AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Fantasy world and Disney girls, I'm coming back [Roy]

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 2 février 2008


Adrian Calder, élève à Poudlard.

Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver. Noël était passé depuis si longtemps qu’Adrian n’était plus sûr de ce qu'on lui avait offert ce jour-là, il se souvenait juste de l’ambiance tendue entre ses deux frères qui s’était répercutée sur toute la tablée. A certains moments le jeune garçon avait une violente envie de frapper ses ainés jusqu’à ce qu’ils arrivent à se supporter, à d’autres –heureusement majoritaires- il se contentait d’essayer de trouver des façons pacifiques de les réconcilier… ce qui n’était pas simple puisqu’il se savait même pas pourquoi  ils se détestaient à ce point, à chaque fois qu’il avait posé la question à l’un ou à l’autre la réponse était invariablement du genre « Nan, mais c’est lui t’as vu ? ». Pour cette raison il savait déjà qu’il éviterait ce sujet, il était rare qu’il puisse passer du temps seul à seul avec Roy, autant ne pas le mettre de mauvais poil –d’autant plus que c’était assez simple à faire en fin de compte-.

Il neigeait légèrement lorsque la troupe d’élève sorti de Poudlard pour se diriger vers Pré au Lard, le crissement des bottes sur la neige étouffé par les conversations multiples qui avaient lieu, Adrian marchait à côté de ses amis sans pour autant les écouter, il avait d’autres plans en tête que d’aller visiter les magasins avec eux. Son frère était un flemmard, il en était maintenant persuadé, quant à ses activités… officiellement il était quoi déjà ? Livreur ? Une connerie du genre, entre lui et le vendeur de livre – qui n’avait toujours pas répondu à son hibou après les derniers évènements au passage-, ses frères avaient placé la barre très haute. On ne pouvait pourtant pas dire qu’Adrian ne les avait pas aidé, peut-être un peu trop discrètement, mais il s’était efforcé de conseiller ses frères pour qu’ils réussissent un peu mieux, rien n’y faisait. C’est pourquoi il passait aujourd’hui à la phase B de son plan, il fallait qu’il laisse tomber la subtilité, ça ne menait à rien avec ces têtes de mule. Ainsi quand Roy lui avait proposé de passer l’après-midi avec lui s’était-il efforcé d’accepter, c’était de loin celui avec lequel il y avait le plus de boulot à faire, à commencer par ses fréquentations, il avait vu une ou deux fois le genre de types à qui il parlait… ces gens n’avaient aucun avenir, ils ne valaient pas la peine qu’il s’attache à eux, pourquoi ne le comprenait-il pas ? C’était un grand mystère.

Il passa la porte des trois balais et se détacha à ce moment-là des gens avec qui il était venu, leur adressant un simple signe de tête en guise d’au revoir, il allait avoir besoin de toute sa salive s’il entendait raisonner son frère. Comme prévu il n’était pas là à l’heure, encore un point sur lequel il devait se reprendre, il était trop insignifiant pour se permettre de traiter les autres comme inférieurs, dans la vie il y avait un ordre bien précis et les contrebandiers à deux galions n’en faisaient même pas partie. Après avoir commandé un chocolat chaud il s’installa à une petite table encore libre, une chance que lui, au moins, soit ponctuel.
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1905

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Roy Calder le Mar 20 Mai - 0:10, édité 1 fois
Roy ne stalkait pas du tout l’emploi du temps de son petit frère, pour regarder quel jour les sorties à Pré-au-Lard étaient programmées, histoire de le voir un après-midi. Pas du tout. Ce n’était pas comme si ça ne lui suffisait pas de le voir à Noël, à son anniversaire, ou à d’autres occasions du genre. D’ailleurs, il arrivait en retard, à chaque fois. Preuve qu’il n’avait pas si hâte que ça de revoir Adrian. C’était drôle comme il n’arrivait pas à effacer son sourire, pourtant, tandis qu’il cherchait les Trois Balais, de son pas traînard.  

Mains dans les poches, Roy errait un peu en chemin, une pointe de nostalgie dans l’âme, entouré du village de ses années étudiantes. Il enviait Adrian de pouvoir encore profiter de ce temps d’insouciance. Qu’est-ce qu’il avait pu faire comme conneries, ici… Il se voyait encore faire péter des Bombabouses fraîchement achetées chez Zonko derrière un groupe de filles pour les effrayer ou s’amuser comme un gamin dans des batailles de boules de neige, qui finissaient bien souvent dans les cheveux des profs… Bon sang, il y avait toujours de la neige, ici ?

Il finit par pousser la porte des Trois Balais lorsqu’il jugea avoir assez traîné, et chercha la tête dure de son petit frère. Roy pressentait qu’il allait se faire gronder, c’était certain. Adrian ne laisserait pas  passer le fiasco qu’avait été leur Noël en famille et qui le laissait plus indifférent qu’autre chose, à présent. C’était mignon de la part de leur cadet de croire qu’il y avait encore un espoir de réconciliation entre lui et Jason. Il le savait, qu’il allait s’entendre faire la morale, et il se jetait volontairement dans la gueule du loup. Il fallait croire qu’il l’aimait un peu plus que ça, quand même, ce mioche.

Enfin il l’aperçut, seul à une table, en train de boire tranquillement un chocolat. Trop tranquillement. Tellement qu’il ne put s’empêcher de venir lui susurrer à l’oreille :

« BOUH ! »  

Comment ça, un gamin ?

« Avoue, je t’ai fait peur. Et il lui ébouriffe les cheveux, l’air de dire « Ca c’est mon p’tit frère ». Ca fait longtemps que t’attends ? »

Il prit place en face de lui, son grand sourire mi-narquois, mi-satisfait, Jason aurait dit insolent, Irina, agaçant, il y avait sans doute un peu de tout cela à la fois, à vrai dire. Le temps que son hydromel arrive, il vrille son regard dans celui d’Adrian, essayant d’évaluer à quel point il allait se faire gronder. En attendant, il pouvait encore lui faire un large sourire –tentative pour l’amadouer ?- et demander l’air de rien :

« Alors, quoi d’neuf ? Raconte-tout à ton grand-frère préféré. »
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Calder


Il ne l’avait pas entendu arriver. C’était cela plus que le chuchotement qui le fit légèrement sursauter, d’habitude on entendait Roy arriver à des kilomètres, on aurait dit qu’il voulait que toute la planète l’entende marcher, « Ecoutez-moi arriver », semblait-il vouloir dire. Pour une fois cependant il s’était fait discret, quand il s’agissait d’embêter les gens il devait savoir se faire petit.
Une grimace gênée suivit son air surpris et il grommela de façon inaudible tout en remettant ses cheveux en place, Roy avait été jeune, un jour, il devait bien savoir que ce genre de choses ne se faisait pas devant d’autres jeunes, décidément le sans gêne de son frère ne connaissait pas de limite. Heureusement il décida de s’asseoir, avec une table entre eux deux il ne devrait pas pouvoir donner d’autres sujets de ragots à ses camarades. Il fit mine de regarder par-dessus son épaule à la demande de Roy, un sourire taquin sur les lèvres.

« Tu es venu avec Jason ? Cool ! »

Ce n’était pas vraiment un mensonge, en toute vérité il n’en savait trop rien, il ne s’était jamais demandé lequel de ses frères il préférait, évidement Roy était… spécial, mais il devait compenser l’attitude de sa fratrie à son égard, il refusait de choisir un camp. Il avait Irina et tentait vainement d’empêcher les mâles dominants de s’entretuer, tâche presqu’impossible qu’il s’efforçait cependant de remplir avec conviction. Les deux hommes avaient plus en commun qu’ils ne le pensaient, qu’ils ne l’admettaient, il en était certain, ils avaient juste besoin d’un peu d’aide et d’un violent coup de pied au… enfin là où il fallait.

« J’essaye de vivre avec le fait que mon grand frère préféré fréquente des ratés. Ce n’est pas facile tous les jours, mais j’ai bon espoir. »

Il se demandait vers quelle idée Roy irait, défendre ses amis ou prétendre que la conversation concernait Jason, il ne fallait jamais sous-estimer l’égo de cet homme, il n’avait pas volé sa répartition à Gryffondor il y a… Adrian n’était même pas sûr de savoir compter jusque-là… son frère était vieux, très vieux et toujours dans la rue alors que ses anciens camarades de classe s’illustraient les uns après les autres dans leurs branches, ne le voyait-il pas ? L’esprit humain était connu pour souvent maquiller la vérité pour éviter d’affronter ses erreurs, mais à ce point ?
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1905

Voir le profil de l'utilisateur
La mine boudeuse de son petit frère arracha un sourire au trafiquant. Il aimait bien lui ficher la honte de temps en temps, l’embêter, de façon générale. Adrian pourrait prendre tous les centimètres et les poils au menton qu’il voudrait, Roy le verrait éternellement comme un petit bout de chou dont il était très drôle de tirer les joues. Même si le petit bout de chou en question, loin d’être adorable, ,e se laissait pas faire, avec sa répartie acide digne de tout Calder. Touché ! La mine de Roy se renfrogna à son tour à la mention de Jason. Bien sûr, il s’y attendait. Adrian avait cette fâcheuse manie de glisser le nom de leur frère dans la conversation, sans que rien n’y paraisse. C’était louable de sa part, dans le fond, il devait être le seul à agir pour la réconciliation des deux aînés, même si toutes ses tentatives restaient vaines.

« Que veux-tu… Jason a toujours été médiocre, c’est dans sa nature de traîner avec des gens comme lui. Tu pourras pas y changer grand-chose, il a la tête dure, même si c’est gentil de t’en inquiéter. »

Roy n’était pas stupide, il se vengeait juste un peu de la réplique d’Adrian en jouant l’idiot qui ne se sentait pas visé. Même si, en vérité, sa remarque s’appliquait parfaitement à lui-même. Son air faussement innocent ne disparut pas une seconde.

« Ah tu ne parlais pas de Jason ? Donc en fait, je suis vraiment ton grand frère préféré ? Cool ! »

Son sourire très gamin s’agrandissait, jetant le doute sur qui était l’aîné des deux à cette tablée. Roy reprit un air plus sérieux, conscient que ses pirouettes n’auraient aucun effet sur Adrian l’imperturbable connu pour être aussi têtu.

« Allez, Adi –son petit surnom de l’école maternelle-, on se voit déjà pas assez dans l’année pour que tu trouves le temps de me parler de trucs chiants. Qu’est-ce que tu connais de mes fréquentations, de toute manière ? Et puis, c’est mon rôle d’aîné de surveiller les tiennes, pas l’inverse. J’espère que tu fais honneur à notre nom et que t’as une petite copine digne de toi, d’ailleurs. »

Le pire était qu’il avait l’air très sérieux dans sa tentative plus ou moins habile pour changer de sujet.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Calder


L’ébène des cheveux de Roy semblait illuminée par la douce lumière dégagée par les lampes du modeste établissement. La foule se pressait auprès de l’employé qui semblait dépassé par l’affluence, c’était toujours le cas le jour où les élèves de la prestigieuse école était de sortie, il avait essayé de se faire porter pâle, mais sa requête avait été rejetée avec le plus grand mépris de la part de ses supérieurs.

« Non vraiment vous voulez qu’on fasse quoi avec ça ? On avait demandé un script !
- C’est pour poser l’ambiance, ensuite on passe à…
- L’ambiance est posée depuis le début de la scène ! Qui m’a encore refilé un stagiaire ?
- C’est parce que je ne suis pas payé en fait…
- Non… Tu sais ce qu’ils aiment les jeunes ? C’est quand ça bouge ! Glee, glee ça marche du tonnerre, tu vois tu m’mets les deux frères un peu sur le côté de la salle, Roy y fait son speech et Adrian se lève, vas-y Adrian, on n’a pas toute la journée ! »

Dès que Roy eu finit de parler, Adrian se pencha légèrement vers lui.
« Tu connais tout, tu sais, tu connais »
Il se tourna pour faire signe au barman qui, d’un coup de baguette, fit débuter la version instrumentale de la chanson. L’adolescent se leva ensuite en faisait basculer sa chaise qui tomba au sol, toujours sans détourner son regard de son frère il se dirigea vers une autre table.
« A t’écouter, tu n’dors jamais la nuit,
Tu dis que tu peux boire toutes les marques de whisky,
Que t’as mille ans, ou peut-être mille vies,
Tu changes de fringues, comme tu changes d’amis,
»

Il s’installa à la table, passant son bras autour de l’épaule d’un Serdaigle de sixième année, ensemble la table se tourna vers Roy qui semblait de plus en plus mal à l’aise et ils reprirent en cœur.
« T’aimes bien le blues, enfin c’est c’que tu dis,
T’es dans le rouge sur ta carte de crédit,
T’es même jamais sincère, tu parles mal de ton père,
Ta pas l’permis.
»
Il revint à sa table, s’assit sur cette dernière et riva son regard dans celui de Roy.
« Tu connais tout tu sais, tu connais tout,
Tu connais tout sincère, tu connais tout,
Et c’que tu n’sais pas faire, c’est te taire pour une fois,
Quand tu n’sais pas.
»
A l’écran, un flash-back s’afficha, Roy était rue des miracles, manifestement en train d’avoir quelques ennuis, en voix-off, Adrian continuait.
« Tes pas méchant, mais tu n’fais qu’des conneries,
Ta peur de rien enfin c’est c’que tu dis,
Tu fais de drôles d’affaires t’es pas vraiment très clair,
T’en paye le prix.
»
Retour à Pré-au-Lard, Roy s’était levé et toute la salle l’observait avant d’entamer.
« Tu connais tout tu sais, tu connais tout,
Tu connais tout sincère, tu connais tout,
Mais c’que tu n’sais pas faire, c’est te taire pour une fois,
Quand tu n’sais pas
»
Sans qu’il ne soit présent à l’écran, Jason enchaîna.
« Tu connais tout tu sais, tu connais tout,
Tu connais tout sincère, tu connais tout,
Et c’que tu devrais faire c’est te taire pour une fois,
Quand je suis là.
»
Puis vint le tour de sa sœur.
« Et c’que tu devrais faire, c’est parler à ton père,
Tu connais tout tu sais, tu connais tout,
Tu connais tout sincère, tu connais tout,
Mais c’que tu n’sais pas faire, c’est te taire pour une fois,
Quand tu n’sais pas.
»
Pour qu’Adrian revienne s’asseoir en finissant.
« Tu connais tout tu sais, tu connais tout
Tu connais tout certain, et moi je n’sais rien
Je sais qu’tes plus qu’un frère, à la vie à l’enfer
Ca j’le sais bien
»

« ….
-En fait Glee plus personne ne regarde… puis c’est pas l’endroit.
-Ouais, on va faire un autre remake… j’ai une idée ! ACTION !
- Heu… »

Un léger bourdonnement se fit entendre à la fin de la tirade de Roy et Adrian en chercha l’origine sans y parvenir. Il finit par abandonner et se retourna vers son frère pour lui répondre, mais il avait disparu… Intrigué Adrian se leva, régla leur note et sorti pour tirer cette affaire au clair, Roy n’était pas du genre à rester des heures pour un repas de famille, mais ça faisait à peine deux minutes qu’il était là et il aurait dû dire au revoir.
En sortant il bouscula deux hommes auxquels il présenta des excuses sommaires avant de continuer son chemin, non sans se féliciter de l’évolution des mentalités dans la communauté sorcière. Il ne savait pas trop par où commencer ainsi se contenta-t-il de suivre son instinct et bien vite une voix familière l’attira vers une ruelle. Le seul problème c’est que ce n’était pas celle de Roy, que faisait Jason à Pré-au-lard ? Ce qu’il vit le surprit encore plus et il se cacha bien vite derrière un mur. Il n’avait qu’aperçut la personne à laquelle Jason parlait, mais il était certain de l’avoir reconnu.

« A moi aussi il me manque, mais combien de fois devrais-je te dire que ce n’est pas de ta faute ?
- Facile à dire, à quoi bon être auror si je ne peux même pas protéger ma famille ? »
C’était bien Roy… mais de qui parlaient-ils ? Surtout aussi… calmement… et depuis quand il était auror de toute façon ?
« Tu étais à l’autre bout du pays !
- … Tu as ce que je t’ai demandé ?»
Un moment de silence s’installa, Adrian ne se risqua pas à regarder, mais Jason devait sûrement avoir donné quelque chose à son aîné.
« Roy… Ad’ est mort, il faut que tu l’acceptes. »

« Heu on va pas un peu loin là ?
- C’est l’audimat qui va aller loin !
- Ben… je suis pas contre un petit cross-over de temps en temps, mais est-ce qu’on ne risque pas de perdre des gens avec ça ? Parce qu’on part loin en fait…
- Tu as une meilleure idée ?
- Peut-être…. »

Adrian porta son verre à ses lèvres avec un sourire entendu.
« J’ai bien avancé de ce côté-là. Ce sera prêt pour le mariage et toi ? T’as trouvé les documents que je t’avais demandés ? »
Il n’avait jamais vraiment été attiré par les garçons, mais se rapprocher de Tony avait été la seule chose qu’ils avaient trouvée pour se rapprocher des McNeil. Juliana n’allait pas tarder à se marier et ils devaient agir vite, malheureusement Roy n’avait, jusque-là, pas réussi à mettre la main sur des documents impliquant Hayden dans l’organisation mardolienne, les secrets étaient bien gardés… Adrian avait de quoi faire tomber Aiden, mais ce n’était pas suffisant. Après la séparation entre Roy et Julianna celle-ci avait gardé une dent contre lui et ses frères s’en étaient mêlés. Roy avait du mal à faire son métier à cause de l’influence d’Aiden et, ne pouvant faire tomber Roy, Hayden s’était arrangé pour emprisonner leur père pour trois affaires non résolues, les McNeil n’étaient pas très riches, mais il fallait croire que la solidarité de la cité Nimbus n’était pas un mythe.

« Je les aurai à la fin de la semaine, qu’est-ce que tu comptes en faire au juste ? »
Nouveau sourire, Adrian avait confiance en Roy, mais il ne pouvait pas tout lui expliquer, il connaissait son frère, il s’arrangerait, encore, pour tout faire rater. De plus, c’était de sa faute s’ils étaient dans cette situation, de sa faute et de celle de son incapacité à réfréner ses hormones. Il ne savait pas exactement pourquoi elle l’avait quitté, mais il imaginait bien que ce n’était pas pour une raison habituelle, il avait encore dû foirer quelque chose.
« Tu n’auras qu’à lire les journaux. »

Sur ces mots il se leva, il fallait qu’il retrouve Tony avant que celui-ci ne le voit avec Roy, officiellement, le Serpentard était du côté McNeil du conflit et n’avait aucune idée de pourquoi il ne verrait pas son père à Noël.
« Alors, oui, ça pourrait marcher, mais faudrait refaire tous les scripts d’avant... parce qu’elle sort de nulle part cette histoire.
- Est-ce que vous êtes sûr que les lectrices s’en rendent compte ?
- … C’est pas l’équipe, elles savent que rien n’est possible dans cette histoire.
- Ouais mais on leur file un ship, elles seraient peut-être prêtes à…
- Non ! Non, j’ai une meilleure idée, une série qui cartonne pour de vrai ! »

Adrian grimaça quand Roy tenta de détourner la conversation, à la recherche d’aide il parcourut la salle des yeux et reconnu des gens de l’école, évidemment, il se leva et se mit debout sur sa chaise pour que tout le monde le remarque.
« S’il vous plait ! »
Le silence se fit dans la salle, mais il s’agissait plus d’un silence interrogateur que d’un véritable respect, il se tourna vers une Poufsouffle de cinquième année.
« Jane, l’année dernière quand tu avais un problème en métamorphose, ne t’ai-je pas prêté mes cours pour que tu réussisses à avoir ce O dont tes parents rêvaient ? »
L’adolescente acquiesça, visiblement mal à l’aise que tous les regards soient portés sur elle, il passa à autre chose.
« Tobby, n’est-ce pas ton frère que j’ai protégé quand une partie de Bavboules a éclaté en plein milieu de la bibliothèque. »
Nouvel hochement de tête incertain.
« Olivia, tu passeras le bonjour à ta sœur, c’était un plaisir de l’aider à trouver un stage. »
« O…ok »
Il continua ainsi pendant plusieurs minutes jusqu’à ce qu’au final il ait appréhendé chaque groupe d’élèves, une fois fini il se tourna vers son frère.
« Donc tu sors avec tous ces gens-là ? Bien joué Adi’ ! »
L’intéressé fit mine de n’avoir rien entendu.
« Camarades, cet individu persiste à trainer avec des gens peu recommandables et salit par là même l’honneur de ma famille. Je vous demande de l’arrêté pour qu’il soit jugé pour ses crimes ! »
Puis il redescendit de sa chaise alors que plusieurs personnes s’approchaient de Roy.

« Alors j’aime bien votre idée, mais pourquoi il voudrait emprisonner son frère ?
- Ben…
- Puis Roy pourrait transplaner.
- Hmpf…
- Une autre idée ?
- Aucune
- Peut-être… qu’on pourrait faire une version Aresto, c’est banal, mais ça marche… »

Adrian secoua nonchalamment la tête à la réflexion de Roy, peu importe ce qu’on disait à cet homme, il trouvait toujours un moyen pour le tourner en sa faveur, ça en devenait presque épuisant. Il ne put cependant retenir un sourire quand il affirma être bel et bien son frère préféré, ces moments où Roy était… Roy lui manquaient terriblement et il était pressé de finir l’école pour mettre en action les divers plans auxquels il réfléchissait pour refaire venir Roy au sein de la famille.

« He bien… qui se ressemble s’assemble, tu sais ? »
Quand son frère commença à parler de ses fréquentations à lui, il se cacha bien vite derrière son verre. Non, il n’avait personne, non il ne voulait pas en parler, oui, il lui fallait changer de sujet.
« Comme si toi tu avais quelqu’un. Ceci dit, il restait à espérer que Roy accepte de passer à autre chose. Mais parlons de choses amusantes alors, tu fais toujours… ce que tu fais ? »
Il n’était pas bien sûr du nom que Roy donnait à son activité, sûrement un truc glorieux pour désigner un travail ingrat et inutile à la société.

Défi:
 
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1905

Voir le profil de l'utilisateur
« Mouais, c’est le contraire, chez nous, nan ? » railla t-il lorsqu’Adrian cita un proverbe qu’il n’avait jamais aimé.

L'équation était simple, il était doublement plus difficile de s’entendre avec Roy quand on avait aussi mauvais caractère que lui. Mais il préférait plaisanter plutôt qu’adopter un ton sérieux ou cassant comme avec tous les sujets qui concernait Jason. Il n’y avait bien qu’Adrian pour réussir à parler de leur frère sans que Roy ne se montre désagréable. Tant qu’il n’insistait pas, toutefois. Au bout d’un moment, l’aîné perdait patience et s’enfermait dans un silence très dissuasif.

Il préférait changer de sujet avant que cela n’arrive, il n’était pas venu voir son petit frère pour se chamailler avec lui. Adrian restait à Poudlard les trois quarts de l’année, les occasions étaient trop rares de le voir pour qu’il les gâche. Sa façon d’éluder sa question mit la puce à l’oreille de Roy qui lui lança un regard à la fois suspicieux et narquois.

« Ca, ça veut dire qu’il n’y a personne ! C’est parce que tu restes désespérément imberbe, p’tit frère, tu n’es pas au maximum de tes capacités génétiques. »

Il le charriait souvent sur le sujet et Adrian le lui rendait bien, en général. Il fallait bien qu’il ait quelque chose à critiquer dans le développement de son petit frère qui osait le dépasser d’une bonne tête, non ? Il n’avait pas vraiment répondu non plus, c’était volontaire. Non, il n’avait personne… pour le moment. Depuis l’anniversaire de Klemens, il avait revu Juliana plusieurs fois et il avait plutôt bon espoir. Le courant passait très bien entre eux, pour le moment, ils prenaient leur temps, mais Roy comptait bien accélérer les choses dans les jours à venir. Adrian n’avait pas besoin de savoir tout ça, bien sûr. Ce ne serait sans doute qu’une histoire d’un soir.

Roy prit une gorgée de son verre, afin de se laisser du temps pour répondre à la question suivante de son frère. Il ne pouvait pas faire l’idiot tout le temps, la technique qui consistait à s’en tirer par des pirouettes avait ses limites. Il savait qu’Adrian n’approuvait pas plus son choix de vie que les autres membres de sa famille, la différence était qu’il ne l’avait pas renié pour autant. Tout au plus, il le mettait en garde, Roy y restait sourd, et cela s’arrêtait là. Adrian savait passer à un autre sujet, il n’avait pas le regard désapprobateur de leur père ou les mots méprisants de Jason. Cela rendait la conversation nettement plus aisée, tout à coup.

« Toujours, confirma t-il. Ce sont les affaires, tant quand ça marche, on continue. »

Ses dires furent accompagnés d’un haussement d’épaules. Rien n’était plus logique, même si les bien-pensants s’évertuaient à ne pas vouloir comprendre. Il n’allait pas abandonner le business le plus lucratif du monde alors qu’il y trouvait tout son compte. Pour faire quoi d’autre ? C’était la seule chose qui lui avait tendu les bras à une époque où il trimait dans des boulots pénibles et mal payés. Il n’avait aucun diplôme en poche, si la voie légale rimait avec la galère, il préférait encore rester où il était.

« C’est pas si mal comme milieu, y a rien de plus rentable. Ni plus ni moins que du commerce, tu te fais des relations, tu repères les bons coups, tu grandis si tu sais négocier et être malin… C’est un truc qu’un mec ambitieux comme toi devrait comprendre, non ? » ajouta t-il, un sourire en coin aux lèvres.

Il le provoquait sans vraiment être sincère, bien sûr qu’il préférait qu’Adrian fasse des études, plutôt que d’échouer sur la Voie des Miracles. C’était peut-être très lucratif, mais ça s’accompagnait aussi de son lot de dangers. Roy préférait savoir Adrian à un poste élevé, sécurisé, et bien payé, en somme, ce qu’il n’avait pas pu avoir.

« J’te charrie, va. Tu comptes faire quoi l’an prochain ? Dis-moi que tu vises le Magenmagot, au minimum ! »

Un frère avocat ou juge, c’était toujours utile, non ?



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Adrian CalderMolduavatar
Messages : 31

Voir le profil de l'utilisateur
Adrian esquissa un sourire en comprenant que Roy n'était pas plus casé qu'il ne l'était, un sourire narquois qu'il avait perfectionné au fil des conversations avec son frère. Tout était dans la sur-enchère, se moquer de l'autre jusqu'à ce qu'on ne trouve plus rien à dire, mais toujours avec le sourire, il s'agissait de ne pas oublier les politesses, de ne pas blesser, c'était comme un cours d'escrime avec des épées en bois, un cours de cuisine sur de la salade, un cours d'étude des moldus avec des ciseaux à bouts ronds.

« Et toi, c'est quoi ton excuse ? »

L'adolescent avait bien une idée de ce qui clochait, d'abord, il devait l'admettre, avoir une relation stable n'était probablement pas ce que recherchait Roy, cela signifiait s'ouvrir à l'autre, accepter d'être contredit, pire, partager un espace vital et devoir parfois faire face à la déception d'autrui, c'était presque une liste de chose anti-Roy. A côté de ça il y avait aussi le fait qu'il soit tout simplement imbuvable et qu'aucune fille digne de ce nom ne souhaiterait passer plus de trente minutes dans la même pièce que lui, mais si c'était là son seul défaut, il y aurait encore moyen de s'arranger.

« Tu sais, ce qu'il te faudrait c'est quelqu'un de distant, incapable d'assumer ses sentiments, avec de la répartie, menteur, manipulateur,  il avala une gorgée, il te faudrait toi, en jupe.»

Il laissa Roy détourner la conversation, il n'avait pas envie de parler de sa vie sentimentale dans une taverne remplie de gens qu'il connaissait, les gens avaient une fâcheuse tendance à avoir deux oreilles de nos jours.

« Bah, tu sais, moi les métiers en extérieur... »

Un geste évasif de la main accompagna sa remarque, il n'avait aucune envie de rejoindre la pègre, l'illégalité était peut-être fructueuse, mais elle restait bien trop dangereuse et... obscure, Adrian n'avait pas envie de se cacher toute sa vie, de sursauter à chaque fois que quelqu'un frapperait à sa porte, à se demander quand la police magique arriverait, non, vraiment, ce n'était pas pour lui.
S'il ne se destinait pas à livrer de la drogue dès la rentrée, il avait bien quelque idées de ce qu'il pourrait faire, malheureusement aucune qu'il avait envie de partager avec son frère, il savait déjà les moqueries que cela pourrait entraîner, ainsi voulait-il être sûr de ce qu'il allait faire avant de lui en parler. Ce n'était pas un manque de confiance c'était juste... de l'instinct de conservation. Il laissa échapper un petit rire en entendant les plans que son grand frère avait pour lui, plans tout à fait désintéressés, évidement .

« Bah alors ? Tes amis ramasseurs de carte et balayeurs de chewing-gum ne te suffissent plus ? Tu vises enfin plus haut ? »

Il avait presque renoncé à parler des fréquentations de Roy aujourd'hui, presque, quel idiot son frère avait été en lui tendant une telle perche.



Kit par
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1905

Voir le profil de l'utilisateur
« Hum… Personne n’est assez bien pour moi ? »

L’excuse la plus facile du monde, et Roy l’utilisait sans honte. La vérité n’était pas si loin, finalement, il suffisait juste de remplacer le mot « bien » par d’autres termes. « Endurant », «hargneux », ce genre de choses. Adrian devait en savoir quelque chose. Il s’empressa d’ailleurs de lui exposer quel genre de compagne serait bon pour lui, une description qui faillit arracher un rire fort bruyant à Roy, mais il était dans une taverne de Pré-au-Lard rempli de mioches, pas dans un de ces bars de rustres de la Voie.

« Sérieusement ? s’esclaffa t-il. Ca se finirait en deux jours, si tu veux mon avis, histoire pliée et réglée soit par son cadavre, soit par le mien. »

Roy haussa les épaules d’impuissance, comme si ce constat le navrait, mais son petit sourire en coin trahissait sa fausse bonne volonté. Il n’en avait pour le moment pas grand-chose à faire de ne pas être casé comme la plupart des hommes de son âge. Il ne vivait pas comme la plupart, pour commencer. Roy s’était arrêté à son train de vie de ses vingt ans, à brûler ses journées dans des activités discutables, et ses nuits dans une débauche d’un tout autre genre. Adrian voyait juste, s’engager réellement dans une relation de couple lui demanderait des concessions qu’il n’était pas prêt –n’avait pas envie- de faire. Non seulement il lui faudrait trouver une femme capable de supporter son caractère, mais également prête à vivre dans l’illégalité, car Roy ne comptait pas lâcher son commerce de si tôt. Inutile de préciser que les candidates ne se bousculaient pas.

C’était un sujet où il évitait de dévoiler ses pensées les plus profondes. Il passait déjà suffisamment pour quelqu’un d’égoïste et d’infréquentable. En revanche, qu’Adrian se montre si fuyant était plus… étonnant. Soit il n’avait aucun succès –mais dans ce cas, la gente féminine de Poudlard devait s’acheter des lunettes de toute urgence, de l’avis évidemment objectif de Roy-, soit il avait déjà une copine, mais pour une raison ou pour une autre, il refusait d’en parler. L’idée que son frère était tout simplement gêné d’aborder le sujet dans un lieu où se trouvait la moitié de ses camarades n’effleura même pas l’esprit du trafiquant qui d’une, n’avait jamais éprouvé ce genre de pudeur, de deux, commençait à se faire un peu vieux pour se souvenir combien un adolescent pouvait vite devenir paranoïaque quand cela touchait à sa réputation. Douze ans, cela faisait loin !

Non, le cerveau de Roy était déjà parti loin dans les divagations et les hypothèses sur la petite amie en question. Il savait très bien quel genre de personne serait bien pour Adrian, ou du moins, donnerait à Adrian l’impression d’être bonne pour lui. Son petit frère ne s’était toujours montré intéressé que par un seul type de personne : celles qui avaient quelque chose à offrir. Du prestige, de l’argent, de la renommée… Adrian avait l’air sociable, à première vue, mais c’était le masque de façade derrière toute la condescendance que lui inspirait la majorité de ses interlocuteurs. Roy n’avait jamais considéré l’opportunisme comme un défaut, bien au contraire. Mais parfois, les commentaires de son frère… l’exaspéraient, il fallait l’avouer. Le trafiquant leva les yeux au ciel lorsqu’une fois de plus, Adrian éluda sa question pour l’attaquer de nouveau. Il ne le laisserait pas lui renvoyer la balle deux fois.

« Dis-moi plutôt ce que toi, tu vises, et son doigt martelait la table, comme pour appuyer ses propos ou pour dire "C'est moi l'grand frère". C’est quoi tes matières, déjà ? Etude des moldus, à coup sûr, on la fait pas à un glandeur comme toi. Quoi d’autre… c’est quoi la deuxième matière de flemmard, la divination ? Ah mais attends, t’es un bon en sortilèges aussi, c’est vrai ! » Petit instant de réflexion. « Tu pourrais devenir briseur de sorts, si t’arrives à supporter un gobelin plus de dix minutes. Ou Baguette d’Elite ! T’es bon en duel ? Me regarde pas comme ça, j’essaye pas de te caser à tout prix dans la police magique, hein » ricana Roy. « Mais reconnais que ça serait la classe ? »

Roy savait vaguement que son petit frère se contentait d’un parcours scolaire moyen, sur ce point, il lui ressemblait à lui, non pas à Jason. Ce qui était assez contradictoire avec les exigences d’Adrian, finalement. Lui qui était si cheval sur ses fréquentations manquait, dans les faits, d’ambition, puisqu'il ne visait pas si haut que cela. Roy n’était pas un si mauvais grand frère, ce qu’il essayait actuellement d’accomplir –de façon plus ou moins maladroite-, c’était de faire rentrer dans la tête d’Adrian qu’il pouvait faire mieux. Mieux que lui, surtout.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Adrian CalderMolduavatar
Messages : 31

Voir le profil de l'utilisateur
« Ça ne me dérangerait pas d’avoir un meurtrier dans la famille, mais d’un autre côté je connais quelque personnes qui aimeraient bien t’enterrer. »

Adrian ponctua sa phrase par un sourire complice, il ne connaissait personne qui en voulait à son frère au point de vouloir le voir mort, mais il était certains que ce genre de personne existait, après tout on ne restait pas aussi longtemps dans son secteur d’activité sans se faire quelques ennemis, des gens qu’il avait sacrifiés pour s’en sortir ? Des parents d’une victime des substances qu’il vendait ? Des concurrents un peu extrémistes ? Les idées ne manquaient pas et à la dernière d’entre elle Adrian ne put s’empêcher de se demander si Roy avait pu un jour user de ce genre de moyens. Il le voyait toujours comme l’adolescent qui parlait plus qu’il n’agissait, mais une dizaine d’année avait passé depuis qu’il s’était mis cette idée en tête et il devait admettre que la longévité du trafiquant dépassait ses espérances, cela avait bien dû le changer à un certain niveau. Mal à l’aise dans sa propre tête il montra plus de joie qu’il n’aurait dû il faire lorsque Roy changea le sujet, bien déterminé à en savoir plus sur ses plans d’avenir. Il était rare qu’il s’intéresse autant à quelque chose qui ne concernait pas directement sa petite personne, ceci dit il l’encourageait tellement à tenter quelque chose dans la justice magique, sur le terrain ou dans les bureaux, que cela commence sérieusement à le concerner. Il l’écouta décrire les matières qu’il suivait avec un sourire non dissimulé, le pire étant que Roy n’avait pas tort sur toute la ligne, l’étude des moldus et la divination étaient vraiment des matières de planqués. Au moins Adrian réussissait-il à avoir des bonnes notes dans les matières qu’il étudiait, de mémoire son grand frère ne pouvait pas en dire autant.

« Tu oublies la botanique, je pourrai venir vérifier que tu vends ce que tu prétends » le corrigea-t-il sans relever les plans de carrière cités. Il n’avait jamais été tenté par un emploi au ministère, pas en tant que sous-fifre en tous cas. Quitte à avoir un emploi ingrat, autant choisir son patron soi-même et ce n’était pas possible quand on travaillait là-bas. Il se demandait comment éviter de continuer cette conversation quand il avisa un ami qui sortait du bâtiment, s’il se souvenait bien de ses plans, il était presque certain qu’il allait racheter du parchemin à Scribenpenne, c’était le moment ou jamais. Faisant mine de répondre à une invitation Adrian se leva avec un air désolé. « Pardon, je dois aller acheter des trucs avec un pote, c’était sympa de discuter ! » et il planta là son frère, non sans avoir laissé de quoi payer pour sa boisson sur la table, il se serait bien fait inviter par Roy, après tout ce dernier se vantait bien souvent de gagner bien mieux sa vie qu’un honnête travailleur, mais au vue de la provenance de l’argent il préférait ne pas l’encourager à en gagner plus.

RP terminé



Kit par
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Fantasy world and Disney girls, I'm coming back [Roy]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ROSE-IVY ◊ Coming back as we are
» I'm coming back...To a man [Joseph]
» 'Cause this is my coming back ~ LIBRE
» Who run the World (girls)
» Construction du Parc Quisqueya, version caribéenne de World Disney en Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-