répondit-il rapidement avant de laisser Kelsey parler. Il avait beaucoup de choses à dire sur celui qui avait été assassiné aujourd'hui, mais c'était à la jeune femme de commencer à témoigner, ce qu'elle fit de son mieux. Puis Aaron prit la parole, lui qui connaissait visiblement l'auror blonde, et Jeremy se hâta de corroborer les propos de ses deux amis.

"Kelsey devait se défendre ! Keller n'en était pas à son premier fait d'armes, c'est lui qui a assassiné les O'Connor et les Richardson. Il avait jeté un sort à Artémis Nott et à moi-même pour qu'on ne puisse rien dire, j'en mettrai ma main à couper, je ne pouvais parler de lui qu'avec elle et...j'ai l'impression que ce sort s'est levé à sa mort."

Jeremy se mordit l'intérieur de la joue en priant pour que ce sortilège soit connu des services des aurors et ne soit pas une obscure invention de magie noire de Keller. Sinon, cela pourrait apparaître comme un mensonge bien pratique de sa part... Heureusement qu'il y avait Artémis qui, elle, serait le meilleur témoin possible, en tant que cible potentielle de Keller. Cette histoire de sortilège, aussi fumeuse pouvait-elle paraître, était pourtant bien réelle. Jeremy sentait que quelque chose l'entravait mentalement, quelque chose qui avait disparu. C'était comme si sa lucidité était brusquement venue et qu'il réalisait à retard, avec bien des regrets, tout ce qu'il aurait pu faire pour dénoncer Keller... Avec un peu de chance, l'analyse de la baguette de celui-ci révélerait ses secrets.


Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
La jeune femme portait des traces de coup sur le visage, constata Charlotte en l'observant attentivement, ainsi que des marques sur la peau du coup, signe qu'on avait essayé de l'étrangler. Le cadavre de Keller baignait dans son sang et Charlie distinguait bien la plaie béante au niveau de sa carotide. Sans prêter attention aux cris de ses collègues, elle analysait chaque détail de la scène de crime, de la paire de ciseau ensanglantée dans un coin de la pièce à la baguette de Keller - elle la reconnaissait - qui avait roulée pas très loin de lui, imbibée du sang de son propriétaire. Elle l'avait vu aujourd'hui, il était venu travailler. Toujours poli, toujours mielleux, il lui avait rendu un rapport sur une intervention qu'il avait faite avec son formateur et elle l'avait refusé, arguant qu'il manquait de technicité. Keller n'était pas mauvais mais il manquait d'investissement, de passion dans son boulot et en tant que Lieutenant, Charlotte ne le laissait pas passer. On aurait parfois dit qu'il était là pour tout autre chose que l'envie de faire ce boulot et cela l'agaçait prodigieusement. On entrait au BDA par vocation, pas pour passer le temps ou le prestige de la fonction. Il était parti tôt ce soir-là et elle l'avait noté car on demandait aux Aspirants une implication sans bornes. Entre ça et le fait qu'elle l'ait trouvé dans les archives quelques jours auparavant alors qu'il n'avait rien à y faire... Elle l'avait copieusement enguirlandé avant de le renvoyer dans son box pour faire son boulot mais aussi pour qu'elle puisse vérifier quel dossier il consultait. C'était une jeune femme, nommée...

- Kelsey Lorgan.

Charlotte tourna la tête vers elle, les sourcils froncés. Trois jours auparavant, elle surprenait Keller à fouiller dans les dossiers - ils possédaient celui de Lorgan parce qu'elle n'était pas à l'université magique - et voilà qu'elle le retrouvait dans l'appartement de la fille qu'il cherchait. Ce ne pouvait pas être une coïncidence, surtout au vu des explications floues qu'il avait fourni alors qu'elle lui demandait ce qu'il faisait là. Elle l'avait toujours trouvé louche, il récupérait illégalement une adresse appartenant au BDA et on le retrouvait assassiné trois jours plus tard, dans l'appartement d'une jeune femme qui avait visiblement été agressée et avait tué Keller avec la première chose lui tombait sous la main, au vu de la paire de ciseaux ensanglantée un peu plus loin. Elle n'aimait pas tirer des conclusions rapides et elle ne devait pas le faire, surtout que son antipathie pour Keller devait altérer son jugement mais le schéma qui se dessinait dans l'esprit de Charlotte était un acte de légitime défense contre Keller. Elle fixa Aaron lorsqu'il se rapprocha de Kelsey, dans un geste protecteur. Rien n'était clair dans cette histoire. Elle croisa le regard du cousin de Seamus tandis qu'il la prenait à partie, sous le regard surpris de ses collègues.

- Meyer ? interrogea McCallan, d'une voix dure.
- Aaron était dans l'année de Keller à Poudlard, explicita-t-elle en se relevant. Nous avons eu une discussion informelle à son sujet voilà quelques mois et quelques faits d'armes peu glorieux sont venus dans la discussion, oui.
- Je n'en savais rien, contra Yoric en fronçant les sourcils.
- J'en ai référé à Stormborn immédiatement. Anticipant l'objection, Charlotte prit les devants. C'est lui mon supérieur hiérarchique, pas toi.

La remarque ne passa pas particulièrement bien mais McCallan ne répondit rien : ce genre de choses se réglaient en privé, pas sur une scène de crime. Après sa discussion avec Aaron, elle en avait bien évidemment parlé avec Seamus qui, s'il avait pris en compte les histoires de son cousin, avait eu tendance à les ramener à des problèmes entre adolescents. Stormborn l'avait prise plus au sérieux et avait pris les choses en main pour approfondir une enquête discrète sur Keller, avec l'accord du Commandant, qui vouait une grande confiance à Stormborn. Malheureusement, ils n'avaient pas prévu ça dans leur investigation : l'assassinat du principal concerné.

- Keller s'en serait pris à Miss Lorgan ici présente lorsqu'ils étaient encore à Poudlard, en la menaçant voire en la violentant. Rien n'a jamais vraiment été signalé à l'équipe éducative. Il a également été en conflit avec deux élèves de sa maison et aurait proféré des menaces à l'égard de son petit frère. 
- Des preuves tangibles ?

Charlotte secoua la tête. C'était bien là toute la faille de leur enquête et de sa méfiance : tout n'était qu'une question d'instinct et d'impression, rien de défendable concrètement. Ce fut ce moment là que choisit Jeremy Baker pour prendre la parole mais si elle s'attendait effectivement à ce qu'il confirme la version de Miss Lorgan - les gens étaient souvent solidaires sur une scène de crime, c'était assez étrange - elle ne s'attendait pas à ce qui suivit. Keller, le Vengeur Masqué ? Alors qu'ils enquêtaient sur cette histoire depuis plus d'un an ? Ils l'auraient eut sous le nez depuis six mois sans se rendre compte de rien ? Keller était louche, elle le savait, mais au point d'être un tueur en série ? Il était à Poudlard lorsque les meurtres avaient débutés, il n'avait pas pu... Quoique. Les meurtres avaient eut lieu pendant les vacances scolaires dans des familles que Keller connaissait bien. Darren O'Connor était avec lui à Poudlard et il était justement - et comme par le plus grand des hasards - en conflit avec Ulrich tandis que Cécylia Richardson était le fruit d'un mariage arrangé à venir avec Keller, ils l'avaient découvert en enquêtant mais n'avaient à l'époque pas pu faire le lien étant donné qu'ils ne savaient pas pour O'Connor, cette donnée ayant été apportée par Aaron. Quant à l'idée d'un sort qui ferait taire les témoins... C'était possible, c'était de la magie noire, des enchantements compliqués à moduler mais c'était faisable et même plus courant qu'on ne le pensait dès qu'on tombait sur des sorciers qui baignaient dans la magie noire. Et que ce soit le cas de Keller ne la surprendrait même pas. De toute manière, s'il y avait quelque chose, ils s'en rendraient compte. Ils étaient formés à reconnaître la magie noire, à la traquer et l'annuler. Charlie ne l'avait jamais pratiquée mais elle connaissait des informations à vous faire froid dans le dos sur ce que pouvait faire un sorcier mal-intentionné.

- On va tirer tout cela au clair, répondit simplement McCallan. On s'occupe de la scène de crime, Finnigan, Meyer, vous assurez le transport au BDA.

Charlotte hocha la tête et se tourna vers Kelsey, sa main se portant machinalement vers les menottes à sa ceinture. Était-ce vraiment la peine ? Elle finit par s'approcher de la jeune femme pour lui demander de s'habiller avant de se tourner vers Aaron et le cousin de Gaetan.

- On va vous emmener au BDA pour prendre vos dépositions et tirer la soirée de ce soir au clair. Vous avez le droit à un avocat si vous souhaitez qu'on en contacte un.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Kelsey LorganPersonnage décédéavatar
Messages : 271

Voir le profil de l'utilisateur
Kelsey n'avait pas la moindre idée de ce qui allait se passer maintenant qu'elle avait avoué. Tout semblait trop irréel pour qu'elle puisse réfléchir convenablement. Elle avait beau se le répéter, encore et encore, elle n'arrivait pas à le croire. Ulrich était mort, elle l'avait tué, et venait de l'avouer à quatre aurors. C'était surréaliste, elle avait l'impression que c'était un mauvais rêve, qu'elle n'était pas réellement en train de vivre cette scène. C'était comme si elle observait ce qui se passait depuis l'extérieur. Elle voyait bien la tâche de sang, qui s’étalait de plus en plus sur le parquet, le cadavre de Keller, elle entendait les éclats de voix des aurors, mais c'était comme si elle ne vivait rien de tout ça et se contentait de l'observer.

La main qu'Aaron posa sur son épaule apporta à Kelsey un peu de réalité à laquelle s'accrocher et la ramena au cœur de cette scène de crime dont son esprit avait préféré s'éloigner. Elle fut rassuré d'entendre le Serdaigle prendre sa défense et hocha vaguement la tête pour corroborer ses dires. Elle n'avait fait que se défendre. C'était vrai, Ulrich l'avait agressé, et il avait l'intention de la tuer. Mais aurait-elle pu l'en empêcher sans le tuer ? Elle n'eut pas le temps de réfléchir à cette question qu'Aaron reprenait la parole, à l'intention de l'Auror Meyer, à qui il avait apparemment déjà parlé d'Ulrich, et d'elle. Kelsey tourna vers Aaron un regard un peu perdu, se demandant ce qu'il avait dit ou pas à la jeune femme. Elle n'était même plus certaine de savoir ce qu'Aaron savait et ignorait de son passé avec Keller.

Les collègues de l'Auror Meyer ne parurent pas ravis d'apprendre l'existence de cette conversation au sujet de Keller, mais alors que la jeune femme résumait ce que lui avait appris Aaron, Jeremy apporta d'autres informations, encore plus surprenantes. Ulrich serait le vengeur masqué. Il aurait assassiné les O'Connor et les Richardson. L'information mit un moment à trouver un sens dans l'esprit de Kelsey qui finit par poser un regard stupéfait, presque effrayé, sur Jeremy. Elle savait qu'Ulrich était démoniaque, il était cruel, et malsain, mais le vengeur masqué ? Il aurait massacré des familles entières.  Cette pensée lui donna la nausée et elle ferma les yeux une seconde. La jeune femme fut aussitôt envahi par des souvenirs qu'elle aurait préféré oublier, Ulrich lui soufflant au creux de l'oreille que les desseins qu'il nourrissait étaient pire que ce qu'elle pouvait imaginer, la haine qu'il vouait à Darren, ses délires de vengeance...Ça semblait évident maintenant.

-Il a raison, lâcha-t-elle soudainement sans quitter Jeremy du regard.

Ulrich était le vengeur masqué, et elle aurait dû s'en rendre compte bien avant. Elle aurait pu le dénoncer. Contrairement à Jeremy, et apparemment Artémis, l'ancien Serpentard n'avait jamais eu recours à aucun maléfice pour lui imposer le silence. La peur avait suffit. Si elle avait été un plus courageuse, peut-être que les O'Connor et les Richardson seraient encore en vie. Perturbée par cette idée, Kelsey entendit à peine le plus âgé des Aurors distribuer des ordres à ses coéquipiers. Elle ne releva les yeux que lorsque la jeune femme blonde s'approcha d'elle pour lui demander de s'habiller, avant d'ajouter qu'ils allaient être emmenés au Bureau des Aurors et qu'ils auraient droit à l'assistance d'un avocat s'ils le souhaitaient.

Kelsey hocha la tête descendit maladroitement du lit qu'elle n'avait pas quitté pour s'approcher de sa commode, en évitant soigneusement de poser les yeux sur le cadavre d'Ulrich. Elle aurait voulu se débarrasser de ses sous-vêtement tâchés de sang, et du sang qui avait séché sur sa peau, mais elle n'aurait certainement pas droit à une douche brûlante avant plusieurs heures. Elle se contenta alors d’attraper un jean et un pull, qu'elle enfila avec des gestes mal assurés, ainsi que sa seule paire de basket.

Une fois habillée, elle se rapprocha instinctivement d'Aaron et posa un regard craintif sur les deux Aurors qui étaient chargés de les escorter. Qu'allait-il se passer maintenant ?

On clôture ici ou vous voulez jouer les interrogatoires ? What a Face



Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Le vengeur démasqué [Kelsey-Aaron-Jeremy-Charlotte]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Herbert Trottenouille, Le Vengeur Masqué.
» The third temptation [Aaron]
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» Seul sur la plage,pas vraiment{Délire Charlotte
» Aaron Ekblad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-