AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Mystery Meeting | Chloé (et autres)

Alexandre M. MacFustyMolduavatar
Messages : 61

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Alexandre M. MacFusty le Dim 11 Mai 2014 - 16:29, édité 2 fois
Vendredi 9 Mai 2008

La brume s'élève sur les flancs des falaises, roule sur les terres, épouse les îles. Elle les caresse de son mystère, indifférente à la tourbe ou à la pierre ; elle aime sans condition et donne d'elle pour protéger le paysage d'un archipel écossais.
Elle ne s'émeut de rien. Pas même des cris d'enfants qui s'élèvent d'un château séculaire.
Alexandre n'est pas plus dérangé que son amie la brume. Il passe sa veste en cuir de dragon sur ses épaules, en lieu et place de l'éternel plaid qu'il porte lorsqu'il reste sur ses terres, signe qu'il s'apprête à partir plus au sud, là où les cieux sont plus cléments – ou presque. Et l'enfant, à ses côtés, tente la carte des yeux humides après celle du caprice. Il tire sur le kilt de son père, attend que ce dernier réagisse enfin à sa présence et lui fait le regard le plus adorable qu'il a en stock.
L'adulte se contente de hausser un sourcil.
« Non, je n't'emmène toujours pas, bonhomme.1 »
Les lèvres de Lúcas tremblent de protestation sanglotante, mais on ne prête déjà plus attention à lui. Il n'a pas fallu longtemps au chef de clan pour comprendre que la meilleure façon de faire cesser les caprices de son fils était tout bêtement de l'ignorer, non sans avoir au préalable expliquer au garnement le pourquoi du comment.
Aujourd'hui, ses affaires l'emmènent dans ce qui reste de traîner en longueur. Et on ne parle pas du fait que la présence du garçonnet pourrait rapidement poser problème dans le Département des Mystères. Comprenez que ce n'est pas tellement le genre de situation où il peut occuper l'enfant avec un casse-tête ou quelques crayons. Surtout si, comme il le suspecte, ses affaires traînent en longueur.
Il signe encore quelques parchemins, échange quelques mots avec son beau-père, garde un œil sur le petit Écossais qui maintenant a décidé de manifester son mécontentement en boudant.
Le chef de clan s'approche tout de même du petit chenapan qui détourne ostensiblement le visage. Il écoute tout de même l'adulte lui assurer qu'il sera de retour ce soir, et qu'il va rester avec Dougal – et que ce dernier a promis de l'emmener voir les dragons s'il est sage. Les mots ont un effet immédiat : Lúcas se tourne vers son père, des étoiles dans les yeux, lui fait un rapide câlin avant de filer dans les pattes d'un Dougal qui va devoir supporter son enthousiasme.
Ce sera finalement avec un sourire aux lèvres qu'Alexandre tournera les talons et transplanera vers l'Angleterre.

Le flot de sorciers l'enveloppe, l'avale, le digère. À peine ses pieds touchent-ils le sol du Ministère de la Magie que l'Écossais est déjà en marche, suivant une foule dans laquelle il détonne pourtant avec son kilt aux couleurs vives. Le sporran se balance en cadence avec ses pas vifs, mais il n'y prête pas attention. Le voici déjà dans le dédale des couloirs d'un ministère qu'il connaît mieux que certains employés.
Il s'arrête au détour d'un bureau, serre quelques mains avec une poigne assurée ; il reprend sa route, s'arrête plus loin, sort de son sporran une boîte d'une taille assez imposante pour qu'on n'ait jamais soupçonné sa présence dans la petite poche de cuir. Il attend patiemment qu'on examine les gants en cuir de dragon qu'il livre, s'assure que le second versement sera réglé au cours de la semaine suivante et reprend sa route.
Une nouvelle porte s'ouvre.
Finally.
L'Écossais s'avance sans hésitation, avec cette attitude d'homme sûr de lui. Il s'approche de la personne en charge de l'accueil du département, prend la parole de sa voix grave :
« 'Mornin', » commence-t-il, retenant le how are you qui lui brûle les lèvres. « Apparemment, il vous faut un consultant en matière de...
- Dragon. Oui. Vous êtes M. MacFusty ? 2»
Ce n'était pas comme si son apparence entière, ou même son accent hurlaient son identité. Alexandre ne se départit d'un air calme et courtois, hoche simplement la tête.
« Vous êtes en retard. On vous attend dans la troisième pièce à votre gauche. 3»
Diplomate, il ne cède pas à l'envie de remettre cette fonctionnaire à sa place et, drapé dans sa fierté, le chef de clan pousse la porte qu'on lui indique, finit dans une salle circulaire. Sans doute parce que ce sont les heures de bureau, rien ne bouge et il suit la direction qu'on lui a donné. Il lève une main, frappe deux coups secs à la troisième porte sur sa gauche.
Et entre lorsqu'une réaction se fait entendre.
« Bonjour, » salue-t-il en fermant la porte derrière lui. Il s'approche de son – ses ? – interlocuteur et tend poliment une main calleuse. « Alexandre MacFusty, spécialiste ès dragons, enchanté.4 »
Pas besoin de se perdre dans d'autres détails. Il est ici en qualité de spécialiste en matière de gros reptiles cracheurs de feu.
À voir ce qu'on peut bien attendre de lui.
____________________
1Still nae takin' ye, laddie.
2 'Mornin'. Ye apparently need a consultant on...
- Dragons. Yes. Are you Mr MacFusty ?
3 You are late. You're expected in the third room on your left.
4Good morning. Alexandre MacFusty,  dragon specialist, nice tae meet ye.


“He told me that a man must be responsible for any see he sows, for it's his duty to take care of a woman and protect her. And if I wasna prepared to do that, then I'd no right to burden a woman with the consequences of my own actions.”
Diana Gabaldon, Outlander.
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3886

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Chloé Hellsoft le Sam 17 Déc 2016 - 12:05, édité 1 fois
Chloé Hellsoft Ancien Personnage
"Lou, laisse ces… trucs tranquilles!" s'exclama Chloé en enlevant les feutres des mains de sa fille, qui frappait joyeusement les feuilles de parchemin avec les bâtonnets colorés. L'ennui était qu'elle était encore un peu jeune pour savoir viser et que la table basse, le tapis et même l'elfe de maison avaient été victimes de son enthousiasme junévile.

Les feutres moldus étaient un cadeau de Margaret, la belle-soeur de Chloé, pour l'anniversaire de sa nièce. Margaret avait accouché quelques mois auparavant d'un petit garçon, qui hurlait avec autant d'entrain que sa cousine au même âge. Le frère de Chloé, Matt, en avait déduit que Lou et son fils s'entendraient très bien. Considérant l'état de son salon, Chloé pria que les deux terreurs se calment en grandissant. Mais, secrètement, elle espérait bien que Lou ait hérité de son tempérament Gryffondor. C'était toujours plus dur de savoir ce que pensait un Serdaigle.

La jeune mère prit sa fille dans ses bras. Lou la regardait avec un grand sourire et brandit le feutre rouge en direction du visage de sa mère. "Lou ! Ca suffit !" D'un geste, elle priva l'enfant de son jouet. Lou éclata de rire (ce qui était toujours mieux que pleurer) et Chloé la reposa par terre où elle se mit à gambader en direction du reste de la palette. Avec un "Ga!" ravi, elle prit le feutre jaune et l'abattit sur un parchemin. "Pas le devoir de potions de Maeva!" Sa mère saisit sa baguette et fit voler les engins hors de sa portée, ce qui provoqua un hurlement de frustration. Ce fut à ce moment-là que la porte s'ouvrit sur Peter.

"Ah, tu tombes bien. Je te laisse la tornade, je suis déjà en retard au ministère" dit Chloé en embrassant rapidement l'heureux papa qui allait passer un après-midi paradisiaque dans le monde des… "feurtes arc en ciel". Et tandis que Peter improvisait une valse aérienne des stylos pour distraire le bébé, la courageuse Gryffondor s'enfuit sans demander son reste par la cheminée familiale.

Familiale? Venait-elle juste de penser ça? Chloé secoua la tête en émergeant des cheminées du ministère. Non, c'était chez elle, Peter habitait encore de l'autre côté du couloir. Point barre. Rapidement, Chloé descendit les étages jusqu'au département des Mystères, salua quelques connaissances en chemin. Elle s'engouffra dans la salle circulaire et se dirigea sans hésitation vers la troisième porte à droite.

"Bonjour Marcus" dit-elle avec un sourire à l'attention de son ancien apprenti. "Alors, tu as encore besoin de moi?"

Le jeune homme brun délaissa la caisse sur laquelle il était penché pour se tourner vers elle. "Tu sais bien que tu nous manques continuellement depuis ton départ" Il s'approcha d'elle pour la saluer et haussa un sourcil "Hum, tu t'es faite tatouer les couleurs de ta maison sur le visage?"

Chloé haussa un sourcil d'incompréhension, et Marcus tapota le bas de sa joue gauche, qui était ornée d'un gribouilli rouge et jaune qu'elle n'avait pas remarqué. Chloé ouvrit des yeux horrifiés en comprenant que l'attaque feutre de sa fille avait eu des conséquences. "Ca écrit aussi sur la peau? Ces moldus ont des inventions terrifiantes!" Elle tenta de frotter énergiquement l'endroit indiqué, mais Marcus hocha la tête avec un sourire un peu moqueur.

"Ne cherche pas, les feutres pour enfants tiennent redoutablement bien. Lou va bien?"

Avant que Chloé n'ai pu répondre, la porte s'ouvrit à nouveau et un jeune homme fit son entrée. Il se présenta comme un MacFusty, et Chloé n'eu aucun mal à le croire au vu de la tenue qu'il portait et de son accent à couper au couteau. Marcus se dirigea vers le nouveau venu.

"Bonjour Mr MacFusty, merci d'avoir faire le déplacement. Je suis Marcus Hawthorne, Langue-de-Plomb. Je vous présente Chloé Hellsoft. Elle est directrice de la maison Gryffondor, mais a travaillé ici de nombreuses années et son expertise nous est parfois nécessaire."

"Enchantée, Mr MacFusty" dit poliment Chloé en serrant la main du nouveau venu. Elle se demandait pourquoi Marcus l'avait fait venir. Quel genre de travail pouvait requérir les services d'une experte en divination et d'un dresseur de dragons?

"Si vous voulez bien me suivre, je vais vous expliquer les raisons de votre venue…"

Chloé suivit en silence son collègue vers le fond de la pièce. Une forme sombre se découpait sur le mur, mais il était dur de la distinguer dans la pénombre. Marcus jeta un Lumos et Chloé retint un hoquet de surprise devant l'animal qui se dressait devant elle. C'était une sorte de dragon miniature, gros comme un leonberg, d'une couleur oscillant entre le rouge et le noir. Il était attaché au mur par une chaîne magique, mais ne semblait pas vouloir s'en libérer. Allongé sur le sol, il se releva d'un bond à leur approche et lança un grognement à l'intention de Marcus. Le son était menaçant, mais l'attitude de la créature donnait une toute autre indication. Il agitait la queue comme un chien et, lorsque le Langue-de-Plomb s'approcha de lui, fourra la tête dans sa main.

"Je vous présentre notre plus récent locataire. La brigade magique l'a trouvé en faisant une descente sur la Voie des Miracles de Bristol la semaine dernière. Ils ont cru qu'il s'agissait d'un jeune dragon importé illégalement, mais il ne ressemble à aucune espèce connue du département de Régulation des Créatures Magiques, et il semble avoir terminé sa croissance. De plus, au lieu de cracher du feu, il souffle une sorte de brume dorée qui provoque des transes divinatoires. Je ne vous explique pas la panique des Tireurs d'Elites lorsqu'un des leurs a commencé à leur prédire leur soirée."

Marcus fit une pause, et Chloé en profita pour demander: "Les prédictions se sont-elles avérées vraies?"

"Une seule a été vérifiée pour l'instant, mais comme tu le sais, certaines sont tellement sybilline qu'il est difficile de savoir ce qu'elles prédisaient. Bref, ils nous ont confié le… dragon à étudier. Le but est de la recenser, de savoir comment cette créature a pu voir le jour, pour traquer les trafiquants et interrompre l'élevage. Ce n'est pas le genre d'animal qu'on peut laisser se balader librement, même s'ils n'ont pas l'air méchants. Le propriétaire ne savait rien de sa provenance - et d'après ce que j'ai compris, il usait de l'haleine de notre ami ici présent régulièrement. Les médicomages pensent qu'il restera à Ste Mangouste un certain temps..."

L'enseigente s'approcha avec circonspection du dragonnet. Celui-ci se figea un moment, puis vint la renifler. Chloé ne connaissait que de rares créatures qui pouvaient provoquer des transes divinatoires. Le venin de certaines arraignées ou serpents d'Amérique du Sud, et peut-être quelques fauves magiques qui vivaient près du Kilimanjdaro. Mais toutes étaient très rares et certainement pas de nature à être croisées avec un dragon.

"Qu'en dit Deborah?" Deborah Lewis était une ancienne camarade d'école de Chloé, avec qui elle avait travaillé de nombreuses années. Elle était plus compétente qu'elle et Marcus pour ce qui touchait aux créatures.

"Deborah n'est pas… très disponible ces temps-ci."

Chloé sentit le reproche dans la voix de Marcus et ne posa aucune autre question. Il était inutile d'embarasser le département devant un étranger. Elle se tourna vers l'Ecossais.

"Je vais sans doute vous laisser commencer, Mr MacFusty. Je pense que votre expertise physique est la première procédure à appliquer."


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Alexandre M. MacFustyMolduavatar
Messages : 61

Voir le profil de l'utilisateur
Directrice des Gryffondor ?
En voici une réunion bien étrange. Un chef de clan et une enseignante... Un duo pour le moins inattendu au sein de Ministère de la Magie, plus encore le Département des Mystères. Cela l'intrigue encore plus, pour le coup, que la convocation.
Surtout quand la personne avec qui il va devoir travailler montre des tâches d'encre colorée sur la joue. Il aurait pensé que l'encre de couleur était plus une manie d'étudiante en fleur plutôt que de femme épanouie.
L'une des réponses à ses questions ne tarde pas à venir. Il suit le mouvement vers le fond de la pièce, distingue une forme d'une taille plutôt modeste.
Le lumos est lancé.
Si Alexandre est surpris, il n'en laisse rien paraître et détaille déjà la créature du regard, les narines légèrement plus ouvertes, comme s'il espérait relever une odeur. Il fronce à peine les sourcils en remarquant que la bête est attachée, à peine tendu ; la tension disparaît lorsqu'il reconnaît l'attitude de docilité de l'animal vis à vis du sorcier. Il n'a pas besoin de plus pour s'assurer que la créature, dragon ou non, est bien traitée.
Les explications lui semblent à la fois claires... Et pour le moins obscures.
La bête n'est d'aucune espèce connue par le département, et il ne fera pas mieux. Un dragon d'une taille aussi ridicule ayant fini sa croissance, c'est du jamais vu, que ce soit en Europe ou sur n'importe quel autre continent. En quelques coups d’œil, une oreille attentive, l'Écossais remarque déjà quelques spécificités de la bête.
En plus de celles qu'on lui pointe déjà et qu'il ajoute à son examen : ne crache pas de feu, mais une sorte de brume dorée ; provoque des transes divinatoires.
Et puis un mot lui fait redresser l'échine et se tendre : élevage. Le terme propriétaire n'aide pas non plus, mais il ne dit rien pour le moment.

Il suit des yeux la bête qui s'approche de Chloé, fronce les sourcils de façon plus prononcée cette fois. Il n'écoute pas vraiment la suite de l'échange sur une certaine Déborah, concentré sur le comportement du dragonnet.
Il se comporte comme un chien.
Il ne se tourne vers sa nouvelle collègue qu'en entendant son nom, hoche brièvement la tête et s'approche de la bête à son tour. Ce dernier a un mouvement plus méfiant vers l'homme qu'envers les deux autres sorciers, comme si une odeur lui parvenait. Alexandre recule d'un pas, ôte sa veste en cuir qu'il va poser sur une chaise et se rapproche de l'animal en posant un genou à terre.
« A h-uile gu math, mo charaid, » souffle-t-il en lui tendant la main. Il sent un museau rencontrer sa paume chaude, ne bronche pas, attend un signe pour adapter son attitude. Il doit voir quelque chose qui lui indique que tout va bien, puisqu'il glisse finalement sa main le long de la mâchoire du dragonnet, dans une caresse franche.
« Ciamar a tha thu ? »
Il n'attend pas de réponse de l'animal, mais son murmure d'une voix calme et posée a l'air d'avoir un but – apaisant, ou au moins de tenir le petit dragon occupé le temps qu'il examine ses écailles, écarte ses babines pour vérifier ses crocs. Il n'a pas peur de s'approcher, attentif à l'attitude de l'animal pour voir venir tout signe de danger.
Il ne fait peut-être pas une dizaine de tonnes, mais tout de même.
Les griffes, les pattes, la queue, tout y passe.
Puis Alexandre, ne parlant toujours qu'au dragon dans sa langue natale, revient poser un genou devant la bête, amène ses deux mains de chaque côté de la gueule. Il soulève une babine, encourage d'un mouvement l'ouverture ; il n'y a aucune résistance, et il peut rapidement voir la cavité buccale, la langue, et, sans surprise, ne voit pas les organes permettant le relais des flammes nées plus loin dans la gorge.
Et, forcément, le reste de l'anatomie de la bête suit cette logique.
Il se redresse, flatte gentiment le cou de son nouveau copain.
« Gille deagh. »
Il a l'air songeur, comme encore en pleine réflexion, mais ne tarde pas à donner le résultat de son expertise.
« Qu'entendiez vous par élevage ? » demande-t-il directement, intrigué. « Sait-on quoi que ce soit sur le sujet ?1 »
La question est presque rhétorique. Mais sait-on jamais.
« Il y a deux choses qui retiennent principalement mon attention. La première sur son comportement : il se comporte comme un chien. Sociable, amical même, plutôt docile. Il n'est pas très méfiant, pour le coup. La seconde est purement physique : aucune capacité à produire des flammes, aucune protection interne à la chaleur, et je suppose que ses écailles et sa peau ne lui permettent pas de résistance plus avancée que celle d'un reptile ordinaire.2 »
Il marque une petite pause, reprend bien vite.
« Outre cela, il a l'air en bonne santé, et a des attributs certains des dragons. Crocs et griffes sont en bon état, il n'a pas l'air d'avoir suivi de mauvais traitement. Ses ailes sont d'un aspect un peu fragile, comme si elles n'avaient jamais trop servi à porter son poids, sa queue est un peu longue pour sa taille.3 »
Il montre d'un signe vague de la main les parties du corps dont il parle, sans s'en rendre compte.
« Je ne sais pas ce qui a pu amener à la création d'une espèce comme celle-ci, mais je vous confirme que ce n'est pas une espèce connue. Je pencherais pour un croisement artificiel, mais allez savoir comment on a pu arriver à un tel résultat de docilité... D'autant plus qu'il a des particularités physiques très marquées. Vous voyez la forme des ailes ? C'est typique du Noir des Hébrides. » Et il en sait quelque chose. « La couleur peut venir de là aussi. La forme du museau est européenne, sans aucun doute, mais ça m'évoque plus le Suédois à Museau Court. Quant à la taille ou l'absence de lien avec le feu... Il y a probablement croisement avec autre créature d'une taille plus modeste.4 »
La question étant : comment a-t-on pu obtenir un résultat viable en faisant cela ? Même magiquement, obtenir une créature pareille paraît compliqué. En l'occurrence, il faudrait savoir l'âge de l'animal, s'il n'a aucune faiblesse cardiaque – ou autre –, s'il est fertile – ce qui lui semble hautement improbable – et on en passe.
« A-t-on constaté une résistance à la magie ?5 »
La suite logique : l'animal n'a pas de résistance innée à la chaleur, contrairement à ses grands cousins. Ceci étant dit, son apparence est assez proche des gros reptiles pour qu'on s'attende au même genre de résistance ; peut-être pas de là à ce qu'on doive se mettre à six pour le maîtriser, mais sait-on jamais.
__________________
1What do you mean by « farmin' » ? Do we ken aught on the subject matter ?
2There are two verra noticeable things. The first one is 'boot its behaviour : it behaves like a dog. Sociable, friendly even, rather obedient. Nae verra suspicious either. The second is purely physical : no capacity tae produce flames, nay internal protection against heat, and I guess the skin and the scales canna protect him more than the ones o' an ordinarrry reptile.
3Apart from that, it seems healthy, and has definite specificities o' dragons. Fangs and claws are in good shape, it doesna look like it has suffered from mistreatement. Its wings look a wee bit fragile, as if they'd never been used before, its tail is a wee bit long for its size.
4I ha' nae idea how the creation o' such a species has occurred, bu' I can confirm that 'tis nae a kent one. I'd lean towards an artificial hybridisation, bu' Merlin kens how they could ha' achieved such a submissive result... Especially when ye ken it has verra specific physical pecularities. See the shape o' the wings ? Typical o' the Hebridean Black, and so is the colour. The shape o' the snout is undoubtedly european, bu' more like the Swedish Short-Snout. As far as the size or the absence o' link wi' fire is concerned... There is probably a hybridisation wi' a smaller creature.
5Has any resistance tae magic been revealed ?


“He told me that a man must be responsible for any see he sows, for it's his duty to take care of a woman and protect her. And if I wasna prepared to do that, then I'd no right to burden a woman with the consequences of my own actions.”
Diana Gabaldon, Outlander.
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3886

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Chloé Hellsoft le Sam 17 Déc 2016 - 12:05, édité 1 fois
Chloé Hellsoft Ancien Personnage
Alexandre MacFusty se lança dans un examen détaillé du dragon. Chloé observa avec intérêt l'homme manipuler la bête. Bien que celle-ci ne soit pas rétive de nature, les gestes précis trahissaient des habitudes de soigneur. Marcus jeta soudain un oeil à son badge, qui virait doucement au rose fluo.

"Problème en salle des prophéties" soupira-t-il à l'intention de Chloé. "Je peux te laisser gérer ça? Toutes les informations que nous avons son dans le dossier." Il lui désigna un tas de feuilles posé sur la table.

"Pas de souci" répondit l'enseignante. Elle n'avait pas été en autonomie au département depuis de longues années, et serait ravie de gérer un cas d'elle-même. Elle savait qu'elle ne devait la confiance de Marcus que grâce à l'entente qu'elle entretenait avec Art, l'ancien Directeur du Département qu'elle avait débauché l'année dernière pour enseigner les Potions et diriger Serpentard, ainsi qu'avec la nouvelle directrice du département. On touchait toujours à des choses délicates aux Mystères, et en cas d'accident, les responsabilités étaient très vite engagées. En dépit de ses relations, Chloé savait qu'on ne la laisserait pas seule avec l'animal s'il y avait un réel risque de dérapage.

Le temps que Marcus parte, Alexandre avait terminé son examen et lui demanda ce que l'on voulait dire par "élevage". Chloé n'avait pas besoin d'ouvrir le dossier pour le savoir. Les créatures hybrides faisaient partie du quotidien du ministère. Elle se dirigea cependant vers le dossier et le feuilleta tout en répondant à son nouveau - et temporaire - collègue.

"Il n'est pas rare que les Aurors ou la Brigade découvrent des élevages de créatures illégales lorsqu'ils démantèlent les réseaux illégaux. Le plus souvent, ce sont des créatures connues et interdites, comme des Accromentules, mais il arrive parfois que l'on tombe sur des croisements. Il est toujours difficile de remonter à la source, car les réseaux passent souvent par plusieurs pays. Au Royaume-Uni, nous avons peu de… hum, producteurs. La plupart des expérimentations sont faites sur le continent, en Asie et surtout en Amérique du Sud."

Elle écouta la suite du rapport d'Alexandre et pinça les lèvres. Elle avait du mal à imaginer qu'on puisse croiser directement un dragon et un chien. Et si le chien était un animal banal que la magie pouvait facilement croiser avec d'autres éspèces, le dragon tendait à être unique en son genre. Chloé tendit le dossier à Alexandre pour qu'il puisse voir lui-même les constatations des experts.

Le propriétaire, un vieux monsieur seul qui avait vraisemblablement crû qu'un dragon miniature était d'aussi bonne compagnie qu'un chien, ne leur avait pas fourni des informations très utiles sur la provenance de l'animal. Il disait simplement l'avoir acheté sur la Voie des Miracles, mais l'achat remontait à plusieurs années et le trafiquant s'était empressé de disparaître.

"Une résistance à la magie ne m'étonnerait pas s'il produit véritablement un psychotrope augural. Mais cela reste encore à vérifier. Avez-vous pu voir quels organes stockent, à première vue, le produit? Si nous réussissons à en prélever un peu, je pourrais l'analyser. Cela me permettra sans doute de voir de quelle substance connue cela se rapproche, et nous donnera une idée des croisements dont il… ou elle, est issu."

L'étape périlleuse allait bien sûr être de prélever la fameuse poussière sans être contaminée par elle. Chloé aurait volontiers regardé l'effet sur un cobaye humain pour voir s'il s'agissait réellement de quelque chose susceptible de provoquer une transe divinatoire, où simplement d'un agent hallucinogène. Les différences étaient subtiles, notamment lorsque la personne qui utilisait un psychotrope banal avait ce que sa spécialité appelait un "esprit ouvert" aux voix du temps.


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Alexandre M. MacFustyMolduavatar
Messages : 61

Voir le profil de l'utilisateur
Si Alexandre avait eu une connaissance suffisante du monde moldu, il aurait proposé d'écarter une écaille là, à la toute base du cou de la bête, d'y enfoncer une aiguille très fine afin de pouvoir prélever un peu de la substance qu'il produit dans ces glandes bien spécifiques.
Mais voilà : s'il a déjà mis les pieds dans un hôpital moldu et vu ce qu'il estime être d'improbables instruments de torture, il n'a pas l'idée qu'une bête seringue serait la solution au problème posé par sa collègue du jour.
Le nez dans le dossier qu'on lui a tendu, il grince des dents, songeur et contrarié. Comment une personne saine d'esprit pouvait-elle envisager d'avoir une telle créature comme animal de compagnie ? Certes, la bête paraît très docile, sans doute un compagnon très sympathique, mais il ne faut pas avoir un ASPIC en Soin aux Créatures Magiques pour deviner les maltraitances qui ont du se produire en amont pour arriver à un tel résultat.
Rien que l'imaginer lui fait froid dans le dos.
« Il, » relève l'homme en entendant l'enseignante hésiter sur le sexe de l'animal. « Mais il y a tout à parier qu'il est stérile.1 »
Comme souvent, dans le cas des hybridations : l'espèce créée est rarement viable d'elle-même. D'autant plus que la bête est probablement la seule en son genre.
« Ses glandes sont tout au fond de la gorge, donc on ne peut pas vraiment y accéder par la gueule,2 » explique-t-il en posant une main assurée à la base du cou de la bête. Il le flatte gentiment, d'un geste expert, laissant l'animal fermer les yeux de plaisir en collant son museau contre lui.
La question étant donc : comment prélever la substance ? Il est absolument hors de question pour le chef de clan de recourir à des méthodes barbares, qu'on soit bien d'accord. Alors quoi ? Le petit dragonnet doit probablement utiliser son psychotrope comme mécanisme de défense, donc en cas de menace. Une fois encore, une option absolument pas envisageable par l'homme : cela impliquerait de mettre l'animal en situation de danger ou au moins de fort stress, et tout cela pour assouvir des curiosités scientifiques ?
Même pas en rêve.
Ils sont dans une impasse.
Songeur, Alexandre pose à nouveau un genou à terre, le kilt balayant la poussière du sol dans le même mouvement. Il met son visage à hauteur du museau, ouvre la gueule de l'animal sans rencontrer de résistance particulière. Il observe à nouveau, reprend ses murmures en gaélique pour apaiser la bête et le garder en confiance, sort sa baguette.
Il prend garde, avec d'infinies précautions, à ce que son patient voit l'instrument. Il le laisse le sentir, se familiariser avec le bois et la magie qu'il dégage. La méfiance est là, dans les yeux d'un noir brillant. D'un geste doux, l'Écossais fait apparaître une petite lueur au bout de sa baguette de cèdre, laisse à nouveau son nouveau copain se familiariser avec, voir qu'il n'y a aucun danger, avant d'éclairer sa gueule.
Les ombres se projettent : les crocs deviennent encore plus menaçants, la langue elle-même semble pouvoir devenir une arme de destruction. Au fond de la bouche, on distingue des glandes, de diverses fonctions, et un œil avisé saurait voir, là-bas, à peine suggéré par une ombre, la forme de celles responsables de l'émission du psychotrope. Ce qu'ils distinguent n'est sans doute que la zone d'expulsion du gaz, mais c'est un début.
« Vous voyez, l'ombre là, tout en bas ? » On la voit à peine, il n'est pas sûr que l'enseignante soit en mesure de reconnaître la bonne. « C'est l'organe de sortie. Le produit est stocké dans des organes plus bas encore, vraiment à la toute base de la gorge. C'est trop bas pour qu'on puisse l'atteindre ; sans lui faire mal, j'entends, et par conséquent sans risquer qu'il ne tente de se défendre avec plus ou moins de véhémence. S'il a hérité de l'instinct de défense du dragon, il n'aimera pas du tout qu'on essaie d'atteindre cette zone. Et on ne saura pas traiter les spécificités magiques liées à une de ses morsures. 3»
________________________
1He. Bu' everrrything gets me tae think he's nae fecund.
2His glands are at the verra back o' the thrrroat, we thereforrre canna reach it by the maw.
3See the shadow down over there ? 'Tis the exit organ. The product is stocked in organs situated still way down, at the verra bottom o' the thrrroat. Way too down tae allow us tae reach it ; that is tae say wi'oot hurtin' him, an' consequently wi'oot takin' the risk o' him defendin' himself wi' more or less vehemently. If he's in any way close tae the dragon instincts, he wilna like us tae try tae get tae this area at all at all. And we wouldna be able tae cure the magical specificities o' one of his bites.


“He told me that a man must be responsible for any see he sows, for it's his duty to take care of a woman and protect her. And if I wasna prepared to do that, then I'd no right to burden a woman with the consequences of my own actions.”
Diana Gabaldon, Outlander.
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3886

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Chloé Hellsoft le Sam 17 Déc 2016 - 12:05, édité 2 fois
Chloé Hellsoft Ancien Personnage
Suite à la demande de Chloé, Alexandre ouvrit de nouveau la bouche du dragonnet et l'éclaira de sa baguette magique. Il était clair qu'il souhaitait qu'elle s'approche pour qu'elle voit ce qu'il voulait lui montrer, mais cela répugnait l'enseignante. Elle aimait les petits animaux, comme son chat ou son hibou. L'idée de mettre son nez près de la gueule d'un animal de cette taille, eut-il l'air aussi gentil qu'un toutou, n'était pas pour la séduire.

Pourtant, en bonne professionnelle, elle accepta de s'approcher. Elle resta prudemment derrière l'homme accroupi et se pencha pour voir ce dont il parlait. Bon, tout ça pour dire qu'il n'y avait aucun moyen simple de prélever le venin. Ou plutôt, que ni lui ni elle n'en connaissaient. Elle n'avait jamais été spécialisée en créatures magiques, et ne connaissait que quelques techniques pour prélever les produits de créatures liées à la divination, mais c'était des créatures normales. Chloé se doutait qu'ils auraient probablement une solution s'ils s'en remettaient au département des Créatures Magiques. Mais Marcus y avait sans doute déjà pensé, et les avait fait venir malgré tout. Le délai pour avoir un spécialiste devait être trop long et on lui demandait sans doute des résultats rapidement pour stopper le traffic.

Ah, les joies du Ministère... Lorsqu'un département travaillait seul, tout allait généralement bien. Mais dès qu'une collaboration s'imposait, c'était la croix et la bannière, chaque directeur voulant se mettre en avant et prouver sa compétence au détriment des autres. Ces magouilles politiques ne lui manquaient pas.

"Il faut donc que nous trouvions un moyen de prélever nous-même la substance..." dit-elle, songeuse.

Peut-être pourrait-elle demander à Art. Après tout, il avait lui aussi été langue de plomb avant qu'elle ne le débauche pour venir enseigner à Poudlard - et en qualité d'ancien directeur du département et de spécialiste de potions, il aurait sûrement les connaissances requises. Mais là encore, rien ne garantissait qu'il pourrait agir vite. Il avait cours jusqu'en fin d'après midi et lui avait annoncé qu'il passait le week-end en famille dans le sud du pays. Bon.

"On pourrait le faire éternuer" suggéra-t-elle au bout d'un moment. "Les contractions involontaires ont souvent pour effet de faire sortir les fluides défensifs chez les créatures."

S'éloignant vivement de l'animal, elle se dirigea vers les étagères qui bordaient la table. Oui, il y avait de la poudre des rhumes des foins, comme les jeunes l'appelaient. Elle ouvrit le pot, attrapa un bol et en versa une petite quantité.

"Le problème est de ne pas être sur la trajectoire du... jet. Auriez-vous une idée de la distance à laquelle nous devons être?"

Chloé posa sa préparation et retourna vers Alexandre, restant à distance de l'animal maintenant qu'elle avait manipulé le poudre du rhume des foins. Cependant, elle avait sous estimé la curiosité du dragonnet, qui, sentant une odeur nouvelle, s'approcha d'elle, tendant sa longe au maximum. Sitôt à ses côtés, il renifla la main de l'experte, qui portait encore des particules de poudre.

L'éternuement fut immédiat.
Citation :
Lancé de dé:
1/5 - La poudre hallucinatoire atteint Chloé
2/6 - Elle atteint Alexandre
3 - Elle atteint les 2
4 - Elle les manque tous les deux


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3886

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Chloé Hellsoft' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé à 6 faces' : 6


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Mystery Meeting | Chloé (et autres)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'Islam rejoint les autres religions
» Xylographie, Sérigraphie et autres techniques d'impression.
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» un petit pas l'un vers l'autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Ministère de la Magie,-