AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Les désenchantements [Eliott]

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Vendredi 4 Juillet 2008

Il était près de minuit ce soir-là lorsque Charlotte transplana dans la petite cour de son immeuble, persuadée que personne ne s'y trouverait à une heure aussi tardive. Il fallait dire qu'elle commençait à prendre l'habitude d'avoir de telles horaires, étant donné que cela faisait plus d'une semaine qu'elle ne quittait pas le Bureau avant au moins vingt-trois heures. Il aurait été facile de blâmer le Bloody Sunday et ses retombées pour ces horaires - cela entrait d'ailleurs en jeu - mais si Charlie rentrait si tard, c'était tout simplement pour ne pas à avoir à faire face à Eliott. C'était très lâche et elle le savait très bien, elle culpabilisait beaucoup à l'idée de le fuir ainsi mais elle n'avait toujours pas trouvé la force de lui parler de sa grossesse. Il faudrait bien pourtant et elle en avait conscience, parce que plus le temps passait, plus il devenait urgent de prendre une décision, mais elle n'arrivait pas à se résoudre à le faire. Elle n'avait pas la moindre idée de la manière dont elle devait l'annoncer et l'idée lui tordait le ventre. Qu'est-ce qu'elle espérait ? Que le problème disparaitrait tout seul et que tout irait mieux dans le meilleur des mondes ? Il ne s'agissait pas d'un simple rhume mais d'une grossesse et elle allait devoir se décider à l'annoncer à Eliott, pour qu'ils puissent prendre une décision ensemble.

Mais pas ce soir, songea-t-elle en enfonçant doucement sa clé dans la serrure pour faire le moins de bruit possible. De toute manière, son fiancé devait déjà dormir : elle lui avait envoyé un Patronus vers dix-neuf heures pour lui dire de ne pas l'attendre, comme maintenant tous les soirs depuis plus d'une semaine. Peut-être ce week-end ? Dimanche ? Elle n'était pas de garde et ils auraient toute la journée pour parler. Dimanche, cela semblait bien. D'ailleurs, tous les autres jours où elle s'était promis de lui dire avant de reculer lui semblaient bien, aussi. Elle n'avait de cesse de tout remettre à demain et changeait de sujet à chaque fois qu'elle aurait pu avoir l'occasion de le dire à Eliott. Elle attendait le bon moment, se répétait-elle. Mais qu'est-ce que cela pouvait être, le bon moment pour annoncer une grossesse totalement imprévue et malvenue ? La porte s'ouvrit sur leur petite entrée dans un léger grincement tandis qu'elle s'empressait de rejoindre la fraicheur de l'appartement, qui n'était pas plongé dans le noir comme elle s'y était attendue.

Pas vraiment très détendue à l'idée qu'Eliott soit réveillé, elle retira ses chaussures avant d'avancer vers le salon, l'estomac noué. Le comble étant que son fiancé lui manquait, à force de ne faire que le croiser brièvement le matin. Elle avait envie de repasser des soirées entières avec lui, qu'ils sortent au restaurant ou juste se promener, elle avait envie de pouvoir se blottir contre le canapé contre lui sans être terrifiée à l'idée de la conversation qu'ils devaient avoir. Elle avait tellement peur qu'il devine quelque chose dans son attitude qu'elle avait préféré le fuir plutôt que de prendre le problème à bras-le-corps dès le début. Et plus le temps passait, plus les choses devenaient difficiles. Eliott était installé dans le salon, devant la télévision, et elle ne pouvait décemment pas faire comme si elle ne l'avait pas vu.

- Hey, souffla-t-elle dans l'encadrement de l'entrée, pas vraiment décidée à approcher. Tu ne dors pas ? interrogea-t-elle bêtement, alors qu'elle avait la réponse devant les yeux. C'était pas la peine de m'attendre, tu sais...



All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 381

Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y avait pas grand-chose d'intéressant à la télé un vendredi soir à plus de minuit, sans doute pour encourager les gens à faire autre chose de leur soirée, mais Eliott était décidé à rester dans le salon de leur petit appartement pour attendre Charlotte, bien que celle-ci lui ait demandé de ne pas le faire. Il avait reçu son patronus quelques heures plus tôt, qui contenait exactement le même message que la veille, et que l'avant-veille, et que l'avant-avant-veille : elle finirait tard, ce n'était pas la peine de l'attendre. La jeune femme finissait tard tous les jours depuis plus d'une semaine, et cela commençait l'inquiéter un peu.

Il la croyait évidement quand elle disait qu'elle avait énormément de travail suite aux retombées du Bloody Sunday -cela avait été un véritable carnage- mais il sentait également qu'il n'y avait pas que ça. C'était plus que seulement le travail, il le devinait à son attitude. Même quand elle était là, elle n'était pas vraiment présente, et il avait tout simplement l'impression qu'elle le fuyait. Il avait commencé par se dire qu'il était complètement parano -et qu'il devrait arrêter les mauvaises séries policières, d'ailleurs- mais plus les jours passait plus cette impression se concrétisait. Même lorsqu'ils se croisaient vingt minutes le matin, avant de partir tous les deux travailler, elle fuyait son regard, lui adressait à peine la parole, prétendait être pressée. C'était devenu insupportable, aussi avait-il décidé de l'attendre ce soir pour lui en parler.

Il était plutôt du genre à éviter ce genre de conversation d'habitude, les discussions sérieuses n'étaient pas vraiment son fort. La tentation de faire comme si de rien n'était et de subir la situation jusqu'à ce qu'elle s'arrange d'elle-même était grande, mais il ne voulait pas prendre le risque que sa relation avec Charlotte se détériore dans de longues semaines de silence. Il voulait au moins essayer de comprendre ce qui n'allait pas, même si cela signifiait confronter sa fiancée, qui n'avait vraisemblablement aucune envie de lui en parler. S'il avait tant attendu pour l'interroger, c'était parce qu'il craignait un peu ses réponses...Peut-être préférerait-il ne rien savoir, après tout. Et si elle voyait quelqu'un d'autre ? Ou si elle s'était juste lassée ? Si elle ne voulait plus l'épouser ?

Toutes ces hypothèses étaient aussi angoissantes les unes que les autres, et il essayait de ne pas trop y penser -il savait qu'il avait tendance à se faire des films, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. Il regardait l'écran sans le voir, en revivant les dernières semaines à la recherche d'un indice qu'il aurait loupé, quelque chose qu'il aurait fait, ou dit, et qui justifierait l'attitude distante de sa fiancée. Peut-être qu'il s'était passé quelque chose au boulot, et dans sa famille, mais il ne comprenait pas pourquoi elle ne lui en aurait pas parlé, ils partageaient presque tout.

Il était toujours en train de se torturer quand il entendit enfin le bruit de la clé dans la serrure. Il se retourna pour accueillir Charlotte avec un sourire qui se voulait enjoué mais qui manquait cruellement d'enthousiasme tant il appréhendait la discussion qu'il s’apprêtait à lancer.

- Je sais, répondit-il quand elle assura que ce n'était pas la peine de l'attendre.

Il se leva et s'approcha de la jeune femme pour lui voler un baiser, autant pour se rassurer que pour gagner un peu de temps. Il attrappa sa main et l'entraina vers le canapé.

-Tu me l'as dit tout à l'heure, reprit-il en s'asseyant. Et hier, et avant-hier, et...Il ne prit pas la peine de poursuivre la liste, et se gratta nerveusement la nuque. Tu m'évites ?

Il s'arma d'un sourire qui se voulait détendu, comme s'il prenait ça avec humour, mais son ton n'était pas aussi léger qu'il l'aurait voulu, et sa voix trahissait son inquiétude. Il commençait à regretter d'avoir posé la question. Et le regretterait encore plus quand il aurait la réponse.


Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
L'angoisse tordait l'estomac de Charlotte et n'arrangeait pas la nausée qu'elle trainait depuis le matin. A vrai dire, elle avait beau essayer le plus possible de mettre de coté le fait qu'elle était enceinte, elle en sentait de plus en plus les effets au fil des semaines. Elle était enceinte de presque deux mois et les nausées matinales s'intensifiaient, sans parler de la fatigue qu'elle essayait de dissimuler du mieux qu'elle pouvait. Le plus difficile étant surtout qu'elle commençait à ne plus supporter l'odeur du café, elle qui s'en était gavée pendant des années et des années. Il était presque étonnant qu'Eliott ne soit rendu compte de rien : il fallait croire que sa note en Filature et Tapinois n'avait pas baissée depuis qu'elle était devenue Auror titulaire.

Elle savait qu'elle ne pourrait pas continuer longtemps comme cela, tout simplement parce qu'il faudrait prendre une solution au plus vite. L'idée d'avorter était toujours présente dans son esprit mais elle ne pourrait pas prendre cette décision seule, cette grossesse la concernait elle, oui, mais également Eliott. Charlotte se raccrochait au coté biologique de la chose pour essayer de garder un esprit clair et rationnel : elle ne portait pas encore d'enfant, elle portait un embryon. Certaines aurait trouvé horrible cette manière de penser - elle avait eu le malheur de plonger le nez dans une revue de grossesse magique - mais contrairement à d'autres victimes des défaillances Chaudrillon, Charlie avait été élevée dans le monde moldu qui était un peu plus ouvert sur toutes les questions d'avortement, du moins, en Grande-Bretagne. Elle trouvait scandaleux qu'on ne puisse pas avorter à Sainte-Mangouste mais elle savait que cela ne conditionnerait en rien sa décision : elle irait dans le monde moldu s'il le fallait.

Malgré tout, cette décision devrait être prise avec Eliott et pour cela, il fallait lui en parler. C'était trop facile de toujours tout remettre au lendemain sans affronter ses responsabilités. Mais cette annonce allait bouleverser tellement de choses entre eux et cela lui faisait si peur qu'elle préférait se taire pour conserver ne serait-ce qu'un peu l'insouciance de leur relation. S'il y en avait encore, songea-t-elle en croisant le regard de son fiancé au moment où il l'embrassa. Évidemment qu'il avait remarqué qu'elle était bien plus absente, bien plus lointaine. Mais chaque moment qu'elle passait avec Eliott lui rappelait ce qu'elle était en train de lui cacher et cela devait insupportable. Elle passait la nuit à se retourner, cherchant une solution miracle ou la meilleure manière de lui annoncer qu'elle était enceinte alors qu'ils ne voulaient pas d'enfants pour l'instant. Elle voulait attendre le bon moment, mais peut-être que ce moment n'existait pas. La conversation qui suivrait serait la même et les difficultés aussi. Peut-être qu'elle devrait tout simplement arrêter de fuir et arrêter de tout remettre au lendemain. Malgré ces résolutions, elle ne put s'empêcher de protester faiblement lorsque Eliott l'entraina vers le canapé, sentant que s'ils se posaient ainsi tous les deux, elle ne pourrait pas garder le secret plus longtemps.

- Il est tard, je suis crevée... On ne pourrait pas parler demain ? demanda-t-elle en s'asseyant néanmoins.

Et demain, elle trouverait encore une bonne excuse, ainsi que le surlendemain et les jours qui suivraient. Elle devait lui en parler. Elle n'avait plus le choix de toute manière. Son test remontait à plus d'une semaine, Lilly savait qu'elle était enceinte et Eliott, qui était pourtant le père, n'en savait rien. C'était horrible, elle en avait conscience et elle n'avait pas le droit de lui cacher plus longtemps. Elle n'arriverait pas à gérer cette situation seule, elle avait besoin de lui. Et même si c'était effrayant de bouleverser ainsi leur vie de couple, elle n'avait pas le choix. Elle était enceinte, elle le savait, ce n'était même plus une supposition. Si elle laissait faire les choses, ils pourraient devenir parents dans un peu plus de sept mois. Elle ne pouvait plus se cacher désormais.

- Non, répondit-elle faiblement, presque par automatisme quand il lui demanda si elle l'évitait.

Et pourtant, c'était le cas. Et c'était tellement évident qu'il ne servait à rien de le cacher.

- En fait... si, corrigea-t-elle d'une voix plus forte, en relevant la tête pour regarder son fiancé dans les yeux.  

Rassemblant tout son courage, Charlotte prit une grande inspiration, décidée à arrêter de fuir son propre petit-ami par angoisse.

- Je dois te parler de quelque chose depuis quelques temps et... Et je ne savais pas comment te le dire, je crois que j'attendais le bon moment.

Elle fit tourner nerveusement sa bague de fiançailles autour de son annulaire gauche, cherchant les bons mots pour l'exprimer.

- Mais je crois qu'il n'y a pas vraiment de bon moment pour ça, en fait, ajouta-t-elle en baissant les yeux. Ces derniers temps, tout était parfait et je n'ai pas voulu... Enfin, je crois que j'avais un peu peur de ta réaction. C'est toujours le cas, d'ailleurs, avoua-t-elle à voix basse. Mais je ne peux pas te le cacher plus longtemps, parce que ça nous concerne tous les deux et...

Elle pouvait le faire, elle pouvait lui dire. Elle avait déjà annoncé des choses bien pires qu'une grossesse, non ? Mais avant, tout était au sein du travail, elle n'avait jamais été si personnellement concernée. Elle connaissait les mots sur le bout des doigts, ils avaient tourné dans sa tête pendant des semaines et des semaines, tandis qu'elle doutait et encore plus après que le test se soit révélé positif.

- Je ne sais pas comment te l'annoncer, révéla-t-elle tout simplement, la gorge nouée.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 381

Voir le profil de l'utilisateur
En général c'était plutôt lui qui repoussait toujours les choses sérieuses à plus tard, et Charlotte réussit presque à le convaincre d'en parler le lendemain matin, prétextant qu'elle était fatiguée et qu'il était tard - ce qui était le cas après tout. Néanmoins, la jeune femme s'était déjà assise et l'inquiétude d'Eliott fut ravivée lorsqu'elle avoua qu'elle l'évitait en effet. Ce n'était pas vraiment la réponse qu'il avait espéré. Charlotte poursuivit en expliquant qu'elle devait lui parler de quelque chose depuis un certain temps mais qu'elle voulait attendre le bon moment.

Face à la nervosité de sa fiancée, Eliott faillit lui concéder que ça ne l'était peut-être pas, le bon moment. Il n'était plus certain d'avoir envie de savoir, maintenant. Quoi que ce soit, ça n'avait pas l'air d'une bonne nouvelle, alors ils pouvaient très bien attendre demain. Laisser la nuit passer, et faire comme si tout allait bien, non ? C'aurait été trop beau. Malheureusement ça ne pouvait pas se passer comme ça, non. Il était trop inquiet pour attendre davantage maintenant, et puis il n'aimait pas voir Charlotte dans cet état. Il voulait croire qu'une fois qu'ils auraient parlé de...de ce dont ils devaient parler, ça irait mieux. Il détestait le sentir fuir son regard et s'angoisser comme ça.

- Hé, doucement, souffla-t-il en posant une main sur celles de Charlotte qu'elle tordait nerveusement. Tout va bien, d'accord ?

Du moins, il lui semblait que tout allait bien, jusqu'à présent en tout cas. Mais les paroles de Charlotte lui firent réaliser qu'il avait peut-être parlé un peu vite. Elle lui assura pourtant que tout était parfait, justement, et que c'était pour cette raison qu'elle n'avait rien dit. Parce qu'elle avait peur de sa réaction. Eliott fronça légèrement les sourcils. Il était certain de ne plus vouloir savoir maintenant, parce qu'il avait la certitude que ce qu'il allait entendre ne lui plairait pas. Malheureusement, il était un peu tard pour reculer maintenant, et une petite voix -la voix de la raison certainement- lui soufflait qu'il fallait qu'ils en parlent maintenant, que ce n'était pas bon de laisser ça trainer.

- Je suis sûr que ce n'est pas si grave que ça... assura-t-il autant pour encourager Charlotte que pour essayer de se rassurer lui-même.

Il avait beau se dire qu'il ne devait surtout pas s'imaginer le pire, il ne pouvait s'empêcher de songer à ce qui pouvait bien mettre Charlotte dans un tel état. C'était forcément quelque chose d'assez grave pour qu'elle craigne tant sa réaction, et même s'il essayait de ne pas y penser, il commençait à croire que ça n'allait pas lui plaire du tout. L'aurait-elle trompé ? Il ne voulait pas le croire, il avait une confiance aveugle en sa fiancée et le seul fait d'y penser lui faisait mal. Et si elle voulait juste le quitter ? Si elle n'avait plus envie de ce mariage et voulait simplement mettre un terme à leur relation ? Il chasse rapidement ces sombres idées de sa tête et pressa un peu les mains de Charlotte dans les siennes comme pour s'accrocher à elle.

Elle disait que cela les concernait tous les deux, et il voulait croire que cela signifiait qu'il y avait encore un "tous les deux" et qu'il y en aurait encore un demain. Mais il avait de plus en plus de mal à croire en quoi que ce soit et les maigres certitudes qu'il lui restaient s'envolèrent avec les derniers mots de Charlotte qui lui répéta ce qu'elle lui disait depuis déjà un moment, à savoir qu'elle ne savait pas comment lui annoncer.

*Alors ne dis rien*

Il ne supportait plus l'ignorance, et avait envie que ses questions trouvent une réponse mais savais également que cette réponse avait peu de chances de lui plaire, apparemment. Il voulait croire que ce n'était pas grave, que quel que soit le problème, ils le règleraient, mais il ne pouvait s'empêcher de penser au pire. Et si c'était tout simplement fini ?

-Dis-moi, assura-t-il en s'efforçant d'avoir l'air confiant mais avec un regard qui hurlait "ne me laisse pas".





Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
La main d'Eliott posée sur les siennes était la seule chose que Charlotte pouvait se résoudre à fixer. Parce que non, dans un sens, ce n'était pas grave. De nombreux couples étaient très heureux d'accueillir un enfant, combien d'entre eux se battaient même au quotidien pour avoir cette chance ? Avoir un enfant, n'était-ce pas censé être la plus belle chose au monde ? Cette idée tournait dans son esprit depuis des jours, depuis son test de grossesse, et elle n'arrivait pas à faire le tri dans ses idées confuses. Elle ne savait pas quoi faire, elle était désemparée face à ce qui serait sûrement la plus grosse décision qu'elle aurait à prendre dans sa vie. Garder le bébé et devenir mère ou faire le choix de l'avortement et faire un enfant quand elle en aurait envie, quand elle serait prête ?

Elle ne savait même pas si elle avait envie d'avoir cet enfant. Comment pourrait-elle aimer un bébé dont elle n'avait pas voulu l'existence ?  Comment pourrait-elle être une bonne mère alors qu'elle ne s'imaginait pas dans ce rôle ? Et si elle décidait d'avorter, parce que même si c'était effrayant, les conséquences serait moindres, ne le regretterait-elle pas ? Peut-être qu'elle s'en voudrait de ne pas avoir donné sa chance à cet enfant ? Parce qu'après tout, objectivement, toutes les conditions étaient réunies pour qu'un bébé naisse dans de bonnes conditions. Eliott et elle étaient un couple posé, solide, amoureux, sur le point de se marier. Ils vivaient ensemble depuis quelques temps déjà, dans un appartement assez grand et elle touchait un salaire confortable, sans parler du fait qu'Eliott travaillait aussi. Ils avaient vingt-quatre ans, étaient indépendants depuis longtemps... Mais elle était terrifiée à l'idée d'être enceinte. Comment était-elle censée mener une grossesse dans ces conditions ?

Mais toutes ces tergiversations étaient vaines sans l'apport d'Eliott, qui prendrait la décision autant qu'elle. Mais pour cela, elle devait arrêter de fuir et lui annoncer, parce qu'elle ne s'en sortirait pas en continuant dans cette voie. Elle avait désespérément besoin de son soutien, de sa présence et même si c'était sa décision de le garder un peu en retrait le temps de faire le point, elle commençait à ne plus supporter le poids de cette nouvelle. Lilly était au courant mais le soutien de sa meilleure amie, aussi profond soit-il, ne valait pas la manière qu'Eliott avait de la rassurer d'un simple geste tendre. Alors prenant une grande inspiration, elle noua ses doigts à ceux d'Eliott et releva la tête pour croiser son regard qui semblant perdu. Elle se força à lui adresser un sourire, tant pour se rasséréner elle-même que pour le  rassurer, et se décida à confier ce qu'elle gardait pour elle depuis voilà un peu plus d'une semaine.

- Je suis enceinte.

Les mots avaient été plus faciles à prononcer qu'elle ne l'avait imaginé et à la seconde où ils avaient franchi la barrière de ses lèvres, elle avait eut l'impression d'être déchargée d'un poids immense, tant celui de l'angoisse que celui de la culpabilité de cacher quelque chose à Eliott. Leurs doigts toujours entrelacés, Charlie caressa machinalement le dos de la main de son fiancé avec son pouce, le cœur battant à tout rompre.



All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 381

Voir le profil de l'utilisateur
Eliott mêla ses doigts à ceux de Charlotte qui relevait la tête vers lui pour lui adresser un sourire qui ne le convainquit pas vraiment. Il la connaissait assez pour savoir que ce sourire n'était là que pour le rassurer, et devinait l'inquiétude dans le regard de sa fiancée. Il ne regrettait pas de l'avoir questionnée -la voir dans cet état sans savoir pourquoi le rendait malade- mais il n'avait plus vraiment envie d'avoir une réponse. Charlotte finit par mettre fin au suspense en lui avouant enfin la raison de son angoisse. Elle ne le quittait pas. Elle n'avait pas d'amant, ni de maladie incurable. Elle n'avait tué personne. Elle était enceinte.

"D'accord."

Il fut d'abord envahi par un certain soulagement. Parce qu'ils restaient ensembles, que tout allait bien, que Charlotte était seulement enceinte. Puis il réalisa ce qu'il venait d'entendre, commença à comprendre, et toute trace de soulagement s'envola. Enceinte. Comme dans attendre un enfant. Comme dans porter un bébé qui viendrait à naitre d'ici seulement quelque mois. Un bébé qui deviendrait un enfant, qu'il faudrait nourrir, élever, aimer. Ils allaient avoir un bébé.

"Oh bordel..." souffla-t-il alors que la réalité lui tombait dessus d'un seul coup.

Ils ne pouvaient pas avoir d'enfants, ils n'avaient rien de parents. Ils n'étaient absolument pas prêts pour ça. Il n'avait aucune idée de la façon dont il fallait s'y prendre pour s'occuper d'un bébé, pour élever un enfant. Il n'arrivait déjà pas à être un bon fils, comment pourrait-il être un bon père ? Ils en avaient déjà parlé, avec Charlotte, et ils étaient tous les deux d'accord pour attendre quelques années avant de penser aux enfants. Et pourtant, c'était arrivé, maintenant. Charlotte était enceinte, et ils allaient devoir faire avec. Il avait beau se le répéter, encore et encore, il n'arrivait pas encore à saisir tout ce que cela impliquait. Tout ce dont il était certain c'était qu'il n'était pas prêt pour ça, du tout.

Il lâcha un instant la main de sa fiancée pour passer nerveusement ses doigts dans ses cheveux mal coiffés. Quand il releva la tête ce fut pour poser sur Charlotte un regard un peu perdu, mais d'où la surprise avait disparu. Passée une première vague de panique, il tenta tant bien que mal de relativiser. Ils voulaient attendre, certes, mais ils avaient déjà parlé d'avoir des enfants ensembles. Ils étaient en couple depuis plus d'un an, projetaient de se marier, avaient tous les deux un boulot, un salaire. Leur appartement était assez grand pour accueillir un enfant. Objectivement, ils avaient tout pour être parent. En réalité, Eliott ne se sentait absolument pas capable d'élever un enfant. Il se sentait complètement dépassé par la nouvelle alors même qu'il avait conscience de ne pas mesurer l'ampleur du bouleversement que cela allait causer dans leur vie.

"Qu'est-ce qu'on va faire ?" s'inquiéta-t-il à voix haute.

Prier Merlin pour que ce ne soit qu'un mauvais rêve semblait être une bonne option. Il voyait la détresse de Charlotte, qu'il avait deviné depuis déjà plusieurs jours, et aurait aimé pouvoir la rassurer mais ne savait pas comment. Lui dire que ça allait bien se passer ? Qu'ils allaient se débrouiller et être de parfaits parents ? Il peinait à y croire, pour la bonne et simple raison qu'il n'arrivait toujours pas à se faire à l'idée. Ils allaient avoir un enfant. C'était insensé. Il aurait voulu lui dire que tout allait s'arranger, que ce serait simple, mais il ne le pensait pas. Il n'avait même pas encore réalisé et savait déjà que ce ne serait pas facile. Qu'ils allaient devoir apprendre vite, que tout allait changer dans leur vie, qu'il faudrait faire des sacrifices.

Mais il savait aussi qu'ils allaient y arriver, tout les deux. Il prit à nouveau la main de Charlotte dans la sienne et la pressa doucement. Il devinait à quel point cela avait dû être difficile pour elle de garder cela secret, combien elle avait dû avoir peur, comme elle avait dû s'angoisser. Ils étaient deux maintenant, et elle pouvait compter sur lui. Il l'aiderait et la soutiendrait, il essaierait de faire de son mieux, même s'il craignait que cela ne soit pas suffisant.



Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte ne savait pas vraiment à quoi elle s'était attendu en annonçant la nouvelle à Eliott. Quelque chose de bien pire sûrement. Quoi qu'il en soit, son d'accord fut prononcé sur un ton tellement calme qu'il l'apaisa. Au moins, Eliott ne paniquait pas et au moins, l'un d'entre eux était calme et posé, apte à réfléchir calmement. C'est du moins ce qu'elle se disait avant qu'il ne jure brusquement, lâchant soudainement sa main. Et bien ils étaient deux à paniquer, voilà tout, tout allait bien. Finalement, elle était même peut-être plus calme qu'Eliott, ayant eu un peu plus d'une semaine pour se faire - à peu près - à l'idée qu'elle était actuellement enceinte. Réaliser cela avait déjà était assez difficile comme cela - ce n'était pour rien qu'elle avait évité le teste aussi longtemps tout en sachant que son retard était anormal - et elle ne pouvait pas blâmer Eliott de sa réaction : elle avait eu exactement la même. Machinalement, elle se mit à jouer avec sa bague de fiançailles, la retirant pour la faire tourner entre ses doigts afin de s'occuper les mains. Généralement, elle le faisait avec sa baguette magique mais dans son état de nerfs, elle préférait éviter.

- Je ne sais pas, souffla-t-elle quand Eliott lui demanda ce qu'ils allaient faire. Je...

Elle avait pourtant essayé d'y penser cette semaine, dès que son esprit n'était plus volontairement occupé par le travail. Elle se tournait et se retournait des heures avant de s'en revenir, essayant de peser le pour et le contre des solutions qui s'offraient à elle. Mais ce travail avait était plutôt vain dans un sens étant donné qu'elle avait toujours su que sa décision serait intrinsèquement liée à celle d'Eliott. Elle avait toujours eu à cœur une farouche envie d'indépendance, affirmant à qui voulait l'entendre qu'elle serait seule maître de sa vie et de son avenir mais cette fois-ci, c'était différent. Certes, elle était la première concernée. Mais cette grossesse, quoi qu'il en advienne, allait influer sur leurs vies à tous les deux et Charlotte refusait pour une fois que le choix réside entre ses seules mains. Elle avait besoin que cette décision soit prise par tous les deux pour pouvoir l'assumer derrière, elle avait besoin du soutien inconditionnel d'Eliott plus que celui de n'importe qui d'autre, peu importe la solution choisie.

- On a plusieurs solutions, commença-t-elle en entrelaçant ses doigts à ceux de son fiancé. On peut choisir de le garder ou je peux avorter, pour qu'on ait un enfant quand on l'aura choisi.

Elle-même ne savait pas ce qu'elle voulait. Elle ne pourrait pas élever un enfant maintenant sans son père : elle ne s'en sentait ni la force, ni le courage et surtout, elle n'en ressentait pas l'envie. Quant à l'avortement... Elle savait que si Eliott voulait cet enfant, elle n'aurait pas non plus le courage de lui enlever. Leur décision devait être commune, c'était tout ce qu'elle savait. Les mots de Lilly lui revinrent à l'esprit à ce moment là et elle leva la main pour caresser la joue d'Eliott, se rapprochant un peu de lui.

- La bonne solution est celle qui nous ira le mieux, affirma-t-elle, celle qu'on ne regrettera pas.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 381

Voir le profil de l'utilisateur
Elle ne savait pas, lui non plus, ils étaient aussi perdus l'un que l'autre. N'étaient-ce pas le signe qu'ils n'étaient absolument pas prêts ? Ils auraient pu être heureux, célébrer cet évènement, sereinement, sans se poser des questions. Mais ils s'en posaient beaucoup, trop. Parce qu'ils n'avaient pas voulu ça, pas maintenant. Il avait encore du mal à réaliser ce qu'il venait d'apprendre, comment était-il censé prendre la moindre décision ? Il ne savait même pas vraiment ce qu'il était censé décidé exactement. Ils n'avaient pas tant d'options que ça. Charlotte était enceinte, accepter cet état de fait serait déjà un bon premier pas. Maintenant il ne leur restait plus que quelques mois pour se faire à l'idée, se préparer, apprendre. Et non, il n'avait aucune idée de quoi faire, de par où commencer, ou de comment gérer cette situation.

Charlotte ajouta une composante radicalement différente à sa réflexion en lui expliquant qu'ils pouvaient choisir de garder le bébé, ou bien qu'elle pouvait avorter. Il n'y avait pas pensé. Il avait grandi dans la culture sorcière la plus traditionnelle, l'idée de l'avortement ne lui avait même pas effleuré l'esprit. On en parlait beaucoup depuis les scandales Chaudrillon mais il ne s'était pas intéressé au débat plus que nécessaire -jamais il n'aurait pensé être concerné aussi directement. N'y ayant jamais réfléchi avant, il ne s'était pas forgé d'avis sur la question. Cela lui semblait être une bonne solution, pour les personnes qui n'étaient pas prêtes à avoir un enfant. Et eux ne l'étaient pas, du tout. D'un autre côté, c'était quand même un acte lourd de conséquences, et s'ils regrettaient ? S'ils réalisaient, dans quelques mois, dans quelques années, qu'ils auraient voulu élever cet enfant, qu'ils auraient pu l'aimer et lui offrir tout ce dont il avait besoin ?

Charlotte fit écho à ses pensées en affirmant que la bonne décision serait celle qu'ils ne regretteraient pas. Mais comment savoir ce qu'ils pourraient bien regretter dans deux, cinq ou dix ans ? Eliott leva les yeux vers elle quand elle posa une main sur sa joue, et se plongea dans son regard comme s'il pouvait y trouver une réponse à ses questions. Il n'y trouva aucune réponse, aucune certitude, si ce n'était qu'il aimait Charlotte, autant qu'il était possible d'aimer quelqu'un. Et il voulait fonder une famille avec elle, un jour. Ce jour était arrivé bien plus tôt que prévu, mais était-ce une raison pour refuser un avenir qu'ils avaient tous les deux envisagé ?

- Je ne sais pas..., avoua-t-il simplement, impuissant. Qu'est-ce que tu veux, toi ?

Il savait qu'il le regretterait, si Charlotte choisissait l'avortement, mais il pourrait vivre avec ça. Il pourrait supporter cette décision. Il ne pourrait pas vivre avec l'idée qu'il avait forcé Charlotte à avoir un enfant qu'elle ne voulait pas. Ils étaient tous les deux impliqués, mais c'était elle qui était enceinte, elle qui aurait à assumer le plus directement leur décision. Il lui paraissait qu'elle était celle qui avait le plus son mot à dire. S'il savait qu'elle prenait la meilleure décision pour elle, alors cette décision lui conviendrait aussi.

- Quoique tu préfères, je serai avec toi, assura-t-il en attrapant la main qu'elle avait posé sur sa joue pour la serre entre les siennes. Si tu ne veux pas de cet enfant, je comprendrai que tu veuilles...avorter. Il n'était pas très à l'aise avec le concept, mais n'était pas certain d'avoir envie d'explications détaillées. Mais si tu crois qu'on peut y arriver, si tu veux bien essayer, je...J'élèverai cet enfant avec toi, Charlie.

Il prenait conscience, alors qu'il prononçait ses mots, que c'était ce qu'il voulait vraiment. Il était effrayé par sa propre décision, et complètement paniqué à l'idée de tout ce qu'elle pouvait entrainer, mais il continuait de penser que c'était la bonne. Charlotte était enceinte, elle portait leur enfant, ils n'avaient pas souhaité ça, mais ils s'aimaient assez pour que cet imprévu ait une fin heureuse.


Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte ne sut répondre à la question d'Eliott : elle ne savait pas ce qu'elle voulait, elle se le demandait depuis des jours et des jours sans réussir à obtenir une réponse satisfaite. Elle voulait que tout s'arrange, que cette chape de plomb disparaisse de ses épaules et qu'ils puissent continuer à avancer dans un chemin ou l'autre. Elle avait essayé de s'imaginer mère, quelques fois. Imaginer ce que cela ferait de tenir un bébé, son bébé, dans ses bras. Elle avait déjà gardé des enfants, elle avait vu ses cousines devenir mères et les nouveaux nés ne l'effrayaient pas. Mais de là à imaginer que cela soit son bébé... Cela serait un tel chamboulement de devoir vivre avec un enfant ! Depuis des années, sa vie se partageait entre son travail, ses amis et son couple lorsqu'elle était avec quelqu'un. Avec Eliott, ils avaient également trouvé leur rythme et étaient heureux comme cela.

Mais est-ce que cela voulait pour autant dire qu'ils ne le seraient pas avec un bébé ? Ils devraient apprendre à s'en occuper à plein temps, à réinstaller leur vie autour de lui, à le placer avant tout... Et s'ils n'y arrivaient pas ? Si elle n'arrivait pas à l'aimer comme il se fallait ? Si elle regrettait d'être devenue mère si tôt dans sa vie ? Comment pouvait-elle être une bonne mère si elle n'arrivait pas à se réjouir d'être enceinte ? S'ils faisaient le choix de garder le bébé, ils ne pourraient pas revenir en arrière. Et cette idée était terrifiante. Cet enfant, qui n'était même pas encore né, n'avait rien demandé, elle ne voulait pas gâcher sa vie si elle n'arrivait pas à s'occuper de lui.

Elle sentit Eliott serrer sa main dans la sienne et elle lui adressa un pâle sourire, tandis qu'il lui assurait qu'il serait avec elle quoi qu'elle choisisse. Elle s'en était douté mais entendre son fiancé lui réaffirmer lui fit chaud au cœur. Quoi qu'il advienne, elle aurait Eliott, ils seraient ensemble et c'était à ses yeux la chose la plus importante au monde. Et lorsqu'il lui affirma qu'il élèverait cet enfant avec elle si elle faisait le choix de le garder, elle eut l'impression que tous les pleurs et les larmes qu'elle avait retenu depuis quelques jours refaisaient surface et elle éclata en sanglots, à la fin d'angoisse et de soulagement, de fatigue et de nervosité. Passant ses bras autour du cou d'Eliott, elle enfouit son visage contre lui, respirant son odeur familière jusqu'à ce qu'elle s'apaise un peu tandis que les mots de son fiancé cheminaient dans son esprit. Si elle voulait bien essayer... L'idée lui faisait peur, la terrifiait - sans compter le fait qu'elle était particulièrement émotive ces derniers temps - et elle avait peur de ne pas être à la hauteur mais... Quand on y pensait bien, pourquoi serait-elle plus mauvaise qu'une autre dans un rôle de mère ? Elle n'avait pas l'impression d'être une horrible personne ou d'être complètement irresponsable. Et puis avec le soutien d'Eliott, elle avait l'impression qu'elle pourrait tout faire. D'ailleurs, il n'y avait pas qu'Eliott, il y avait également Lilly, Jensen, ses parents, sa sœur... Essuyant ses larmes, Charlotte inspira profondément avant de se séparer de l'étreinte d'Eliott, gardant néanmoins une main sur son avant-bras.

- Tu veux qu'on ait cet enfant ?

Elle avait besoin de l'entendre. Elle avait besoin qu'Eliott lui dise ce qu'il voulait vraiment, elle ne voulait pas prendre cette décision seule. Si son fiancé désirait réellement qu'elle poursuive cette grossesse, elle n'aurait pas le cœur à lui enlever. Et puis même si l'avortement lui semblait être la décision la plus simple au long terme, elle avait si peur de le regretter ! Eliott et elle voulaient fonder une famille un jour, que se passerait-il le jour où ils décideraient d'avoir leur premier enfant ? Le spectre de cet avortement planerait forcément sur leur bonheur. Et elle l'aimait, elle l'aimait plus que tout et il la rendait heureuse... Cela pourrait sûrement continuer. Un enfant était censé être un grand bonheur, peut-être qu'à cet instant, elle trop angoissée pour vraiment réaliser et imaginer mais après un peu de temps... Tomber enceinte n'était pas son choix, il est vrai. Mais elle pouvait renverser les choses et faire le choix de devenir mère : tout n'était qu'une question de confiance, que ce soit en elle, en Eliott, en eux deux et en l'avenir.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 381

Voir le profil de l'utilisateur
Déjà désemparé face à la situation, Eliott sentit cette dernière lui échapper complètement quand Charlotte éclata soudainement en sanglots. Incapable de trouver les mots pour l'apaiser alors que lui-même était mort de peur, il referma ses bras autours de la jeune femme et caressa doucement ses cheveux alors qu'elle pleurait dans son cou. Il ferma un instant les yeux, essayant de réfléchir calmement. Mais il ne parvenait pas à ralentir le fil de ses pensées où l'incompréhension et l'angoisse se disputaient. Il aurait tellement voulu pouvoir faire quelque chose pour réconforter Charlotte, mais il était en proie à la même détresse, et ne parvenait pas à lui promettre que tout irait bien, parce qu'il n'y croyait pas vraiment. Peut-être que tout irait bien, oui. Peut-être qu'ils arriveraient à être de bons parents, qu'ils aimeraient cet enfant et lui donneraient tout ce dont il avait besoin. peut-être qu'ils formeraient une belle et heureuse famille. Mais peut-être pas. Et c'était tous ces peut-être, toute cette incertitude, qui rendait la situation si effrayante.

Il avait envie d'y croire, il avait envie de penser qu'ils pouvait y arriver, il voulait essayer. Mais s'il se trompait ? S'ils finissaient par regretter ? Il serait trop tard pour changer d'avis. Il s'agissait d'une décision qui allait impacter sur les vingt prochaine année de leur vie, et qu'ils n'auraient d'autre choix que d'assumer jusqu'au bout. Ils n'avaient pas le droit à l'erreur. Et si encore il ne s'agissait que de leurs vies...Mais il y avait en cause bien plus que leur simple bonheur, il était aussi question de la vie d'un enfant. Un enfant qui n'en était pas encore vraiment un, mais qui pouvait le devenir, s'ils lui en laissaient la chance...

Les sanglots de Charlotte se calmèrent et Eliott essuya doucement sa joue quand elle releva la tête vers lui. Il détestait la voir pleurer. Alors même s'il était complètement perdu, et paniqué, il lui sourit, comme si tout allait bien. Quand elle lui demanda s'il voulait garder cet enfant, il avait pris une décision, mais il n'était toujours pas certain que ce soit la bonne. Il avait peur de faire une erreur, la plus grande de sa vie, et surtout il refusait de prendre cette décision sans savoir ce que Charlotte souhaitait. Parce que cela passerait avant tout le reste.

- Seulement si tu le veux aussi, souffla-t-il finalement sans quitter la jeune femme des yeux.

Si elle aussi voulait bien essayer, si elle aussi pensait qu'ils avaient une chance d'y arriver, ils pourraient devenir des parents. Dans quelques mois à peine. Il avait beau y réfléchir depuis de longues minutes, cette idée était toujours effrayante. Mais n'étaient-ils pas des Gryffondors après tout ? L'inconnu ne les effrayaient pas, et ils saisissaient les aventures quand elles se présentaient. Il suffisait de voir les choses ainsi, comme une aventure. Plus facile à dire qu'à faire.

- Je sais que ce ne sera pas facile...A vrai dire il n'en savait rien, mais il se doutait que devenir parent ne s'apprenait pas en trois jours. Mais on peut y arriver, tous les deux, il mit dans ses mots toute l'assurance et l'assurance qu'il aurait voulu ressentir, mais qui lui faisaient malheureusement défaut. On va s'en sortir.

Et plus que s'en sortir, ils allaient gérer cette situation, et ils en seraient heureux. La venue au monde d'un enfant était censé être une bonne chose. Certes ce n'était pas prévu, et ils n'étaient pas préparé -du tout- mais il s'agissait de leur enfant. Il était peut-être optimiste, il l'avait toujours été, mais il voulait croire que cet imprévu pourrait devenir un heureux évènement.


Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Eliott voulait qu'ils aient ce bébé, il voulait qu'ils deviennent parents. Et lorsqu'il avoua ce souhait, le choix de Charlotte se fit automatiquement. Parce qu'elle n'aurait jamais le cœur à retirer à son fiancé cet enfant qu'il souhaitait mais aussi parce qu'elle avait une confiance aveugle et absolue en lui. Alors s'il pensait qu'ils étaient capable d'y arriver, s'il pensait que c'était une bonne chose pour eux et pour cet enfant à naître, alors elle le croyait. Concrètement, toutes les conditions étaient réunies pour accueillir un enfant dans des conditions sereines, tout ce qui manquait à Charlotte pour se réjouir de cette grossesse était la confiance. La confiance en elle, la confiance en ses capacités d'aimer et d'élever un enfant, la peur de mal faire, la peur d'échouer qui lui nouait l'estomac depuis des semaines. Entendre son fiancé affirmer qu'ils allaient y arriver en lui souriant lui retira un véritable poids et elle se laissa aller contre lui, glissant ses bras autour de ses épaules et nichant son visage dans le creux de son cou.

Elle avait toujours eu l'impression que Eliott faisait ressortir ce qu'il y avait de mieux en elle, lui permettant de s'apaiser, de se poser. Il avait toujours été là, tendre, attentif, toujours à la soutenir et à prendre soin d'elle et elle avait l'impression qu'elle ne pourrait jamais lui donner autant qu'il lui donnait. Mais à cet instant précis, elle savait que si Eliott restait près d'elle, alors elle pourrait y arriver, avec ce bébé. Ils pourraient y arriver et devenir parents. Ele devait encore apprivoiser cette idée et il y avait tant de choses qu'elle voulait encore aborder avec lui, tant de discussions, tant de questions auxquelles il faudrait apporter une réponse mais ils avaient encore du temps devant eux. Ils allaient prendre le temps d'aborder cette nouvelle étape de leur couple, de leur vie, ensemble. Encore un peu trop éloignée d'Eliott à son goût - à cet instant précis, elle avait besoin d'être entièrement dans ses bras - elle se redressa un peu le temps de s'installer sur ses genoux, face à lui, glissant ses bras autour de son cou, leurs fronts collés l'un contre l'autre.

- Si tu penses qu'on peut le faire, j'ai confiance en toi.

Elle se pencha pour l'embrasser longuement, noyant ses doutes et ses incertitudes dans ce baiser, chassant au loin ses angoisses et les palpitations de son cœur. Elle finit par se séparer d'Eliott, effleurant ses lèvres des siennes, avant d'encadrer son visage de ses mains, laissant ses yeux retracer ces traits qu'elle connaissait si bien.

- On va avoir un bébé ensemble, souffla-t-elle enfin.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 381

Voir le profil de l'utilisateur
Eliott glissa un bras dans le dos de sa fiancée et lui caressa doucement les cheveux alors qu'elle venait se blottir contre lui, nichant son visage dans son cou. Le regard dans le vague, il songeait à ce qui venait de passer, revivant cette conversation qui avait complètement changé le cours de sa vie, et ce en l'espace de quelques minutes. C'était une bien trop grosse nouvelle pour qu'il puisse pleinement l'assimiler en si peu de temps. Et il avait peur d'avoir réagi trop vite. Il n'était pas certain de réaliser tout ce que devenir parent impliquait. Et s'il se trompait ? Il avait toujours été impulsif, se décider trop vite, se lancer sans réfléchir, tout ça ne lui ressemblait que trop bien. Et s'il regrettait cette décision, dans quelques mois ? Ou pire, s'ils devenaient de mauvais parents ?

Le jeune homme relégua toutes ces inquiétudes dans un coin de son cerveau et s'efforça d'afficher un air serein quand Charlotte vint s'installer sur ses genoux. Son esprit s'apaisa quelque peu quand la jeune femme posa son front contre le sien. Il caressa doucement sa joue et replaça une mèche de cheveux derrière son oreille avant de lui sourire doucement. Il l'avait vu distante et inquiète pendant des jours, il était trop heureux de la voir enfin rassurée pour risquer de la troubler davantage en partageant ses propres craintes. Et, bizarrement, entendre sa fiancée dire qu'elle avait confiance en son jugement le rassura un peu. Ils s'aimaient, et ils avaient confiance l'un en l'autre, alors tout se passerait bien. Il suffisait d'y croire. Quelles que soit les épreuves, ils arriveraient à les surmonter. Ils n'avaient pas tellement le choix de toute façon.

Eliott posa une main dans la nuque de la jeune femme et répondit tendrement à son baiser, qui acheva d'éloigner ses doutes et ses craintes pour le moment. Il lui sourit doucement quand elle s'éloigna de lui, bien trop vite à son goût.

"Oui, répondit-il dans un murmure quand elle souffla qu'ils allaient avoir un enfant ensembles. Cela faisait toujours aussi bizarre à entendre, et à imaginer, mais il avait le sentiment qu'il arriverait à s'y faire. On va avoir un bébé..." répéta-t-il, comme s'il espérait que cela paraitrait moins effrayant la deuxième fois. Mais pas du tout.

Il n'arrivait même pas à imaginer comment Charlotte avait pu gérer cette nouvelle toute seule pendant une semaine. Lui l'avait appris dans de bien meilleures conditions, pourtant il avait l'impression que sa tête allait exploser. Il n'arrivait pas à arrêter de se demander s'ils faisaient bien, s'ils n'étaient pas en train de faire une erreur. Il était assailli par les doutes, et les questions, et partagé entre le sentiment qu'ils pouvaient y arriver et celui qu'ils n'étaient pas prêts. C'était beaucoup trop d'un coup et il avait besoin d'un peu de temps pour y réfléchir, et se faire à l'idée.

Ils n'avaient pas à répondre à toutes leurs interrogations ce soir. Ils venaient très certainement de prendre la décision la plus importante de leur vie, et c'était suffisant pour aujourd'hui. Charlotte avait dû passer la semaine à angoisser et à se torturer avec ça, lui avait appris moins de vingt minutes plus tôt qu'ils allaient avoir un bébé, ils méritaient une soirée tranquille. Il savait que c'était une mauvaise habitude, que de remettre les choses sérieuses au lendemain, mais cette fois il était à peu près certain d'avoir raison de le faire. Ils avaient encore du temps. Ils auraient des heures, des mois, pour en parler, pour douter, pour se rassurer, mais pour le moment ils pouvaient bien prendre une pause. Ils seraient bientôt des parents pour le reste de leur vie, il ne servait à rien de se précipiter.

"Je suis content que tu me l'aies dit, souffla-t-il à Charlotte avant de la repousser doucement à côté de lui sur le canapé. On va gérer ça tous les deux maintenant, ajouta-t-il en se levant avant de déposer un baiser sur le front de sa fiancée. Et on va commencer par passer une bonne soirée, tu dois être crevée. Il s'approcha du meuble télé et s'accroupit pour chercher quelques-uns des DVD préférés de Charlie. Mamma Mia ou Pretty Women ? proposa-t-il avec un sourire. Tu veux un thé ?"

Une fois le film lancé et deux tasses de thé fumantes posées sur la table basse, il revint s'asseoir sur le canapé et attira Charlotte contre lui. Tout allait bien. Ils allaient avoir un enfant, et peut-être qu'ils n'étaient pas prêts pour ça, peut-être qu'à certains moments ils regretteraient cette décision. Ce serait difficile, il le savait, et les prochains mois seraient sans doutes semés de doutes et d'épreuves, mais tant qu'ils étaient tous les deux ils s'en sortiraient.


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Les désenchantements [Eliott]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eliott Tyler
» Toc, toc. C'est l'technicien. ft Eliott
» Eliott Martin Petit : Mauvais garçon
» Présentation Eliott-so-Swagg
» ELYES MADDEN RAMPSAY ► zac efron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-