AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Shake it out [Lilly]

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
23 Juin 2008

Charlotte se sentait mal. Anxieuse et angoissée, terrifiée et apeurée, elle s'était tournée et retournée toute la nuit avant de lever pour éviter de réveiller Eliott et avait fini sur le canapé à regarder un documentaire sur la reproduction des pandas jusqu'à ce que le jour se lève et qu'elle puisse sortir faire un tour sous le prétexte d'aller acheter du café pour le petit-déjeuner. Elle ne travaillait pas aujourd'hui, c'était la récupération de sa garde du week-end mais elle mourrait d'envie de partir au BDA pour s'occuper l'esprit et ne plus penser à l'angoisse qui lui tordait le ventre depuis quelques jours. Elle se faisait sûrement des idées pour rien, se répétait-elle, il n'y avait pas de peur à avoir. Elle était sous pression au bureau en ce moment, Dalnox ne les lâchait pas une seule seconde et elle faisait beaucoup d'heures au boulot alors cela avait dû jouer, ce ne serait pas la première fois.

Elle était longuement restée dans les bras d'Eliott avant qu'il ne parte travailler, cherchant du réconfort dans cette étreinte mais aussi un peu de courage. Il fallait bien qu'elle soit fixée, elle ne pouvait pas rester dans cet état, surtout si ses craintes se confirmaient. Elle resta longtemps sous la douche, laissant l'eau brûlante couler longuement pour repousser le moment de sortir et surtout le moment où elle serait fixée. Elle ne voulait pas savoir parce qu'elle avait beau essayer de se convaincre du contraire, elle avait l'impression de déjà connaître le résultat et l'avoir sous les yeux signifierait prendre une décision. Charlotte n'était d'habitude pas quelqu'un qui fuyait les difficultés mais elle savait que peu importe sa décision, elle changerait sa vie. Et elle n'en n'avait pas envie. Elle était bien, elle était heureuse. Elle exerçait un métier qu'elle adorait, elle avait Eliott qu'elle aimait plus que tout au monde, ils étaient heureux, ils allaient se marier et puis elle avait ses amis, sa famille... Tout allait bien dans sa vie en ce moment et elle ne voulait pas voir ce bonheur être bouleversé si brusquement et de manière si définitive.

Mais elle savait qu'elle n'avait pas le choix et devait affronter la réalité aussi se résolut-elle à sortir de la douche pour s'habiller et se maquiller avant de sortir, espérant ainsi gagner un peu de temps même si son esprit tournait à cent à l'heure sans qu'elle réussisse à s'apaiser quelques instants. Il n'y avait pas foule dans son apothicaire habituel, les gens n'ayant toujours pas retrouvé confiance dans l'industrie de la potion. Elle-même avait eu un peu de mal mais le BDA n'avait rien trouvé sur l'apothicaire qu'elle fréquentait alors elle avait continué à y aller même si elle avait également rempli sa pharmacie de produits moldus pour les petits tracas du quotidien. Lorsqu'elle acheta son article, elle eut l'impression d'être dévisagée mais se raisonna en se disant qu'elle délirait, que c'était ses propres angoisses qui ressortaient. Une fois dans la rue, elle pressa le pas, profitant de l'air doux de ce mois de Juin. Il faisait beau et chaud, les gens se promenaient tranquillement dans les ruelles du petit quartier magique d'Oxford. Il n'était composé que de quatre petites rues qui formaient une croix mais Charlotte avait toujours eu un faible pour cet endroit. Les petites ruelles étroites et pavées étaient illuminées de soleil tandis que des familles se dirigeaient vers l'entrée du musée magique qui lançait une nouvelle exposition aujourd'hui.

Elle ressortit du coté moldu et s'aventura dans le centre historique, promenant les yeux sur les rues qu'elle connaissait par cœur pour y avoir passé son enfance. Ses parents n'habitaient qu'à dix minutes d'ici et ils venaient s'y promener. Elle passa devant Christ Church où sa mère enseignait puis dans Holywell Street et la façade du New College avant de regagner le centre-ville animé, pas très loin du cabinet de son père. Elle avait toujours été amoureuse de cette ville qu'elle considérait comme la plus belle du pays, de manière tout à fait objective bien sûr. Elle l'avait quittée à la sortie Poudlard pour marquer son entrée dans l'âge adulte mais s'était toujours dit qu'elle reviendrait y vivre lorsqu'il serait temps pour elle de se poser et de fonder une famille.

Charlotte avait toujours été quelqu'un qui aimait prévoir les choses. Elle ne supportait pas les imprévus et, disons-le, le changement. Chaque détail de sa vie était réglé au millimètre et il n'y avait pas vraiment de place pour la spontanéité. Elle organisait tout, se préparait à tout et était ainsi rarement déstabilisée tant l'anticipation régnait sur son existence. Charlotte n'aimait pas les fausses notes et si Eliott avait apporté un vent de liberté et de spontanéité dans sa vie, elle restait bien trop angoissée pour vraiment laisser place à la surprise. Préparer tout à l'avance et savoir de quoi serait fait l'avenir la rassurait et la sécurisait tout simplement parce qu'elle avait l'impression de maitriser. Que ferait-elle si sa vie venait à lui échapper cet après-midi ?

Elle fut prise par une violente nausée et s'appuya contre un mur pour reprendre ses esprits. Elle ne devait pas penser à ce genre de choses, elle devait garder l'esprit clair et ne pas céder à la panique. Rester seule ne lui réussissait pas et errer dans les rues d'Oxford ne la mènerait à rien. Elle n'avait pas la force de rester seule plus longtemps, elle voulait parler à quelqu'un, elle avait besoin d'être rassurée avant de devenir folle. Cela faisait deux semaines qu'elle trainait son angoisse en espérant chaque jour que tout s'arrangerait alors que l'espoir que tout revienne à la normale s'éloignait chaque jour un peu plus. Elle ne voulait pas en parler avec Eliott pour le moment, Lilly et Jensen devaient travailler, Harriet était loin... Sa sœur serait peut-être à la maison ? Allison avait terminé ses examens de fin d'année voilà quelques jours. Charlie s'effaça dans une ruelle avant de transplaner dans le jardin de ses parents, ce qui déclencha les aboiements intempestifs de leur chien qu'elle prit dans ses bras pour ne pas attirer l'attention des voisins. Elle n'avait pas la clé sur elle mais un coup de baguette suffit à ouvrir la porte de derrière et à pénétrer dans le couloir baigné de soleil. La maison était vide et il n'y avait aucune trace d'Allison. Elle aurait pu rester mais elle avait peur de tomber sur ses parents et elle s'y refusait dans un moment pareil.

Fermant les yeux, Charlotte transplana de nouveau sans réfléchir en priant pour que Lilly soit chez elle malgré tout. Elle avait besoin d'elle, elle avait besoin de sa meilleure amie et elle avait surtout l'intuition qu'elle ne pourrait pas affronter ça toute seule si elle venait à apprendre le résultat tant redouté. Lorsqu'elle frappa quelques coups à la porte de sa meilleure amie, elle pria Merlin, Morgane, Viviane, Circée, Dieu, Bouddha et tous les êtres supérieurs pour que cette dernière soit chez elle. Et lorsque la porte s'ouvrit pour révéler le visage si familier de Lilly, elle eut presque envie d'éclater en sanglots, à la fois de peur et de soulagement.

- Je crois que je suis enceinte.

Les mots qu'elle avait retenu durant deux semaines étaient sortis avant même que Lilly n'ait pu dire un mot et Charlotte sentit ses dernières défenses céder tandis que les larmes lui montaient aux yeux. Elle ne voulait pas être enceinte, elle ne voulait pas d'enfant, elle ne voulait pas avoir à gérer cela maintenant alors qu'elle s'était toujours imaginée que cela n'arriverait pas avant au moins six ans. Elle n'était pas prête, elle ne voulait pas vivre ça si tôt. Elle voulait faire carrière, elle voulait profiter de sa jeunesse pendant encore longtemps, elle ne voulait pas devenir mère.

Et elle éclata en sanglots.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
Lilly avait quitté l’appartement de Charlotte et Eliott depuis plusieurs semaines. Elle avait longuement cherché un appartement qui lui convenait, avant d’en trouver un dans le centre moldu de Londres, placé dans un quartier sympathique et animé. Se retrouver seule d’un jour à l’autre avait été assez difficile, à vivre dans les premiers temps. Elle s’était habituée à avoir sa meilleure amie à ses côtés tous les jours, et lorsqu’elle avait refermé la porte de son appartement, elle s’était retrouvée un peu désemparée face au silence pesant qui y régnait. Lilly préférait les endroits bruyants, agités, animés, plutôt que les lieux silencieux, où ses pensées se perdaient dans des souvenirs qu’elle aurait définitivement préféré oublier. Pourtant, elle avait fini par s’accoutumer à son petit appartement lumineux, qui lui était devenu de plus en plus agréable. Pour marquer le coup de son emménagement, Izzie et Daniel, ses deux collègues et amis, avaient tenu à lui faire une surprise… Un peu curieuse, elle avait promis à son amie de ne pas refuser leur cadeau, quel qu’il soit, et s’était retrouvée, du jour au lendemain, avec un chat. Si les débuts avec l’animal n’avaient pas été très concluants, la jeune femme avait fini par s’attacher au petit animal baptisé Kenya, et qui passait la plupart de ses journées à dormir sur le canapé, roulé en boule.

Il y était toujours quand Lilly sortit de sa chambre en baillant à s’en décrocher la mâchoire. Elle lui jeta un coup d’œil amusé, avant de gagner la cuisine pour se préparer un café, qu’elle avala rapidement devant la rediffusion d’un épisode d’une série qu’elle avait tendance à regarder avec Charlotte lorsqu’elles étaient plus jeunes. Elle se força à ne pas passer la matinée devant, et se leva difficilement pour rejoindre la salle de bain. Une fois propre, habillée, elle se laissa tomber de nouveau sur le canapé, et poussa un soupir d’ennui. Elle était de congé aujourd’hui, parce qu’elle travaillait tout le week-end, et que ses heures supplémentaires étaient plutôt conséquentes, depuis quelques mois. Elle n’était pas mécontente de bénéficier d’un jour de repos, mais elle n’avait absolument aucune idée pour occuper sa journée. Elle loucha du côté du programme télévisé, et tomba sur un documentaire sur les fourmis devant lequel elle somnola une partie de la matinée. Jusqu’à ce que quelques coups furent toqués sur la porte, la tirant de son demi-rêve. Elle reprit ses esprits avant d’avancer vers l’entrée, curieuse de savoir qui venait lui rendre visite.

Un sourire s’étira sur ses lèvres lorsqu’elle découvrit le visage de sa meilleure amie sur le pallier. Sourire qu’elle perdu très vite face à l’expression de Charlotte, qui semblait complètement bouleversée. Lilly fronça les sourcils, inquiète, et interrogea la jeune femme du regard. L’aveu finit par arriver, et la laissa muette, sous l’effet de la surprise. Charlotte pensait être enceinte, se répéta-t-elle intérieurement, comme pour l’assimiler, sans bouger. Les sanglots de sa meilleure amie la firent revenir à réalité, et elle avisa le sac qu’elle tenait à la main. Cela ne lui prit que quelques secondes pour faire le rapprochement entre la situation et cet achat, et elle s’en empara doucement pour le poser sur un meuble. Enfin, elle attrapa l’auror par le poignet pour la faire entrer. Elle la mena jusqu’au salon et l’incita à s’asseoir sur le canapé, alors que les pleurs de la jeune femme ne tarissaient pas. La jeune femme prit place à côté d’elle, en posant sur elle un regard désolé.  Lilly connaissait Charlotte par cœur, et savait comment calmer ses chagrins. Toutefois, devant une détresse si immense, si évidente, elle se sentait parfaitement impuissante. Elle s’approcha de la jeune femme et posa sa tête sur son épaule, alors qu’elle lui frottait doucement le dos, attendant patiemment que la crise passe.

« Là… » souffla-t-elle son oreille « Ca va aller, calme-toi, je suis là. »

Elle continua à murmurer des mots sans vraiment de sens, destinés uniquement à apaiser la jeune femme. Elle se sentait si impuissante, et tellement désolée que Charlotte soit confrontée à ce doute. Elle était si heureuse, depuis quelques mois ! Elle avait été promue, elle avait emménagé avec Eliott, ils allaient se marier… Et si Lilly savait que sa meilleure amie désirait des enfants, elle était aussi parfaitement au courant qu’elle ne souhaitait pas en avoir avant ses trente ans, au minimum.  Sur ce point, l’Oubliator la comprenait parfaitement, l’une de ses plus grandes craintes étant de tomber enceinte sans le vouloir au préalable. Parce qu’elle savait pertinemment qu’elle ne pouvait pas offrir à un enfant ce dont il avait besoin. Elle était encore trop instable, elle avait encore des envies de voyager, de sortir tard le soir, de s’amuser, pour pouvoir envisager d’avoir un enfant.  Et elle savait très bien qu’un bébé n’était aucunement dans les plans de Charlotte, qui se plaisait à prévoir sa vie dans les moindres détails. Lorsque les pleurs de cette dernière se tarirent légèrement, Lilly se dégagea pour lui faire face, et encadra son visage de ses mains afin d’essuyer les dernières larmes qui coulaient sur ses joues. Puis, saisissant sa baguette, elle mit de l’eau à chauffer, et bien vite, deux tasses de thé vinrent se poser sur la table basse du salon. Elle en fourra une dans les mains de sa meilleure amie, et garda le silence quelques instants.

« Quoiqu’il se passe, tout ira bien. » déclara-t-elle d’une voix douce. « Tu n’es pas seule, tu m’as moi, tu as Eliott, tu as ta famille, tes amis… Ca ira. »

Elle lui passa une main dans les cheveux.

« Mais il n’y a qu’un moyen de savoir si tu es vraiment enceinte, Charlie. » lança-t-elle en jetant un coup d’œil au sac en plastique qu’elle avait déposé sur le meuble de l’entrée. « Il ne faut pas que tu te tortures plus longtemps, à rester dans le doute comme ça. Je sais que ça fait peur, Charlie, mais une fois que tu seras fixée, tu pourras agir en conséquence. » poursuivit Lilly en veillant à ne pas brusquer son amie. « Tout ira bien, tu verras. »


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte se laissa faire sans broncher lorsque Lilly lui prit le sac en papier des mains et elle n'opposa aucune résistance lorsque sa meilleure amie la guida jusqu'à son canapé tant elle avait l'impression que toute l'angoisse qu'elle avait refoulé pendant des jours et des nuits venait de l'envahir toute entière. Elle avait rangé cette peur dans un coin de sa tête pour pouvoir continuer à faire comme si de rien n'était mais l'achat du test de grossesse avait rendu tout cela si concret qu'elle n'avait pas pu continuer à prétendre que tout allait bien. Elle avait commencé à se poser des questions dès le premier jour : ses règles avaient toujours été plus que régulières et il avait suffit d'un seul jour de retour pour qu'elle soit assaillie d'un affreux doute. Elle avait bien essayé de se rassurer en mettant le retard sur le compte du stress du Bureau mais les jours étaient passés puis les semaines et rien n'était venu. Et elle avait beau se raccrocher à un dernier et infime espoir, elle savait parfaitement qu'avec deux semaines de retard, les chances qu'elle ne soit pas enceinte étaient maigres.

L'étreinte de Lilly l'apaisa peu à peu et Charlotte ferma les yeux, se concentrant sur les mots réconfortants de sa meilleure amie tandis qu'elle s'efforçait de respirer calmement pour reprendre ses esprits. Il était tentant d'abandonner et de se laisser aller dans les bras réconfortants de Lilly mais elle ne pourrait pas rester ainsi longtemps à nier la réalité et elle devrait affronter ce qu'il en était tôt ou tard. Elle adressa un semblant de sourire à Lilly lorsqu'elle essuya ses larmes et frotta ses yeux avec ses paumes tandis qu'elle respirait profondément. Elle saisit la tasse que lui tendait son amie avec reconnaissance et s'empressa de boire une gorgée du liquide brûlant au point de se brûler le bout de la langue mais elle s'en fichait. Elle hocha machinalement la tête lorsque Lilly lui assura que tout irait bien mais Charlie ne pouvait s'empêcher d'en douter. Oui, elle n'était pas seule mais la décision qu'elle prendrait avec Eliott allait changer leurs vies et cela la terrifiait. Elle ne voulait pas que cela arrive, tout était si bien en ce moment et elle ne voulait pas que ce bonheur bascule comme cela. Malheureusement, c'était arrivé et ils allaient devoir composer avec et c'était bien ce qui l'angoissait.

- Je suis en retard de deux semaines, Lils, souffla-t-elle.

Mais malgré cela, elle ne pouvait s'empêcher de se raccrocher à l'espoir que tout cela n'était dû qu'au stress ou à quelque chose d'autre qui ne serait pas une grossesse. Mais plus le temps avançait, plus l'espoir diminuait et plus elle repoussait le moment de faire le test pour ne pas se retrouver face à une réalité qu'elle ne pourrait nier. Une fois qu'elle aurait le résultat, elle ne pourrait plus faire machine arrière et cela serait le début du changement. Et cette idée manqua de la faire pleurer de nouveau, aussi s'empressa-t-elle d'avaler une longue gorgée de thé comme pour ravaler ses larmes.

- Qu'est-ce que je fais si je suis bien enceinte ? interrogea-t-elle, complètement désœuvrée. Je... Je ne suis pas prête. Et Eliott ne veut pas d'enfant maintenant, on en a déjà parlé et... Et j'ai été promue il n'y a même pas un an, je dois encore faire mes preuves et...

Elle posa sa tasse sur ses genoux, incapable de continuer.

- Je ne sais pas si j'ai le courage de faire ce test.

 Il le fallait pourtant, elle en avait bien conscience. Peut-être qu'elle s'était trompée, après tout ? Elle était vraiment sous pression au BDA et puis elle commençait à organiser le mariage était l'ampleur de la tâche était importante, cela avait peut-être influencé... Déterminée à se raccrocher à ce dernier espoir, Charlotte sortit sa baguette magique de la poche de sa jupe et fit venir à elle le petit sac qui contenait la fiole de potion test. Elle avait songé un temps à acheter un test moldu mais elle savait que ce dernier pouvait faire des faux positifs et elle n'avait pas voulu se faire peur ainsi aussi s'était-elle décidée pour un test magique. Un cheveu. Un seul cheveu et elle serait fixée. Et elle ne pourrait plus revenir en arrière. Charlotte inspira, échangea un regard désespéré avec Lilly et tira sur un de ses cheveux, sans faire attention à la douleur. Saisissant la dernière dose de courage Gryffondor qu'il lui restait, elle fit tomber le cheveu blond dans la potion.

- Dis moi toi, souffla-t-elle à Lilly en lui tendant la fiole. Je n'ose pas regarder.

Elle savait que le bleu serait sa délivrance tandis que le rose bouleversait sa vie mais elle avait bien trop peur pour supporter de voir la potion tourner lentement vers la couleur tant redoutée. Peut-être qu'elle n'était pas si courageuse qu'elle ne le pensait, finalement. Alors elle remonta ses jambes sur le canapé, posa son menton sur ses genoux et ferma les yeux pour fuir la réalité encore quelques instants. Parce qu'après, il serait trop tard.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
Lilly posa une main sur l’épaule de sa meilleure amie lorsqu’elle déclara avoir deux semaines de retard. Elle lui caressa doucement le dos, consciente que ce signe était de mauvaise augure. Il n’était pas définitif, évidemment – rien ne le serait avant que Charlotte ne consente à faire le test de grossesse. Un test qui avait le pouvoir de faire basculer complètement sa vie. S’il se révélait positif, si Charlotte était bien enceinte, alors une décision serait à prendre. Une décision qu’il faudrait ensuite assumer, jour après jour. Quelle parfaite injustice que sa meilleure amie ait à vivre ça ! Le scandale de Chaudrillon du début d’année avait encore des répercussions aujourd’hui, et Lilly trouvait ça parfaitement scandaleux – encore plus lorsque c’était l’une de ses proches qui était forcée de vivre un moment difficile à cause de cette stupide entreprise. Charlotte, qui avait toujours mené sa vie comme elle l’entendait, Charlotte, qui avait toujours eu envie de faire les choses progressivement, à son rythme. Voilà qu’elle se retrouvait chez elle, en larmes, parce qu’elle pensait être enceinte. Dépassée, Lilly prit quelques secondes pour respirer calmement, alors que sa meilleure amie lui exposait tous ses doutes, terrifiée à l’idée de faire le test de grossesse. Mais que pouvait-elle donc bien objecter à cela ? Lilly savait que Charlotte ne voulait pas d’enfant avant trente ans. Elle le lui avait dit et redit, dès qu’elles en parlaient toutes les deux. Aujourd’hui, sa vie allait peut-être changer, du tout au tout. Cela effrayait même Lilly, qui était pourtant extérieure à cela, d’une certaine manière.

« Si tu es vraiment enceinte… » commença-t-elle doucement « Tu iras en parler à Eliott, et vous prendrez une décision ensemble. Eliott t’aime, vous surmonterez cette épreuve ensemble, quoiqu’il se passe, j’en suis certaine Charlie. Vous trouverez une solution. Et puis je serais là, de toute façon. » affirma-t-elle avec force. « Mais il faut que tu fasses ce test, pour connaître la vérité, et pour ensuite aviser. »

Lilly se surprenait à prodiguer des conseils censés et raisonnés. Elle qui d’ordinaire préférait oublier les problèmes, plutôt que d’y faire complètement face ! Elle ne pouvait pas se le permettre, aujourd’hui. Si Charlotte était venue la voir, c’était parce qu’elle avait besoin d’être poussée, conseillée, écoutée. Et ce n’était pas comme si on pouvait occulter une grossesse comme on occultait une facture d’électricité. Les yeux de l’Oubliator se posèrent sur la fiole que sa meilleure amie tenait dans ses mains, le ventre noué par l’anxiété. Et dire que tout cela ne se jouait qu’à une couleur… Le bleu serait libérateur, tandis que le rose bouleverserait complètement sa vie, songea-t-elle en observant Charlotte faire tomber un cheveu dans la potion, avant de la lui tendre, déclarant qu’elle n’osait pas regarder. Lilly saisit la petite fiole, sans souffler le moindre mot. Alors que son amie fermait les yeux, ceux de l’ancienne Gryffondor étaient fixés sur la potion, redoutant le moment où viendrait le changement de couleur. Plusieurs secondes passèrent, interminables, comme si elles s’étendaient sur des heures entières.
Puis, lentement, la couleur commença à changer. Elle passa au mauve, avant d’atteindre un rose vif, ne laissant aucun doute sur le résultat.

« C’est rose, Charlie. » lança Lilly d’une voix faible. « C’est rose, tu es… Tu es enceinte. » lâcha la jeune femme, consciente de lâcher une véritable bombe dans la vie de sa meilleure amie.

Posant le test, Lilly prit son amie dans ses bras, demeurant muette. Elle la berça un long moment - un très long moment - , caressant ses cheveux blonds d’une main, et ne relâcha l’étreinte que pour vriller son regard dans le sien.

« Écoute-moi Charlie. » commença-t-elle en saisissant les mains de la jeune femme. « Je sais que tu as l’impression que tout s’écroule, que c’est la fin, mais ça ne l’est pas, d’accord ? Tu es enceinte, mais tu n’es pas seule, et tout va bien se passer. Eliott et toi, vous allez prendre cette décision ensemble. Et il n’y a pas de mauvaises décisions. Tu feras le choix qui te semble le meilleur, tout simplement. Si tu ne te sens pas prête à avoir un enfant, si Eliott ne l’est pas non plus, personne ne vous blâmera de ne pas le garder, met toi bien ça en tête. » déclara-t-elle avec force, avant de poser une main sur la joue de sa meilleure amie dans un geste de réconfort.

« Dis-moi ce que tu penses, là, à cet instant précis. » demanda-t-elle d’une voix plus douce.


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Oui, Eliott l'aimait et elle l'aimait en retour et ils formaient un couple solide et heureux mais Charlotte savait très bien que c'était ce genre de choses qui pouvaient délier un couple. Il ne s'agissait plus de se chamailler sur la date du début de leur relation ou sur le fait d'avoir un chien ou chat, c'était infiniment plus sérieux et cela aurait tellement plus de conséquences. Que faire s'ils n'étaient pas d'accord ? L'un d'entre eux serait forcément lésé et souffrirait et il en tiendrait rigueur à l'autre. Cela n’apparaitrait pas forcément les premiers temps mais cela finirait par ronger leur relation, ils s'éloigneraient et finiraient par au mieux se séparer, au pire se déchirer. Charlie ne voulait pas de ça, elle aimait Eliott, elle l'aimait plus que tout au monde, elle voulait qu'ils restent ensemble, que leur couple aille à son rythme sans devoir faire face à ce genre de situations. L'angoisse lui nouait l'estomac depuis des jours et elle avait beau essayer de se dire qu'ils seraient plus forts que cela, quoi qu'il advienne, l'idée de perdre Eliott était trop présente dans son esprit pour qu'elle arrive à s'en défaire.

Alors quand Lilly fit le test pour elle, Charlotte ferma les yeux et pria de toutes ses forces pour qu'elle ait fait une erreur. Elle n'avait jamais été croyante et n'aimait pas avoir tort mais à cet instant précis, elle aurait tout donné pour s'être trompée. Que ce soit l'angoisse ou un problème de santé, elle aurait aimé qu'une solution miraculeuse vienne la sortir de ce mauvais pas en expliquant le retard de ses règles. Une solution qui ne bouleverse pas sa vie comme une grossesse le ferait, quelque chose qu'elle pourrait régler facilement. Ce n'était pas une difficulté de sa vie d'adulte comme elle avait pu vivre depuis qu'elle était sortie de l'école, c'était un vrai chamboulement, c'était un moment décisif qui marquerait forcément sa vie et elle le savait parfaitement. Elle en parlait comme si elle était déjà enceinte, songea-t-elle quelques secondes avant que Lilly ne reprenne la parole. Mais c'était tout simplement parce qu'elle savait au fond d'elle que les chances qu'il y ait une autre explication étaient plus que minces.

Aussi, lorsque Lilly annonça d'une voix hésitante qu'elle était enceinte, le coup de marteau ne fut pas aussi violent que Charlotte le redoutait, tant elle s'attendait à cette réponse. Mais les choses étaient devenues si réelles, soudainement, qu'elle eut l'impression de sortir la tête de l'eau après y avoir passé deux semaines d'angoisse. Étonnamment, elle ne pleura pas. Elle avait déjà bien trop versé de larmes, sûrement. Elle se laissa attirer dans les bras de Lilly sans rouvrir les yeux et en s'efforçant de respirer - elle avait retenu sa respiration quand sa meilleure amie avait parlé - et en vidant son esprit de la moindre pensée, comme avant de jeter un Patronus. Elle avait toujours été trop émotive, trop sujette à ses émotions et même si elle s'était efforcée de rien montrer durant deux semaines, elle avait cédé aujourd'hui, devant Lilly. Elle allait se reprendre, s'intima-t-elle, garder la tête claire. Elle allait respirer, se calmer et réfléchir en adulte, posément. Elle allait garder son sang froid, comme une Auror. L'étreinte et les paroles de Lilly lui firent du bien et lorsqu'elle rouvrit les yeux, ses encores étaient encore rouges mais ils étaient secs.

- Je pense à la manière dont je peux assassiner chacun des dirigeants de Chaudrillon sans que personne ne retrouve jamais leurs corps.

Ce n'était peut-être pas très positif comme type de pensée mais cela fit étonnamment un peu de bien à Charlotte, se concentrer sur quelque chose qu'elle maitrisait. Elle avait l'impression que sa vie était en train de lui filer entre les doigts et elle avait besoin de se raccrocher à des choses tangibles, même si c'était de la colère contre Chaudrillon. Car elle était persuadée qu'elle n'avait pas oublié sa potion de contraception, elle avait toujours été d'une rigueur militaire sur sa contraception depuis qu'elle avait commencé à fréquenter des hommes de manière un peu plus approfondie. Au début de leur relation, Eliott et elle cumulaient même une protection moldue et une protection sorcière et s'ils avaient fini par se contenter que de la potion de contraception après les tests adéquats, Charlotte était persuadée qu'elle ne l'aurait jamais oubliée. Jamais. Elle avait toujours refusé de se retrouver dans ce genre de situation parce qu'elle voulait contrôler sa vie et détestait faire face aux imprévus.

Et voilà qu'elle se retrouvait enceinte alors qu'elle avait toujours fait attention et qu'elle avait même enquêté sur Chaudrillon. Quelle ironie. Enceinte. Elle n'arrivait même pas à réaliser toute la portée du mot, le fait qu'elle pourrait éventuellement donner naissance à un enfant dans neuf mois si elle laissait les choses se faire. Elle s'était toujours dit que si elle venait à se retrouver enceinte alors qu'elle ne l'avait pas choisi, elle avorterait. Mais c'était tellement plus facile de se dire cela alors qu'elle n'était pas concernée. Comment elle se sentirait, si elle avortait ? Est-ce qu'elle aurait des regrets ? Elle avait beau être enceinte, elle avait suivi assez de cours de biologie pour savoir qu'elle ne portait pas encore d'enfant. C'était une masse de cellules, voilà tout, songea-t-elle. Qui pourrait éventuellement devenir un enfant. Ce n'était pas des considérations sur la vie qui la questionnait à ce moment-là, c'était l'impact que cela aurait sur sa vie à elle. Est-ce qu'elle le regretterait au moment où elle choisirait de tomber enceinte, plus tard ? Et si elle n'y arrivait plus ? Et si elle s'en voulait ? Mais est-ce qu'elle pouvait porter et élever un enfant qu'elle n'avait pas choisi d'avoir ? Comment pouvait-elle aimer un bébé dont elle n'avait jamais voulu ?

-Je...

Elle n'était pas encore prête à énoncer ses considérations à voix haute alors qu'elles se battaient encore dans son esprit.

- Eliott n'est pas au courant, souffla-t-elle finalement. 


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
Lilly esquissa un petit sourire face à la première réplique de Charlotte, songeant qu’elle serait ravie de l’aider à assassiner les dirigeants de Chaudrillon. Ce qu’il se passait en ce moment, ce n’était pas juste. Sa meilleure amie n’aurait jamais dû avoir à faire face à cela. Lilly savait pertinemment que la jeune femme ne pensait pas aux enfants, et qu’elle ne souhaitait pas en avoir. Elle savait que ce qu’elle venait de lui annoncer avait bouleversé sa vie. Parce qu’elle était enceinte, et qu’elle avait un choix à faire. Et s’il était simple de dire qu’on était parfaitement certaine d’avorter si jamais un accident survenait, la réalité était toute autre. Lilly observa sa meilleure amie en fronçant les sourcils d’un air soucieux, inquiète pour elle. Elle savait que Charlotte était une personne forte, et qu’elle n’était pas du genre à s’écrouler si quelque chose allait mal. Non, elle avait une toute autre manière de gérer ça : elle se plongeait dans son travail, jusqu’à l’épuisement. Lilly le savait parce qu’elle avait déjà été témoin de cela, et parce qu’elle agissait de la même façon. Pourtant, cela ne la rassurait pas quant à l’état de la jeune femme – bien au contraire.

Lorsque sa meilleure amie lui avoua qu’Eliott n’était pas encore au courant, Lilly hocha doucement la tête, consciente que Charlotte avait déjà dû faire un gros effort pour venir la voir – même si cela la soulageait de constater qu’elle n’était pas dans un déni complet. Cependant, il restait encore à faire l’étape la plus difficile pour Charlotte : annoncer sa grossesse à Eliott, pour qu’ils puissent prendre ensemble une décision. Lilly s’approcha de la jeune femme et lui saisit la main, la serrant dans la sienne. Elle resta silencieuse quelques instants, avant de poser son regard sur son amie.

« Tu vas devoir lui dire, Charlie. » commença-t-elle. « Et ça ne sera pas facile, mais ça va bien se passer, d’accord ? Eliott t’aime, votre couple est solide, et ce n’est pas l’annonce de ta grossesse qui y changera quoique ce soit, entendu ? Il t’a demandé en mariage Charlie, ce n’est pas rien. Ca signifie qu’il est prêt à jurer qu’il te soutiendra dans n’importe quelle épreuve. Tu sais, pour le meilleur et pour le pire. » lança Lilly avec un léger sourire.

Elle était certaine qu’Eliott ne laisserait jamais Charlotte. C’était un homme bien, et il était fou amoureux de sa meilleure amie. Tout irait bien pour eux, voulait-elle se persuader.

« Vous allez prendre cette décision ensemble, et ce sera la bonne décision, quelle qu’elle soit. Et tout va bien se passer. » répéta-t-elle en déposant un bisou sur le front de la jeune femme.

Elle l’espérait, du moins. De toute façon, elle serait toujours là pour Charlotte, quoiqu’il arrive. Elle serait prête à l’accompagner n’importe où, dans n’importe quelle épreuve. Qu’elle décide – ou non – de garder l’enfant.

« Qu’est-ce que… Qu’est-ce que tu aimerais faire, toi ? » lui demanda-t-elle ensuite, en l’observant attentivement.

HRP:
 


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
- Je sais, soupira-t-elle lorsque Lilly lui dit qu'elle allait devoir le dire à Eliott. Je sais.

Elle n'avait juste pas la moindre idée de comment elle censé faire cela. Tout simplement parce que ce n'était pas censé se passer comme cela, elle n'avait jamais imaginé qu'elle se retrouverait dans cette situation à un moment de sa vie. Parce que Charlotte pensait toujours qu'elle choisirait le moment où elle deviendra mère, que cela serait un choix commun avec l'homme qui partagerait sa vie et que tomber enceinte serait un bonheur et non pas une catastrophe. Parce qu'elle se trouvait jeune, qu'elle voulait encore profiter de sa jeunesse pour vivre sans trop de contraintes et pour avoir tout le loisir de se consacrer à son travail, faire carrière, avant de se mettre un peu en retrait pour fonder une famille. Parce qu'avoir un enfant, c'était faire énormément de concessions alors que l'équilibre qu'elle avait actuellement lui convenait particulièrement, entre Eliott, ses amis et ce travail qu'elle adorait. Elle faisait des journées de douze heures régulièrement et cela lui plaisait mais ce n'était sûrement pas un rythme pour élever un enfant.

Mais en dehors de toutes ces questions, Charlie ne savait même pas si elle avait envie d'avoir un enfant maintenant. Elle n'arrivait même pas à réaliser, malgré le test de grossesse, qu'elle était enceinte, qu'elle portait un enfant en elle à cet instant précis. C'était tout simplement irréel, quasiment inconcevable. Charlotte ne se sentait pas enceinte. Alors songer au fait d'avoir ou non un enfant dans neuf mois... Moins de neuf mois en plus, corrigea-t-elle, en songeant à son retard de règles qui commençait à dater. Elle hocha la tête machinalement tandis que Lilly faisait de son mieux pour la réconforter mais en réalité, elle était complètement plongée dans le tourbillon de ses pensées, partagée entre ses angoisses et son désappointement.  

- Je ne sais pas, répondit-elle honnêtement lorsque sa meilleure amie lui demanda ce qu'elle voulait faire. Je n'en n'ai pas la moindre idée. Je ne réalise même pas encore très bien alors prendre une décision...

Elle se tut pendant quelques secondes, le cœur battant à tout rompre, prise d'un vertige immense tandis que l'idée commençait à se frayer un vrai chemin dans son esprit.

- Je crois que, très ironiquement, j'ai besoin d'un verre.

Elle eut un rire nerveux en passant une main sur ses yeux.

- Avoir un bébé, c'est censé être un truc joyeux, non ? Et moi, j'ai l'impression que le monde vient de me tomber sur la tête. Comment je pourrais aimer un enfant que je n'ai même pas désiré, hein ?

L'idée lui arracha un sanglot et elle ferma les yeux pour retenir des larmes. Elle était à fleur de peau en ce moment et elle avait l'impression qu'elle allait craquer. Le Bloody Sunday avait été une horreur et elle en avait fait des cauchemars, enchainée par la culpabilité, à se repasser en tête sans cesse ses erreurs, ce qu'elle n'avait pas fait, ce qu'elle aurait dû faire, les corps ensanglantés, les cris d'horreur... Ils avaient été lynchés dans la presse avec Dalnox dans les jours qui avaient suivi mais Charlotte devait déjà composer avec sa propre culpabilité sans que la presse en rajoute. Puis ils avaient dû redoubler d'efforts dans les jours qui avaient suivi puis il y avait eut les doutes concernant une éventuelle grossesse... Et le verdict final.

- Je pense que j'ai besoin de temps. Et de taper dans quelque chose.

Histoire d'évacuer ses angoisses et sa nervosité. Depuis qu'elle était entrée au BDA, Charlotte s'était découvert un amour pour le sport qu'elle ne soupçonnait pas. Elle courrait, s'entrainait avec ses collègues toutes les semaines... Et à ce moment très précis, elle avait vraiment besoin de balancer quelques sorts offensifs pour se vider la tête. Ce n'était peut-être pas très pacifique pour une femme enceinte mais après tout, elle l'était aussi pendant le Bloody Sunday.

- Il faut que je prenne l'air, souffla-t-elle en se levant.



All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
« Malheureusement, je ne peux pas t’offrir ça… » déclara Lilly lorsque Charlie lui avoua qu’elle avait besoin d’un verre. Elle ne laisserait pas sa meilleure amie enceinte boire, il en était hors de question ! « D’ailleurs, même je le voulais, je ne pourrais pas… Harriet a vidé toutes mes réserves quand elle est venue me voir ! » plaisanta la jeune femme.

Sa plaisanterie tomba toutefois à l’eau, et elle s’empressa de reprendre sa meilleure dans ses bras lorsqu’elle vit qu’elle était au bord des larmes. Dans cette situation, elle se sentait parfaitement désemparée. Que pouvait-elle dire ? Malheureusement, il n’y avait pas de solutions miracles… Charlotte et Eliott pouvaient décider de garder l’enfant, ou d’interrompre la grossesse. Quoiqu’il en soit, il y aurait des conséquences qu’il faudrait assumer. L’Oubliator était réellement désolée pour Charlotte et elle lui frotta le dos un long moment, consciente que, vu dans l’état dans lequel Charlie devait se trouver, il n’y avait rien de mieux à faire. Elle resta longuement dans cette position, réfléchissant simplement à la conduire à tenir. Il n’était pas question qu’elle laisse Charlotte toute seule pour l’instant. Elle était en ce moment la seule au courant, et elle n’était pas certaine que Charlie puisse avouer la vérité à Eliott si elle rentrait maintenant.

« Tu sais, les choses joyeuses n’arrivent pas toujours quand on les décide. » déclara Lilly en se dégageant un peu de l’étreinte. « Et parfois, elles ne sont pas toujours joyeuses tout de suite. Parfois, il faut un peu de temps pour être heureux, pour réaliser. » elle lui caressa doucement les cheveux. « Tu verras bien comment ça se passe pour toi. »

Elle haussa les épaules, avant de se lever du canapé. Charlotte se réjouirait peut-être de la nouvelle. Elle avait surtout besoin de temps pour assimiler sa grossesse… Lilly lui tendit la main pour se relever.

« Allez, on va prendre l’air ! » annonça-t-elle, catégorique. « On va faire le tour du voisinage. Et puis, il y a parc pas très loin. Tu pourras taper dans les mamies si tu as besoin. Ou dans les pigeons. » ajouta-t-elle après un instant de réflexion. « Puis, sur le chemin du retour, on pourra se prendre une énorme pizza. Parce que je mange les meilleures pizzas de tout Londres depuis que j’habite ici ! Une énorme pizza avec plein de fromage, donc. Et il y a un film de filles à la télé ce soir, donc on va passer la soirée ensemble, j’ai décidé ! Tu ne peux pas refuser, j’ai de la glace au chocolat, au caramel, et au marshmallow. » argua Lilly en souriant.

Sans cesser de bavasser ainsi, Lilly entraîna sa meilleure amie dehors, dans l’espoir de lui changer – un peu - les idées. Elle pourrait peut-être évoquer les potins du Ministère, songea-t-elle alors qu’elles marchaient côte à côte…

RP terminé !


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Shake it out [Lilly]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merci A Lilly,Peluche,CC, et Clémennnnnt!!!!!
» Bois son Milk-Shake(libreeeuh XD)
» shake et fidget
» 03. Shake it like you're from Memphis ! | Abby
» Lilly Kane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-