AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 I like the way this is going [Juliana & Alicia]

Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
20 mars 2008

Alicia observa son reflet d’un œil critique, avant de saisir son mascara pour en appliquer sur ses cils. Une fois cette tâche terminée, elle arrangea ses cheveux, et se déclara prête, après avoir lissé d’une main les plis de sa robe. La jeune femme ne s’habillait que très rarement de cette façon là. A vrai dire, elle était plus adepte du jean et du t-shirt simple, qu’elle dissimulait sous sa blouse blanche de médicomage. Même lorsqu’elle sortait, elle restait relativement simple dans ses choix vestimentaires. Et puis, ce soir, elle avait eu envie de ressortir une robe. Très simple aussi, cela dit. Une petite robe noire très classique, assez courte, mais qui lui allait bien, et qui la mettait en valeur. Elle ne savait pas vraiment comment cette envie lui était venue. Etait-ce parce qu’elle sortait uniquement avec Juliana ? lui souffla une petite voix assez désagréable. Non, bien sûr que non. Evidemment que son amie était jolie, qu’à chaque fois qu’elle souriait, elle avait l’impression que quelque chose remuait en elle, et oui, qu’elle avait déjà eu quelques pensées inappropriées à son égard mais… Mais non. Elle avait juste envie de plaire parce qu’elle était toute seule depuis novembre, parce que la solitude commençait à lui peser. Et puis, on ne savait jamais, n’est-ce pas ? Qui sait si elle ne rencontrera pas sa princesse charmante, ce soir, dans un bar londonien ?

Alicia enfila ses chaussures, jeta un nouveau coup d’œil dans le miroir, puis un autre à sa montre. Elle allait être en retard, réalisa-t-elle en fronçant les sourcils. Elle chercha son sac du regard, le repéra, et l’attrapa, avant de saisir sa veste et de l’enfiler – nous ne sommes qu’en mars, tout de même. Pourtant, le temps était relativement doux, pour la saison, et elle ne grimaça pas lorsque le vent se leva pour souffler, au moment même où elle passait la porte du hall de son appartement. La jeune femme prit quelques secondes pour réfléchir, pour vérifier que tout ce dont elle avait besoin se trouvait bien dans son sac. Clés, baguette magique, principalement. Une fois cette vérification effectuée, elle repartit d’un bon pas en direction d’une petite ruelle, qui se trouvait derrière son appartement, afin de transplaner à l’abri de tous les regards. Elle se concentra sur sa destination, prit le temps de visualiser l’endroit où elle voulait arriver. Moins d’une seconde plus tard, elle se trouvait à quelques pas d’une rue de Londres animée. Restant immobile le temps que les effets désagréables du transplanage se dissipent, Alicia finit par rejoindre la rue et balaya les environs du regard, dans l’espoir de trouver Juliana.

Elles avaient convenu de se retrouver à côté d’un salon de thé très prisé des londoniens, et, par conséquent, Juliana ne devait pas être bien loin. Effectivement, la jeune femme se trouvait dos à elle, quelques mètres plus loin. Un sourire s’étira sur les lèvres d’Alicia, alors qu’elle marchait vers son amie ; elle se sentait particulièrement joyeuse, ce soir-là. Posant ses mains sur les épaules de Juliana pour la tourner vers elle, elle la salua également d’un sourire.

« Coucou Julia ! » lança-t-elle, enjouée. « Tu vas bien ? » s’enquit la jeune femme en posant un regard interrogateur sur son amie.

Sortir de chez elle lui faisait le plus grand bien, réalisa-t-elle en s’intéressant à la réponse de Juliana. Elle avait besoin de casser cette routine qu’elle s’imposait depuis trop longtemps.

« Je connais un bar dans cette rue, assez sympa, où ils passent de la bonne musique. On pourrait y aller, peut-être ? Je meurs de soif ! » confia-t-elle en souriant de nouveau. « Sauf si tu connais un autre endroit, évidemment, je pense que je pourrais m’accommoder à tout. » déclara-t-elle, avant d’aviser un bar à l’apparence plutôt morbide. « A presque tout ! » corrigea-t-elle dans un éclat de rire. [/color][/color]



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1273

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana s'observa d'un oeil critique dans le miroir pendant approximativement une demi-seconde, avant de déclarer qu'elle était parfaitement présentable. La jeune femme n'avait jamais été du genre à passer deux heures dans la salle de bain à se pomponner avant de sortir et ce soir ne ferait pas exception, même si elle avait passé un peu plus d'efforts que d'habitude pour se faire jolie. Elle avait même fait plus attention à sa tenue que lorsqu'elle allait voir Roy, qui la trouvait de toute façon sexy dans sa tenue de service, alors pourquoi s'enquiquiner... Julia était le genre de personnes qui pensait qu'elle devait plaire telle qu'elle était ou ne pas plaire du tout. La vie était trop courte et trop remplie pour la perdre en préoccupations futiles devant une penderie ou un miroir, à complexer sur un poil disgracieux ou un bourrelet en trop ! Néanmoins, elle avait toujours quelques jolies tenues pour les occasions particulières ou les sorties entre amis, et avait opté ce soir pour une jupe et un joli débardeur, délaissant ses traditionnels pantalons confortables.

Pourquoi cette coquetterie soudaine ? Elle ne le savait pas vraiment, car elle ne faisait rien d'extraordinaire, après tout. Il ne s'agissait jamais que d'aller boire quelques verres avec Alicia... Mais c'était la première fois qu'elle sortaient ainsi le soir toutes les deux, dans Londres qui plus est, loin des bars fétiches de Juliana à Bristol. La jeune serveuse avait attendue cette soirée avec impatience depuis qu'elles l'avaient prévue. Elle appréciait de plus en plus sa nouvelle amie et réalisait qu'elle en venait à préférer passer du temps avec Alicia qu'avec ses amis de d'habitude, ce qu'elle mettait sans trop se poser de questions sur le compte de la nouveauté. Sa journée de service au restaurant lui avait semblé incroyablement longue tant elle avait hâte d'être au soir, et elle partit presque en avance de chez elle, après avoir enfilé une veste chaude par-dessus sa tenue un peu trop légère pour la saison.

Juliana traversa la pièce commune de son appartement, où Joel était occupé à lire un roman épais comme sa tête, et déposa un baiser sur la joue de son meilleur ami. Ce dernier parvint à s'extirper de sa lecture suffisamment longtemps pour dévisager Juliana de haut en bas.

"Tu vois ta médicomage, ce soir ?", questionna-t-il finalement en posant un regard inquisiteur sur son amie.

"Oui, Alicia, pourquoi ?", répondit Juliana, légèrement intriguée.

"Non, comme ça, pour rien, amuse-toi bien !"

Juliana le remercia puis saisit son sac à main dans lequel elle glissa sa baguette magique, avant de quitter l'appartement. Quelques instants plus tard, elle avait transplané dans une ruelle de Londres et se dirigeait vers la rue plus animée où elle avait rendez-vous. Légèrement en avance, Juliana avançait lentement, s'imprégnant de l'ambiance si particulière de la capitale et réfléchissant à sa soirée, sentant des frémissements d'excitation se répandre dans son estomac. Elle était à peine arrivée à destination qu'elle sentit des mains se poser sur ses épaules. Juliana tourna un sourire radieux vers Alicia.

"Salut Ali, ça va super et toi ?"

La jeune femme suivit le regard d'Alicia en direction d'un bar à l'air glauque, et éclata de rire.

"Va pour ton bar ! A Bristol je les connais quasiment tous mais ici je suis en terre inconnue..."

Juliana suivit donc Alicia et lança la conversation, joyeuse :

"Tu as passé une bonne semaine ? Quelles sont les nouvelles ?"




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
« Oui, ça va très bien ! » répondit Alicia, souriante, lorsque Juliana s’enquit de savoir comment elle allait.

Depuis quelques minutes, en tout cas, elle se sentait réellement bien. Elle n’allait pas se voiler la face : cette soirée n’y était pas pour rien. Elle était heureuse de passer du temps avec Juliana, seule à seule, et sans leurs amis respectifs autour d’elles. Elle savait bien, pourtant, que ce qu’elle entreprenait était vain. Son amie était hétéro, absolument pas intéressée par elle – et par les femmes en général, donc – et en plus de ça, elle fréquentait plus ou moins régulièrement Roy. C’était une cause perdue, assurément. Mais Alicia ne parvenait pas à y renoncer, malgré son esprit logique qui la priait de ne rien faire de stupide. Et c’était sûrement parce que Juliana était la première personne – depuis sa rupture avec Gladys – avec qui elle se sentait réellement bien. Elle fut tirée de ses pensées par la voix de Juliana, qui lui demandait comment s’était passée sa semaine. Papillonnant des yeux quelques instants, Alicia finit par revenir à elle, et posa son regard sur la jeune femme, quelque peu honteuse d’avoir ce genre de pensées alors que Julia était juste à côté d’elle.

« Plutôt bonne semaine, oui ! Un peu fatigante, cela dit, j’avais des patients assez importants, et une de mes collègues est partie en congé maternité, donc pour l’instant, son remplaçant a un peu de mal à s’habituer. Ça ira mieux la semaine prochaine, j’imagine ! Quant aux nouvelles… Rien de bien particulier, j’en ai peur ! Mon frère est venu hier soir, et il m’a dit qu’il voulait me présenter sa petite-amie… C’est bien la première fois qu’il me demande ça ! Je suis curieuse, du coup, elle doit être spéciale ! » déclara Alicia en marchant aux côtés de Juliana dans la rue, en direction du bar.

Elles l’atteignirent en quelques pas, et Alicia poussa la porte pour laisser Juliana passer, entrant à sa suite. Elle avait toujours aimé l’ambiance de ce bar, qui passait de la vieille bonne musique, tout en restant chaleureux. Le patron et barman – Tom – était un homme un peu rondouillet, au sourire facile, et au visage accueillant. Elle le salua de la main en entrant, avant d’aviser une table pour deux, et d’y conduire Juliana. S’asseyant en face d’elle, elle observa la jeune femme quelques instants, avant de lui adresser un sourire, et de reprendre :

« Et toi alors, comment s’est passée ta semaine ? Donne-moi tes nouvelles ! » réclama-t-elle en se redressant légèrement et en posant sa veste sur le dos de sa chaise. « Tiens, comment ça se passe, avec Roy ? » lâcha Alicia avec innocence, en posant toutefois un regard interrogateur sur son amie.

Innocence qui n’en était pas vraiment. Penser au couple que Juliana formait avec Roy n’était définitivement pas une chose agréable, mais sa curiosité prenait le dessus à chaque fois. Elle attendait le jour où son amie lui ferait part de la fin de cette relation, tout simplement – bien que cette pensée n’était pas vraiment juste Roy, ou même pour Juliana, et qu’elle privilégiait son propre bonheur, elle le reconnaissait. C’était d’ailleurs bien pour ça qu’elle n’avait absolument rien fait pour dissuader la jeune femme de quoique ce soit – elle n’était même pas certaine d’y arriver, de toute façon. Une serveuse passa à côté d’elles et s’arrêta pour prendre leurs commandes, avant de partir les chercher. Alicia reporta par la suite son attention sur Juliana et attendit patiemment sa réponse.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1273

Voir le profil de l'utilisateur
Tout en marchant dans la ruelle animée, Juliana écouta Alicia lui parler de son travail et de sa collègue en congé maternité. La jeune serveuse était toujours un peu impressionnée d'avoir affaire à une vraie médicomage, ce métier qui lui paraissait si difficile à atteindre et prestigieux. Jamais elle n'aurait espéré atteindre un tel niveau professionnel et ce n'était d'ailleurs pas pour rien qu'elle n'avait même pas essayé : elle se connaissait et savait qu'il lui fallait un métier au contact des gens, elle aussi, mais qui ne nécessite qu'une mémoire capable de retenir les commandes des clients, pas l'intégralité des os du corps humain. L'univers de Sainte Mangouste correspondait bien à Alicia, cependant, avec sa personnalité humaine et douce.

"Oui, il s'habituera !", répondit Juliana joyeusement, avant de tourner un regard curieux vers son amie quand elle lui parla de la petite-amie de son frère. Un petit sourire espiègle aux lèvres, elle lança :

"Oh, tant mieux pour lui ! Tu me raconteras comment s'est passée la rencontre ?"

Juliana pénétra dans le bar en remerciant Alicia, qui l'avait laissée passer, du bout des lèvres puis jeta un regard expert autour d'elle, évaluant l'endroit. Un petit sourire approbateur aux lèvres, elle salua le barman et se dirigea vers une table qu'Alicia avait repérée. Elle s'y installa et sentit son sourire se figer légèrement quand Alicia l'interrogea au sujet de Roy. Juliana prit tout son temps pour ôter sa veste et l'accrocher au dossier de sa chaise, hésitant à s'ouvrir à son amie. Cela faisait presque un mois qu'elle voyait Roy et elle aurait dû être aux anges. Les moments qu'elle passait en sa compagnie étaient toujours agréable, c'était quelqu'un d'intéressant, avec qui on ne s'ennuyait pas un instant et qui la respectait. Certes, il n'était probablement pas le modèle type du gendre idéal que son père aimerait la voir rencontrer, mais il aurait fallut être difficile pour ne pas s'estimer heureuse... Et pourtant, ce n'était pas le cas. La lassitude semblait déjà s'être emparée d'elle, après seulement quelques semaines à fréquenter Roy, et cela sans la moindre raison. Juliana ne voyait pas ce qu'elle pouvait objectivement lui reprocher, pas plus qu'elle ne voyait ce qu'elle pouvait vouloir de plus... Alors elle s'efforçait d'étouffer ses doutes et ses appréhensions, déniant leur existence. Il était pas question de fuir cet homme, son ego le refusait. Juliana avait décidé de s'imposer d'être heureuse avec Roy, parce qu'elle allait être très heureuse, c'était évident. A défaut de l'être pour l'instant.

"Roy", répondit-elle finalement en promenant son regard partout sauf sur Alicia, prétextant la découverte du bar. "Hum, oui, ça se passe bien, tu sais..."

Haussant des épaules comme pour écarter le sujet, elle plissa des yeux pour déchiffrer le nom des boissons inscrites sur une pancarte.

"Qu'est-ce que tu veux boire ?", lança-t-elle joyeusement en reportant son attention sur Alicia. "Je me laisserais bien tenter par un cocktail, histoire de s'amuser un peu ! Et toi, au fait, du nouveau sur le plan sentimental ?"

L'expression de son visage se fit taquine lorsqu'elle se pencha légèrement sur la table, comme pour inciter son amie aux confidences. Curieusement, parler de la vie sentimental d'Alicia lui paraissait bien plus intéressant que d'évoquer ce qui se passait entre Roy et elle...



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
L’hésitation de Juliana suffit à retenir l’attention d’Alicia, qui glissa vers elle un regard curieux, alors qu’un semblant d’espoir venait s’immiscer en elle. Espoir qu’elle préféra éliminer rapidement. Ce n’était pas parce que son amie ne semblait pas très enthousiasme à l’idée d’évoquer sa relation avec Roy qu’elle devait en tirer des conclusions. Peut-être qu’ils traversaient seulement une période un peu difficile, ou qu’ils s’étaient disputés, tout simplement. Ou alors, peut-être que Roy ne convenait pas à Julia, et qu’elle recherchait un autre homme. Oui, sans doute. A vrai dire, Alicia ne l’appréciait elle-même pas énormément. D’abord, parce qu’elle avouait être relativement jalouse de lui. Ensuite, parce que quelque chose, dans son attitude, ne lui plaisait pas forcément – mais elle ne saurait dire quoi. Enfin, son jugement était probablement faussé, après tout, elle n’avait rien contre lui avant d’apprendre sa relation avec Juliana. Merlin. Elle devait absolument arrêter d’être aussi… Aussi comme ça. Elle ne se reconnaissait pas. Alicia n’était pas le genre de fille à s’accrocher à une cause perdue – ou même à convoiter la petite-amie d’un autre. Et puis, elle ne pouvait pas entretenir une amitié saine avec Juliana si elle continuait à développer une attirance et des sentiments pour elle, c’était  impossible ! Et pourtant… Pourtant elle avait l’impression qu’une petite voix dans sa tête l’encourageait dans ce sens. Elle se disait que cela pouvait en valoir la peine.

Elle secoua la tête, agacée par ses propres pensées. Elle remit ses cheveux en place le temps de se composer un visage souriant – et non troublé, comme il l’était maintenant – et la jeune femme reporta son attention sur Juliana, qui lui demandait ce qu’elle voulait boire. Après un léger coup d’œil vers la carte, Alicia hocha la tête pour approuver l’idée de commander des cocktails, et elle chercha du regard une serveuse dans la salle. L’une se dirigeait justement vers elles, et arriva au même moment où Juliana la questionnait sur sa vie sentimentale. Prenant garde à ne pas trop rougir, la Médicomage inspira et se tourna vers la jeune femme qui venait d’arriver pour prendre leurs commandes. Après avoir commandé sa boisson, Alicia se tourna vers Juliana pour qu’elle fasse de même, avant de remercier la jolie serveuse d’un sourire. Une fois cette dernière partie, la jeune femme posa son menton dans le creux de sa main et observa son amie.

« Qu’est-ce qu’on disait, déjà ? Ah, oui, ma vie sentimentale. » répéta-t-elle pour gagner un peu de temps. « Disons que c’est un peu compliqué. Il y a bien une femme qui me plaît mais… Mais c’est une situation assez délicate. Enfin, je retrouverais bien quelqu’un, un jour ! » lança-t-elle, dans l’espoir de détourner la conversation sur un autre sujet. « J’espère, du moins, parce que je vais commencer à désespérer ! » déclara Alicia avec un rire un peu forcé.

Elle offrit un sourire à son amie, avant de se mordiller légèrement la lèvre inférieure, pensive. Il fallait dire que – depuis la découverte de son homosexualité – elle n’avait jamais eu à plaire à une autre femme. Lorsqu’elle avait rencontré Gladys, elle était persuadée d’être hétéro, et c’était son ex-petite amie qui avait prit les choses en main, au début, en l’embrassant. Depuis, elle n’avait été avec personne d’autre. A vrai dire, pendant un temps, elle n’avait pas été attirée par une seule femme, trop enfermée dans son chagrin et ses souvenirs. Un peu avant noël, elle avait décidé d’aller de l’avant. Quelques jours après, elle rencontrait Juliana. Et, quelques semaines après leur rencontre, elle prenait conscience d’avoir développé une certaine attirance pour elle. Un sourire s’étira sur ses lèvres, à cette pensée. Alicia ne croyait pas vraiment au destin, d’ordinaire.

« Et alors, que se passe-t-il en ce moment, dans ta vie ? » questionna Alicia, enjouée. « Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vues, quelles sont les nouvelles ? »

Elle se pencha vers elle et s’apprêtait à poser une autre question, lorsque la serveuse arriva avec leurs commandes, qu’elle posa sur la table. La remerciant, Alicia saisit la sienne pour en siroter une gorgée, toute son attention à présent portée sur son amie.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1273

Voir le profil de l'utilisateur
Il sembla à Juliana que son amie fut troublée par sa question, au moins autant qu'elle-même l'avait été au sujet de Roy. Cette impression fut renforcée par le temps que mit Alicia à lui répondre, profitant de la distraction qu'offrait la serveuse en venant fort à propos prendre leurs commandes. Juliana hésita un instant puis passa commande d'un cocktail à base de rhum. Ce n'était peut-être pas très sage, car elle se connaissait quand elle commençait ses soirées au rhum, mais elle avait envie de s'amuser ce soir. Il était hors de question qu'Alicia et elle gardent ces mines perturbées à cause de leurs soupirants respectifs, elles étaient là pour s'amuser ! Juliana sourit à son amie lorsque celle-ci reporta son attention sur elle, posant son menton au creux de sa main. Une sensation de bien-être l'envahit et elle se laissa aller contre le dossier de sa chaise en soupirant d'un air satisfait. Cette impression de contentement fut cependant légèrement ternie quand Alicia lui annonça qu'elle avait quelqu'un en vue, sans que Juliana ne comprenne réellement pourquoi. Cela n'avait rien d'étonnant, après tout, Alicia n'allait pas rester célibataire pour toujours ! Juliana n'avait aucune raison d'être attristée par cette nouvelle, si ce n'est la crainte déraisonnée que son amie s'éloigne si elle venait à être en couple. Ce qui était stupide, elle en avait bien conscience.

Attendrie par les inquiétudes d'Alicia, Juliana avança sa main et serra brièvement celle de la médicomage dans la sienne, avant de répondre :

"Oh, mais bien sûr que tu vas trouver quelqu'un, Ali, ça ne fait aucun doute ! Tu es adorable, belle comme un coeur et intelligente en plus ! Je suis sure que plein de filles seraient ravies d'être avec toi. Il faut juste que tu les trouves !"

La jeune femme était sincère, et était même surprise qu'Ali ne soit pas entourée de prétendantes. Sans doute passait-elle trop de temps dans son hôpital, et pas assez dans des bars comme celui-ci, voilà tout ! Le regard de Juliana se promena dans l'endroit et elle réalisa qu'il ne devait pas être facile de rencontrer des femmes lorsque l'on était lesbienne comme Alicia. Juliana n'y avait jamais réfléchi jusqu'à présent et elle songea qu'elle-même serait bien en peine de rencontrer une femme, tant son entourage était à la fois masculin et hétéro... Jusqu'à Alicia, du moins, Alicia qui elle-même n'avait eu qu'une seule petite amie jusqu'à présent. Non, sa situation n'était pas facile... Mais c'était bien, aussi, le célibat, songea Juliana avec optimisme. Elle s'apprêtait à interroger Alicia au sujet de sa situation délicate, quand Alicia changea le sujet, au moment où la serveuse venait leur apporter leurs commandes. Un petit sourire en coin s'étira sur les lèvres de Juliana alors qu'elle se saisissait de son verre. Alicia ne s'en sortirait pas comme ça, elle était beaucoup trop curieuse de savoir. Juliana n'était pas le genre de fille qui aimait échanger des ragots autour d'un verre d'ordinaire, mais il s'agissait de la vie de son amie, après tout, c'était différent. Et puis cela changeait agréablement des conversations Quidditch et politique qu'elle avait avec les amis communs qu'elle avait avec Joel...

"C'est vrai que ça fait longtemps", répondit-elle en sirotant son verre. "Pas grand chose, ma foi ! Ma famille se porte bien, mon filleul Grady a une chérie, il est mignon... Et drôle ! Elle a l'air adorable, enfin elle a intérêt, parce que si elle lui brise le coeur..."

Juliana prit l'air menaçant de la cousine surprotectrice, avant de laisser échapper un sourire attendri.

"La vie à Poudlard me manque un peu parfois... On a pas mal de monde au Triton en ce moment, du coup, je ne vois pas passer les services mais j'ai mal partout à la fin de la journée."

Comme pour illustrer ses propos, la serveuse étira ses muscles endoloris puis reporta son attention sur Alicia, l'air innocent.

"Et toi, quelles sont les nouvelles ? Tu vas me dire qui est cette femme qui te plait, ou tu préfères laisser mourir de curiosité ? Je n'ai pas peur de te faire boire pour obtenir ce que je veux..."



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
La tirade de Juliana suffit à Alicia pour que ses joues prennent une jolie teinte rosée, alors qu’elle baissait les yeux, à la fois ravie et gênée. Elle se sentait complètement vulnérable face à son amie, et cette sensation était toute aussi déplaisante qu’elle était agréable. Déplaisante, parce que Julia - comme elle s’efforçait de se le répéter - était hétéro, et que, par conséquent rien ne pouvait arriver entre elles. Agréable, parce qu’il devenait clair que les sentiments qu’Alicia pouvait ressentir à l’égard de la jeune femme étaient plus qu’amicaux. Elle lui plaisait. Elle lui plaisait comme jamais une femme – depuis Gladys – ne lui avait plu. Juliana et son sourire quasiment permanant, sa joie de vivre communicative, ses yeux rieurs, sa personnalité toute entière. Et, si cela ne tenait qu’à elle, Alicia ne se ferait pas prier pour se pencher vers la jeune femme pour l’embrasser. Malheureusement, ce n’était pas le cas. Pour rien au monde elle n’avait envie de perdre l’amitié de Juliana à cause d’un geste déplacé. Sa rencontre avec la jeune femme était la meilleure chose qui lui était arrivée depuis des mois, et elle ne pouvait décemment pas tout gâcher en exposant ses sentiments. Dans cette équation venait également se rajouter Roy. Si elle ne l’appréciait pas plus que ça, il entretenait une relation avec Juliana qu’elle ne pouvait pas nier. Elle ne gagnerait rien à mettre en application l’idée qu’elle avait en tête à ce moment là, si ce n’est un silence gênant. Non, définitivement, se raisonna-t-elle en relevant les yeux vers Juliana, un léger sourire aux lèvres, bien décidé à agir normalement.

« Encore faut-il les trouver, oui ! » déclara Alicia avec une pointe d’humour.

Et en soit, ce n’était pas le plus simple. Objectivement, la jeune femme trouvait plusieurs femmes jolies. La serveuse qui était venue à leur table, par exemple. Pourtant, elle se savait parfaitement incapable d’aller lui parler avec l’idée de lui proposer de sortir derrière la tête. Elle n’était pas à l’aise avec ça, et elle bloquait complètement à chaque fois qu’elle l’envisageait. La peur d’être repoussée, sans doute. Enfin, elle trouverait bien quelqu’un, oui… Une fois que son attirance pour Juliana lui sera passée, et qu’elle pourra commencer à s’intéresser aux autres femmes de nouveau, sans qu’elles ne lui paraissent fades. Sortant de ses pensées, elle préféra se concentrer sur ce que lui racontait Juliana sur sa famille, esquissant un sourire lorsqu’elle évoqua son filleul, Grady.

« Ah, agirais-tu comme tes grands-frères ? » la taquina-t-elle alors que son amie prenait un air menaçant. « Tu sais, le côté surprotecteur, tout ça… » expliqua-t-elle avec un sourire malicieux.

Son propre grand-frère n’avait jamais été vraiment protecteur envers elle. Il gardait un œil sur elle, certes, et intervenait lorsqu’elle en avait besoin, mais il n’avait jamais cru bon d’intervenir dans sa vie privée et sentimentale. Alicia s’était débrouillée seule depuis sa tendre enfance, et ne s’en plaignait pas forcément. C’était ce qu’il lui avait donné son indépendance, et le courage d’aller jusqu’au bout de ses études de médicomagie.

« Ah oui, c’est le début des beaux jours, les habitants qui sortent prendre l’air et s’arrêtent boire un verre.  C’est vrai que ça ne doit pas être une période creuse pour les restaurants ! » lança-t-elle en posant un regard compatissant sur Juliana lorsqu’elle s’étira.

Les questions qu’elle posa ensuite la  laissèrent muette durant quelques instants, et elle leva son verre pour en boire quelques gorgées afin de masquer sa gêne. Elle savait bien qu’elle n’aurait pas dû laisser échapper cette information, c’était parfaitement stupide de s’attendre à ce que Juliana ne pose pas de questions ! Elle en posait, des questions, et elle en posait même des très précises. Et Alicia était coincée. Soit elle mentait pour se sortir de cette situation délicate, mais le mensonge n’était pas quelque chose qu’elle appréciait plus que ça. Soit elle répondait la vérité, mais elle n’était pas persuadée que ce soit une bonne idée. Soit elle refusait de répondre, ce qui était aussi louche que vexant pour son amie qui se confiait à elle. Prise d’un dilemme, Alicia observa Juliana avec attention, alors qu’un sourire s’étirait sur ses lèvres au fur et à mesure qu’une idée germait dans sa tête.

« Mais c’est si drôle de te voir mourir de curiosité ! » lança la jeune femme avec un soupir accompagné d’un petit rire. « Je pense que tu vas devoir me faire boire, alors. Allez, tiens, on parie que tu n’as pas réussi à m’arracher le nom de ladite femme avant la fin de la soirée ? Pour s’amuser. Si tu n’y parviens pas, je te le dirais quand même, promis. Mais si tu réussis, tu gagnes… Ce que tu veux ? » proposa-t-elle avec un sourire enjoué.

Juliana aurait probablement oublié avec la fin de la soirée – ou aurait trop bu pour s’en souvenir, assurément.

« Je comprendrais que tu ais peur de perdre, cependant… » la taquina-t-elle avec un clin d’œil, alors qu’elle reprenait une gorgée de son cocktail.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1273

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana adopta une mine boudeuse. Elle ne voyait pas ce qu'il y avait de si drôle à la faire mourir de curiosité ! C'était très sournois de la part de son amie que d'évoquer une potentielle soupirante d'une manière si sibylline, en ne lui lâchant que des bribes d'information ! Evidemment, qu'elle allait être curieuse... Le visage de la serveuse s'illumina néanmoins d'un sourire malicieux à la suite des paroles de son amie. C'était dans ces moments là que Juliana se rappelait qu'elles ne se connaissaient pas depuis très longtemps. Si Alicia avait déjà participé à des soirées avec Juliana, jamais elle ne l'aurait défié sur de l'alcool ! Perdre, comme si elle pouvait perdre face à Alicia, une jeune fille dont les années d'étude avaient dû être sérieuses pour qu'elle parvienne à sa fonction, tandis que Juliana passait ses soirées dans les bars... Non, décidément, elle n'avait rien à craindre. Nul doute que la médicomage gracile et fluette ne ferait pas le poids face à la constitution robuste de Juliana. Elle avait l'habitude de passer ses soirées avec des hommes qui buvaient comme ils respiraient, alors un duel face à Alicia serait un jeu d'enfant. Enfin, il ne fallait jamais sous-estimer son adversaire, après tout...

"Challenge accepted", lâcha Juliana en tendant le bras vers Alicia pour sceller leur pari d'une poignée de main. Un sourire machiavélique s'étira sur ses lèvres. "Tu ne sais pas à quoi tu viens de t'engager, jeune fille. Je suis imbattable, et je n'ai pas peur ! Une Gryffondor n'a jamais peur."

Comme pour illustrer ses propos, elle vida la fin de son verre d'un coup puis leva une main assurée à l'attention de la serveuse. Elle passa commande d'une bouteille de Whisky Pur Feu et sortit un jeu de cartes de sa poche. Règle numéro un d'une bonne soirée : toujours avoir des cartes à disposition !

"Je vais te soutirer le nom de ta damoiselle avant la fin de la soirée, compte sur toi", promit Juliana en répondant au clin d'oeil d'Alicia sur le même mode. Distribuant les cartes en deux tas, elle ajouta : "Je te propose une partie de bataille explosive. Chaque fois que l'une d'entre nous perd une figure, elle boit. Chaque fois que l'une d'entre nous fait exploser les cartes, cul sec ! Ca te convient ? Sauf si tu as un autre jeu à proposer..."

Se penchant légèrement sur la table, elle conclut d'une voix taquine :

"Ou sauf si c'est toi qui a peur. Tu peux me le dire tout de suite, si c'est le cas, tu nous épargneras un réveil difficile..."

En réalité, cette idée ne dérangeait pas vraiment Juliana, bien au contraire, la soirée s'annonçait des plus amusantes...




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
« Parce que les Serdaigle sont censés être craintifs ? » répondit Alicia du tac au tac, alors qu’elle serrait la main de Juliana avec un sourire malicieux. « Un jour, je t’emmènerais aux soirées des étudiants en médicomagie. Tu verras si tu n’as pas peur. » lança-t-elle avec un éclat de rire.

Il fallait dire que les médicomages n’étaient pas connus pour organiser des soirées calmes, loin de là… Elles dégénéraient souvent, et ce n’était pas l’alcool qui manquait. C’était une manière comme une autre de décompresser, en quelque sorte. Ils étaient confrontés à la mort régulièrement, et la pression n’était jamais aussi forte que dans un hôpital. Voir ses patients mourir était une chose que chaque médicomage devait apprendre à accepter. On ne pouvait pas sauver tout le monde – on devait simplement faire le maximum. Pourtant, ce n’était jamais chose facile, et c’était toujours une épreuve, pour Alicia, tout juste diplômée. On s’y faisait, lui disait-on. Elle s’y ferait. Tout cela pour dire qu’elle avait appris à développer une certaine résistance à l’alcool, à force. Cependant, elle reconnaissait qu’elle était plus fluette que Juliana, qui elle-même, en tant que serveuse, devait avoir un certain rapport avec l’alcool. Elle verrait bien ce qui ressortirait de cette soirée, de toute manière ! Puis, il y avait beaucoup de chance pour que Juliana boive assez pour ne pas se souvenir de la question qui avait entraîné ce pari.

« Peur ? Quelle idée ! Je compte tout à fait t’imposer un réveil tout aussi difficile que le mien, crois-moi. Comme si le courage n’était réservé qu’aux Gryffondor ! » déclara-t-elle, taquine. « Ton jeu me va. Mais prépare-toi à perdre ! » lança Alicia, sa provocation trahie par un sourire réjoui.

A vrai dire, elle était plus qu’heureuse d’être là. Julia – outre le fait qu’elle lui plaisait – était une vraiment bonne amie, et Alicia – qui ne se liait pas souvent d’amitié avec les autres filles – en profitait pleinement. Il était agréable de sortir comme ça, un soir, juste à deux, et de profiter de la soirée pour parler, et boire sûrement plus que de raison. La jeune femme saisit son paquet de carte, et adressa un regard amusé à son amie, avant de lancer le jeu. Tout se passait bien, jusqu’à ce qu’une de ses cartes explose, la faisant sursauter légèrement. Elle claqua la langue – elle n’avait jamais été vraiment douée à la bataille explosive, en réalité – avant de se servir d’un verre de Whisky Pur Feu et de le vider cul-sec.

« Je m’échauffe, c’est tout. » expliqua-t-elle avec mauvaise foi, en abattant une nouvelle carte, offrant toutefois un autre sourire à son amie.

La partie reprit de plus belle, et les deux jeunes femmes virent tour à tour leurs cartes exploser. Attablées devant leur bouteille de Whisky-Pur-Feu, le niveau de leur conversation se dégrada rapidement, alors que des éclats de rire s’élevaient régulièrement. Une sensation de bien-être s’était emparée d’Alicia, qui ne vit pas les heures passer, trop concentrée sur le jeu et sur Juliana, dont l’alcool faisait rougir les joues. Elle en avait oublié complètement la raison qui avait entraîné ce jeu, et ce n’était pas plus mal ainsi. Sa carte explosa une nouvelle fois, brûlant légèrement le bout d’une de ses mèches de cheveux.

« Je vais commencer à croire que ton jeu est truqué, Julia ! » lança la jeune femme, faussement sérieuse, avant de saisir son verre pour le porter à ses lèvres.

« Alors, est-ce que tu déclares forfait ? » la taquina-t-elle en se penchant vers son amie pour l’observer avec attention, vrillant son regard dans le sien, alors qu’elle sentait nettement ses joues rougir par cette proximité. « Tu devrais. » souffla-t-elle avec un sourire amusé, pour se redonner contenance.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1273

Voir le profil de l'utilisateur
"C'est ce qu'on verra, courageuse Serdaigle !"

Une partie endiablée s'engagea entre les deux jeunes femmes, pour le plus grand plaisir de Juliana qui se sentait particulièrement bien, dans l'atmosphère agréable du bar, avec des cartes à la main et Alicia dans son champ de vision. Juliana savait qu'elle pouvait avoir de longues conversations intéressantes avec son amie mais c'était agréable de découvrir qu'elles pouvaient aussi s'amuser d'une façon tout à fait...mature, oui, vraiment. Juliana laissa échapper un cri victorieux lorsque la première explosion se produisit, déclenchée par une carte d'Alicia. Visiblement, elle avait choisi le bon jeu pour terrasser son adversaire, qui n'allait pas tarder à succomber et à lui révéler son secret ! La soirée se déroula sur ce thème, au gré des rires et conversations entrecoupées d'explosions occasionnelles, et Juliana passa un excellent moment. Même si ses sourcils avaient bien failli roussir une fois ou deux... Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle avait porté son verre à ses lèvres et elle avait l'impression de flotter sur un nuage, confortablement enveloppée dans les vapeurs de l'alcool. Et ce n'était rien par rapport à Alicia, qui finit par s'interroger quant à son jeu de cartes. Juliana lui adressa un sourire mystérieux avant de rire :

"Je suis la plus forte et tu n'as pas envie de le reconnaître, voilà tout", se vanta-t-elle en riant. Elle haussa un sourcil lorsque son amie se rapprocha légèrement pour lui suggérer de déclarer forfait. Observant le visage de son amie, Juliana se perdit dans ses pensées contemplatives. Il y avait une certaine intensité dans le regard d'Alicia, et ses joues étaient légèrement rougies, ce qui lui donnait l'air un peu différent, un peu moins sage et un peu plus... elle ne savait pas trop, mais cela lui allait bien. Elle était belle, Alicia, belle et adorable, elle en serait presque jalouse. Oui, c'était bien une pointe d'envie qu'elle ressentait, et qu'elle écarta bien vite. Légèrement perturbée par cet échange visuel, Juliana attrapa la mèche roussie d'Alicia pour se donner une contenance et fit mine de l'observer, un petit sourire aux lèvres. Alicia attendait sa réponse et il était temps de revenir à la réalité. Juliana lâcha les cheveux de son amie et redressa le menton.

"Hum, non, je ne crois pas...", dit-elle finalement d'une voix chantante. "Je crois au contraire que tu es sur le point d'admettre ta défaite et de m'avouer ton secret."

Si Alicia avait espéré que Juliana oublierait la raison d'être de leur petit jeu, elle s'était fourvoyée. Non seulement la serveuse avait bonne mémoire, mais elle était étonnamment déterminée à en savoir plus, tant la curiosité la tenaillait. Elle ne savait pas vraiment pourquoi c'était important pour elle d'en savoir plus, elle qui n'avait d'habitude aucun goût pour les ragots et n'allait pas fouiner dans la vie de ses amis... C'était probablement parce qu'Alicia avait fait exprès d'aiguiser sa curiosité, la vile tentatrice !

"Alors ?", interrogea Juliana sans lâcher Alicia du regard, tout en fredonnant les paroles de la chanson populaire qui passait dans le bar. "Qui est ta belle, et pourquoi est-ce que c'est compliqué ? Tu sais que tu peux tout me dire..."

Elle prit un air suppliant pour appuyer ses propos et achever de convaincre son amie d'abandonner la partie. L'une d'elle allait finir par y laisser ses sourcils pour de bon, sinon...



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
« Tu as juste eu de la chance ! » contra Alicia, pleine de mauvaise foi, un sourire toutefois amusé aux lèvres.

En plus, c’était la vérité, songea-t-elle en observant Juliana, ce n’était qu’un jeu de hasard, ce n’était pas de sa faute si elle avait dû boire plus que de raison. Ses pensées à peu près cohérentes disparurent néanmoins à l’instant même où elle se pencha vers son amie. Ses joues rosies, ses yeux brillants, son grand sourire… Alicia ne parvenait pas revenir à la réalité ni à redescendre sur terre, trop occupée à détailler la jeune femme. Elle sentit son cœur s’emballer, et se mordilla la lèvre dans l’espoir de se calmer. Tout allait bien, il ne se passerait rien. Elle pouvait encore se contrôler, non ? Evidemment. Réprimant l’envie d’attirer le visage de Juliana vers le sien pour l’embrasser, Alicia se contenta de lui sourire, silencieuse. Elle tressaillit légèrement lorsque la serveuse lui attrapa une mèche de cheveux, puis esquissa une moue amusée lorsqu’elle se rendit compte que ladite mèche était roussie sur plusieurs centimètres. Ce jeu était dangereux, réellement.

« Admettre ma défaite, tout de suite... » lança-t-elle en haussant un sourcil. « Eh bien, j’avoue que j’ai bu plus que toi, mais… »

Mais. Mais elle ne pouvait pas vraiment révéler son secret. Pas alors que la fille en question se trouvait en face d’elle. Pas alors qu’elle était en couple. Pas alors qu’elle mourrait de peur de perdre son amitié. D’un autre côté, elle ne voyait pas comment se défiler. Elle avait déjà bu plus que de raison, et ne pouvait pas continuer indéfiniment ainsi. Elle ne pouvait pas non plus tenter de changer de sujet – Juliana ne se laisserait pas avoir. Et si elle refusait tout simplement de lui répondre, il y avait fort à parier que la jeune femme se mettrait à avoir des doutes qui pourraient réellement détériorer leur relation. Alors… Alors quoi ? Elle n’allait tout de même pas lui dire, si ? Lui avouer qu’elle avait des sentiments pour elle ? Qu’elle mourrait de l’embrasser, là, maintenant ? Elle ne pouvait pas, c’était insensé !

« Je sais bien que je peux tout te dire. » déclara Alicia avec un sourire, bien qu’agitée intérieurement. « C’est juste que… » Que quoi ? Qu’elle avait peur que plus rien ne soit comme avant, si elle se déclarait ? « C’est compliqué. »

Voilà des mots qui résumaient plutôt bien la situation. C’était compliqué. Compliqué parce que Juliana était intéressée par les hommes, compliqué parce qu’elle était avec Roy, compliqué parce qu’Alicia jouait leur amitié, si elle lui avouait avec des sentiments pour elle. D’un autre côté… D’un autre côté Juliana était là, en face d’elle, lui adressant un regard suppliant. Elle était là, belle, comme toujours, avec ce charme qui ne laissait sûrement pas Alicia indifférente. Ne pouvait-elle donc pas prendre un risque, une fois dans sa vie ? Ne pouvait-elle donc pas oser ?

« Parce que… » lâcha-t-elle du bout des lèvres, le cœur battant à la chamade.

Parce que c’est toi. Ces mots tournèrent longtemps dans sa tête mais ne se décidèrent pas à franchir ses lèvres scellées. Elle ne pouvait pas, elle n’y arriverait pas, réalisa-t-elle en observant Juliana. Elle n’était pas assez douée avec les mots, dans ce genre de situation. Elle ne parviendrait qu’à rester muette face à son amie, trop timide pour dire enfin ces quatre mots qui changeraient absolument tout. Alors, elle allait abandonner ? Elle allait se défiler, encore ? Elle allait s’en sortir avec un sourire aimable et une phrase amusée ? Non, lui souffla une petite voix dans sa tête. Il fallait qu’elle se lance, qu’elle essaie. Juliana n’était pas n’importe qui. Et si, en se défilant, elle passait à côté d’une histoire qui pouvait vraiment en valoir la peine ? Et si cette chance, cette opportunité de se déclarer ne revenait pas avant longtemps ?

Bien, songea-t-elle en se penchant vers Juliana. Son regard descendit jusqu’aux lèvres tentatrices de son amie, qui lui donnait envie d’y poser les siennes. Si elle ne pouvait pas parler, il lui restait un autre moyen de faire comprendre à Juliana l’attirance qu’elle avait pour elle. Ses yeux remontèrent jusqu’à ceux de la jeune femme, et elle tendit un bras pour venir poser sa main sur la nuque de la serveuse. Fébrile, elle n’attendit pas plus longtemps pour y exercer une légère pression afin d’inciter Juliana à s’avancer vers elle. Maintenant à quelques centimètres de son visage, Alicia songea durant quelques instants à se défiler, avant de chasser cette idée loin de son esprit. Non. Elle allait le faire. Ici et maintenant. Forte de ces nouvelles résolutions, elle captura les lèvres de Juliana, en un baiser d’abord timide, puis plus passionné. Et c’était bon. C’était bon parce que c’était quelque chose qu’elle attendait depuis longtemps, parce que c’était la première et sûrement la dernière fois qu’elle faisait ça, parce qu’elle avait besoin de sentir Juliana contre elle, son odeur emplissant ses narines. Après un moment plus ou moins long – Alicia avait perdu la notion du temps – la médicomage finit par mettre fin à l’étreindre, et passa sa main sur la joue de son amie, avant ramener son bras contre elle.

*Je suis désolée* voulu-t-elle dire, sans le pouvoir. Elle n’était pas vraiment désolée.

« Voilà pourquoi c’est compliqué. » souffla Alicia, dont le visage était encore proche de celui de Juliana.

Merlin.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1273

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana sentit son sang se mettre à bouillonner lorsque la main d'Alicia vint se poser sur sa nuque, impérieuse. Seulement maintenant, elle réalisait ce qui s'était tramé tout au long de cette soirée, alors que cette femme qu'elle croyait être son amie se rapprochait d'elle inexorablement. Mais Alicia n'était pas une simple amie, et Juliana en prenait enfin conscience, jusque là aveugle aux doutes qui avaient agité la médicomage. Ses hésitations, Julia les avait prises pour un jeu, une façon d'occuper la soirée, elle avait imaginé un secret un peu gênant, une amourette non conventionnelle ou non partagée... Mais pas ça. Toute à sa naïveté ou à son aveuglement, Juliana avait refusé de voir qu'elle était précisément la raison du silence d'Alicia, la raison de ses tourments. Après quelques instants à tergiverser, Alicia sembla se décider à le lui faire comprendre, de la plus explicite des façons.

Juliana se figea, ses yeux légèrement écarquillés par la surprise alors qu'elle comprenait ce qui était sur le point d'arriver. Elle aurait eu trois fois le temps de se dégager, mais une force qu'elle ne parvenait à identifier la maintint en place. C'était peut-être de la curiosité, de la surprise, ou la peur de vexer son amie, ou c'était peut-être autre chose qu'elle n'était pas encore prête à admettre, toujours est-il que Juliana ne fit aucun mouvement pour échapper au baiser annoncé. Son estomac se noua quand elle sentit le souffle légèrement alcoolisé de la jeune femme sur son visage, et elle vrilla sur elle le regard paniqué du lapin pris dans les phares d'une voiture. Enfin, Alicia frôla ses lèvres et Juliana se raidit instinctivement, troublée par le contact. Elle se détendit peu à peu tandis qu'Alicia s'enhardissait, vidant son esprit de toute pensée et ouvrant ses sens à cette étreinte aux accents de nouveauté. Instinctivement, elle répondit au baiser, profitant de l'instant de tendresse et de passion partagé sans chercher à l'analyser. Juliana avait hautement conscience de sa main sur sa nuque, de ses lèvres qui jouaient avec les siennes. Alicia était là, contre elle, elle l'embrassait, et c'était inattendu, c'était troublant et électrisant. Alicia finit par mettre fin à l'étreinte et Juliana posa sur elle un regard légèrement fiévreux, prenant lentement conscience de ce qui venait de se passer.

Alicia l'avait embrassé. Non, elles s'étaient embrassées, Juliana ne l'avait pas exactement repoussée après tout. Elle était donc la jeune femme qui lui plaisait, elle était la raison pour laquelle la situation était si compliquée... La serveuse sentit une chaleur l'envahir à cette pensée et elle prit une brusque inspiration tout en secouant légèrement la tête pour tenter d'éclaircir son esprit. Bordel de troll. Ce baiser n'avait pas été plus particulier qu'un autre, c'était simplement la surprise, la curiosité du fait qu'Alicia soit une femme, et la fatigue et l'alcool qui décuplaient ses sens. Rien de plus, bien sûr. Julia avait vingt-deux ans, elle était déjà sortie avec des milliers d'hommes, elle le saurait si elle avait ces penchants là ! Non, la situation n'avait rien d'agréable ni de plaisant, comme elle finissait peu à peu par le réaliser. Car elle allait devoir décevoir son amie, et Roy aurait bon dos, lui fournissant une excuse toute prête pour se défiler...

Après quelques secondes de flottement, Julia finit par perdre son air de poisson hors de l'eau et posa un regard désolé sur la jeune femme. Elle glissa ses mains autour de son verre pour cacher leur tremblement et répondit d'une voix qui lui parut désagréablement emprunte de compassion.

"Merlin, Alicia, je... Je suis terriblement désolée, si j'avais su, je n'aurais pas insisté comme ça pour savoir, je n'avais aucune idée que... Merlin."

Une sensation désagréable s'infiltrait en elle alors qu'elle réalisait que repousser Alicia signifierait peut-être perdre son amitié. Elles ne se connaissaient que depuis quelques semaines et Alicia avait clairement développé des espoirs à son sujet qu'une simple amitié ne pourrait satisfaire. Si Juliana ne pouvait lui offrir ce qu'elle désirait, pourquoi Alicia continuerait-elle de la côtoyer ? Rien ne les y obligeait, après tout, et leur relation qui avait semblé si naturelle et agréable à Juliana jusque là risquait d'être passablement artificielle et gênée après cela. Juliana ne pourrait pas reprocher à Alicia de ne pas vouloir s'infliger la présence de quelqu'un sur qui elle avait des vues et qui l'avait repoussée... Pourtant, l'idée que ceci soit leur dernière conversation était profondément désagréable pour Juliana, qui tenta de faire passer à la jeune femme toute l'affection qu'elle éprouvait pour elle.

"Je suis flattée, vraiment, Alicia. Je t'apprécie énormément mais... Il y a Roy, tu comprends ?"

Bien sûr qu'elle comprendrait. Il y avait Roy et, accessoirement, il y avait le fait que Juliana ne soit jamais sortie avec une fille... Ce dont Alicia avait parfaitement conscience en l'embrassant quelques minutes auparavant. C'était probablement une tentative un peu désespérée, qui sonnerait le glas de leur amitié naissante. Abattue, Juliana adressa un malheureux sourire d'excuse à Alicia et baissa le regard sur ses mains, incapable de soutenir celui de la médicomage plus longtemps.



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana avait répondu à son baiser. Juliana avait répondu à son baiser, et Alicia pouvait sentir un sourire s’étirer sur ses lèvres alors qu’elle se dégageait doucement. Peut-être qu’elle lui plaisait également ? Peut-être qu’elle n’était pas la seule à éprouver des sentiments amoureux ? Quelques secondes passèrent. Quelques secondes qui laissèrent à Alicia tout le loisir d’espérer de tout son cœur. Son ventre lui semblait noué par l’émotion, et son regard cherchait celui de Juliana, en quête d’une approbation quelconque. D’aussi loin qu’elle se souvienne, la médicomage n’avait jamais ressenti cela auparavant. Elle n’avait jamais été réellement amoureuse d’un garçon, et c’était Gladys qui l’avait embrassé, la première fois. Ainsi, elle n’avait jamais vécu ce moment hors du temps, où une foule de sentiment se mélangeaient dans sa tête, et où elle avait l’impression que chaque seconde s’étirait, plus longue les unes que les autres.

Ces quelques secondes passèrent, avant qu’Alicia ne réussisse à capter le regard de Juliana. Instantanément, l’enthousiasme de la jeune femme retomba, et elle perdit son sourire. Elle se figea sur place, avant de se reculer lentement, s’appuyant contre le dossier de sa chaise. L’air que Juliana avait sur le visage n’avait rien d’engageant. Il n’avait rien de l’air de celle qui avait apprécié un baiser, de celle qui voulait recommencer. L’espoir qu’elle avait placé dans ce moment lui revenait violemment en pleine figure, et elle se maudit – encore et encore –d’avoir été stupide. Si profondément stupide. Sa gorge se noua, si bien qu’elle fut heureuse de ne pas avoir à prendre la parole tout de suite, parce qu’elle s’en sentait complètement incapable. Elle venait de faire une erreur comme elle n’en avait pas faite depuis longtemps. Et elle n’avait aucun moyen de se rattraper. Le regard désolé que Juliana avait posé sur elle lui était insupportable, et elle lutta pour ne pas s’en détourner. Non. Non, elle ne voulait pas qu’elle la prenne en pitié. Elle pouvait la repousser, mais pas avec tant de considération qu’Alicia ne méritait pas. Merlin, mais à quoi pouvait-elle bien penser ?

Les mots qui furent prononcés par son amie, la médicomage aurait tout donné pour ne jamais les entendre, pour que tout ce moment ne soit qu’un mauvais rêve dont elle se réveillerait bientôt. Evidemment que si elle aurait su, elle n’aurait jamais insisté ainsi. Mais comment aurait-elle pu savoir qu’elle lui plaisait ? Qu’elle était la première femme à lui plaire, depuis Gladys ? Qu’elle avait eu l’impression que tout changerait, grâce à elle ? Bien que non, rien ne changerait. Pour la simple et bonne raison que Juliana n’éprouvait rien pour elle. Oh, si, elle l’appréciait en temps qu’amie, sûrement. Mais comment avait-elle pu croire que cela irait plus loin ? Elle se maudit une nouvelle fois, abattue.

Et il y avait Roy, évidemment. Tu comprends ? Non, elle ne comprenait pas. Elle ne comprenait pas parce qu’elle avait envie de fondre en larmes sur place, et que le fait que Juliana évoque Roy multipliait cette envie par dix. Parce que la serveuse avait beau l’apprécier énormément, elle ne pourrait jamais l’aimer. Parce qu’elle n’était pas Roy, parce qu’elle n’était pas un homme, parce que Juliana n’était pas attirée par elle, ni par les filles en général. Alicia baissa la tête, refusant d’offrir son regard humide à son amie. Elle fixa obstinément le bord de la table, tentant vainement de se composer un visage neutre. Elle l’appréciait beaucoup, mais il y avait Roy. Cette phrase tournait en boucle dans son esprit, obsédante. Elle finit par relever les yeux, croisant ceux de Juliana. Elle ne pleurerait pas, se promit-elle, pas devant Juliana. Pas même si elle avait les larmes au bord de yeux. Elle n’en laisserait aucune couler. Inspirant lentement, Alicia finit par hocher doucement la tête.

« Je n’aurais jamais dû faire ça, je ne sais pas ce qui m’a pris, excuse-moi. » souffla-t-elle, d’un ton étrangement calme, l’air pourtant bouleversée. « Je ne sais pas pourquoi j’ai cru que… » elle secoua la tête, sans terminer sa phrase.

Elle observa Juliana quelques secondes, une main posée sur son estomac, qui semblait bien décidé à la faire souffrir. Ce moment avait quelque chose de presque irréel, comme s’il ne pouvait pas exister. Pourtant, il était bien réel, et Alicia n’avait qu’une envie : rentrer chez elle pour pleurer tout à son soûl, de préférence sous une douche brûlante. Elle commença à rassembler ses affaires.

« Je… Je vais y aller. Excuse-moi. » répéta-t-elle une nouvelle fois, d’une voix étouffée par le chagrin. Elle se leva, et, avant de se lever, ajouta : « Je passerais te voir au Triton la semaine prochaine, si tu veux. » d’un ton qui lui semblait différent de celui qu’elle employait d’ordinaire, plus emprunté.

Après, avoir payé ses consommations, Alicia quitta le bar, se retrouvant dans les rues de Londres, l’air frais d’une nuit de mars lui fouettant le visage. Elle attendit d’avoir tourné à l’angle d’une rue pour laisser les larmes couler librement sur ses joues, des sanglots agitant son corps. Elle venait de mettre fin à son amitié naissante avec Juliana, par une déclaration stupide et inappropriée. Elle venait de perdre une des personnes qui avait pris beaucoup d’importance dans sa vie, ces derniers temps. Et le regret – le regret ! – qui lui nouait à présent la gorge lui faisait prendre pleinement conscience de son geste. Stupide.

RP terminé pour Alicia.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1273

Voir le profil de l'utilisateur
Il sembla à Juliana qu'Alicia avait les yeux embués. Aussitôt, la jeune femme sentit ses propres larmes monter et elle dut se retenir pour ne pas les laisser couler. Un chagrin sans nom l'envahit lorsqu'elle réalisa à quel point elle avait blessé Alicia, qui avait de toute évidence bâti des espoirs sur cette soirée. Juliana n'en donnait pas toujours l'impression mais elle était quelqu'un de sensible, qui faisait souvent preuve d'une grande empathie, absorbant la douleur des autres comme une éponge. Alors quand elle était à l'origine de cette tristesse, c'était encore pire, tant la culpabilité décuplait son affliction. Par le caleçon de Dumbledore, avait-elle réellement laissé entendre à Alicia que quelque chose était possible entre elles, sans même s'en apercevoir ? Juliana n'était pas quelqu'un de cruel, jamais elle n'aurait agit de la sorte avec Alicia si elle avait connu ses sentiments... Ce qu'elle avait été naïve, s'imaginant qu'elle pourrait nouer une relation toute en complicité, en sourires et en moments d'intimité avec Alicia sans que leur amitié n'évolue en quelque chose de plus profond. Alicia aimait les femmes, Juliana le savait parfaitement, mais la vérité était qu'elle n'avait jamais eu d'amie lesbienne. D'ailleurs, elle avait bien plus l'habitude de la compagnie des hommes avec qui elle avait appris à cerner très rapidement s'il y avait de la séduction ou si l'amitié était réellement platonique. Naïvement, elle avait cru que les choses iraient de la sorte avec Alicia mais il s'était avéré que la frontière était beaucoup plus floue...

"Je ne voulais pas te décevoir, je ne savais pas, excuse-moi", répéta-t-elle en se mordant l'intérieur de la joue pour ne pas pleurer. Elle n'eut pas à retenir ses larmes bien longtemps, cela dit, puisque l'évènement avait jeté un froid sur la petite table. Juliana dut se forcer pour ne pas retenir Alicia. Elle en avait l'envie, mais cela n'aurait pas été juste de sa part. Elle avait repoussé les avances de la jeune femme et se devait de la laisser partir, peu importait ce qu'elle ressentait. C'était un sacré gâchis, songea-t-elle en l'observant quitter les lieux avec précipitation, elles s'entendaient si bien, elles avaient passé une si bonne soirée et un seul baiser avait réussi à tout réduire un néant... Cette pensée suffit pour la faire fondre en larmes et elle se hâta de payer à son tour, sous le regard inquisiteur du barman, pour regagner l'air frais de la capitale.

L'idée de transplaner chez Roy pour oublier la soirée dans ses bras lui traversa l'esprit mais elle la repoussa presque aussitôt. Ce n'était pas avec le commerçant qu'elle avait envie de passer du temps, c'était avec la jeune femme qui venait de la quitter, et dont elle désespérait d'obtenir le pardon et l'amitié. Non, elle n'avait pas envie de répondre aux questions de Roy, elle n'avait pas envie de l'embrasser ou quoi que ce soit d'autre, pas après ce qui venait de se passer. L'idée la frappa qu'elle avait embrassé quelqu'un d'autre, ce qui étendit son sentiment de culpabilité d'Alicia à Roy. Mauvaise petite-amie et mauvaise amie, elle avait simplement envie de s'enterrer dans un trou et d'y mourir de honte.

Elle transplana en désespoir de cause devant la porte de son appartement, abandonna chaussures, veste et sac dans l'entrée et se dirigea droit vers la chambre de Joel. Ce dernier avait migré du salon au lit et se livrait toujours à la même activité, visiblement déterminé à avaler des centaines de pages de son roman. Joel tourna vers elle un visage souriant, avant de froncer des sourcils devant sa triste mine. Il la connaissait mieux que personne et savait reconnaître l'un de ses gros chagrins lorsqu'il les voyait.

"Bah alors, Julia ? C'était pas bien avec ta médicomage ?", s'enquit-il doucement en posant son livre sur le côté.

Les pleurs de la jeune femme redoublèrent à ces mots et elle s'allongea sans plus de cérémonie sur le lit de Joel, avant de se blottir contre lui. Joel referma les bras sur Juliana et la berça sans mot dire. Il n'en tirait jamais rien lorsqu'elle s'enfermait dans sa coquille...

Si, c'était bien, songea Juliana, si l'on occultait les dix dernières minutes. Car elle n'était pas sa médicomage, elle ne le serait jamais. C'était Roy, Roy qu'elle appréciait, Roy avec qui elle voulait passer tout son temps, ses jours et ses nuits... C'était lui qui lui manquait lorsqu'elle ne le voyait pas. C'était lui qu'elle aimait embrasser. Juliana tenta tant bien que mal de se concentrer sur l'image de son petit-ami, en vain, et finit par s'endormir contre Joel. Lui avait une petite idée de ce qui perturbait ainsi sa meilleure amie, mais il n'en dirait rien. C'était à Juliana de parcourir ce chemin là...

RP terminé



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

I like the way this is going [Juliana & Alicia]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Release the Kraken ! [Juliana Roy et Klemens au Circée]
» Juliana McNeil
» Juliana Isaline McNeil
» Les enfants prodiges [Juliana & Hayden]
» The Neighbours [Klemens, Lilly, Roy, Shea, Juliana & Irving]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-