AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 A l'improviste [Shemens]

Shea GruffyddProfesseur de Volavatar
Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur
A l'improviste
Klemens Dabroski & Shea Gruffydd


Mardi 26 août 2008


Les derniers jours. Dans un moins d'une semaine, c'était le grand événement : mon premier jour en tant que professeur de vol, de retour à Pré-au-Lard. Contrairement à d'autres, j'avais préféré m'installer dans le village afin de donner des cours de yoga aux habitants. Et aussi pour avoir mon indépendance, un sentiment que j'avais vivement développé tout au court de l'été. De plus, et sans vouloir paraître totalement peureuse, demeurer entre les murs de Poudlard me donnait des frissons et des sueurs froides. Et puis, j'aimais ce village. Il commençait à se remplir à l'approche de la rentrée, ça se sentait.

De retour de chez ma mère, il était temps pour moi de commencer à me préparer à reprendre les cours mais de l'autre côté de la table d'écolier. Mais si j'avais passé la semaine précédente à réviser mes cours avec Lip, celle-ci n'était que de la détente et je préparais un nouveau sac pour un nouveau train - encore - lorsqu'on frappa à ma porte.

J'avais pris cette chambre au Woodcroft Inn. Elle était assez grande pour m'héberger, mes affaires et moi, et possédait même une petite kitchenette. Mais ce que j'aimais le plus, c'était la fenêtre au large rebord qui donnait sur le lac. J'adorais écrire là, même si j'avais une table haute au milieu de la pièce. C'était clairement moins drôle. Mais pour l'heure, je triai quelques vêtements et cadeaux que j'avais prévus pour mes amis d'Edimbourg, pendant que je faisais chauffer de l'eau. Je laissai mon sac en plan pour aller ouvrir et souris à Mrs Stormwind qui m'apportait mes vêtements propres. Dans un sourire, je récupérai mes biens.

– Et je voulais vous dire que vous aviez de la visite, très chère.

Elle se décala pour laisser entrevoir Klemens dont la venue me fit hausser les sourcils d'étonnement. Alors que ma logeuse nous laissait seuls, je souris un peu plus au loup garou avant de l'inviter à entrer.

– Je suis surprise de te voir ici. Quel balais t'amène ?

Je ris en balayant l'air d'une main.

– Désolée, blague de Quidditch.



After all we've been through.
Everything that I've done.
It can't be for nothing.

Klemens DabroskiLoup-garouavatar
Messages : 1177

Voir le profil de l'utilisateur
L'anxiété commence à le gagner alors qu'il avise la date du jour. Dans quelques jours, son nouveau travail au Ministère débute et il se demande si il possède les capacités pour un tel poste. Il n'a jamais été mauvais en sortilèges mais il y a plus de dix ans qu'il a quitté l'école. Il se débrouille toujours bien selon lui mais peut-être n'est-ce pas suffisant, peut-être a-t-il légèrement surestimé ses capacités. Il espère bien que non. Et puis après tout, ce n'est pas la peine de se prendre la tête maintenant, il serait bien assez vite fixé sur ce dont il était capable ou non de faire. Il lui suffirait d'être lui même et tout irait bien.

A force de répéter ces mots, il finirait peut-être par y croire. Il pousse un soupir et s'étire sur son canapé, il a déjà plusieurs minutes qu'il fixe le vide sans bouger. L'inactivité n'a jamais été son fort et il commence sérieusement à s'ennuyer. Un instant, il se dit qu'il pourrait aller rendre visite à Irving avant de se rappeler que ce dernier devait certainement travailler. Il pousse un long soupir avant de se lever de son canapé pour faire les cents pas dans son appartement. Soudain, il sait exactement qui il veut voir. Ils n'ont pas réellement eu l'occasion de discuter au cours de la soirée chez Irving la semaine passée et puis, il s'en veut un peu de l'avoir obligé à fumer. Un léger sourire se dessine sur ses lèvres alors que sa décision est prise.

A peine a-t-il passé sa porte d'entrée qu'il transplane en direction de Pré-au-Lard. Un frisson le prend soudainement, il n'est pas revenu ici depuis le drame de la pleine lune et ça lui fait comme un choc. Il regarde les rues avec un air triste. Ce n'est peut-être pas une si bonne idée que ça finalement. Il pose son regard sur le pub au coin de la rue et fronce les sourcils. Il faut qu'il avance, il ne peut pas se permettre de reculer devant les épreuves. Il a suffisamment fui comme ça auparavant. Depuis la mort de Valery, il s'est promis d'affronter les épreuves et de ne plus les fuir. Il est temps de mettre ses bonnes résolutions en application.

Il parcourt les rues désertes à la recherche du logement de son amie. Il hésite quelques fois se demandant si l'immeuble qu'il vient de dépasser n'est pas ce qu'il cherchait lorsqu'il aperçoit la rue que lui a donné Shea. Il esquisse un sourire et se dirige vers l'habitation qui abrite la jeune femme. Il frappe à la porte et une vieille femme lui ouvre, lui demandant ce qu'il désire. Il explique brièvement qui il vient voir et se laisse conduire jusqu'à Shea. Il esquisse un sourire lorsqu'il remarque qu'elle l'a reconnu et qu'elle lui sourit en retour. Il s'avance de quelques pas et dépose une légère bise sur la joue de son amie. Son sourire s'agrandit légèrement face à sa plaisanterie pas drôle alors qu'il se recule pour la contempler un instant.

"Je comprends mieux pourquoi ce n'est pas drôle."

Il lui jette un sourire mi-amusé mi-moqueur sans la lâcher du regard.

"J'avais envie de te rendre visite. J'étais curieux de savoir où vivais la charmante Shea. Et puis... on a pas vraiment eu l'occasion de discuter la dernière fois."

Il hausse les épaules avec un léger sourire. Y-a-t-il vraiment besoin d'une raison pour aller voir ses amis ? Il ne le pense pas et ne l'a jamais pensé.


Klemens Dabrosky
Shea GruffyddProfesseur de Volavatar
Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur
Je posai les affaires sur la table et tournai la tête vers Klemens en me demandant bien pourquoi est-ce qu'il me dévisageait de la sorte, ce qui m'extirpa un sourire de plus, à la limite de rougir. Je baissai la tête en pliant proprement le col d'un de mes chemisiers.

– J'ai l'impression qu'on a rarement l'occasion de véritablement discuter.

Quand la bouilloire se mit à siffler, je haussai les sourcils en m'approchant pour la sortir de la plaque.

– Tu veux boire quelque chose ? Tu es plutôt café, je crois, non ?

Je me penchai pour ouvrir le petit placard sous les plaques et en sortir une jolie boîte en métal. On ne pouvait pas dire que j'avais une très grand chambre. Une fenêtre, un lit dans un coin, une table au milieu, une commode, une étagère et un petit meuble pour faire cuisine et c'était bien tout. Mais c'était chez moi, à présent et je m'y étais bien acclimatée. Mieux que je ne le pensais. Mais le café était la preuve que mon jeune frère venait souvent. Je posai deux mugs sur la table en poussant mes affaires dans un rire.

– La "charmante" Shea ? Sérieusement ? Je crois que tu as vécu trop longtemps avec Roy, si tu veux mon avis.

Je pris mes affaires pour les poser au sol et libérer la table avant de me redresser pour m'attacher les cheveux. Je pouffai de rire en tirant une chaise. De la visite, en dehors de ma famille, je n'en avais pas encore eu ! C'était une sensation assez étrange de recevoir ailleurs que chez ma mère. J'eus l'impression de lui répondre à l'envers, cela dit.

– Tu es vraiment venu jusqu'ici juste pour voir où je vivais ? Et bien... Voilà !

Je ris en levant les bras et tournai légèrement sur moi-même pour lui montrer mon appartement, cette petite chambre à l'étage d'une auberge du plus célèbre village magique d'Ecosse. Je m'installai enfin en serrant mon mug entre mes mains et je penchai la tête en l'observant à mon tour.

– Alors ? Tu te plais à la Cité ? - Je ris un peu plus - Irving est un bon voisin ?


After all we've been through.
Everything that I've done.
It can't be for nothing.

Klemens DabroskiLoup-garouavatar
Messages : 1177

Voir le profil de l'utilisateur
Klem entre à la suite de la jeune femme lorsqu'elle l'y invite. La pièce n'est pas bien grande mais elle semble convenir à sa propriétaire et c'est le principal. Il esquisse un léger sourire lorsque Shea fait remarquer qu'ils n'ont jamais le temps de discuter. Ce n'est pas tout à fait vrai. A chacune de leurs rencontres, ils en apprennent un peu plus sur l'autre. Mais c'est vrai aussi qu'ils n'ont jamais vraiment eu de vrai discussion sérieuse. Ce dont, il n'a pas envie non plus. Les discussions sérieuses ont toujours eu le don de l'ennuyer ou de lui faire avouer des choses qu'il aurait préféré garder secrètes. Il repense à toutes celles qu'il a eu avec Valery et Roy. Les choses qui font la personnalité du jeune homme n'ont été révélé que très récemment et pour certaine, il aurait préféré qu'il n'en soit rien. Il est tiré de ses pensées par la voix de son amie. Il esquisse un léger sourire et hoche légèrement la tête.

"Oui, je préfère le café. Le thé me laisse une désagréable impression de pipi de chat dans la bouche."

Les commissures de ses lèvres s'étirent un peu plus à cette remarque et il rit franchement lorsque la jeune femme laisse entendre qu'il a trop passé de temps avec Roy. A quoi s'attendait-elle de sa part après tout ? Roy est son meilleur ami et ce n'est pas sans raison. Il a toujours eu la sensation de surprendre les personnes qui l'entourent en montrant qu'il pense de la même façon que le trafiquant sur certains sujets. Pourtant, le fondement de l'amitié, du moins à son sens, est un partage de certaines valeurs. En ce qui concerne Roy, tout à commencé à cause des potions Tue-Loup. Mais pour qu'ils s'apprécient autant, il y a indéniablement autre chose derrière qu'un simple échange de bons procédés.

Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres lorsque Shea lui présenta son chez-elle. Il s'installa sur une chaise qui se trouvait autour de la table et laissa son regard se perdre autour de lui une nouvelle fois.

"C'est sympa chez toi. Tu t'y plais ?"

Klem avala une gorgée de café avant de fixer son regard sur son amie. Il hocha lentement la tête à sa nouvelle question.

"Oui, c'est sympa la cité. Et Irving est cool."

Il sourit une nouvelle fois. Tout ça lui permettait de tourner un peu plus la page Valery. D'y penser un peu moins en voyant de nouvelles choses qui ne lui rappellerait pas constamment son amant. Mais il n'était pas crédule au point de penser qu'il avait tourné la page. Le jeune homme lui manquait toujours autant et il était loin d'avoir tourné la page.


Klemens Dabrosky
Shea GruffyddProfesseur de Volavatar
Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur
J’espérais sincèrement que mon thé n’avait pas le goût de pipi. Encore moins de chat. Cela dit, je portai tout de même le mut à mes narines discrètement pour m’en assurer. Plus de caramel, moins d’urine. L’honneur était sauf. Je souris en le servant et acquiesçai pour répondre à sa question.

– C’est un peu petit mais c’est chez moi. Ca me permet de ne pas rester enfermée toute la journée dans l’enceinte de l’école, d’avoir une certaine indépendance… En tant que professeur de vol, je n’ai pas autant d’heures que certains il n’y a pas de Quidditch tous les jours, alors. C’est la première fois de ma vie que je vis seule, j’ai envie d’en profiter. Pas de quitter ma mère et mes frères pour me retrouver entourée d’une pléiade de professeurs et d’adolescents qui courent dans les couloirs.

Je m’assis à ses côtés et serrai mon mug entre mes mains. Mais Klemens n’était pas un bavard. Je le savais déjà mais je m’attendais toujours à ce qu’il dise quelque chose. Face à son silence, je souris un peu plus et comme il ne développait pas, j’ai alors repris pour nous deux, n’étant pas quelqu’un de silencieux, pour ma part.

– Oui, Irving est un jeune homme plein de surprise. C’est un peu comme un… Quatrième frère, si j’ose dire. J’ai travaillé avec son père pendant quelques temps avant que celui-ci tombe malade. Si tu t’ennuies, tu peux aller voir Irving. Il trouvera toujours quelque chose à faire ou à raconter.

Je portai mon menton dans ma main pour observer Klemens, sans perdre de mon sourire habituel.

– Et sinon toi, qu’est-ce que tu racontes de beau ? Je suis passée chez Roy l’autre jour mais tu n’étais pas là. J’étais dans le coin pour voir une amie, je me suis dit que j’allais en profiter mais je t’ai manqué de peu, je crois. Mais finalement, on sera amenés à se revoir quand je rentrerai pour les vacances !

Je haussai les sourcils en me laissant retomber dans mon siège, un bras en travers du dossier. Je repensai alors à notre petite soirée entre amis, et notamment cette… Lilly qui avait débarqué et que personne ne connaissait. Pas même Roy, ce qui m’a paru étonnant sachant que le trafiquant semblait tout savoir de son ami. Pour quelqu’un qui avait un penchant masculin, je le trouvais plutôt bien accompagné. Il connaissait déjà Julianna, cette Lilly… Klemens cachait définitivement bien son jeu. Et je lâchai dans un sourire malicieux.

– En tout cas, je vois que tu sais visiblement bien t’entourer.

Spoiler:
 


After all we've been through.
Everything that I've done.
It can't be for nothing.

Klemens DabroskiLoup-garouavatar
Messages : 1177

Voir le profil de l'utilisateur
Klem but son café brûlant à petites gorgées pour éviter de se brûler tout en écoutant Shea parler. Heureusement qu'elle parlait beaucoup parce que lui même n'avait pas grand chose à raconter. Finalement, il ne savait pas pourquoi, il avait eu une envie soudaine de venir la voir mais il était heureux de l'avoir fait. Il aimait bien Shea. Elle n'était pas compliqué pour deux sous, un peu bavarde et très enjouée. Il esquissa un sourire alors qu'elle lui affirmait qu'Irving était un bon camarade. Elle le considérait presque comme un frère. Ils avaient dû en passer des heures ensemble pour que leur relation en soit à ce stade.

Lui même n'avait pas encore réussi à souder de tels liens. Il y avait bien Roy mais irait-il jusqu'à dire qu'il était comme un frère pour lui ? Il n'en avait pas la moindre idée, il ne savait même pas comment deux frères étaient supposés s'entendre, se parler ou même faire des choses ensemble. Il n'avait jamais eu de vrai expérience pour avoir une vague idée. Il savait ce qu'un frère n'était pas censé faire par contre. Il avait l'exemple type du frère qui ne se comportait pas comme tel. Peut-être aurait-il su si Kaszia avait été encore en vie. Peut-être aurait-il noué un lien très fort avec elle. Il en doutait néanmoins. Elle n'avait jamais semblait admirative de sa personne mais plutôt de Jacek. Et pourtant, Kaszia était celle qui était la plus importante aux yeux de Klemens. Celle qu'il avait toujours voulu protéger et qu'il avait fini par tuer.

Il fut tiré de ses pensées par une question de Shea. Il ne racontait pas grand chose de neuf à la vérité. Il l'écouta avec un demi-sourire lui expliquer qu'elle était passée chez Roy mais qu'il était absent. Ainsi donc, elle avait cherché à le revoir ? Roy s'était bien gardé de le lui dire. Il avala une nouvelle gorgée de café avant de hocher la tête lorsqu'elle affirma qu'elle le reverrait à chaque vacances.

"Je ne raconte pas grand chose en fait, il rit légèrement avant de reprendre la parole. Je commence mon nouveau travail bientôt. J'ai eu un poste au Ministère. Dans le département des transports magiques. Et sinon, Roy ne m'a pas dit que tu étais passée. Il me cache des choses parce qu'il veut te garder pour lui tout seul. Je vais finir par être jaloux."

Il esquissa un sourire amusé avant d'éclater de rire franchement lorsque Shea lâcha qu'il savait s'entourer.

"Tu parles de la soirée chez Irving ?, demanda-t-il entre deux éclats de rire. Pourquoi tu dis ça ? Je reconnais qu'entre toi, Juliana, Lilly, Irving et Roy j'étais bien entouré mais ce ne sont que des amis rien de plus."

Enfin rien de plus... sauf si affinité. Mais il n'y avait aucun sentiment supérieur à de l'amitié. Il n'arrivait plus à ressentir ce genre de sentiment. Et il doutait de réussir à nouveau un jour. Valery avait vraiment tout balayé sur son passage et il ne lui restait à présent que quelques miettes de sentimentalisme.


Klemens Dabrosky
Shea GruffyddProfesseur de Volavatar
Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur
Ainsi, Roy n’avait rien dit. Je n’étais pas étonnée mais je n’avais rien it non plus. L’un comme l’autre, nous avions simplement « oublié », j’imagine. J’ai secoué la tête avec un sourire, doutant fortement que Roy ait voulu me garder pour lui seul. Je n’étais pas son genre. Mais de là à rendre Klemens jaloux, voilà qui m’étonnait d’autant plus/ Sans rien dire, j’ai pincé les lèvres dans un sourire un peu gêné. Quand je me revoyais au milieu de Klemens et Roy, je me revoyais le matin chez eux, à récupérer mes affaires pour partir. Nous n’en avions jamais reparlé, d’ailleurs, ça n’avait pas semblé utile. Et je trouvais ça très bien. Je me sentais encore suffisamment honteuse d’avoir agi sous une telle impulsion que le fait que Klemens n’y réagisse pas me convenait parfaitement.

j’ai repris une gorgée de mon thé avant de relever les yeux sur lui. Pourquoi je disais ça ? Mes lèvres se sont étirées un peu plus et j’ai haussé les épaules. J’étais persuadée que Klemens avait plus de succès qu’il ne voulait bien le laisser entendre. Beaucoup plus, je présumais, même. J’ai pouffé de rire en reposant mon mug.

« Tu as beaucoup d’amis, Klemens… » J’ai acquiescé en souriant et je me suis mise à jouer de mes doigts sur mon mug. J’ai haussé une épaule. « Je ne sais pas ! L’expérience, peut-être ? » J’ai relevé les yeux sur lui avec un immense sourire amusé, et j’ai commencé à rire. « Quoi, on ne peut pas dire que tu sois du genre à rester seul spectateur, j’ai vu comment tu as souri à Lilly. Allons, Klemens… Nul n’est ami avec Roy par hasard… Cela dit, tu sais, je doute que Roy cherche, quelque soit le moyen, de me garder pour lui. Il n’y a pas de quoi être jaloux. Je suis venue, tu n’étais pas là et finalement, on a bu un verre ensemble, c’est tout. Il a juste dû oublier de te prévenir. Et puis de toute façon, je t’ai retrouvé à la Cité, non ? » J’ai penché la tête en le dévisageant. « C’est le principal, pas vrai ? »

Aurais-je été jalouse si Klemens avait été avec une autre fille ? Probablement. Je n’en sais trop rien, je ne m’étais pas posée la question avant car elle n’avait pas eu lieu d’être. Mais quoiqu’il en soit, il ne pouvait être sérieux. Tout ça n’était qu’un amusement pour lui, bien sûr. Je n’ai pas songé une seule seconde que Klemens puisse être jaloux, pour une quelconque raison que ce soit, de Roy ou de n’importe qui d’autre. C’était plutôt le style de Roy, non ? J’ai reporté mon mug à mes lèvres. Je n’avais pas idée qu’il puisse mentir mais j’imaginais qu’il y avait une raison plus profonde qu’un simple « Coucou, je passais dans le coin ! »

« Sérieusement, Klems, que puis-je faire pour toi ? »


After all we've been through.
Everything that I've done.
It can't be for nothing.

Klemens DabroskiLoup-garouavatar
Messages : 1177

Voir le profil de l'utilisateur
La remarque de Shea le surpris. Avait-il réellement autant d'amis que le prétendait la jeune femme ? Il n'avait pas cette impression. Il se liait facilement aux gens mais ne se confiait pas ou peu. Et l'amitié, du moins la vraie, n'était-elle pas bâti sur le fait de pouvoir parler de tout avec ses amis sans avoir peur de leurs jugements ? Il n'y avait qu'avec Roy et Shea désormais qu'il pouvait parler ainsi. Alors, oui, il avait beaucoup de connaissances et de personnes qui l'appréciaient. Il savait se rendre désirable, agréable, intrigant et peut-être un peu mystérieux sous certain aspect. Il était facile d'accès en surface, franc et ouvert. Mais il y avait toujours cette petite part d'ombre en lui. Cette part de dangerosité et de noirceur qui lui faisait peur.

Il pouffa légèrement lorsqu'elle affirma qu'elle avait vu la façon dont il avait dévisagé Lilly. Oui certainement, il appréciait beaucoup la jeune femme. Il y avait quelque chose chez elle de... différent, sous certains aspects, elle lui ressemblait et elle devait très certainement le comprendre. Son besoin d'indépendance et de liberté. Il secoua la tête un sourire amusé aux lèvres. Tout le monde semblait affirmer qu'il ne fallait pas être honnête ou du moins avoir une légère pointe de mauvais garçon pour être ami avec Roy. C'était sans doute vrai. Et pourtant, ils ne se ressemblaient pas tant que ça. Ils appréciaient tous les deux les jolies femmes et les jeux d'argent mais ils n'avaient bien que ça en commun. Peut-être leur solitude chronique également. Solitude qu'ils comblaient ensemble.

"Oui, c'est le principal."

Que pouvait-il d'autre ? Shea était naïve sous certains aspects et c'était ce qui la rendait adorable à ses yeux. Ce qui l'aidait à voir le monde autrement. Elle était amusante et encore enfantine et au fond c'était ce qu'il lui plaisait. Il avait besoin de légèreté. Il avait besoin d'un regard dénué de sous-entendu parfois. La simplicité sans second degré. Pouvoir dire des choses sans que ses paroles soient immédiatement interprétées de façon poussée et souvent fausse.

Il esquissa un léger sourire avant de réfléchir longuement à la question de son amie. Que pouvait-elle faire pour lui ? Honnêtement, il n'en avait pas la moindre idée. Il était seulement mélancolique et il avait eu besoin de voir Shea parce que c'était elle qui l'avait aidé à remonter la pente. Sans elle, il serait sans doute encore au fond du trou. Sans elle et sans Roy. Il haussa lentement les épaules.

"Je ne sais pas. Je... j'avais besoin de parler à quelqu'un. Je me sentais seul et... j'ai pensé à toi. Je me rends compte que je ne t'ai jamais remercié de m'avoir aidé à reprendre une vie normale. Sans toi, je crois que je serais encore cet homme que tu as croisé un soir dans un bar."

Il esquissa un petit sourire timide et se saisit de la main de Shea pour la serrer dans la sienne avec force.

"Alors... merci."

Il se pencha doucement vers elle et l'embrassa tendrement. Sa façon à lui de la remercier. La façon qu'il employait depuis son départ de Pologne.


Klemens Dabrosky
Shea GruffyddProfesseur de Volavatar
Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur
Cette affection que j’avais pour Klemens me venait de nulle part. Il ne ressemblait pas à l’un de mes frères, ni à mon meilleur ami perdu, à Poudlard. Il n’incarnait pas plus mon idéal masculin, et je n’éprouvais aucun sentiment fort à son égard. Je ne rougissais pas face à lui comme avec Roy, je ne craignais pas ses réactions face à moi comme avec Alex… Mais quand il a pris ma main, j’ai souris en la refermant sur la sienne, aussi fermement. Être un soutien pour un inconnu était une décision qu’elle avait prise à peu à la va vite. Elle ne l’avait pas regretté mais avait vite songé que Klemens aurait pu s’avérer être quelqu’un de bien moins attentionné. Naïve, ou trop optimiste, elle n’avait jamais pensé à cette possibilité.

Pourtant, quand ses lèvres ont retrouvé les miennes - baiser que je lui ai rendu avec autant de tendresse, sinon plus -, c’est tout un frisson de soulagement qui a parcouru mon échine. Encore une fois, c’était un sentiment que j’avais du mal à expliquer, encore plus à exprimer. Je suis restée d’ailleurs silencieuse quelques secondes à réfléchir à ce qui avait traversé mon esprit aussi rapidement. Ce soulagement que j’avais ressenti n’était pas anodin, mais je ne m’étais pas rendue compte à quel point j’avais été tendue en sa présence jusque là. Le retrouver avec Roy à la Cité avait été une chose, j’avais détesté cette impression de lui mentir quelque part, sans lui dire que j’avais vu Roy et que nous avions parlé de lui mais aussi d’Alex et… Et puis contre toute attente, j’ai aussi réalisé la jalousie qui m’avait prise lorsque je l’avais imaginé aussi proche d’une autre que moi. Mais je n’en avais pas eu conscience jusque là.

Klemens me donnait une importance qui m’inspirait du soulagement. Avec lui, je me sentais plus valorisée, j’avais l’impression d’exister, d’être désirable, même, ce qui n’était pas du luxe. Je me sentais serviable pour quelqu’un, je faisais quelque chose de bien, qui importait dans la vie de ce quelqu’un. Roy avait raison, quel mal y avait-il à changer les habitudes dans sa vie ? Klemens était une des bonnes choses qui m’étaient arrivées cette année, au milieu de tout un tas de doutes et de réflexions sur moi-même.

J’ai levé ma main pour lui caresser le visage avec un sourire agrandi. Je n’ai rien dit mais j’aimais ce sentiment. Celui d’être… Celle vers qui il venait quand il se sentait seul. Peut-être qu’un jour c’était quelque chose que je n’aimerais pas du tout, que j’aurais l’impression très désagréable qu’il se servait de moi, mais j’en étais bien loin. J’avais appris à savourer les moments du présent sans me poser de questions. Ca aussi, un jour, ça finirait par me jouer des tours.

« Tout ce que tu voudras. » Mon pouce a glissé sur son sourcil avec attention. « Merci à toi. » C’était la vérité, j’avais été là pour lui comme il avait été là pour moi sans le savoir. Et puis, j’ai pouffé de rire. « Tu ne trouves pas ça ironique que… Quoiqu’il arrive, on se serait rencontrés quand même ? Chez Irving. » Ma naïveté et mon optimisme, encore eux, me laissaient à penser que je n’avais joué aucun rôle dans la décision de Klemens à quitter Bristol pour la Cité.


After all we've been through.
Everything that I've done.
It can't be for nothing.

Klemens DabroskiLoup-garouavatar
Messages : 1177

Voir le profil de l'utilisateur
Ses mains encadrèrent doucement le visage de Shea lorsqu'elle lui rendit son baiser avec tendresse. A aucun moment, il ne s'était pas interrogé une seconde sur les sentiments que pouvaient ressentir la jeune femme pour lui. Il était tellement englué dans son propre chagrin et tellement centré sur sa petite personne et sur ses propres ressentis qu'il n'avait même pas honte d'utiliser Shea ainsi sans prendre en compte ce que elle pouvait ressentir. Elle était sa bouée, son point d'ancrage après Valery et pourtant, il ne sentait rien pour elle de plus qu'une profonde amitié et une profonde reconnaissance.

Pour lui, il n'y avait rien de sacré dans un baiser ni même dans l'acte charnel en lui même. Il y avait bien longtemps qu'il avait arrêté d'idéaliser les relations humaines. Et il ne réalisait pas que Shea puisse voir les choses autrement. Que pour elle, passer une nuit dans son lit avait une signification. Qu'un simple baiser, certes tendre, ne voulait pas forcément dire la même chose pour lui que pour elle.  C'était agréable, ça lui donnait l'impression d'exister, d'être apprécié pour ce qu'il était. Qu'il avait une sorte d'importance et qu'on tenait à lui. D'une façon qu'il n'expliquait pas. Et au fond, il ne voulait pas comprendre. Il voulait juste que ça continue. Qu'il puisse lorsque ça n'allait pas, pouvoir se réfugier chez Shea et passer un instant paisible. Où il se sentait bien. Où il arrivait à se recentrer et à retrouver son équilibre.

Il ressortirait de chez la jeune femme apaisé. Il savait que la douleur qui lui enserrait ne disparaîtrait jamais. Mais Shea avait le don de l'atténuer. Il ne savait pas comment elle faisait ça mais elle était apaisante. Et c'était de cela dont il avait besoin. Il ne cherchait pas à comprendre. C'était comme cela. Il savait juste que ce n'était pas de l'amour. Du moins, pas le même que pour Valery. Il avait toujours pensé qu'il y en avait différente sorte. Le passionnel, Le fusionnel, le tendre, l'amical, le familial, le soumis, le possessif et le charnel. Il en avait expérimenté quelques uns. Certains s'étaient entremêlés les uns aux autres. Le laissant sans défense. Mais avec Shea, il n'arrivait pas à savoir lequel s'était. Sans doute de l'amical mélangé à du tendre avec une pointe de fusionnel. Mais au fond, peu importait le nom qu'il lui donnait. Du moment qu'il se sente bien.

Il ferma un instant les paupières, s'abandonnant complètement lorsque Shea lui caressa la joue avec tendresse. Il écouta sa voix, l'imprimant dans son esprit, savourant ce moment rien qu'à eux. Il avait l'impression aussi que Shea ne l'aurait pas aidé si en retour elle n'en avait pas tiré quelque chose en retour. Il ne savait pas ce qu'il lui offrait mais elle semblait tenir à le remercier également. Il redressa légèrement la tête lorsqu'elle se mit à pouffer. Coupant leur petit moment de tendresse. Un léger sourire se dessina néanmoins sur ses lèvres.

"Oui sans doute. A moins que sans ton intervention, je ne sois jamais sorti de ma torpeur et que je me sois laissé couler complètement. Auquel cas, je serais sans doute encore dans l'appartement de Roy à cuver un mauvais vin au lieu d'être en ta compagnie. Je n'aurais pas connu Irving non plus."

Son sourire s'agrandit légèrement alors qu'il se saisissait une nouvelle fois la main de son amie et embrassait sa paume.

"Le destin fait parfois les choses étrangement tu ne trouves pas ?"


Klemens Dabrosky
Shea GruffyddProfesseur de Volavatar
Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur
Pour comprendre ma façon d’être, il fallait comprendre ce qui se passait en moi lorsque quelqu’un comme Klemens agissait comme il le faisait. Un frisson m’a à nouveau parcouru le dos lorsqu’il a pris ma main dans la sienne. C’était la première fois - du moins la deuxième mais je comptais tout ça en tant que personne, soit, une. - que je sentais mon coeur s’emballer alors que je ne ressentais aucun sentiment réel. Je n’étais pas amoureuse, je n’avais pas non plus de fantasmes cachés, cependant, il avait un effet sur moi, je ne pouvais le nier. Je crois que ce qui m’attirait chez lui - en dehors du fait qu’il m’attirait, tout simplement - c’était que j’aimais l’idée que cela soit réciproque. J’aimais l’idée de plaire au point qu’on vienne me voir de façon suffisamment innocente, tout en sachant ce qu’on voulait. J’aimais l’idée que Klemens ne venait pas par hasard et qu’il venait me chercher, plus que me voir. Toute cette relation n’était basée que sur l’impulsion et l’imprévu. Deux choses que ma vie était devenue depuis quelques mois, depuis que j’avais décidé de quitter la Cité Nimbus pour tenter de faire quelque chose de ma vie.

Est-ce que j’aimais tous ces changements, ces revirements… Non. Je me plaignais et je résistais à l’envie de retourner m’enfermer dans ma Cité pour y couler des jours heureux et paisibles avec le boulanger. Mais avec Klemens, je n’avais pas peur de ne pas savoir où j’allais, ni d’ignorer ce qui allait m’arriver. Qui qu’il soit en mon absence, ça n’avait aucune importance car ce que j’aimais, c’était celui qu’il était en ma présence. Alors j’ai souri. D’abord faiblement et j’ai fini par acquiescer, mes lèvres s’étirant un peu plus.

« Oui, c’est vrai. Mais il les fait plutôt bien. »

Je sentais encore son contact au creux de ma paume et je ne vous cacherais pas que j’en avais encore des frissons. Je n’aurais jamais pensé que ce genre de gars serait… Mon genre. J’avais toujours cru que ce qu’il me fallait, c’était le type banal, d’à côté, stable avec lequel je me marierais, j’aurais des enfants dans une maison de la Cité. Je n’avais jamais imaginé que l’inconnu puisse m’attirer. Klemens n’était pas non plus ce qu’on pouvait appeler de terriblement jovial et pourtant, il souriait, mais je sentais bien la tristesse dans ses yeux et ça aurait dû me déranger, c’était le contraire.

J’ai porté mon autre main à sa nuque, la glissant dans son cou et mes lèvres ont franchi les centimètres qui me séparaient des siennes et je ne me contentais pas d’un simple baiser de remerciement, cette fois. Sans me séparer de lui, je me suis levée pour venir m’installer contre lui, un bras autour de ses épaules. On aurait pu me répéter mille fois qu’il était loup-garou, je ne l’aurais pas cru. J’étais incapable de percevoir ce danger. Pour moi, il n’était qu’un sorcier et rien de plus. Encore qu’il aurait pu ne pas l’être, je n’aurais pas plus été étonnée. Quant au reste, vous vous imaginez que j’avais déjà oublié. A ma décharge, il ne me le rappelait jamais. Et Roy n’habitait pas ici. Personne ne viendrait nous déranger ici, cette fois !

[J’ai toujours su ce que je voulais répondre mais j’attendais le bon moment et une bonne configuration environnementale, sinon ça aurait pas eu la même forme.]


After all we've been through.
Everything that I've done.
It can't be for nothing.

Klemens DabroskiLoup-garouavatar
Messages : 1177

Voir le profil de l'utilisateur
Un frisson d'anticipation le parcourut lorsque Shea posa sa main sur sa nuque pour l'attirer à elle. Il ne résista pas et se laissa entraîner dans son étreinte. C'était étrange et en même temps plaisant de se laisser faire. Habituellement, c'était toujours lui qui allait chercher ses partenaires. Lui qui amorçait les premiers baisers un peu plus osés. Mais cette fois-ci, c'était Shea qui imposait son rythme et qui lui annonçait ce qu'elle attendait de lui en quelque sorte.

Un léger sourire se forma sur ses lèvres entre deux baisers alors qu'il serrait la jeune femme un peu plus contre lui. Caressant chaque parcelle de sa peau, passant ses mains sous son t-shirt pour explorer davantage le corps qui s'offrait à lui. Il laissa ses lèvres descendre dans le cou de Shea avant de retrouver les lèvres de sa partenaire. Ses baisers se firent moins tendre et plus pressant.

Il souleva la jeune femme et la porta jusqu'à son lit qu'il avait repéré dans un coin de la pièce. Il la déposa délicatement dessus et plongea un instant son regard dans le sien avant de l'admirer toute entière. Elle était belle. Ce n'était pas une beauté fatale. Juste une beauté ingénue. Elle était elle malgré elle. Elle ne faisait rien pour attirer le regard et pourtant, on était fatalement attiré par elle. Pas de façon évidente. Mais c'était là tout de même. Il arrêta sa contemplation pour capturer ses lèvres une nouvelle fois. S'abandonnant entièrement à Shea et à sa douceur. Comblant petit à petit le vide qui le composait. Oubliant tout ce qui n'était pas Shea.

Un bras autour de la taille de la jeune femme, la tête posée au creux de son cou, il était bien. Il y avait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi apaisé. Finalement, c'était sans doute ça qu'il était venu chercher auprès de Shea. Sans se l'avouer tout ce qu'il avait voulu depuis le départ, outre prendre de ses nouvelles, était de partager ce moment avec elle. Rien de moins, rien de plus. Sans se l'avouer, il était venu pour ça et uniquement pour ça. Un court instant, il se trouva ignoble. Il profitait de la gentillesse de la jeune femme pour assouvir ses désirs. Uniquement pour lui même.

Il redressa légèrement la tête et plongea son regard dans celui de Shea. Essayant de faire passer toute sa reconnaissance à son égard. Il ne pourrait jamais lui rendre ce qu'elle lui offrait, il en était certain. Cette dette qu'il accumulait sans le savoir, il ne serait jamais capable de la rembourser. Parce qu'il était un être égoïste. Alors, il voulait qu'elle sache qu'il lui était reconnaissant pour tout ce qu'elle lui apportait. Même si il n'arrivait pas à le dire avec des mots. Il caressa doucement son visage sans la lâcher du regard. Il attendait ne serait-ce qu'un signe de sa part qui lui montrerait qu'elle avait compris et qu'elle acceptait ou non cette situation. Une sorte d'accord entre eux.


Klemens Dabrosky
Shea GruffyddProfesseur de Volavatar
Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur
S’il avait été égoïste, je pense que j’aurais eu des arguments pour me plaindre. Mais il n’en était rien. Pas de frère pour débarquer - du moins j’espérais que Lip n'en aurait pas la soudaine envie - pas de Roy de l’autre côté de la pièce… Rien que Klemens et moi. J’avais un de ses sourires sur le visage et le rouge aux joues. Encore une fois, j’étais sortie de mes propres sentiers battus. J’avais agi avec une certaine impulsion qui ne m’était pas totalement commune, encore. Sûrement une des choses avec lesquelles je devrais me familiariser à présent. Et en parlant de ça...

Je n’ai pas saisi une seule des pensées de Klemens. J’aurais probablement dû, mais je crois que contrairement à ce que je croyais savoir, je n’avais pas attendu ni moins, ni plus de sa part. Il était là, j’étais là et c’était l’histoire de notre vie, finalement. Quand il a redressé la tête pour plonger son regard dans le mien, j’ai… D’autant plus rougi en pinçant les lèvres avant de me mordiller un ongle. Et puis, j’ai souri au contact de sa caresse. Il prenait un tel soin à se montrer tendre avec moi que même si j’avais entendu ses pensées, je n’aurais pu lui en vouloir, ni m’en offusquer. Surtout qu’à bien y réfléchir, je ne valais pas moins (mieux) que lui.

J’ai glissé ma main sur son bras en accentuant mon sourire, avec une pointe de malice. « Tu sais... Peu importe ce que c’est, si ça doit devenir une habitude, il vaudrait mieux que je le sache ! »

Je voulais revoir son sourire sur ses lèvres, je voulais encore avoir l’impression de faire quelque chose pour lui, d’apporter quelque chose à quelqu’un, qui plus est, qui m’était cher, je me devais de le reconnaître. J’ai caressé doucement sa joue du revers de l’index et j’ai redressé la tête pour venir l’embrasser à nouveau en m’attardant quelque peu sur ses lèvres. Et puis, j’ai haussé les sourcils.

« Pas que ça me dérange ! Au contraire ! Je dis ça parce que mon petit frère a pris l’habitude de venir ici régulièrement, alors… Il faudrait que je mette un signe sur la porte pour l’avertir, tu crois ? »

Aussi étrange que cela puisse paraître, je n’étais pas choquée à l’idée que cela puisse se reproduire. Bien au contraire. Ce qui me dérangeait pour le coup. Si je n’étais pas contre le fait que Klemens et moi partagions ce genre de relation, le fait que cela me semble si naturel m’intriguait au plus haut point. C’était une chose que je n’avais jamais ressentie auparavant. Et d’une certaine manière… Je trouvais ça plutôt excitant. Ce qui était paradoxal avec la fille que j’étais lorsqu’il n’était pas là.


After all we've been through.
Everything that I've done.
It can't be for nothing.

Klemens DabroskiLoup-garouavatar
Messages : 1177

Voir le profil de l'utilisateur
"Tu voudrais que ça en devienne une d'habitude ? Moi je n'ai rien contre tu sais. Ça dépend de toi. Dis moi quand tu en auras marre de m'avoir dans les pattes."

Klemens esquissa un léger sourire avant de rendre le baiser que Shea lui donna. Il lui caressa doucement le visage alors qu'elle caressait le sien du bout des doigts. C'était agréable d'avoir quelqu'un pour partager des moments comme celui-ci. Il s'esclaffa lorsque la jeune femme termina son explication.

En effet, il n'apprécierait pas que le frère débarque en beau milieu d'un moment gênant. Pas que ça le perturbe plus que ça. Il n'était pas très pudique de nature. Mais il se doutait que Shea verrait les choses d'un autre oeil. Il lui embrassa le bout du nez en riant.

"A toi de voir. Si tu veux inviter ton frère à se joindre à nous, ça ne me dérange pas non plus."

Il esquissa un sourire mutin. Il se doutait que ça ne devait pas être le genre de la jeune femme. Il avait l'intuition que rien que leur relation sans nom ne lui était pas coutumière. Ils n'étaient que des amis finalement. Des amis qui partageaient de bons moments ensemble. Il n'était pas question de sentiments entre eux. Et il pourrait comprendre que cela susciterait les questions du frère si il trouvait sa soeur avec un homme qui n'était pas son petit-ami. Et Klem n'était clairement pas prêt à s'engager dans quelque chose de sérieux maintenant. Le fantôme de Valery était encore beaucoup trop présent.

"Mais je crois que tu devrais lui dire de prévenir à l'avenir si il veut te rendre visite. A moins que tu ne conviennes d'un code avec lui. Je me rappelle qu'à Durmstrang, on accrochait une chaussette à la clenche de la porte du dortoir lorsqu'on ne voulait pas être dérangé."

Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres à ce souvenir. Même si finalement, le dortoir ne lui avait que peu servi. Il préférait découvrir de nouveaux endroits avec ses partenaires.


Klemens Dabrosky
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

A l'improviste [Shemens]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A l'improviste [Shemens]
» Devoir de potion à l’improviste, de l’aide? [ TERMINER ]
» Course à l'improviste [Roman Reigns #1]
» Visite à l'improviste [Gwendall]
» Ramens à l'improviste ? (Pv Shikamaru)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-