AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Les éclopés [Alexandra & Roy]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Roy Calder le Ven 29 Aoû 2014 - 2:39, édité 1 fois
Dimanche 15 juin 2008 – Sainte-Mangouste

« Voilà votre café, monsieur. »

Roy échangea quelques pièces contre sa tasse de liquide amer sensé lui redonner un peu d’énergie après cette journée interminable. Il était à peine six heures du soir, mais il avait la sensation que deux journées s’étaient écoulées en une. Il était fatigué. Fatigué physiquement après la débâcle de la manifestation, après ses blessures, son oreille encore douloureuse. Fatigué moralement d’alterner entre nervosité et inquiétude, entre colère et lassitude. Il avait passé un moment avec des personnes qu’il aurait préféré ne jamais revoir. A présent qu’il en avait pris congé, il prenait conscience d’à quel point revoir son ex l’avait crispé. Il s’était senti mal à l’aise, pas à sa place, forcé de se montrer différent de ce qu’il était d’habitude et il détestait ça. Ce qui se passait dans la vie de Juliana, tout aussi funeste cela soit-il, ne le concernerait plus dorénavant.

Assis au comptoir, Roy savourait sa solitude. Il avait laissé Klemens entre les mains de Valery qui avait accouru à l’hôpital pour les chercher. Au même moment, Roy avait reçu le Patronus de Jayce, lui assurant qu’il avait pu rentrer et que tout allait bien. Alors il avait échoué là, dans cette cafétéria, qui lui avait paru un lieu correct pour essayer de démêler ses émotions, seul.

Un tintement derrière lui le tira de ses pensées. Roy devait être dans un état second pour se rendre serviable, mais sur l’instant, il ne réfléchit même pas, il se pencha automatiquement pour ramasser la pièce qui était tombée.

« C’est à vous, je crois… Ah. »

Bien sûr, il avait fallu qu'il tombe sur une autre femme qu’il n’avait pas spécialement envie de revoir non plus.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
"Merci madame, ne vous en faites pas, ça va aller."

Alex lança un sourire rassurante à l'infirmière qui s'était occupée d'elle depuis qu'elle avait été reçu à St-Mangouste. Celle-ci était manifestement très inquiète de devoir laisser partir bon nombre de ses patients qui auraient normalement été gardé en observation. Malheureusement, aujourd'hui n'était pas un jour normal et la capacité d'accueil de l'hôpital n'était pas extensible. La femme s'était occupée du mieux qu'elle le pouvait des diverses blessures d'Alex, lui avait fait ingurgiter une bonne dizaine de potions mais la magie - surtout lorsque les soins étaient incomplets - ne pouvait faire de miracles.

C'est donc clopinante, des bleus parcourant son corps - l'infirmière s'étant contentée de soigner les plus imposants afin d'économiser le stock de potions - qu'Alex entra dans la cafétéria pour attendre Clyde qu'elle avait contacté pour qu'il la raccompagne chez elle, ne se sentant pas de faire le voyage seule dans cet état.

La cafétéria était bondée, elle aurait du mal à trouver une table libre pour s'installer. L'atmosphère était pesante mais, lasse, Alex n'y prêtait pas attention. Elle fut sortie de sa bulle par une voix d'homme. Par automatisme, elle se retourna. L'homme lui tendait une pièce qui était certainement tombée de sa poche, elle le remercia par automatisme, ce n'est qu'après qu'elle le reconnut : le dealer de la voie des miracles...

"Je ne pensais pas vous revoir... Et certainement pas dans ces conditions... Je ne pensais pas que vous étiez du genre à ramasser des pièces pour les rendre à des inconnus mais merci..."


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
L’emmerdeuse de la voie des Miracles. Roy ne connaissait pas son nom, elle était enregistrée à cette enseigne simple et efficace dans un coin de son cerveau. Il l’avait reconnue sur le champ, et pourtant, elle paraissait bien différente de la dernière fois. Des traits tirés avait remplacé ce que Roy se remémorait comme un visage très –trop ?- expressif, et son ton était bien moins vindicatif. Elle semblait simplement lassée de sa journée. Exactement comme lui.

« Je ne pensais pas non plus que j’étais de ce genre-là. »

Il avait répondu du tac au tac, sans réfléchir. Sa réponse elle-même le surprit, dans d’autres circonstances, il aurait sûrement pris soin de lui envoyer une pique, on n’insinuait pas que Roy Calder était un voleur impunément. Il était bien des choses peu recommandables, mais pas un voleur. Sans bien savoir pourquoi, il eut un petit sourire, qu’il masqua en se baissant pour se rasseoir à sa chaise de comptoir.

« Vous par contre, vous êtes toujours du genre à vous accrocher à vos idées toutes faites… Roy eut une petite seconde d’hésitation, un détail venait de l’interpeller. « On ne se vouvoyait pas la dernière fois, si ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Les événements de l'après-midi semblait avoir brouillés leurs esprits. Alex remercia sincèrement l'homme avec qui elle avait eu une violente altercation et, alors qu'elle s'attendait à une pique bien sentie de la part du dealer de pacotille, il lui répondit de façon plutôt naturelle et spontanée. Sa réplique faillit même arracher un sourire à Alex mais elle se retint, elle n'oubliait pas à qui elle avait affaire...

Elle le laissa poursuivre, ne sachant comment réagir. Son insinuation la vexa légèrement, elle se vantait souvent de ne pas juger les gens, qu'un inconnu lui lance ainsi qu'elle n'était pas aussi neutre qu'elle le croyait était désagréable - surtout lorsqu'il avait raison mais ça elle n'était pas prêt de l'avouer -. Elle aurait pu rétorquer sèchement ou même mieux, passer son chemin - puisque cette fois sa fierté n'était pas en jeu - pourtant elle décida de se laisser aller. Elle était lasse, épuisée par cette après-midi de cauchemar, elle avait failli y passer quand même ! Au fond d'elle, elle avait besoin de chaleur humaine, qu'importe si elle prenait la forme d'un raté qui gagnait sa vie en profitant du malheur des autres ; aujourd'hui, c'était juste un visage un peu moins inconnu que les autres dans cette cafétéria bondée où résonnaient les sanglots. Elle tenta une approche en gardant un ton amusé :

"Vous savez, quand on rencontre quelqu'un là où on s'est rencontré, les conclusions sont vites faites... Enfin, j'y étais aussi, vous ne devez pas avoir une meilleure image de moi."

Elle retint de nouveau un sourire et répondit :

"On vouvoie rarement les gens qu'on insulte, ça fait un peu trop XVIIème siècle."


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
La vie était vraiment étrange, parfois. Après avoir atterri par hasard dans une manifestation qui avait dégénéré en un clin d’œil, il avait fallu qu’il se retrouve à consoler une femme avec qui il était en froid. Maintenant, il discutait tranquillement autour d’un café avec une autre qu’il avait bien failli étriper, comme si de rien n’était. Cela n’avait aucun sens, et pourtant, les évènements s’étaient enchaînés de façon étonnamment naturelle. Roy n’avait ni l’envie ni l’énergie de lutter contre ce cours établi. Le lendemain, il se réveillerait en se disant que tout ceci n’était qu’un mauvais rêve.

Pour l’instant, il appréciait la surprise de voir que la jeune femme était restée, il s’était attendu à ce qu’elle s’en aille. Au moins, elle avait le bon goût d’essayer de dédramatiser la situation de la dernière fois, Roy n’était pas contre le fait d’entrer dans son jeu.

« C’est pas faux. Vous ne m'insultez pas aujourd'hui, alors ? dit-il, sans masquer son léger sourire cette fois. Hum… Mon image de vous n’a pas changé depuis la dernière fois. Je continue de dire que vous n’aviez rien à faire là-bas. Et je constate encore une fois que vous êtes pas du genre facile à faire déguerpir. »

Le regard qu’il vrilla sur elle était assez indéchiffrable sur ce qu’il pensait du fait qu’elle ait décidé de rester et engager la conversation. Lui-même ne savait pas ce qu’il en pensait exactement.

« Je vous préviens, je suis blessé à l’oreille, le moindre bruit un peu aigu, et ça siffle. Je dis ça parce que je me souviens de ce que ça donne quand vous piaillez dans mes oreilles. » ajouta t-il, le ton plus moqueur qu’accusateur.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
"Aujourd'hui... Nan... C'est votre jour de chance, je ne suis pas d'attaque pour une joute verbale. Profitez-en, c'est rare !"

Un sourire en coin ornait son visage alors qu'elle finissait sa phrase. Un sourire qui retomba bien vite lorsqu'elle s'en aperçut. C'était vraiment n'importe quoi ! Qu'est-ce qu'elle faisait là à papoter avec lui ? Elle n'avait rien à lui dire, elle en était persuadée.

"Vous savez quoi ? Je pense qu'on vient de tomber d'accord pour la première fois... Qu'importe ce que vous direz aujourd'hui, je garderai en tête le portrait d'un petit délinquant, trop têtu et beaucoup trop fier... Et quoi que vous direz, je sais que ma place était auprès de mon amie."

Elle laissa filer quelques secondes, ne sachant quel tournant donner à la conversation et puis, sans vraiment s'en rendre compte, elle poursuivit :

"Je suis du genre à avoir le dernier mot vous savez... Ou à être la dernière à quitter les lieux..."

Le sous-entendu était périlleux mais elle n'avait pu s'en empêcher, trop fière qu'elle était d'être partie après l'homme lors de leur affrontement. Elle soutint sans broncher le regard énigmatique de l'homme et se retint de sourire face à son ton moqueur :

"Vous savez que vous n'auriez jamais dû dire ça ? Ce n'est pas très intelligent de dévoiler vos points faibles à vos ennemis..."

Son ton était légèrement moqueur mais son visage était sérieux, après tout, s'il commençait à l'ennuyer, elle aurait de quoi se défendre bien qu'elle ne voyait pas vraiment ce qu'il entendait pas piailler... Elle était restée maîtresse d'elle-même ce jour-là... Enfin...


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
Cela tombait bien, car Roy n’était pas d’attaque pour une joute verbale non plus, ou en tout cas, pas comme celle à la limite de la violence de la dernière fois. Il la laissa le traiter de délinquant, après tout, il ne l’avait pas volée celle-là. Ses commentaires ne le vexèrent pas vraiment, elle ne disait rien qu’il ne savait déjà sur lui-même. Il profita toutefois des quelques secondes de silence qu’elle se laissa, pour répliquer, avec une certaine malice dans le ton :

« Pas d’attaque pour une joute verbale, vous disiez ? J’ai l’impression que notre espèce de conversation est en train d’en devenir une, pourtant. »

Parce qu’ils ne pouvaient pas s’en empêcher, visiblement. Il était du genre têtu lui aussi. Puisqu’elle se plaisait à lui rappeler la fin de leur entrevue, quand il avait transplané le premier, et puisqu’elle voulait se lancer dans le sous-entendu…

« Oui, eh bien, je suis du genre à partir une fois que j’ai obtenu ce que je voulais, en général. » rétorqua t-il plein d’arrogance.

Lorsqu’il évoqua son oreille, Roy ne résista pas à l’envie de lui lancer une pique, c’était plus fort que lui. Cette fille l’agaçait peut-être mais il devait reconnaître qu’elle avait de la répartie. Il s’attendait si peu à sa réponse, qu’elle faillit le faire rire. Si elle voulait jouer à ça… Roy fit passer son début de rire amusé pour une exclamation de dédain.

« Oh mais vous vous surestimez, Miss, je ne vous considère pas du tout comme mon ennemie ! Vous n’êtes pas assez effrayante, pour ça. Je n’ai pas grand-chose à craindre… »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque l'homme lui signala que leur conversation était en train de se transformer en petite joute verbale, Alex se contenta d'hausser les épaules, il fallait croire qu'ils ne pouvaient s'en empêcher. Et puis, elle ne voyait pas d'autre moyen de communiquer avec l'homme, elle n'allait pas lui demander d'un ton compatissant comment il avait vécu cet après-midi sanglant quand même ! Elle se fichait de la réponse à cette question alors que lui lancer des piques en testant encore une fois ses limites était bien plus amusant...

"Ce n'est qu'un détail... Peu importe la manière, seul le résultat compte..."

Alex se demanda immédiatement pourquoi elle avait dit cela, ce genre de phrase bateau pouvait toujours être interprétée à tort et à travers... Elle préféra passer à autre chose, en espérant que l'homme comprenne la même chose qu'elle, à savoir qu'au final c'était elle qui avait eu le dernier mot.

Sa réponse à sa pique concernant sa voix arracha à l'homme une drôle de réaction, venait-il d'étouffer un rire ou une exclamation de dédain ?

"Puisque vous m'avez donné l'un de vos points faibles, je vais vous confier un secret : ne vous fiez pas aux apparences..."

La classe totale aurait été de tourner les talons après une telle réplique mais elle resta là sans trop savoir pourquoi et poursuivit même :

"Ne sous-estimez pas vos adversaires... Vous savez, je n'ai pas peur de vous non plus, sans vouloir vous vexer, vous n'êtes pas très effrayant..."

Sans vouloir vous vexer...


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
La réponse de la jeune femme fit hausser à Roy un sourcil dubitatif. Elle l’avait dit sur un ton étonnamment sérieux, Roy doutait qu’ils parlaient toujours du fait qu’elle se soit obstinée à rester dans la Voie simplement pour avoir le dernier mot. En tout cas, les interprétations étaient multiples, surtout après ce qu’il venait de dire... Il se souviendrait de cette phrase, tiens.

« C’est un deuxième point sur lequel nous sommes d’accord, alors. »

Et c’était assez étrange et déstabilisant de tomber d’accord avec une femme qui lui était sortie par les yeux, Roy décida bien vite de mettre cette pensée de côté. La suite le fit lever les yeux au ciel, à la fois d’exaspération et d’amusement. Mais c’est qu’elle se la jouait fille mystérieuse !

« Quoi, il y a une mage noire cachée derrière ce visage de poupée ? » railla t-il.

Elle renchérit, soutenant qu’elle ne le trouvait pas très effrayant, ce qui le fit sourire en coin. Ce n’était pas parce qu’il fréquentait la Voie des Miracles qu’il devait absolument cultiver un look de pirate sans scrupules, bien au contraire.

« Je dois forcément avoir l’air d’un grand méchant pour être un dealer crédible à vos yeux ? La discrétion est le meilleur des camouflages, Miss. Et puis, honnêtement, vous vous faites des idées sur moi. Je fais du commerce, pas de l’assassinat, je recherche plus la confiance des gens que leur crainte. »

Il leva son doigt, comme s’il s’apprêtait à donner une grande leçon de professeur.

« Ne vous fiez pas aux apparences, ni aux clichés, je dirais. »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Alors qu'il sous-entendait qu'elle ne pouvait pas être bien méchante avec son visage de poupée, Alex s'amusa à le détromper d'un ton étonnamment malicieux :

"Qui sait ? Après tout, vous ne me connaissez pas. Et puis, il paraît que Gellert Grindelwald était plutôt beau gosse et pourtant il a fait des ravages..."

Encore un terme à double-sens... Ravage... Destruction physique, matérielle mais aussi sentimentale...

L'homme ne se rendait certainement pas compte de l'écho que ses paroles pouvaient avoir sur Alex. Elle aussi comptait son son air inoffensif, sur son visage de poupée comme il venait de le dire pour passer inaperçue. Personne ne pouvait se douter que derrière ses traits fins et sa chevelure blonde se cachait en fait une Mardolienne doublée d'une féministe légèrement extrémiste. Finalement, seul son boitement lui donnait un air de mauvaise fille et c'était assez ironique quand on savait comment elle s'était blessée. Bien entendu, elle n'allait pas faire part de ses réflexions au quasi-inconnu qui se tenait face à elle alors elle continua de jouer sur les mots :

"Vous ne faites pas dans l'assassinat, me voilà rassurée ! Je pense qu'on a suffisamment tenté de me tuer pour la journée..."

Légèrement désabusée, elle l'écouta lui faire la leçon :

"Les belles phrases ne vous vont pas, je suis désolée de vous l'apprendre mais vous n'avez aucune crédibilité en tant que professeur... Vous ne deviez pas être très assidu en cours pour finir "commerçant", je me trompe ?"

Toujours un ton badin, comme si cette conversation était banale, seul le lourd sous-entendu sur "commerçant" laissait transparaître son avis.


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
« Ce n’est pas exactement le compliment que je vous aurais fait. »

Oh il la charriait avec son ton mutin et était d’une mauvaise foi totale, elle était plus que regardable. Roy glissa un regard sur elle, en avalant ses dernières gorgées de café. Il l’avait vue faire quelques pas avec une certaine peine tout à l’heure, à présent, il remarquait un bleu sur son bras. Elle avait dû se faire malmener pendant la manifestation, mais Roy ne fit aucun commentaire. Il n’avait pas envie de parler de cet évènement, l’espèce de pacte tacite qu’il avait conclu avec son interlocutrice d’entretenir une conversation –presque- légère lui convenait tout à fait. Inutile de ressasser des sujets qui les fatigueraient plus qu’ils ne l’étaient déjà.

Sa dernière question montrait peut-être encore une idée toute faite, mais largement vérifiable, celle-ci. La pègre avait cet avantage pratique de ne pas demander de diplômes à l’entrée. Mais rien que pour le plaisir de la contredire, Roy répliqua avec une assurance feinte :

« Non, allons, c’est un choix de vie de ma part, j’aurais pu devenir ministre de la Magie, si je le voulais. Mais ça aurait été trop ennuyeux. Je suis plutôt du genre aventure et risque, vous voyez ? »

Il reporta son regard sur la blonde, qu’elle évoque l’école avait fait revenir son impression de la dernière fois. Ce visage lui rappelait quelque chose sans qu’il ne puisse sans souvenir, c’était très frustrant. Il allait commencer par l’hypothèse la plus évidente, Poudlard, le lieu par lequel ils étaient tous passés.

« Vous n’étiez pas à Gryffondor, par hasard ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Alex n'apprécia clairement pas l'air légèrement séducteur que l'homme affichait sans même s'en rendre compte si ça se trouvait... Elle n'était pas un bout de viande qu'on dévisageait mais, une fois n'est pas coutume, elle n'avait pas la force de se lancer dans un grand discours alors elle préféra l'ignorer.

"Ennuyeux, Ministre de la Magie ? Si on en croit ce qui s'est passé cet après-midi, c'est un job qui conviendrait à vos envies : "aventure et risque". Je pense plutôt que vous n'avez ni la classe ni le charisme pour un tel emploi, que voulez-vous, tout le monde ne peut pas être Fiennes. Mais bon, si vous trouvez votre "commerce" épanouissant, tant mieux pour vous..."

Elle avait l'impression de marcher sur une corde raide, elle n'avait pas envie que la discussion tourne à la bagarre mais elle ne pouvait s'empêcher d'envoyer des piques à celui qu'elle avait catégorisé dans son esprit comme "l'abruti de dealer". Parler de politique n'était sans doute pas une bonne idée pour rester calme, elle espérait que l'homme laisserait filer.

Le sujet des études était bien plus neutre et devint même très intrigant lorsque l'homme lui demanda si elle était à Gryffondor, c'est surprise qu'elle lui répondit :

"Oui, j'y étais ! Vous aussi ?"

Elle avait bien eu l'impression d'avoir déjà vu cette tête auparavant...


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
Celle-là, c’était pour avoir insinué qu’elle n’était pas jolie, et toc, Roy. Il ne l’avait pas volé. Il se contenta d’hausser les épaules, indifférent aux critiques de la jeune femme, ce n’était pas comme s’il avait un jour envisagé de devenir politicien, ce monde l’avait toujours répugné. Et ce n’était précisément pas aujourd’hui qu’il allait se montrer amène envers des politiques.

« Merlin mais qu’ont toutes les femmes avec Fiennes ? » soupira t-il, en levant les yeux au ciel.

Il rebondissait par une note d’humour, plutôt que par une surenchère dans les piques, qui n’aurait pas été la réaction la plus intelligente. Il l’avait dit, ou plutôt, pensé, il préférait éviter le sujet de la manifestation. Il était venu dans cette cafétéria pour essayer de retrouver de l’apaisement, ce n’était pas une intruse qui allait l’en empêcher.
Roy aurait pu décider d’arrêter là et retrouver la solitude qui lui allait bien avant qu’elle n’arrive, mais une dernière chose le retenait. L’occasion de trouver une réponse à son impression de déjà vu se présentait, peut-être pour la seule fois, Roy voulait bien croire au hasard, mais il doutait de croiser une nouvelle fois cette femme par pure coïncidence. Quoique… Jamais deux sans trois.

« Ca ne m’étonne même pas, je me disais bien que vous étiez trop butée et impulsive pour être autre chose. » commenta t-il en se déridant, avant d’avouer : « J’y étais aussi. C’est quoi votre nom ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Alex décocha un sourire narquois à la réflexion de Roy au sujet de Fiennes, il devait être de mauvaise foi ou aveugle pour ne pas comprendre que Fiennes avait un physique et un charisme qui attirait les femmes, même celles qui détestaient les politiciens. Elle hésita à lui lancer un "Jaloux ?" mais préféra se retenir, après tout, ils n'étaient pas amis...

S'ils n'étaient pas amis, les paroles de l'homme lui firent comprendre qu'ils n'étaient pas aussi inconnu l'un à l'autre qu'elle l'avait cru au premier abord. Dans la sombre ruelle de la Voie des Miracles, elle n'avait pas fait attention mais sous la lumière crue de la cafétéria, elle ne pouvait nier qu'elle connaissait ce visage et plutôt bien, même s'il avait pris quelques années - et quelques rides, précisons-le.

"Que voulez-vous, entre rouge et or, on se reconnaît. Du peu que j'ai vu de vous, je pense que vous n'avez pas volé votre place chez Gryffondor vous non plus."

Quelqu'un d'aussi têtu et emporté ne pouvait être qu'à Gryffondor. La question de l'homme l'arrangea bien, elle ne voulait pas avoir l'air de s'y intéresser mais elle était curieuse de le resituer, d'autant plus qu'ils ne devaient avoir que quelques années d'écart et avaient donc dû partager la même Salle Commune quelques temps.

"Je m'appelle Alexandra, Alexandra Fitz. Et vous ?"


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
Les années pouvaient radicalement changer quelqu’un, plus spécialement après avoir passé la période ingrate de l’adolescence. Il arrivait souvent que l’arrivée dans l’âge adulte embellissent certaines personnes, jusqu’à les rendre méconnaissables. Il y avait des moins chanceux qui restaient malchanceux toute leur vie, bien sûr. Cette Alexandra, Roy la situait entre les deux catégories. Il était à présent certain de l’avoir vue dans les couloirs de Poudlard, il lui restait quelque chose de son visage de jeune fille. Si son nom ne lui disait pas grand-chose, en revanche… eh bien, c’était simplement qu’elle n’avait pas retenu son attention, à l’époque.

« Roy, répondit-il simplement. Calder, mon nom vous dit peut-être quelque chose. »

Il avait joui d’une certaine réputation dont il était assez fier à l’époque, il avait réussi à faire partie de ces « populaires », sans même passer par la case équipe de Quidditch. Roy agita la main, comme pour balayer tout sentiment de nostalgie qui pourrait l’envahir, au souvenir de ce qui était certainement les meilleures années de sa vie. C’était quand il ne se battait pas encore pour se tailler une place, quand il n’avait pas à faire de choix, quand tout était facile et à la portée de ses talents.

« C’est tellement loin tout ça… Je vous aurai replacée beaucoup plus vite si on avait été dans la même année, vous et moi. Quelle promo ? Mon petit doigt me dit que vous êtes plus vieille. »

Il s’accouda au comptoir, son regard posé sur elle, c’est qu’il commençait presque à se sentir à l’aise.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Roy Calder... Le nom lui disait quelque chose en effet mais elle ne l'imaginait pas à Poudlard... Où est-ce qu'elle avait bien pu voir cette tête ? Calder, Calder... Le petit latino trop sûr de lui, qui draguait toutes les filles qu'il croisait...

Mais oui !

"Institut Londonien de Potions !"

Ok, elle avait peut-être crié un peu fort... Pauvre oreille... Enfin, il l'avait bien mérité pour être un tel abruti mais ce n'était pas le propos du jour ! Le choc qu'elle venait de ressentir en reconnaissant le dealer la laissait perplexe. Elle n'aurait jamais imaginé le recroiser et encore moins voir ce qu'il était devenu. Elle n'aurait jamais cru qu'il finirait dealer sur la Voie des Miracles, d'accord il était particulièrement sot et beaucoup trop imbu de sa personne mais elle ne l'imaginait pas méchant... Quoique... Il n'était pas tendre avec les filles avec qui il avait des aventures, ça, c'était certain.

Charmant personnage dans tous les cas...

Et voilà qu'il insinuait qu'elle paraissait vieille maintenant !

"Et bien, vous savez parler aux femmes, vous ! Ravie d'apprendre que je vous paraît âgée... Vous par contre, vous n'avez pas changé..."

Elle le laissait interpréter ça comme il le voulait mais, pour elle, ce n'était certainement pas un compliment.

"Pour répondre à votre question, j'ai terminé ma septième année en 95."

Alex changea de jambe d'appui. Mauvaise idée. Une légère grimace qu'elle tenta de masquer et le plus discrètement possible, elle se rapprocha de la table pour s'y appuyer, tout en tentant de faire paraître le geste naturel.


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
Aaaaah…. son oreille, ses pauvres tympans maltraités par la voix pénible d’une femme pénible !

« Heureusement que j’ai dit pas de son aigu… » s’irrita t-il, en posant automatiquement une main sur son oreille, même si cela ne servait pas à grand-chose.

L’information que  venait de délivrer Alexandra n’arriva pas tout de suite à ses neurones, tout concentré qu’il était sur la douleur. Lorsqu’elle commença à se dissiper, il se décrispa un peu, puis posa un regard interrogateur sur la jeune femme.

« Vous y étiez aussi ? » Preuve qu’il n’avait vraiment pas fait grand-chose dans cet institut, il était incapable de replacer ses étudiants. Alexandra lui évoquait davantage Poudlard que l’université. A moins que… « Fitz, hein ? Hum, j’ai peut-être lu votre nom dans les têtes de liste…  Donneuse de leçon et major de promo, oui, ça marche bien ensemble en général. »

Il était vache, les bonnes résolutions étaient décidément difficiles à garder. Il dira que c’était pour venger son oreille.

« Ah c’est vrai, j’aurais dû ajouter un truc du genre « Mais la maturité, ça vous donne un petit truc en plus pas du tout déplaisant », dit-il en levant les yeux au ciel, c’est dingue comme les femmes démarraient au quart de tour quand on parlait d’âge. « Promo 97. Donc j’avais raison. Et le signaler le rendait très satisfait. Ah, j’aurai dû parier quelque chose. »

En baissant les yeux vers le fond de café froid qu’il lui restait, Roy aperçut le petit mouvement difficile qu’Alexandra effectua vers la table. Chacun sa galère.

« C’était votre jambe aujourd'hui, vous ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Alex balaya les reproches de Calder, puisque c'était son nom, d'un revers de main. Pas son problème...

"Bien sûr que j'y étais, je n'aurais pas pu vous reconnaître autrement. Vous en avez d'autres des questions idiotes ?"

Il lui tapait sur le système, elle n'y pouvait rien. C'était physique.

"C'est certain que vous, je ne vous connais pas pour avoir été affiché sur le tableau d'honneur... Tout juste bon à courir les jupons... Plutôt navrant."

Il n'était pas question qu'il l'attaque sur ses notes car, même si elle ne l'avouerait jamais, avoir abandonné ses études était l'un de ses plus grands regrets.

Alex ne put retenir un claquement de langue agacé face à sa réplique concernant les "femmes matures", agacée par les yeux levés au ciel et aussi un peu vexée. Son air suffisant par la suite n'arrangea rien...

"Les paris maintenant... Les femmes et l'argent. Quel beau portrait, quelle originalité !"

Manifestement, la conversation qu'elle voulait calme lui échappait un petit peu mais bon ce ne serait pas la première fois. Heureusement, Calder fit dévier la conversation vers un sujet plus neutre mais non moins sensible.

"Oui, c'est ça... Elle n'a pas résisté à la foule."

Réponse succincte, juste ce qu'il fallait pour détourner la conversation et surtout ne pas avouer que son boitement l'handicapait et la complexait depuis plusieurs années déjà.  


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
Bon. Ils avaient tenu quoi, quinze minutes à discuter presque calmement ? C’était honorable. C’était suffisant. La patience de Roy commençait à atteindre ses limites à force d’encaisser les piques, celle de Fitz également, dont le ton devint plus brusque. Il lui tapait sur le système ? Oh c’était amplement réciproque.

« Oui, plein. Pourquoi est-ce qu’on a cru que c’était une bonne idée de s’adresser la parole, par exemple. Question idiote. »

Question à se poser, tout de même, maintenant que la suffisance de la blonde lui faisait face, il se rappelait de mieux en mieux tout ce qu’il l’avait irrité chez elle, la première fois, à commencer par ses commentaires sur sa personnalité, comme si elle avait la prétention de le connaître. Ben voyons, elle allait juger ses résultats scolaires, maintenant, comme s’il avait encore quinze ans…

« Je suis désolé pour les souvenirs frustrés que vous gardez de votre jeunesse, ce n’est pas trop tard pour vous décoincer, si ça peut vous rassurer. »

Car il n’y avait aucun doute pour lui qu’elle était frustrée, c’était ce qui devait se cacher sous les couches de mépris dont elle se drapait dès que le mot femme était lancé. Par conséquent, la suite ne le surprit même pas.

« Oh, ça aussi, c’est mal ? » riposta t-il, le ton chargé d’ironie.

Il ne sut pas ce qui le poussa à nouveau à se montrer curieux, alors qu’il aurait mieux fait de simplement partir. Ils allaient encore se battre pour savoir qui allait partir le premier, Roy le sentait venir gros comme une maison.

« Vous devriez vous asseoir, si ça vous fait mal. »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
"Ce n'est pas une question idiote, c'est même une question très pertinente ! Les événements de cet après-midi ont vraiment dû nous retourner le cerveau pour qu'on se retrouve à discuter ainsi... Franchement !"

Bien entendu qu'ils ne pouvaient pas tenir une conversation calme tous les deux. Ce n'était que la deuxième fois qu'elle lui parlait - si elle oubliait leurs études - mais elle savait déjà qu'ils ne pourraient jamais s'entendre. Trop incompatibles - ou trop semblables...

"Vous tournez en boucle, vous savez ? Je me fiche totalement que vous pensiez que je suis coincée, ma vie ne vous regarde déjà pas alors ma vie sexuelle..."

Cette fois-ci, Alex ne se retint pas et elle leva les yeux au ciel lorsque Calder eut de nouveau recours à l'ironie, toute trace d'amusement envolé.

"Disons que pour quelqu'un qui se vante de ne pas correspondre aux clichés, vous ne faites rien pour les contredire..."

La conversation sembla s'apaiser un instant mais Alex n'était pas dupe, le bras de fer était bien lancé et elle n'allait pas céder.

"Merci, je suis bien debout."

Elle avait été un peu sèche mais il était hors de question qu'elle s'abaisse à s'installer à table avec Calder, d'autant plus que sa position debout lui donnait la supériorité. Qu'importe si elle souffrait le martyre depuis plusieurs minutes, elle maudirait sa jambe en silence, elle avait l'habitude.


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
Ah ça… Il n’allait pas la contredire. Les évènements de la journée leur avait peut-être fait signé une trêve, mais elle était temporaire, même, exceptionnelle. Demain, ils retourneraient à leurs activités respectives, et Roy espérait bien ne pas retomber sur elle. Ce genre de divertissement ne fonctionnait qu’à petite dose. Quinze minutes, pas plus, il avait dit !

Elle était pire que lui. Roy le disait, parce que Roy se sentait… à court, pour une fois. Il n’allait pour autant pas la laisser s’imaginer qu’elle avait gagné quoique ce soit. Il était encore capable de feindre un sourire, contrairement à elle qui se laissait gagner par son impatience, comme lors de leur dernière rencontre, finalement.

« Mais c’est incroyable d’être aussi chiante. L’humour, vous connaissez ? Je pourrais vous apprendre si vous n’étiez pas si agressive. »

Et Fitz fit preuve de tout son caractère de cochon en refusant son invitation à s’asseoir. Il haussa les sourcils face à sa froideur, sans cacher son air moqueur.

« Quoi, je suis sensé compter combien de temps vous arrivez à rester debout avec votre jambe blessée, en me regardant comme une goule de grenier ? Mais ne vous gênez pas, restez debout si ça vous fait croire à une victoire. J’essayais simplement de me montrer aimable en vous invitant à ma table. »

Mais elle pouvait aussi aller voir ailleurs, en fait, cela arrangerait bien Roy de la faire partir.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
"L'humour ? Manifestement, nous n'avons pas le même... Et je vous retourne le compliment, vous n'êtes pas très agréable vous non plus..."

Elle devait reconnaître que son obstination à s'asseoir aux côtés de Calder était un peu ridicule, elle souffrait réellement et la cafétéria était tellement bondée qu'elle n'avait aucun espoir de trouver une autre place assise que celle que lui proposait Calder. Elle se refusait à l'admettre mais sa supériorité serait rapidement mise à mal si elle était soudainement obligée de s'agripper à la table pour ne pas tomber... Ou pire... Se retrouver les fesses par terre face à ce dealer de pacotille était sûrement la pire chose qui pouvait lui arriver actuellement, comme la cerise sur le gâteau de cette terrible journée.

Bon, elle allait accepter, le tout étant de ne pas perdre la face et de rester naturelle :

"Une goule de grenier ? Sérieusement ? Au moins, vous êtes imaginatif, vous ! Mais puisque vous voulez être "aimable", à mon tour de montrer mes bonnes manières ! Et puis... Il est hors de question que vous lanciez des paris sur mon état..."

Sur ces mots, elle se déplaça vers la chaise en face de Calder, le tout en tâchant de rester impassible. Son habitude à supporter la douleur de sa jambe lui permit d'éviter de grimacer mais son visage restait crispé.

"Bien. Soyons civilisés alors... Parlons."


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
Capitulait-elle enfin ? Il fallait croire. Alors qu’elle s’asseyait enfin, Roy ne put s’empêcher de songer que si Alexandra Fitz n’avait pas été une telle plaie, il aurait sans doute pris un sourire enjôleur pour répliquer qu’ils n’étaient pas obligés de parler, ou quelque chose du genre. Mais c’était dommage, être une furie ne s’alliait pas bien avec les jolis visages en général.

« Vous savez que vous perdez tout votre charme quand vous faites une telle grimace ? Commencez par sourire, déjà, ça sera un bon pas vers l’amabilité. »

Il avait croisé ses bras, son regard tranquillement posé sur la jeune femme à présent pile en face de lui. Il ne voulait pas perdre la face non plus, et si pour Alexandra cela signifiait se barricader derrière une expression froide, pour Roy, c’était plutôt afficher le genre de sourire impertinent qu’il arborait actuellement. Ce n’était pourtant pas une pique qu’il venait de lancer, il était sincère, même si c’était le genre de remarque que la courtoisie aurait voulu qu’il retienne. Il n’avait pas forcé Fitz à rester, après tout, elle avait fait toute seule le choix de rester, et cela signifiait s’infliger la compagnie de Roy, avec ce qu’elle avait d’énervant.

La façon dont elle lui proposa de parler le rendit moqueur, elle disait ça avec la grâce d’un Cognard qui vient s’écraser sur votre figure, autrement dit, sans prévenir. Parler oui, mais de quoi ? En avaient-ils envie, même ?

« C’est plutôt pitoyable qu’on n’ait trouvé personne d’autre pour se tenir compagnie, soupira t-il. Mais admettons. Vous savez plus de choses sur moi que moi sur vous, ce n’est pas équitable. Vous ne m’avez pas dit tout à l’heure… Vous avez continué dans les potions ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Alexandra FitzApothicaireavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Ne pas faire la grimace, il était marrant lui ! Elle aurait aimé le voir avec la jambe dans le même état que la sienne ! Enfin, elle n'allait pas avouer qu'elle s'était assise à cause de la douleur, non, elle était une femme forte !

"Je perds mon charme ? Vous sous-entendez donc que j'ai du charme ? Je ne sais pas si je dois me sentir flatter ou vexer, après tout, vous n'êtes pas du tout mon type d'homme !"

Voilà, la diversion était faite. Bien sûr, elle aurait pu - elle aurait dû - s'énerver après de telles paroles mais elle n'en avait plus la force. La journée avait été éprouvante et se battre avec Calder ne faisait pas partie de ses projets, désamorcer la bombe lui semblait être une bonne idée, une fois n'est pas coutume...

"Pitoyable est le mot, oui. Mais bon, aujourd'hui, tout le monde semble pitoyable, il n'y a qu'à regarder autour de nous."

Ses études de potions... Sans le savoir, Calder venait de toucher un point sensible, ne pas les avoir terminées était un de ses grands regrets mais c'était quelque chose qu'elle n'avouerait jamais, trop fière. Elle se contenta donc du strict minimum, il n'avait pas besoin d'en savoir plus après tout, ce n'était qu'un inconnu.

"Je suis apothicaire à Bristol donc, oui, j'ai continué dans ce domaine."


Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1891

Voir le profil de l'utilisateur
La façon de répondre Alexandra ne fit que conforter Roy dans une idée qu’il avait depuis le début : cette femme était frustrée !

« Vous n’êtes pas mon type non plus. Mais ça ne m’empêche pas de reconnaître votre charme. Les compliments vous mettent mal à l’aise ? »

Roy aurait été ravi de trouver la corde sensible et de s’amuser avec. Il venait de la toucher en vérité, mais ce n’était pas celle qu’il pensait. Il prit les réponses évasives de la jeune femme pour un pur manque de bonne volonté.

« Cette conversation va aller loin avec votre sens du détail, répliqua t-il en croisant les bras. L’apothicaire des Douze Chênes ? -petit silence avant que son ton ne devienne moqueur- Pas trop embêtés que le marché noir vous rafle une grosse partie des clients ? Vous devriez songer à vous installer ailleurs. »

Ce serait plutôt bon débarras.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Les éclopés [Alexandra & Roy]

Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les éclopés [Alexandra & Roy]
» Alexandra a 35 ans
» Présentation d\'Alexandra... =) [Validée]
» Charlène Alexandra Davis : Fiche terminée :D
» ALEXANDRA a 33 ans aujourd'hui !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Sainte-Mangouste,-