AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Tell me you feel the same [Juliana & Roy]

Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1842

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Roy Calder le Dim 20 Avr 2014 - 12:00, édité 1 fois
18 février
 
 
Mains dans les poches de son jean, Roy se tenait tranquillement debout face à un restaurant dont il avait relu l’enseigne au moins trois fois. C’était bien ici, il n’y avait aucun doute. Juliana avait laissé échapper le nom du Triton Ardent, la dernière fois qu’ils s’étaient vus, et cela avait suffi à éveiller la curiosité de Roy. Lui qui se targuait de connaître Bristol comme sa poche n’avait jamais vraiment fait attention à ce grand restaurant familial et accueillant, pourtant assez visible, de jour comme de nuit, si l’on ouvrait un peu les yeux.
 
Mais Roy n’était pas venu pour ameuter la fratrie Calder, loin de là. Oh, il n’aurait pas non plus fait le déplacement si Juliana était seulement très agréable à regarder. Il l’avait recroisée depuis l’anniversaire de Klemens, et les quelques discussions qu’ils avaient pu avoir ensemble lui avaient révélé une jeune femme intéressante, amusante, avec une certaine force de caractère, chose qui lui plaisait beaucoup. S’il fallait résumer en une phrase, il commençait à penser un peu trop souvent à elle. La conclusion était vite tombée, il avait envie d’un peu plus et les réactions de Juliana à ses tentatives d’approche plus ou moins déguisées lui soufflaient qu’elle n’était pas indifférente non plus. Mais que de bavardages inutiles pour Roy ! Impatient de nature, il estimait avoir assez ressassé la chose, l’heure était venue d’en venir aux réponses. Ce soir serait le moment de la conclusion, fortunée ou décevante, même si Roy plaçait, comme toujours, toute sa confiance en sa bonne étoile.
 
Il poussa donc sans trop d’angoisse la porte du Triton Ardent, peu rempli à cette heure avancée de la soirée. Le trafiquant –officiellement grossiste pour des apothicaires pour ce soir, rappelons-le- avait préféré miser sur une plage horaire où il pourrait avoir l’attention de Juliana, peut-être même qu’avec un peu de chance, elle aurait bientôt fini son service, et ils pourraient sortir ailleurs. Il avait déjà repéré la jeune femme, occupée derrière un bar légèrement isolé du reste du lieu.
 
Pas de hibou, pas de textos pour les plus mordus de culture moldue, rien pour annoncer son arrivée. Roy se présenta comme une fleur face, ou plutôt derrière Juliana, qui lui tournait encore le dos à cet instant. Non il n’allait pas hurler « Bouh » dans son dos, mais il se délectait tout de même de l’effet de surprise, c’était tellement plus amusant que de se contenter d’un « Bonsoir » d’usage. Accoudé au bar, il attendit donc sagement qu’elle se retourne, un grand sourire aux lèvres qui s’accentua une fois que ce fut fait.
 
« Je t’aurais bien dit que je suis là par hasard, mais tu ne me croirais pas, je parie. Il prend une mine faussement pensive, parce qu’il aime se donner des airs et que c’est plus drôle ainsi. Et tu aurais bien raison, en fait, j’en avais assez de l’attendre, ce hasard. »
 
Oui, maintenant, Roy avait un cerveau et des jambes, il pouvait aller voir Juliana quand il le voulait comme un grand. Il sourit de nouveau, un peu plus charmeur que plus tôt, ce n’était pas comme s’il craignait la franchise.
 
« Bref, j’avais envie de te voir. » Il se permit de s’asseoir plus confortablement sur un des tabourets du bar, avant d’ajouter en souriant avec malice: « Et me faire servir bien sûr ! Oui je sais, le cliché de la serveuse, je n’innove pas niveau fantasme, c’est navrant. »
 
Même s’il n’était pas du tout navré de reluquer la jeune femme dans sa tenue de service qui lui seyait parfaitement, en toute honnêteté. Qu’il était difficile de détourner le regard et faire mine d’observer le lieu avec tout autant d’intérêt, mais Roy arrivait admirablement bien à se forcer, parfois.
 
« Il est sympa ton resto, d’ailleurs, ça doit être une belle affaire. Ca fait longtemps que tu bosses ici ? » Il se souvint justement qu’il l’avait interrompue dans son travail, et ajouta, pour faire bonne mesure : « Oh, si t’as encore du boulot, je peux attendre, y a pas de problème, j’ai tout mon temps. »
 
Oh oui, ils avaient tout leur temps, et derrière son sourire innocent, Roy espérait toute la nuit, à vrai dire. 
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1243

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana donna un coup de baguette aux tables vides et jeta un coup d'oeil aux derniers clients, qui étaient en train de terminer leur café pour digérer un copieux repas. La jeune femme réprima un sourire soulagé à la pensée que sa soirée de dur labeur était bientôt terminée. Elle se sentait lasse et avait bien besoin de se détendre avant de dormir, aussi elle espérait que Joel, qui ne travaillait pas ce soir, serait partant pour lui tenir compagnie en rentrant. Juliana coinça sa baguette magique dans la ceinture de sa jupe et retourna au bar pour nettoyer le comptoir. Occupée par sa tâche, plongée dans ses pensées, elle ne remarqua pas tout de suite le commerçant qui venait d'arriver. Après avoir rangé une bouteille de Vin des Elfes, elle se retourna pour faire face à la salle et sursauta presque en reconnaissant une tête connue.

Instantanément, son sourire vint répondre à celui de Roy et elle le dévisagea un instant, accoudé au bar, tandis que son pouls s'accélérait légèrement. Quelles étaient les chances qu'il soit venu ici par le plus grand des hasards ? Probablement nulles, comme il s'empressa de le lui confirmer. Roy était venu pour la voir et elle se rappela qu'elle lui avait donné le nom de son restaurant, espérant très exactement ce type de visite impromptue.

"Tu as bien raison, ça se force, le hasard", répondit-elle d'un ton faussement innocent, tout en continuant d'agiter son chiffon sur le comptoir de bois, mine de rien. Juliana avait une assez bonne idée de la raison qui avait poussé Roy à venir la trouver, après plusieurs discussions tout à fait plaisantes, et il serait mentir que d'affirmer qu'elle n'en était pas heureuse. Roy lui plaisait depuis leur première rencontre, c'était indéniable. Oh, ce n'était pas un coup de foudre ni probablement grand chose de très romantique, mais elle lui trouvait un certain charme et appréciait sa personnalité. Même s'il était parfois un peu trop macho à son goût, mais cela la faisait plus rire qu'autre chose, et voilà pourquoi elle ne s'offusqua pas à sa remarque. Elle lui adressa un petit clin d'oeil avant de lisser inutilement sa jupe, un peu nerveuse.

"Chacun ses fantasmes", commenta-t-elle avec malice. "Personnellement, j'aime bien les mystérieux grossistes pour apothicaire... Qu'est-ce que je te sers ?"

Elle s'appliqua à servir un verre à Roy avant de lui répondre, observant les lieux avec une fierté presque maternelle :

"Je travaille ici depuis ma sixième année à Poudlard, ça commence à faire ! Enfin, j'ai arrêté le temps de passer mes ASPIC et depuis je n'ai plus quitté Bristol ni le Triton. Le resto fonctionne plutôt bien, il est bien placé et les parents de mon meilleur ami ont le sens du commerce ! Bien sûr il y a toujours des périodes creuses... Mais en ce moment, ça tourne bien. C'était la folie, ce soir..."

Son comptoir propre, elle rangea son chiffon et passa une main sur sa nuque, massant ses muscles endoloris. Roy tombait à pic, à vrai dire.

"J'ai presque terminé, j'attends juste que ces deux là s'en aillent et je pourrai fermer la salle", expliqua-t-elle en désignant les derniers clients. "Alors..."

Un petit sourire se formait sur ses lèvres tandis qu'elle dévisageait le jeune homme, aucun sujet de conversation ne lui venant en tête. Ce n'était pas vraiment de parler, dont elle avait envie, en ce qui concernait Roy. Non pas qu'il n'ait aucune conversation, loin de là ! Mais, pour une raison ou pour une autre, Juliana n'avait qu'une idée en tête. Peut-être parce qu'elle savait pertinemment que les hommes ne restaient jamais bien longtemps auprès d'elle, une fois que les choses étaient conclues. Ou alors c'était elle qui s'éclipsait. Toujours est-il que Roy ne ferait probablement pas figure d'exception, alors pourquoi faire semblant ? Cela dit, il n'était pas désagréable de flirter, de se sentir désirée. Elle avait aimé son regard sur elle, tout à l'heure, et n'était pas contre faire durer ce sentiment, qui était probablement plus agréable que ce qu'elle éprouverait, après, si la situation évoluait dans le bon sens. Elle se connaissait, éternelle insatisfaite dans ses rapports avec la gent masculine... mais elle ne désespérait pas que Roy lui fasse voir les choses différemment, savait-on jamais.

"Comment ça va ?", demanda-t-elle platement, à court de remarque spirituelle.



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1842

Voir le profil de l'utilisateur
Roy la dévisageait sans se retenir. Quelque chose lui disait que derrière ce sourire innocent, Juliana n’avait pas non plus compté sur le hasard, lorsqu’elle lui avait glissé le nom de son restaurant, au détour d’une conversation. Sa réplique suivante le fit sourire, et après avoir commandé un hydromel, il répondit, le ton plutôt explicite :

« Je devrais pouvoir faire quelque chose pour toi, alors. »

Est-ce qu’il culpabilisait de lui mentir sur son travail ? Pas vraiment. D’expérience, Roy savait que les choses étaient plus simples ainsi. Il n’était de toute manière jamais allé assez loin dans ses relations avec les femmes pour estimer qu’il pouvait faire confiance à l’une d’entre elles. Il se volatilisait toujours au bout de quelques semaines, lorsqu’elles commençaient à se montrer trop inquisitrices ou insistantes, car Roy était l’un de ces clichés d’hommes qui n’arrivaient pas à s’engager. Plus que sa situation professionnelle instable, c’était son égoïsme qui le réfrénait, l’empêchant de délaisser quoique ce soit de son confort personnel. Il s’était toujours trouvé incapable de prendre soin de quoique soit d’autre que lui-même. Il avait de toute façon des projets bien plus triviaux en tête à propos de Juliana que d’en faire la femme de sa vie. Et pour le moment, il était satisfait d’écouter la serveuse parler de son propre travail, cela lui évitait d’avoir à répondre à des questions sur le sien.

« Tu bosses ici depuis Poudlard ? Eh ben, on peut dire que t’as vite trouvé ta voie, s’étonna t-il, toutefois amusé par son entrain. T’as ouvert ce resto avec ton meilleur ami ? Hum… Je n’ai pas eu le plaisir de le rencontrer. »

Non pas qu’il était jaloux, mais… Mais il ne savait pas trop, à vrai dire. C’était une énième preuve de son égocentrisme plus qu’autre chose, encore une fois. Il n’aimait pas beaucoup qu’une femme qu’il convoitait évoque d’autres hommes en sa présence, encore moins un meilleur ami. C’était louche les meilleurs amis, non ? Ca finissait toujours par se taper la nana à la fin du film, tel était l’avis de Roy.
La question de Juliana le fit bien vite revenir à la réalité. S’il devait être sincère, sa journée avait été pourrie, il y avait des jours comme celui-ci où il avait juste envie de prendre des vacances, loin de son associé, qui, bien qu’il l’appréciait beaucoup, lui donnait des maux de crâne sans nom. Proposer à deux anciens camarades de la maison des lions de dealer ensemble, une recette miracle pour obtenir des prises de tête quotidiennes.

« Pas trop mal, répondit-il vaguement, avant que son sourire ne devienne malicieux. Je suis justement venu chercher comment bien finir cette soirée, j’ai frappé à la bonne porte ? »

Ces jeux de sous-entendus et d’œillades pas si discrètes que ça l’amusaient encore pour le moment, Roy voulait bien continuer à jouer ce petit jeu avec Juliana, mais il sentait déjà l’impatience pointer le bout de son nez. Il jeta un œil vers les deux clients qui persistaient à traîner dans un coin du restaurant, pestant intérieurement contre leur lenteur. Cela lui donna toutefois une idée, il se pencha par-dessus le bar, juste de quoi s’approcher de Juliana pour lui glisser à l’oreille, le ton plus caressant que jusqu'alors :

« Tu penses que si je t’embrasse tout de suite, ils comprendront le message ? »

Parce qu’au final, Roy, en bon Gryffondor, finissait par se lasser de prendre des détours quand il était plus simple d’aller droit au but.
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1243

Voir le profil de l'utilisateur
"Non, en réalité, ce restaurant appartient aux parents de mon meilleur ami. J'ai travaillé ici pendant l'été suivant ma sixième année et ça a été une sorte de coup de foudre : pour l'endroit, pour la famille de Joel, pour la ville...", expliqua-t-elle en embrassant la pièce des lieux. Cela pouvait être difficile à comprendre, d'autant plus pour quelqu'un comme Roy qui semblait avoir un métier plutôt palpitant, mais Juliana avait trouvé ici tout ce qui pouvait la rendre heureuse dans la vie, ou presque.

"J'ai toujours su que je n'étais pas faite pour les études, de toute façon. Quant à Joel, je me ferais un plaisir de te le présenter, si tu y tiens. Mais je te préviens, il agit comme mes frères, en ce qui concerne les hommes que je vois... C'est-à-dire beaucoup trop protecteur à mon goût."

Un petit sourire amusé aux lèvres, elle songea que Roy était bien comme les autres, à s'intéresser à son fameux meilleur ami. Et il y avait de quoi, qui plus est, Joel était plus ou moins l'homme parfait : gentil, intelligent, passionné, plutôt beau garçon... Mais les hommes que Juliana fréquentait comprenaient rarement la nature du lien à la fois fort et platonique qui l'unissait à Joel, tout comme ils ne comprenaient pas à quel point Juliana avait grandit dans un univers masculin. Deux grands frères, des amis pour la plupart garçons - ou garçons manqués - et aujourd'hui encore, elle était presque surprise lorsqu'il lui arrivait de se faire des amies, comme Alicia par exemple. Ce n'était pas voulu, c'était juste ainsi que les choses se faisaient, elle n'avait jamais été très attiré par les activités girly de ses camarades de dortoir et trouvait toujours plus facile de se lier d'amitié avec les garçons, qui partageaient souvent son caractère facile et ses centres d'intérêts. Ce qui ne l'empêchait pas d'être farouchement féministe, d'ailleurs. Cela pouvait parfois dérouter les conquêtes occasionnelles de la jeune fille, qui pouvaient être surpris de constater qu'elle ne réagissait pas vraiment comme les filles qu'ils connaissaient. Enfin, ce n'était pas comme si elle imaginait quoi que ce soit de sérieux avec Roy, de toute façon, alors elle se moquait un peu de ce qu'il pouvait bien penser de son entourage...

"Je pense que oui", répondit-elle avec malice lorsqu'il lui demanda s'il avait frappé à la bonne porte. A vrai dire, il aurait difficilement pu mieux tomber, à croire qu'il avait deviné quel soir elle avait besoin de compagnie. La jeune femme suivit le regard de Roy en direction des deux clients qui s'éternisaient et son sourire s'agrandit, partageant sa frustration. Juliana appuya ses coudes sur le comptoir pour se rapprocher de Roy, lorsque celui-ci se pencha vers elle, et frissonna d'anticipation à ses propos. Maintenant, elle avait réellement hâte que ces deux-là s'en aillent... Si la proposition de Roy était plutôt agréable, il n'était peut-être pas très professionnel de sa part de flirter ainsi sur son lieu de travail, alors que des clients étaient encore présents. D'un autre côté, elle ne tenait pas à passer une heure ici si les deux zigotos avaient décidé de refaire le monde... Après un instant d'hésitation, elle répondit du bout des lèvres :

"Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir."

Juliana glissa une main sur la nuque de Roy pour l'empêcher de se redresser et approcha son visage du sien, prête à l'embrasser. Leurs lèvres étaient sur le point de s'effleurer lorsqu'une petite voix irritante se fit entendre...

"Hum hum."

Laissant échapper un petit soupir de frustration, Juliana relâcha Roy et se tourna vers les deux clients qui avaient précisément choisi ce moment pour sortir de table et venir payer. Juliana leur adressa son plus beau sourire hypocrite en essayant d'ignorer le regard profondément désapprobateur que la sorcière à l'air pète-sec posait sur elle.

"Ça a été ?", s'enquit-elle, les joues légèrement rosies par l'embarras. Il était étrange d'être interrompu juste avant d'embrasser quelqu'un pour la première fois... Juliana nota la tiédeur de la réponse des deux clients et retint une remarque bien sentie lorsque, après avoir payé, elle les entendit quitter le restaurant en proférant des commentaires tels que :

"C'est un restaurant familial ici...comportement inadmissible...viande trop cuite..."

Juliana attendit qu'ils aient quitté la pièce pour lever les yeux au ciel, excédée. La population de Bristol était généralement accueillante et sans chichis, mais il y avait une fraction non négligeable de la population qui ne se prenait pas pour de la bouse de sombral.

"Je crois qu'ils ont compris le message...", commenta-t-elle avant de laisser échapper un rire un peu nerveux. Contournant le comptoir, elle se posta face à Roy tout en maintenant une certaine distance et lâcha d'un ton enjôleur : "Enfin seuls ! Où en étions-nous ?"



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1842

Voir le profil de l'utilisateur
Deux points communs, nota intérieurement Roy, à l’écoute des réponses de Juliana. Non pas qu’il s’amusait à remplir une grille de compatibilité amoureuse, les phrases retinrent simplement son attention, parce qu’elles trouvaient une juste résonnance chez le trafiquant.

« Hum… "Coup de foudre pour la ville", "pas faite pour les études", répéta t-il, un grain d’amusement dans la voix. Si avec ça, on ne s’entend pas bien… »

Il aurait pu s’intéresser aussi à la mention de ses frères, il aurait pu poser des questions, se montrer un peu plus curieux, mais à cet instant-là, Roy était trop occupé à reluquer Juliana et chercher un moyen de la séduire un peu plus, pour trouver l’envie de faire la conversation. La raison officieuse était qu’une main, que l’on nommera le destin, avait décidé de ménager un peu Roy avant qu’il ne se fasse casser quelques dents par l’un des frères en question.

Plus tard, quand il eut l’audace de se pencher vers Juliana, il la sentit hésiter quelques secondes, aussi recula t-il légèrement sa tête. Peut-être n’était-ce tout simplement pas le moment. La frustration n’eut toutefois pas le temps de s’installer, car la main de Juliana retint sa nuque. Dès lors, Roy sut qu’il avait gagné. Un léger sourire satisfait ornait ses lèvres, qui s’approchaient inexorablement de celles de la jeune femme… sans avoir le loisir de les toucher, car ce fut bien évidemment le moment que choisirent les deux clients presque oubliés pour venir les déranger. Roy revint à son tabouret de bar sans un mot, claquant la langue avec une profonde contrariété. Si Juliana resta professionnelle jusqu’au bout, lui ne retint pas à l’encontre des deux gêneurs un regard lourd d’un sarcasme, qui semblait joyeusement dire « C’est ça, et ne revenez plus, surtout ! ».

"Je crois qu'ils ont compris le message... Enfin seuls ! Où en étions-nous ?"

A ces mots, Roy lâcha des yeux la porte qui venait de tinter le départ des clients. Son regard devient bien plus appréciateur lorsqu’il se reporta sur Juliana, glissant sur elle de haut en bas, s’attardant sans doute plus longtemps le long de ses jambes, maintenant qu’il n’y avait plus aucune table de bar pour les lui masquer. Il franchit d’un pas calme la distance qui le séparait de la serveuse, l’attira à lui par la taille sur les derniers centimètres, décidé à ce que cette fois-ci, rien ne l’empêche de lui rafraîchir la mémoire. Son sourire s’agrandit, tandis qu’il répondait le ton bas, comme s’il lui faisait une confidence, avec son insolence habituelle :

« Au meilleur moment. »

Sans attendre, il captura ses lèvres une première fois, puis une seconde, avec une douceur qui devint ardeur dès lors que les mains de Roy se déclarèrent avides de découvrir les courbes de la jeune femme. C’était… bon, libérateur presque, d’enfin obtenir ce qu’il recherchait depuis qu’il avait rencontré Juliana au Circée. Il n’était pas un coureur de jupons au sens propre du terme, il n’amassait pas les conquêtes sans compter. Drôle d’idée pour Roy que de ne pas compter. Il comptait tout, et pas seulement l’argent. Plutôt que de faire la course à celui qui attirerait le plus de femmes dans son lit, il était plutôt homme à choisir avec minutie ses conquêtes, afin de s’en trouver pleinement satisfait, client qu’il était de ses propres exigences. Cela n’épargnait pas les déceptions, bien évidemment, et il espérait, tout occupé qu’il était à embrasser fiévreusement Juliana, qu’elle n’en serait pas une.

Inconsciemment, il la faisait reculer de quelques pas, et ce ne fut que lorsqu’ils se heurtèrent au bord du comptoir que Roy se souvint que le lieu n’était pas exactement approprié, encore moins pour Juliana qui se trouvait sur son propre lieu de travail. Il s’arrêta donc, leur laissa le temps de reprendre leur souffle, avant qu’un léger rire ne le secoue, à la pensée que si ça ne tenait qu’à lui, il ne se serait pas embarrassé de telles précautions.

« Je ne suis pas foncièrement contre l’idée de continuer ici -fantasme de la serveuse obligeait- mais je ne tiens pas à avoir des ennuis avec ce cher Joël, s’il nous surprend. On pourrait peut-être... aller ailleurs ? »

Chez lui, chez elle, ailleurs, comme elle préférait. Roy avait le regard qui brillait bien trop d’anticipation pour faire la fine bouche.
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1243

Voir le profil de l'utilisateur
Le sourire de Juliana se crispa légèrement sous le regard de Roy, et elle déglutit nerveusement, avant de se raisonner. Il n'y avait aucune raison d'appréhender ce qui allait inévitablement se passer. Après l'avoir espéré, cela aurait été stupide ! Mais c'était plus fort qu'elle, Juliana ne pouvait s'empêcher d'avoir peur de la déception lorsqu'elle flirtait avec un homme, peur de décevoir aussi, sans doute parce que son historique en la matière n'était guère flatteur. Des relations décevantes, Juliana en avait connu, mais pourquoi partir du principe que les suivantes le seraient aussi ? C'était idiot. Non, elle allait repousser ses hésitations sans fondement et profiter de la soirée pleine de promesses qui l'attendait. Ce n'était pourtant pas très sage alors qu'une lourde journée l'attendait demain, et puis il y avait quelque chose à propos de Roy, ce garçon charmeur et un peu plus âgé qu'elle, quelque chose d'indéfinissable qui ne poussait pas à la confiance. Et pourtant, Juliana était bien décidée à ignorer ces petites voix dans sa tête qui tentaient de la mettre en garde. Elle était une courageuse Gryffondor et il n'était pas question de s'empêcher de vivre...

La jeune femme se détendit lorsque Roy l'attira contre lui et ferma les paupières, approuvant ses paroles d'un sourire. Oui, c'était bien là le meilleur moment que celui du premier baiser, de la première étreinte, lorsque le frisson de la découverte se superposait à l'affection que l'on éprouvait pour l'autre. Juliana répondit aux baisers de Roy avec tout autant d'ardeur, glissant ses mains dans son dos pour le presser contre elle. Bientôt, elle sentit le comptoir de bois et revint quelque peu à la réalité, réalisant qu'il ne serait pas très sérieux de sa part de poursuivre ici. Juliana avait beau travailler dans le restaurant de ses amis, elle avait toujours mis un point d'honneur à se montrer professionnelle et à ne pas mélanger travail et plaisir. Elle ne comptait pas y déroger aujourd'hui, il était déjà bien assez problématique que des clients soient partis mécontents.

Juliana laissa échapper un petit rire qui lui parut grinçant, et se mordit l'intérieur de la joue avec agacement. Pourquoi ne parvenait-elle pas à être plus naturelle avec Roy ? Ce n'était pas comme si elle avait quelque chose à lui prouver, il était de toute évidence déjà séduit. Elle avait juste à profiter, cela ne devrait pas être si compliqué... Soudain, elle eut hâte de se trouver loin d'ici, enfermée quelque part avec Roy pour qu'il n'y ait plus qu'eux, eux et leurs baisers. Alors, la boule de nervosité qui refusait de quitter son estomac serait bien obligée de s'en aller.

"Excellente idée", commenta-t-elle simplement avant de se dégager doucement de l'étreinte de Roy pour s'occuper de la table des derniers clients. Puis elle désigna la sortie à Roy et le suivit à l'extérieur, avant de verrouiller les lieux. L'air était frais mais cela lui fit du bien, atténuant la chaleur de ses joues cramoisies. Juliana inspira profondément l'air de la nuit avant de poser son regard sur Roy, parcourue par un instant d'hésitation. Il était encore temps de changer d'avis, souffla une petite voix dans sa tête, qu'elle s'efforça de faire taire.

Pourquoi voudrait-elle changer d'avis ? C'était ce qu'elle voulait. Oui, elle le voulait, c'était parfait. Comme pour s'en convaincre, elle se glissa contre Roy et l'embrassa longuement, avant de laisser échapper, les yeux brillants :

"Chez toi ?"




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1842

Voir le profil de l'utilisateur
Roy ne sentit rien des minimes, mais bien présentes, hésitations de Juliana. La faute à son trop plein d’assurance, ou parce que le fait que la jeune femme soit réceptive à ses baisers le satisfaisait sans qu’il ne se pose plus de questions , on ne savait guère. Toujours est-il qu’il ne s’aperçut de rien, ni au restaurant, ni lorsqu’ils finirent à son appartement quelques temps plus tard et qu’ils purent laisser libre cours à leur désir.

S’il avait vu quelque chose, il se serait peut-être senti d’une humeur différente en se rallongeant aux côtés de Juliana. Il se serait senti moins lénifié, moins… niais ? C’était problématique. Habituellement, une fois qu’il avait obtenu ce qu’il voulait, d’une personne, d’un objet, l’intérêt de Roy retombait platement, et il passait à autre chose. L’idée que son amante puisse ne plus être là au matin n’aurait pas dû le déranger. Pourtant, dans le calme de sa chambre, il posait ses yeux sur l’épaule nue de Juliana, jouait avec une de ses mèches de cheveux, et… Il avait envie de la garder, même juste un peu. Pour voir. Parce qu’elle éveillait son intérêt un peu plus que les autres.  Cela ne durerait peut-être pas longtemps, il n’en savait rien, il s’en moquait. Il n’allait pas s’encombrer de tels détails quand il était plus simple de céder à ses envies immédiates, de vivre au jour le jour sans se projeter plus loin que le lendemain. C’était ainsi qu’il avait toujours vécu, ainsi que la vie lui plaisait.

Vraiment, il n’était pas sensé tergiverser. Que perdrait-il, après tout ? Rien, mis à part peut-être un petit bout de fierté si jamais il se prenait un refus, mais il en avait bien assez en stock pour se refaire une armure avec. Alors, il se redressa sur son coude,  laissa son autre main retracer la taille de son amante, tandis qu’il cherchait à croiser son regard, un peu plus sérieux que plus tôt.

« Tu veux pas… essayer ?  De se revoir. » précisa t-il.

Ses doigts écartèrent machinalement une mèche du visage de la serveuse, avant de retomber sur son matelas. Son regard ne parvenait pas tout à fait à masquer son incertitude. Il ignorait comment définir la relation qu’il souhaitait engager avec la jeune femme. Il se trompait, possiblement. Et si ses intuitions étaient faussées par le fait qu’il refusait de reconnaître que son seul problème était son trop long célibat ? La présence régulière d’une femme dans sa vie lui manquait, l’explication était aussi simple que ça. Ou peut-être que Juliana avait réellement quelque chose à lui offrir de plus. Roy ne savait pas. Il n’avait juste pas envie que les choses s’arrêtent là, pour une fois.

Ce n’était pour autant pas utile de se mettre ainsi sur la défensive. L’expression sur son visage se détendit en un sourire, tandis qu’il se penchait vers elle pour l’embrasser encore une fois, essayant de lui faire comprendre que cette nuit lui avait plu, et qu’il ne souhaitait pas n’en garder que le souvenir.

« On pourrait remettre ça, et continuer d’apprendre à se connaître, si tu veux. »


Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1243

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana esquissa un sourire serein à l'intention de Roy, en sentant le regard de son amant peser sur elle. Peut-être se trompait-elle, mais elle avait l'impression de sentir une certaine incertitude chez Roy, comme s'il était sur le point de lui dire quelque chose sans trouver les mots pour cela. Sans doute réfléchissait-il à la même chose qu'elle, à savoir ce qui allait se passer maintenant. Juliana s'attendait à moitié à entendre les excuses habituelles que servaient les hommes pour se dérober une fois qu'ils avaient obtenu ce qu'ils voulaient, cela avait l'air d'être le type de Roy en tout cas. La jeune serveuse ne savait pas vraiment ce qu'elle ressentait à cette idée. Roy n'était pas tout à fait un inconnu, il était entré dans sa vie par l'intermédiaire de Valery et l'espace d'un instant, il lui avait semblé qu'ils formaient un groupe plutôt équilibré, avec Klemens, avec Alicia... Mais l'équilibre s'était rompu tout aussi vite qu'il s'était formé et elle ne savait pas exactement comment se placer par rapport à Roy, par rapport à Valery également. Il y avait Alicia, aussi...

La jeune fille poussa un soupir intérieur et reporta son attention sur Roy, caressant doucement son épaule nue alors qu'il se redressait sur un coude pour l'observer. Alicia, Valery et Klemens n'avaient rien à faire dans ses pensées à cet instant, après ce moment de complicité et de passion qu'ils venaient de partager. Si elle réfléchissait à leur entourage, peut-être bien que cela signifiait qu'il s'agissait d'autre chose que d'une nuit sans lendemain pour elle, non ? Juliana ne pouvait nier que Roy avait su effacer ses doutes sans même le savoir, elle avait senti comme une connexion entre eux qu'elle ne serait pas contre prolonger un peu plus longtemps. Juliana appréciait Roy, c'était un fait, elle éprouvait de la tendresse pour lui et elle aimait la façon dont elle se sentait lorsqu'il flirtait avec elle. C'était flatteur, après tout... Pourtant, comme souvent dans cette situation, Juliana se sentait plongée dans un océan de réflexions pseudo-existentielles et elle commençait à désespérer d'éprouver un jour autre chose qu'un vague contentement qui s'approchait un peu trop de l'indifférence à son goût. Oui, elle appréciait Roy, oui, ils avaient passé un bon moment, mais elle ne s'effondrerait pas en sanglots s'il décidait de mettre fin à leur flirt ici et maintenant. Elle n'était pas contre l'inverse non plus, car son intuition lui soufflait que Roy ne serait jamais l'un de ces amoureux transis et collants qui la faisaient fuir. Peut-être que certaines personnes ne connaissaient jamais de grande histoire d'amour passionnée comme dans les livres, voilà tout. Peut-être même que Juliana attendait quelque chose qui n'existait pas, et qu'elle ferait mieux de s'y résoudre avant de laisser passer sa chance d'être heureuse.

Aussi, lorsqu'il lui proposa plutôt maladroitement de se revoir, Juliana laissa son sourire s'agrandir, étrangement rassurée par l'expression incertaine de son amant. Peut-être bien qu'ils étaient sur la même longueur d'ondes, au fond. Elle glissa une main derrière sa nuque et répondit à son baiser, se donnant le temps de réfléchir. Elle avait l'impression que Roy saurait la traiter avec respect sans l'étouffer, alors pourquoi se priver ? Ce qu'il lui proposait ne l'engageait pas à grand chose, au fond. Il lui proposait de se revoir et de faire connaissance, pas de lui passer la bague au doigt.

"C'est un bon programme", répondit-elle avec un sourire. "Je serais ravie de faire plus ample connaissance, Roy."

Un léger flottement suivi ses paroles. Sans doute faudrait-il définir un peu plus leur relation, car Juliana n'était pas certaine de savoir ce que "remettre cela" impliquait. Formeraient-ils un couple, dans le sens romantique du terme, ou bien se verraient-ils simplement de temps à autre, sans réellement chercher à bâtir quelque chose ensemble ? Son avis sur ces questions était bien trop flou pour qu'elle s'aventure d'elle-même sur ce terrain là. Se redressant légèrement pour se rapprocher de son amant, Juliana glissa une main le long de son dos et captura ses lèvres des siennes, bien décidée à combler le silence.


RP Terminé



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Tell me you feel the same [Juliana & Roy]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: L'Avenue des Douze Chênes ,-