AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 It's who we are [Juliana & Alicia]

Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
5 mai 2007

La journée avait été étrangement calme. A l’hôpital, aucun cas particulier n’avait réclamé son attention particulière. Oh, Alicia avait eu le droit à son lot de petits cas mineurs. Un léger étourdissement à cause des vapeurs d’une potion, des douleurs suite à l’ingestion d’une potion contre la toux, des effets secondaires à traiter… Tout avait été pris en charge très rapidement. Il y avait eu des proches à rassurer, des dossiers à remplir, et des étudiants en médicomagie à guider,  mais la journée s’était déroulée sans le moindre drame. Et c’était plutôt reposant, selon Alicia, après l’affaire des potions de Chaudrillon. Le service d’Alicia avait été le premier concerné, et les patients n’avaient pas cessé d’affluer durant plusieurs semaines. Le retour à la normale avait été agréable – bien que déroutant. D’ordinaire si occupée par son travail, la jeune femme ne rentrait que tard chez elle, pour s’écrouler sur son lit, sans avoir le temps de penser à autre chose. Aujourd’hui, elle avait quitté l’hôpital bien plus tôt que d’habitude, et s’était retrouvée légèrement désœuvrée. Elle avait fini par gagner le Chemin de Traverse dans l’espoir de trouver un cadeau pour son frère, Adrian, qui prenait un an de plus dans quelques jours, puis avait été à l’épicerie histoire de remplir son frigo – et de racheter du thé et du café, puisque ses réserves s’épuisaient de jours en jours.

Une fois rentrée chez elle, elle avait sentit la solitude la gagner, et s’était machinalement préparée à manger. Elle avait été relativement seule ces derniers temps, entre son travail plus que prenant et ses horaires impossibles, elle n’avait pas eu le temps de voir quiconque. Oh, elle avait bien dû apercevoir Charlotte, de temps en temps, à l’hôpital, mais n’avait jamais vraiment pu s’arrêter pour lui parler plus de deux minutes. Et cela commençait à lui peser. Son petit appartement silencieux ne faisait que renforcer sa sensation de solitude, et, attablée devant son assiette, Alicia remuait mollement sa nourriture, pensive. Elle n’avait jamais été très sociable, pourtant. Elle n’était pas du genre à vouloir sortir tous les soirs, ni même à chercher la compagnie des autres à tous prix. Elle s’entendait relativement bien avec ses collègues, fréquentaient Charlotte et Eliott régulièrement, voyait son frère de temps en temps… Et puis il y avait Juliana. Juliana qui avait gagné sa confiance si rapidement, avant qu’elles ne s’éloignent doucement l’une de l’autre, après cette soirée où Alicia, trop ivre, avait fini par l’embrasser. Cet éloignement lui pesait énormément, sans qu’elle ne puisse rien faire pour l’arrêter. Elle avait essayé, pourtant. Mais la gêne d’Alicia était visible dans leur conversation, sa tristesse se ressentait dans ses paroles, bien qu’elle essayait de la masquer avec des sourires avenants. Elle s’en remettrait, elle en était certaine. Un jour, plus tard, quand la pilule serait un peu moins difficile à avaler.

La jeune femme avait donc terminé son repas, et – après une vaisselle rapide – s’était laissée tomber sur son canapé. C’était étrange, pour elle, de prendre le temps de manger, puisqu’elle se contentait d’habitude d’avaler un sandwich en quelques minutes. Pas assez fatiguée pour aller se coucher, Alicia finit par se relever pour aller se préparer un  thé, puis s’installa confortablement dans son canapé, un livre à la main. Elle se plongea dans sa lecture, et en fut tiré une heure plus tard par quelques coups frappés à la porte. Intriguée, Alicia reposa son livre, et se leva pour aller ouvrir. Elle n’attendait personne, mais ne serait pas surprise de voir Adrian, qui, ayant trop bu, aurait tout à fait pu vouloir ne pas prendre le risque de transplaner, préférant demander l’asile à sa petite-sœur pour la nuit. Toutefois, ce fut une toute autre personne qu’Alicia eut en face d’elle lorsqu’elle ouvrir la porte. Juliana. La médicomage prit quelques secondes pour assimiler l’information, une moue surprise sur le visage, qui se transforma en un froncement de sourcils légèrement inquiet.

« Juliana ? » lança Alicia, avant de se décaler. « Je, euh… Entre ! » l’invita-t-elle avant de refermer la porte derrière son amie.

Légèrement inquiète par la visite tardive de la jeune femme, Alicia la fit asseoir sur le canapé, avant de prendre place à côté d’elle.

« Qu’est-ce qui t’amène à Londres aussi tard ? Tout va bien ? » questionna-t-elle finalement.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
La main de Juliana tremblait un peu lorsqu'elle la leva pour venir frapper le montant de la porte de l'appartement d'Alicia. C'était la première fois qu'elle venait ici, son amitié avec la jeune femme étant trop récente et trop fragile pour qu'elles aient eu le temps d'en profiter vraiment. Après quelques semaines à se découvrir et à s'apprécier, tout avait été bousculé par un baiser aussi ardent qu'inattendu, qui avait laissé Juliana sous le choc. Les deux jeunes femmes s'étaient accrochées désespérément à leur amitié naissante, s'appréciant trop pour tirer les conclusions de ces avances refusées et cesser de se voir, mais leurs efforts semblaient vains. De toute évidence, leur complicité avait été remplacée par une relation plus distante, presque empruntée parfois, qui blessait Juliana sans qu'elle ne sache comment y remédier. Pour autant, elle ne voulait pas y renoncer, persuadée qu'il y avait une connexion entre la médicomage et elle qui était trop précieuse pour être perdue si vite. Que la jeune femme ne fasse qu'une apparition si fugace dans sa vie n'était pas envisageable. Juliana pouvait avoir souvent des coups de coeur passager pour les gens mais elle ne rencontrait pas des personnes avec qui elle se sentait si bien très souvent. Quand cela arrivait, elle ne les laissait pas filer...

Nerveuse, Juliana tira légèrement sur sa jupe sombre et rajusta son chemisier avant de repousser une mèche de cheveux derrière son épaule. Elle avait longuement réfléchi à sa tenue avant de venir, un peu trop longuement peut-être, ne sachant trop quelle image d'elle-même elle souhaitait donner ce soir. Tant d'incertitudes avaient envahi la cervelle de la jeune femme si sure d'elle d'ordinaire... Juliana avait fini par se décider après maintes tergiversations et la voilà debout devant la porte à regretter son choix. Son décolleté n'était-il pas trop plongeant ? N'aurait-elle pas dû porter des vêtements dans lesquels elle se sentait plus à l'aise ? Ne se posait-elle pas trop de questions pour une simple visite à l'improviste chez une simple amie ? Alicia ne serait peut-être même pas là...

Son large sourire habituel vint étirer ses lèvres dès que la porte s'ouvrit sur Alicia, qui parut surprise. Une fois de plus, Juliana se demanda si elle avait fait une erreur en venant, n'étant même pas certaine de ce qu'elle espérait trouver auprès de la jeune femme. Enfin, il était trop tard pour reculer désormais...

"Bonjour, Alicia", dit-elle d'un ton engageant en essayant d'ignorer la surprise d'Alicia. Bien sûr qu'elle était étonnée, la soirée n'était plus jeune. Juliana avait terminé son service en fin d'après-midi et elle avait ensuite passé un long moment à réfléchir puis à se préparer, avant de venir, jugeant que son envie de voir Alicia était trop pressante pour attendre leur prochain jour de congé en commun. Juliana se força à respirer profondément en se dirigeant vers le canapé, où elle s'installa avant de dissimuler ses mains tremblantes dans le tissu de sa jupe.

"Je te dérange ? Excuse-moi de passer à l'improviste, je... Je ne travaille pas ce soir, contrairement à mon coloc', et j'avais envie d'un peu de compagnie. Mais...enfin, si t'es occupée, je peux repartir, il n'y a aucun souci, c'est vrai qu'il est tard, mais..."

Juliana laissa mourir sa phrase et haussa les épaules en esquissant un petit sourire désolé. A vrai dire, elle ne savait pas vraiment ce qui l'avait conduite ici ce soir, si ce n'est le besoin irrépressible de se trouver auprès d'Alicia. Elle lui manquait, leur relation lui manquait. Pas leur relation des dernières semaines, non, celle d'avant, celle emplie de rires, de discussions et de complicité, celle qui existait avant le baiser. Non, pas avant le baiser... Avant que Juliana ne la repousse.

Fourrageant dans son sac qu'elle avait posé au pied du canapé, Juliana en tira une boîte de chocolats artisanaux d'une petite boutique de Bristol, qu'elle tendit à Alicia.

"Tiens, c'est pour toi", murmura-t-elle avec une certaine timidité qui ne lui était pas coutumière. A vrai dire, elle avait songé à amener des fleurs pour s'excuser de passer à l'improviste mais ce geste lui avait paru trop connoté. Des chocolats en guise de signe de sa bonne volonté pour que leur amitié revienne aussi flamboyante qu'à ses débuts, c'était bien...



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Assise face à Juliana, la surprise d’Alicia disparut pour laisser place à un léger sourire, timide, mais sincère. Ainsi, la jeune femme désirait seulement avoir un peu de compagnie, rien de plus. Et rien de plus normal que de passer la voir elle, puisqu’elles étaient amies, n’est-ce pas ? Evidemment, songea Alicia, en posant son regard sur la serveuse, un peu gênée d’avoir été si étonnée en la voyant sur le pas de porte. D’un autre côté, ce n’était pas comme si leurs dernières conversations avaient été extrêmement chaleureuses, en comparaison avec celles qu’elles avaient pu avoir avant cette fameuse soirée. Et c’était complètement de sa faute, elle le savait bien. Mais elle était toujours un peu mal à l’aise, face à Juliana, lorsque des souvenirs du baiser qu’elles avaient échangé lui revenaient en mémoire, et que l’envie de recommencer la saisissait. Elle savait bien, pourtant, que cette cause était perdue, que Juliana était en couple avec Roy, qu’elle était hétérosexuelle, et qu’elle ne pourrait, par conséquent, jamais lui plaire. Elle le savait très bien, tout ça. Pourtant, elle ne parvenait pas à se faire à cette idée, comme si le besoin d’être proche de Julia dépassait largement toute raison.

Alors, cette soirée serait peut-être l’occasion de faire revenir les choses à la normale ? songea Alicia, toutefois un peu réservée sur le sujet. Elle appréciait, Julia, réellement, et leur amitié lui était infiniment précieuse. Elle ne s’était jamais liée avec une personne aussi rapidement, elle n’avait jamais accordé sa confiance à quelqu’un comme elle l’avait accordé à Juliana. Elle n’avait pas trop compris comment elle s’était attachée si vite à la jeune femme. C’était peut-être son caractère flamboyant, si différent du sien, qui l’avait séduite. Puis sa personnalité, et enfin sa personne, toute entière. Juliana était une amie comme Alicia en avait peu, et la perspective de la perdre lui était tout bonnement insupportable. Pourtant, elle était un peu sceptique à l’idée que tout redevienne comme avant en une soirée. Juliana n’avait pas cessé de plaire à Alicia lorsqu’elle l’avait repoussé, et cela se ressentait encore un peu dans les réactions de la médicomage. Cependant, elle voulait y croire. Elle voulait croire que leur relation pourrait revenir, aussi belle et complice qu’avant. Malgré l’attirance d’Alicia, malgré son malaise et sa gêne, malgré tout ce qui pourrait l’entacher.

« Non, non, tu ne me déranges pas du tout ! » lança Alicia avec un sourire. « J’étais en train de lire. » poursuivit-t-elle en désignant d’une main le roman abandonné sur la table basse. « Excuse-moi, j’étais juste surprise de te voir, j’ai cru qu’il t’était arrivée quelque chose. » expliqua la jeune femme avec un léger rire d’autodérision.

Elle s’appuya contre le dossier du canapé, et observa son amie pendant quelques instants, alors que cette dernière se penchait pour fouiller dans son sac. Elle ne pu s’empêcher de remarquer la tenue que Juliana avait revêtue, avant de poser les yeux sur le paquet qu’elle tenait dans les mains. Un sourire s’étira sur ses lèvres lorsque Juliana le lui tendit, touchée par cette attention.

« Oh, il ne fallait pas, Julia ! » s’exclama-t-elle, avant de lui offrir un sourire. « Mais merci, c’est vraiment gentil. » déclara-t-elle ensuite, en posant les chocolats sur la table basse. « Tu veux quelque chose à boire ? Un thé ? » demanda Alicia, avant de se lever lorsque Juliana accepta la boisson. Ramenant sa propre tasse à la cuisine pour s’en refaire un, la médicomage fit chauffer rapidement l’eau à l’aide de la magie afin de faire infuser les deux thés, qu’elle apporta ensuite à son amie. Lui tendant une tasse, elle reprit place à côté d’elle, avant d’ouvrir la boîte de chocolats, et de lui la tendre. « Sers-toi ! » l’incita-t-elle, avant d’en prendre un elle-même, et de mordre dedans. « Ils sont délicieux, merci Julia ! » lança Alicia, ravie.

Elle avala ensuite une gorgée de thé, laissant ainsi quelques secondes de silence passer. Puis, la jeune femme releva les yeux vers Juliana.

« Alors, quelles sont les nouvelles ? Tout se passe bien, à Bristol ? »



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana se mordilla la lèvre inférieure avec nervosité, s'en voulant d'avoir inquiété Alicia. Cela ne lui aurait pas coûté grand chose de la prévenir de sa venue, mais elle avait eu peur que la jeune femme ne refuse, alors... Heureusement, Alicia paraissait plus surprise que contrariée, et Juliana se détendit face à son sourire. Elle accepta le thé avec plaisir et s'enfonça dans le canapé pendant qu'Alicia s'en allait le préparer. Son coeur battait légèrement trop fort et elle attrapa le roman qu'était en train de lire Alicia pour se calmer, se plongeant dans la quatrième de couverture. Alicia ne tarda pas à la rejoindre avec les tasses fumantes, et cette vision fit naître une sensation de bien-être chez Juliana. Voilà ce qu'elle était venue chercher, elle se sentait à sa place ici, songea-t-elle en promenant son regard sur l'appartement. Il avait l'air agréable à vivre...

"Je t'en prie", répondit-elle quand Alicia la remercia pour les chocolats. "Ils viennent d'une boutique près de chez moi que j'aime beaucoup."

Un silence s'instaura ensuite pendant qu'elles savouraient leur thé, Juliana n'étant pas pressée d'entamer la conversation. Alicia s'en chargea, et Juliana haussa les épaules avant de répondre.

"Tout va...assez bien. Avec Joel et nos copains, on est un peu sur des charbons ardents avec tout ce qui s'est passé récemment. Nimbus, Chaudrillon et tout ça... L'un de nos amis, Patrick, a faillit perdre la vision à cause d'une potion frelatée ! C'était sensé être un simple remède contre le rhume..."

Une grimace pleine d'amertume étira le visage de Juliana, qui poursuivit du ton enflammé qu'elle adoptait malgré elle lorsque les conversations dérivaient sur la politique.

"Tu sais, on a tous voté pour le MIM mais là... Les syndicalistes s'agitent à Bristol et d'après ce que me disent mes parents, les gens ne sont pas ravis à la cité Nimbus non plus. Ils sont déçus par Fiennes, ils se sentent trahis, et comment les blâmer ?"

Juliana avait toujours eu une forte conscience politique, héritage de sa famille et de l'année terrible de sa rentrée à Poudlard sous le régime des Carrow. Alors que certaines personnes évitaient de parler de politique en public, Juliana ne parvenait pas à s'en empêcher et c'était quelque chose que tous ses amis découvraient un jour ou l'autre. Elle ne tenait pas à embêter Alicia avec cela, néanmoins, et elle retrouva bien vite le sourire.

"Enfin, je ne vais pas commencer à parler politique, sinon on y passera la nuit !", rit-elle avant de regagner brusquement le silence, tandis que l'idée d'une nuit passée en compagnie d'Alicia faisait son chemin dans son esprit. Son regard se posa sur Alicia et elle l'observa en silence pendant un moment. Elle prétendait qu'Alicia était son amie mais il y avait un sujet qu'elle évitait depuis ce baiser partagé, celui de leurs vies sentimentales respectives. Comment pouvait-elle être proche d'Alicia si elle ne lui parlait même pas de sa rupture avec Roy, qui avait eu lieu depuis plusieurs semaines maintenant ? C'était ridicule, elle ne pouvait pas éviter ce sujet pour toujours... D'autant plus qu'une partie d'elle était curieuse de savoir si Alicia avait trouvé quelqu'un, de son côté.

"Sinon, j'ai... J'ai rompu avec Roy. Ça fait un mois", dit-elle d'une voix la plus détachée possible, désireuse de n'introduire aucune gêne entre elles.





Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Le discours de Juliana retint l’attention d’Alicia qui posa sur elle un regard sérieux, approuvant d’un hochement de tête ses paroles. La crise des potions avait été un véritable drame qui avait agité l’hôpital pendant de nombreuses semaines. Et, si quelques cas avaient été bénins, certains autres patients, eux, étaient ressortis de St Mangoustes avec des séquelles qu’ils garderaient malheureusement toute leur vie. Perte de la vision, paralysie, trouble de la parole…  La période n’avait pas été facile pour le service de la jeune femme, et, si les choses se calmaient peu à peu, il n’y avait aucune assurance à ce que toutes les potions aient été retirées du marché. Et forcément, la population commençait à protester contre le gouvernement en place. Aux dernières élections, Alicia avait voté pour l’APPEL, peu convaincue par le programme du MIM. Elle n’était pas contre l’ouverture aux moldus, loin de là. C’était notamment en devenant médicomage que la jeune femme avait pu constater toute la technologie qu’ils possédaient – surtout dans le domaine médical ! Toutefois, elle avait jugé le programme de Fiennes trop ambitieux. Il voulait tout, trop, et trop rapidement. Les idées du SPAM ne lui plaisant pas plus que cela, Alicia s’était tournée vers l'APPEL, un parti qui avait fait ses preuves depuis la fin de la guerre, et qu’elle trouvait plus sûr. Alors évidemment, Fiennes n’était pas coupable de tous les maux qui agitaient le pays. Pourtant, personne ne pouvait blâmer les sorciers qui se sentaient trahis par leur ministre…

« Fiennes a vu les choses en grand, et j’imagine que tout cela lui retombe dessus aujourd’hui. » commenta Alicia. « Entre cette histoire de Vengeur Masqué, les Mardolien, la Consumeuse, la crise des potions et la nuit sanglante qui en a découlé… Les drames ne cessent de s’abattre sur l’Angleterre. » constata Alicia, alors qu’un frisson lui parcourait le dos. « Pas étonnant qu’on commence à demander au gouvernement de trouver une solution à tout ça ! »

Elle poussa un léger soupir et secoua la tête avant de reprendre une gorgée de thé et de poser son regard sur Juliana, souriant à sa remarque sur la politique. L’idée de parler avec Juliana jusqu’au petit matin ne lui était pas déplaisante, en soit, bien au contraire. Elle avait l’étrange impression que certaines barrières s’étaient brisées avec sa venue. C’était peut-être dû à cette visite surprise, dans un lieu plus intime et moins oppressant qu’un café. Toutefois, le silence ne tarda pas à revenir et Alicia n’osa le briser, préférant mordre dans un deuxième chocolat, qu’elle laissa fondre doucement dans sa bouche. Elle interrogea son amie du regard, l’encourageant silencieusement à poursuivre son récit. Cependant, ce qu’elle lui annonça par la suite la laissa silencieuse, et elle se contenta d’hocher la tête lentement. Juliana et Roy avaient donc rompu. Depuis plus d’un mois. La date fit tiquer la médicomage. Un mois ? Elles s’étaient pourtant revues, depuis avril, et Juliana n’avait jamais évoqué la moindre rupture, lorsqu’Alicia prenait de ses nouvelles. Peut-être que la jeune femme n’avait pas envie de lui en parler, songea-t-elle.

Peut-être… Peut-être qu’elle n’avait tout simplement pas envie qu’elle sache réalisa Alicia. Ce serait compréhensible, après ce qu’il s’était passé entre elles deux. Pour ne pas lui donner d’autres espoirs infondés, qui ne feraient que rendre plus fragile leur amitié déjà mise à mal. Sûrement. Consciente qu’elle était silencieuse depuis un peu trop longtemps pour que cela paraisse normal, Alicia leva les yeux vers Juliana.

« Je… » débuta-t-elle, avant de toussoter pour reprendre contenance. « Je suis désolée pour toi, Julia. » lança la jeune femme.  Et il y avait une part de vérité dans cette phrase. Elle n’était pas égoïste au point de se réjouir que les choses n’aient pas marché entre Roy et son amie. « Comment ça s’est terminé ? Je veux dire… Pourquoi vous avez rompu ? » osa-t-elle demander d’une voix douce, en posant sa main sur le bras de son amie, dans un geste de réconfort. « Je n’en avais pas la moindre idée… Pourquoi tu ne m’as rien dit ? » poursuivit Alicia, avant de se mordiller la lèvre inférieure devant la stupidité de sa question. Lentement, elle retira sa main du bras de Juliana, et se racla la gorge. « Hum. Mais ça va ? Par rapport à ta rupture avec Roy, je veux dire. »



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Un silence pesant suivit les paroles de Juliana, qui baissa le regard sur ses mains, gênée. Bien sûr qu'Alicia allait trouver cela bizarre, ce silence d'un mois, elle-même aurait probablement été vexée si la jeune femme lui avait caché quelque chose pendant si longtemps... Mais elle espérait pouvoir rétablir bien vite une ambiance détendue, une fois ce sujet difficile écarté. Comme le silence se prolongeait, elle fourragea dans la boîte de chocolats pour se donner une contenance et savoura la friandise. Le chocolat avait toujours eu un effet apaisant sur Juliana, qui était gourmande et avait généralement l'appétit d'un ogre. Quand la voix d'Alicia parvint enfin à ses oreilles, Juliana releva le regard vers elle et lui adressa un sourire désolé, priant de tout coeur pour que son amie ne lui en veuille pas.

"Merci", murmura-t-elle avant de laisser Alicia lui poser toutes ses questions. La sensation de la main d'Alicia sur son avant-bras fit naître des frissons chez la jeune femme, qui se figea imperceptiblement, retenant son souffle jusqu'à ce que le contact prenne fin. A vrai dire, Juliana avait évité tout contact avec Alicia depuis le baiser qu'elles avaient échangé, trop perturbée par cet évènement pour oser s'approcher de la médicomage à nouveau. En soit, ce n'était rien, une main sur son bras, elle le savait bien. Un simple geste de réconfort après une nouvelle qui était sensée être mauvaise - mais qui ne l'attristait pas vraiment, il fallait bien l'avouer. Pourtant, de la part d'Alicia, il revêtait bien des significations, et suscitait bien des questionnements. Si Juliana avait été honnête avec elle-même, elle aurait reconnu que sa visite impromptue était essentiellement motivée par l'envie qu'elle éprouvait de poser la tête sur l'épaule d'Alicia et de se laisser aller dans ses bras. Parce que la vie paraissait douce et apaisée, quand elle était aux côtés d'Alicia, et qu'elle préférait largement embrasser la complicité qui les unissait plutôt que de lutter contre, au point de réduire leur relation à celle de deux étrangères. Mais elle n'osait pas s'aventurer sur ce chemin là, de peur qu'Alicia s'emballe et n'aille trop loin pour elle...

Juliana s'agita légèrement au fond du canapé et saisit un coussin avec lequel elle se mit à jouer distraitement, tentant de gagner du temps pour mettre de l'ordre dans ses pensées. Roy... Un sentiment étrange d'amertume et de culpabilité l'envahissait à chaque fois qu'elle pensait à lui. Aussi s'était-elle employée à penser à lui le moins possible.

"Oui, ça va", répondit-elle avec un petit sourire. "J'ai largement eu le temps de digérer la rupture, surtout que c'est moi qui en était à l'origine. J'ai appris..."

Elle s'interrompit, se demandant jusqu'où elle pouvait aller dans ses explications. Certes, elle avait rompu avec Roy en partie à cause de ses activités douteuses, mais ce n'était pas pour autant qu'elle avait l'intention de crier son secret sur tous les toits. Elle ne ferait probablement jamais un ami de Roy - quoi que, qui sait ? - mais elle ne voulait pas pour autant le voir à Azkaban ou voir Alicia se détourner de lui, si jamais ils étaient amenés à se recroiser. Ce n'était pas impossible, puisqu'ils avaient Valery comme ami commun... Juliana, elle, préférait prendre quelque peu ses distances avec le groupe des garçons, trop de séduction étant entré en jeu, entre son histoire avortée avec Roy et la nuit trop alcoolisée qu'elle avait passé avec Valery. Toujours est-il qu'elle estimait devoir laisser Alicia dans l'ignorance. Ce secret appartenait à Roy et à personne d'autre...

"...des choses sur lui qui ne m'ont pas plu, on avait des connaissances en commun", poursuivit-elle, sibylline. "Et puis tu sais, je crois que tu avais raison depuis le début, ce n'est pas quelqu'un pour moi, je veux dire... Je me faisais des illusions à son sujet. Je ne veux pas de quelqu'un qui louche sur tous les décolletés qui passe, ou pire."

Elle releva instinctivement le menton en un geste fier. Juliana McNeil n'était pas une gourde que l'on trompait et à qui l'on mentait, tant pis pour Roy s'il n'avait pas voulu laisser tomber ses mauvaises habitudes pour elle. Elle s'en remettrait, le monde était plein de beaux garçons...

*Et de jolies filles*, souffla une petite voix à l'intérieur de sa tête, menaçant de faire monter le rouge à ses joues. Tournant la tête vers Alicia, elle la dévisagea un instant avant de lâcher :

"Je suis désolée de n'avoir rien dit plus tôt, c'est que... J'avais besoin de prendre un peu de recul par rapport à tout ça, Roy, et... tu sais."

Le baiser... L'avait-elle, aujourd'hui, ce recul ? Pas vraiment. Elle avait surtout fait l'autruche et ignoré le problème, jusqu'à ce que son envie de retrouver la Alicia d'avant prenne le dessus. Juliana sentit son coeur s'accélérer tandis qu'elle poursuivait :

"Je ne voulais pas...enfin...je ne voulais pas compliquer les choses entre nous, parce que la vérité c'est que je ne savais pas du tout où j'en étais. Alors il fallait que je mette cette histoire avec Roy derrière moi pour y voir plus clair, tu comprends ?"



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Alicia resta silencieuse, attendant patiemment les réponses de Juliana. Elle se sentait presque gênée d’avoir cette conversation avec son amie, un mois après sa rupture. Oh, elle ne lui en voulait pas de lui avoir caché ça. Presque pas. Disons qu’elle était peut-être un peu déçue, au fond d’elle. Mais elle comprenait les raisons de Juliana. Comment aurait-elle pu lui confier quoique ce soit, vu le comportement qu’Alicia avait eu à son égard, lors de leur dernière soirée ensemble ? Elle s’était mal comportée, et elle s’était sentie longtemps affreusement mal à l’aise à propos de ça. En embrassant Julia, elle n’avait pas pensé aux conséquences que cela pourrait avoir sur son couple, ou encore à leur amitié qu’elle était peut-être en train de détruire. Alicia avait embrassé son amie comme ça, sur un coup de tête, sans réfléchir. Elle qui se vantait d’être une Serdaigle raisonnable ! Elle avait été terriblement égoïste, et pour cela, n’était pas en droit d’en vouloir à Juliana pour lui avoir caché sa rupture avec Roy. Puis, ce n’était pas comme si elles avaient été très proches, ces derniers temps. Une distance s’était instaurée entre elles, ce qui n’incitait pas exactement aux confidences.

Toutefois, la médicomage resta assise sagement à sa place, jusqu’à ce que son amie se décide à parler. Alicia tourna son regard vers elle, avant de froncer les sourcils lorsqu’elle évoqua vaguement les motifs de leur rupture. D’ordinaire curieuse, la jeune femme n’osa pas interroger Juliana, de crainte de l’embarrasser d’avantage. Si elle ne souhaitait pas parler, c’était son choix, et Alicia n’était pas du genre à forcer les autres à s’ouvrir davantage, alors qu’elle-même peinait à se confier à qui que ce soit. Cependant, la dernière phrase de Juliana la fit tiquer, et elle l’observa quelques instants. Elle évita de laisser s’échapper un « je te l’avais bien dit » qui lui brûlait les lèvres, et se contenta de secouer doucement la tête, désemparée. Elle se sentait impuissante, aujourd’hui. Il aurait fallu qu’elle soit là pour son amie quand elle en avait besoin, et pas un mois plus tard. Que pouvait-elle faire, à présent ?

« Il a vraiment fait ça ? Quel abruti. » lâcha-t-elle toutefois, avant de songer qu’elle n’était pas la meilleure placée pour faire ce genre de commentaire.

Parce que, accessoirement, elle était celle qui avait embrassé Juliana, alors qu’elle était en couple. Même si, de son point de vue, ce n’était pas du tout la même chose, évidemment. Parce qu’il ne s’agissait que d’un seul baiser, et dont les sentiments n’avaient pas été partagés. Alicia observa son amie qui releva le menton dans un geste fier, approuvant d’un hochement de tête son comportement. Elle s’apprêtait à changer de sujet, lorsque Juliana reprit la parole, s’excusant de ne pas lui avoir dit tout ça plus tôt. La médicomage pouvait comprendre : son amie voulait seulement prendre du recul par rapport à Roy et à… A ça. Au baiser. En avait-elle pris, elle, du recul ? Rien n’était moins sûr.

Est-ce qu’elle comprenait ? Oui. Elle pouvait très bien imaginer qu’elle n’avait pas mis son amie dans une situation très agréable. Pourtant, elle avait le sentiment que, si elle avait la possibilité de recommencer cette soirée, elle ne changerait aucun détail. Parce que peut-être que ce baiser avait eu du bon, finalement, peut-être qu’il avait été bénéfique. Pas de la façon dont elle l’attendait, certes. Mais au moins, grâce à cette soirée, elle était fixée. Et les choses seraient peut-être moins difficiles, à présent. Elle allait pouvoir passer à autre chose, arrêter de s’attarder sur Juliana, sur les traits de son visage, sur ses yeux clairs. Trouver quelqu’un d’autre, peut-être ? Recommencer une autre histoire, et soulager son cœur qui ne cessait de serrer à la vue de la jeune femme.

« C’est moi qui suis désolée, Juliana. » commença Alicia, décidant que tous les non-dits qui s’accumulaient entre elles n’étaient pas bon pour leur amitié. « Je n’aurais jamais dû faire ça, je ne sais pas ce qu’il m’a pris, j’ai cru que… Je ne sais pas ce que j’ai cru. Que tu pouvais ressentir pour moi…» débuta Alicia avant de se taire et de baisser la tête, les joues rouges. Elle finit par relever les yeux, pour reprendre. « C’était stupide, vraiment, et je suis désolée. Puis, je n’ai pas été vraiment chaleureuse non plus, après. J’imagine que j’avais un peu peur de ce que tu pouvais bien penser de moi.»

Elle avala une gorgée de thé, et plaça ses mains autour de sa tasse pour les réchauffer.

« Je comprends que tu ais eu besoin de temps, c’est normal. » elle posa un regard indéchiffrable sur Juliana, alors que les battement de son cœur s’accéléraient légèrement. Elle pressentait qu’elle allait regretter les mots qu’elle s’apprêtait à prononcer, mais ne pu s’empêcher de poursuivre, sur un ton détaché : « Tu arrives à y voir plus clair, maintenant ? »

Alicia ramena ses jambes sous elle, et porta de nouveau sa tasse à ses lèvres pour se donner contenance. Ce n’était qu’une question posée dans la plus totale innocence, après tout.




Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Face aux excuses d’Alicia, Juliana secoua la tête négativement, comme pour la dédouaner de toute culpabilité. Juliana avait probablement sa part de responsabilité dans ce baiser qu’elles avaient échangé, si elle avait eu un comportement ambigu envers son amie, et elle n’en voulait pas à Alicia d’avoir tenté sa chance. C’était le jeu des relations amoureuses, elle lui avait fait des avances et avait été déçue, ce qui était d’autant plus prévisible que Juliana sortait déjà avec un homme. En soit, il n’y avait pas de quoi en faire tout un plat et sans doute la jeune femme aurait-elle oublié l’incident beaucoup plus vite si… Si ce baiser ne l’avait pas tant bouleversée. Car là était bien le problème, finalement…

« Je ne pensais rien de mal à ton sujet, je t’assure, Ali », répondit Juliana doucement quand Alicia mentionna sa crainte. Et c’était vrai, si vrai que Roy lui en avait fait le reproche, ce jour-là, accentuant sans le savoir les doutes de Juliana. S’était-elle trop attachée à Alicia, trop vite ? Comment pourrait-elle le savoir ? Elle ne croulait pas sous les amitiés féminines pour comparer. Il était vrai que cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas été aussi impatiente de passer du temps avec quelqu’un, homme ou femme. Ses rencontres avec Alicia la plongeaient toujours dans un état de bien-être qu’elle ne s’expliquait pas, et qu’elle recherchait avec une certaine avidité. C’était très agréable jusqu’à ce que la possibilité d’une romance s’intègre dans leur relation et qu’une distance nécessaire s’impose, Juliana étant bien incapable de l’envisager pour l’instant…

Et maintenant, lui demandait Alicia, y voyait-elle plus clair ? Un petit sourire penaud s’étira sur les lèvres de Juliana, qui dévisagea Alicia un instant avant de secouer la tête de gauche à droite. Elle ne pouvait honnêtement prétendre le contraire, alors qu’elle était venue ici ce soir précisément parce que ses idées étaient pleines de confusion, parce qu’elle ne parvenait pas à mettre derrière elle cette histoire avec Roy et ce baiser avec Alicia, parce que la proximité qu’elle avait développé avec la jeune femme lui manquait. A quoi bon le cacher ? Alicia pourrait peut-être l’aider à comprendre ce qui n’allait pas chez elle, elle qui vivait les choses si simplement d’ordinaire… Juliana était une femme d’action, les grandes réflexions existentielles n’étaient pas pour elle. Pourtant, elle ne parvenait pas à cesser de se repasser les images de la soirée avec Alicia, leur étreinte fugace s’étant magnifiée avec le temps dans ses souvenirs, si bien qu’elle ne parvenait plus à se rappeler ce qu’elle avait vraiment ressenti. Tout se mélangeait, ses illusions vis-à-vis de Roy, son incapacité à apprécier réellement cette relation,  son pouls qui s’accélérait imperceptiblement à la vue d’Alicia…

Poussant un soupir désabusé, Juliana reposa sa tasse sur la petite table du salon et se leva du canapé avant de faire les cent pas. Elle ne tenait pas en place, trop proche d'Alicia, perturbée par son regard et sa présence.

« Je n’y vois pas clair du tout », confessa-t-elle avant de hausser les épaules en souriant pour dédramatiser. Ce n’était pas très grave, tout cela, au fond. Il y avait bien plus important dans la vie, comme les bêtises du MIM et les potions frelatées. Ses hésitations sentimentales, elle saurait bien s'en accomoder, elles passeraient et sa relation avec Alicia reviendrait à la normale. Il le faudrait, car elle n'avait pas l'intention de blesser la médicomage une seconde fois, et le seul moyen de l'empêcher à coup sur était encore de maintenir une certaine distance émotionnelle avec elle... Quand bien même une pointe de curiosité était née en elle lorsqu'elles s'étaient embrassées, avant de prendre de l'ampleur depuis qu'elle n'avait plus Roy comme rempart.

« Tout ce que je sais, c’est que je ne t’en veux pas du tout pour ce qui s’est passé et que je veux qu’on continue à se parler…comme avant, je ne veux pas de gêne entre nous, d’accord ? Tu m’as manqué, ces derniers temps… »

Elle se tut et posa le regard sur Alicia. Elle était si jolie, au fond de son canapé, les jambes repliées sous elle, une tasse de thé fumante entre les mains. C’était une image apaisante et, oui, elle lui avait manqué…



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Alicia, les yeux posés sur son amie, l’observa se lever du canapé pour faire les cent pas, les sourcils froncés dans une expression inquiète. Elle comprenait que Juliana puisse être perdue en ce moment, du fait de sa rupture avec Roy. Pourtant, elle ne comprenait pas que son agitation atteigne un tel niveau. Le jeune homme avait l’air de s’être comporté comme le dernier des goujats avec elle, mais elle lui avait affirmé qu’elle allait bien, et qu’elle avait eu le temps de digérer cette rupture… Surprise, la médicomage resta silencieuse,  et préféra la laisser poursuivre plutôt que l’interrompre. Elle esquissa un léger sourire lorsque Juliana affirma qu’elle ne lui en voulait pas, avant d’hocher doucement la tête pour approuver la suite de ses paroles. Que tout redevienne comme avant. Et qui serait-elle, pour refuser ça ? Elle voulait bien essayer. Elle voulait bien essayer de faire comme si tout pouvait redevenir « comme avant ». Elle voulait bien faire comme si Juliana ne lui plaisait pas, comme si elle n’était pour elle qu’une simple amie. Pourtant, elle savait pertinemment, qu’elle continuerait de ressentir ce petit pincement au cœur à chaque fois qu’elle poserait les yeux sur Julia, en étant contrainte de jouer le rôle de la bonne amie.

Mais pouvait-elle refuser de tenir ce rôle ? Pouvait-elle décider de rayer Juliana de sa vie, par pur égoïsme ? Non, évidemment que non. Parce qu’elle préférait encore être une simple amie, plutôt que de se tenir éloigner d’elle. Juliana était arrivée dans sa vie sans prévenir, quelques jours avant noël, au moment même où Alicia décidait d’oublier Gladys, et d’aller de l’avant. Juliana était arrivée dans sa vie, et l’avait en quelque sorte bouleversée. Elle s’était attachée à elle. A ses longs discours engagés, à son sourire quasi-permanant, à son rire éclatant, à sa personne toute entière. Elle s’était attachée à elle, et peut-être trop rapidement. C’était pour cela que la séparation avait été difficile ; c’était pour cela que ces retrouvailles l’étaient tout autant, au fur et à mesure qu’Alicia prenait conscience qu’elle ne pourrait jamais être plus qu’une amie pour Juliana. Tant pis, décida-t-elle. Elle était prête à faire ce sacrifice pour la retrouver. Parce qu’au final, le plus important, c’était de l’avoir près d’elle, n’est-ce pas ?

« C’est ce que je veux aussi. » lâcha finalement Alicia, en vrillant son regard dans celui de son amie. « Tu m’as manqué Julia, beaucoup. » avoua-t-elle avec un sourire sincère.

Après un instant d’hésitation, elle étendit le bras pour saisir la main de Juliana et la serrer doucement dans la sienne, avant de la relâcher et d’observer son amie. Elle parviendrait à s’habituer à cette amitié. Parce que la vision de la jeune femme lui était si réconfortante qu’elle ne pouvait décemment pas la laisser partir, la laisser s’éloigner d’elle. Elle rencontrerait quelqu’un d’autre, une autre femme, qui lui plairait. La vie était faîte ainsi, et, si elle était injuste, il fallait bien s’y accoutumer. Elle soupira imperceptiblement, et s’apprêtait à relancer la conversation sur un sujet moins épineux. Pourtant, il y avait bien une chose sur laquelle son amie n’avait pas été claire, et sa curiosité était piquée à vif. Cependant, elle ne voulait pas non plus mettre son amie mal à l’aise.

« Mais Julia… » débuta-t-elle toutefois, désireuse de clarifier la situation. Autant qu’elles repartent sur de bonnes bases, et, par conséquent, qu’elles éliminent les non-dits. « Quand tu dis que tu n’arrives pas à y voir clair, c’est à propos de quoi ? Je veux dire, qu’est-ce qui te perturbe à ce point ? Ta rupture avec Roy ? » demanda Alicia d’une voix douce.

Posant sa tasse de thé sur la table basse, la jeune femme se redressa pour appuyer son dos contre le dossier du canapé. Elle finit par lever les yeux vers Juliana, posant sur elle un regard interrogateur.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana adressa un sourire sincère à Alicia, tout en essayant d'ignorer les palpitations de son coeur provoqués par le contact de sa peau contre la sienne. Elle retint un soupir de soulagement quand Alicia lâcha sa main, avant de se figer face à ses paroles. Pourquoi Alicia ne voulait-elle pas laisser passer le sujet ? Bien sûr que non, ce n'était pas sa rupture avec Roy qui la perturbait à ce point, n'était-ce pas évident ? Juliana n'avait plus seize ans et pouvait parfaitement se remettre d'une déception amoureuse, qui n'en était pas vraiment une, au passage. Il lui en fallait plus pour s'émouvoir et elle aurait oublié l'incident bien vite si Alicia n'avait pas été là pour compliquer les choses. Hésitant sur la réponse à apporter, Juliana laissa planer un silence avant de se décider à regagner place sur le canapé. A demi tournée vers Alicia, les jambes repliées sous elle, elle la considéra un moment en cherchant la meilleure façon de lui répondre. Mentir ne lui plaisait pas, parce qu'elle voulait être capable de tout partager avec Alicia et parce qu'une partie d'elle-même trouvait cette option bien peu satisfaisante. D'un autre côté, dire la vérité franchement risquait de réduire à néant tous leurs efforts pour rétablir la normalité dans leur relation...

"Non, ce n'est pas Roy, enfin pas vraiment", avoua-t-elle en haussant les épaules. "C'est..."

*C'est toi*, souffla-t-elle intérieurement, sans parvenir à prononcer ces mots à voix haute. Sa voix se bloqua dans sa gorge et elle se mordit l'intérieur de la joue avec agacement, incapable de comprendre l'origine de son blocage. Juliana n'était pas quelqu'un d'hésitant ou de timide, bien au contraire. Même si l'éloquence n'était pas sa qualité première, elle parvenait toujours à se faire comprendre d'une façon ou d'une autre, sans passer des heures à se poser des questions existentielles au préalable. C'était d'autant plus vrai lorsqu'il s'agissait des personnes qu'elle aimait, et Alicia semblait bien appartenir à cette catégorie... Pourquoi ne parvenait-elle pas à le lui faire comprendre ? Par peur de la blesser, de la décevoir si jamais elle lui donnait des espoirs qu'elle ne parvenait pas à concrétiser. Car peut-être qu'elle se faisait des idées ? Peut-être qu'il n'y avait rien entre Alicia et elle, que ses doutes étaient simplement induits par les sentiments de la jeune femme ? Comme il aurait été facile de se laisser aller à l'idée qu'elle avait rencontré sa partenaire idéale... Il suffirait de tendre la main, de l'attirer à elle et de l'embrasser, pour voir si c'était vraiment aussi agréable que la première fois, pour s'assurer qu'elle n'avait pas besoin d'atouts masculins pour lui plaire... Mais Juliana n'avait jamais eu le moindre sentiment pour une autre femme avant Alicia, cela ne lui avait même jamais traversé sérieusement l'esprit, tandis qu'elle était sortie avec plusieurs garçons. Alicia avait réussi à bouleverser ses certitudes et il ne restait aujourd'hui qu'un tas de doutes et de questionnements. Et elle n'aimait pas cela.

Elle avait envie de battre en retraite, de fuir et de laisser Alicia avec ses questions. Mais ce n'était pas elle, ce n'était pas dans son caractère et ce serait le meilleur moyen de perdre l'amitié de la jeune femme. Non, ce qu'elle devait faire était de dire la vérité, du moins de la sous-entendre. Alicia saurait peut-être l'aider, lui dire si elle était dans le vrai ou si elle se montait la tête toute seule. Après tout, la médicomage était passé par là il y a peu de temps, et elle savait aussi que Juliana n'était sortie qu'avec des hommes quand elle avait décidé de l'embrasser. C'était à cause d'elle qu'elle se trouvait dans ce marasme émotionnel, aussi il n'était que justice de chercher la vérité auprès d'elle...

Aucun mot ne semblait décidé à vouloir sortir de la bouche de Juliana, qui commençait à être silencieuse depuis un peu trop longtemps. L'hésitation était lisible sur son visage quand elle tendit le bras pour saisir à son tour la main d'Alicia entre la sienne. Son pouce vint effleurer doucement le dos de sa main avant de remonter lentement le long de son bras, en une caresse légère et timide. Le regard de Juliana capta fugacement celui d'Alicia avant qu'elle ne le détourne bien vite, gênée. Suivant son instinct, elle se rapprocha de la jeune femme et frôla sa joue des lèvres, avant de finir par poser son front contre le sien. Fermant les yeux, elle inspira lentement, troublée par l'odeur d'Alicia qui envahissait ses narines. Là, tout contre elle, elle parvint à murmurer quelques mots.

"C'est pas Roy", souffla-t-elle doucement au creux de son oreille. "Mais...je ne sais pas ce que je veux, et... je ne veux pas te perdre."



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Alicia détestait ne pas comprendre. Toute sa vie, elle avait mis un point d’honneur à trouver une réponse à toutes ses questions. La vérité était souvent moins belle que dans ses suppositions, mais elle avait le mérite d’être claire, définitive, et de ne pas la tourmenter inutilement. Aussi, après avoir embrassé Juliana, quelques semaines plus tôt, la jeune femme s’était répétée inlassablement que jamais rien ne pourrait arriver entre elles. Parce que Julia était avec Roy, parce que les femmes ne l’intéressaient pas, et parce qu’elle avait trop de choses à perdre pour continuer d’entretenir de faux-espoirs. La vérité s’était alors imposée d’elle-même dans son esprit, aussi peu agréable soit-elle. Aujourd’hui, Alicia était donc décontenancée face à la réaction de son amie, qui, après lui avoir affirmé que ce n’était pas sa rupture avec Roy qui la perturbait autant, s’était détournée, et restait à présent silencieuse. La médicomage fronça les sourcils, dérangée par ce silence aussi pesant, aussi lourd, contraire à tout ce qu’Alicia voulait produire. Elle voulait simplement détruire les non-dits entre elles, pas mettre son amie mal-à-l’aise… Le rouge aux joues, elle baissa le regard, et se racla doucement la gorge.

Leur relation était donc condamnée à demeurer ainsi ? songea-t-elle avec une moue dépitée. Des convenances, des secrets, des silences gênés ? Devait-elle à présent surveiller ses paroles, et les questions qu’elle posait à Juliana ? Et dire que tout cela avait commencé par sa faute. Par un baiser qu’elle avait attendu, espéré. Par des paroles qu’elle avait voulu dire mille fois. Alicia poussa un léger soupir, alors qu’elle triturait machinalement le bord du canapé. Juliana avait beau l’excuser, la médicomage ne cessait de s’en vouloir. Elle avait ruiné une amitié, en connaissance de cause. Pour une envie égoïste, qu’elle aurait pu – qu’elle aurait dû ! – réprimer.

L’agitation de Juliana avait toutefois piqué sa curiosité – assez pour qu’elle n’intervienne pas, attendant la véritable explication que Juliana avait laissé en suspend. Ce besoin de connaître la vérité, elle le ressentait dans la moindre parcelle de son corps. Pour comprendre, pour assimiler. Pour l’aider, peut-être. Pour essayer, du moins. Aussi, Alicia resta immobile, le regard posé sur son amie, qui finit par se retourner vers elle. A son plus grand étonnement, Julia tendit le bras pour saisir sa main. Visiblement, elle n’avait pas su lui dire ce qui la perturbait autant, et préférait le lui montrer… Un éclair de compréhension frappa l’ancienne Serdaigle, qui posa sur son amie un regard à la fois surprit et égaré. Elle ferma toutefois rapidement les yeux, lorsque Juliana vint poser son front contre le sien. C’était donc elle ? Elle qui perturbait ainsi Juliana ? Cette information fit son chemin dans son esprit, éliminant ainsi toutes les paroles qu’elle s’était répétée pour se convaincre de s’éloigner de la serveuse.
Instinctivement, sa main remonta dans le dos de Juliana pour se poser sur sa nuque, alors que les quelques mots que son amie avait soufflés à son oreille résonnaient encore dans son esprit.

« Il n’y a aucune raison que tu me perdes, Julia. » murmura Alicia en posant délicatement son autre main sur la joue de la jeune femme.

Elle n’osa pas bouger, alors qu’elle réfléchissait à tout ce que cela impliquait. Pour l’avoir traversé, Alicia savait bien que la situation de Juliana n’était pas la plus agréable qu’il soit. Et c’était elle qui l’y avait mise, songea-t-elle en se mordillant la lèvre inférieure.

« Mais… » débuta-t-elle doucement. « Tu sais qu’il n’y a qu’un moyen de savoir. »

Un moyen radical, et qui lui éviterait peut-être toutes les questions existentielles qu’Alicia s’était posée pendant toute sa scolarité, quand son regard se tournait bien plus naturellement vers les filles que vers les garçons. Elle avait repoussé ces interrogations, elle les avait repoussés continuellement. Elle était sortie avec des garçons, elle en avait apprécié certain, elle avait cru en aimer d’autres. Elle avait voulu croire qu’elle était capable de se comporter naturellement avec un homme. Puis Gladys était arrivée, et elle avait tout bouleversé. Ses certitudes, ses habitudes. En bien. Depuis, Alicia avait plus confiance en elle, et avait cessé de nier l’indéniable. Elle rapprocha son visage de celui de Juliana, et s’arrêta à quelques centimètres de ses lèvres.

« Et si jamais… » souffla-t-elle « Si jamais ça ne te plait pas, ça ne changera rien entre nous. Je te le promets. »

Alors, doucement, Alicia posa ses lèvres sur celles de Juliana, dans un baiser bien moins impérieux que la dernière fois. Le souvenir de leur dernière étreinte était trop embrumé dans la mémoire de la médicomage, aussi, elle profita de ce moment, tirant de ce baiser une sensation de bien-être intense. Parce qu’elle était au bon endroit, avec la bonne personne. Et si ce baiser était le dernier, elle l’accepterait. Elle accepterait de tirer un trait définitif sur toute histoire avec Juliana. Mais elle avait besoin, envie, de savoir.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Un frisson parcourut l'échine de Juliana lorsque son amie posa son main sur sa nuque, et elle retint instinctivement sa respiration à ses mots. Si elle voulait se dégager, c'était maintenant ou jamais, elle le savait. Pourtant, en dépit de ses appréhensions, Juliana n'en fit rien, consciente que son état fiévreux et survolé ne pouvait dissimuler qu'une chose : l'envie irrépressible qu'Alicia l'embrasse à nouveau, comme la dernière fois, dans le bar. Après tout, si Alicia lui promettait que cela ne changerait rien entre elles... Cela ne pouvait pas lui faire de mal d'essayer, pas vrai ? Comme ça elle serait fixée, ou du moins elle n'aurait plus cette gêne mêlée d'impatience en présence d'Alicia. Alors elle resta immobile, consentant par son silence à qu'Alicia pose ses lèvres sur les siennes. Elle ne fut pas surprise cette fois, et accueillit le baiser en glissant sa main dans la chevelure de la jeune femme, savourant la sensation de ses cheveux qui crissaient sous ses doigts. Son pouls s'accéléra quand elle réalisa que l'étreinte était aussi agréable que la dernière fois, bien qu'un peu déstabilisante, et elle s'enhardit d'elle-même en approfondissant le baiser. Une sensation de soulagement et de bien-être l'envahit et elle finit par se détacher d'Alicia, ses idées noires chassées de son esprit.

"Hum...C'est plutôt plaisant", reconnut-elle avec un sourire malicieux. Peut-être bien que les choses étaient aussi simples que cela, finalement. Elle aimait passer du temps avec Alicia, elle l'avait très vite - trop vite - placée au-dessus du reste de son entourage et il y avait une raison toute bête à cela. Elle était attirée par elle, par sa personnalité riche et apaisante comme par son corps de femme. C'était une pensée troublante car si un simple baiser n'était pas foncièrement différent avec un homme ou avec une femme, d'autres choses le seraient plus... Est-ce que cela lui plairait ? Comme l'avait dit Alicia, c'était quelque chose qu'elle ne saurait pas avant d'avoir essayé, et elle n'avait rien contre l'idée... Bien au contraire, même si cela l'effrayait autant que cela la tentait. Néanmoins la peur de décevoir Alicia et de lui donner des faux espoirs était toujours présente, réfrénant les ardeurs de la jeune serveuse. Pourtant, Alicia n'avait-elle pas décidé de l'embrasser en connaissance de cause ? C'était à elle de décider si elle voulait prendre le risque d'être déçue... Juliana en avait assez de toutes ses questions, elle préférait largement laisser les choses se faire et attendre de voir ce que l'avenir avait à lui offrir.

"Tu n'as pas de barbichette comme Roy, je suis un peu perturbée", plaisanta-t-elle pour détendre l'atmosphère, et excuser son comportement gêné. Son regard croisa celui d'Alicia et elle lui sourit en savourant le silence plus apaisé qui s'était instauré dans la pièce. Tendant la main vers Alicia, elle caressa sa joue avant de souffler :

"Mais je crois que je pourrais tout à fait m'y faire." 

Et sur ces bonnes paroles, elle se pencha pour embrasser Alicia une nouvelle fois.



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Alicia glissa une main dans les cheveux de Juliana, savourant pleinement le baiser, bien plus que la dernière fois. Les sensations qu’elle éprouvait n’étaient pas trompées par l’alcool qu’elle avait dans le sang, et c’était mille fois plus agréable et rassurant. D’autant plus que Juliana répondait à son baiser, ce qui l’emplissait d’une joie qu’elle ne parvenait pas à réfréner. Finalement, la jeune femme se dégagea, et Alicia se redressa légèrement pour reprendre son souffle. Elle esquissa un sourire lorsque Juliana qualifia ce baiser de « plutôt plaisant » et rougit légèrement, un peu gênée par la situation. Avec la fin de l’étreinte, l’ardeur qu’elle avait pu ressentir diminuait peu à peu. Certes, les paroles de Juliana aurait dû mettre fin à ses doutes, mais elle ne parvenait pas à s’empêcher de se poser une série de questions. Et si finalement elle se rendait compte qu’elle ne pouvait pas être avec une femme ? Et si elle ne voulait pas l’assumer ? Alicia savait qu’elle lui avait promis que rien ne changerait entre elles, quoiqu’il arrive, mais serait-elle capable de tenir cette promesse ? Elle n’en était pas certaine. Elle se mordilla doucement la lèvre inférieure, anxieuse à cause du silence qui s’installait peu à peu. Mais elle ne pouvait pas en vouloir à Juliana d’être plongée dans ses pensées, pas après tout ce qu’il venait de se passer…

Sans décrocher un mot, Alicia observa longuement la jeune femme. Elle détailla les traits de son visage, la clarté de ses yeux, ses cheveux qui tombaient en cascade dans son dos, ses lèvres qu’elle mourrait envie d’embrasser de nouveau. La médicomage eut un sourire, et s’obligea à secouer la tête pour chasser ce genre de pensées. Elle devait avoir l’esprit clair, par Merlin ! Mais le souvenir du baiser était encore frais dans sa mémoire, et il était tentant de fermer les yeux pour se repasser la scène, encore et encore. Cependant, Juliana ne lui laissa pas le temps de se replonger dans ses pensées, puisqu’elle déclara qu’elle avait été perturbée par son absence de barbichette.

« Je doute pouvoir me laisser pousser la barbe… » lança-t-elle en riant.

Son rire mourut cependant rapidement, lorsque Juliana vint poser sa main sur sa joue. Alicia la dévisagea intensément, et sentit un frisson lui parcourir l’échine. Les quelques mots soufflés alors par Julia suffirent à lui tirer un immense sourire, et elle accueillit son baiser avec une joie non dissimulée, glissant un bras dans le dos de la jeune femme. Une intense sensation de bien-être s’empara d’elle alors qu’elle approfondissait leur baiser. Cela faisait bien longtemps qu’elle ne s’était pas sentie aussi bien, aussi entière. Sa rupture avec Gladys avait brisé quelque chose en elle qui s’était peu à peu réparé, avec l’arrivée de Juliana dans sa vie. Alicia se dégagea doucement de l’étreinte, et vint poser son front contre celui de la jeune femme, mêlant son souffle au sien. Tout semblait allait bien. Tout, sauf les dernières interrogations qui subsistaient dans l’esprit de la médicomage. Elle recula légèrement pour encadrer délicatement le visage de Juliana de ses mains. Elle la contempla ensuite, sérieuse.

« Tu le penses vraiment ? » demanda-t-elle avec douceur. « Tu penses vraiment que tu pourras t’y habituer ? Je veux dire ça ne te fait pas trop… bizarre ? » souffla-t-elle, un peu gênée par cette question.

Mais Alicia avait désespérément besoin de connaître la réponse.



Kit par Daisy ♥
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Le souffle court, Juliana reposa son front contre celui d'Alicia et vrilla son regard dans le sien. Une sensation de bien-être l'avait envahie et elle sentait des fourmillements d'anticipation se propager dans ses membres. Un sourire menaçait d'éclairer son visage alors qu'elle réalisait à quel point elle se sentait mieux maintenant qu'elle avait cédé à cette pulsion qui la tiraillait depuis leur premier baiser. Elle avait voulu voir ce que cela ferait d'embrasser Alicia et elle avait vu. Elle avait vu que c'était très agréable et qu'elle n'aurait rien contre le fait de recommencer. Etait-ce suffisant ? Parviendrait-elle vraiment à bâtir une relation épanouie avec une femme ? Est-ce que la présence d'un homme dans sa vie ne lui manquerait pas ? Ne finirait-elle pas par décevoir la jeune femme qui semblait placer tant d'espoirs en elle ? Peut-être se laissait-elle emporter par la fin désastreuse de son histoire avec Roy et par la peur d'être seule... Il était bien difficile pour Juliana de répondre à ces questions à cet instant, pour ne pas dire impossible. Pour l'heure, elle se sentait optimiste, mais elle avait l'impression que seul le temps pourrait lui apporter quelques réponses...

Se détachant quelque peu d'Alicia, Juliana lui adressa un petit sourire et glissa sa main dans la sienne, prenant quelques secondes pour apprécier le contact. Elle avait des mains fines et douces de médicomage, des mains de femme. Est-ce qu'elle trouvait l'idée de tenir cette main dans la sienne, de sentir ces doigts courir sur sa peau trop bizarre ? Non, pas vraiment...

"J'aimerais pouvoir te répondre avec certitude et te dire que ces baisers ont bouleversé ma vision des choses et que je suis complètement et parfaitement sure de ce que je ressens, Ali, mais..."

Elle haussa les épaules avant d'esquisser une moue désolée.

"En vérité je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est que j'ai envie d'y croire, envie d'essayer. Je me sens bien avec toi, bien mieux qu'avec beaucoup de personnes, mais ça me fait peur. Alors... je ne peux pas te faire de promesses, parce que je ne sais simplement pas à quoi m'attendre... C'est l'inconnu pour moi."

Ne pouvant retenir son sourire plus longtemps, elle caressa doucement le dos de la main d'Alicia du pouce et lâcha :

"Mais je suis une Gryffondor, l'inconnu ne me fait pas peur. Et l'idée d'être avec une femme ne me paraît pas bizarre, même si je n'y avais jamais vraiment pensé avant de te rencontrer. Donc... C'est à toi de voir si tu veux qu'on essaie. Moi, je veux essayer, je m'en voudrais de passer à côté de quelque chose, mais je comprendrais que tu préfères qu'on reste amies."

Son coeur battait un peu trop vite tandis qu'elle attendait la réponse d'Alicia. Les questions et les doutes fusaient dans sa tête mais elle les ignorait, consciente d'une chose très importante : elle priait pour qu'Alicia veuille d'elle. En son for intérieur, si elle oubliait sa raison, Juliana mourait d'envie de se jeter à corps perdu dans cette relation, même si elle était nouvelle et qu'elle remettait ses certitudes en cause. Alors c'était peut-être bien tout ce qui comptait, finalement...




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Alicia L. JonesMédicomageavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Alicia attendait la réponse de Juliana, espérant en son for intérieur qu’elle serait celle qu’elle avait envie d’entendre. Elle ne demandait qu’à commencer une relation avec la jeune femme. Pourtant, elle savait qu’elle ne pouvait pas demander à Juliana de savoir immédiatement si ce qu’elles avaient pouvait mener à quelque chose, à une relation stable, durable. Elle en avait désespérément envie, bien évidemment, mais tout était nouveau pour son amie, et Alicia avait bien conscience qu’elle lui demandait de tout remettre en question pour elle. Cette dernière lui répondit justement que, si ces baisers n’avaient pas bousculés sa vision des choses, elle avait envie d’essayer. La médicomage esquissa un sourire, en glissant sa main dans celle de Juliana.

Serait-ce suffisant pour elle ? Elle était certaine de ressentir quelque chose pour Juliana, depuis longtemps. Aussi, est-ce qu’un « peut-être » lui suffirait ? Et si la jeune femme se ravisait brusquement, du jour au lendemain ? Et si elle prenait conscience qu’elle n’éprouvait pour elle qu’une simple amitié ? Et si elle se rendait compte que les hommes lui manquaient ? Alicia était-elle prête à prendre le risque ? A se demander, jour après jour, si elle suffisait à Juliana ? Oui, souffla une voix dans sa tête, évidemment que oui. Elle voulait prendre ce risque – à vrai dire, elle ne se voyait pas dire à la jeune femme qu’elles pouvaient rester « simplement amies » après cette soirée. C’était impossible. Elle voulait, elle aussi, essayer. Evidemment, elle priait pour que leur relation marche. Et si ce n’était pas le cas… Eh bien au moins, elle aurait essayé, elle aurait aimé.

« Non. » souffla Alicia lorsque Juliana lui affirma qu’elle ne lui en voudrait pas elle préférait qu’elles restent amies. « Je n’ai pas envie qu’on soit simplement amies. » poursuivit-elle avec un léger sourire en coin.

Après tout, il était normal que Juliana soit aussi hésitante. Alicia ne l’avait-elle pas été, lors du début de sa relation avec Gladys ? Si, bien évidemment. C’était tout nouveau pour elle, il lui fallait au moins le temps de s’habituer, d’en prendre réellement conscience. Et – pour avoir été à sa place quelques mois auparavant – la jeune femme savait pertinemment que ce n’était pas spécialement facile. Peut-être le serait-ce davantage pour Juliana cependant, elle qui était une fonceuse, une Gryffondor, comme elle le disait si bien.

« Je veux qu’on essaie. » déclara Alicia en posant une main sur la joue de Juliana. « Je sais que c’est nouveau pour toi – à vrai dire, ça l’était aussi pour moi il y a quelques temps. Alors… On verra comment ça marche entre nous. » affirma la jeune femme en souriant.

Voilà une bonne décision. Il n’y avait pas besoin de tirer des plans sur la comète, il suffisait de vivre au jour le jour, et d’aviser au fur et à mesure – ce n’était pas plus difficile que ça.

« Après tout, si on veut essayer toutes les deux, c’est le principal. » conclut-elle en posant son front contre celui de Juliana

Doucement, elle vint s’emparer de ses lèvres, dans un baiser qu’elle ne tarda pas à approfondir. Sa main se posa au creux du dos de la jeune femme, et elle soupira de contentement lorsqu’elles se séparèrent. Elles verraient bien où tout cela les mènerait…

RP terminé



Kit par Daisy ♥
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

It's who we are [Juliana & Alicia]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Alicia [Validé]
» Alicia Fox vs AJ
» Alicia Fitch
» Alicia von Ludvig [Terminé]
» Carnet de Rp de Alicia [Demande de RP: On]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-