AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Retrouvailles & Fiançailles [Pv: Aaron, Jacob & Swann ]

Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1124

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Swann Twilfit le Mer 18 Juin 2014 - 10:03, édité 1 fois
28 avril 2008

Les talons hauts de miss Twilfit raisonnaient dans la grande réserve de son fournisseur. La jeune femme avançait résolument dans les allées, s’arrêtant parfois pour examiner tel ou tel échantillon de tissus avant de reprendre son shopping. Depuis qu’elle était devenue l’associée officielle  de sa mère, la jeune femme avait systématiquement mis un point d’honneur à venir choisir elle-même sa marchandise plutôt que de se faire livrer aux magasins, que ce soit celui du Chemin de Traverse ou celui de Milan. Sa présence lors du choix de la matière première était un gage de qualité pour les vêtements que la firme produisait.

-Mettez moi, trente-cinq rouleaux de cette soie d’accromentule,  M. Furlong, lança-t-elle en examinant  l’étoffe d’un œil expert, et douze de cuir de dragon -six de  Magyar et six de Boutefeu- ajouta-t-elle en désignant l’emplacement des peaux un peu plus loin.

Sa plume à papote cocha la commande sur sa liste tandis qu’elle jetait un bref coup d’œil en direction du parchemin.

-Ah oui, j’aimerai beaucoup voir vos nouvelles fourrures enchantées.

-Bien sûr mademoiselle, j’en avais mis de côté pour votre mère.

Swann accorda un sourire reconnaissant au vieil homme qui était le fournisseur de la maison Twilfit depuis son commencement. Elle savait que Phinéas Furlong avait été  affecté par le départ de Sheiba pour les Etats-Unis mais les choses étaient ainsi faites : La mère de Swann était partie à la conquête du sol américain et sa fille était revenue à Londres pour gérer les affaires européennes. Elle aurait d’ailleurs très bien pu s’occuper de tout cela depuis Milan mais le magasin du Chemin de Traverse s’apprêtait à s’agrandir de plusieurs mètres carrés si bien que Swann avait à cœur de suivre le bon déroulement des travaux.
Toutefois, la jeune femme n’était pas uniquement revenue pour des raisons professionnelles. L’autre motif de son retour n’était autre que Jacob Dalhiatus, un sorcier anglais, qui venait de lui offrir une bague de fiançailles dans le but d’officialiser enfin leur liaison qui durait depuis plusieurs mois déjà.

Légèrement anxieuse, la jeune femme tritura d’ailleurs l’élégant solitaire qu’elle portait à l’annulaire gauche. Ils avaient choisi une soirée de Gala du MIM pour officialiser leur union auprès des collègues du Ministère de Jacob et cette dernière commençait dans quelques heures.

« S’agit-il d’une fourrure synthétique,
demanda alors Swann  en reléguant ses pensées d’ordre personnel au second plan. Ne pas songer à sa vie privée en travaillant, c’était sa ligne de conduite depuis sa première année à Poudlard, et elle avait porté ses fruits !

«  T&T n’utilise plus de vraies fourrures pour ses vêtements. Les conditions de vie et d’abattage de ces pauvres bêtes sont tellement infâmes que nous ne pouvons nous résoudre à cautionner de tels agissements. » Expliqua-t-elle en prenant une mine concernée.

A vrai dire, Swann se fichait bien des pauvres niffleurs. Au contraire, pour elle, on ne faisait rien de mieux qu’une capeline en fourrure naturelle ! Mais malheureusement, la mode moldue insufflait une nouvelle notion dans la mode sorcière : La protection et le respect  des animaux…. Foutu cheval de bataille ! Antonio Cardamone s’était d’ailleurs fait chahuter lors de la présentation de sa dernière collection pour avoir utilisé des fourrures issues d’élevages particulièrement barbares. Ce genre de publicité n’était pas bonne pour les affaires aussi Swann tentait-elle de devancer ce mouvement de contestation en prenant des mesures en amont.  .

-C’est une fourrure entièrement reconstituée à l’aide d’enchantement et de potions, répondit Phinéas en invitant sa cliente à caresser la fausse peau en tout point semblable à de la vraie.

-J’ose espérer que les potions ne viennent pas de chez Chaudrillon, taquina l’ex-préfète en posant une main sur l’épaule du fournisseur, je plaisante Phinéas, reprit-elle avec un sourire bienveillant, Ma mère m’a toujours vanté la qualité de vos produits… »
Elle laissa planer un petit silence afin que Furlong confirme qu’il n’avait pas trempé dans cette odieuse  histoire de potions frelatées. Elle voulait l’entendre de sa bouche, car être lié à ce scandale n’était pas bon pour le commerce non plus.
-Bien sûr que non Miss Twilfit, répondit le vieil homme en prenant une mine mi-outrée mi-complice, toutes nos étoffes sont sûres et en tous points respectueuses de l’environnement, ajouta-t-il en lui tapotant l’avant bras, Je vous donnerai les certificats des démarches qualités que nous mettons en œuvres pour satisfaire nos clients.
- A la bonne heure ! s’exclama Swann en enfilant ses gants en peaux de dragon, dans ce cas, vous en commande trois rouleaux pour commencer et je reviendrais vers vous si j’en suis satisfaite. » Un large sourire Twilfit®  ponctua sa phrase tandis qu’elle se dirigeait déjà en direction du bureau du vieil homme.





Une demi-heure plus tard, Swann était de retour chez elle. Elle avait rangé sa commande dans l’arrière boutique et elle venait tout juste d’enfiler une de ses dernières créations, une élégante robe noire largement inspirée de la mode moldue. Elle effectuait une ultime retouche maquillage, traçant un trait d’eye-liner sur ses paupières, avant de rejoindre Jacob dans son bureau au Ministère.

Suite à l’annonce de leurs fiançailles, ils auraient surement droit à un encart et peut-être une photographie dans la prochaine édition de Sorcière Hebdo, hors l’ex-Serpentard se devait d’être irréprochable. Certes, elle savait qu’elle allait probablement être taxée de femme vénale ou de chasseuse d’héritage -C’était  déjà ce qui s’était dit lorsqu’elle avait été identifiée comme la fille d’Edmund Harris - mais la jeune femme avait décidé d’assumer. Elle était bien placée pour savoir que sa relation avec Jacob n’avait rien à voir avec l’argent et elle était décidée à vivre pleinement cette histoire en la rendant public. Elle avait déjà prévenu Edmund et Sheiba depuis plusieurs mois et elle était passée chez « Mémé Harris » à l’heure du thé le jour même pour lui annoncer la nouvelle avant qu’elle ne l’apprenne par le bouche à oreille.

Ne jamais oublier de prévenir Mémé Helen avant tout le monde. Jamais.

Comme elle se faisait cette réflexion, Swann attrapa sa pochette et s’approcha de la cheminée afin de rejoindre le bureau de Jacob directement par le réseau de cheminette. Elle ne voulait pas passer par l’Atrium, puisque la réception était organisée là-bas, et comme cette soirée était le moyenne d’officialiser sa relation avec Jacob, elle devait faire son entrée à son bras afin de respecter les convenances. Ce dernier avait prévenu les agents de sécurité de son arrivée par cheminée si bien qu’elle ne risquait pas d’être arrêtée par des baguettes d’élite craignant une intrusion.

La jeune femme jeta donc la fameuse poudre dans l’âtre  et déboucha quelques secondes plus tard dans l’austère espace de travail de son compagnon. La pièce circulaire semblait parfaitement vide.

« Jacob ? »Appela-t-elle tout en vérifiant  rapidement sa coiffure dans un miroir.
«  Jacob ? » répéta-t-elle en reportant son regard sur la pendule au dessus de la cheminée. C’était l’horaire qu’ils avaient convenus pourtant, songea-t-elle. Elle prit place dans le fauteuil visiteur et attendit dix bonnes minutes dans un  silence pesant. Après avoir tergiversé encore quelques minutes de plus, elle se décida à quitter le bureau pour partir à la recherche de son amant. L’ex-serpentard s’aventura donc dans les couloirs vides du Ministère. A cette heure tardive, il n’y avait pas âme qui vive. Les employés devaient tous être au 8ème étage pour commencer les festivités, songea-la jeune femme avec une pointe de regret. Alors qu’elle s’apprêtait à rejoindre de nouveau le bureau de son fiancé afin de lui envoyer un Patronus, son cœur rata un battement lorsqu’elle découvrit une silhouette familière au fond du couloir.
Ce ne pouvait pas être lui… Si ?
« Aaron ? » demanda-t-elle en s’approchant de quelques pas en direction du sorcier, c’est bien toi ? » Demanda-t-elle en fronçant les sourcils avant qu’un vague sourire ne se dessine sur son visage.

Par Merlin, c’était bien lui ! En même temps, c’était parfaitement logique. Swann avait suivi le parcours de son ex-petit-ami. Elle avait été sincèrement contente d’apprendre qu’il avait -semble-t-il - trouvé sa voie en intégrant le département d’Ouverture aux Moldus du Ministère. La vie avait ensuite suivit son cours et elle avait de moins en moins pensé à son ancien amoureux. Aujourd’hui,  elle devait avouer que malgré le fait qu’ils ne se soient  pas particulièrement quittés en bons termes, elle était tout de même heureuse de le retrouver. L’eau avait coulé sous les ponts depuis un an : Elle était une autre femme, lui très certainement un autre homme, et ils pouvaient enfin se parler sans être rongés par le poids et l’aveuglement des sentiments.

« Comment vas-tu ? »
demanda-t-elle finalement en s’arrêtant face à lui.
« Tu as l’air bien… »  Ajouta-t-elle en se remémorant l’état piteux dans lequel il était lors de leur dernière conversation, le jour de leur rupture.


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Aaron ferma le dossier sur lequel il travaillait et s'étira, étouffant un baillement. Depuis la crise de Chaudrillon, le DOM croulait sous le travail. Bien sûr, le département n'était pas directement responsable de la gestion de la crise. Mais en temps que vitrine du nouveau gouvernement, on l'impliquait dans tous les dossiers d'actualité. Aaron avait été affecté depuis deux mois au groupe chargé de retrouver la trace de potions frelatées de Chaudrillon qui avaient été écoulées sur le marché moldu. Il avait travaillé en collaboration avec la Brigade Magique et les Oubliators. Les premiers, qui connaissaient bien les circuits de contrebande, leur avaient permis de retrouver les pharmacies moldues qui vendaient des flacons censés contenir un médicament mais contenant en réalité des potions Chaudrillon. Les Oubliators étaient là pour intervenir rapidement en cas de débordement, mais la présence de spécialistes des moldus - Aaron et ses collègues du DOM - avait rendu leur travail très résiduel.

Aaron avait adoré aller sur le terrain et utiliser sa connaissance des deux mondes. Non seulement l'expérience avait été intéressante, mais il avait découvert autant de choses sur les sorciers que sur les moldus - après tout, il n'avait jamais été en relation avec les mafieux de chaque univers (encore heureux, dirait Seamus). Au début, il y avait bien sûr eu quelques frictions entre les membres du nouveau service et les autres, mais la gêne s'était vite évaporée. Tout aurait pu se passer pour le mieux si Richard Dalnox n'avait pas décidé qu'une telle opération nécessitait son précieux concours, et n'avait pas tenu à être présent à chaque débriefing pour faire des remarques acides sur la moindre virgule de travers.

Aaron n'avait pas eu la chance de rencontrer Dalnox avant l'affaire Sorden, mais il avait écouté les conversations autour de la cafetière magique du ministère. Nombreux étaient ceux qui se plaignaient du changement de comportement du Directeur de la Justice Magique. Apparemment, il ne s'était pas remis de l'affaire Sorden. Jeune homme brillant à l'ascension fulgurante, dans un parcours sans tâche, il ne supportait pas d'avoir été dupé et, surtout, fragilisé de la sorte. Il ne devait d'avoir conservé son poste qu'à Fiennes, et pensait pouvoir compenser son erreur en se rendant indispensable sur tous les fronts. Comme s'il cherchait à prouver qu'il était toujours aussi… opérationnel qu'avant, et qu'il ne fallait pas le négliger et compter avec lui. Seamus avait confié à son cousin que l'irrascibilité de Dalnox était dure à supporter. La pression qu'il faisait peser sur les épaules de tout le monde était contre productive, et on murmurait de plus en plus sur son départ.

Aaron ne comprenait qu'à moitié pourquoi Fiennes s'embarassait de Dalnox. C'était un signe de loyauté du Ministre, que de donner une seconde chance à son premier poulain, et cela confortait l'ancien Serdaigle dans la confiance qu'il portait à Fiennes. Mais, si le ministre était un homme de conviction avant tout, Dalnox était un homme de pouvoir. Son manque de discernement était dangereux pour le MIM et ses projets. Fiennes devrait remettre Dalnox à sa place, estimait Aaron.

Pour sa part, il s'estimait heureux du traitement qu'on lui réservait. Voilà trois semaines, on lui avait confié la gestion d'un groupe de cinq personnes pour faire le rapport exhaustif de leur découverte et le présenter au gouvernement le moment venu. Aaron mesurait sa chance: s'il réussissait cette épreuve, il pouvait espérer une promotion à la rentrée. Pas grand-chose, car il ne pouvait monter trop vite les échelons sans froisser la moitié du département. Mais on ne disait pas non à une ascension constante garantie par le ministre en personne.

Le jeune homme jeta un oeil à l'horloge de l'open space du DOM. Il n'aurait pas le temps de rentrer se changer, comme prévu. Il envoya un patronus à Kelsey pour lui dire qu'il ne passerait finalement pas la voir, mais qu'il était disponible le lendemain après-midi. Sa relation avec la jeune femme lui plaisait vraiment. Il y avait des hauts et des bas, bien sûr. On ne sortait pas avec Kelsey Lorgan impunément, après tout. Il eu un sourire en imaginant son visage, puis secoua la tête et se dirigea vers son casier. Il en sorti une robe de soirée T&T qu'il alla enfiler dans les vestiaires, se recoiffa rapidement et s'apergea légèrement d'eau de toilette.

Le MIM donnait une petite réception ce soir pour célébrer l'anniversaire de sa fondation. Ce n'était pas le grand gala annuel, mais c'était quelque chose quand même, et Aaron se devait d'y assister. Un an auparavant, il aurait grommelé contre ces soirées mondaines, mais il s'y était fait. On apprenait beaucoup de choses dès lors que l'on savait décrypter les conversations polissées et sybillines des politiques. D'ici quelques années, il serait parfaitement à l'aise.

"Je te rejoins dans cinq minutes" lui lança Stuart qui se débattait avec son costume.

Après une boutade sur l'air de pingouin endimanché de son binôme, Aaron quitta le DOM et se dirigea vers l'atrium. Il traversait un couloir quand on l'appela. Le jeune homme s'arrêta net et se retourna, sourcils froncés. Il connaissait très bien cette voix, et sa propriétaire était à quelques milliers de kilomètres du ministère. Aux dernières nouvelles. Qui n'étaient visiblement plus très fraîches, à moins que Swann n'ait une soeur jumelle. Aaron ne put cacher son étonnement pendant qu'elle s'avançait vers lui.

"Swann? Mais qu'est-ce que tu fais ici?"

Le ton n'était pas très chaleureux, mais ce n'était pas volontaire. Il ne s'attendait absolument pas à la voir apparaître. La dernière fois qu'il l'avait vue, elle prenait un portoloin international. Il l'avait manquée de peu, et leur séparation en mauvais termes lui était restée en travers de la gorge.

"Désolé, je ne voulais pas être agressif", se reprit-il rapidement. "Je suis juste surpris, je te croyais à Milan!"

Il ne savait pas trop ce qu'il ressentait à la voir là, toute en beauté, devant lui. Un petit pincement au coeur en souvenir du passé, cette petite gêne que l'on a toujours lorsque l'on recroise une ex pour la première fois depuis longtemps. En fait, il n'était pas de mauvaise humeur, ce n'était pas désagréable ni dérangeant de la voir. C'était juste très surprenant.

"Quel bon vent t'amène?"

Il souriait pour de bon, cette fois.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1124

Voir le profil de l'utilisateur
« Tu es toujours aussi aimable à ce que je vois… » taquina-t-elle lorsque Aaron lui demanda de but en blanc ce qu’elle faisait ici. La jeune femme  accompagna sa remarque d’un  large sourire pour montrer que sa petite pique se voulait amusante  et qu’elle ne se sentait pas vexée par la remarque abrupt de son vis-à-vis. Elle ne prétendait pas connaitre Aaron sur le bout des doigts -surtout depuis leur dernière conversation - mais elle avait l’impression qu’il n’avait pas cherché à l’agresser en l’accueillant aussi froidement. L’intuition de la jeune femme se vérifia d’ailleurs lorsqu’il précisa qu’il était juste surpris de la voir en Angleterre. Swann se mit aussitôt à rire doucement. Tout comme elle, Aaron avait semble-t-il gardé un œil sur son parcours. En tout cas, il savait qu’elle était partie à Milan et cela montrait bien qu’il ne s’était pas totalement désintéressé d’elle après leur rupture. Mine de rien, cette petite remarque anodine faisait plaisir à l’ex-préfète. Il avait beaucoup compté pour elle à une époque, et c’était toujours flatteur d’imaginer que les sentiments du passé avait été partagés avec la même intensité.
 
« Je suis de retour à Londres depuis quelques semaines, finit-t-elle par dire en  lissant une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle arbora alors un petit sourire mutin avant d’ajouter, Et tu as face à toi la nouvelle responsable de T&T Europe ! »
 
On pouvait deviner une pointe de fierté dans sa voix. En effet, Swann n’était pas connu pour avoir le triomphe modeste, du moins pas auprès de ses proches connaissances. Elle avait toujours eu l’ambition de réussir dans son domaine -sans jamais le cacher- et  les dernières collections de Twilfit & Tatting montraient à quel point la jeune femme avait su insufflé une nouvelle dynamique au sein de l’entreprise familiale.
 
« Je vais partager mon temps entre Milan et la boutique du chemin de Traverse même si je serais plus souvent à Londres. Nous avons un gros chantier d’agrandissement qui va bientôt débuté et je veux pouvoir suivre tous les travaux au jour le jour, expliqua-t-elle en digne femme d’affaires.
 
Elle posa alors un regard scrutateur sur son ancien amant et fut satisfaite de constater qu’il portait une robe de la dernière collection de T&T. Pendant une fraction de secondes, elle fut même tentée de le taquiner à ce sujet mais elle s’abstint de tous commentaires.  Elle ne pouvait pas se conduire comme elle le faisait avant, ni s’autoriser des espiègleries qu’elle réservait dorénavant à Jacob. Elle poursuivit donc la conversation sur un terrain plus neutre et consensuel :
 

« Et toi alors, que deviens-tu ? J’ai appris pour ton stage au Ministère. J’imagine que cela doit être très enrichissant. » questionna-t-elle poliment.
 
Finalement, c’était plutôt facile de faire comme si aucune tension n’avait jamais eu lieu entre eux. Cet état de fait n’était pas pour déplaire à Swann. Elle avait tourné la page de leur relation depuis plusieurs mois maintenant et elle ne se sentait pas d’humeur à ressasser de vieux souvenirs douloureux, qui plus est le jour de l’annonce de ses fiançailles. C’était tellement plus simple d’occulter la discussion houleuse qu’ils avaient eu un an plus tôt à Poudlard et de son concentrer sur le plaisir de retrouver un ancien camarade perdu de vue depuis longtemps.
D’ailleurs, en parlant d’ancien camarade,…
L’expression bienveillante de Swann se mua subitement alors que son charmant sourire s’effaçait. Elle porta une main devant sa bouche et se pencha légèrement vers Aaron, pour lui souffler :
 
« Tu as vu cette histoire de vengeur Masqué ? Merlin… Ulrich ! Ne t’avais-je pas dit qu’il était bizarre ! » précisa-t-elle en le prenant à témoin.
 
Elle secoua la tête de gauche à droite, en signe d’incrédulité. Elle n’arrivait toujours pas à se faire à l’idée que son homologue préfet avait assassiné tant de personnes. Certes, depuis le coup de sang que Keller avait eu à son anniversaire, Swann ne le portait guère dans son cœur mais elle n’aurait jamais imaginé que la démence du jeune homme puisse prendre de telle proportion…
 
« Et tu ne sais pas la dernière…ajouta-telle en arborant cette fois sa mine de commère conspiratrice, il parait que ça serait Lorgan qui l’aurait tué… »
 
Bien malgré elle, Swann  laissa fleurir un vague sourire mi-dégouté, mi-moqueur au coin de ses lèvres.


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
En trois minutes, Aaron se rappela des deux caractéristiques principales de Swann: son penchant pour les potins - fort gênant en l'occurrence - et son débit de parole. Celui-ci était plutôt un avantage, car même si leurs anciennes querelles était oubliées, il n'aurait su quoi dire pour engager la conversation avec elle. Il fut piqué par sa boutade, mais se garda de répondre, n'ayant aucune envie de lui donner raison. Par ailleurs, elle lui annonçait fièrement sa promotion et Aaron l'envia un moment. Il était plus facile de gérer sa carrière lorsque l'on travaillait dans le privé, hélas! Il n'était pas jaloux. Swann s'était toujours beaucoup investie dans la marque familiale et méritait de recevoir une part des lauriers.

"Europe? Eh bien, tu n'as pas perdu ton temps, félicitations" dit-il chaleureusement. C'était cependant surprenant que Sheba laisse les clés de la boutique à sa fille. Elle n'était pas si vieille. "Ta mère prend déjà sa retraite?"

Il l'écouta expliquer ses projets et hocha la tête lorsqu'elle mentionna les travaux. La boutique du chemin de Traverse les annonçait depuis plusieurs semaines. Elle le lança ensuite sur son propre travail, et il haussa les épaules.

"Oui, c'est très intéressant, le DOM est impliqué dans toutes sortes de dossiers plus variés les uns que les autres, ça me permet de voir beaucoup de choses."

Il se retint juste à temps de lui dire que c'était bien plus intéressant que l'université. Ils n'étaient plus à l'école, désormais, il devait surveiller ce qu'il disait, surtout que Swann était une bavarde. Il ne pouvait pas se permettre d'être pris à critiquer ouvertement le plus gros projet du MIM. Il avait confiance en Jeremy pour entendre cela, mais pas en son ex petite amie, qu'il n'avait pas vu depuis presqu'un an.

Soudain, Swann passa en mode ragots. Il ne lui avait pas fallu cinq minutes, songea intérieurement Aaron avec un petit sourire, se sentant presque nostalgique. Mais le sujet du potin en question eu pour effet de le mettre de mauvaise humeur. Son expression se ferma instantanément, des émotions sourdes montant en lui. Il ne savait pas si c'était dû au fait que Swann parle d'Ulrich (cela le ramenait à cette nuit traumatisante et à la colère de Seamus) ou qu'elle utilise ce ton méprisant pour citer Kelsey. Bien sûr, Swann n'avait aucune idée qu'elle était à présent la petite-amie d'Aaron, mais voir son ex miss parfaite se moquer de la fille qui, elle, ne lui demandait pas de correspondre à ses critères avait le don de l'agacer sérieusement.

"Oui, c'est Kelsey qui l'a tué" dit-il d'un ton froid, évitant soigneusement d'appuyer sur le prénom. Et, dans une attitude de défi puéril, il ne put s'empêcher d'ajouter: "J'étais là". Qu'elle se demande donc comment tout était lié, désormais. Ce n'était pas lui qui lui donnerait la réponse.

C'était une erreur de dire cela à Swann. Bien sûr, sa présence sur les lieux ce soir là n'était pas secrète à proprement parler, mais le BDA avait évité d'ébruiter le fait que deux jeunes proches d'Aurors, dont un qui avait des liens avec le Ministre, étaient mêlés à l'affaire. Disons que personne n'avait convié la Gazette à les interviewer. Aaron se maudit intérieurement et tenta de se détendre, ce qu'il ne réussit qu'à moitié.

"Longue histoire", continua-t-il d'un ton moins sec. "Ce ne sont pas des souvenirs agréables. Si tu pouvais éviter de… transmettre l'information, je t'en serai reconnaissant."

Son côté mesquin lui soufflait perfidement que demander à Swann de se taire revenait à demander à Darren d'être aimable. Mais, s'il était honnête, Aaron savait que Swann était capable de garder des secrets. Après tout, elle n'avait jamais rien dit à personne pour la lettre de Maïa. Restait à espérer qu'elle continue, songea-t-il avec une sueur froide. Après un court moment de gêne, il décida que relancer la conversation sur elle était le plus sûr moyen d'éviter les questions.

"D'ailleurs, en parlant de reconnaissance, quand est-ce que tu deviens officiellement le meilleur parti d'Angleterre?"

En effet, Aaron n'avait jamais eu l'occasion de lui demander comment se passait son intégration dans sa très nouvelle et très fiche famille paternelle. Ne lisant pas Sorcière Hebdo, il n'avait aucune idée de la façon dont Swann était reçue. Il ne doutait pas qu'elle avait largement les capacités pour se faire accepter, mais son charme ne suffisait pas pour convaincre Edmund Harris de la légitimer.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1124

Voir le profil de l'utilisateur
C’était donc bien Lorgan qui avait tué Ulrich. Enfin, Kelsey, comme se plaisait à dire Aaron. D’ailleurs pourquoi l’appelait-il par son prénom celle-là ? Seules les K-Girl la nommait de la sorte … et encore ! Pour la grande majorité des gens de leur génération elle était - et serait toujours-  Lorgan, la fille qui s’était tapée presque tout Poudlard. La pouf des Poufsouffle.
Swann fronça imperceptiblement les sourcils en se demandant ce que cela cachait mais au même moment Aaron lui révéla sa présence lors du drame.
 
« Vraiment ?! Tu y étais ? » s’enquit brusquement  la jeune femme avec un mélange d’avidité et d’effroi, Que c’est-il passé ? As-tu vu quelque chose ? »

 
Sous entendu, as-tu vu Lorgan assener le coup de grâce.
 
En temps que parfaite petite commère, Swann voulait absolument tout savoir. De l’arme du crime jusqu’à l’expression ancrée à jamais sur le visage d’Ulrich au moment de sa mort. C’était plus fort qu’elle. Elle imaginait déjà les deux amants –car il ne pouvait pas en être autrement- s’entredéchirer jusqu’à l’issue fatale. La seule chose qui ne convenait pas dans ce scénario, c’était la présence d’Aaron…
 
« Vous enquêtiez sur le Vengeur Masqué au DOM ? demanda-t-elle sans parvenir à reconstituer le puzzle des événements.
 
Car pour Swann, c’était tout simplement inconcevable qu’Aaron soit allé voir Kelsey ou Ulrich de son plein gré. Il y avait forcément été obligé … A moins que…
 
La jeune femme se mordilla la lèvre inférieure avant d’observer son camarade d’un œil nouveau. Cette histoire de DOM  ne collait pas. Si Aaron avait vraiment été présent au moment du meurtre d’Ulrich, pourquoi n’était-il pas intervenu ? Swann était bien placée pour savoir que les Défenses Contre Les Forces du Mal étaient une des matières de prédilection de son ex-petit ami, contrairement à  Lorgan qui avait pour seul fait d’armes l’éborgnement d’ un pro-mangemort avec son talon haut.
Cette histoire ne tenait pas debout, Aaron lui cachait quelque chose. Il avait beau se victimiser en jouant le garçon choqué, Swann n’y croyait pas une seule  seconde. Toutefois, elle arbora  un regard compatissant et répondit posément :
 
« Bien sûr, je comprends… »
 
Non elle ne comprenait pas. Elle n’avait jamais rien compris avec Aaron de toute manière ! songea-t-elle avec une pointe d’amertume. Il ne lui avait jamais fait confiance et manifestement ce n’était pas aujourd’hui que cela allait commencer. Et dire qu’il essayait de l’apitoyer en lui demandant de ne pas ébruiter cette histoire. Merlin ! Quel toupet !
Estimait-il qu’elle n’avait pas déjà assez œuvré pour lui ? Il avait brisé le secret magique et elle n’avait rien dit, elle ne l’avait pas dénoncé, n’était-ce pas suffisant à ses yeux ?
Visiblement non.
Au lieu d’entamer leur nouvelle relation amicale sur de bonnes bases, Aaron préférait encore se fourvoyer en mensonges et en non-dits. Soit. Swann ferait de même :
 
« Je ne dirais rien. Rassures-toi. » Souffla-t-elle alors avec un sourire énigmatique.
 
Aaron sembla se contenter de sa réponse puisqu'il relança la conversation sur un tout autre sujet :

"quand est-ce que tu deviens officiellement le meilleur parti d'Angleterre?"
 
 L’ex-préfète laissa échapper un éclat de rire cristallin avant de répondre :
 
« Allons Aaron, tu vas finir par me vexer, souffla-t-elle charmeuse, je suis déjà le meilleur parti d’Angleterre ! » poursuivit-t-elle sur un ton badin, même si au fond d’elle-même, elle estimait être dans le vrai.
 
En effet, elle n’avait pas eu besoin d’être affiliée aux Harris pour devenir une femme digne d’intérêt. Elle avait travaillé dur pour réussir dans la vie et son lien de parenté avec l’une des familles les plus en vue d’Angleterre n’était que la cerise sur le gâteau. Une très grosse cerise, certes, mais une cerise tout de même.
 

« D’ailleurs, un certain sorcier ne s’y est pas trompé…, ajouta-t-elle en faisant référence à ce qu'elle venait de dire. Elle désigna alors le solitaire à son annulaire et laissa fleurir un sourire sur ses lèvres carmin. Autant l’annoncer tout de suite à Aaron. Après tout, elle n’avait rien à cacher, elle.
 
«  Nous voulons justement profiter de la soirée de ce soir pour officialiser nos fiançailles. » poursuivit l’ex-Serpentard.

Elle entendit alors des bruits de pas qui approchaient dans leur direction dans le couloir. Curieuse, elle se hissa  sur la pointe des pieds pour voir par-dessus l’épaule de son ex-amant et s'exclama :
 
« Tiens, quant on parle du loup ! »


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Il était évident que Swann brûlait d'envie de tout savoir et de lui poser un million de questions au sujet du Vengeur Masqué. Mais Aaron n'avait aucune envie d'en parler. Tout d'abord parce que, comme il l'avait dit, le souvenir n'avait rien d'agréable. Le sang sur le carrelage, le choc de voir le corps d'Ulrich, la peur de Kelsey, la colère de Seamus, l'incompréhension teintée de déception d'Alan Fiennes… Non, rien d'agréable.

Mais plus que le fait d'aborder ce sujet gênant, c'était que son interlocutrice soit Swann qui gênait le jeune homme. Leurs conversations sérieuses manquaient toujours de dérailler du temps où ils se fréquentaient quotidiennement. Il ne voyait pas pourquoi cela serait différent maintenant qu'ils se connaissaient encore moins. Il ne voulait pas sentir le jugement - muet et bien caché, certes, mais présent quand même - qu'elle porterait sur sa relation avec Kelsey. Aaron n'avait plus honte de sa petite-amie. Si elle n'avait pas eu un passif aussi houleux avec Darren et Jeremy, il leur en aurait parlé depuis janvier. Il aurait pu le dire à Swann, qui n'avait jamais eu maille avec elle. Mais Swann était son ex, et cela rendait les choses quelque peu compliquées. C'aurait pu être tentant de lui lancer Kelsey à la figure, pour lui prouver qu'il avait tourné la page ou quelque chose de ce genre. Mais il n'en avait pas besoin. Il n'était pas amer.

Swann, en revanche, semblait bien l'être. La façon dont elle profita du tour que la conversation prenait pour exhiber la bague à son annulaire ne laissait pas place au doute. Madame n'était pas juste fière, elle se vantait à dessein. Pour le rendre jaloux, sans aucun doute, mais dans quel but? Réparer son orgueil froissé par leur rupture? Il semblait au jeune homme qu'ils avaient tous deux des torts et des blessures dans l'histoire. Il détestait se l'avouer, mais le petit manège de la jeune fille fonctionnait à merveille. Il sentait une sombre contrariété l'envahir, sans qu'il ne sache pourquoi. Il n'était pas jaloux. Heureusement, Aaron savait se maîtriser, et, à part son étonnement à la vue de la bague (qu'il dissimula vite), son visage n'exprima rien d'autre qu'un intérêt poli pour la conversation. Seuls quelques mots lui échappèrent.

"Fiancée? Toi? Swann l'indépendante?"

Il n'y croyait pas. Elle le faisait marcher. De qui s'était-elle donc entichée? Quel crétin de la Haute avait réussi à emberlificoter la jeune femme? Jordan Nimbus de Pompadour? Le dernier frère Warlock? Elle ajouta à sa perplexité en parlant de ses fillançailles. Aaron n'avait jamais pensé que Swann était frivole au point de se laisser étourdir par quelques pierres précieuses. Enfin, si, il l'avait pensé, avant de la connaître. Et, comme pour Kelsey, ce qu'elle laissait apparaître n'était pas que la surface… Il en était encore à se demander qui était l'heureux élu lorsque Swann le lui désigna justement.

Aaron fit un effort pour se retourne nonchalamment, mais la seule personne qu'il vit dans le couloir fut Jacob Dalhiatus, le chef des Oubliators. Il scruta rapidement le reste de la zone, pensant avoir manqué quelqu'un, mais il n'y avait personne. Hésitant, il tourna la tête vers la jeune femme qui fixait Dalhiatus avec un sourire.



Merlin. Il avait besoin d'air.

HRP:
 


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Jacob DalhiatusDirecteur de Départementavatar
Messages : 157

Voir le profil de l'utilisateur
Combien de temps Jacob devrait-il encore subir ce déluge de mauvaise foi? Bloqué dans le cabinet du ministre de la magie depuis une bonne heure déjà, Jacob Dalhiatus subissait les leçons de morale éhontées de ce dernier. Peut être s'imaginait-il que ce supplice revêtait une quelconque forme d'utilité? En tout cas, dans un souci perpétuel de transparence, Alan Fiennes jouait à merveille son petit rôle de souverain suprême et faussement protecteur; le but inavoué de cette manœuvre étant bien entendu de dicter la ligne de conduite que devrait impérativement suivre Jacob dans les heures à venir. Sans doute, était-ce une manière de protéger ses propres intérêts et redorer l'image ternie du MIM depuis l'affaire Sorden, mais le ministre de la magie multipliait les entretiens infantilisant de ce genre. Jacob qui détestait que l'on se mêle de sa vie privée, se voyait contraint et forcé d'écouter ces recommandations insidieuses sur l'art d'afficher une image publique irréprochable.

Mais pour Jacob, le plus détestable dans cette histoire, demeurait la présence malvenue de l'actuel numéro deux du gouvernement du MIM : Le dénommé Richard Dalnox. En effet, dans un recoin du cabinet du Ministre, assis sur l'une des chaises moelleuses, l'imbuvable chef du département de la Justice magique approuvait chacune des paroles d'Alan Fiennes, tel un bon chien docile, restant aveuglément fidèle à son maître. Malgré son implication dans la victoire du MIM, Jacob Dalhiatus savait que sa personnalité ne collait pas avec celles affichées par les actuels leaders du mouvement d'ouverture vers le monde moldu. Jacob se révélait si austère, et si peu rassurant auprès des foules, que Alan Fiennes s'évertuait à le laisser moisir dans les allées obscures du Ministère, loin de toutes interventions publiques. Au début, cela n'était pas pour lui déplaire, lui qui préférait rester dans l'ombre des projecteurs plutôt que de tenir le rôle de la vedette. Après tout, avec son sourire éclatant et son don pour la palabre, Richard Dalnox excellait dans cet exercice. Mais voila, depuis l'affaire Sorden et malgré le dénouement heureux de cette intrigue, Jacob portait un regard des plus accusateurs sur son soi-disant confrère. Suite à ces évènements, ce dernier n'avait même pas eu la décence et l'honneur de démissionner de son poste de chef du Département de la Justice Magique. Pour Jacob qui ne supportait pas déjà le personnage, c'était la goutte d'eau de trop qui faisait déborder le vase de son mépris...

Mais pourquoi Alan Fiennes faisait-il preuve d'autant d'indulgence envers lui? Quelle sorte d'accord tacite les unissait? Pour Jacob, cela demeurait un véritable mystère qui avait débuté lors de la nomination de Richard Dalnox au rang de numéro deux du gouvernement. Cette place lui revenait de droit, et pourtant Alan Fiennes avait préféré remettre sa confiance en celui que la presse surnommait bêtement comme le "petit prince de la politique". Pour Jacob, il n'y avait aucune forme de prestige à se laisser fourvoyer par une reine de beauté automnale psychotique, et d'avoir osé mettre en péril le monde sorcier dans son intégralité. Pourtant Alan Fiennes continuait à lui faire aveuglément confiance, et se permettait même le luxe d'asséner une leçon d'intégrité au chef du département des Catastrophes magiques, sous les yeux même de cet illustre imposteur! Inutile de dire que pour Jacob Dalhiatus, il s'agissait du comble de l'humiliation.

Conservant son visage impassible et dénué de la moindre émotion, Jacob tenta d'intervenir afin de mettre un terme à ses palabres inutiles. De plus en gentleman avisé, Jacob détestait faire attendre les dames, surtout si celle-ci se révélait être l'élue de son cœur. Laissant à Alan Fiennes le soin d'achever ses conseils quant à son devoir d'officialiser sa liaison avec la dénommée Swann Twilfit; Jacob finit par intervenir d'une voix des plus calmes.

"Soyez-en assuré monsieur le ministre, mes intentions quant à mon intervention de ce soir vont dans le sens d'une plus grande transparence. Je suis en accord total avec vos propos. Je vais profiter de cette soirée de Gala, pour clarifier ma situation personnelle et étouffer ainsi dans l'œuf toutes sortes de calomnies qui pourraient discréditer le MIM. "

Alan Fiennes s'enfonça dans son siège, les mains posées négligemment à l'arrière de sa nuque dans une posture indigne d'un ministre de la magie. 

"Que Merlin soit loué si plus aucun scandale ne fait les gros titres! Mardoliens, consumeuse, dopage! Actuellement je passe mon temps à tenter vainement d'étouffer des foyers incendies propagés par la presse, et contre lesquels je ne suis responsable en rien! Alors tachons de notre coté, de nous montrer irréprochables, afin de ne donner aucune matière à cette presse de caniveau! "

Alan Fiennes soupira avant de balayer machinalement son dessus de bureau d'un revers de la main. Puis sans même lever les yeux vers Jacob, il gratifia celui-ci d'un compliment.

"En tout cas félicitation pour vos fiançailles. Il se trouve que je connais la réputation et le sérieux de la maison Twilfit, et je suis persuadé que cette jeune femme doit être à ne pas en douter un très bon parti... "

Jacob hocha la tête avec dignité afin de remercier son ministre pour ces paroles élogieuses.

"Je peux vous affirmer qu'elle l'est en tout point. " se contenta-t-il de répondre, avant de surprendre un échange de regard furtif entre Alan Fiennes et Richard Dalnox. Jacob était passé maitre dans l'art de lire entre les lignes, et nul doute que les deux hommes s'amusaient de cette situation. Jacob devait le reconnaitre lui même, avec la jeune Swann, il formait un couple atypique. Comme l'ombre et la lumière, ils se complétaient de manière assez incroyable, mais cela ne se percevait pas de prime abord. Alan et Richard devaient certainement se demander ce que pouvait trouver une aussi adorable jeune fille à un homme si glacial en âge d'être son père. Jacob se fichait des regards extérieurs, mais il ne voulut point passer plus de temps auprès de ces deux confrères qui se gausseraient bien de lui, une fois la porte du seuil franchit. Jacob se leva de son séant, dominant de sa taille les deux hommes, puis les informa de son départ.

"Je crains d'ailleurs devoir vous quitter. Nous vous rejoindrons dans l'Atrium. Tâchez de vous montrer agréablement surpris quand je ferai l'annonce officielle de mes fiançailles. Au moins pour la photo de presse de Sorcière Hebdo... "

Alan Fiennes émit un large sourire, alors que Jacob se décidait enfin à quitter le cabinet du ministre. Mais à peine fut-il retourner qu'il entendit résonner derrière lui la voix moqueuse de Richard Dalnox.

"Décidemment, monsieur Dalhiatus, vous êtes un homme plein de ressources! Je ne vous aurai jamais imaginé avec une fille aussi jeune, au point que je pensais réellement que vous sortiez avec la mère Twilfit plutôt que la fille. N'est-ce point amusant? En tout cas, j'ai hâte d'entendre votre discours, il sera je n'en doute pas, fort instructif et distrayant... "

Jacob Dalhiatus sentit un torrent de haine envahir ses veines alors qu'il posait la main sur la poignée de la porte du bureau. Richard Dalnox devait se délecter à l'avance de le voir parler en public et allait sans doute travailler ne coulisse pour le conspuer. Ne laissant rien transparaitre de son courroux, Jacob se retourna à peine en direction du petit prince effronté de la politique. Ses yeux froids le transpercèrent sans une once d'émotion, puis d'une voix étrangement calme, l'ancien Serdaigle se décida à ne point laisser passer cette remarque dépourvue de subtilité.

" Pourquoi n'arrivez-vous point à concevoir que je fréquente une femme plus jeune que mon âge? L'amour n'a pas d'âge monsieur Dalnox, vous devriez le savoir. Certains préfèreront cueillir de jolies pâquerettes encore fraiches de la rosée du matin, tandis que d'autres se tourneront vers d'obscures et vieilles fleurs de Jasmin. L'Amour regorge de mystère, et c'est dans sa complexité qu'il gagne en beauté. Ne trouvez-vous pas? "

Ne voulant point se faire désirer davantage, et détestant ne point être ponctuel à un rendez-vous, Jacob finit par quitter le cabinet du Ministre sans même un dernier regard. Il emprunta l'allée qui le conduisait vers ses quartiers...

*****

Martelant le sol marbré d'un pas décidé, Jacob rejoignit le couloir de son département, encore irrité par l'échange verbale qu'il venait d'entretenir avec ce troll de Richard Dalnox. Pour qui se prenait-il pour se permettre de telles remarques désobligeantes? Nul doute que sa réaction d'humeur ne lui ferait pas gagner des points en faveur d'Alan Fiennes, mais à vrai dire il s'en fichait éperdument. Plus les années passaient et moins il croyait dans les discours du leader du MIM. Peut-être même que Jacob s'était fourvoyé en pensant que Alan Fiennes était l'homme de la situation, celui qui ferait la passerelle entre les mondes moldu et magique. Sa politique bien trop molle conduisait au désastre et il paraissait bien incapable de rétablir l'harmonie au sein du monde magique. Souvent Jacob se martelait cette idée fixe : " Si tu n'imposes pas l'ordre dans ta propre maison, comment peux-tu prétendre pouvoir le faire chez les autres? "

Mais les préoccupations bassement politiques de Jacob prirent fin à l'instant où il aperçut la sublime Swann Twilfit, vêtue d'une non moins éblouissante robe noire. La nouvelle tenancière du T&T avait l'art de savoir s'habiller en fonction des circonstances, et son élégance toute en finesse allait sans doute ranger à sa cause toute l'assemblée de pro-moldue et de politiciens présent pour l'occasion. La beauté aveuglante de sa dulcinée, lui en avait presque fait oublier la présence d'un jeune homme qui se tenait à ses cotés. Ce dernier parut un instant chercher quelqu'un du regard, avant de reporter son attention sur Jacob. Physionomiste dans l'âme, Jacob identifia rapidement le visage du jeune inconnu. En effet, travaillant en étroite collaboration avec le Département d'Ouverture aux Moldus, il reconnut immédiatement le jeune homme comme étant membre du Service de Protection du Secret Magique. Jacob n'entretenait pas une entente des plus cordiales avec Daisy Mason, la directrice de département magique, ni même avec ses employés de son service. Pour Jacob Dalhiatus, la création du DOM était une imposture, une énième banderille de Alan Fiennes à son encontre. En effet, bon nombre des activités de son propre département comme le Comité des Inventions d'Excuses à l'usage des Moldus furent déplacés au niveau dix du ministère de la magie, ce qui pour Jacob était tout bonnement inacceptable. Cela rendait les choses beaucoup à la fois plus contraignantes et limitait le pouvoir de son ministère. Mais malgré son vif ressenti sur le DOM, Jacob restait courtois et professionnel. 

Lorsqu'il se présenta devant eux, Jacob ignora totalement l'espace d'un instant le jeune homme pour se concentrer exclusivement sur l'élue de son cœur. N'étant pas d'une nature démonstrative, et se révélant plutôt pudique concernant ses sentiments. Jacob se contenta de glisser une main sur la hanche de la jeune femme, avant de plonger son regard gris dans celui de Swann.

"Pardon pour ce regrettable contretemps, Swann. J'étais en réunion avec le ministre Fiennes sur un dossier essentiel, et malheureusement il aurait été fort malvenu de devoir quitter les lieux. Je tiens à m'en excuser. "

Jacob saisit la main délicate de Swann Twilfit, pour y déposer un baiser des plus raffinés. A demi-mot, il murmura alors un compliment à l'attention de la tenue vestimentaire de sa fiancée.

"Ta robe te va à merveille, tu es absolument sublime... "

C'est seulement à cet instant que chef du département des catastrophes magiques choisit de porter son attention sur le jeune homme qui lui faisait face. Le visage de marbre de Jacob se tourna vers le membre du DOM, il le dévisagea longuement faisant mine de ne pas le reconnaitre. Puis il finit par s'adresser à lui.

"Tiens donc, il me semble que nous nous sommes déjà croisés. Votre nom m'échappe. Mais si ma mémoire est bonne, vous œuvrer dans le grenier du ministère. Enfin n'allez pas vous offusquer de cette comparaison quelque peu triviale, mais c'est ainsi que nous surnommons le DOM, nous autres, membres du département des accidents et catastrophes magiques... "

Jacob esquissa un léger sourire, puis se tourna à nouveau vers Swann pour l'interroger.

"Alors Swann? J'ai comme l'impression que vous vous connaissez. Me tromperai-je? "

Le chef de département jeta alors un regard circonspect sur ce jeune homme, qu'il connaissait surtout pour être l'un des derniers protégés d'Alan Fiennes. Ce dernier n'avait pas tarit d'éloges à son sujet, ce qui ne le rendait pas forcement des plus appréciables aux yeux de Jacob. Adepte de la méritocratie, Jacob exécrait les cercles d'influences. Ce jeune homme dont il ne se souvenait plus du nom devait penser que s'attirer les faveurs de Fiennes l'aiderait à évoluer plus rapidement. Encore un énième petit insecte ambitieux qui voulait grimper rapidement les échelons du pouvoir politique, et qui finirait comme tant d'autres par s'écraser lamentablement au sol...

  


Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1124

Voir le profil de l'utilisateur
« Fiancée et indépendante, l’un n’empêche pas l’autre. » souligna Swann en chassant gracieusement une mèche de cheveux derrière son oreille.
 
Quelle façon archaïque de voir les choses ! Les fiançailles ne signifiaient pas un assujettissement  à quelqu’un ! Si des vieilles biques pro-sang-purs partageaient encore ces idées ancestrales lors des repas chez « Mémé Harris », Swann pensait qu’Aaron se montrerait un peu plus moderne dans sa manière d’envisager les choses ! Mais manifestement ce n’était pas le cas. Enfin, après tout,  la façon dont il percevait les engagements entre deux personnes n’était plus son problème aujourd’hui, songea-t-elle en jetant un coup d’œil à la fine montre sertie d’émeraudes qu’elle avait ramené de Milan.
 
Le pas décidé de son futur mari l’interrompit dans ses pensées et un large sourire se mit à fleurir sur les lèvres de Swann au fur et à mesure que la silhouette de Jacob approchait. Elle désigna rapidement le responsable du Département des  Accidents et Catastrophes Magiques comme son fiancé avant de l’accueillir en esquissant quelques pas dans sa direction.
 
« Te voilà enfin… » souffla-t-elle en posant  une main bienveillante sur l’épaule de Jacob lorsqu’ils se retrouvèrent. Tout comme elle, son fiancé n’était pas très friand des démonstrations d’amour en public, aussi elle n’alla pas plus loin et se contenta de lui sourire chaleureusement. Il aurait été plutôt mal venu d’échanger un baiser passionné avec son amant alors qu’elle se trouvait devant un ancien amour, même si, elle devait l’avouer, l’idée lui avait effleurée l’esprit.
Juste pour donner une bonne vraie raison à Aaron de râler ! songea-t-elle avec un sourire mutin.
 
Toutefois, elle n’en fit rien. Il était hors de question qu’elle se serve de Jacob pour régler de vieilles rancunes. Elle accueillît les excuses, les compliments et le chaste baiser de son amoureux avec une mine enjouée et seules ses joues, légèrement rosies, témoignèrent de son ravissement lorsqu’il lui prodigua un élégant baisemain.
 
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Jacob avait du style, mais contre toute attente, c’était son air glacial et froid qui avait de prime abord attiré la jeune femme. Son aura magnétique presqu’envoutante et son regard insondable l’avaient plus d’une fois déstabilisé lors des différentes manifestations où ils s’étaient croisées avant de former un couple...
De toute manière, Swann avait toujours eut un faible pour les hommes qui semblaient lui résister. Ceux que son charmant sourire ne parvenait pas à séduire. D’abord, elle se sentait toujours offensée devant leur indifférence, ensuite elle s’en voulait de penser si souvent à eux et de leur accorder trop d’importance avant de finalement se rendre à l’évidence en admettant être tombé amoureuse. Ca s’était passé comme ça avec Aaron, et elle avait répété le même schéma avec Jacob. De prime abord, ils n’avaient rien en commun, lui le vieux politique froid et sarcastique et elle la jeune styliste souriante, mais ne dit-on pas justement que les opposés s’attirent ?
Parfois  Swann avait presque l’impression d’avoir dompté un animal sauvage tant Jacob déclenchait l’aversion de ses contemporains : On le trouvait méprisant, arrogant et sévère mais en privé, il n’avait rien à voir avec cet homme si décrié. C’est cette dualité qui lui plaisait tant. Avec elle, il était un roc inflexible, robuste et fier, mais surtout, un homme de confiance. Mine de rien, l’échec de sa relation avec Aaron avait durement marqué Swann. Les non-dits et les mensonges avaient laissés des traces et il lui semblait toutefois qu’avec Jacob, elle n’aurait pas la même mauvaise surprise. Du moins elle l’espérait.
 
Son regard passa alors de l’un à l’autre plusieurs fois. Elle ne voulait pas les comparer mais ce fut plus fort qu’elle : Ils étaient à la fois si différents et si semblables. Profitant de ce moment de flottement, Jacob devança les présentations en montrant toute l’étendue de sa condescendance. Swann pinça légèrement les lèvres lorsqu’il qualifia le DOM de « Grenier du ministère » avant d’entrelacer ses doigts aux siens.
 
« Allons Jacob, souffla-t-elle en se rapprochant de lui avec un sourire entendu, tu vas finir par vexer mon ami. »
 
C’était surement l’intention première de Jacob d’ailleurs  et Swann était prête à parier qu’il avait réussi.
 
« Je te présente Aaron Finnigan, poursuivit-elle toutefois comme si de rien n’était, sur un ton toujours aussi mélodieux, nous étions ensemble à Poudlard. »
 
La formulation était plutôt équivoque mais c’était exactement ce qu’elle voulait. Elle n’avait pas envie de rentrer dans les détails, là, maintenant et elle préférait présenter les choses un peu plus subtilement :
 
« Aaron était l’un des membres fondateurs du Club sur les Moldus dont je t’ai parlé. T’en souviens-tu ? » demanda-t-elle en cherchant à capter le regard de son futur-mari. Elle avait évoqué quelques mois plus tôt l’existence de cet « ex petit-ami à Poudlard président d’un club » et elle espérait que Jacob ferait le lien sans qu’elle n’ait à le formuler de vive voix, C’est un passionné d’informatique et de technologie. Un vrai Serdaigle, assura-t-elle en riant.
 Elle se tourna alors vers Aaron. Il était inutile de présenter Jacob puisqu’il était relativement connu au ministère, aussi Swann préféra formuler son premier vrai gros mensonge de la soirée :
 
« Jacob est très sensible à la cause moldue lui-aussi.  Je suis sûre que vous vous entendriez  à merveille tous les deux ! »


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y croyait pas. C'était du bluff, forcément. Swann ne pouvait pas être fiancée. Elle n'avait même pas vingt ans, on ne se fiançait plus à cet âge-là! Oh, bien sûr, Swann avait intégré l'élite des Sang-Pur qui fleurait bon le XIXe siècle, mais il la savait ambitieuse. Swann avait toujours voulu réussir par elle-même, que l'on reconnaisse son mérite à elle, pas celui des relations qu'elle se choisissait. Or, si elle était vraiment fiancée à Dalhiatus, il ne donnait pas longtemps avant que le monde - comprendre Sorcière Hebdo - ne la range dans la catégorie d'arriviste qui ne réussissait que grâce aux relations de son conjoint. Ignorait-elle donc cela?

L'homme arriva vers eux et snoba totalement Aaron pour s'accrocher possessivement à Swann. Aaron regarda Dalhiatus faire un baisemain à la jeune femme, songeant intérieurement qu'avec un personnage aussi vieux jeu que son âge, elle n'allait pas rester indépendante longtemps. D'un autre côté, elle n'allait pas rester mariée longtemps non plus… C'était peut être ça le truc.

Son cerveau réalisa alors que Swann ne se moquait pas de lui. Elle était bel et bien en couple… fiancée… avec ce type. Il lui fallu toute sa concentration pour ne rien laisser paraître d'autre qu'un intérêt poli. Intérieurement, il n'en revenait pas. Swann. Sa jolie Swannie, avec ce vieux grabataire rabourgri et malpoli! Mais quelle mouche l'avait piquée? Lui avait-il fait boire un philtre d'amour? Il ne voyait pas d'autre raison qui pousserait une jolie jeune femme comme Miss Twilfit  à s'encombrer du directeur du département des catatrophes magiques - et une catastrophe, il en était une assurément. Froid, méprisant et impoli, il excédait en tout point la description pourtant déplorable que Stuart faisait de lui, son ancien patron.

Le jeune homme fronça les sourcils devant la pique, puis haussa les épaules avec décontraction. Jacob mentait, Aaron le savait bien pour avoir travaillé avec des Oubliators récemment. Après tout, si ce Jacob se sentait le besoin de le remettre à sa place avant même qu'il n'ait ouvert la bouche, c'est qu'il le voyait comme un danger. Aaron n'imaginait pas que Dalhiatus puisse croire qu'il était un danger professionnel, c'était donc un duel de mâle pour Swann. Dans lequel il ne comptait pas rentrer...

"Laisse, Swann" dit-il avec assurance. "On dit toujours que le mépris est l'arme du faible, Mr Dalhiatus ne pouvait me faire un plus beau compliment."

… Mais il n'allait pas non plus se laisser insulter sans rien dire, foi de Finnigan. Il n'était pas responsable de la création du DOM, ni de ses excellents résultats. Si Monsieur Accidents et Catastrophes trouvait quelque chose à y redire, il n'avait qu'à se plaindre aux responsables, plutôt que de lâchement s'en prendre à des petits jeunes. Et il devrait peut-être également s'interroger sur ses compétences en gestion, puisque ses anciens employés travaillaient bien plus efficacement sous la direction de Daisy Mason que sous la sienne. Les bilans trimestriels étaient sans équivoque. Ah, l'arrogance des directeurs de Département était un vrai fléau. Autant Dalhiatus que Dalnox s'y laissaient piéger.

Aaron comprenait complètement ce que Stuart avait dit sur ce détestable directeur, et encore plus pourquoi il n'occupait pas la tête d'un département réellement prestigieux. Il aurait été logique qu'il soit nommé au DOM, mais ce département était la vitrine du ministère et n'aurait pas eu bonne presse avec cet homme aux commandes. Daisy Mason, au contraire, était connue de tous les sorciers passés récemment par Poudlard, et avait une excellente réputation, ainsi qu'un très bon contact avec la plupart des gens, quand Dalhiatus suscitait immédiatement l'aversion. Une aversion élevée, qui n'avait évidemment rien à voir avec le fait qu'il laisse ses sales pattes baladeuses sur une ravissante jeune femme.

Aaron s'en voulu une fraction de seconde de s'être emporté de la sorte devant Swann. Elle allait le prendre pour un ex jaloux, ce qu'il n'était (évidemment, encore) pas. Bien sûr, il était presque vexé d'avoir été remplacé par un vieillard, mais il aurait fait l'effort d'afficher un sourire ravi et de prononcer des féliciations hypocrites d'usage si celui-ci s'était montré cordial. Puis l'ancien Serdaigle se débarassa de ses scrupules. Il ne s'était jamais gêné pour être honnête, Dalhiatus l'avait agressé, il n'allait pas se sentir coupable. Voilà.

Il afficha donc un air poliment intéressé lorsque Swann prétendit que son fiancé - mais quelle horreur! Il ne s'en remettait pas - s'intéressait beaucoup aux moldus. Il eu envie de répondre avec un sourire mielleux qu'il doutait que Jacob et lui puissent s'entendre: les vieillieries et les nouveautés faisaient rarement bon ménage. Mais la phrase pouvait être interprétée de trop de manières pour qu'il ne s'y risque, et il n'avait aucune envie de se mettre au niveau de Dalhiatus. Il avait répondu à l'insulte, il serait assez sport pour rester au dessus de la mêlée et ne pas la jouer provocateur.

"Vraiment?" dit-il en feignant l'intérêt. "Vous êtes d'origine moldue ou votre intérêt est-il purement intellectuel?"

En revanche, il n'allait pas rester longtemps. Il espérait que Stuart descende rapidement pour pouvoir rejoindre l'Atrium et quitter aussi vite que possible ce couple écoeurant et cet homme méprisable.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Jacob DalhiatusDirecteur de Départementavatar
Messages : 157

Voir le profil de l'utilisateur

Quelle joyeuse distraction pour Jacob Dalhiatus que de voir le visage du jeune homme se froncer, puis tenter vainement de feindre un désintérêt salvateur. Nul doute que cette pique sournoise venait de heurter dans son amour propre l'employé du "grenier", mais il fallait lui reconnaitre qu'il savait conserver une certaine maitrise de ses émotions. Fort renseigné sur toutes les trames du Ministère, le directeur du département des accidents et des catastrophes magiques connaissait parfaitement l'identité et le parcours de celui qui répondait au nom de Aaron Finnigan. Ce dernier travaillait dans l'inutile et flambant-neuf "Service de Protection du secret magique", un énième coup de communication d'Alan Fiennes qui ne visait qu'à instaurer un sentiment de pseudo-sécurité à l'intérieur du monde sorcier, surtout depuis les attaques des Mardoliens. Derrière les traits encore juvéniles d'Aaron Finnigan se cachait l'une des dernières trouvailles du ministre de la magie. Une belle petite bouture à la solde du leader du MIM, qui une fois bien arrosée deviendrait une jolie plante dans la vitrine que venait d'ériger Alan Fiennes. Un nouveau pantin de plus qui lui ferait des courbettes dociles afin de pouvoir mieux grimper les échelons de la hiérarchie. Placé au cœur du projet du de Fiennes, au sein du service de protection du secret magique, le jeune Finnigan se trouvait déjà sur le bon tremplin. Pour Jacob, le DOM ne faisait que profiter et récolter les honneurs qui revenaient de droit aux Aurors, ainsi qu'à ses propres Oubliators. Bref, un secteur dont le seul but était de servir à glorifier l'œuvre de Fiennes, et qui regorgeaient des pires lèche-botte du Ministère de la Magie. Rien que Daisy Mason s'enorgueillissait d'un mérite qui ne lui revenait pas. Cette lubie d'Alan Fiennes avait également perturbé les relations inter-départements, rajoutant un maillon inutile dans une chaine déjà suffisamment longue et complexe dans son organigramme. Le MIM allait dans le mur, si rien n'était entreprit rapidement. Était-il le seul à s'apercevoir des défaillances de ce système? Jacob osait espérer le contraire.

En diplomate avisée, Swann sentit qu'elle devait intervenir, avant que les choses ne finissent par dégénérer définitivement. La jeune femme qui commençait à connaitre son Jacob sur le bout des ongles, n'était point dupe du petit jeu sarcastique auquel il s'adonnait avec délectation. Jacob prit le parti de s'en amuser, et jeta un regard faussement innocent à sa future femme.

"Voyons Swann... Pourquoi chercherai-je à agir ainsi? Sincèrement, tu sais bien que ce n'est pas dans mes habitudes, ni même dans mes intentions. Et d'ailleurs je ne vois pas de quoi pourrait s'offusquer ce grand garçon... " Jacob se tourna alors négligemment vers le jeune homme. Puis le ton de sa voix empreint d'ironie, il lui demanda : "Rassurez-moi, vous n'êtes point choquer par mes propos? "

Une petite leur sardonique brillait dans le regard de Jacob Dalhiatus, comme si ce dernier cherchait à faire sortir de ces gonds le nouveau petit protégé d'Alan Fiennes. Au plus grand plaisir du directeur de département, le jeune Finnigan se lança dans la joute verbale. En effet, le mépris demeure bel et bien l'arme des faibles. Mais uniquement parce que peu de personne savent le manier à sa juste valeur. Une formule assassine bien sentie, qui témoignait du fait que le jeune homme n'était point dépourvu de caractère, ni d'un certain courage. Jacob Dalhiatus appréciait cela, lui qui avait pour habitude de défier les inconnus de passage pour voir ce qu'ils avaient dans le ventre. Cette réaction virulente et pleine d'assurance attestait d'un certain panache de la part de ce jeune homme. Pour une fois, Alan Fiennes semblait avoir jeté son dévolu sur une personne digne d'intérêt. Alors que Swann achevait les présentations, ce Aaron Finnigan devint subitement beaucoup plus intéressant aux yeux de Jacob Dalhiatus. Mais cela ne l'empêcha pas pour autant de répliquer de manière cinglante à la formule irrespectueuse du jeune homme.

" Je vous félicite pour cette remarque pleine de bon sens. Mais intelligent comme vous êtes, vous n'ignorez point le fait que les sots devraient avoir pour les gens d'esprits une méfiance égale au mépris que ceux-ci ont pour eux... "

Un petit rictus assassin se dessina à nouveau au coin des lèvres fines de Jacob Dalhiatus. En choisissant le domaine de l'esprit et des bons mots, Aaron Finnigan venait de s'engager sur un terrain des plus dangereux avec le directeur de département. Mais s'en rendait-il seulement compte? Jacob espérait pouvoir poursuivre ce petit jeu, mais c'était sans compter sur la nouvelle intervention salutaire de Swann Twilfit. Alors qu'il s'apprêtait à lancer de nouveau un trait d'esprit dévastateur, la jeune femme réussit à l'en dissuader d'une manière fort habile. Le regard malsain de Jacob se mua en curiosité, lorsqu'elle présenta Aaron Finnigan comme étant l'un des membres fondateurs du club sur les moldus à Poudlard. Toute animosité semblait avoir disparut de sa personne, comme par enchantement, pour laisser place à quelque chose de différent...

"Alors ainsi c'est donc vous l'initiateur de ce formidable projet. Swann m'a beaucoup parlé de vous... "

Pour Jacob, le lien s'était opéré dès la première seconde où Swann avait mentionné le terme de club moldu. Serait-ce donc lui cet ex-ami petit ami de Poudlard? Le sourire dédaigneux du Directeur de Département disparut dans l'instant, alors que sa mâchoire se crispait. Machinalement, il serra la main de Swannie dans la sienne, alors que celle-ci embrayait déjà sur les passions de cet intriguant Serdaigle. Une alarme venait de s'activer dans le subconscient du Directeur, qui ne voyait plus le jeune homme comme un vulgaire petit insecte, mais davantage comme une menace réelle. Jacob qui n'avait aimé qu'une seule et même femme jusqu'à l'arrivée de Swannie dans sa vie, pouvait en témoigner : On n'oublie jamais véritablement son premier amour...

Adepte du vieil adage, "soit proche de tes amis, et encore plus proches de tes ennemis"; Jacob changea radicalement d'attitude et de ton envers l'ancien de la maison Serdaigle. Passer maitre dans l'art de l'hypocrisie politique, Jacob se tourna vers celle qui deviendrait sa femme dans un proche avenir.

"Mais pourquoi ne pas me l'avoir dit plus tôt? Bien entendu que nous pourrions nous entendre à merveille. Cette initiative du Club Moldu tient du génie, je vous en félicite monsieur Finnigan. Mon passage à Poudlard aurait été tellement plus appréciable si j'avais rencontré des jeunes gens tel que vous, qui osent s'investir en faveur de la cause moldue! " Jacob prit alors une mine dépitée, avant d'ajouter.  "Mais au lieu de cela, je devais subir l'ignorance de crétin congénital du style de Lucius Malefoy. Une pure perte de temps, je vous l'accorde... "

Aaron Finnigan sembla lui aussi oublier la tension qui avait émaillée précédemment de leurs propos, sans doute voulait-il faire preuve d'un intérêt poli ou d'un certain savoir vivre. Mais ce regain d'intérêt pouvait également être un habile stratagème pour dissimuler une profonde amertume. Eprouvait-il encore des sentiments pour elle? Quoiqu'il en soit, ce Finnigan n'avait plus l'ombre d'une chance, et devait déjà se résoudre à se faire une raison. Mais pourquoi Jacob éprouvait-il alors une certaine appréhension? La question du jeune homme l'extirpa de ses pensées.

"A vrai dire un peu des deux. J'ai grandis en dehors du monde magique, plus précisément dans le Yorkshire. Ma mère étant une riche héritière d'origine moldue. J'ai passé mon enfance au sein d'un manoir et plus particulièrement dans le grenier de celui-ci, car il disposait de la plus fabuleuse bibliothèque qu'il m'ait été donné d'admirer dans ce bas monde... " Jacob afficha un sourire imperceptible avant de lâcher d'une voix complice. "Vous voyez, le terme de grenier n'a absolument rien de péjoratif dans mon esprit, puisqu'il me ramène aux plus beaux souvenirs de mon enfance. Vous voyez, c'est dans la lecture que ma passion de la culture moldue est venue, et aucune forme de magie ne peut égaler le plaisir que j'éprouve à voyager au travers des livres!  "

Le visage de Jacob se déraidit quelque peu alors qu'il se tourna légèrement vers Swann Twilfit. Bien que d'allure innocente, la suite de ses propos cachait en vérité une volonté bien plus pernitieuse. Celle de faire volontairement du mal à Aaron, au cas ou celui-ci éprouverai encore des sentiments pour celle qui partagea sa vie dans un temps révolu. La main de Jacob glissa alors sur l'une des épaules de Swann.

" Enfin que je dis cela, je me trompe... Une certaine forme de magie peut encore me faire totalement oublier ma passion pour la lecture. D'ailleurs qui pourrait lui résister? " Jacob adressa son plus beau sourire à Swann, avant de se tourner à nouveau vers l'Ex petit ami de cette dernière. Sur un ton faussement amical, il finit d'achever ses dires. " Nous vous ferons parvenir un carton d'invitation pour notre mariage. Vous serez aux premières loges, je vous en donne ma parole. Je tiens à voir les amis de Swann à ses cotés, surtout lorsqu'il doit s'agir du plus beau jour de sa vie... "

Généralement pudique, Jacob Dalhiatus voulait marquer son territoire, et envoyer un message clair à l'ancien petit-ami de Swann. Sans même laisser le temps à Aaron d'intervenir, Jacob s'adressa à la belle Swann.

"Ma chère? N'est-ce point là une merveilleuse idée? "

Un brin amusé par la situation, le regard de Jacob brillait d'une lueur malsaine.


Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1124

Voir le profil de l'utilisateur
Après une entrée en matière des plus  musclées, les deux hommes s’appliquèrent toutefois à ne pas laisser  la situation s’envenimer. Aaron témoigna un intérêt poli pour Jacob et ce dernier loua l’initiative de son cadet. Leur condition de né-moldu semblait les rapprocher et le ton de la conversation devenait presque  cordial, même si la jeune femme imaginait sans peine les montagnes d’efforts qu’ils devaient fournir l’un et l’autre. A priori, l’hypocrisie était son domaine à elle, pas le leurs, mais elle devait avouer qu’ils s’en sortaient plutôt bien. Tel un maître d’école qui encourage ses élèves, Swann accueillit d’ailleurs toutes leurs initiatives visant à apaiser la situation avec de larges sourires bienveillants et des hochements de tête intéressés. Elle n’avait pas envie qu’un esclandre éclate entre eux et assombrisse l’annonce de ses fiançailles.  Au Ministère, les murs avaient des oreilles et  des personnes mal intentionnées étaient prêtes à tout pour vous faire couler. Si la salle commune de la maison Serpentard avait été un bon terrain d’entrainement ce n’était rien comparé aux couloirs de ce sanctuaire où le moindre fait pouvait être entendu, répété, déformé et amplifié avant de terminer en Une de la Gazette des Sorciers.  Même si elle n’était pas contre l’idée d’un combat de coq entre son futur mari et son ex –c’était si flatteur après tout-, ce n’était ni le lieu, ni le moment.

L’expression de la jeune femme se figea donc légèrement lorsque Jacob remit cette histoire de grenier sur le tapis mais l’anecdote s’avéra, au final, plutôt divertissante comparé à ce que lança son futur mari quelques minutes plus tard :

" Nous vous ferons parvenir un carton d'invitation pour notre mariage. Vous serez aux premières loges, je vous en donne ma parole. »


Merlin, Jacob venait-il de convier Aaron à leur mariage ? *Mais quel doxy l’a piqué !* songea Swann. Elle se tourna légèrement vers son futur mari en arborant toutefois une mine enjouée qui ne trahissait pas le moins du monde ses tourments intérieurs. Pourtant elle n’avait aucune envie de voir son premier amour présent lors de son union avec Jacob. Si au moins ils étaient resté en bon terme, pourquoi pas, mais vu la tournure qu’avait pris leur conversation quelques minutes plus tôt, il était clair qu’ils n’avaient plus rien à se dire depuis longtemps.  Même si elle l’avait présenté de la sorte, ils n’étaient pas des amis, et il lui arrivait même parfois de se demander s’ils l’avaient été un jour. Elle s’était sentie proche d’Aaron, plus proche que de n’importe qui d’autre mais avec le recul elle se remémorait ces instants comme de doux mirages.  Au fond, s’il y avait une personne qu’elle ne voulait pas voir sur sa liste d’invités c’était bien lui et Jacob aurait dû le deviner. Bien sûr, elle connaissait assez son amant pour savoir qu’il avait lancé l’invitation pour tester son cadet. Elle avait parfaitement perçue la lueur amusée dans son regard qui trahissait à quel point il se délectait de la situation et Swann aurait surement partagé sa jubilation si elle n’avait pas été la principale victime collatérale de ce petit jeu malsain. Elle ferait savoir à Jacob qu’elle n’appréciait guère ce genre de comportement, mais pour l’heure, elle s’attacherait dans un premier temps à sauver les apparences. Il était hors de question qu’elle affiche un quelconque dysfonctionnement de son couple devant Aaron. Elle était bien trop fière pour ça, aussi elle s’arma de son plus beau sourire et répondit à la question de son amoureux:

« Bien sûr, je serai ravie de compter Aaron parmi nos invités ! C’est une excellente idée. »


Elle fit quelques pas pour se blottir près de son futur mari et poursuivit à l’attention du Serdaigle:

« La cérémonie aura lieu l’hiver prochain. Je sais que ce genre de mondanité t’a toujours profondément ennuyé mais sache que tu es la bienvenue. »


Désireuse de ne pas voir cette conversation s’éterniser, Swann jeta un coup d’œil à sa montre et reporta son attention sur Jacob:

« Ne crois tu pas que nous devrions rejoindre la Réception ? Le diner de gala va bientôt débuter et je ne voudrais pas que nous arrivions en retard… » souffla-t-elle d’une voix suave.

Elle attendrait que la soirée soit passée pour rappeler à son amant qu’elle n’était pas l’instrument de ses amusements pernicieux. Maintenant, ils étaient deux, Jacob ne devait pas l’oublier. S’ils devaient former un couple pour le restant de leurs jours, il devrait apprendre à œuvrer en équipe. C’était la condition sine qua non pour que Swann se laisse passer la bague au doigt.


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Aaron ne cacha pas son agacement devant les menaces à peine voilées de Dalhiatus, levant les yeux au ciel avec une moue qui montrait à quel point il ne le prenait pas au sérieux. Il n'avait visiblement pas l'habitude qu'on lui réponde, et désemparé, s'empressait d'utiliser la contrainte pour remettre son jeune interlocuteur à sa place. Ces arrogants aristocrates se croyaient malins à devoir jouer sur les mots, mais Aaron était quelqu'un de plus direct que cela. Les joutes verbales l'ennuyaient vite, quoiqu'il ne soit pas dépourvu de l'esprit vif des Serdaigles.

Ce fut cet esprit qui l'alarma lorsque le directeur des Catastrophes changea subitement de comportement, devenant soudain amical et surtout mielleux à souhait. Les paroles de Swann, d'apparence anodines, avaient déclenché chez Dalhiatus une réaction incompréhensible. Aaron était bien placé pour savoir que Swann était la reine du double sens, mais il ne put déchiffrer ce code-ci. Si Dalhiatus avait reconnu en lui l'ex de sa fiancée (Merlin!), il aurait plutôt rajouté une couche de mépris et d'arrogance dans son attitude - si c'était possible.

Il ne réagit à rien, se retranchant derrière une attitude de méfiance claire devant son comportement. Peut-être aurait-il du faire le niais, prétendre que son sourire et ses discours avaient endormis sa méfiance. Il était préférable qu'un homme qui réagissait aussi vite par la menace que Dalhiatus croie qu'il avait réussi à duper son ennemi. Mais Aaron avait l'impulsivité de la jeunesse et, par orgueil, tint à marquer clairement sa distance. Après tout, il n'y avait aucun enjeu

"Très intéressant" se contenta-t-il donc de répondre laconiquement. Il allait prendre congé de façon polie lorsque Dalhiatus lança une dernière pique qui écarta tous les doutes qu'Aaron pouvait avoir sur lui. Il savait parfaitement qui il était, et se permettait de l'insulter en l'invitant à leur mariage.

Il était sur le point de répondre qu'il ne laisserait pas Jacob insulter Swann en l'invitant, histoire d'en finir avec cette conversation puante de faux semblants, mais cette dernière le pris de vitesse et prétendit, avec son aplomb habituel, qu'elle serait ravie de le voir à cette cérémonie. Ce mensonge écoeura le jeune homme. Bien sûr, il connaissait le goût de Swann pour le paraître, qui avait du être encore renforcé par son introduction dans le Haute et les sphères du ministère que fréquentait Jacob. Mais il fut inexplicablement blessé par son attitude, songeant qu'elle au moins aurait pu se passer de le provoquer aussi bassement que son sot de fiancé. Ce n'était pas comme s'il y avait quiquonque à impressionner par son savoir vivre ici. Bien que leur relation se soit terminée dans des conditions chaotiques, Aaron avait cru qu'un an sans se parler les aurait ramené à des relations plus saines. Après tout, c'était elle qui l'avait acosté dans le couloir avec un sourire ravi, et il avait fait de son mieux pour que leur rencontre parte du bon pied. Il ne se serait jamais douté que Swann puisse être rancunière à ce point.

"Allons" dit-il d'un ton un peu sec "vous avez autant envie de me voir à votre union que moi d'y être présent." Ah, la franchise, son amie éternelle. Il adressa un regard noir à l'intention de Swann, qui se distinguait clairement, puisqu'il s'était contenu aux paroles de Jacob. "Je crois que nous nous porterons tous mieux si nous allons chacun notre chemin, comme nous l'avons fait jusqu'à présent."

Le simple fait de mettre les formes lui coûtait, mais il ne pouvait pas se permettre de parler librement en présence du vieux snob. Il était cependant assez clair qu'il ne s'adressait qu'à son ex petite amie, pour lui rappeler les raisons de leur rupture. Cela lui coûtait, car il avait toujours apprécié Swann malgré tout. Mais, à la façon dont elle lui empoisonnait l'existence, il estimait préférable de rester loin d'elle. Il en avait suffisamment bavé pour se remettre de cette période difficile, entre Maïa et elle, pour retomber dans ce cercle infernal.

"Je vous souhaite donc une bonne soirée" dit-il avant qu'aucun des deux n'ait pu répondre.

Après un bref hochement de tête, il s'éloigna à pas vifs avant d'entendre un mot de plus. Il aurait peut-être du les féliciter pour leur union, histoire que Dalhiatus ne croie pas qu'il était jaloux - qu'il se la garde, sa dinde! - mais il n'était pas un hypocrite, lui. On ne pouvait se réjouir de l'alliance de deux personnes aussi tortueuses l'une que l'autre, car elles apporteraient fatalement le double d'ennui à ceux qui les fréquenteraient. Et Aaron espérait bien ne jamais en faire partie.

[RP Terminé pour Aaron ]


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Jacob DalhiatusDirecteur de Départementavatar
Messages : 157

Voir le profil de l'utilisateur
Bousculer les convenances pouvait se révéler parfois fort distrayant, et dans le cas présent Jacob Dalhiatus se félicitait d'avoir semé un certain trouble dans l'esprit de l'ambitieux résidant du grenier ministériel. Inviter l'ex amoureux de sa fiancée à son propre mariage était un pari risqué, mais Jacob s'en fichait tant il pensait maitriser la situation. Le jeune employé du DOM se révélait comme un garçon encore trop à fleur de peau, et bien incapable de cacher ses émotions. Certes il possédait un potentiel énorme et un devenir au sein du Ministère; Mais il avait encore également beaucoup de choses à apprendre sur les rouages de la Politique, et sur comment sauver les apparences dans un monde où s’entremêlait invariablement langue de bois et hypocrisie. Peut être n'avait-il pas encore tourner complètement la page? Qui sait? Car derrière sa fausse désinvolture, Jacob pouvait percevoir une certaine amertume, qui finit par éclater au grand jour lorsque la tenancière de T&T prit la parole avec emphase. En effet, soucieuse de sauver les apparences, Swannie fut bien obligée de corroborer avec cette odieuse proposition, et donc d'inviter Aaron au mariage hivernal. La jeune femme n'était jamais plus fragile que lorsqu'elle se retrouvait au pied du mur dans ce genre de situation. Sans doute qu'elle accordait un besoin presque maladif de sauver les apparences en public, et de donner en toute circonstance une image d'elle convenable. Contrairement à lui, Swann avait besoin du regard des autres pour exister. Même si Jacob savait qu'il paierai en privé cette invitation non concertée, cela ne l'empêcha point de se réjouir de la tournure de la situation.

Usant d'un ton résolument sec, le pensionnaire du grenier dévoila sa faiblesse en exprimant avec franchise le fond de sa pensée. Comment pouvait-il espérer bâtir une carrière dans ce monde de requins, s'il laissait s'exprimer l'émotion plutôt que la raison? Aaron Finnigan était encore en phase d'apprentissage, mais pour Jacob cela ne faisait pas l'ombre d'un doute, qu'il finirait tôt ou tard par devenir une animal politique, apte à canaliser ses émotions en toutes circonstances. Jacob joua la carte de la surprise face à la réaction de l'employé du DOM, comme s'il n'était pas dans ses intentions de faire sortir de ses gonds le jeune homme.

"Vous vous méprenez sur mes intentions, jeune homme. Le bonheur de Swann m'importe plus que tout au monde, et c'est pourquoi je tenais sincèrement à vous inviter. Je ne pensais point que cette proposition vous offusquerait de la sorte. Je tiens donc à m'excuser si je vous ai blessé d'une quelconque manière... "

Un sourire faussement gêné se dessina sur les lèvres fines de Dalhiatus, lorsque le jeune homme, sans leur donner le temps de répondre, écourta la discussion en souhaitant au couple de passer une bonne soirée. Quelle jeunesse fougueuse! Cet Aaron Finnigan était encore bien trop tendre et perméable aux attaques sournoises. Il devait murir s'il ambitionnait de jouer un rôle su l'échiquier politique, car pour l'heure il se comportait comme un petit enfant capricieux.

* Pressez-lui le nez et il en sortira encore du lait... * pensa Jacob avant de se retourner vers sa dulcinée. Il joua alors à merveille la carte de la consternation, avant de se confondre en excuse si peu sincère.

"Je te prie de m'excuser, j'aurai dû te concerter avant de l'inviter. Je pensais bien agir et que cela coulait de source, vu comme tu me parlais de lui. Je ne pensais point que ton jeune ami réagirait de la sorte. Mais par Merlin, quelle mouche l'a donc piqué? "

La porte derrière laquelle se tenait la réception finit par s'ouvrir, laissant à Jacob une formidable opportunité de contourner le conflit. Le politicien saisit la main blanche de Swann, avant de lui adresser l'un de ses plus charmant sourire.

"Mais ne faisons point attendre davantage les nombreuses personnes qui ne demandent qu'à te connaitre. Cette cérémonie réunit les personnes les plus influentes d'Angleterre, et je ne doute pas une seconde que tu vas leurs faire une très forte impression. Allons-y! "

Entrainant sa belle dans l'arène politique, Jacob savait qu'il venait de balayer astucieusement le passé et un sujet au combien sensible. Nul doute que lorsque Swann allait découvrir les nombreuses opportunités que lui offrait sa position se future madame Dalhiatus, elle finirait par ranger définitivement le malheureux Finnigan, dans le grenier obscur de ses souvenirs...

[Rp Terminé]


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Retrouvailles & Fiançailles [Pv: Aaron, Jacob & Swann ]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rupture de fiançailles
» Des bagues de fiançailles !
» Des fiançailles nobles par nature
» Des retrouvailles tragiques...
» The third temptation [Aaron]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Ministère de la Magie,-