AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Une Aby de perdue, c'est dix Sasha qui reviennent [Ahren & Aby]

Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 173

Voir le profil de l'utilisateur
22 août 2008

Tournant et retournant sa baguette en bois de cerisier dans ses doigts, Abigail se morfondait sur sa balançoire au fond du jardin. L'été s'étirait en longueur et elle mourrait d'envie de rentrer à Poudlard pour pouvoir à nouveau utiliser ses pouvoirs et surtout retrouver ses amis. L'adolescente avait passé son été avec Roger et Elise, ses deux amis d'enfance, et il avait été bon de les retrouver mais elle avait senti, plus que jamais, le fossé qui les séparait. Il était évident qu'une amourette se dessinait entre ses deux là et Aby ne pouvait empêcher de ressentir une pointe de jalousie à cette idée. Elle aussi avait envie de se devenir proche comme cela de quelqu'un, de ressentir ce frisson d'excitation à l'idée que l'on allait voir cette personne si spéciale, avec qui l'on était si complice... C'était probablement ainsi qu'elle aurait dû se sentir à l'idée qu'elle allait enfin passer un peu de temps avec Ahren, qui allait arriver incessamment sous peu. 

Pourtant, la réalité était toute autre et les deux personnes qu'elle avait vraiment hâte de retrouver étaient, curieusement, Linnet et Andrew. Linnet pour sa personnalité si excentrique qui dissimulait, outre des troubles qu'un psychomage saurait probablement diagnostiquer, une force de caractère et une imagination qui forçaient le respect de la petite Serdaigle. Andrew, parce qu'il était, à l'instar de Roger, un aventurier, un boute-en-train, un garçon plein d'entrain et, bien cachée sous une certaine couche de maladresse, plein de sensibilité et d'attention pour son entourage. Quant à Ahren... Oh, elle l'appréciait énormément, cela n'avait pas changé. Mais la fascination qu'elle éprouvait pour lui pendant un temps avait fini par se muer en lassitude, provoquée par le comportement du garçon qui, selon elle, ne faisait pas le moindre effort pour raviver la flamme.

Aby était comme cela, c'était une rêveuse, une passionnée. L'ennui et l'indifférence ne faisaient pas partie de son programme... C'était cruel, sans doute. Mais les adolescents étaient cruels, parfois. La jeune fille était toujours plongée dans ses pensées conflictuelles lorsque son père vint la trouver dans le jardin pour lui annoncer l'arrivée de son petit-ami. 

"Merci, papa", glissa-t-elle un peu tristement à son père, qui l'observa en fronçant les sourcils, avant de s'éclipser. Aby accrocha un sourire fade à ses lèvres en se dirigeant vers l'entrée et déposa un baiser furtif sur les lèvres d'Ahren.

"Salut, tu vas bien ? Viens, on va dans le jardin, il fait beau !"

Sans attendre de réponse, elle glissa sa main et l'entraîna vers l'extérieur. Elle sentit ses entrailles se contracter sous l'effet du stress et elle se força à respirer calmement. Pourquoi se sentait-elle ainsi ? Avant, elle s'était sentie si proche d'Ahren, si heureuse à ses côtés... Qu'est-ce qui avait changé ? Leur amourette était-elle si fragile que deux mois de séparation suffisaient à la briser ? Peut-être que si elle faisait un effort, son enthousiasme reviendrait et son coeur recommencerait à s'emballer en présence de son amoureux...

Ahren KellerTroisième annéeavatar
Messages : 389

Voir le profil de l'utilisateur
Ahren essaya de coiffer ses cheveux en bataille en vain. Il grommela de mécontentement presque cinq minutes devant son reflet et ses cheveux peu coopératifs. Ils étaient beaucoup trop longs de toute façon, il allait falloir qu'il retourne chez le coiffeur mais il n'osait pas demander aux Weaver. Il n'avait pas envie de passer pour un petit capricieux. Déjà qu'il se montrait peu en leur présence ne voulant pas se montrer gênant ou trop encombrant. Il savait que Nora voulait le voir se mêler à Kathrina et elle mais il n'arrivait pas à s'y résoudre. Il n'avait pas envie d'être déçu par la suite, il n'avait pas envie de se faire de faux espoirs. De croire qu'il avait peut-être enfin trouvé une famille avant que tout ne bascule à nouveau. Il ne supporterait pas une déception aussi importante. En ne se liant pas, il ne craignait rien.

Il s'était déjà beaucoup trop exposé avec certaines personnes. Comme Aby par exemple. Pourtant, il n'arrivait pas à se dire qu'il avait tort de se laisser aller un peu avec la jeune fille. Elle était gentille, amusante et encore beaucoup d'autres adjectifs. Un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il se dirigeait vers la cheminée du salon. Il avait prévenu sa nouvelle famille adoptive qu'il allait chez une amie aujourd'hui et Donovan Weaver en avait profité pour le taquiner un peu en lui demandant si c'était sa petite amie. Ahren n'avait pas jugé bon de répondre ses joues légèrement empourprés et son regard baissé sur son assiette le faisant pour lui. Il n'avait jamais été du genre démonstratif ni à prendre des initiatives amusantes préférant le calme de ses livres et l'apaisement d'un vol en balais.

Mais avec sa petite-amie, il avait trouvé un équilibre. Il aimait l'écouter parler, la voir rire et s'enflammer lorsqu'elle abordait un sujet qui la passionnait. Pour lui, malgré le temps qu'ils avaient passé loin l'un de l'autre, rien n'avait changé. Ses sentiments étaient toujours les mêmes et il n'avait pas besoin de passer tout son temps libre avec elle pour savoir qu'il l'aimait beaucoup. Plus qu'une simple amie dans tous les cas. Et il était heureux de la revoir. Il avait essayé de s'habiller un peu mieux qu'habituellement. Il avait mis les vêtements que Juliet Weaver lui avait acheté pour lui souhaiter la bienvenue. Des affaires qu'il n'avait jamais mises d'ailleurs. Il avait estimé qu'il n'avait pas besoin qu'on lui fasse la charité, il avait déjà une garde robe. Mais un peu usée. Et il voulait vraiment être sous son meilleur jour devant Aby. C'était peut-être un peu bête mais plus fort que lui.

Il enleva la suie qui s'était incrustée sur ses habits lorsqu'il sortit de la cheminée de Scavo et salua le père de son ami avec un sourire. Il ne l'avouerait jamais mais il était quelque peu intimidé. Il n'avait jamais vraiment rencontré les parents de sa petite-amie et les premières rencontres étaient toujours un peu gênantes. Il souffla lorsqu'il resta seul attendant l'arrivé d'Aby. Son sourire s'agrandit lorsqu'il la vit et il lui rendit son baiser. Il se laissa entraîner à l'extérieur et s'installa dans l'herbe aux côtés de la jeune fille.

"Ça peut aller et toi ?"

Il l'observa un instant et la trouva très jolie. Peut-être qu'il devait lui dire ? Il n'avait jamais vraiment su comment s'y prendre. Il n'était pas très doué pour exprimer ce qu'il ressentait.

"Je suis content de te voir. Les Weaver sont gentils mais... un peu trop étouffants."

Et beaucoup trop mièvres. Il avait besoin d'air et cette journée serait parfaite pour lui faire oublier sa nouvelle maison.


It's a small crime
And I've got no excuse
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 173

Voir le profil de l'utilisateur
La réponse d'Ahren n'était pas très enthousiaste et Aby se mit à arracher des brins d'herbe avec nervosité. Bien sûr, la situation de son petit-ami n'était clairement pas idyllique en ce moment, car il avait du passer l'été chez une famille qu'il ne connaissait pas en compagnie de sa soeur, tandis qu'elle se portait très bien dans sa maison d'enfance avec sa famille aimante. Comment pouvait-elle envisager de mettre fin à leur histoire, dans ces circonstances ? Elle faisait partie des aspects positifs de sa vie et elle éprouvait trop d'affection pour lui pour vouloir lui causer un peu plus de peine. Ahren avait eu son lot de souffrances, c'était la mort de son frère qui les avait rapprochés quelques mois plus tôt... Oui, Aby se sentait coupable de se sentir ainsi vis-à-vis du garçon, mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle ne s'était pas engagée à vie non plus. Parfois, elle rêvait d'une relation plus légère et plus naturelle, où elle n'aurait pas l'impression de n'être qu'une petite-amie occasionnelle, secondaire. C'était un peu comme si Ahren avait déjà trop de préoccupations pour accorder à Aby toute l'attention qu'elle méritait. Oh, c'était probablement un raisonnement un peu égoïste, mais elle avait nettement l'impression d'être secondaire pour le jeune homme. Elle ne se sentait pas tout à fait à son aise avec lui non plus et elle avait souvent l'impression de devoir peser ses mots ou réfléchir à son comportement vis-à-vis de lui, ce qui à la longue était pesant.

"Ca peut aller aussi...", souffla-t-elle en détournant le regard, visiblement absorbée par la contemplation d'une marguerite. Elle chercha ses mots un instant, consciente qu'elle ne pourrait pas taire longtemps les doutes qui la rongeaient. Et si elle rompait avec lui, là, maintenant, ne se sentirait-elle pas mieux ? Si, très certainement, souffla une petite voix à l'intérieur de sa tête. Pourtant, elle n'était pas sure d'en avoir le courage... Et ce n'était pas comme si elle avait quelque chose de précis à reprocher au garçon qui justifierait une rupture. C'était plus un problème général et diffus, qui faisait qu'elle ne se sentait pas vraiment à sa place au sein de cette relation.

Etouffants, sa famille d'accueil était étouffante... Peut-être Ahren la trouvait-elle étouffante aussi, c'était quelque chose qu'on lui avait déjà reproché et cela expliquerait pourquoi il se comportait de façon si distante parfois. Sans doute en avait-il assez de ses lettres et de l'attention qu'elle lui réclamait. Ahren avait toujours été quelqu'un de solitaire...

"Comment ça se passe, avec eux ?", demanda-t-elle finalement pour rompre le silence. La réponse ne l'intéressait pas vraiment, de toute façon.

"Tu sais...", commença-t-elle avant de s'interrompre tout aussi brusquement. Elle ne savait pas du tout comment poursuivre cette phrase. "Non, rien."
Ahren KellerTroisième annéeavatar
Messages : 389

Voir le profil de l'utilisateur
Ahren jeta un coup d'oeil à Aby alors qu'elle affirmait qu'elle allait bien. Il n'avait pas l'impression que c'était le cas. Il l'avait connu plus joyeuse et la voir avec cet air un peu triste sur le visage lui faisait de la peine. Il se demandait bien ce qui la mettait dans cet état de trouble. Il ne la quittait pas des yeux alors qu'elle semblait tout faire pour éviter de croiser son regard. Il se sentait étrangement mal à l'aise. Il commença donc à arracher des touffes d'herbes autour de lui pour éviter d'avoir à trop réfléchir à ce que le comportement de sa petite-amie sous entendait.

Il esquissa une grimace lorsqu'elle lui demanda comme ça se passait chez les Weaver. En toute honnêteté, il n'avait rien à redire. Il avait toute l'attention et l'affection qu'il souhaitait mais il n'arrivait pas à s'enlever de la tête qu'il n'était pas à sa place. Qu'il ne méritait pas autant d'affection. Et tout cela avait un côté assez dérangeant et étrange. Il n'était pas habitué à autant de prévenance. Lui qui avait toujours recherché la reconnaissance de sa famille se voyait catapulté dans un monde où il en avait beaucoup trop. Où son avis comptait et où il avait le droit d'exprimer son mal-être. Chose qu'il ne faisait évidemment pas. A moins que son obstination à fuir leur joli petite vie de famille était considéré comme un malaise ?

Il avait l'impression que sa vie était devenue un tourbillon incessant dont il ne contrôlait plus la destination. Au moins avec Ulrich, il savait à quoi s'attendre. Mais maintenant, il ne savait plus. Il se demandait sans cesse si les Weaver ne finirait pas par les jeter à la rue lorsqu'ils se seraient rendu compte que finalement des jumeaux c'était trop encombrant. Il ne savait pas sur quel pied danser avec eux, il aurait voulu ressentir la même paix intérieure que Kathrina mais il n'y arrivait pas et les reproches qu'elle lui faisait sans cesse commençait à lui taper sur le système.

"Et bien, ça se passe plutôt bien je dirais. Mais je ne sais pas trop ce qu'ils attendent de moi. Ils sont trop gentils pour que ce soit honnête. Ils attendent quelque chose en retour c'est sûr. Et Kathrina commence à sérieusement m'énerver à vouloir régir le moindre de mes faits et gestes. Heureusement, j'avais tes lettres pour me changer les idées. J'avais hâte de te revoir."

Il esquissa un léger sourire et stoppa son activité botanique pour se saisir de la main de l'adolescente. Il avait attendu avec tellement d'impatience le moment où il pourrait revoir Aby. Et pourtant, il avait l'impression que sa joie n'était pas partagé. Il se faisait peut-être des idées après tout. Peut-être qu'il devait lui montrer qu'elle lui avait manqué lorsqu'elle interrompit son flot de pensés avec le début d'une phrase qu'elle ne termina pas. Ahren se rapprocha de sa petite-amie et plongea son regard dans le sien. Il se saisit de ses deux mains et l'embrassa doucement avant de se reculer. Il caressa doucement sa joue avant de sourire un peu plus.

"Tu sais que tu es très jolie aujourd'hui ?"

Il marqua un léger temps d'arrêt avant de repenser à sa phrase avortée. Il joua un instant avec une mèche de ses cheveux et plongea à nouveau son regard dans le sien.

"Tu sais que tu peux tout me dire, n'est-ce pas ? Si quelque chose ne va pas, tu peux te confier à moi."

Il était prêt à tout entendre. Même que ce crétin de Dubois lui manquait si c'était ce qu'elle ressentait. Mais il fallait qu'elle lui parle et surtout qu'elle ne garde pas pour elle ce qui la troublait.


It's a small crime
And I've got no excuse
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 173

Voir le profil de l'utilisateur
Le compliment d'Ahren, au lieu de faire plaisir à la jeune fille, l'irrita et elle retint un claquement de langue excédé. Ah, voilà qu'il faisait le joli coeur maintenant, c'était malin ! Et où étaient tous ces bons sentiments pendant les dernières semaines, les derniers mois ? Avait-il senti qu'Aby lui échappait et tentait-il de se rattraper ? Si c'était le cas, il s'y prenait mal. Oh, Aby savait qu'Ahren n'avait pas eu une vie facile, elle n'ignorait pas qu'il avait toutes les excuses du monde pour justifier le fait qu'il n'était pas très adroit avec son entourage, mais... Mais les excuses étaient plus faciles à trouver lorsqu'ils n'étaient qu'amis. Maintenant qu'ils formaient un couple, Aby se sentait impliquée dans cette relation et parfois, souvent même, elle avait l'impression d'être la seule. Qu'elle soit là ou non, qu'ils se parlent ou non ne changeait pas grand chose pour Ahren, qui avait l'air vaguement content quand ils étaient ensemble mais ne recherchait pas sa présence plus que cela. Or Aby n'y pouvait rien, elle était une petite-amie exigente, elle avait besoin d'un minimum d'attention... Elle avait au moins l'impression de compter un peu pour l'autre, et avec Ahren les choses étaient très aléatoires... Si aléatoires que ses propres sentiments s'étaient délités.

Un soupir s'échappa de ses lèvres lorsqu'il affirma qu'elle pouvait tout lui dire. Cette fois-ci, Aby n'était pas sure qu'Ahren avait très envie d'entendre ce qu'elle avait à lui dire... La tentation de détourner le sujet et de garder ses réserves pour elles était grande, mais après un débat intérieur, elle décida de ne pas se taire. Sinon, elle se contenterait de maquiller ses sentiments et de prétendre d'éprouver des sentiments qu'elle n'éprouvait plus, et la simple pensée de le faire lui causait des aigreurs d'estomac. Malheureusement, elle se sentait toute aussi anxieuse à l'idée d'exposer ses griefs à Ahren...

"Si mes lettres te faisaient tant plaisir, tu aurais peut-être pu y répondre un peu plus souvent", commença-t-elle sur un ton doux qui dissimulait mal une pointe d'accusation.

Aby n'avait pas vraiment apprécié passer une importante partie de son été à guêter le ciel et à se montrer déçue quand le hibou du matin n'apportait pas de lettre de son chéri, mais une simple facture pour son père. Ce dernier avait bien compris que quelque chose n'allait pas, à force, si bien qu'il avait fini par anticiper les questions d'Aby en lui indiquant dès le petit déjeuner qu'elle n'avait pas de courrier. Et, chaque fois, son coeur se serrait... Jusqu'à ce qu'elle finisse par se lasser et arrêter de guêter. Et maintenant, lorsqu'elle croisait le regard d'Ahren, ce n'était plus de l'amour qu'elle ressentait, c'était de la tristesse, de la culpabilité, de l'armertume... C'était sa faute, songea-t-elle avec colère, il avait tout gâché. Et maintenant, il espérait pouvoir se rattraper par quelques belles paroles, et c'était à elle de lui remettre les pieds sur terre.

Mais elle ne voulait pas jouer ce rôle, Merlin ! Comment une fille pouvait-elle vouloir être celle qui causerait une déception de plus dans la vie d'Ahren Keller ? C'était cruel, mais elle ne pouvait s'arrêter à cela, elle le savait. Ils n'avaient que treize ans, et malgré le contexte particulier de leur relation, ils n'étaient que des adolescents. Aby n'était qu'une adolescente, on ne pouvait attendre d'elle qu'elle reste pour toujours avec Ahren... Alors elle devait le faire, même si c'était dur.

"J'ai été transparente pour toi cet été, c'est comme si tu te fichais qu'on ne soit pas ensemble, alors c'est bien beau maintenant de me dire que je suis belle et que je t'ai manqué mais... Il fallait y penser avant, Ahren ! Je ne suis pas juste ta copine une fois de temps en temps, quand tu as décidé de te rappeler de mon existence !"

Aby ne savait pas trop pourquoi elle s'énervait. Sans doute ses émotions trop longtemps retenues qui ressurgissaient. Sans doute le blâmait-elle aussi un peu d'avoir gâché une si jolie histoire... Une boule de déception se forma au fond de sa gorge et elle sentit son regard s'embuer de larmes. Elle se leva et fit quelques pas nerveux devant le jeune homme, avant de l'observer un long instant. Elle le trouvait toujours aussi mignon mais tout ce qu'elle éprouvait lorsqu'elle l'observait, c'était de la rancune et de l'irritation.

"J'étais vraiment attachée à toi, tu sais, mais ces dernières semaines, quelque chose à changé et... Je suis désolée, Ahren, mais je crois qu'on devrait en rester là", souffla-t-elle d'une voix étranglée. Elle avait l'impression que c'était quelqu'un d'autre qu'elle qui avait prononcé ces mots. Ce n'était pas elle qui venait de rompre avec Ahren, ce n'était pas possible, elle n'aurait pas fait ça... Et pourtant si, elle venait de le faire. Courageusement, elle soutint le regard d'Ahren et attendit sa réaction, les bras croisés contre sa poitrine.

Ahren KellerTroisième annéeavatar
Messages : 389

Voir le profil de l'utilisateur
L'accusation dans la voix d'Aby était facilement percevable. Il poussa un léger soupir et baissa la tête. C'était vrai, il aurait dû faire un effort pour répondre à ses lettres au lieu de passer l'été à se morfondre dans sa toute nouvelle chambre. Mais tout cela était tellement... nouveau pour lui. Il ne savait pas ce qu'il était censé faire. Il avait eu peur d'étouffer Aby en lui envoyant trop de lettre où il passerait la moitié à se plaindre de sa nouvelle famille. Chose qu'elle n'aurait sans doute pas apprécier plus que cela, d'ailleurs. Il poussa un léger soupir et commença à arracher un peu plus énergiquement les brins d'herbes autour de lui.

"Je suis désolé Aby."

Que pouvait-il dire de plus ? Il ne savait pas vraiment ce que sa petite-amie attendait de lui. Et pourtant, il y eu comme une vanne de brisée chez elle et elle commença à parler et à l'accuser de l'avoir ignoré. Ce n'était pas vrai, il n'avait pas eu l'impression de faire comme si elle était invisible. Il avait peut-être oublié de répondre à une ou deux lettres mais elle n'allait tout de même pas en faire une affaire d'état, si ? Comme si il n'y avait pas des choses plus importante que ça. Comme si lui, il ne souffrait pas peut-être. Elle était un peu gonflée quand même de lui faire une scène pareille alors qu'elle savait ce qu'il vivait.

Il regarda la jeune fille bouche bée alors qu'elle lâchait qu'elle préférait en rester là. Mais quelle mouche l'avait piqué ? Il ne s'attendait vraiment pas à ça. Il avait pensé passer une après-midi agréable avec sa petite-amie et finalement, il se retrouvait à vivre une rupture. La colère déforma un instant ses traits et il se leva à son tour. Lançant un regard dur à Abigail.

"Très bien, si c'est ce que tu veux. Je m'en fiche après tout."

Il lui tourna le dos pour cacher son trouble. Lui aussi tenait vraiment à elle, il avait pensé que malgré le fait qu'ils ne voient pas beaucoup, ils seraient capable de le surmonter. Après tout, ils n'avaient pas besoin d'être collé l'un à l'autre pour éprouver des sentiments, si ?

"Si j'avais su que pour toi être amoureux signifiait être collé l'un à l'autre toutes les cinq secondes, je me serais peut-être abstenu."

Il savait qu'il y avait une différence entre être tout le temps collé l'un à l'autre et ne pas se voir de l'été. Mais... il avait eu besoin de se recentrer, besoin de réfléchir après tout ce qui c'était passé. Et Aby ne pouvait pas comprendre. Elle avait une famille normale, elle. Et il n'avait pas voulu la mêler plus qu'elle ne l'était déjà à ses histoires. Elle en savait déjà bien trop. Mais le fait que la jeune fille le quitte, de cette façon et maintenant alors qu'il commençait peu à peu à parler de ses sentiments. Cela faisait mal. Bien plus qu'il n'aurait pu l'imaginer.

"Je ne vais pas chercher à me justifier ni même essayer de te faire changer d'avis. J'imagine que c'est inutile."

Il jeta un léger regard à la jeune fille et poussa un soupir. Son visage ne montrait aucune émotion, à croire que cela ne le touchait pas du tout. Mais c'était tout l'inverse en réalité, il ne voulait juste pas faire le plaisir à Aby de croire qu'elle avait réussi à l'atteindre. Même pas un peu.

"Je vais rentrer chez moi, je crois."


It's a small crime
And I've got no excuse
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 173

Voir le profil de l'utilisateur
Il s'en fichait... La réaction d'Ahren lui fit l'effet d'une giffle et elle baissa la tête, pour fixer ses mains serrées. Non, elle n'aurait pas voulu rester collée à lui tout le temps, mais... Mais elle aurait au moins voulu se sentir proche de lui. Elle aurait voulu compter pour lui, suffisamment pour qu'il fasse quelques efforts à son égard, pour qu'il lui dise comment les choses se passaient pour lui. Mais depuis qu'elle le connaissait, Ahren n'avait fait que la rejeter, et c'était même un miracle qu'ils soient parvenus aussi loin, n'est-ce pas ? Car à en croire son ton froid et son visage inexpressif, Ahren n'éprouvait rien, à cet instant, si ce n'est de l'agacement. Parce que les choses n'allaient pas comme il le souhaitait et Ahren aimait que le monde se conforme à ses désirs...

Mais Aby ne comptait pas continuer, elle. Elle ne pouvait pas continuer à se sentir coupable en permanence d'avoir eu une enfance plus heureuse qu'Ahren, d'avoir une famille aimante, de ne pas chercher à se tenir éloignée de son entourage. Elle n'était pas comme cela, et elle ne pouvait pas prétendre. Aby n'avait pas de carapace, elle, et rien ne lui permettait de dissimuler son trouble, sa tristesse et sa déception. Alors elle garda les yeux fixés sur ses mains, tandis que ses yeux s'embuaient à l'entente des paroles d'Ahren, et elle garda le silence. Oh, sans doute qu'il aurait pu la faire changer d'avis, mais elle n'était pas certaine de le vouloir. Aby sentait qu'elle prenait la bonne décision, même si c'était sur un coup de tête, même si ce n'était pas très sympa pour Ahren, elle agissait avec son coeur et sentait que passé la rupture, elle se sentirait mieux...

"D'accord", murmura-t-elle d'un ton étranglé quand il affirma qu'il allait rentrer chez lui. Une petite part d'elle avait envie de le retenir mais elle savait qu'elle devait rester forte et s'abstenir. Evitant le regard d'Ahren, elle se dirigea vers la maison, en s'efforçant de ne pas s'y réfugier en courant, puis demanda à son père surpris de raccompagner Ahren chez lui. William sur les talons, elle se planta courageusement face à son petit-ami - enfin, son ex - et croisa son regard.

"Je suis désolée, Ahren, j'espère qu'on restera en bons termes."

Merlin, qu'elle se sentait brusquement grandir, à prononcer ces paroles convenues...

"Passe une bonne fin d'été."

Aby résista tant bien que mal à l'envie de le serrer dans ses bras pour s'assurer qu'ils ne se quittaient pas fachés. Ahren avait le droit d'être faché, après tout... Et elle aussi, d'une certaine façon. Elle garderait tout de même un bon souvenir de leur couple, en dépit de cet été, même si elle préférait ne pas le dire pour l'instant.

La boule dans son ventre s'estompa quelque peu quand Ahren et son père disparurent, dans le plop caractéristique du transplanage. Restée seule dans son jardin, une sensation de malaise et de culpabilité l'envahissant, elle trouva que le soleil brillait trop fort pour son état d'esprit et fila se réfugier à l'intérieur. Quelques instants plus tard, son père fut de retour et elle se blottit dans ses bras en laissant libre cours à ses larmes. C'était son premier chagrin d'amour et cela faisait mal, par Rowena...
RP terminé
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Une Aby de perdue, c'est dix Sasha qui reviennent [Ahren & Aby]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dirty Little Sasha. [Done.]
» "La Route Perdue"
» Perdue en Forêt (PV: Kairi)
» Sacha Louise Ryan une nouvelle riche Feat Sasha Pivovarova
» Cybèle, l'elfe perdue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-