AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Parlons d'avenir [Peter, Daisy, Kathrina & Ahren]

Ahren KellerTroisième annéeavatar
Messages : 389

Voir le profil de l'utilisateur
25 mai 2008

Ahren jeta un dernier coup d’œil à son devoir de métamorphose avant d'enrouler le parchemin et de le ranger dans son sac. Il jeta un coup d’œil à sa montre et rejoignit Kathrina dans le hall d'entrée. Il lui avait demandé de le rejoindre, lui avait expliqué plus ou moins clairement ce qu'il n'avait pas dit au cours des derniers mois. Il lui avait avoué son incapacité à trouver une solution, un avenir décent pour eux deux maintenant que Ulrich était mort et que leur mère était interné à Ste Mangouste. Ils n'avaient même pas de famille proche vers qui se tourner, ou du moins, il ne la connaissait pas. Des noms avaient bien évidemment étaient cités mais comment pouvait-il décider de lui même de les contacter. Il ne connaissait pas ces gens et il n'avait pas envie de demander l'aumône ni d'instaurer la pitié. Il voulait juste vivre normalement et comme avant avec sa soeur.

Il avait dû lui expliquer sa démarcher d'impliquer leurs professeurs pour une discussion quant aux différentes options d'avenir qui s'offraient à eux. Il leur demanderait de rester à Poudlard pour les vacances. Jusqu'à ce qu'ils soient majeurs et puissent subvenir à leurs besoins. Il devait bien avoir une bourse d'étude pour les plus démunis. Une école telle que Poudlard qui brassait autant de population devait bien avoir une solution pour les élèves dont les parents n'avaient pas les moyens de leur offrir une éducation décente. Après tout, pour les sorciers, il était presque une obligation d'aller à l'école. Tout cela lui semblait toutefois invraisemblable, il se demandait encore comment ils en étaient arrivés là et cela lui faisait de la peine. Il esquissa un léger sourire à sa jumelle alors qu'il s'approchait d'elle. Ils ne se reparlaient pas plus qu'avant depuis la mort d'Ulrich. Il le déplorait mais ne savait pas comment faire pour changer les choses.

"Salut Kath' ! Comment tu vas ? Tu es prêtes ?"

Il savait que les choses ne pouvaient pas changer comme ça, qu'il ne pouvait pas exiger de sa soeur de lui pardonner des années de méchantes blagues. Il savait que c'était de la pure méchanceté de sa part. Une sorte de vengeance parce qu'elle avait toujours choisie Ulrich, parce qu'elle l'avait toujours préféré à lui. Parce qu'elle ne voyait que lui. Mais maintenant qu'il était mort, elle ne lui pardonnait pas le fait qu'il ne l'ait pas pleuré. Mais comment aurait-il pu porte le deuil d'un type qui l'a brutalisé au cours de toute son enfance, qui l'a marqué au point de laisser une cicatrice dans son dos. Il soupire et commence à avancer en silence vers la salle des professeurs.

Il aimerait se saisir de la main de sa jumelle pour se donner du courage mais il sent que son entreprise risque d'être malvenu. Il doit prendre sur lui et rester impassible, il ne doit rien montrer de ses sentiments, il doit rester fort et fier malgré sa démarche de demande d'aide. Il ne s'attend pas à grand chose au fond, juste à ce qu'on lui explique clairement ce qu'il peut réellement entreprendre ou non. Mais en même temps, il se demande de plus en plus, si c'est une bonne idée à mesure qu'il approche de la salle. Lorsque qu'ils sont enfin devant la pièce, il n'a plus le choix, il ne montre pas son hésitation à Kathrina, inspire profondément, frappe à la porte et entre.

Son doute ne doit plus exister, il doit prendre sur lui et regarder ses enseignants sans un tremblement. Il se permet même un léger sourire suffisant lorsqu'il croise le regard de son directeur de maison. Il se demande encore pourquoi il lui a demandé de venir, il aurait très bien pu aller dans le bureau de la directrice tout seul à le réflexion, sans passer par eux. Mais ce qui est fait est fait.

"Bonjour. J'imagine que vous savez pourquoi nous venons vous voir. Vous devez savoir pour notre situation familiale. Je ne vais donc pas vous faire perdre plus de temps. J'aurais juste voulu savoir si il nous était possible de rester à l'école pendant les vacances d'été."

Il n'avait pas vraiment demandé son avis à Kathrina mais c'était la seule option à peu près envisageable qui s'était présenté à lui.


It's a small crime
And I've got no excuse
Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3429

Voir le profil de l'utilisateur
Daisy était revenue au sein de Poudlard depuis deux mois à peine et elle n'avait pas eut le temps de reprendre ses marques que tout s'était enchainé sur les chapeaux de roues (même si elle n'avait jamais compris cette expression moldue). Elle était revenue juste après la mort de Roxanne Prewett et l'attaque de Samantha Miller et cette crise n'avait pas été facile à gérer au sein des élèves qui vivaient mal la mort d'un camarade. On se sentait si protégé au sein de Poudlard qu'imaginer qu'il puisse arriver du tort horrifiait la plupart des enfants, surtout les plus jeunes. Elle avait dû également faire le point dans ses classes afin de savoir où reprendre sans perturber les élèves - Eliott Warlock avait fait de l'excellent travail mais un changement d'enseignant au cours de l'année était toujours délicat - et elle avait également organisé tous les entretiens individuels pour les orientations des élèves et les entretiens bilans.

Elle avait toujours fait cela : elle recevait un à un les élèves de sa maison au cours de l'année afin de savoir comment il vivait Poudlard, comment ils allaient, s'ils avaient des problèmes. Certains n'était pas très bavards mais cela permettait parfois aux plus timides d'évoquer des choses qui les tracassaient sans avoir à faire la démarche de venir la voir. Surtout que contrairement aux autres années, elle ne connaissait pas du tout les première années étant donné qu'elle avait intégré le DOM en Juillet dernier.

L'expérience avait été très enrichissante et Daisy avait adoré y travailler, entourée d'une équipe motivé et enthousiaste. La mise en route n'avait pas été forcément facile mais ils avaient été soutenus de tout cœur par le Ministre Fiennes. Elle avait été honorée de participer à un si grand projet et elle s'était vraiment investie dans tout cela afin de pouvoir quitter le Ministère l'esprit serein. Elle aurait pu faire le choix de conserver son poste de Directrice du DOM définitivement mais si elle avait accepté de prolonger son contrat de quatre mois, elle n'avait pas pu se résoudre à abandonner Poudlard définitivement. L'enseignement était sa vocation, l'école et sa maison et elle s'épanouissait bien plus au contact des élèves qu'auprès des politiciens. Daisy était intimement convaincue que c'était ici que se jouait l'avenir du monde magique et la collaboration avec les moldus, c'était à Poudlard qu'on ouvrait les jeunes esprits au monde qui les entourait. Elle était heureuse de revenir ici et de retrouver ses élèves, ses Poufsouffle et ses collègues. C'était ici qu'était sa place.

Malheureusement, être Directrice de Maison avait également des cotés malheureux, songeait Daisy en s'installant à une table de la salle des Professeurs, une tasse de café à la main.  Elle était tombée des nues en apprenant le décès d'Ulrich Keller en tant que Vengeur Masqué. Elle aurait pu lui donner Merlon sans confession ! Elle avait été bien naïve mais elle se consolait en se disant qu'elle n'était pas la seule. Et dire qu'ils avaient nommé ce meurtrier préfet, lui confiant ainsi la charge de leurs élèves ! Il avait tué une enfant de dix ans, il avait assassiné Cécylia Richardson ! Daisy était à la fois en colère et bouleversée lorsqu'elle y repensait, profondément marquée par cette histoire. De plus, Ulrich avait laissé derrière lui son frère et sa sœur, désouvrés et presque orphelins : elle connaissait le dossier des jumeaux sur le bout des doigts. Elle avait contacté les services sociaux afin qu'ils se penchent sur cette histoire mais n'avait toujours pas de retour alors que l'été approchait à grands pas et il était hors de question pour Daisy que ses élèves se retrouvent en difficulté, quitte à ce qu'elle les prenne en charge elle-même s'il le fallait !

- C'est le dossier des Keller ? interrogea Edmund en passant à coté d'elle, une tasse de thé à la main.
- Peter et moi devons les voir dans quelques minutes, les services sociaux ne se font rien, pesta Daisy, bien loin de son ton enjoué habituel.
- Tu devrais regarder du coté de leur arbre généalogique, répondit tranquillement en Edmund en ajustant son monocle. Les familles de Sang-Pur sont toutes très liées entre elles, les Keller ne sont pas tout seuls, bien que je pense bien isolés. Cela fait longtemps qu'il n'y a pas eu de mariage de leur coté, si ma mémoire est bonne.
- Tu n'en saurais pas plus ?
- Pas vraiment. Mais j'ai un livre fantastique sur le sujet, si ça t'intéresse.   


Daisy avait mis longtemps à apprivoiser son collègue, plusieurs années même. Mais elle ne s'était jamais démontée et s'était toujours montrée aimable et souriante avec lui, toujours prête à lui rendre service. Cela avait porté ses fruits et il arrivait même parfois qu'Edmund lui sourit. Elle aimait bien discuter avec lui, il n'avait pas un caractère très facile mais rares étaient les gens que Daisy n'appréciait pas. Acceptant volontiers l'aide de son collègue qui connaissait les Sang-Pur mieux qu'elle, Daisy fut bientôt plongée dans un épais grimoire empli de biographies et de généalogies.

- Il vient de la bibliothèque personnelle de ma famille, c'est un ouvrage très précieux et très recherché. Il est enchanté pour répertorier chaque naissances dans les familles traitées, il est donc très complet.
- Un peu comme la Plume Magique ?
- En un peu plus complexe étant donné qu'il répertorie également les mariages et les décès. Il est unique au monde, se rengorgea Edmund. L'ouvrage était déjà magique lorsque je l'ai pris mais j'ai étoffé l'enchantement afin de le rendre encore plus performant. Tu ne trouveras aucun livre sur terre aussi précis, ajouta-t-il avec fierté.
- Oh, je veux bien te croire ! répondit Daisy en souriant devant l'air réjoui de son collègue, comme celui d'un enfant fier de son dessin. Les Weaver sont des Sang-Pur ? Je l'ignorais, lança soudainement Daisy en apercevant le nom de la famille du coté de la mère des Keller.
- Ils ne le sont plus, répondit simplement Edmund. On voit apparaître des nés-moldus ou des Sang-Mêlés, voire même des moldus, dans de nombreuses familles et les branches pures sont en forte diminution. De nombreuses familles pourraient s'éteindre dans les générations à venir, continua-t-il avec un air pincé.

Sans s'attarder sur les petits malheurs des grandes familles sorcière, Daisy réfléchissait avec attention à la famille Weaver, dont elle avait connu Amely et surtout Nora, la Capitaine de l'équipe de Pousouffle. Ce fut ce moment que choisit Peter pour rentrer, Edmund se levant pour lui laisser la place et en faisant promettre à Daisy de ne pas abimer son précieux grimoire. Elle n'eut pas le temps de faire part à son collègue de sa découverte que les jumeaux entraient déjà, Ahren ayant visiblement préparé sa prise de parole. Elle était bien évidemment sensible aux arguments du jeune homme, malheureusement, elle n'avait même pas besoin d'en parler à Margot pour savoir que ce projet serait un échec. Elle échangea un regard avec Peter avant de prendre la parole doucement, invitant du regard les deux enfants à s'assoir.

- Cette idée pourrait être une solution, malheureusement, Poudlard ne peut pas prendre la responsabilité d'accepter des élèves en dehors du temps scolaire. Le château est vide l'été, vous savez, rares sont les enseignants qui y restent les deux mois. Et nous ne sommes pas vos tuteurs, nous n'avons légalement pas le droit de nous occuper de vous durant l'été, ajouta Daisy à regrets. Mais nous allons trouver une solution tous ensemble, j'ai fais des démarches auprès du Ministère : nous n'allons pas vous laisser le bec dans l'eau cet été, tout ira bien. N'est-ce pas ? lança-t-elle à l'adresse de Peter, afin de chercher un appui chez son collègue.


Freckles sloth.
Peter VirtanenProfesseur d'Etudes des Runesavatar
Messages : 804

Voir le profil de l'utilisateur
Peter attendait que Chloé termine son dernier cours pour lui laisser Lou avant son rendez-vous avec Daisy et les jumeaux Keller. Il devenait urgent de trouver un moyen de venir en aide aux deux élèves, qui étaient livrés à eux-mêmes. Ahren n'était pas l'élève préféré de Peter, il ne le cachait pas, mais aussi insupportable soit-il, il ne pouvait pas laisser un adolescent se débrouiller seul pendant deux mois.

L'enseignant avait un peu réfléchi à la question ces derniers jours, et n'avait rien trouvé d'encourageant. Après de rapides recherches, il avait découvert qu'il existait une sorte de service social qui pourrait les aider à trouver des familles d’accueil. Mais trouver une famille d'accueil pour un adolescent de douze ou treize ans était toujours délicat. Trouver une famille d'accueil pour deux adolescents relevait presque de l'impossible. La difficulté serait de trouver un moyen pour que les jumeaux puissent rester ensembles.

Peter soupira face à cette tâche, qui s'annonçait ardue, et reporta son attention sur Lou, qui essayait de se mettre debout en s'accrochant à la table basse. La petite ne marchait pas encore seule, mais à voir la façon dont elle demandait toujours à être debout, cela ne saurait tarder. Le père s'approcha de sa fille et lui attrapa les mains pour l'aider à se lever. Il laissa ensuite Lou le guider un peu partout dans l'appartement, à moitié plié en deux pour s'abaisser à sa hauteur. Quand Chloé arriva pour récupérer leur fille, elle faisait le tour du salon pour la troisième fois, d'une démarche incertaine malgré le soutien de son père, et gazouillait dans un langage qu'elle était la seule à comprendre.

- Ta fille est une grande exploratrice, lança-t-il en souriant alors qu’il déposait Lou dans les bras de sa maman. Je reviens plus tard, tu seras chez toi ?

Peter s’était malgré lui habitué à vivre entre ses appartements et ceux de Chloé –il n’avait pas tellement eu le choix d’un autre côté. Cela demandait juste un peu d’organisation, surtout pour les affaires de Lou. Ils avaient laissé une ou deux fois son doudou dans le mauvais appartement et, après avoir supporté de longues crises de larmes, n’avaient plus jamais fait cette terrible erreur. Peter tendit d’ailleurs sa peluche à la bambine, qui l’attrapa avec joie, puis il déposa un baiser sur les lèvres de Chloé, avant de sortir pour se rendre à la salle des professeurs.

Daisy était déjà là, en compagnie d’Edmund qui se leva pour laisser sa place à Peter. L’enseignant remercia son collègue et le salua, avant de se servir une tasse de café. Il se tourner ensuite vers la directrice des Poufsouffle à qui il adressa un sourire qui se voulait encourageant, et vint s’assoir à côté d’elle. Il aperçut alors l’épais ouvrage qu’elle tenait et s’apprêtait à l’interroger à ce sujet quand Ahren et Kathrina entrèrent dans la pièce. Peter les salua d’un signe de tête et d’un sourire avenant alors que Daisy les invitait à s’asseoir.

Avant que l’un ou l’autre des professeurs ait pu prononcer un mot, Ahren leur adressa une demande à laquelle ils ne pouvaient malheureusement pas répondre favorablement, comme Daisy le lui expliqua rapidement. L’enseignante assura qu’ils allaient trouver une solution, et Peter l’appuya d’un hochement de tête, se retenant difficilement de grimacer quand elle évoqua le Ministère. S’ils le pouvaient, ils feraient mieux d’éviter de passer par le Ministère, afin d’être certains que les jumeaux ne seraient pas séparés.

-Oui, le Ministère nous aidera à trouver une solution si besoin, reprit-il. Quoiqu’il en soit vous ne serez pas livrés à vous-même, ne vous inquiétez pas. Mais il serait plus simple de vous trouver un endroit pour l’été dans votre propre famille, même éloignée, vous ne voyez personne que nous pourrions contacter ?

En attendant une réponse –qu’il espérait positive- Peter but une longue gorgée de café, avant de proposer quelque chose à boire aux deux élèves. Ils étaient peut-être là pour un moment, il pouvait leur offrir un verre d’eau, à défaut de pouvoir leur offrir une solution, pour le moment.


Kathrina KellerQuatrième annéeavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
L’été arrivait, et il n’avait jamais été aussi incertain pour les jumeaux Keller. Le sujet n’avait cessé de les tarauder depuis qu’ils étaient rentrés des vacances d’avril, après l’hospitalisation de leur mère. Kathrina avait eu le naïf espoir que les choses s’arrangeraient toutes seules, que bientôt, leur mère pourrait sortir, mais les nouvelles de Sainte Mangouste la ramenèrent rapidement sur Terre. A moins d'un incroyable retournement de situation, ils seraient seuls cet été, seuls au manoir. Gillian lui avait bien proposé son aide, mais Kathrina se refusait à imposer sa présence, à elle et Ahren, aux parents de sa meilleure amie qui avaient déjà bien à faire avec leurs trois enfants. Sans compter que cela reviendrait à repousser le problème : les Forest-Whitaker ne pourraient pas les accueillir chaque été, il leur fallait trouver une solution durable et arrangeante pour tout le monde.

Le temps avançait, bientôt Poudlard fermerait ses portes sans qu’ils n’aient trouvé de réponse, parce qu’ils s’y seraient pris trop tard, parce qu’ils auraient attendu qu’elle arrive miraculeusement. Kathrina ne souhaitait pas que cela arrive. Elle avait donc bien accueilli la proposition d’Ahren d’aller voir leurs directeurs de maison pour leur en parler. C’était pour le moment la meilleure solution qui se présentait à eux. Kathrina n’avait aucune connaissance de ce que pouvait leur proposer la loi, des démarches qu’il fallait faire, des adultes sauraient davantage comment s’y prendre. Elle retrouva donc son frère à la sortie de sa salle commune, comme convenu, hocha machinalement la tête, lorsqu’il lui demanda si elle était prête.

« Oui, allons-y. »

Le malaise entre les deux enfants était palpable, et ce n’était pas seulement dû à l’appréhension qu’ils ressentaient à propos de leur entrevue avec leurs directeurs respectifs. Kathrina était triste. Triste de constater qu’au lieu de les rapprocher, cette épreuve n’avait fait que les éloigner. Ils ne la vivaient pas du tout de la même façon, comment pouvaient-ils se comprendre ? Et puis Ahren avait Abigail, il semblait tout à fait se suffire de son soutien, même, le préférer à celui de sa sœur. Affirmer que Kathrina n’était pas vexée serait mentir. Une fois de plus, elle se sentait délaissée par son jumeau, et elle ne savait pas quoi faire pour retrouver son affection, si elle l’avait déjà eue un jour.

En silence, donc, ils arrivèrent à leur destination. Kathrina adressa un bonjour à leurs professeurs, tout en s’asseyant en face d’eux autour d’une table. Elle préféra laisser Ahren commencer, ils avaient de toute manière à peu près convenu de ce qu’ils allaient dire. A peu près, oui. Elle ne s’attendait pas à l’entendre demander si franchement s’ils pouvaient rester à Poudlard, Kathrina ne put s’empêcher de lui lancer une œillade légèrement surprise. Elle y avait pensé elle aussi, bien sûr, c’était ce qui paraissait le plus facile. Le plus utopique, aussi. Ce n’était pas si étonnant que ça, venant d’Ahren, il avait toujours préféré rester à Poudlard, plutôt que de s’infliger la présence de leur frère aîné au manoir, songea t-elle tristement.

Sans surprise, le professeur Mason leur expliqua avec douceur qu’ils ne pouvaient accéder à leur requête. Même si elle s’y attendait, Kathrina baissa les yeux avec déception. Elle aurait aimé rester à Poudlard, elle aussi. Elle n’était pas sûre de pouvoir supporter l’ambiance de leur manoir, où elle allait finir par dépérir de solitude, c’était certain. Les mots pour les rassurer que prononcèrent les deux adultes ne passèrent pas complètement la barrière de ses inquiétudes. Impuissante, elle haussa les épaules à la question du professeur Virtanen. Ulrich leur avait bien parlé de quelques oncles à l’étranger, mais elle préférait ne pas quitter le pays, si c’était possible.

« C’est inutile, nous n’avons personne en Angleterre, répondit-elle, après avoir échangé un regard incertain avec Ahren. Ou en tout cas, nous n’en n’avons pas connaissance… »

Ulrich avait toujours pris le plus grand soin à se tenir éloigné de leur famille, soutenant que personne n’était digne de confiance. Kathrina s’était complue dans cette bulle, elle avait cru Ulrich quand il affirmait que c’était pour les protéger. Qu’en était le résultat aujourd’hui ? Ils se retrouvaient complètement seuls, quand ils avaient grandement besoin d’aide. A cet instant, pour la première fois, Kathrina maudissait la confiance aveuglée qu’elle avait accordée à son grand frère. D’un autre côté, elle ne savait pas ce qu’elle espérait. A sa connaissance, aucun membre de leur famille ne s’était manifesté lorsqu’ils s’étaient trouvés sans père, pourquoi le feraient-ils maintenant ?

Entendre leurs professeurs parler du Ministère ne la rassurait pas beaucoup, la jeune Poufsouffle craignait ce que pouvaient signifier des démarches auprès du Ministère. Une famille d’accueil ? Pire, un foyer ? Kathrina se tourna avec hésitation vers le professeur Mason. Elle appréciait énormément sa directrice de maison qui avait toujours été gentille et à l’écoute pour ses élèves. A cet instant, il n’y avait que son regard doux qui lui apparut comme un appui pour exprimer ses inquiétudes :

« Professeur, est-ce que… Est-ce qu’on va finir dans un foyer pour orphelins ? »

Rien ne l’effarerait plus que d’être étiquetée sous ce nom, et parquée avec d’autres enfants sans plus de repères qu’elle. C’était injuste, ils avaient encore leur mère ! Elle préfèrerait une famille d’accueil, même si l’idée de se faire héberger par de parfaits inconnus ne lui plaisait pas beaucoup. De toute manière, dans leur cas, que ce soit une famille d’accueil choisie par le ministère, ou des membres de leur propre famille, il s’agirait forcément d’inconnus, c’était le plus déplorable.


Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3429

Voir le profil de l'utilisateur
Daisy posa un regard doux sur Kathrina, bien plus silencieuse que son frère. Elle savait pourtant très bien que derrière ses airs assurées, Ahren Keller n'en menait pas large et qu'il était sûrement très angoissé de la situation dans laquelle lui et sa sœur était plongés. Mais elle était la Directrice de Maison de Kathrina et en cela, elle faisait encore plus attention à la jeune fille qu'aux autres élèves. Les parents confiaient leurs enfants à l'équipe pédagogique dix mois sur douze et si les plus âgés avaient pris le pli et savaient se gérer seuls mais les plus jeunes étaient encore des enfants. Des enfants qui n'auraient pas dû se retrouver dans une telle situation, à se demander dans quel foyer ils allaient bien pouvoir habiter pour l'été. Et puis le questionnement dépassait la simple question du logement : qui allait les entretenir financièrement ? Derrière même les questions matérielles, qui allait les élever, les faire grandir, faire leur éducation, les aimer ? Les prérogatives de l'équipe pédagogique avaient une limite et ils ne pouvaient pas élever les enfants Keller.

Comment le Ministère avait-il pu laisser une telle situation arriver ? Ahren et Kahrina n'auraient même pas dû se retrouver ainsi à la charge d'un frère qui n'avait même pas terminé l'école lui-même. Personne ne s'était inquiété de l'état de la mère tant l'image que renvoyait l'ainé des Keller était équilibrée et idéale. Qui aurait pu se douter de ce qui se tramait entre les murs fermés du manoir familial ? Qui aurait pu se douter que la mère de cette petite famille n'avait presque plus rien d'humain tant son esprit semblait l'avoir abandonné ? Même lorsque le difficile Ahren avait mis les pieds à Poudlard, les beaux discours d'Ulrich avaient su endormir la vigilance de tout le monde. Les services sociaux du Ministère auraient dû se pencher plus attentivement sur le cas des Keller tout comme l'équipe pédagogique aurait dû le faire. Mais aux yeux du Ministère, il ne s'agissait que d'enfants de Mangemorts et la destruction de ses familles après la guerre était presque normale, après tout, les parents ne l'avaient-ils pas cherché ? Combien de sorciers avaient voulu lyncher les enfants de leurs bourreaux après la guerre, en vengeance perfide sur des gamins innocents ? Les enfants des familles de la résistance avaient été choyés et protégés et on avait laissé aux autres le soin de se débrouiller.

Lorsque Kathrina avoua qu'il n'avait personne en Angleterre, Daisy ne put s'empêcher de baisser les yeux vers le livre d'Edmund, songeant aux Weaver. Elle ne les connaissait pas personnellement mais elle avait connu leurs deux filles, des jeunes femmes bien élevées et équilibrées. Nora Weaver était une bonne élève, une bonne capitaine et une excellente camarade quant à Amely Weaver, elle avait toujours fait grande impression sur Daisy. Mais il y avait une différence entre élever ses propres enfants et accepter de prendre en charge ceux des autres. Les Weaver et les Keller avaient certes un lien de parenté mais serait-ce suffisant pour donner envie à la famille Weaver de prendre en charge deux adolescents ? Son hibou partirait à la minute où les deux élèves quitteraient la salle et elle avait hâte de rencontrer les parents de Nora et Amely, se préparant déjà à tout pour les convaincre. Daisy n'avait pas l'intention de parler de cette potentielle solution avant qu'elle soit certaine mais la question de Kathrina lui brisa le cœur, se refusant à l'idée d'envoyer deux de ses élèves dans un endroit aussi sordide.

- Oh non ma chérie, ne t'en fais pas, lança-t-elle, abandonnant l'espace d'un instant la formalité que lui imposait son statut d'enseignante. Je ne laisserai personne vous envoyer dans un endroit comme celui-là, même si je dois pour cela en parler au Ministre lui-même.

C'était lui qui était venu la trouver et la convaincre de prendre la direction du DOM et elle avait mené les projets qu'il lui avait confié sans jamais les remettre en doute et en faisant tout pour que cela se passe bien, sans jamais rien exigé en retour. Alors s'il le fallait, elle irait trouver Fiennes en personne pour lui confier la situation des deux élèves. Renonçant à l'idée de garder l'éventuelle solution pour elle, elle fit le choix de les rassurer en ouvrant le livre d'Edmund à la page qu'elle avait retenue à l'aide d'une plume.

- Le Professeur Harris m'a prêté cet ouvrage qui traite des familles de Sang-Pur. Il est enchanté, ajouta-t-elle à l'adresse de Peter. Enfin, le livre, pas le Professeur Harris. De mémoire d'homme, personne n'avait jamais vu Edmund enchanté de quoi que ce soit. Enfin, tout ça pour dire qu'il répertorie les liens entre les différentes familles de sorciers et qu'il apparait que votre mère a des liens avec la famille Weaver, qui est désormais une famille de Sang-Mêlé. Vous connaissez Nora Weaver, je suppose ? La Capitaine de l'équipe de Quidditch de Poufsouffle ?

L'arbre généalogique était épais avec les multiples branches, quasiment toutes éteintes, mais il apparaissait que le père de la famille Weaver et Isana Keller étaient des cousins germains.

- Je n'ai pas encore contacté les Weaver, avoua Daisy honnêtement. Mais je compte le faire. Cela pourrait être une bonne solution : vous seriez dans votre famille, même éloignée, avec des gens qui prendraient soin de vous. Qu'est-ce que vous en pensez ? interrogea-t-elle, autant à l'adresse des jumeaux que de Peter.


Freckles sloth.
Ahren KellerTroisième annéeavatar
Messages : 389

Voir le profil de l'utilisateur
Un refus. Il ne pourrait pas rester à Poudlard. Ahren sentit la colère monter en lui, tout ça était tellement injuste. Il serra les points et s'enferma dans un silence boudeur. Comme si les enseignants voulaient vraiment les aider à trouver une solution. Tout ce qu'il voulait c'était les laisser à la merci du Ministère. Comme si le MIM pouvait faire quoique ce soit pour eux. Ils étaient des parias, fils et fille de Mangemorts. Comme si les amoureux des moldus allaient les prendre en considération. Il relèva la tête à la question de Kathrina et fixa ses professeurs. La réponse du professeur Mason ne le satisfaisait qu'à moitié et il le fit bien sentir.

"Tsss... Comme si le Ministre allait se sentir concerné par le sort de deux enfants de Mangemort avec un frère complètement taré."

Il allait falloir qu'on arrête de les prendre pour des cornichons. Il savait très bien qu'ils ne seront que des dossiers dans une pile déjà bien chargé et il savait aussi que personne ne voudrait de deux enfants. Ils seraient forcément séparés. C'est alors que la directrice des Poufsouffle révéla un nouvel élément, il n'avait pas répondu à la question du Professeur Virtanen laissant se plaisir à Kath mais lui non plus n'avait pas eu connaissance d'une quelconque famille. Ulrich avait tout fait pour les tenir éloigner le plus possible d'eux. Et jusque là personne ne s'était inquiété de leur sort. A la mort de leur père, personne ne s'était déplacé pour voir comment ils allaient. Alors, il n'avait pas vraiment envie de se retrouver dans un endroit où on les prendrait par pitié et parce qu'il le fallait comme ils étaient de la famille. Mais ce que Daisy Mason leur apprenait était assez surprenant. Jamais il n'aurait pensé avoir un lien de parenté avec Nora Weaver. La niaiserie personnifiée. Ses yeux s'écarquillèrent d'horreur. Qu'elle soit Sang-Mêlée, il s'en fichait, la plupart de ses amis étaient né de moldus mais il ne voulait pas se retrouver dans une maison où les licornes devaient côtoyer les tasses à fleurs.

"Y a vraiment personne d'autre dans votre bouquin ?"

Il ne refusait pas tout en bloc. Il savait qu'il ne pouvait pas se le permettre et que ce serait sans doute le mieux pour Katrhina. Mais lui avait un peu plus de mal à accepter l'idée d'aller vivre chez de parfait inconnus.

"Si ça se trouve, ils voudront pas de nous. Notre passé familial est chargé et puis, on est deux. Alors peut-être que au lieu de négocier une place pour tous les deux peut-être qu'ils accepteraient de prendre juste Kath et pis moi et ben... je sais pas mais ça me parait un peu énorme qu'ils nous prennent ensemble. Si ils se sont pas manifesté à la mort de notre père pour soutenir notre mère. Je vois pas trop ce qu'ils peuvent faire pour nous deux."

Oui voilà, il fallait envoyer Kathrina chez la famille Pouffy. Il allait devenir fou si il restait encore toute sa scolarité entouré de mièvrerie. Mais il y avait peut-être un autre nom sur ce bouquin et il pourrait peut-être aller chez la personne portant ce nom. Il ne cherchait pas à recevoir de l'amour en barre, de toute façon, il n'en avait jamais eu et il ne saurait pas quoi en faire. Il jeta à regard à sa jumelle. Il avait le sentiment de donner l'impression qu'il voulait à tout prix s'éloigner d'elle mais c'était faux. Il voulait juste la protéger et ce qu'il y avait de mieux pour elle. Il finit par pousser un soupir lassé. Il commencé à en avoir assez de devoir toujours se battre pour survivre.


It's a small crime
And I've got no excuse
Peter VirtanenProfesseur d'Etudes des Runesavatar
Messages : 804

Voir le profil de l'utilisateur
Peter se retint de soupirer de découragement quand Kathrina lui répondit qu'ils n'avaient aucune famille connue en Angleterre. Les choses s'annonçaient compliquées. S'ils ne parvenaient pas à contacter de proches ils allaient devoir s'en remettre à des institutions plus officielles, et l'enseignant restait persuadé que ce n'était pas une bonne solution, pas quand leur priorité devait être de garder les jumeaux ensembles. La jeune Poufsouffle formula ses craintes à voix haute en demandant s'ils allaient être placés dans un foyer pour orphelins, et Daisy lui répondit aussitôt qu'elle ne laisserait pas ça arriver, même si elle devait parler au Ministre lui-même.

Peter admirait et enviait l'optimisme de sa collègue, sans parvenir à envisager les choses aussi facilement. Il n'était toutefois pas le plus pessimiste parmi les personnes présentes puisqu'Ahren rétorqua que le ministre n'aurait rien à faire de deux orphelins issus d'une famille de mangemorts. Le professeur de runes posa un regard grave sur son élève. Il comprenait son amertume, devinait sa peine, mais avait du mal à compatir au sort du jeune garçon, pas alors qu'il avait des mots si durs. C'était comme s'il n'avait pas conscience du mal qu'il pouvait faire à sa sœur en parlant ainsi, en détruisant le peu d'espoir que Daisy et Peter peinaient à leur offrir.

Contre toute attente, la directrice des Poufsouffle raviva cet espoir en mentionnant un livre enchanté que lui avait prêté Edmund, livre qui dévoilait un lien de parenté entre les jumeaux et la famille Weaver. Peter haussa les sourcils, un peu surpris. Il ne connaissait Nora Weaver que de vue, et de par son statut de capitaine de l'équipe de Poufsouffle, mais avait eu Amely Weaver en cours et se souvenait d'une élève brillante, et ambitieuse. Il avait rencontré leur père, un homme à l'air sympathique, à quelques réunions du CA mais ne le connaissait pas vraiment. Cela pourrait être une bonne solution, les Weaver avaient l'air d'être des gens biens, qui sauraient prendre soin des jumeaux. Toutefois il y avait une différence entre être quelqu'un de bien, et être prêt à prendre deux adolescents -même cousins- à sa charge. Une énorme différence.

Daisy expliqua qu'elle allait rapidement contacter les Weaver, et Peter approuva d'un hochement de tête. C'était certainement la meilleure des solutions. Ahren ne semblait néanmoins pas partager ce point de vue puisqu'il s'empressa de demander si le livre ne mentionnait pas quelqu'un d'autre. Son directeur de maison fronça les sourcils, se demandant s'il cherchait juste à éviter les Weaver ou s'il se rappelait une autre branche de sa famille. Le jeune garçon poursuivit en assurant que les Weaver ne voudraient certainement pas s'occuper de lui et de sa sœur, et qu'ils devraient laisser Kathrina aller chez eux et lui trouver une autre place. Peter ne savait pas si c'était un pur sacrifice ou s'il cherchait à se trouver une autre situation, peut-être meilleure.

- Nous n'avons pas encore contacté les Weaver, comme le Professeur Mason vous l'a dit, mais nul doute que s'ils acceptent de s'occuper de vous, ils vous accueilleront tous les deux. Il s'imaginait mal une famille accepter de prendre en charge seulement un des jumeaux. Dans le cas contraire, nous trouverons une autre solution, ajouta-t-il en interrogeant Daisy du regard, se demandant si elle avait d'autres ouvrages magiques en réserve. Notre priorité sera évidemment de vous garder ensembles, n'est-ce pas ?

Son regard clair se posa cette fois sur Ahren, interrogateur. Le jeune adolescent n'avait pas l'air perturbé par l'idée qu'il pourrait être séparé de sa sœur, et c'était ce qui inquiétait son enseignant. Peter avait bien évidement du mal à s'imaginer à la place d'Ahren, mais supposait que dans une telle situation n'importe qui aurait voulu rester avec ses proches. Les jumeaux n'avaient malheureusement plus de famille, mais dans leur malheur ils avaient la chance d'être deux. Ils auraient dû vouloir rester ensembles, et Ahren semblait vouloir le contraire, ce que Peter ne comprenait pas. Essayait-il à tout prix de s'éloigner de sa jumelle, ou de la protéger en simplifiant la tâche de ses enseignants ?


Kathrina KellerQuatrième annéeavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Le ton presque maternel de sa directrice de maison apaisa un peu la jeune Poufsouffle, qui ne put masquer un soupir de soulagement à sa réponse. Avec Ahren, ils étaient entrés dans la salle des professeurs avec l’espoir de trouver du soutien, et heureusement, les deux adultes le leur offraient. En tout cas, Kathrina voulait y croire. Elle n’avait pas la méfiance de son jumeau, elle n’y arrivait pas. Peut-être devait-elle, peut-être qu’elle était idiote de croire que tout allait rentrer dans l’ordre s’ils laissaient leurs professeurs s’occuper d’eux, mais c’était au-dessus de ses forces. Après toutes ces années à se méfier de ceux qui ne partageaient pas les secrets de leur famille, Kathrina craquait face à l’impasse dans laquelle cette attitude les avait menés, elle et son frère. Elle avait simplement envie de se laisser aller pour une fois, et d’accorder une totale confiance aux deux adultes.

Et encore une fois, son jumeau n’était pas du tout en phase avec elle, à écouter ses commentaires aigres. Ils n’étaient jamais parvenus à se comprendre, et pour cela aussi, elle était lassée de se battre. Alors elle ne dit rien, elle se contenta de le laisser parler sans broncher, du moins, jusqu’à ce qu’il émette l’idée de les séparer. Le regard qu’elle posa sur lui était empli d’incompréhension. Cherchait-il volontairement à se séparer d’elle ? Non, ses mots laissaient plutôt à penser qu’il cherchait à la protéger en la plaçant comme la priorité, à qui il fallait chercher un foyer en premier… Mais Kathrina n’avait ni besoin, ni envie qu’il se sacrifie pour elle. Ahren ne comprenait-il pas ? Elle ne supporterait pas qu’on lui retire le seul frère qu’il lui restait, aussi tendues leurs relations soient-elles. Elle aimait Ahren, malgré tout. Si quelque chose la blessait à cet instant, ce n’était pas parce qu’elle pensait que son jumeau souhaitait se débarrasser d’elle, mais parce qu’elle constatait une fois de plus qu’elle était la seule à avoir besoin de l’autre.

« Oui ! répondit t-elle aussitôt à Peter, avant que son frère n’ait l’occasion de prendre la parole à sa place. Nous préférerions rester ensemble, si c’est possible. »

Elle avait annoncé le « nous » avec une soudaine assurance, tant elle ne souhaitait pas que leurs professeurs restent sur cette idée absurde de les séparer. Kathrina consulta son frère du regard, juste quelques secondes. Peut-être que ses initiatives ne lui plairaient pas, mais elle ne le laisserait pas mener la barque en la laissant sur le rivage. Il n’était pas question qu’il agisse dans son coin, selon des plans qui consisteraient à décider de ce qui était bon pour elle. Surtout pas quand elle était certaine que se séparer de son jumeau n’était précisément pas bon pour elle.

« Ahren voulait simplement dire que cela risquait d’être compliqué mais… Ce n’est pas impossible, n’est-ce-pas ? »

Elle demandait confirmation de son regard, alternativement posé sur leurs deux interlocuteurs. Elle était consciente que s’occuper de deux enfants à la fois était une charge que peu pouvaient accepter, à supposer qu’il y en ait qui le souhaitent, pour commencer. Le professeur Mason avait évoqué les Weaver, c’était leur première piste. Kathrina connaissait bien sûr Nora, leur capitaine de Quidditch, elle lui avait même adressé la parole quelques fois quand elle était allée voir Gillian à des entraînements. Elle n’aurait jamais pensé qu’ils avaient un lien de famille, c’était dingue qu’elle soit restée deux ans à côtoyer cette fille sans rien savoir. Et c’était certainement la même chose pour Nora.

« Je connais un peu Nora, enfin, plus de nom qu’autre chose, mais… Vous pensez qu’il y a une chance que sa famille accepte ? J’imagine qu’ils auront beaucoup de questions… Elle hésita quelques secondes, avant d’ajouter une dernière question. Est-ce qu’il y a quelque chose qu’on peut faire ? »

Le professeur Mason avait précisé qu’elle comptait contacter les Weaver. Si elle réussissait à obtenir un rendez-vous, Kathrina était prête à participer à l’entrevue, s’il le fallait. Puisque les Weaver semblaient être la seule famille en Angleterre qu’il leur restait, elle se devait de s’accrocher à cet espoir, et de faire tout son possible, avant d’envisager des solutions du Ministère, sans doute moins accomodantes.



Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3429

Voir le profil de l'utilisateur
Daisy posa un regard las sur Ahren lorsqu'il prit la parole, visiblement mécontent. Elle était pourtant dotée d'une grande patience et elle pouvait comprendre le désappointement de l'adolescent mais l'idée qu'il soit si jeune et si désabusé l'attristait. Les jumeaux Keller ne devraient pas à avoir à se soucier de ce genre de choses à leurs âges mais malheureusement, la vie ne se passait jamais comme on l'avait espéré... Quoi qu'il en soit, elle trouvait dommage qu'Ahren n'essaye pas, comme sa sœur, d'avoir un sourire. Même avant le décès de son frère, il était un petit garçon bien trop agressif. Enfin, c'était aussi les méandres de l'adolescence et elle ne désespérait pas que le jeune Keller fasse l'effort d'aller mieux un jour ou tout du moins, d'être un petit peu plus sociable. Ou du tout moins poli.

Elle ne comprit pas pourquoi Ahren s'obstina à demander s'il y avait quelque d'autre dans le livre d'Edmund. S'il y avait eut plusieurs possibilités, elle les aurait évoqué afin de montrer aux jumeaux que les solutions étaient nombreuses et qu'il n'y avait donc pas de raisons pour qu'ils finissent entre les mains des services sociaux du Ministère, ce qu'elle ne souhaitait à personne, même si elle était persuadée que les sorciers qui y travaillaient faisaient de leur mieux. Edmund lui avait assuré qu'elle ne trouverait pas plus complet comme ouvrage - étant donné qu'il était ensorcelé par ses soins - et elle croyait en son collègue à qui on ne pouvait daigner ses capacités magiques. Et sa passion pour les arbres généalogique, qui tournait parfois presque au fétichisme. Chacun ses passes-temps, aimait-elle à dire.

- Non, les Weaver sont les seuls qui sont cités. Selon le Professeur Harris, il n'y a plus qu'une branche des Keller en Angleterre et elle ne s'est pas liée aux autres familles depuis longtemps.

Elle confirma le discours de Peter d'un hochement de tête et si son collègue choisit de scruter Ahren lorsqu'il demanda si les jumeaux voulaient rester ensemble, Daisy elle s'intéressa à Kathrina, toujours plus en retrait derrière son frère jumeaux. Les désirs des deux enfants devaient être entendus à part égal et si le caractère d'Ahren était plus affirmé, cela ne signifiait pas que l'on devait nier ce que pouvait penser la si discrète Kathrina. Elle avait l'habitude de cela d'ailleurs : elle avait élevé des triplettes, ce n'était pas rien. Mais visiblement, la jeune fille savait se faire entendre lorsqu'il le fallait puisqu'elle devança son frère en parlant avec assurance, ce qui arracha un sourire à Daisy.

- Non, ce n'est pas impossible et nous allons œuvrer pour. Peu importe la solution choisie, vous resterez ensemble.  

Elle s'en assurerait personnellement et elle savait qu'elle pourrait compter sur le soutien unanime de tous ses collègues dans cette tâche.

- J'ai rencontré les Weaver plusieurs fois et je pense que ce sont des gens droits, bons et honnêtes. Évidemment, cela ne signifie pas que l'affaire est gagnée, accueillir deux enfants dans sa famille pour les éduquer n'est pas une chose facile mais je suis certaine qu'ils considéreront notre demande avec sérieux et attention.

Est-ce que les jumeaux pouvaient faire quelque chose ? Elle ne savait pas, elle ne voulait pas non plus instrumentaliser la détresse de deux orphelins.

- Je vais devoir leur écrire et nous verrons après leur réponse. Si elle est plutôt favorable, pourquoi pas ne pas organiser une rencontre au sein de l'école ? suggéra Daisy avec un sourire.


Freckles sloth.
Ahren KellerTroisième annéeavatar
Messages : 389

Voir le profil de l'utilisateur
Ahren soutint le regard de son enseignant lorsqu'il lui demanda si la priorité était bien de les garder ensemble tous les deux. Il n'eut pas le temps de répondre que Kathrina le devança dans sa réponse. Il hoche la tête à la suite de sa jumelle. Oui, les garder ensemble le plus possible. C'était la priorité en effet.

"Oui, on reste ensemble."

Toutefois, le fait que le professeur Mason affirme qu'elle les laisserait ensemble quoiqu'il arrive ne lui plaisait pas. Il fronça légèrement les sourcils mais laissa la directrice de maison de sa sœur terminer. Il hocha la tête lorsqu'elle envisagea une rencontre. Pourquoi pas après tout. Il poussa un léger soupir et s'avança légèrement.

"Je pense que cette rencontre est une bonne idée."

Il ne voulait pas aller habiter avec cette famille mais il savait que c'était la meilleure chose à faire. Pour tout le monde. Il se plierait donc à ce qu'on lui demanderait, il ferait des efforts pour Kath mais il refusait de voir sa soeur dans un foyer. C'était hors de question. Il se recula légèrement et saisit la main de Kathrina par l'obliger à le regarder. Il l'observa un instant et esquissa un petit sourire triste.

"Mais... si jamais les Weaver venaient à ne pas nous vouloir tous les deux... j'aimerais que tu ailles avec eux quand même. Je ne veux pas que tu finisses dans un foyer. Même avec moi... Si Ulrich était là et qu'il savait que je t'ai laissé aller dans un endroit comme ça..., il frissonna et esquissa une moue de dégoût. Il me tuerait à tous les coups. Il est tordu, il serait capable de revenir pour me hanter le reste de ma vie."

Il esquissa un sourire amusé avant de reprendre son sérieux. Il plaisantait à peine. Il ne voulait pas avoir la misère de sa sœur sur la conscience. Et il n'était pas certain d'être capable de protéger sa jumelle convenablement dans un foyer. Il préférait la savoir en sécurité chez les Weaver. Il lâcha sa main et posa son regard sur ses enseignants. Il savait qu'ils avaient entendu ce qu'il venait de dire et il aurait aimé avoir le luxe de leur ordonner ce qu'ils devaient faire mais ça ne fonctionnerait pas comme ça il le savait. Il jeta un regard triste à sa soeur avant de soupirer légèrement. Il aurait tellement aimé avoir le luxe de pouvoir se reposer lui aussi dur ses professeurs. Mais il n'en avait pas les moyens, c'était plus fort que lui, il n'arrivait pas à faire confiance.


It's a small crime
And I've got no excuse
Peter VirtanenProfesseur d'Etudes des Runesavatar
Messages : 804

Voir le profil de l'utilisateur
Si la question de Peter était principalement adressé à Ahren, dont il ne parvenait pas à deviner les intentions, ce fut sa jumelle qui prit la parole la première. Surpris par l'assurance soudaine de Kathrina, l'enseignant reporte son attention sur la jeune fille et fut touchée par la volonté de cette dernière de rester à tout prix avec son frère. Et ce dernier semblait finalement partager ce souhait, puisqu'il appuya la réponse de sa sœur. Rassuré sur ce point, Peter remarqua néanmoins le froncement de sourcils d'Ahren quand Daisy affirma qu'ils s'arrangeraient pour qu'ils restent ensembles quoiqu'il arrive.

L'enseignante poursuivit en proposant une rencontre avec la famille Weaver. Peter appuya cette idée d'un hochement de tête, les Weaver saisiraient certainement mieux la précarité de la situation des jumeaux en les rencontrant directement. De nouveau, Ahren approuva, en donnant l'impression que c'était à contrecœur. Peter comprenait qu'il ne soit pas ravi d'aller vivre avec de parfaits inconnues, mais c'était la meilleure solution qu'ils pouvaient leur offrir, et cela leur permettrait de rester ensembles. Mais le jeune homme restait méfiant, sur ses gardes, comme s'il craignait qu'on ne lui mente ou qu'on ne lui tende un piège, et Peter se demandait ce qu'il pouvait bien redouter.

Il eut la réponse à sa question quand Ahren s'adressa directement à sa jumelle, dont il avait saisit la main, pour lui expliquer qu'il préférait qu'elle aille chez les Weaver seule, plutôt que dans un foyer avec lui. Ahren voulait simplement protéger sa sœur. Impressionné par le comportement du Serdaigle, qu'il ne connaissait pas sous ce jour, Peter réfléchit un instant à ce qu'il pouvait répondre à cela. Il ne pouvait pas promettre à Ahren qu'il respecterait son choix, pas si ce n'était pas ce que Kathrina voulait. Et contrairement à Daisy, qui semblait être proche de chacun de ses élèves, de façon presque maternelle, Peter avait toujours maintenu une barrière entre lui et ses élèves, et il avait le sentiment que ce débat n'était pas le leur, que c'était aux jumeaux de décider de ça. Ils pouvaient les aider, leur offrir les meilleures options possibles, mais ils ne pouvaient pas décider à leur place s'ils souhaitaient rester ensembles à tout prix, ou si le plus important était que Kathrina trouve une famille. Il interrogea Daisy du regard pour savoir ce qu'elle pensait de cette dernière déclaration, puis reporta son attention sur Ahren lorsque ce dernier mentionna son frère ainé avec un sourire sans joie. Voir un adolescent si jeuen parler de son défunt frère avec tant de désinvolture était plutôt inquiétant, mais ils avaient déjà bien assez de problèmes à traiter pour aujourd'hui.

Peter n'aimait pas vraiment Ahren, il le reconnaissait, mais pour la première fois il sentit un élan de véritable compassion à l'égard du jeune homme qui essayait de préserver ce qu'il restait de sa famille. Il lui adressa un sourire qui se voulait confiant avant de s'adresser aux deux jumeaux.

"Ne soyons pas pessimistes, il n'y a aucune raison pour que les Weaver n'acceptent que l'un d'entre vous, répondit-il d'une voix posée. Et quelle que soit leur décision, nous nous assurerons qu'aucun de vous d'eux ne soit placé dans un foyer. Faites-nous confiance." termina-t-il avec un regard en direction de Daisy.

Pour le moment, ils étaient liés par la décision de la famille Weaver. Parce que Peter avait beau demander aux jumeaux de leur faire confiance, il doutait lui-même de leur capacité à trouver d'autres solutions si les Weaver refusaient. Il n'y avait plus qu'à espérer que la rencontre se passerait bien...
RP Terminé


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Parlons d'avenir [Peter, Daisy, Kathrina & Ahren]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» L'avenir démocratique d'Haiti est menacé...
» L'avenir dira le reste.
» L'avenir de la VPC GW
» Il y a une vie après Peter Jackson.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Aile Sud, :: Salle des profs,-