AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Bombabouses et réprimandes [Indiana & Maeva]

Maeva HellsoftPréfèteavatar
Messages : 151

Voir le profil de l'utilisateur
23 mai 2007

Maeva sortit discrètement de la salle commune des Gryffondor, un petit paquet caché sous sa cape. Elle adressa son sourire le plus angélique au préfet des rouges et ors qui la regardait un air suspicieux, et s’éloigna rapidement du portrait de la Grosse Dame, pour se diriger vers les escaliers. Ouf, songea-t-elle en jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, pour vérifier que personne ne l’avait suivi. Elle traversa rapidement quelques couloirs de Poudlard, faisant bien attention à ne rien faire tomber. Quelle idée aussi, de perdre un pari contre Lisa ! Cette dernière avait pu se venger du dernier gage que Maeva lui avait donné, en la mettant au défi d’aller poser des bombabouses devant la salle de classe d’Edmund Harris. Ces dernières avaient été programmées pour exploser dès le début des cours, le lendemain matin. Maeva s’était acquittée à la tâche avec une pointe de fierté – elle n’allait pas se laisser intimider par si peu ! Puis, ce n’était pas bien compliqué, de disposer quelques bombabouses devant une salle. Cependant, les préfets rôdaient déjà, et la jeune fille n’avait absolument aucune envie d’écoper de quelques heures de retenues.

Aussi, elle préféra se montrer discrète, et s’engagea dans le couloir qui menait à la salle de sortilège avec prudence. Si quelqu’un la surprenait en train de faire ça, les chances qu’elle avait pour s’en sortir d’une pirouette étaient bien minces. Et elle n’avait pas non plus envie de faire perdre des points à sa maison, cela serait trop dommage ! Déjà qu’ils ne brillaient pas exactement au Quidditch depuis quelques années, ils pouvaient bien faire un effort pour la coupe des quatre maisons ! Enfin, tout cela pour dire que Maeva ne comptait pas se faire attraper par qui que ce soit. Aussi, elle déposa avec précaution ses bombabouses, avant de s’employer à les dissimuler pour qu’elles ne soient pas visibles.

Ce n’était pas une blague bien méchante – et Maeva en était contente, parce qu’elle n’avait pas vraiment envie de s’attirer les foudres de ses professeurs, surtout que sa mère (et son beau-père !) faisaient partie de l’équipe professorale. Elle était occupée à sa tâche, si bien qu’elle n’entendit pas tout de suite les pas qui résonnèrent dans le couloir. Le bruit finit par la faire réagir, et elle se retourna vivement. Elle ne pu retenir un léger soupir de soulagement lorsqu’elle réalisa qu’elle ne faisait pas face à un ou une préfète. Elle n’aurait définitivement pas aimé se retrouver face à Nimbus de Pompadour, ou à Harrington… Mais fort heureusement, la jeune fille qu’elle avait en face d’elle ne possédait pas le badge « préfète ».

« Euh… » lâcha-t-elle, un peu surprise.

Elle se racla la gorge et se releva pour lui faire face. Une Serdaigle, nota-t-elle à la couleur de la cravate.

« Je ne faisais rien de mal. Bonjour ! » lança-t-elle pour détourner la conversation de sa présence dans ce couloir.

Elle adressa un grand sourire à la jeune fille qu’elle avait en face d’elle.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
InvitéInvité


Indiana se rendait à sa salle commune, ses pensées inévitablement tournées vers ce qu'il lui restait à faire pour ses différents cours. Elle avait une version de runes à finir, devait se racheter de la poudre de pierre de lune et s'entraîner à la stupéfixion. Indiana s'arrêta brusquement, et fouilla dans son sac frénétiquement. Elle arrêta de chercher, exaspérée. Son livre de sortilèges était resté sur sa table de cours. Bel acte manqué, pensa-t-elle. Dommage que je m'en sois rendu compte... Il est vrai qu'Indiana se sentait fatiguée en ce moment. Les BUSEs approchaient à grands pas et bien qu'elle fasse tout son possible pour ne pas se laisser submerger par les révisions, le rythme commençait à devenir difficile à tenir et les cernes se creusaient sur son visage.

Elle fit donc demi-tour, pestant contre elle-même et son étourderie qui lui faisaient perdre de précieuses minutes sur son temps de travail, et donc de repos. Il ne lui restait plus qu'à espérer qu'il n'y ait pas de classe en cours de sortilèges en ce moment, histoire de ne pas passer pour une idiote devant une trentaine de personnes. Encore heureux qu'elle fut une Serdaigle et non une Gryffondor car le professeur Harris serait sans doute plus indulgent. Peut-être même allait-il en rire, qui sait ? Elle traversa les couloirs menant à la salle de sortilèges en accélérant l'allure.

Cependant, alors qu'elle n'était plus qu'à quelques mètres de son manuel, Indi ralentit, observant le petit être penché devant la porte. Une Gryffondor à en juger par l'ourlet de sa robe. Probablement une deuxième année, mais elle n'aurait pu l'affirmer. Celle-ci avait du l'entendre car elle se retourna soudainement, avec un air quelque peu décontenancé qui laissa rapidement place à un sourire angélique. Indiana avait appris à se méfier des Gryffondor qui pour la plupart, sous des airs de petits anges étaient les premiers à se jouer du règlement et des règles en général. Aussi, lorsque la fillette en face d'elle lâcha un "Euh..." pitoyable, la jeune fille se douta que quelque chose n'allait pas. Cette impression fut rapidement confirmé par la seconde phrase de la rouge et or.

"Je ne faisais rien de mal. Bonjour !"

Indiana la toisa, perplexe. Que quelqu'un à qui on n'a pour l'instant rien reproché, soit d'instinct sur la défensive cachait forcément quelque chose de louche. Ainsi prit-elle le parti d'investiguer un peu. Après avoir regardé par dessus l'épaule de la fillette en essayant vainement de comprendre à quoi cette dernière était occupée avant qu'elle n'arrive, son regard se reporta sur son interlocutrice et elle lui répondit :

"Hum. Excuse-moi, tu as oublié quelque chose ?"

Indi la regardait de haut, ce qui n'était pas très dur vu la taille de celle qui lui faisait face, espérant que la condescendance qu'elle mettait dans son regard empêcherait la gamine de lui mentir.
Maeva HellsoftPréfèteavatar
Messages : 151

Voir le profil de l'utilisateur
Maeva n’aimait pas vraiment le regard que la Serdaigle posait sur elle. De manière générale, elle n’aimait pas les regards – ni les tons – supérieurs. Ils avaient le don de l’horripiler. Comme si cette Serdaigle avait la moindre autorité sur elle, songea-t-elle en levant les yeux au ciel et en redressant le menton. Elle vrilla un regard déterminé dans celui de la Serdaigle, et croisa les bras. Sa question – posée sur un ton condescendant au possible – lui fit hausser les sourcils. Elle n’était pas vraiment du genre à se laisser impressionner par si peu ! Ce n’était pas parce qu’elle n’était pas effrayante par sa taille ou son physique qu’elle était une petite chose craintive et insignifiante ! Elle était une Gryffondor, par Godric ! Non mais.

« Non, je n’ai rien oublié. » lança-t-elle sur un ton angélique. « Merci de t’en inquiéter, vraiment ! » ironisa-t-elle par la suite. « Tu as oublié quelque chose, toi ? »

Comme si elle allait lui dévoiler la vérité ! Aucune chance, songea Maeva en se retenant de jeter un coup d’œil derrière elle. Normalement, elle avait caché les Bombabouses suffisamment bien pour qu’elles ne soient visibles. Cependant, avec l’arrivée de la Serdaigle, elle n’était pas certaine d’avoir réussi à perfectionner sa cachette… Elle verrait bien. Et puis, au pire des cas, elle nierait ! Cela pouvait être une magnifique coïncidence, après tout, n’est-ce pas ? Oui, bien évidemment. De toute façon, il n’y avait aucune preuve de sa culpabilité !

« Hm, tu ne penses pas qu’on ferait mieux de sortir d’ici ? » enchaîna Maeva avec un sourire.

La jeune fille ne maîtrisait pas exactement l’art de la subtilité. Gryffondor jusqu’au bout des ongles, que voulez-vous ! Elle préférait toutefois jouer la carte de la prudence en tentant d’éloigner la Serdaigle de la salle des sortilèges – juste par précaution.

« Les salles de classes sont toutes fermées à clefs, et c’est bientôt l’heure du couvre-feu… » poursuivit-elle.

Elle jeta un rapide coup d’œil autour d’elle. Si le professeur Harris arrivait maintenant, il détecterait immédiatement qu’elle était louche. Parce que tous les Gryffondor étaient toujours louches pour Harris. Il valait mieux qu’elle s’éloigne. De plus, la ronde des préfets n’allait pas tarder à commencer…

« Et ce serait dommage d’être mises en retenue. Je suis certaine que tu as mieux à faire que de récurer des chaudrons sans magie ! » lança-t-elle avec un sourire candide.

Elle décroisa les bras, priant intérieurement pour que la Serdaigle la laisse tranquille. Elle ne connaissait toujours pas son nom, tiens, nota Maeva en fronçant les sourcils, tentant vainement de mettre un nom sur un visage. Mais elle ne fréquentait pas beaucoup de monde à Serdaigle. Elle était amie avec Nate, connaissait vaguement la préfète Harrington pour avoir eu affaire à elle une fois mais c’était tout…


Avatar : praimfaya sur Bazzart
InvitéInvité


Indiana fulmina intérieurement. Cette petite peste de Gryffondor avait mis le doigt sur un de ses points faibles – comme celui de bon nombre de Serdaigles – la retenue. La jeune fille, perdue dans ses pensées en arrivant devant la salle, n'avait pas remarqué qu'il se faisait tard. Or, être aperçue traînant dans les couloirs par cette heure tardive et bien que l'on en ait encore le droit, ne l'aiderait pas à être dans les petits papiers des préfets ou de quelqu'autre personne représentant l'autorité poudlardesque. Aussi valait-il mieux ne pas s'attarder, d'autant plus qu'elle risquerait alors de dépasser l'heure limite.

Elle réfléchit le plus vite qu'elle pu en évitant de regarder la gamine qui gigotait devant elle, l'empêchant de se concentrer. Il lui restait environ un quart d'heure avant le couvre-feu, ce que pouvait suffire à entrer dans la salle, récupérer son livre et rejoindre sa salle commune. Sauf si ce qu'avait dit la fillette était vrai et que la salle était verrouillée. Dans ce cas, le seul moyen de l'ouvrir serait de jeter un sortilège, mais India n'était pas prête à enfreindre à ce point les règle pour un livre de sortilèges. Il n'y avait aucune raison d'avoir peur, elle toquerait à la porte et selon ce qui s'en suivrait, soit elle s'en irait avec son livre, soit sans.

Sans un regard pour la rouge et or, Indi la poussa sans ménagement et s'avança vers la porte. C'est d'une main ferme qu'elle frappa contre le battant de bois, et pleine d'assurance qu'elle attendit la réponse. Malheureusement, celle-ci ne vint pas. Toutefois, Indi ne se laissa pas abattre et recommença. Obtenant le même résultat que la première fois elle soupira et baissa la tête. C'est alors que son regard fut attiré par une forme étrange dans un recoin de la porte. Elle tourna la tête et se baissa pour y mieux regarder...

- Oh !

Indiana poussa un cri de stupeur. Des bombabouses ! La jeune fille jeta un coup d'oeil à la jeune Gryffondor qui semblait se tortiller de plus en plus. A bien y réfléchir, c'est dans cette position qu'Indiana l'avait surprise en arrivant. Elle se releva d'un coup. Si on la trouvait dans une position si fâcheuse, elle aurait bien du mal à expliquer qu'elle n'y était pour rien et elle ne voulait en rien être mêlée à cette histoire.

- C'est toi qui les a posées n'est-ce pas ? Et ne mens pas !

« Ne mens pas » ! Bien sûr qu'elle allait mentir, tout comme elle avait mentit la première fois. Cette petite était bien digne de sa maison. En parlant de maison, cela ne vaudrait-il pas des points à la sienne si elle dénonçait la petite menteuse et évitait ainsi au professeur Harris et à ses élèves la mauvaise surprise qu'elle leur réservait ? Probablement, si.

- Comment tu t'appelles ?
Demanda-t-elle d'un ton brusque en l'attrapant par le bras.

Indi était bien décidée à ne pas la laisser filer avant d'avoir trouver quelqu'un à qui dévoiler son méfait. Et ce n'était certainement pas une gamine arrogante qui allait lui échapper !
Maeva HellsoftPréfèteavatar
Messages : 151

Voir le profil de l'utilisateur
Maeva soupira lorsque la jeune fille se baissa pour voir ce qu’elle cachait. Elle laissa échapper un ricanement en entendant l’exclamation de la Serdaigle et haussa les épaules. Cette fille l’agaçait réellement – et ce n’était pas peu dire. Si Maeva avait un caractère bien trempé – l’héritage de ses parents – elle se montrait rarement insolente. Mais elle n’y pouvait rien, cette Serdaigle qui se prenait pour la reine du monde lui tapait sérieusement sur le système. La plaisanterie de Maeva était banale – et pas bien méchante, en soit, puisqu’un sortilège suffirait à faire partir la mauvaise odeur. Et puis, n’était-ce pas hilarant, de voir Harris se mettre en colère, à tel point que sa moustache en frémissait ? Visiblement, pas selon miss-parfaite(ment ennuyante) qui s’empressa de lui demander si c’était elle qui les avait placé là, en lui exhortant à ne pas mentir.

« Comment ? Moi, faire une chose pareille ? Jamais ! J’étais justement en train de les ramasser. Mais je ne voulais pas qu’on puisse penser que j’aurais pu placer ces choses là ici… » lança-t-elle, la voix pleine d’ironie.

Il n’y avait qu’à elle que ce genre de choses pouvaient arriver, visiblement. Pourquoi devait-elle forcément tomber sur cette Serdaigle ? Quelle injustice. Enfin, au moins, elle ne connaissait ni son nom, ni son prénom. Est-ce que si elle lui disait qu’elle était la fille de Chloé Hellsoft, son interlocutrice la laisserait tranquille ? Non, sûrement pas, songea Maeva. Au contraire, à tous les coups, elle s’empresserait de la conduire chez sa mère, et la jeune fille n’avait aucune envie de subir le sermon maternel…

« Hé ! » protesta-t-elle lorsque Indiana lui attrapa le bras en lui demandant son prénom. « Pour qui tu te prends ? Tu n’es pas préfète, je n’ai pas de comptes à te rendre ! » lança Maeva en se dégageant brusquement, esquissa une grimace lorsqu’elle ramena son bras contre elle. « Tu ne sais rien de ce qu’il s’est passé ici. »

Maeva n’avait aucune envie de faire perdre des points à Gryffondor, ni d’écoper de la moindre retenue. Et ce n’était pas une fille prétentieuse comme la Serdaigle qui allait lui dicter sa conduite !

« Tu peux toujours appeler un prof’, je ne vois pas comment tu feras pour m’accuser… Après tout, si ça se trouve, je traversais ce couloir seulement pour rejoindre ma salle commune ! » indiqua Maeva en désignant du menton l’escalier qui menait à la tour des Gryffondor. « Et toi, qu’est-ce tu faisais ici ? Tout le monde sait que les salles sont verrouillées le soir, ce n’est pas une très bonne excuse. »

Maeva tentait le tout pour le tout, et sentait son cœur battre à la chamade dans sa poitrine. Elle n’aimait pas provoquer les autres, mais il fallait dire que la fille l’avait sérieusement cherché.

« Alors ? On oublie ça, on jette les bombabouses et on remonte chacune dans notre dortoir ? » proposa Maeva avec un sourire dans l’espoir d’amadouer son interlocutrice.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Bombabouses et réprimandes [Indiana & Maeva]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Indiana Teller
» [Indiana Stocker]
» Indiana Teller, Le Forum Rpg
» Partenariat avec Indiana Teller Forum RPG
» Mères indignes... [PV Darren - Maeva]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Couloirs,-