AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Love Today [Invités de Sam & Théo]

Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
15 juillet 2008 - Quartier Sorcier, Liège, Belgique


Ce n'était pas le premier mariage homosexuel que connaissait la chapelle magique de la Place des Gobelins Amoureux de Liège, et ce ne serait pas le dernier. De nombreux sorciers européens issus de pays moins tolérants venaient se marier dans l'une des villes sorcières de la Belgique, qui acceptait le mariage entre deux hommes ou entre deux femmes. Rares, néanmoins, étaient les mariés qui provenaient d'une famille de sang-pur, plus rares encore lorsque cette famille comprenait des mangemorts, mais le Prêtre Sorcier de Lièges en avait vu d'autres, et puis c'était bien là un signe que les temps changeaient.

Arrivé dans la ville depuis trois jours, Théo se sentait respirer de nouveau dans ce pays inconnu. Par bien des aspects, la Belgique magique ressemblait à l'Angleterre, mais elle n'avait pas cette espèce d'énergie négative qui saturait l'air. Elle n'avait pas la même histoire récente, aussi noire et dirigée par l'intolérance, et Théo avait l'impression de pouvoir le sentir dans l'ambiance des lieux. C'était un endroit parfait pour se marier, finalement, sur cette jolie petite place ombragée où se tenait l'un des lieux sacrés de la ville. La cérémonie serait simple et émouvante, et ils pourraient ensuite faire la fête avec ceux de leurs invités qui avaient pu - et voulu - faire le déplacement, en oubliant enfin toutes les embuches qui avaient semé le chemin de cette union. Pour la première fois depuis longtemps, Théo se sentait enfin apaisé, et même les évènements récents qui agitaient son pays ne parvenaient à l'inquiéter. Certes, il aurait pu perdre certains de ses amis dans le Bloody Sunday et il lui faudrait bientôt rentrer au pays pour élire un nouveau ministre, ce qui risquait d'influencer son travail et sa vie, mais pour l'heure, il était exactement où il devait être. C'était un sentiment bien trop rare et précieux pour qu'il le gâche en pensant à toutes les choses qui allaient de travers en Angleterre. L'heure était à la Belgique et à la grande et belle Liège. Aujourd'hui, il allait épouser Samaël.

C'était irréel, d'être ici, songea Théo en s'agitant dans la chambre de son hôtel. Il s'observait dans sa robe de cérémonie émeraude et il ne pouvait s'empêcher de se pincer, persuadé qu'il allait bientôt se réveiller pour réaliser qu'il n'avait jamais quitté Poudlard, que des fiançailles avec une jeune fille de la haute société l'attendaient. Pourtant, rien de tout cela n'arrivait, il restait bel et bien planté devant son miroir, affreusement nerveux mais aussi submergé de bonheur et de soulagement. Ils y étaient arrivés, Sam et lui, leur happy end était là, à portée de main. Il n'avait plus qu'à s'en saisir.

Quelques coups frappés à sa porte le firent sursauter et jeter un coup d'œil angoissé à l'horloge. C'était presque l'heure. Il fit quelques pas jusqu'à la porte et l'ouvrit avant de pousser un soupir de soulagement en reconnaissant Juliet. Voilà, il allait pouvoir décharger sa nervosité sur quelqu'un - sur une femme enceinte, parfaitement !

"Interdit d'accoucher pendant mon mariage", marmonna-t-il en guise de salutation, un large sourire aux lèvres. Il saisit la main de Juliet dans la sienne pour la faire tourner devant lui, admirant sa tenue d'un air appréciateur.

"Tu es superbe ! Je t'autorise à être mon témoin", plaisanta-t-il en adoptant un ton hautain. Il allait peut-être épouser un homme mais il restait un sang-pur exigeant qui avait donné son avis sur chaque petit détail du mariage, depuis le choix du lieu jusqu'à la couleur des ronds de serviette... Le mariage serait parfait, il s'en était assuré. La cérémonie aurait lieu dans une jolie chapelle choisie soigneusement par Sam et lui, puis ils se dirigeraient vers un grand restaurant habitué à ce genre d'évènements, qui disposait d'une grande cour où les tables étaient disposées à l'ombre de larges parasols. Ces derniers ne seraient pas en trop, car le soleil était de la partie et commençait déjà à chauffer Liège de ses rayons estivaux...


Liste des invités:
 


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3360

Voir le profil de l'utilisateur
Hors jeu:
 


Accoudé sur le balcon de l’hôtel Veaudelune, Irving attendait sa nièce qui finissait de se préparer dans la salle de bain de leur chambre.  Ils étaient arrivés quelques heures plus tôt par un Portoloin International reliant la Cité Nimbus à Liège. Cassandre avait fait le voyage avec eux et ils avaient aussitôt rejoint leur petit pied à terre dans la ville belge. L’hôtel était modeste mais la literie semblait propre et confortable et les tarifs convenaient à toutes les bourses si bien qu’ils étaient plusieurs invités à avoir réservé une chambre ici.
Les yeux perdus dans le vague, l’ex-gryffondor contemplait la petite place en contre bas sans la voir. Ses pensées étaient confuses et les événements tragiques du dernier mois lui revenaient sans cesse en mémoire, comme un refrain lancinant qu’il ne parvenait pas à se sortir de la tête. Les mêmes images tournaient en boucle tel un flash spécial annonçant une terrible catastrophe : Des fragments du bloody Sunday bien sûr, les cris de douleurs, la terreur dans les yeux des autres, mais aussi l’enterrement de John McNeil, les lettres déchirantes de Nora et Donald et puis surtout le cadavre à peine méconnaissable de Danny, couché parmi les autres victimes de ce dimanche sanglant.

Irving secoua la tête pour chasser cette image et se redressa brusquement. Merlin mais que faisait-il ici au juste? songea-t-il en tirant le rideau pour rejoindre de nouveau la fraicheur de la chambre. Il fit quelques pas entre les deux lits jumeaux et  s’assit finalement sur celui de gauche avant d’attraper sa tête entre ses mains, fébrile. Pourtant, il avait pensé qu’il se sentirait mieux entouré de bon nombre de ses amis. Il espérait bêtement que leur présence parviendrait à atténuer le sentiment de culpabilité qui le rongeait depuis l’accident, mais finalement ces retrouvailles ne faisaient que renforcer l’immense vide laissé par la mort de Danny.

Pourquoi avait-il fallu qu’il lui parle de la manifestation, qu’il l’encourage même à venir donner de la voix à ses côtés ? Ces questions, il se les posait tous les jours, toutes les heures sans parvenir à y apporter la moindre réponse satisfaisante. Il arrivait juste à ce terrible constat : Il avait entrainé bien trop de personnes dans son combat. Il s’était félicité d’avoir des amis aussi présents, prêts à le soutenir et à le suivre coûte que coûte. Il avait abusé de leur bonté en les ralliant à sa cause. Il voulait être entendu par le ministre ? Il avait réussi ! Le gouvernement allait organiser de nouvelles élections, réformer l’enseignement, autoriser le travail aux non-diplômés, réduire les inégalités et pourtant Irving avait tout perdu. Tout. Il  avait déjà vécu un deuil dans sa courte vie. Cela avait été très difficile mais il était parvenu à accepter la perte de son père. Il vivait en paix avec cette période de son existence persuadé qu’il avait su accompagné Bradley dans les derniers mois de sa vie mais cela n’avait rien avoir avec la douleur et la culpabilité qu’il ressentait depuis la mort de son ami. C’était tellement injuste…

Irving se frotta rapidement les yeux en entendant la porte de la salle de bain se déverrouiller subitement. Des effluves de vanille embaumèrent la pièce tandis que Gillian libérait enfin la salle de bain.

« Tu as oublié ton nœud papillon au bord du lavabo ! » souffla-t-elle tout en lissant sa longue chevelure bouclée avant de farfouiller dans son sac.

Irving profita que sa nièce soit occupée pour s’éclipser dans la salle de bain avec un vague grognement. Une fois la porte fermée derrière lui, il expira profondément et s’installa sur le rebord de la baignoire pour nouer machinalement l’étoffe autour de son cou.
Il devait se ressaisir, songea-t-il en clignant des paupières.  Samaël ne l’avait pas invité pour qu’il plombe la soirée avec sa gueule d’enterrement. Tout le monde était triste de toute manière et il n’était pas le seul à avoir perdu un ami : Nora, Juliet et Artémis avaient elles aussi été très proches de Danny …  Et puis autant faire contre mauvaise fortune bon cœur. Sam avait droit à son moment de bonheur. Après les difficultés qu’ils avaient rencontrées avec Théo pour faire accepter leur couple, il leurs devait bien ça ! Et puis, Irving avait déjà anéanti la vie de Danny, il n’allait quant même pas gâcher le mariage de son copain, songea-t-il avec amertume en se relevant. Il se regarda quelques secondes dans la glace, tapa ses joues vigoureusement pour apparaitre moins blême et sortit sans même rectifier son nœud papillon tordu. Gillian était fin prête et l’attendait entre les deux lits dans sa jolie robe chamarrée. L’ex-Gryffondor lui accorda un sourire avant d’enfiler sa veste de costume puis les deux jeunes gens rejoignirent le hall où ils avaient prévu de retrouver d’autres invités du mariage. Dans les couloirs, Irving resta silencieux et concentré pour offrir, le moment venu, ce qu’il savait faire de mieux. Ainsi lorsqu’il déboucha dans l’entrée du Veaudelune, il s’approcha des filles qui étaient déjà présentes et émît un sifflement appréciateur :

« Mesdames, vous allez faire de l’ombre à la mariée ! » plaisanta-t-il.

Il avait préparé sa boutade à l’avance car il ne voulait pas sentir de moment de flottement  lors de ces retrouvailles. Irving jeta d’ailleurs un bref regard à Cassie, espérant qu’elle allait souligner à quelle point sa blague était archi-nulle. Cette raillerie pourrait au moins amorcer une  conversation légère et taquine, dont ils avaient très certainement tous besoin. Pour la plupart d’entre eux, la dernière fois qu’ils s’étaient vus, c’était pour l’enterrement de Danny.
Chassant ce souvenir de son esprit, l’ex-gryffondor se pencha pour saluer Artémis puis Nora. Tout en lui faisant la bise,  il pressa le bras de son amie, persuadé qu’elle ressentait le même trouble que lui aujourd’hui. Il s’approcha ensuite de Jeremy pour lui serrer la main et demanda en balayant le hall du regard :

« Juliet est déjà avec Théo ? »

Après tout, c’était logique qu’elle soit absente puisqu’elle était la témoin de l’un des deux mariés, songea-t-il en rivant une main au fond d’une poche de son pantalon de costume. De l’autre il tenta de réajuster son nœud papillon un peu trop serré, en vain, ce qui lui arracha une légère grimace.

Comme ils étaient enfin au complet, le petit groupe se mit en marche. La chapelle était située non loin de leur hôtel si bien qu’ils rejoignirent le lieu de la cérémonie très rapidement. Irving s’adossa sur les pierres froides de l’église, à l’ombre du clocher et observa les autres sorciers endimanchés qui attendaient. Il y aurait surement peu de représentants chez les Nott, une partie de la famille d’Artémis et de Théo était en prison et le mariage homosexuel n’étant pas particulièrement accepté chez les sang-purs … Ce genre de réaction lui semblait encore plus futile aujourd’hui. Comment pouvait-on choisir de renier un membre de sa famille pour ses orientations sexuelles alors qu’il pouvait disparaitre, comme ça, du jour au lendemain ? Le jeune homme poussa un soupir et passa sa main dans ses cheveux avant de tirer une nouvelle fois sur le col de sa chemise comme si son nœud papillon était la raison qui expliquait sa gorge nouée. Et voilà. Il était sûr que ça ne ressemblait plus à rien maintenant. Retenant un soupir, le jeune homme leva le menton et désigna l’étoffe autour de son cou :

« Quelqu’un peut m’arranger ça ? J’veux juste un truc qui m’étrangle pas le temps d’la cérémonie !»



Irving Whitaker
Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1968

Voir le profil de l'utilisateur
Le mois qui avait suivi le Bloody Sunday avait été atroce. Les retombées de cet évènement étaient conséquentes, et le mariage de Samaël et Théo était un peu arrivé comme un évènement irréel – trop heureux pour s’inscrire dans le contexte sombre qui s’était installé dans le monde magique. De nombreuses personnes avaient perdu la vie. Danny était mort. Mort. Juliet ne cessait de se répéter ça, en boucle, comme si la réalité serait plus facile à accepter. Danny – leur Danny – avait été piétiné par une foule déchaînée. Ce garçon si gentil, un peu maladroit, avec qui elle s’était liée d’amitié et qu’elle venait à peine de retrouver avait été enterré, alors qu’il avait à peine dix-sept ans. C’était aberrant.  Juliet savait qu’elle avait échappé à la mort de très peu, et qu’elle ne devait sa survit qu’à son fiancé, qui l’avait sorti de là de la façon la plus ingénieuse qui soit : en la métamorphosant. Elle avait eu la peur de sa vie en survolant la foule, tentant d’éviter les sorts, puis en se sentant piégée dans le corps de cet animal, mais elle était en vie, et sa fille allait bien. Elle avait des rendez-vous régulier à St Mangouste pour vérifier l’état du bébé, mais les résultats restaient positifs – pour le plus grand soulagement des deux parents.

Mais aujourd’hui ce n’était pas un jour pour penser à ça, décida Juliet en accrochant ses boucles d’oreille, avant de retoucher son maquillage. Non, elle ne pouvait pas se laisser aller à la tristesse qui ne la quittait pas depuis la mort de son ami. Aujourd’hui était un jour heureux – un des plus importants dans la vie de son meilleur ami, et elle se devait d’être là, bien présente, ancrée dans le moment présent. Elle était le témoin de Théo, et elle devait d’ailleurs le rejoindre dans quelques minutes. Aussi, elle finit de fixer ses cheveux, et sortit de la salle de bain pour mettre ses chaussures. Elle embrassa Jeremy au passage, lui fit la promesse de le retrouver dès que son rôle de témoin serait terminé, et attrapa son sac fourrant dedans quelques feuilles de papier, avant de quitter sa chambre d’hôtel.

Liège était une jolie ville, songea-t-elle en traversant la rue, et elle avait été heureuse de pouvoir s’éloigner de l’Angleterre, le temps d’un week-end. Juliet accéléra le pas en tournant à l’angle d’une rue, et entra dans l’hôtel où Théo logeait. Elle se dirigea vers l’ascenseur et se retrouva bien vite devant la chambre de son ami. Elle toqua quelques coups à la porte, avant d’entrer, pour faire face à un Théo anxieux qui l’accueillit avec une phrase qui eut don de la faire sourire.

« Je ne laisserais pas Gabrielle te voler la vedette à ton mariage, juré ! » répondit-elle avec un rire amusé, en saisissant la main de Théo.

Il avait été bien compliqué pour la jeune femme de trouver une robe, alors qu’elle était enceinte de six mois. Elle avait fait les boutiques plusieurs fois pour trouver quelque chose de joli. Heureusement, les sorciers – et T&T – faisaient des miracles, et Juliet avait trouvé une jolie robe bleue lagon, avec une ceinture haute. Le résultat était joli – même si l’ancienne joueuse de Quidditch regrettait sa taille d’avant sa grossesse.

« J’espère bien que tu m’autorises à être ton témoin ! » s’exclama-t-elle. « Parce que j’ai écris le meilleur discours de témoin de toute l’histoire des discours de témoin. Rien que ça ! » lança la jeune femme avec un sourire, tentant de tranquilliser son ami.

Elle le contempla quelques instants, avant de le serrer dans ses bras.

« Ne sois pas nerveux va, ça va bien se passer. Tu es sur le point de te marier avec l’homme de ta vie, et tu vas passer le restant de tes jours avec lui. Ton mariage est parfait, la cérémonie va être parfaite, j’ai absolument tout vérifié ce matin. Détend-toi et profite du moment. Et sourit. » lui intima-t-elle en lissant la robe de cérémonie du jeune homme.

Elle posa une main sur l’épaule de son ami, confiante. Tout allait bien se passer, et ce mariage serait parfait !

« Tu veux que je t’accompagne jusqu’à l’autel, Théo ? » lui demanda-t-elle finalement, un sourire tranquille et calme dessiné sur les lèvres. Elle était là en tant que témoin – qui avait aidé à organiser l’évènement – mais également en tant qu’amie.



Kit par Irving Ship
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
La nervosité commençait à se faire sentir alors qu'il ajustait une dernière fois sa tenue. Il avait opté pour un semi-sorcier-moldu de chez T&T jugeant qu'il se sentirait plus à l'aise que dans une robe de cérémonie et pour respecter ses origines sorcières. Un bon compromis. Et Sam était d'ailleurs plutôt satisfait du résultat alors qu'il s'observait une dernière fois. Il avait installé ses quartiers dans la chambre de Dan avant la cérémonie laissant leur chambre à Théo. Il y avait cette espèce de croyance qui voulait que les mariés ne devaient pas se voir avant le cérémonie et il avait tenu à la respecter. Histoire de faire ça dans les règles. Il devait bien avouer que le couple qu'il formait avec Théo n'était pas conventionnel aux yeux de beaucoup de gens mais lui, il s'en moquait. Du moment qu'ils étaient heureux tous les deux le reste n'avait que peu d'importance.

Il savait que Théo tenait à ce que tout soit parfait, comme dans ses rêves. Alors Samaël s'était plié aux exigences de son compagnon. Ils avaient passé des soirées entières à tout organiser pour un résultat plus que satisfaisant. Ce serait le jour le plus beau de leur vie. La journée où ils oubliaient tous leurs soucis et tracas pour les reléguer au second plan. Lorsqu'ils retourneraient en Angleterre, ils auraient bien le temps de s'interroger à nouveau sur leur avenir. Ils auraient le temps encore de regretter les nombreuses morts du mois dernier. Il n'avait pas participer à la manifestation, il savait que beaucoup de ses amis l'avaient fait, il avait appris pour la mort de Danny. Il partageait la douleur de ses proches mais n'était pas suffisamment empathique pour annuler son mariage pour autant. Il avait vu les nombreux blesser s'accumuler à Ste Mangouste. Il travaillait ce jour là. Il ne se rappelait plus exactement du nombre de blessé qu'il a soigné et des morts qu'il avait dénombré mais cette manifestation avait pris des proportions beaucoup trop importante. Il respectait les motivations de chacun mais jugeait que la violence ne résolvait jamais rien alors même si il avait pu y aller, il aimait à se dire qu'il serait resté chez lui avec Théo malgré tout.

Il espérait que ce mariage permettrait à ses invités et amis qui faisaient le déplacement d'oublier un peu leur chagrin. Il tenait à partager son bonheur avec tous ses proches. Ils avaient inviter un certain nombre de personnes et certains ne pourraient ou ne voudraient peut-être pas faire le déplacement mais ce n'était pas une raison pour que le reste des présents en pâtissent. Cette journée serait placé sous le signe du bonheur et de l'insouciance. Il se retourna lorsqu'il entendit un bruit de pas dans son dos et sourit à Dan qui avait accepté d'être son témoin. Son ancien camarade de dortoir l'avait toujours soutenu et Sam était réellement heureux que son ami soit là avec lui.

"Alors t'es prêt mec ?"

"Plus que jamais."

"Alors c'est parti."

Dan ouvrit la porte de sa chambre et l'invita à sortir en même temps que lui pour rejoindre la Chapelle de la Place des Gobelins Amoureux. Liège était une ville pleine de charme et il était heureux que leur choix se soit arrêté sur cette ville. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il s'arrêtait devant les portes. Certains invités étaient déjà arrivé et Sam sentait la nervosité monter d'un cran en lui. Et si Théo décidait de changer d'avis au dernier moment. Non, leur décision était mûrement réfléchi et après toutes les épreuves qu'ils avaient traversées, ce mariage se soldait comme un dénouement heureux, une conclusion parfaite.

Il aperçut Aby du coin de l’œil et se dirigea vers elle. Il embrassa Mary, serra chaleureusement la main de Tom et serra sa sœur dans ses bras. Elle était venue avec son autre sœur Angèle qui avait ramené toute sa petite famille. Sam jeta un coup d’œil appréciateur au ventre arrondi de son aînée. Son sourire s'agrandit légèrement, il aurait bientôt un neveu ou une nièce. Les jumeaux ne semblaient pas partager le joie de leurs parents puisqu'ils boudaient dans un coin. Il leur ébouriffa les cheveux et se dirigea vers les autres invités qui avaient fait le déplacement. Il salua et remercia plusieurs personnes avec un grand sourire. Notamment le Professeur Adamson qui avait fait le déplacement avec l'Oubliator Brennan, le mentor de Théo. Son amant lui avait dit beaucoup de bien de l'homme même si lui avait beaucoup de mal à se faire une idée devant sa mine austère. Il se dirigea ensuite vers Zach qui semblait seul dans son coin. Il ne lui avait pas reparlé depuis... depuis leur dernière fois. Il savait qu'il avait partagé quelque chose avec Théo et n'avait accepté qu'il vienne que pour faire plaisir à son compagnon. Peut-être était-ce l'occasion de se réconcilier pour de bon cette fois.

"Salut ! Merci d'être venu."

C'était déjà un bon début non ?




Artémis NottAncien personnageavatar
Messages : 161

Voir le profil de l'utilisateur
Une fois n’était pas coutume, Artémis était resplendissante. Maquillée, coiffée et habillée avec soin par sa mère dans une robe traditionnelle bleue nuit, elle était heureuse d’avoir pu partir seule à l’étranger – officiellement sous la garde de son frère – et d’assister à un mariage. Pourtant, tout indiquait qu’Artémis aurait du ne pas être là, ou afficher une mine renfrognée et sinistre.

Le premier obstacle était qu’elle ne s’entendait pas du tout avec l’un des mariés, ledit marié étant son propre frère. C’était un peu problématique, mais elle n’y pouvait rien, si Théo était un irresponsable doublé d’un égoïste imbécile ! Elle avait déjà été choquée et blessée par ses révélations du nouvel an, et ne comprenait toujours pas son comportement. Avait-il vraiment besoin de se dévoiler lors de LA soirée de l’année ? D’embarrasser sa mère et sa sœur, juste pour le plaisir ? Non, elle ne l’acceptait pas. Et tout aurait pu en rester là, s’il n’y avait pas eu l’affaire Ulrich. La mort du Vengeur Masqué avait libéré Artémis d’un grand poids. Non seulement le sortilège qui l’empêchait de parler avait été levé, mais les menaces sur sa famille disparaissaient du même coup. Elle avait du affronter les Aurors, mais avait réussi à mentir sur sa pratique de la magie noire, si bien qu’elle était passée pour une réelle victime qu’Aurora s’était empressée de protéger. Mais il avait fallu que môsieur Théo s’en mêle. Se souvenant subitement qu’il avait une famille, le frère ingrat était venu demander des comptes à sa sœur sur les lettres qu’il avait trouvé dans le coffre fort familial. Heureusement qu’Aurora était absente ce jour-là, car Artémis était entrée dans une colère sans commune mesure. Elle avait « expliqué » à Théo qu’il avait perdu tout droit de jouer au parfait petit patriarche et/ou grand frère protecteur au premier janvier 2008, quand il avait fait passé son « intérêt » avant celui de sa famille au détriment du bon sens. Théo avait du quitter le manoir sous peine de se voir infligé quelques sortilèges désagréables que leur père n’aurait pas désapprouvés, et elle ne lui avait plus parlé depuis. En fait, le simple fait d’y penser la faisait fulminer.

Le second problème, c’était qu’elle venait assister, elle, l’héritière Sang-Pur, à un mariage homosexuel. Sa mère avait choisi de ne pas venir. Officiellement, Aurora et son fils ne se fréquentaient plus. Officieusement, ils se parlaient, avait cru comprendre la jeune fille, mais la situation n’était pas dénuée de tensions. Aurora avait longuement hésité à autoriser Artémis à assister au mariage, de peur que leur famille ne soit encore déconsidérée par leur entourage. Mais son instinct maternel avait pris le dessus, et, espérant sans doute que cela permettrait de réconcilier ses enfants, avait envoyé sa fille en émissaire – rôle que cette dernière ne comptait certainement pas jouer.

Et enfin, la dernière objection à sa bonne humeur était la mort de Danny. Artémis avait été vexée lorsqu’elle avait appris que Nora était allée jouer les aventurières sans elle. Et, si la tournure des évènements l’avait soulagée de ne pas avoir été sur place, elle ne pouvait s’empêcher d’être un peu rancunière. Elle avait maladroitement tenté de consoler son amie des choses horribles qu’elle avait vécu ce jour-là. La mort de Danny l’avait touchée, bien sûr. Elle avait assisté à l’enterrement et ressenti une grande tristesse pour le garçon maladroit qui, à force de persévérance toute Poufsoufflienne, avait fini par la charmer. Mais elle ne l’avait pas vue depuis un an, et il s’était consolée avec une pathétique moldue. Aussi, le cœur d’Artémis était-il passé sans trop de difficultés par dessus cette nouvelle épreuve. Sachant cependant que c’était plus difficile pour Nora, elle tâchait de ne pas se montrer trop insensible.

Elle ajusta une dernière fois sa robe et se tourna vers Nora, avec laquelle elle partageait la chambre.

« Tu es prête ? »

Les deux amies descendirent dans le hall, attendant les autres invités. Artémis avait trouvé de nombreuses raisons de contrebalancer les inconvénients précédemment cités. Elle se répétait tout d’abord qu’elle venait pour Samaël, son ami, qui méritait bien qu’elle ne gâche pas la cérémonie. Et, moins volontairement, une petite voix qu’elle refusait d’écouter lui soufflait que son frère lui manquait. Ils n’avaient pas été proches très longtemps, mais ces quelques mois où ils avaient enfin existés au yeux de l’autre étaient de précieux souvenirs. Artémis était également curieuse de voir à quoi ressemblait un mariage entre deux hommes. Son esprit quelque peu formaté était convaincu que cela ne pouvait pas ressembler à un mariage normal. Il n’y aurait pas de robe de mariée, ni de lancé de bouquet, ce genre de choses, non ? Enfin, Artémis était simplement heureuse d’avoir l’occasion de faire quelque chose d’adulte, d’être parée comme une princesse. De vivre quelque chose de joyeux et simple après ces derniers mois, sans pression ni drames. Enfin, si Théo ne fuyait pas une fois de plus les responsabilités et n’abandonnait pas Sam devant l’autel.  Elle eu un reniflement méprisant à cette pensée.

Elle rit lorsqu’Irving, arrivant près d’elles, lança une boutade, et poussa discrètement Nora vers lui, persuadée qu’il était le mieux placée pour lui faire oublier son chagrin (et son Grady).

« Tu es bien habillé aussi » répondit-elle par automatisme, trop habituée à l’étiquette. « Et je suis sûre que Nora sait faire les nœuds papillons ! »

Quelques instants plus tard, deux personnes très attendues firent leur entrée.

« Samaël ! » s’exclama l’adolescente avec chaleur. « Tu portes très bien le costume ! » Puis elle se tourna vers son frère, réticente. « Toi aussi ». Le ton était beaucoup plus réservé.


100e HUNGER GAMES


4

District
Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Aaron aurait vraiment voulu faire un effort. Vraiment. D’ailleurs, il l’avait fait, vestimentairement parlant : il portait son plus beau costume, il était rasé de près, coiffé correctement (enfin, à peu près), et s’était même jeté un sortilège de bonne mine, qui dissimulait en partie sa pâleur. Il essayait aussi être optimiste, d’afficher un sourire sur ses lèvres, mais il restait crispé.

Il avait traversé, après le quinze juin, une période d’hébétude, d’incompréhension totale, trop choqué pour réagir face à tout ce qu’il avait vécu. L’homme mort qui lui était quasiment tombé dessus, Fiennes dans son lit d’hôpital, vidé de toutes forces, fragile comme un vieillard. Il lui avait fallu plusieurs jours après l’annonce des élections anticipées pour réaliser ce qu’elles impliquaient.

Le jeune homme fourra sa main dans sa poche et serra la photo de Kelsey une dernière fois avant d’entrer dans la salle pour rejoindre ceux qu’il connaissait – surtout Jeremy et Juliet, à vrai dire. Il avait été invité au mariage de son ancien colocataire, et ses parents l’y avaient presque expédié de force, arguant que cela lui changerait les idées. Depuis la mort de Kelsey, il avait l’impression d’être redevenu un enfant.

La colocation s’était dissoute, Juliet partant s’installer avec Jeremy pour leur futur enfant, et Samaël avec Théo en vu de leur mariage. Des préoccupations particulièrement éloignées de celles d’Aaron, qui avait été rapatrié de force, sans que personne ne lui demande son avis, au domicile parental. Ses parents, bien que le forçant à aller voir un psychomage après le mois de mai, l’avaient laissé finir son année à Aberystwyth. Mais son état après le Bloody Sunday les avait fait changer d’avis. Aaron avait bien essayé de minimiser la chose, de parler d’un mouvement de foule sans gravité, avec juste le ministre blessé par inadvertance, une mauvais chute. Mais sa sœur était à Poudlard ce jour-là. L’histoire des six fugueurs, de la mort de Sneals et d’autres, la Gazette du lendemain avait rendu le mensonge impossible à faire avaler à Amy. Ses parents n’étaient pas nés de la dernière pluie et, au retour de la cadette, avaient vite compris que leur aîné leur avait caché la gravité de la situation. Cela expliquait mieux son état lamentable, et ils avaient pris des dispositions.

Ils s’inquiétaient énormément, commençant à trouver le monde sorcier d’autant plus dangereux et instable que tout se passait hors de leur vue. Aban Finnigan s’était lancé dans une diatribe contre le secret magique, allant jusqu’à parler de diktat et de censure. « Seules les dictatures sont capables de cacher un événement aussi grave à tout un Etat. Une mafia, voilà ce qu’est votre petit monde » tonnait-il le soir où Seamus était venu leur rendre visite.

L’Auror, qui n’était pas très en forme lui-même, avait peiné à défendre les sorciers. Pour une fois, les deux cousins s’étaient trouvés mêlés à une tragédie sans que le plus vieux n’hurle sur les erreurs du plus jeune. A vrai dire, Seamus culpabilisait. Les Aurors avaient été incapables de maîtriser la situation avant qu’elle ne dégénère, et les répercussions étaient telles qu’il le vivait mal. C’était curieusement la tâche de soutenir son cousin qui avait permis à Aaron de ne pas sombrer complètement. Kelsey, le Bloody Sunday, son avenir brisé en morceaux, c’était trop. Il lui fallait un but pour tenir, et il se raccrochait à ce qu’il avait.

Il avait rendu visite à Fiennes quelques jours plus tôt. Ou plutôt, l’ancien ministre l’avait fait venir. Pâle, émacié, incapable de s’asseoir dans son lit, épuisé, il n’était plus que l’ombre de l’homme d’Etat qu’il avait été. Les médicomages n’avaient pas réussi à identifier le sort qui l’avait frappé, et n’avaient probablement pas toutes les données en main : Elena Guipure n’avait pas transmis ce qu’elle avait vu dans ses multiplettes. Heureusement, sans doute, sans quoi Aaron aurait du porter la culpabilité de n’avoir pu sauver son protecteur.
La seule chose certaine, c’était que Fiennes vivait. Peut-être les années lui permettraient-elles de recouvrer une certaine vigueur, ou qu’un traitement contrerait les effets du sortilège. Mais ce ne serait pas pour demain. L’ancien Ministre avait discuté pendant moins d’un quart d’heure avec son protégé avant de s’endormir. Il lui avait dit, en substance, de ne pas tomber avec lui. D’utiliser ce qu’il avait appris et de se battre, plutôt que de refuser d’obéir à un autre pour une loyauté qui n’avait plus lieu d’être. Comment Fiennes savait exactement comment avait réagi Aaron, ce dernier l’ignorait. Mais il avait promis, et il le ferait. Sans doute. Sûrement. Peut-être.

Aaron arriva près de Jeremy et salua à la ronde ceux qui étaient près d’eux. Si on oubliait les circonstances, il appréciait l’invitation. Même si Samaël n’était pas devenu son meilleur ami, il ne s’entendait pas trop mal avec Théo. Ils avaient une façon de voir le monde un peu similaire – lorsque l’on passait outre les quelques divergences d’éducation.

« Lequel est en train de paniquer le plus, à votre avis ? »

Le ton était un peu crispé, mais les mains qui se saisirent du tissu ne tremblaient pas. Il fallait faire contre mauvaise fortune bon coeur. Les évènements avaient déjà un mois, et c'était une journée placée sous le signe du bonheur.



Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1085

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson


« T’es prêt Zach ? » lança Jonathan, qui s’habillait encore dans la chambre d’hôtel qu’ils partageaient.

« Ouais, je sors ! » lui répondit le jeune homme en ouvrant la porte. Il eut un sourire en entendant son petit-ami jurer alors qu’il tentait de nouer sa cravate. « Tu n’es vraiment pas doué. » commenta Zach en s’approchant pour l’aider.

« Au moins, je ne passe pas autant de temps dans la salle de bain qu’une adolescente qui se prépare pour son premier bal… » le taquina le jeune homme avec un sourire en coin.

L’ancien Serpentard leva les yeux au ciel sans prendre le temps de répondre. Il fallait dire qu’aujourd’hui n’était pas une journée comme les autres – loin de là, même. Aujourd’hui, il se rendait au mariage de Samaël et Théo, qui avaient été respectivement son petit-ami et son amant. Cette idée lui tira un sourire ironique et il se tourna vers Jonathan pour lui demander s’il était prêt à partir. Ce dernier acquiesça et les deux jeunes hommes quittèrent la chambre d’hôtel main dans la main.

Zach avait longuement hésité avant de se décider à venir. Pour plusieurs bonnes raisons, qui étaient, à son sens, parfaitement légitimes. Tout d’abord, parce que le mariage avait lieu en Belgique, et donc qu’il fallait payer le trajet mais également l’hébergement – et qu’il ne roulait pas sur l’or ces temps-ci. (Bien qu’en réalité, il ne roulait que rarement sur l’or. Pratiquement jamais, en fait.) Ensuite, il n’avait pas été certain de pouvoir se libérer de son travail, et de prendre des jours de congés. Enfin, parce qu’il s’agissait du mariage de Samaël et de Théo, et qu’on ne se rendait pas au mariage des deux hommes que l’on avait aimé – un peu décence, enfin ! Pourtant, il avait accepté l’invitation, sans vraiment savoir pourquoi. Pour être présent pour Théo, peut-être, qui était devenu un ami. Pour montrer qu’il avait tourné la page, aussi.

« Et donc, tu connais les deux mariés ? » questionna Jonathan, alors qu’ils marchaient en direction de la chapelle.

Zach posa un regard amusé sur lui, avant d’hocher la tête. Il avait rencontré Jonathan de la façon la plus absurde – selon lui – qu’il soit, dans une bibliothèque, juste avant ses examens. Ils sortaient ensemble depuis bientôt six mois, et Zach appréciait réellement l’ancien Serdaigle.

« Oui, je les connais tous les deux. Samaël Smith et Théo Nott, deux anciens Poufsouffle. Samaël est étudiant en médicomagie, Théo suit la formation pour devenir Oubliator. » expliqua-t-il.

« D’accord. » répondit Jonathan, avant de laisser passer plusieurs secondes de silence. « Et donc, ce sont tous les deux… »

«Mes ex, oui. Enfin, si on veut. »

« Si on veut… » répéta-t-il, songeur. « Ca m’a l’air un peu compliqué, tout ça… »

Zach haussa les épaules avec un sourire désolé. Effectivement, ce n’était pas forcément le meilleur évènement auquel convier son petit-ami… Bah, tant pis ! Samaël et Théo allaient se marier, et lui était très heureux avec Jonathan. Tout allait bien dans le meilleur des mondes, non ? Les deux jeunes hommes arrivèrent sur la place, où les invités commençaient à arriver. Il ne connaissait pas grande monde – pour ne pas dire personne, et il se posta dans un coin, Jonathan à ses côtés.

« Tu penses qu’ils vont arriver bientôt ? » demanda ce dernier. « Non, parce qu’il faut juste que je passe acheter quelque chose, et je ne sais pas si j’aurais le temps après la cérémonie… » expliqua-t-il en louchant vers une petite supérette.

« Tu peux y aller, je t’attendrais. » déclara Zach avec un sourire, avant de se pencher pour embrasser son petit-ami. « Mais dépêche. »

Jonathan ne se le fit pas dire deux fois, et fila en direction de la boutique, laissant son compagnon seul. Ce dernier observa les alentours, légèrement mal à l’aise face à cette foule qui ne lui présentait aucun visage familier. L’arrivée de Sam le tira de ses pensées, et il le regarda saluer différentes personnes, avant de se diriger vers lui. Un sourire un peu maladroit s’étira sur ses lèvres, avant de devenir plus sincère quand Samaël lui adressa la parole. Tout allait bien.

« Oh, c’est normal ! » répondit Zach, en songeant ironiquement que non, la situation n’était pas forcément normale. Tant pis. « Félicitations en tout cas ! Le lieu est super. » commenta-t-il. « Ca va, sinon ? Pas trop paniqué ? »
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1909

Voir le profil de l'utilisateur
Couchée sur la moquette de la chambre d'hôtel qu'elle partageait avec Artémis, Nora était à la recherche de la boucle d'oreille qu'elle venait de faire tomber sous son lit. Un peu plus tôt elle avait tâché sa robe avec du dentifrice, s'était vaporisé du parfum dans l’œil et tracé un trait de rouge à lèvre sur la joue. Ça n'allait pas du tout. Elle était nerveuse, fébrile, et elle ne savait pas pourquoi -ce n'était pas son mariage après tout.

Depuis qu'elle était arrivée ici, quelques heures plus tôt, elle se sentait mal à l'aise, pas à sa place, mais refusait de se laisser aller à ce qu'elle ressentait vraiment. Au fond elle reconnaissait bien ce sentiment, celui qu'elle éprouvait chaque fois qu'elle esquissait un sourire, chaque fois qu'elle se permettait un éclat de rire. La culpabilité.

Elle avait passé une semaine difficile, après ce terrible dimanche qu'on qualifiait maintenant de "Bloody Sunday". Une semaine dans le brouillard, à broyer du noir et à nager en plein cauchemar. Puis, la vie avait repris son cours. Les choses étaient petit à petit redevenues ce qu'elles étaient. Elle avait retrouvé sa maison, ses parents, avait même gagné deux cousins avec qui passer l'été. Et c'était allé un peu mieux, et pire à la fois. Elle recommençait à sourire, à rire, à profiter de la vie. Et chaque fois qu'elle se délectait d'un petit moment de bonheur, un lourd sentiment de culpabilité lui retombait sur les épaules, lui rappelant à quel point il était injuste qu'elle puisse profiter de la vie alors que Danny était mort.

Mais elle ne voulait pas de ce sentiment ce soir, elle ne voulait pas penser à ça. C'était la soirée de Samaël et de Théo, elle avait envie d'être heureuse pour eux. Elle avait dû supplier ses parents pour pouvoir se rendre au mariage -officiellement elle était privée de sortie jusqu'à la fin de sa vie- elle n'allait pas tout gâcher avec ses idées noires.

- Presque, répondit-elle à Artémis en tendant le bras pour attraper sa boucle d'oreille. C'est bon. Elle se releva et accrocha le bijou avant de détailler son amie du regard. Tu es magnifique.

Artémis avait l'air d'une véritable princesse et Nora fut agréablement surprise de la découvrir si radieuse. Il lui semblait que la jeune fille était en assez mauvais termes avec son frère ainé. Artémis parlait peu, surtout en ce moment, et ne lui avait rien raconté de précis, mais Nora l'avait senti. Elle était toutefois heureuse qu'Artémis ait réussi à passer au-delà de ce qui les séparait elle et son frère.

Nora lissa sa robe à fleurs, qui paraissait bien simple à côté de celle de son amie, et suivit cette dernière dans le hall où plusieurs invités étaient déjà présents. Elle se força à sourire, et s'obligea à ne penser à rien d'autre qu'à la belle cérémonie à laquelle ils allaient assister. Elle rit à la plaisanterie d'Irving et échangea un long regard avec son ami pour lui dire tout ce dont elle ne pouvait pas lui parler aujourd'hui -parce qu'on ne parlait pas de ça à un mariage. Une fois que tout le monde fut prêt, ils se mirent en marche et atteignirent rapidement la petite chapelle. On admirait les lieux, on remerciait la météo et on complimentait tout le monde sur sa tenue, tout se passait tranquillement ; Nora finit par se laisser gagner par la légèreté de l'ambiance et observa les autres invités avec un sourire aux lèvres.

- Quoi ? Mais non, je...

Nora jeta un regard étonné en direction d'Artémis qui venait d'affirmer qu'elle savait certainement faire les nœuds papillons, ce qui était parfaitement faux. Elle s'approcha néanmoins d'Irving et attrappa le morceau d'étoffe défait, ça ne devait pas être bien compliqué après tout.

- Je vais essayer de ne pas t'étrangler, promis, assura-t-elle avec un léger sourire en passant l'étoffe dans la nuque du Gryffondor. Comment ça va ? demanda-t-elle à voix plus basse, maintenant qu'ils étaient assez proches pour pouvoir parler sans être entendus des autres. Voilà, ça devrait tenir le temps de la cérémonie, j'espère. Elle se recula un peu après avoir lissé la veste d'Irving sur ses épaules d'un geste tendre. Tu es très beau comme ça, ajouta-t-elle avec un sourire.

Les invités derrière eux se firent soudainement plus bruyants et la jeune fille se retourna pour accueillir les deux futurs-mariés qui venaient d'arriver. Ils étaient tous les deux rayonnants et Nora était sincèrement heureuse pour eux. Samaël était devenu un véritable ami, après plusieurs années à faire partie d'une même équipe, et elle appréciait beaucoup Théo, même si elle ne le connaissait pas aussi bien. Elle était certaine qu'ils seraient très heureux tous les deux. Ils avaient tous besoin de croire en une fin de conte de fées en ce moment. Et elle y croyait encore, malgré tout.


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3360

Voir le profil de l'utilisateur
Comme Artémis venait de pousser Nora dans sa direction, cette dernière fut un peu obligée de s’occuper de son nœud papillon. Irving leva le menton et regarda le ciel bleu afin de ne pas la gêner dans sa tâche qui s’avérait être plus compliquée qu’il n’y paraissait.

« Ça ne peut pas être pire que c’que j’ai bricolé, répondit-il en gardant toujours la tête en arrière après que son amie lui eut promis d’essayer de ne pas l’étrangler. Elle fit quelques savants mouvements et reprit la parole, un ton plus bas cette fois, pour lui demander comment il allait.

« Beaucoup mieux depuis que tu as réglé cette affaire de nœud, plaisanta-t-il en sachant pertinemment que la jeune femme n’attendait pas une boutade en guise de réponse. Il croisa finalement son regard et haussa les épaules. A quoi bon rentrer dans les détails. Non, il n’était pas au meilleur de sa forme mais il n’allait quant même pas gâcher la fête avec ses états d’âme. Ça, il se l’était juré.

« Merci !  lança-t-il donc d’un ton joyeux en bougeant la tête à gauche puis à droite pour tester le confort de son nouveau nœud, c’est parfait ! »

Il réajusta le col de sa veste  de costume et plongea ses mains au fond des poches de son pantalon quant Nora affirma le trouver très beau comme ça. C’était très gentil, et Irving était persuadé que son amie ne pensait pas à mal, mais il aurait juste aimé qu’elle ne le complimente pas de la sorte. Tourner la page Nora était un entrainement quotidien aussi il ignorait les remarques qui pouvaient raviver un peu trop son espoir ou entretenir une sorte d’ambigüité.

« Vous aussi vous êtes toutes magnifiques ! » lança-t-il en englobant la totalité des filles du regard. La dernière fois qu’il avait dit personnellement à Nora qu’elle était superbe, il savait où cela l’avait mené ! Pourtant, il trouvait que sa coiffure et son maquillage étaient vraiment élégants et lui donnaient un air très femme, toutefois il garda ce constat pour lui. D’ailleurs elle n’était pas la seule à s’être métamorphosé de la sorte.  Il suffisait de regarder également Artémis et Cassandre pour se dire que le passage de la sixième à la septième année réussissait particulièrement aux filles.
Irving se surprit à laisser vagabonder son regard en direction des actuelles collègues de Samaël et Théo pour voir si le changement perdurait dans le temps. Elles avaient toutes sorti leurs plus belles toilettes et leurs bijoux étincelants. Elles rivalisaient d’élégance. Peut-être qu’il pourrait passer un moment privilégié avec l’une d’entre elle lors de la soirée. Surement que tous les célibataires du jour devaient se dire la même chose, songea-t-il en voyant arriver les mariés.

Samaël était radieux et toute trace de timidité semblait avoir disparue de sa personne. Son bonheur faisait plaisir à voir, tant il semblait épanoui et heureux. Aussitôt un sourire se dessina sur les lèvres de l’ex-gryffondor. Contrairement à quelques heures plus tôt, il était content d’être là et de voir ça de ses yeux. Il avait eut raison de se faire violence pour venir. Même si c’était difficile de se dire que Danny ne ressentirait jamais plus un pareil bonheur, Irving se concentrait sur le visage rayonnant de Sam qui saluait toute sa famille. Il aperçut alors Théo Nott qui venait d’arrivée au bras de son témoin, Juliet. Irving ne connaissait pas l’apprenti-oubliator personnellement. Pour un Poufsouffle, il semblait beaucoup trop froid et arrogant à ses yeux mais si Samaël l’avait choisi pour mari et Juliet pour ami, c’est qu’il devait avoir quelques bons côtés… Bien cachés.

Sam’ salua encore quelques connaissances avant d’arriver vers le groupe des anciens camarades de Poudlard. Le sourire d’Irving s’agrandit et dès que l’ex-batteur fut à sa hauteur il le gratifia d’une franche accolade avant de le tenir à bout de bras pour l’admirer.

« Et ben mon vieux ! Il émit un sifflement appréciateur et poursuivit : La grande classe ! » Il lui tapota l’épaule quelques secondes et ajouta, vraiment ému, J’uis content pour toi mon pote ! A c’qui parait  ça passe trop vite alors prends l’temps d’profiter, hein …»  Il lui accorda un sourire sincère et libéra son ami.

Les jours où il n’était pas complètement déprimé par la mort de Danny c’est ce qu’il se répétait inlassablement : Carpe Diem, Profite du jour présent. C’est que qu’il allait faire, se dit-il en suivant Samaël du regard. Théo arriva à sa hauteur et Irving le félicita poliment –l’étreinte virile étant, ici, totalement exclue- puis il s’approcha de Juliet pour la saluer et demander des nouvelles de sa grossesse en attendant que la cérémonie démarre.



Irving Whitaker
Cassandre HarperSeptième annéeavatar
Messages : 339

Voir le profil de l'utilisateur
En reposant sa bouteille de parfum sur le rebord de l'évier, Cassandre releva les yeux vers son reflet dans le miroir. Elle n'arrivait pas encore à comprendre comment elle arrivait réussi à pouvoir assister au mariage de Théo. Il faut dire que ses parents avaient d'abord commencé par refuser pour plusieurs raisons. L'idée qu'elle assiste à un mariage entre deux hommes d'abord - tout en sachant que ses parents maintenaient que ce n'était donc pas un vrai mariage puisqu'il n'y avait pas de fiancée - et ensuite parce qu'elle était interdite de toute sortie sans leur présence. Elle qui pensait que les punitions de l'école seraient plus sévères que celles de ses parents qui n'avaient jamais été capable de lui imposer une sanction voire même une remontrance... Elle s'était bien trompée. Pour la toute première fois, ses parents n'avaient pas cherché à la dédouaner et avaient été furieux.

L'école avait bien spécifié qu'elle était la meneuse de cette dramatique excursion et ils n'avaient pas pu supporter cette idée, qu'elle se mette dans un tel danger tout en emmenant des camarades avec elle. Rien n'y avait fait et Merlin savait qu'elle avait longuement plaidé sa cause en espérant les voir céder comme ils en avaient l'habitude. Elle avait évoqué ses convictions politiques pour toucher son père, le traumatisme qu'elle avait subit - même si elle n'avait pas exposé ses véritables angoisses et ressentis mais une version édulcorée et pathétiques de ces derniers, préférant garder la vérité pour elle - et le fait que si elle avait pu sortir, c'était bien la preuve que l'école ne les surveillait pas. Mais ni Cornélius ni Elisabeth n'avaient cédé, réalisant sûrement que cette fois-ci, Cassandre avait pris des risques trop grands en se pensant au dessus de tout danger. Le couperet était tombé et la jeune fille avait été recluse jusqu'à nouvel ordre.

Et aussi étonnant que cela puisse paraître, elle n'avait pas protesté. Il faut dire que le Bloody Sunday l'avait suffisamment ébranlée pour qu'elle ne se sente en sécurité qu'au sein des murs de sa chambre. Évidemment, tout comme après la Laponie, elle en avait peu parlé, peu désireuse de s'étendre sur un sujet aussi douloureux, surtout que dans les faits, elle n'était pas à plaindre. Elle avait survécu, n'avait même pas été blessée et ne savait pas comment un tel miracle avait pu arriver. Elle avait dû avoir de la chance, bien plus que d'autres. Quitter Poudlard et son ambiance pesante lui avait bien du bien, surtout que les sanctions avaient été sévères. Une fois à la maison, elle avait pu avoir une longue discussion avec ses parents, tant sur les retombées du Bloody Sunday que sur l'état de son dossier à Poudlard, maintenant que son nom avait trempé dans une expédition qui aurait pu coûter la vie à plusieurs élèves. Ses parents lui avaient expliqué que les temps allaient être difficiles en Angleterre dans les mois à venir, malgré les élections anticipées qui ne feraient que calmer les rancœurs et que l'idéal serait qu'elle s'éloigne un peu de tout cela. Elle avait refusé au début mais ses parents avaient su trouver les arguments pour la convaincre et l'autorisation de se rendre au mariage de Théo en faisait partie.

Soupirant, Cassandre glissa une dernière épingle à cheveux dans son chignon compliqué et se composa une mine avenante pour correspondre à l'humeur du jour. Après tout, il faisait beau, il faisait chaud et Théo se mariait aujourd'hui. Elle n'avait pas été si surprise que ça d'apprendre le mariage de Théo au vu de sa retentissante annonce au Nouvel An. Elle avait mis un peu de temps à se faire à l'idée, il faut dire que son béguin pour son ami n'avait pas vraiment aidé, mais elle s'était faite à l'idée et elle était passée à autre chose. Elle ne connaissait pas vraiment Samaël et elle était là principalement pour Théo mais il était hors de question d'avoir des idées sombres en pensant au Bloody Sunday. Et puis surtout elle savait que Nora et Irving avaient été très marqués par la mort de Danny Sneals, qu'elle n'avait que très peu connu et elle avait à cœur de ne pas leur rappeler ce mauvais souvenir. Avisant l'heure qui avançait, elle termina sa préparation et quitta sa chambre pour rejoindre les autres invités. Elle adressa un sourire à Nora et Irving, une salutation plus polie aux autres qu'elle connaissait moins, voire pas du tout. Elle haussa un sourcil à la remarque d'Irving, un sourire en coin sur les lèvres.

- On ne peut pas vraiment dire la même chose de toi... répliqua-t-elle en désignant son nœud papillon défait.

Elle le taquinait, Irving était aujourd'hui très élégant, tout comme le reste des invités d'ailleurs. Cassandre, elle, avait opté pour une robe mi-moldue mi-sorcière de chez T&T, payée de sa poche vu que ses parents n'étaient toujours pas très arrangeants, qui faisait ressortir ses grands yeux bleus. Elle observa Nora arranger le nœud papillon dIrving avec un regard entendu tandis qu'un peu de remue-ménage se faisait entendre à l'arrivée des mariés, visiblement rayonnants de bonheur. Est-ce qu'elle serait aussi heureuse de se marier un jour ? Elle en doutait. Pas qu'elle soit particulièrement pessimiste mais dans son esprit, le mariage était surtout un élément pratique qui servait à renforcer sa position. Théo avait envoyé valser les conventions en envoyant au diable les conventions sociales des Sang-Pur mais Cassie se savait trop attachée à ce monde pour s'en éloigner ainsi. Elle avait beau prôner et militer pour une nouvelle modernité dans ce monde encrassé dans ses valeurs obsolètes, elle restait fière d'appartenir à cette élite qui avait modelé le monde magique et comptait bien y perpétuer les valeurs de sa famille et faire partie de cette génération qui signerait le renouveau des Sang-Pur. Enfin, elle pouvait comprendre que Théo ne pouvait pas continuer dans un monde qui le méprisait.

Elle salua très poliment Samaël lorsqu'ils s'approchèrent des anciens camarades de Poudlard - ils ne s'étaient jamais parlé - et adressa un sourire bien plus grand et bien plus franc à Théo avant de lui adresser de chaleureuses félicitations.

- Tu es très élégant. Je suis heureuse de te voir aussi épanoui, souffla-t-elle, un ton plus bas pour que les autres ne l'entendent pas.

Elle avait une réputation à tenir, tout de même. 


   
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1003

Voir le profil de l'utilisateur
Quand Irving demanda à Jeremy si sa fiancée était déjà en présence du marié, le jeune homme laissa échapper un soupir dramatique.

« Hélas, oui, elle me délaisse ! »

A vrai dire, Jeremy était très heureux de voir Théo se marier avec Samaël, tout comme Rosaleen allait bientôt se marier avec Leopold. Les errements de Juliet et Jeremy à l’automne dernier étaient bien derrière eux, tout le monde allait de l’avant et tout allait bien dans le meilleur des mondes. Cela apparaissait plus important aujourd’hui que jamais, songea le jeune homme avec un pincement de cœur. Aujourd’hui encore, Danny serait probablement dans tous les esprits, preuve que des temps sombres s’annonçaient et que l’heure des futilités était belle et bien passée. Jeremy avait toujours été un peu trop protecteur sur les bords, ce qui lui avait probablement valut sa place à Gryffondor, mais ce trait de caractère s’était amplifié à l’extrême depuis le Bloody Sunday. Il avait énormément de mal à laisser Juliet s’éloigner de plus de trois mètres et se fichait bien de l’étouffer, tant qu’elle était en sécurité. Oui, le Bloody Sunday les avait tous marqués, et Jeremy espérait sans trop y croire que l’ombre de cette tragédie ne planerait pas trop sur le mariage de ses amis.

Aaron rejoignit alors le petit groupe qui s’était formé dans le hall de l’immeuble et il le salua d’un large sourire. Jeremy connaissait pas mal de monde à ce mariage, mais c’était avec Aaron – et évidemment, Juliet – qu’il avait l’intention de passer le plus de temps. Ces derniers temps avaient été très durs pour son ami, entre la mort de Kelsey et l’attaque de Fiennes, et Jeremy se sentait assez impuissant à lui remonter le moral. S’il partageait son chagrin concernant Kelsey, bien qu’à un degré moindre, Jeremy se sentait bien plus concerné par le décès de Danny, son ancien camarade qu’il avait toujours apprécié, que par un ministre qui était responsable de son propre malheur… Toujours est-il que Jeremy se sentait triste pour Aaron et ne savait pas vraiment ce qu’il pouvait faire pour atténuer sa douleur, à part être présent et tenter de lui changer les idées. C’était ce qu’il avait l’intention de faire ce soir. D’ailleurs, tout le monde avait bien besoin d’une bonne soirée de détente et d’insouciance, et c’était pourquoi il comptait invoquer son passé de gentil organisateur de soirées de fin d’année pour mettre l’ambiance à ce mariage. Sauf si Théo Nott décidait de lui-même de se mettre à danser sur les tables, mais il avait un léger doute…

« Je parie sur Théo », répondit Jeremy sans hésitation. Artémis était le seul membre de sa famille à avoir fait le déplacement et cela devait bien suffire à entacher le mariage d’un goût doux-amer pour le sang-pur. Jeremy se sentait désolé pour lui et l’ajoutait à la liste des personnes dont il voulait assurer le bien-être aujourd’hui. Pendant longtemps, pendant toute leur scolarité, en fait, Jeremy n’avait pas accordé grande estime à son camarade de Poufsouffle, se demandant comment Samaël, un jeune homme gentil et ouvert, pouvait être ami avec ce Nott grincheux et imbuvable. Son opinion avait progressivement évolué depuis leur sortie de l’école, à mesure qu’il apprenait à connaitre Théo, et que l’oubliator s’adoucissait de son côté. Certes, ils ne seraient jamais les meilleurs amis du monde, car bien trop différents pour cela, mais Théo était pour Jeremy l’une de ces personnes que l’on est obligé de côtoyer du fait d’amitiés communes et que l’on finit par apprécier pour de bon. S’il devait baby-sitter sa petite Gabrielle, il avait bien intérêt de se faire apprécier, d’ailleurs…

Le petit groupe se mit alors en marche vers la chapelle, Jeremy devisant gaiement au sujet de la ville et des belges qui avaient l’air d’être d’étranges personnes. Le voyage fut court et ils purent tous admirer la petite place et l’église où se tiendrait la cérémonie. Bientôt, Samaël et Dan arrivèrent, quasiment aussitôt suivis par Théo et Juliet. Son regard resta absorbé un bon moment par sa fiancée avant de daigner se poser sur les deux mariés, un sourire heureux s’étirant sur ses lèvres. Leur bonheur était palpable et communicatif, tant ce mariage n’avait pas été gagné d’avance. Jeremy commença par donner l’accolade à Samaël, approuvant le commentaire appréciateur d’Irving. Le jeune marié s’éloigna ensuite en direction d’un autre invité et Jeremy porta son attention sur Théo, qui le gratifia pour sa grande surprise d’une accolade virile.

« Félicitations Théo, je te souhaite tout le bonheur du monde avec Sam », dit-il avec sincérité. Après tout, le Théo-malheureux était bien trop désagréable pour qu’il ait envie de le fréquenter !

Comme Théo s’éloignait à son tour, Jeremy jeta un coup d’œil à sa fiancée mais elle était en pleine discussion avec Irving. Il décida donc d’attraper Aaron pour l’entraîner vers Nora et Artémis, les deux acolytes et joueuses de Quidditch de Poufsouffle, qu’il n’avait pas eu l’occasion de fréquenter depuis sa sortie de Poudlard…hormis à l’enterrement de Danny, qui n’était guère le meilleur endroit pour rattraper le temps perdu.

« Mesdemoiselles », les salua-t-il avec un sourire exagérément séducteur, « laissez-moi vous dire que vous êtes ravissantes ! J’espère que vous me garderez une danse. Nora, Artémis, vous vous souvenez d’Aaron, n’est-ce pas ? »

Une façon comme une autre de remonter le moral d’un ami en détresse était de lui présenter l’opportunité de passer une bonne soirée en charmante compagnie, après tout !

Spoiler:
 


Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Théo lança à Juliet un regard soupçonneux. Le meilleur témoin de l’histoire des témoins ? Cela sentait les anecdotes à plein nez. Enfin, il faisait confiance à sa meilleure amie, sinon il aurait choisi un autre témoin ! A vrai dire, il avait également pensé à Artémis, mais étant donné l’état de leurs relations, l’hésitation avait été courte. Docilement, le jeune homme accrocha un large sourire à ses lèvres, qui s’accentua encore à la proposition de Juliet. Théo avait largement eu le temps de s’accommoder à l’idée que personne ne serait là pour l’accompagner à l’autel. Ce n’était pas comme s’il avait espéré le moindre soutien de la part de sa famille, et s’il avait encore un espoir pour que sa sœur face le déplacement, elle le ferait probablement sans grand enthousiasme. Heureusement, et en dépit de l’immense importance qu’il accordait à la famille, Théo avait appris à obtenir l’affection qu’il ne pouvait trouver chez les Nott auprès de ses véritables amis.

« Oh, Juliet, oui, avec grand plaisir. Merci infiniment », répondit-il en la serrant dans ses bras avec reconnaissance. Une partie de son angoisse s’était envolée grâce à son amie mais il ressentait toujours une certaine nervosité lorsqu’ils quittèrent l’hôtel pour rejoindre la petite place où se pressaient déjà leurs invités. Théo embrassa les lieux du regard et sentit un sourire naître sur ses lèvres. Certes, sa mère n’était pas venue, mais l’inverse aurait été surprenant. En revanche, Artémis avait fait le déplacement en dépit de leurs différends et il reconnut également Zach, plusieurs membres du BDO, ainsi que plusieurs membres de la famille de son fiancé. En dépit des controverses qu’avait suscitées leur couple et en dépit du faible nombre d’amis de Théo, ils étaient suffisamment entourés pour que la place devant la chapelle soit pleine de monde. Du monde qu’il était heureux de voir, qui plus est ! Juliet à son bras, Théo commença par saluer ses deux mentors successifs, Margot et Alastair, qui formaient un couple inattendu qu’il espérait bien ne jamais voir se briser. Puis les deux jeunes gens saluèrent un certain nombre de personnes avant de se diriger vers le groupe où se trouvaient leurs amis.

Théo fit une bise à Gillian en la commentant sur sa tenue, assurant qu’elle allait faire tourner des têtes, avant de saluer Irving plus sobrement. Irving faisait partie de ces amis d’amis, comme Jeremy, qu’il avait bien du mal à appréhender. Cela s’était nettement amélioré avec le fiancé de Juliet, mais Irving le laissait encore perplexe, ce fils d’ouvrier de la cité Nimbus dont la classe sociale se lisait dans sa façon peu soutenue de s’exprimer. Néanmoins, si Théo se sentait encore plus à l’aise avec ceux qu’ils continuaient de considérer comme ses semblables, il avait appris qu’il pouvait avoir de bonnes surprises en se montrant ouverts avec les amis de Samaël, en dépit de ses réticences initiales. Zach en était la preuve, et il comptait bien accorder la même chance à Irving de gagner ses faveurs…enfin, pas exactement la même, Irving n’était pas du tout son genre – et puis il allait être un homme marié !

Son regard se posa ensuite sur Nora, qu’il salua avec un sourire chaleureux.

« Merci d’être venue, Nora, c’est un plaisir de te voir. Cette robe à fleurs te va à ravir ! »

Théo retint la phrase de condoléances qui lui brûlait les lèvres, conscient que le prénom de Danny Sneals ne devrait pas être prononcé aujourd’hui s’il tenait à ce que son mariage soit un bon souvenir pour tout le monde. Cette tragédie avait atteint un certain nombre de ses invités et lui-même avait été attristé d’apprendre sa mort. Certes, il n’avait jamais porté Sneals dans son cœur, mais il savait qu’il était important pour Artémis et sa sœur n’avait vraiment pas besoin de ça en ce moment.

Celle-ci se trouvait justement aux côtés de Nora et il s’immobilisa un instant face à elle, l’observant d’un regard incertain. Le compliment qu’elle lui octroya était des plus réservés, ce qui n’était guère étonnant, mais il décida de faire abstraction de sa froideur. A vrai dire, il en avait plus qu’assez de la distance qui s’était instauré entre eux et se fichait bien de tout cela aujourd’hui. Le vengeur masqué n’avait pas à planer sur son mariage. Quant à son homosexualité et le fait qu’il ait décidé de l’assumer, Artémis l’avait suffisamment accepté pour se rendre ici, et c’était suffisant pour Théo. Se moquant des éventuelles protestations de sa sœur, il l’attira contre lui et la serra contre lui. Elle était le seul membre de sa famille aujourd’hui, le seul Nott qui ne lui en voulait pas au point d’éviter son mariage. Et si elle le faisait sans doute au moins un peu pour Samaël, cela voulait quand même dire beaucoup pour Théo d’avoir sa sœur auprès de lui lorsqu’il dirait « oui ». Ce n’était peut-être pas un mariage conventionnel mais c’était le plus beau jour de sa vie et l’absence de ses parents pesait beaucoup sur lui.

« Merci d’être venue », souffla-t-il à son oreille, avant de se détacher d’elle et de se tourner un peu brusquement vers Jeremy. Lui aussi eut droit à un câlin – pardon, une étreinte virile. Théo se montrait plus amical que d’ordinaire. Lui qui rechignait aux contacts physiques exubérants ressentait l’envie de distribuer étreintes et bises, comme pour compenser le fait que sa mère n’avait pas daigné venir à son propre mariage… Après avoir remercié Jeremy, il se dirigea cette fois vers Cassandre, une autre bonne surprise de la cérémonie. Il lui adressa un large sourire, heureux de la voir ici en dépit des probables réticences de ses parents.

« Merci infiniment, ça compte beaucoup pour moi », répondit-il, conscient que l’approbation de Cassandre n’avait pas été gagnée d’avance. « Quant à toi, tu es ravissante… »

Un léger silence suivit son compliment, durant lequel Théo hésita à prendre congé. Il restait probablement des invités à saluer, mais il avait envie de discuter un peu avec son amie. Les occasions de se voir se faisaient rares depuis que Théo n’était plus le bienvenu aux réunions de la haute société et il avait entendu dire que la vie de Cassandre avait été mouvementée, ces derniers temps. Elle avait mené l’expédition d’élèves au Bloody Sunday, rien que cela, et il n’avait aucune idée des conséquences que cela avait eu pour elle… Ne sachant trop comment aborder le sujet, il se contenta d’une interrogation plus générale.

« Comment vas-tu, Cassandre ? »


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
"Merci. Oui, ça va. T'as pas idée, il esquissa un sourire amusé. Je crois que j'ai jamais été aussi stressé et heureux en même temps de toute ma vie. Et toi, comment vas-tu ?"

Il ne savait toujours pas comment s'y prendre avec Zach. Il avait l'impression que c'était peut-être le moment de lui présenter ses excuses. Il n'aurait peut-être pas l'occasion de le refaire d'ici là. Il savait que Théo et lui étaient très amis mais il voulait que tout soit dit aujourd'hui. Il se sentirait peut-être moins coupable d'épouser Théo comme ça. Il se sentirait certainement mieux vis-à-vis de Zach en tout cas. Il se passe une main dans les cheveux avant de se rappeler qu'il les avait coiffé à peine dix minutes plus tôt et que dans une demi-heure, il devrait encore être présentable.

"Je voulais te dire... Je suis désolé pour... enfin tu sais... mon comportement du mois d'octobre. J'aimerais, enfin si tu veux bien évidemment, qu'on soit amis."

Sam esquisse un nouveau sourire incertain, attendant la réaction du jeune homme. Quoiqu'il arrive, il accepterait sa décision même si il ne la lui donnait pas tout de suite. Il vit un jeune homme se diriger dans leur direction. Le futur marié le salua poliment avant de reposer son regard sur Zach. Il poussa un léger soupir et avec un sourire, il désigna la foule.

"Je dois y retourner, j'ai d'autres invités à saluer. Je suis content que tu sois là, Zach."

Sur un dernier sourire, il s'éloigna de son ancien amant et se perdit à nouveau dans la foule. Il salua ses amis et collègues Médicomages présents avant de se diriger vers un groupe beaucoup plus jeune. Son sourire s'agrandit alors qu'il se dirigeait vers le petit groupe composé des anciens de Poudlard. Il embrassa Artémis sur les deux joues avec un petit clin d'oeil après son compliment.

"Je ne suis pas aussi élégant que ma belle-soeur préférée."

Il se tourna ensuite vers Nora pour la serrer dans ses bras et lui souffler qu'elle était vraiment très jolie dans sa petite robe fleurie. Il espère qu'elle arrivera à s'amuser malgré l'absence de Danny. Il desserra son étreinte, salua Cassandre au passage, il ne la connaissait pas vraiment, il savait juste qu'elle était une amie de Théo. Et arriva à la hauteur d'Irving avec un grand sourire. Il lui rendit son accolade et pouffa à sa remarque.

"T'es pas mal non plus Vigounet, il lui ébouriffe légèrement les bouclettes avec un léger rire. Compte sur moi, j'profite à fond. A toi de faire pareil maintenant."

Il lui glisse un clin d'oeil et laisse son regard dériver vers Nora. Son sourire s'agrandit légèrement et il se tourne vers Jeremy. Il lui rendit son étreinte viril avec un sourire et le remercia pour le compliment. Il salua Aaron d'une poignée de main. Il ne savait pas réellement comment agir avec son colocataire. Les derniers mois avaient été assez tendu mais ils n'en restaient pas moins en bons termes. Du moins, il l'espérait. Il s'éloigna ensuite pour aller saluer d'autres connaissances à lui. Lorsqu'il eut fait le tour, il s'arrêta aux côtés de Juliet et l'embrassa sur la joue.

"Comment se porte la future maman ? Merci d'être là, Ju. C'est important pour nous deux."

Il esquissa un léger sourire à son attention. Son soutien avait été plus que primordial au cours des derniers mois et il ne lui serrait jamais assez reconnaissant pour ça. Il était heureux qu'elle soit là avec eux et qu'elle partage le moment le plus important de leurs vies et le plus heureux.

Fin du Rp




Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Love Today [Invités de Sam & Théo]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-