AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Cocktails citrouilles [Lilly]

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
31 Octobre 2008

D'un coup de baguette magique, Charlotte verrouilla son bureau, attrapa son manteau rouge et repoussa sa chaise. Elle était officiellement en congé maternité pour les sept mois à venir et à vrai dire, cela la soulageait un peu. Son travail allait lui manquer mais elle commençait à fatiguer de ses journées au bureau, alors qu'elle approchait des sept mois de grossesse et qu'elle devait arpenter les couloirs bondés du Ministère. Elle allait pouvoir utiliser les mois à venir pour finir de préparer l'arrivée du bébé, notamment sa chambre, et pour se consacrer à tout ce qu'elle avait un peu délaissé avec sa grossesse plutôt prenante. Cela faisait une éternité qu'elle n'avait pas vu Lilly et les quelques fois où elles s'étaient croisées avaient été trop courtes pour qu'elles puissent approfondir leurs discussions. Quelque chose tracassait sa meilleure amie, Charlie l'avait bien vu, et elle était bien décidée à s'occuper de cette dernière maintenant qu'elle avait tout le temps qu'elle voulait à lui consacrer.

Elle fit le tour de ses collègues pour leur dire au revoir et les remercier encore une fois - ils lui avaient offert un body "Super Auror" avant son départ - et serra longuement Seamus dans ses bras maintenant qu'ils ne se verraient plus tous les jours pendant un bon bout de temps. Il était encore un peu tôt lorsqu'elle quitta le bureau aussi passa-t-elle chez elle avant d'aller voir Lilly, histoire de prendre une douche et de s'habiller un peu mieux pour sortir. Certes les robes de maternité n'étaient pas les choses les plus élégantes au monde mais elle avait dévalisé le rayon grossesse de quelques grands magasins du centre de Londres et avait donc trouvé des choses plutôt potables. Elle s'était renseignée auprès des Oubliators pour savoir si Lilly ne travaillait pas aujourd'hui et avait donc saisit l'occasion de passer Halloween - cette fête qu'elles aimaient tant depuis qu'elles se connaissaient - depuis des années. Après tout c'était la fête des sorciers et autres créatures magiques et c'était très à propos qu'elles le célèbrent ! Il n'était plus question d'aller chercher des bonbons depuis dix ans déjà mais sortir boire quelque chose dans les rues décorées pour l'occasion avait tout autant de charme. Bristol était d'habitude le centre fêtard de l'Angleterre mais depuis les émeutes qui agitaient la ville et l'étroit contrôle du gouvernement, on ne pouvait plus y sortir comme avant.

Le tout petit quartier magique d'Oxford - deux rues et une allée - organisait néanmoins une soirée "Sang-froid" qui allait réunir tous les fantômes du coin et Charlotte avait donc bien l'intention d'y trainer Lilly. Rencontrer quelques vampires et fantômes était toujours du meilleur effet, même pour des sorcières ! Une fois habillée elle laissa un mot pour Eliott qui n'était pas rentrée du travail, enfila de nouveau son épais manteau rouge et des bottes plates et verrouilla la porte pour rejoindre une petite ruelle pas très loin de son immeuble. Une fois dans cette dernière, elle appela le Magicobus d'un coup de baguette magique. Il était bondé en cette heure de pointe et si elle essaya de rester debout au début face au manque de place, elle changea bien vite d'avis au premier tournant. Ce fut une mère de famille qui lui céda sa place - elle n'osait pas encore demander - et les deux femmes engagèrent la conversation jusqu'à ce que le Magicobus arrive devant l'immeuble de Lilly, ayant évidemment parcouru le pays au passage.

Une fois arrivée devant la porte de son amie - ces escaliers étaient abominables qu'on se le dise - Charlotte tapa trois coups sans pouvoir s'empêcher de sourire. Lilly lui avait manqué et elle était heureuse de la revoir, aussi quand cette dernière ouvrit la porte, Charlie lui sauta au cou sans lui laisser le temps de réagir.

- Tu m'as troooop manquée Lils ! Ça fait super longtemps ! J'te dérange ?

Elle fit plusieurs grattouilles à Kenya lorsque Lilly s'effaça pour la laisser entrer et retira son manteau en s'asseyant sur le canapé.

- Ce soir, on sort ! Et pas de protestations jeune fille ! On va s'amuser comme au bon vieux temps, toutes les deux ! Enfin... Tous les trois, ajouta-t-elle en riant, posant une main sur son ventre rond.  Je me suis dis qu'une soirée dehors nous ferait du bien à toutes les deux. Comment vas-tu ?



All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
Lilly avait passé sa journée à flâner sur le Chemin de Traverse en compagnie d’Isy, qui avait décidé d’écumer toutes les boutiques sorcières à la recherche de sa robe de mariée idéale. Après plus d’un an de relation, Daniel avait fait sa demande à la jeune femme, et le couple était depuis plongé dans les préparatifs du mariage. Lilly – désignée demoiselle d’honneur par Isy – avait accepté d’accompagner la jeune femme, tout en songeant que ce moment serait mille fois plus agréable à passer avec Charlotte. Oh, elle adorait sa collègue, évidemment ! Mais elle avait un côté un peu hystérique que Lilly se serait bien passée de connaître. Enfin, pensa-t-elle en se laissant tomber dans son canapé, une tasse de thé à la main, les futures mariées n’étaient pas les personnes les plus rationnelles, et elle était bien placée pour le savoir !

Caressant distraitement Kenya qui avait bondi sur ses genoux, Lilly ferma les yeux, et tenta de détendre tous ses muscles. Depuis l’élection de Marchebank, ses journées étaient complètement folles. La nouvelle chef des oubliators était complètement tyrannique – efficace, peut-être, mais tyrannique – et Lilly, qui avait espéré qu’Alastair soit nommé à sa place, n’avait pas forcément apprécié le changement. Dans tous les cas, elle rentrait absolument crevée de ses journées, et pourtant elle s’acharnait à faire des heures supplémentaires – majoritairement pour s’occuper l’esprit. Cela fonctionnait à peu près, et tant qu’elle était en mouvement, tant qu’elle avait des choses à faire, ou de la compagnie, tout allait bien.

Lilly fut tirée de ses pensées lorsque quelques coups furent frappés à la porte. Elle fronça les sourcils – elle n’attendait personne – et se leva pour ouvrir la porte. Un immense sourire éclaira son visage lorsqu’elle aperçu Charlotte, et elle l’enlaça en riant. Il lui semblait qu’elle n’avait pas vu sa meilleure amie pendant des siècles – et en soit, c’était un peu le cas. Il fallait dire que depuis qu’elle avait appris sa grossesse, Charlie avait sûrement énormément de choses à faire – et c’était un peu ce que craignait Lilly. Oh, évidemment, elle avait été plus qu’heureuse en apprenant que sa meilleure amie avait décidé de garder l’enfant – c’était une nouvelle merveilleuse ! Mais Charlotte prenait un chemin tellement différent du sien, qu’elle avait peur qu’elle la tienne un peu à l’écart de sa nouvelle vie.

« Tu ne me déranges jamais, tu le sais bien ! » affirma Lilly en s’écartant pour la laisser entrer.

Elle rit face à l’exhortation de Charlotte, et approuva son idée d’un hochement de tête.

« A vos ordres, lieutenant ! » se moqua Lilly. « Tu sais où tu veux qu’on aille ? » demanda-t-elle, curieuse. « En tout cas, oui, ça va bien ! J’ai l’impression d’être super vieille, mais ça va ! » En effet, elle avait pris vingt-cinq ans hier. Un quart de siècle, comme Daniel – du haut de ses trente-trois ans, il pouvait parler ! – s’était amusé à lui répéter. « On commence même à m’appeler madame ! » s’offusqua Lilly. « D’ailleuuuurs ! Encore merci pour hier, c’était trop mignon ! Bon, la beuglante de six heures du matin n'était pas spécialement nécessaire mais… » s’amusa Lilly en embrassant sa meilleure amie sur la joue. « Et toi alors, comment ça va ? » interrogea Lilly avant de se pencher vers le ventre de Charlotte. « Coucou bébé… Tu vas bien toi ? » elle reporta son attention sur la future maman, après avoir gagatisé quelques instants. « Vous avez déjà décidé d’un prénom ? »


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Charlie déposa un baiser sur la petite tête mignonne de Kenya qui s'était assisse sur ses genoux et fit une grimace à l'adresse de Lilly quand cette dernière l'appela lieutenant. Elle n'était pas dirigiste voyons, juste enthousiaste et organisée, voilà tout !

- Quartier magique d'Oxford ! Ils font une soirée spéciale Halloween : vampires garantis ! Je me suis dis qu'on allait pouvoir réaliser notre vieux fantasme d'adolescence, ajouta-t-elle malicieusement.

Il n'y avait pas que chez les moldus après tout que les vampires vendaient du rêves : beaux et jeunes à jamais et toute l'histoire... Puis de toute manière Charlotte avait été une grande adepte de littérature à l'eau de rose à l'adolescence. Bon, peut-être aussi à l'âge adulte. Mais en secret parce que sinon Eliott se moquait d'elle, alors elle cachait Philtres d'amour à Pré-au-Lard derrière la couverture du manuel avancé de défense contre les forces du mal pour bouquiner le soir. Elle eut un rire quand Lilly affirma se sentir vieille et elle observa sa meilleure amie avec tendresse. Cela lui avait fait de la peine de ne pas pouvoir la voir en personne le jour de son anniversaire, c'était des traditions qui se perdaient avec les exigences de l'âge adulte même si c'était triste... En tout cas, elle comptait bien se rattraper !

L'une de ses plus grandes craintes était bien de s'éloigner de Lilly. Elle savait que cette dernière avait de nouveaux amis et de nouvelles fréquentations et oui, elle était plutôt jalouse. Depuis qu'elle était enceinte et fiancée, elle avait sans cesse des choses à faire et peinait à trouver du temps pour se poser et voir ses amis. Elle enviait un peu Lilly parfois même si elle ne regrettait pas ce qui se passait dans sa vie. Elle avait juste peur que les chemins différents qu'elles étaient en train de prendre les éloignent et c'était une pensée absolument terrifiante. Sortant de ses sombres pensées lorsque Lilly s'offusqua qu'on l'appelle Madame, Charlotte eut un rire.

- Ne m'en parle pas ! Depuis que je suis enceinte, tout le monde m'appelle Mrs ! A Sainte-Mangouste, on me sert même du Mrs Warlock.

Le bébé étant désigné dans le dossier sous la nomination "Bébé Warlock", par association... Ce n'est pas que cela la dérangeait - après tout, Eliott et elle étaient fiancés et se marieraient prochainement - mais cela lui faisait toujours un peu étrange, elle qui n'avait entendu que Meyer toute sa vie. Enfin, il fallait bien qu'elle s'y habitue !

- Mais de rien, répliqua-t-elle malicieusement à la mention de sa Beuglante d'anniversaire de six heures du matin. Je voulais être la première personne à te souhaiter un joyeux et matinal anniversaire, ma Lilly !

Elle avait tranquillement rédigé son message la veille et s'était endormie avec la douce pensée que sa meilleure amie aurait de ses nouvelles quelques heures après... Les Beuglantes, une formidable invention magique, encore plus irritante que les cartes d'anniversaires musicales moldues dont la litanie mélodieuse restait en tête des heures et des heures ! Elle observa avec un sourire Lilly se pencher vers son ventre rond où le bébé semblait dormir.

- Ca va, je suis officiellement en congé maternité ! Je ne sais pas vraiment ce que je vais faire de mes journées, mais bon... Je viendrais te voir ! ajouta-t-elle avec un sourire. Jusqu'à ce que tu ne veuilles plus de moi !

C'était l'un des avantages de cet arrêt : elle allait pouvoir rattraper le temps perdu !

- Nooon, toujours pas ! soupira Charlotte quand Lilly demanda pour le prénom. Il y en a tellement que j'aime... Tout ce que je sais, c'est que son deuxième prénom c'est Lilly si c'est une fille, déclara-t-elle avec un sourire en saisissant la main de sa meilleure amie. Enfin, on a choisi à peu près pour un garçon : Colin ! Mais dès que j'ouvre un livre de prénoms, j'en découvre des nouveaux... En ce moment, je suis très portée sur Alice. Mais il y a aussi Elsa, Rose, Louise... On va finir par tous lui donner !

Charlie grattouilla le ventre de Kenya en souriant avant de relever les yeux vers Lilly.

- Si t'as des idées, ne te prive pas, au point où on en est...


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
Lilly écouta Charlotte parler de sa grossesse avec un léger sourire aux lèvres. Elle avait toujours su que sa meilleure amie se ferait à l'idée qu'elle était enceinte - mais, étonnement, cela avait prit bien moins de temps que prévu. Et c'était étrange, tellement étrange, de l'entendre parler ainsi, avec ce ton posé, comme si la situation était banale. Charlotte était enceinte, et elle allait se marier ! Et pour Lilly, qui la connaissait depuis ses onze ans, c'était particulièrement déstabilisant. Et un peu effrayant, elle devait l'avouer. La jeune femme avançait dans sa vie d'adulte avec une facilité déconcertant, comme si elle avait toujours su comment faire. Lilly, elle, était... A moitié une adulte. Extérieurement, elle en avait tout d'une : elle avait son propre appartement, un métier stable et bien payé, des réflexions souvent posées et cohérentes (quand elle n'avait pas bu.) Mais si on la connaissait un tant soit peu, on savait bien qu'elle n'avait rien d'une parfaite adulte. Ses amis lui rappelaient souvent de payer ses factures - qui étaient souvent dissimulées un peu partout dans son salon - et elle avait de plus une proportion à prendre des décisions sur un coup de tête, sans vraiment réfléchir à toutes les conséquences qui suivraient. Puis, on ne pouvait pas réellement parler de stabilité dans sa vie sentimentale... Loin de là, même. Mais sa façon de vivre lui convenait, et c'était le principal.

Ce qui lui faisait davantage peur, par contre, c'était que sa relation avec Charlotte finisse par s'étioler, au fil des mois. Oh, évidemment, elle avait toujours été persuadée que leur amitié était plus forte que tout ! Mais un doute persistait. Leur manière de vivre était tellement dissemblable ! Et, elle devait bien l'avouer, Lilly craignait que Charlotte la remplace par une de ses copines d'un groupe d'accouchement avec qui elle pourrait parler couches et salopettes. Mais non, se résonna-t-elle, tant bien que mal. Son amitié avec l'Auror était plus forte que tout, se répéta-t-elle intérieurement.

"Evidemment que je veux toujours de toi ! De toute façon, ça fait bien trop longtemps qu'on n'a pas fait une soirée pizza et film, il faut absolument qu'on rattrape ça !"

Parce que - même si Lilly niait haut et fort qu'elle regardait ce genre de film - elle tenait réellement à ces moments avec Charlotte. Souvent, d'ailleurs, le film n'était qu'un bruit de fond, tant elles passaient la soirée entière à papoter en mangeant. Et puis, qu'on se le dise, l'histoire était toujours la même, si bien qu'elles finissaient toujours par retrouver le fil, quand elles se remettaient à regarder.

"J'aime beaucoup Elsa, pour une fille !" approuva Lilly. "Et Lilly, comme deuxième prénom, c'est ravissant ! Vraiment je ne sais pas où tu as trouvé une si bonne idée..." plaisanta-t-elle en attrapant sa veste pour sortir. "Pour une fille... J'aime beaucoup Anna, aussi, je trouve ça doux, comme prénom." lâcha Lilly.

Elle conduit Charlotte à l'extérieur, et referma la porte de son appartement.

"Direction Oxford, alors ! Allons admirer ces beaux vampires..." fit-elle en papillonnant des yeux.

Une fois en bas, elle appela le magicobus, et s'installa sur un siège aux côtés de Charlotte.

"Bon alors, raconte-moi, comme ça se passe, dans ta vie ?" s'enquit Lilly avec un petit sourire, avant d'ajouter, l'air de rien, après un moment d'hésitation : "Tu as rencontré plein de futures mamans à St Mangouste ?"[/color]


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
- Je suis bien d'accord ! Au moins trois mois qu'on a pas vu Dirty Dancing... Mais où va le monde, je te le demande !

Un véritable scandale. Depuis bientôt quatorze ans, Lilly et Charlie avaient des habitudes bien ancrées et ne comptaient pas y renoncer. C'était des petits rituels qui rythmaient leur amitié et leur permettait de se retrouver régulièrement, malgré leurs vies respectives. C'était important pour Charlotte qui n'osait pas imaginer un seul instant sa vie sans la présence de sa meilleure amie : Lilly était son pilier depuis si longtemps et leur amitié était une telle évidence que... Cela ne l'empêchait pas d'avoir des craintes néanmoins, au vu de leurs avenirs qui prenaient des chemins différents, mais elle ne comptait pas laisser ses peurs se réaliser. Il n'y avait pas de raison après tout, tant que Lils et elle avaient la volonté farouche d'entretenir leur relation.

- Oui, on se le demande, répondit-elle malicieusement quand son amie fit mine de s'interroger sur la provenance du prénom Lilly. Que sa meilleure amie soit la marraine de son bébé n'avait même pas été sujet à questionnement : c'était ainsi et c'était tout, elle ne faisait confiance à personne d'autre pour s'occuper de son bébé comme saurait le faire Lilly si l'occasion se présentait un jour. Puis cela serait l'occasion d'intégrer Lilly encore plus dans sa famille, comme la sœur qu'elle était à ses yeux. Anna... C'est joli ! Je note ! Je te jure, choisir un prénom, c'est encore plus difficile que choisir son orientation post-Poudlard : c'est un cauchemar.  

Elle comprenait les filles qui y pensaient des années à l'avance, désormais ! Neuf mois passaient trop vite et il y avait trop de prénoms pour un seul bébé... C'était presque un appel à faire plusieurs enfants ! Enfin, songea Charlie tandis qu'elle suivait son amie dans les escaliers de son immeuble pour prendre le Magicobus, un c'était déjà bien. Ils verraient pour la suite, ils avaient tout le temps ! Une chose  la fois, un bébé à la fois, elle plaignait les parents de jumeaux. Tandis que les deux jeunes femmes s'installaient sur des sièges voisins, elle glissa son bras sous celui de Lilly, haussant les épaules quand elle lui demanda si elle avait rencontré des futures mamans.

- Un peu, oui ! C'est sympa d'échanger avec elles mais...

Charlie eut un instant d'hésitation, soupirant un peu.

- Je ne sais pas, parfois, c'est comme si nous n'étions pas sur la même longueur d'ondes. Je crois qu'elles sont plus... maternelles que moi, souffla-t-elle. Elles me font un peu culpabiliser parfois. Enfin, ça viendra sûrement, conclut Charlotte en haussant les épaules.

Elles parlaient de co-dodotage, de portage, de massages de bébés... Des concepts qu'elle ne maitrisait pas le moins du monde. Il fallait vraiment qu'elle se renseigne sur le monde obscur de la maternité.

- Et toi, comment ça va ? Avec tes nouveaux amis...

Elle savait que Lilly fréquentait des gens nouveaux, avec qui elle passait ses soirées et... Si Charlotte avait été honnête sur ce point, elle aurait pu reconnaître qu'elle était un peu jalouse. Avant, c'était avec elle et leur bande de copains que Lilly passait ses soirées. Désormais, Charlie montait des mobiles et enchantait des frises de lapins magiques sur les murs de la nursery. Elle avait peur que sa meilleure amie trouve plus d'intérêt à ces gens-là qu'à sa vie qui devenait tranquille et s'éloigne d'elle, mais ça... C'était difficile à reconnaître. A presque vingt-cinq ans, on devait avoir dépassé ça, non ?


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
Un peu ! Donc il y en avait bien, des futures mamans, qui ne demandaient rien de mieux que de se lier d'amitié avec Charlotte Meyer. La suite du discours de sa meilleure amie la rassura légèrement, mais Lilly ne parvint pas à cacher complètement sa petite mine. Évidemment qu'elle savait que la jeune femme restait et resterait toujours sa meilleure amie, sa presque-soeur, sa personne. Mais pour autant, elle ne parvenait pas à se débarrasser de cette crainte, celle de la voir s'éloigner. Charlotte avait tant évolué ! Elle avait fait tant de chemin, sans elle. D'ordinaire, les deux Gryffondor faisaient tout ensemble, mais force était de constater que cette époque soit révolue. Charlie continuait sa vie, avec la même aisance que d'habitude, tandis que Lilly peinait à garder la tête hors de l'eau. Oui, elle avait peur d'être abandonnée - et ne pouvait même pas supporter l'idée.

Durant des années, Charlotte avait un été un pilier de sa vie, et leur amitié une composante de son existence. Elle ne pouvait pas s'imaginer poursuivre sans, et à vrai dire, elle avait déjà dû mal à s'éloigner de la jeune femme. Regarder une émission moldue à la télé ne possédait plus le même intérêt, et acheter des glaces aux parfums étonnants n'avait plus la même saveur. Ainsi, lorsque Charlotte mentionna ses nouveaux amis, Lilly haussa les épaules.

"Ils sont sympas, je suis sûre que tu les aimerais bien !" déclara-t-elle avec un entrain feint.

Pourtant, c'était vrai, elle les aimait bien. Juliana était une fille formidable, et elle appréciait tout autant Klemens. Mais ce n'était pas la même chose. Parce qu'elle avait toujours été habituée à sortir avec Charlotte et leur bande de copains communs, et que, même si elle aimait les soirées qu'elle passait avec ses nouveaux amis, ce n'était pas la même chose qu'avant - mais rien ne serait jamais pareil qu'avant.

"Tu sais, ça me fait un peu bizarre, de sortir avec de nouvelles personnes, et plus avec toi et notre bande." avoua Lilly. "J'aime bien, hein. Mais c'est différent, c'est pas... Pas la même chose." elle haussa les épaules. "Mais je crois que j'ai dû mal à tourner la page, je suis encore un peu nostalgique du temps où on faisait tout ensemble et..." elle hésita à poursuivre. "Et je crois que je suis un peu jalouse, aussi."

Elle tritura nerveusement ses mains, jetant un regard à sa meilleure amie. Elle avait dit ce qu'elle avait sur le cœur depuis un long moment. Quelque chose qui, de plus, n'avait jamais été facile à admettre pour elle.


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Évidemment qu'ils étaient sympas, les nouveaux amis de Lilly, Charlotte n'en doutait pas une seule seconde et c'était bien là le problème. Sa meilleure amie avait toujours été quelqu'un de très sociable et elle se liait naturellement avec les gens, elle était spontanée et pétillante et évidemment qu'elle était appréciée. Charlie n'était pas vraiment en reste non plus, elle avait de nombreux amis – les mêmes depuis des années – s'entendaient bien avec ses collègues et les gens du Ministère mais.... Ce n'était pas pareil, Lilly, c'était Lilly et cela lui faisait de la peine (même si elle avait du mal à l'avouer) de voir qu'elle devenait amie avec d'autres personnes. C'était normal dans le fond, leurs vies prenaient un rythme différent et elle-même ne pouvait plus sortir aussi souvent qu'avant maintenant qu'elle allait avoir un bébé : Lilly n'allait pas rester toute seule chez elle pour le simple plaisir de calmer ses angoisses. Car il était bien là le nœud du problème : Charlotte avait peur qu'elle rencontre des gens avec une vie plus intéressante, dont l'actuelle préoccupation n'était pas de gérer une grossesse, des gens avec qui elle pourrait mieux s'entendre ou partager plus de choses, des gens mieux qu'elle et que Lilly finisse par les préférer un peu, Charlie étant laissée en arrière comme cette vieille amie de Poudlard qu'on a fini par perdre de vue.

- Oui, je suis sûre aussi, il faudrait qu'on prenne un verre tous ensemble un soir, ça serait sympa ! répondit-elle en se forçant à être vraiment contente à cette idée.

Elle ne voulait pas embêter Lilly avec ses problèmes et puis peut-être qu'effectivement, elle les aimerait bien ces nouveaux amis, il ne fallait pas se fermer à la rencontre parce qu'elle était jalouse. Puis cela serait l'occasion de ressortir un peu plus, de reprendre du temps pour elle et pour renouer avec de nouvelles personnes de son âge : depuis qu'elle avait quitté Poudlard, Charlotte se consacrait de manière quasiment exclusive à sa carrière et sa vie déjà bien bâtie. Pour ne rien laisser au hasard, elle avait des programmes très établis, voyait ses amis de Poudlard à des intervalles régulières, passant le reste de son temps entre son très prenant travail – mais qu'elle adorait – et les hommes qu'elle avait pu rencontrer, jusqu'à Eliott depuis deux ans. Il y avait peu de nouveauté dans son quotidien alors cela pourrait être l'occasion.

C'est du moins ce qu'elle essayait de se répéter dans une technique d'auto-persuasion peu efficace alors que le Magicobus faisait un bon particulièrement brusque. Un bref silence s'était établi entre Lilly er elle et ce fut sa meilleure amie qui le brisa, d'une voix un peu hésitante. Tournant la tête vers elle, Charlotte la dévisagea avec une surprise qu'elle ne put dissimuler alors que son amie évoquait sans le savoir les craintes qui lui traversaient l'esprit depuis des semaines. C'était exactement ça, songea Charlie avec une certaine stupéfaction, encore surprise après tant d'années de voir à quel point Lilly et elle pouvaient se ressembler. Mais s'il y avait bien quelque chose qu'elle n'avait pas prévu, c'était bien le fait que Lils puisse avoir les mêmes angoisses qu'elle : c'est Charlotte qui avait l'impression de rester un peu sur le bas-côté tandis que ses amis continuaient leur vie de jeunes adultes sans (trop) de responsabilités.

- Lilly... Ça fait des mois que je suis jalouse, moi aussi, répondit Charlotte avec un sourire un peu incrédule. De voir que tu as de nouveaux amis, que tu sors sans moi, que tu t'amuses... Je sais, c'est pas bien, corrigea-t-elle avec une grimace. Mais.... Je ressens exactement la même chose que toi.

Ce n'était même pas un euphémisme, pour le coup.

- J'ai l'impression que tes nouveaux amis sont bien plus intéressants alors que moi, tout ce que j'ai à raconter, c'est les humeurs de la secrétaire de la maternité de Sainte-Mangouste – une horreur cette fille, je te dis pas – tandis que toi, tu peux encore t'amuser alors tu vas finir par me trouver ennuyante. J'ai peur que tu me remplaces, finit-elle par verbaliser, alors que moi, je veux juste qu'on continue tout comme avant.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 205

Voir le profil de l'utilisateur
Il y avait beaucoup de points sur lesquels Lilly et Charlotte différaient complètement – l’organisation n’était qu’un exemple parmi tant d’autres. Pourtant, elles se ressemblaient plus qu’elles ne le pensaient. D’ailleurs, en écoutant sa meilleure amie lui exposer ses doutes, Lilly prit pleinement conscience qu’elles avaient toujours la même vision de leur relation. Cela la rassura un peu, elle qui avait été si effrayée de perdre son amie ces derniers temps. Il fallait dire que leurs chemins semblaient prendre des directions bien différentes depuis quelques mois. Charlotte allait se marier, elle allait avoir un enfant, elle construisait doucement son foyer. Lilly, quant à elle, restait la même personne qu’auparavant, avec des secrets encore plus lourds à porter.

« Tu sais très bien que je ne pourrais pas te remplacer. » lança Lilly avec un sourire, en attrapant doucement la main de sa meilleure amie pour la serrer dans la sienne. Elle hésita quelques instants avant de reprendre : « Tu sembles évoluer si bien dans la vie, Charlie, si facilement. Tu vas te marier, tu vas avoir un enfant, tu es Lieutenant… Tout ce que tu entreprends, tu le réussis, toujours. Tu te construis une vie stable, un foyer. Moi… Moi je suis toujours la même. Je ne suis que Lilly, et parfois, j’ai l’impression que ce n’est plus suffisant. » elle haussa les épaules. « Je me suis dis que tu préfèrerais te trouver d’autres amis, avec qui tu pourrais parler de vos enfants en faisant des apéritifs dinatoire, quelque chose comme ça. »

Formulée à voix haute, l’idée lui semblait finalement stupide. Ce n’était pas Charlotte – sa Charlie, sa meilleure amie ! – qui allait la remplacer par d’autres parents avec qui elle pourrait déguster des petits toasts tous les vendredi soirs. Pourtant, pendant des mois, elle n’avait pas réussi à chasser cette idée de son esprit, comme si cette fin était la seule possible à leur amitié.

« Moi aussi j’ai envie qu’on continue comme avant. Qu’on sorte toutes les deux, qu’on se regarde des films ensemble, qu’on passe des journées entières à ne rien faire en traînant en pyjama… » Alors que Lilly avait cherché pendant des mois à se défaire de toutes ses habitudes, elle se retrouvait aujourd’hui à les rechercher désespérément. Elle n’aurait jamais cru penser ça un jour, mais elle avait réellement besoin d’une certaine stabilité, d’une certaine routine dans sa vie, surtout ces temps-ci.

Lilly esquissa un sourire à l’attention de son amie, heureuse d’avoir enfin pu avoir cette conversation avec elle. La communication, c’était la clé de la réussite, songea-t-elle – un peu ironiquement, puisqu’elle avait toujours eu un problème à communiquer. Mais elle se sentait vraiment soulagée d’avoir enfin pu dire tout ça à son amie, sans retenue.

« Et puis, ma Charlie, tu sais très bien que je te trouve intéressante ! Et crois-moi, les ragots de St Mangouste m’intéressent. Tu ne te souviens pas de la série moldue qu’on a regardé toutes les deux ? Celle qui se passait dans un hôpital ? J’ai toujours dit qu’il se passait beaucoup de choses en salle de repos… » plaisanta-t-elle en se levant pour descendre du Magicobus, lorsque ce dernier s’arrêta.

Une fois dans le centre d’Oxford, la jeune femme s’arrêta et se tourna vers Charlotte. Prise d’une impulsion, elle la serra dans ses bras.

« Tu sais bien que je t’aime plus que n’importe qui ma Charlie. » fit-elle en se reculant. « Bon, Eliott ne serait pas trop d’accord, donc disons que je t’aime d’amitié plus que n’importe qui. » corrigea-t-elle en riant. « Puis que pourrais-je faire sans mon Lieutenant préférée ? »


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte n'avait que vingt-quatre ans et pourtant, elle avait déjà beaucoup de choses dans la vie. De bons diplômes, un travail stable, une belle promotion récemment, un bel appartement à Londres, un adorable fiancé, un bébé à venir. Elle cochait pas mal de cases de ce qui était aux yeux de beaucoup l'accomplissement de la vie d'adulte alors qu'elle n'avait pas atteint le quart de siècle, elle en avait conscience. C'était un rythme qui lui allait, elle avait toujours aspiré à ce genre de choses : une vie de famille, une vie posée, pour contraster avec les journées trépidantes de son travail, rentrer chez elle le soir auprès de son petit-ami pour passer une soirée tranquille... Elle n'avait pas imaginé le bébé dans la photographie si tôt mais c'était un rebondissement de la vie qu'ils avaient choisi d'accueillir. C'était ce qu'elle avait toujours voulu, sans vraiment savoir pourquoi. Certains ne supportaient pas cette vie tranquille, certains de ses anciens camarades de classe juraient qu'ils voulaient tout sauf cela lorsqu'ils étaient encore à Poudlard et rêvassaient à leur avenir mais elle, c'était toujours une idée qui l'avait attirée. Une vie posée, une vie bien organisée, comme ses parents, comme le reste de sa famille. Elle l'avait et s'y épanouissait, elle était heureuse de retrouver Eliott tous les soirs, de parler de leur mariage, de vivre avec lui, de prévoir l'arrivée de leur bébé.

Pourtant, parfois, elle doutait, parfois, elle se disait qu'elle faisait une bêtise. Elle avait la vie devant elle, elle n'avait que vingt-quatre ans et était posée comme si elle en avait dix ans de plus. Elle aurait pu faire beaucoup de choses à la place, des choses comme Lilly, voyager, s'installer ailleurs, vivre autre chose. Elle était entrée au BDA juste après Poudlard, avait vécu un rythme infernal pendant ses études puis était entrée en poste et sa vie s'était installée. Elle n'avait pas vraiment voyagé, pas fait de tour du monde comme Lilly, n'était pas partie aux USA comme Harriett, n'avait pas fondé d'association comme Ellen... En dehors de son travail - mais ce n'était pas vraiment le sujet principal des conversations de soirée - elle n'avait rien de vraiment passionnant, de vie trépidante comme certains de ses amis. Elle n'enchaînait pas les conquêtes ou les péripéties et parfois... Elle se disait qu'elle passait à côté de quelque chose. Elle était heureuse, oui, mais est-ce qu'elle avait fait les choses trop tôt ? Elle avait toute la vie devant elle pour se poser mais on avait vingt-cinq ans qu'une seule fois. Lilly était pour elle l'incarnation même de cette liberté et oui, parfois, elle l'enviait, encore plus ces derniers temps avec sa grossesse imprévue qui l'avait chamboulée et la poussait à remettre en question ce qu'elle vivait.

Elle n'aurait jamais pu penser qu'on pouvait l'enviait, elle. Que Lilly pouvait l'envier. Après tout, elle ne faisait rien d'extraordinaire, rien qui sorte du commun. Elle n'aurait jamais pu penser que sa meilleure amie partage les mêmes craintes qu'elle, que Lilly puisse douter de leur amitié. C'était Charlie qui avait l'impression de devenir morne et inintéressante, qui avait l'impression de se détacher des autres, elle n'aurait pas pensé que Lilly puisse avoir le même ressenti, elle qui semblait toujours si fougueuse comme si elle ne doutait pas d'où elle allait. Ce n'était pourtant pas le cas, songea Charlotte en songeant au nombre de fois où son amie s'était confiée sur ce qui n'allait pas. Mais c'était tellement plus facile de voir le verre plein chez les autres, d'idéaliser ce qu'ils vivaient pour justifier ses propres hésitations et manquements.

- Ça sera toujours suffisant, asséna Charlie avec conviction en réponse aux doutes de Lilly. Je m'en fiche des autres, c'est avec toi que je veux parler.

Elle avait toujours eu d'autres amis mais Lilly, c'était différent, c'était sa meilleure amie, elles avaient toujours été plus que complices, toujours l'une avec l'autre durant leurs sept années à Poudlard. Elles avaient grandi ensemble, avaient toujours tout partagé et leurs entrée dans la vie adulte n'avait rien changé à cela malgré le départ de Lilly à l'étranger. Leurs avancées dans la vie n'y changeraient rien non plus, se jura Charlie tandis que le Magicobus s'arrêtait et qu'elles descendaient pour rejoindre Oxford. Elle avait été stupide de penser le contraire, d'y penser ne serait-ce qu'un seul instant. Elle serra sa meilleure amie dans ses bras longtemps, lui adressant un sourire lorsqu'elles se séparèrent et prenant sa main dans la sienne.

- T'es plus que ma meilleure amie Lils, t'es de ma famille. J'ai besoin de toi et ce n'est pas parce que tu n'as pas de bébé ou je-ne-sais quoi que ça va changer, au contraire. J'ai besoin d'avoir quelqu'un qui ne me parle pas toute la journée d'allaitement, d'accouchement ou tous ces trucs, ajouta-t-elle en riant. Tu sais quoi ? On va continuer à passer nos journées en pyjama en regardant des séries, tu m'aideras à m'occuper du bébé et on aura le même rythme que lui ! Et on parlera des ragots de l'hôpital et du Ministère, pendant que je ne suis pas là. Et on se fera des apéritifs rien qu'entre nous. Et Eliott, parce que je suis gentille.

Et parce qu'ils vivaient ensemble, éventuellement. Elle serra un peu plus fort la main de Lilly dans la sienne avant de reprendre la parole.

- Et à partir de maintenant, on arrête de se faire ce genre de frayeurs. Peu importe où on en est dans nos vies, ce qu'on fait, les gens qu'on rencontre, les amis qu'on se fait, on restera toujours Lilly et Charlie. Et on se parlera au moins une fois par semaine, peu importe ce qui se passe, même s'il y a une guerre civile. Et ce, jusqu'à au moins nos cent ans. Deal ?

Elles avaient peut-être passé l'âge de ce genre de promesse mais pour une fois, Charlotte s'en fichait et elle savait que Lilly aussi : après tout, sur certains points, elles étaient pareilles.

RP TERMINE


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Cocktails citrouilles [Lilly]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merci A Lilly,Peluche,CC, et Clémennnnnt!!!!!
» Citrouilles et Pâtisserie [Poufsouffle]
» Lilly Kane
» Présentation : Lilly Jédusor [Validée]
» L'esprit du champs de citrouilles [ Pour l'équipe Santaro, Moon et Arya.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-