AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Phenomenal Women [Juliana][Vendredi 13 Juin][20h]

InvitéInvité


Le soleil était allé se cacher derrière les immeubles et, sur la petite place, les ombres commençaient à s'étirer. Après l'écrasante chaleur de la journée, la baisse de température était bienvenue; depuis le rebord de fontaine qu'elle avait choisi pour scène voilà plus de deux heures, Joan voyait passer de plus en plus de badauds sur les visages cramoisis desquels se lisait la satisfaction de pouvoir se promener bras nus dans la ville en cette heure tardive.

Elle avait renoncé à jouer debout depuis un bon moment, préférant s'asseoir au bord de l'eau clapotante, sa guitare sur les genoux, pour donner son récital. C'était moins rock'n roll, certes, mais beaucoup moins fatigant, et elle aurait besoin de toutes ses forces, physiques comme mentales, si elle espérait pouvoir continuer à jouer encore longtemps; ses doigts étaient endoloris à force de presser les cordes métalliques contre le manche de bois, et elle mourait d'envie de poser son instrument, de se rouler une clope et d'aller boire une bière bien fraîche à la terrasse du petit café qui lui faisait face et sur lequel elle lorgnait depuis qu'elle avait posé son barda sur les pavés de la place. Mais sur la housse qu'elle avait étalée à ses pieds sur le sol, il n'y avait rien d'autre qu'une poignée de Noises, deux Mornilles et une pastille de Gerbe qu'un gosse hilare avait déposée là sous les encouragements de toute une bande de mioches prudemment planqués à l'angle d'une ruelle. Une bien maigre recette pour une si longue journée de travail, et encore, les Mornilles, c'était elle qui les avait mises là pour donner l'exemple.

Elle laissa le dernier accord de Romance in the Chamber of Secret résonner un peu avant d'entamer un refrain bien connu des Snitch Boys. Interpréter de la variétoche lui faisait mal jusque dans son médiator, mais voilà bien longtemps qu'elle avait compris que dans ce business, pour gagner sa mousse, il fallait savoir faire plaisir aux gens. Or la grande majorité de ses clients étaient malheureusement amateurs des Bizzar'Sisters plus que des DragOns ou de Son of a Witch, et si elle ne se gênait pas pour saupoudrer de temps en temps son récital de bonnes vieilles chansons à texte, elle était bien obligée, le reste du temps, de céder à la dure loi du marché et de servir aux passants toute une tripotée de chansons d'amour à deux Noises; la couleur nouvelle que leur donnait son timbre grave ne parvenait pas à compenser l'ineptie de leurs paroles et le manque d'originalité de leurs mélodies.

Enfin, cette stratégie, si elle s'était souvent révélée efficace par le passé, ne semblait pas avoir porté ses fruits aujourd'hui; à peine de quoi se payer un coup à boire, c'était presque à vous dégoûter de la mendicité. Joan, pourtant, ne se faisait pas de cheveux blancs; elle était bien, la petite place était charmante, la chaleur estivale avait déjà commencé à raccourcir les robes des passantes qui dévoilaient de plus en plus fréquemment d'élégantes paires de jambes et la nuit s'annonçait chaude; elle avait beau ne pas savoir si elle mangerait ce soir, elle ne parvenait pas à s'inquiéter.

Elle continua donc à jouer, sa voix rauque s'élevant dans la douceur du soir, observant le ballet sans fin des croquantes et des croquants, tous ces gens bien intentionnés qui avaient visiblement un goût exécrable en matière de musique puisque aucun ne s'arrêtait pour l'écouter et se demandant vaguement si sa mauvaise fortune pouvait être mise sur le compte de la date.

C'est alors qu'elle aperçut, là-bas, une silhouette familière. Sa surprise fit trébucher ses doigts qui plaquèrent sur les cordes un accord qui n'avait rien d'académique; elle n'en continua pas moins de chanter, vu que le show must go on et toutes ces conneries d'artiste, mais son regard baladeur était maintenant fermement arrimé à la grande jeune femme aux épais cheveux bruns qu'elle avait reconnue comme n'étant autre que McNeil, l'une de ses camarades de l'OFFRE. C'était une agréable surprise de la voir ici, loin du contexte militant dans lequel se déroulaient d'ordinaire leurs rencontres, et son instinct lui intima l'ordre d'aller immédiatement la saluer; mais cette impulsion fût presque aussitôt freinée par une soudaine hésitation. Elle était loin d'être proche de McNeil, ayant tout juste échangé quelques mots avec elle en réunion, mais se sentait étrangement réticente à l'idée de s'exposer ainsi au regard de quelqu'un qu'elle connaissait, ne serait-ce que de nom. Personne, après tout, n'était au courant de la façon dont elle vivait depuis quelques temps; sa situation avait beau n'avoir rien de honteux, elle n'avait pas tenu à faire étal, et l'idée que sa soeur de combat la découvre mendiante n'était pas des plus séduisantes. Elle débattit donc intérieurement pendant quelques secondes, hésitant entre faire profil bas et céder à son instinct premier, et finit par trancher pour la seconde option; après tout, elle n'allait pas se planquer, c'était ridicule, de quoi avait-elle peur exactement, du jugement d'une camarade, et puis quoi encore; et puis elle n'était pas mendiante, elle était artiste. Artiste de rue. Elle pouvait être fière.

Elle intercepta donc le regard de la jeune femme et, gratouillant sur son instrument un arpège aussi simple que mélodieux - que demande le peule -, elle entonna d'une voix sonore l'Hymne des Femmes.
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1257

Voir le profil de l'utilisateur
"Ca f'ra deux gallions ma p'tite dame !"

Juliana glissa une main dans sa bourse en peau de dragon et en sortit deux pièces d'or qu'elle déposa avec entrain sur le comptoir. La serveuse ne dépensait pas ce genre de sommes pour quelque chose d'aussi volatile que de l'alcool très souvent. Les pintes de bière étaient bien plus dans ses moyens que cette belle bouteille de vin des elfes raffiné, ce qui ne la dérangeait pas vraiment d'ailleurs. Juliana n'avait jamais été attirée par le luxe, les grands restaurants et les grands crus que l'on y servait, leur préférant de loin les breuvages plus populaires. Pour une fois, cependant, elle avait économisé sur ses pourboires afin de pouvoir se permettre cet achat, afin de garnir la table du prochain repas d'anniversaire de Joel. Vingt-trois ans, cela commençait à faire, et ils avaient décidé de cuisiner un bon repas avec leurs proches amis pour changer un peu de la traditionnelle tournée des bars.

Après avoir salué le vendeur, Juliana saisit le sac contenant sa bouteille soigneusement emballée et quitta la petite boutique à regrets. Il y faisait frais, ce qui tranchait agréablement avec l'air étouffant de Londres. Heureusement, le début de soirée avait apporté une légère brise de fraicheur pendant que Juliana faisait ses achats, aussi elle décida de rester flaner un peu plus longtemps. Comme elle travaillait sur l'Allée des Douze Chênes, qui n'avait pas grand chose à envier au Chemin de Traverse, Juliana se rendait rarement sur la célèbre rue londonienne et décida de profiter encore un peu. Le temps invitait à la paresse, si bien qu'elle avait faillit prendre un coup de soleil en mangeant une glace en terrasse avec son frère un peu plus tôt dans la journée.

Sifflotant l'air des Wands N' Roses qu'elle avait dans la tête, Juliana avança un peu au hasard en léchant les vitrines, rêvassant vaguement à Alicia et à un cadeau qu'elle pourrait lui faire. Est-ce que l'on s'offrait des fleurs, entre filles ? Pourquoi pas, après tout, mais pas ce mois-ci, ses économies étaient passées dans l'anniversaire de Joel... Un soupir de bien-être s'échappa de ses lèvres quand elle parvint sur une jolie petite place animée, et elle ralentit instinctivement le pas à la vue du café qui lui tendait les bras. Elle tergiversa un instant, hésitant à rentrer en pensant à l'appartement qu'elle devait nettoyer en vue de la soirée de demain, mais l'idée de profiter encore un peu du beau temps la retint. Elle allait s'asseoir quand une belle voix grave et vaguement familière retentit dans les lieux, accompagnée de quelques accords. Cela lui rappelait la Grand' Place de la cité Nimbus où il n'était pas rare de croiser quelques musiciens improvisés... Reconnaissant la mélodie, elle tourna la tête en direction de la chanteuse avant de plisser des yeux.

Elle la connaissait, cette fille là ! Il aurait été difficile de la confondre avec une autre, avec sa crinière blonde et épaisse qui attirait le regard. Joan Banks était l'une de ses camarades de l'OFFRE, et elles avaient déjà échangé quelques mots, sans plus, si bien que Juliana n'avait pas la moindre idée de ce que faisait cette jeune femme de ses journées. A vrai dire, jamais elle ne l'aurait imaginée en train de chanter sur une place londonienne pour gagner quelques misérables pièces. Qu'imaginait-elle au juste ? Une serveuse comme elle, sans doute, ou bien une artiste se produisant dans l'un des petits théâtres moldus de Bristol, ou encore une ouvrière car c'était bien là le premier vivier de membres des associations dans le genre de l'OFFRE. Quelqu'un qui ne roulait pas sur les diplomes et sur l'or mais probablement pas quelqu'un qui comptait sur la générosité des gens pour vivre... Car cela semblait bien aléatoire, la générosité des gens, à en juger par le maigre contenu de l'étui de Joan.

Après un instant de réflexion, Juliana rejoignit Joan. Elle dissimula aisément sa gêne derrière un sourire et s'immobilisa à deux pas de la fontaine, un peu hésitante quant à la conduite à tenir. Faire comme si elle n'avait pas vu Joan n'était pas une option, et elle n'en avait de toute façon pas envie, mais la situation restait un peu délicate. Qu'était-elle censée dire à une camarade de l'OFFRE qui mendiait dans la rue, elle et sa bouteille de luxe ? Elle mit néanmoins son embarras de côté, désireuse de discuter avec Joan. Une foule de questions se bousculait dans son esprit et elle réalisa qu'elle ne parlait jamais que de politique avec ses collègues de l'OFFRE, si bien qu'elle ne savait rien de leurs vies. Il n'était jamais trop tard pour cela, d'autant plus que Joan semblait avoir une existence pour le moins singulière...

"Très jolie voix", dit-elle avec sincérité. Juliana n'aimait pas sa voix, qu'elle jugeait trop grave et pas assez mélodieuse, tandis que celle de Joan était chaude et agréable.

"Mais les recettes n'ont pas l'air bonnes... J'allais boire un coup, tu me tiens compagnie ?", proposa-t-elle en désignant le café d'en face d'un signe de tête.




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Phenomenal Women [Juliana][Vendredi 13 Juin][20h]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» Bon vendredi 11 fevrier
» Capitol Punishment nouveau PPV Juin 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Chemin de Traverse,-