AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Game of thrones [Adonis]

Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3429

Voir le profil de l'utilisateur
18 Octobre 2008

Les anciens directeurs de l'école dormaient paisiblement dans leurs cadres mais en cette soirée d'automne, Daisy Mason était parfaitement réveillée. Plongée dans la lecture du journal du jour, ses doigts faisaient machinalement tourner l'alliance à son annulaire gauche tandis que ses yeux parcouraient les titres des articles. Mouvements de foule à Bristol, annonces du nouveau gouvernement, élection de Miss Magique à venir... Toute la vie d'un pays résumée en quelques mots et photos. L'horloge sonna les coups de vingt-heures et Daisy releva enfin les yeux, s'adossant contre son fauteuil. Elle n'aurait jamais pensé que la charge de directrice était si lourde et elle n'avait de cesse de se demander si elle était - si elle serait à la hauteur - tant elle se sentait insignifiante par rapport aux illustres noms qui l'avaient précédée dans sa fonction. De Dilys Derwen à Margot, en passant par Albus Dumbledore et Minerva McGonagall, Daisy avait l'impression de faire tâche.

Et pourtant depuis cet été, elle s'échinait à faire de son mieux et à offrir le meilleur aux élèves. La prise de fonction n'avait pas été facile, l'équipe enseignante avait tant perdu entre Chloé, Margot et Edmund... Les nouveaux enseignants étaient plein d'ardeur et de volonté mais elle se sentait un peu seule parfois, loin des collègues avec qui elle avait partagé tant d'années d'enseignements. Certains persistaient néanmoins, comme Neville ou Peter, à qui elle aurait pu offrir le poste de sous-directeur... Objectivement, elle n'avait rien à reprocher à son ancien élève Adonis Greengrass. Travailleur, de bonne volonté, il semblait avoir toutes les armes pour réussir. Mais il dégageait quelque chose qui déplaisait à Daisy, quelque chose de plus diffus et il installait dans l'école une ambiance qui ne lui plaisait pas. Adonis Greengrass - et donc le Ministère - et elle ne partageaient certainement pas la même vision de l'école Poudlard.

Solidarité, ouverture d'esprit, compassion, entraide... Telles étaient les valeurs qu'elle prônait au sein du collège, telle était sa vision de l'école. Poudlard formait depuis toujours la société de demain et les enseignants étaient ceux qui façonnaient ce futur. Daisy n'avait jamais été particulièrement autoritaire, intransigeante, elle prônait le dialogue et la compréhension des élèves. Cela lui avait causé des problèmes au sein de sa carrière et elle se forçait encore lorsqu'elle devait s'affirmer ouvertement dans son rôle de directrice, souvent jugée bien trop laxiste. Mais cette fois-ci, elle savait que l'enjeu était bien plus important que de retrouver le silence dans une classe trop agitée. Adonis Greengrass lui avait certes été imposé par le Ministère de la Magie mais elle avait été élue par le conseil d'administration, elle était la Directrice de Poudlard et elle prenait les décisions en tant que telle se répéta-t-elle. Ses choix, ses ordres.

Quelques coups retentirent à la porte et elle se redressa dans son fauteuil, repoussant ses lunettes sur son nez et portant machinalement une main à son chignon volontairement trop serré. Elle avait demandé à Adonis - elle l'avait convoqué - de passer la voir ce soir pour qu'ils puissent parler du projet pédagogique de l'école. C'était le moment de faire valoir ses choix et de ne pas perdre de vue ce qu'elle désirait pour l'école. Elle releva les yeux sur le portrait d'Helga Poufsouffle - entourée des autres fondateurs - avant de s'éclaircir la voix.

- Entrez !

Certains disaient qu'elle n'avait pas la carrure pour le poste. Elle-même en doutait parfois. Mais Daisy aimait cette école plus que tout et défendrait ses intérêts dans toutes les circonstances. Inspirant un grand coup, elle se leva et accueillit son sous-directeur d'un sourire.

- Monsieur Greengrass, asseyez-vous donc. Voulez-vous du thé ?

Elle fit venir une théière sur le bureau d'un coup de baguette magique avant de se rassoir, posant ses mains à plat sur la surface froide du bois.

- J'aimerais que nous discutions de certaines de vos décisions les plus récentes.


Freckles sloth.
Adonis GreengrassSous-directeur de Poudlardavatar
Messages : 249

Voir le profil de l'utilisateur
Adonis venait de terminer son cours avec les quatrième années. Il pouvait déjà les entendre dans le couloir râler contre les devoirs qu'il venait de leur fournir. Ils grommelaient sans cesse sur le fait qu'il était trop sévère ou qu'ils avaient trop de travail. Sévère, il l'était sans doute. Mais sa tâche était de remettre de l'ordre dans l'école, il s'évertuait donc à le faire. Il y avait eu trop de laxisme jusque là. Et puis de quoi se plaignaient-ils ? Ils pouvaient se rendre à Pré-au-Lard tous les week-end désormais. Il poussa un soupir en rassemblant ses affaires. Il savait parfaitement ce que l'on disait de lui dans son dos. Certaines de ses décisions étaient fortement contestées. Mais par qui ? Une bande de gamin immature qui ne savait pas faire la différence entre une brindille et un Botruc ?

Non vraiment, il voulait bien accorder au point de vue de ses élèves si en contre partie ces derniers se comportaient de façon intelligente. Faire le pitre en classe ou encore exploser une Bombabouse au beau milieu d'un couloir n'était pas un comportement responsable. Loin de là même. Alors oui, il donnait des punitions relativement sévère mais jamais sans raison. Il avait beau entendre dire qu'il distribuait des punitions injustement, il n'avait jamais puni un élève innocent.

Mais il se doutait que la laxiste qu'était Daisy Mason n'approuvait pas ses façons de faire. Ce fut donc sans grande surprise qu'il s'était attendu à une convocation dans le bureau directorial. Il frappa quelques coups à la porte et attendit qu'on lui donne l'autorisation d'entrer. Il esquissa un léger sourire alors qu'il pénétrait dans la pièce. Il s'installa sur le siège face à la directrice et hocha légèrement la tête lorsqu'elle lui proposa une tasse de thé.

"Avec plaisir merci."

Il esquissa un bref sourire avant de poser son regard sur le professeur Mason, il ne l'avait jamais eu comme professeur puisqu'il n'avait pas pris l'Etude des moldus comme option. Mais il se souvenait très bien d'elle. Elle avait toujours été considéré comme une enseignante très douce peut-être un peu trop qui ne donnait quasiment jamais de retenues et qui à son goût était beaucoup trop gentille pour occuper le poste qu'elle occupait. Mais après tout, elle avait été élue par le conseil d'administration et ils savaient sans doute ce qu'ils faisaient. Et au fond, il préférait avoir une femme avec peu de caractère face à lui. La tâche serait moins compliquée. Du moins, il l'espérait.

"De quoi voulez-vous discuter précisément ?"

Il comprenait bien qu'elle veuille défendre ses idéaux, toutefois, ces derniers n'allaient pas forcément de pair avec les décisions ministérielles. Lui aussi avait des obligations. Il recevait ses ordres et il se devait de les mettre en application. Et il n'allait pas se gêner pour l'expliquer très clairement au professeur Mason. Il était pieds et poings liés. Tout comme elle, finalement.


Adonis Greengrass
Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3429

Voir le profil de l'utilisateur
Daisy remplit leurs deux tasses de thé chaud et reposa précautionneusement la théière sur son bureau, loin de sa correspondance (un accident était si vite arrivé et elle n'avait jamais été des plus adroites.) Face à elle, Adonis semblait des plus courtois mais elle savait parfaitement qu'il était conscient de la raison de sa convocation dans son bureau. Sa nomination était plutôt contestée au sein de l'école, notamment par les élèves. Certains préfets avaient également laissé échapper quelques brides même si la préfète-en-chef Barclay avait contesté et condamné ce genre de propos à l'égard de leur enseignant. Daisy n'avait jamais été du genre à écouter les bruits de couloirs depuis qu'elle était revenue à Poudlard comme enseignante - elle avait eu, elle devait bien l'avouer, une attitude toute autre lors de sa scolarité entre les murs de l'école, mais elle avait eu le loisir de constater elle-même quelques faits qui ne concordaient pas avec la politique de l'école. Avec la politique qu'elle désirait pour l'école. Il n'était pas dans sa nature profonde de s'imposer ainsi mais elle avait parfaitement conscience de la nécessité de la chose, aussi prendrait-elle sur elle.

- Je pense que vous le savez très bien, répondit-elle avec un sourire lorsque Adonis lui demanda de quoi elle avait souhaité parler.

Soulevant la Gazette du Sorcier du jour "Les pleins pouvoirs suffiront-ils ?", Daisy attrapa un parchemin recouvert de son écriture arrondie tandis que l'image anime du Mangenmagot s'agitait sur la une du journal. Cela faisait moins d'une semaine que les pleins pouvoir avaient été accordés à Leopold Marchebank et Daisy restait mitigée à ce sujet. D'un coté, Bristol menaçait de tomber dans la guerre civile et les procédures administratives n'avaient de cesse de retarder une action efficace du gouvernement pour calmer les choses. Mais les pleins pouvoirs étaient-ils la bonne solution ? Le passé l'avait maintes et maintes fois prouvé, remettre entièrement et sans barrière les clés d'un pays à une seule personne avait souvent de funestes conséquences. L'avenir leur dirait ce qu'il en était... Abandonnant le journal, Daisy reporta son attention sur son très jeune sous-directeur, déroulant son parchemin.

- 31 Septembre 2008, quatre heures de retenue pour un livre oublié dans votre cours. 2 Octobre 2008, cinquante points en moins pour Serdaigle pour couvre-feu dépassé de vingt minutes. 10 Octobre 2008, deux semaines de retenue pour un Frisbee mordeur confisqué à un deuxième année. 15 Octobre 2008, trente points en moins pour Gryffondor pour élève qui court dans les couloirs.

Abandonnant ici son énumération, Daisy croisa ses mains devant elle.

- J'ai bien conscience qu'en tant que nouvel enseignant, vous n'êtes pas entièrement rôdé à l'ajustement des punitions mais n'avez-vous pas l'impression que tout cela est un peu excessif ? Je ne pense pas qu'on éduque des enfants en faisant uniquement planer sur leur tête l'ombre de la sanction, Monsieur Greengrass.

A vrai dire, elle avait toujours pensé que ce n'était pas la solution mais elle pouvait comprendre que tous ne partagent pas sa doctrine éducative, là n'était pas le problème. Daisy était une personne conciliante et pouvait tolérer beaucoup de choses... mais certainement pas un climat de peur dans son école.

Spoiler:
 


Freckles sloth.
Adonis GreengrassSous-directeur de Poudlardavatar
Messages : 249

Voir le profil de l'utilisateur
Adonis retint un soupir lorsque la directrice laissa entendre qu'il savait de quoi elle voulait l'entretenir. Elle croyait quoi ? Qu'elle allait l'impressionner ? Il avait l'appuie du ministère pour toutes les réformes qu'il jugerait bon d'appliquer à l'école. Evidemment, il ne souhaitait pas se mettre à dos Daisy Mason dans l'immédiat, il voulait que les choses se fassent de façon naturelles. Mais l'enseignante avait décidé de jouer la carte de la gentillesse avec les élèves. C'était à elle de comprendre maintenant qu'elle n'était plus juste une simple petite enseignante mais bien la directrice de l'école. Et que la majorité des élèves se fichait bien de la gentillesse. Ce n'était pas en perdant du temps en explications qu'ils arrêteraient leurs bêtises ni leurs escapades nocturnes.

Non, il n'y avait qu'une seule façon d'inculquer quelque chose à un enfant. La sévérité. Sans toutefois, trop en abuser, c'était certain. Mais c'était selon lui, la meilleure façon de prévenir toute récidive. La peur de la punition était souvent un bon leitmotiv. Il écouta toutefois sans broncher la liste des punitions qu'il avait donné au cours des dernières semaines. Il but une gorgée de thé avant de poser son regard sur le professeur Mason.

"En effet, j'ai peut-être eu la main un peu lourde."

Après tout, il débutait. Il devait reconnaître son inexpérience et faire en sorte de montrer patte blanche pour la suite. Il avait bien l'intention de ramener un semblant d'ordre dans l'école où les élèves s'amusait un peu trop à tourner leurs enseignants en dérision.

"Néanmoins, je n'aime pas trop que l'on se moque de moi. Mes punitions étaient sans doute trop lourde mais jamais injustifiées. Les élèves de cette école ont une fâcheuse tendance à prendre les adultes en dérision. Et je ne pense pas que ce soit judicieux de continuer à les encourager sur cette voix."

Il esquissa un léger sourire paisible avant de boire une nouvelle gorgée de thé brûlant et de reposer sa tasse sur le bureau.

"Prenons l'exemple du livre oublié. Il avait déjà était oublié lors du cours précédent et je n'avais alors pas sanctionné. Imaginons, que ce même élève dans cinq ans soit à un poste à responsabilité et qu'il oublie des papiers très importants. Croyez vous qu'on aura la moindre indulgence pour lui ? Au mieux, il fera échouer le projet sur lequel il travaille sans doute depuis plusieurs semaines, au pire, il pourra créer une guerre entre deux pays à cause de son oublie."

Il avait sans doute choisi un cas un peu extrême. Mais la façon un peu guimauviesque que Daisy Mason avait de vouloir materner ses élèves n'apporterait rien de bon. La vie ne se passait pas du tout comme cela. La vie n'était pas toute rose. Et les récents événements le prouvaient.

"Je crois également qu'il faut préparer nos élèves à ce qui les attend dehors. Et ce n'est pas en les maternant qu'ils deviendront responsables. Mais je reconnais que ce n'est pas non plus en les terrorisants que nous y arriveront."

Il inclina légèrement la tête pour montrer son accord sur ce point. Il avait été un peu trop zélé sans doute.


Adonis Greengrass
Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3429

Voir le profil de l'utilisateur
La concession d'Adonis fit plaisir à Daisy mais elle n'en montra quasiment rien, se contentant de hocher la tête et de reprendre une gorgée de thé. Oui, on pouvait peut-être mettre ces erreurs - car aux yeux de la jeune directrice, c'étaient bien des erreurs - sur le compte de l'inexpérience mais il y avait autre chose que cela. Adonis Greengrass n'était pas le genre d'enseignants conciliants, il se rapprochait plus d'un Edmund que d'un Neville, avec tout le respect l'affection qu'elle avait pour feu son collègue. C'était un jeune homme brillant qui tracerait sûrement et sans hésiter son chemin au sein du monde magique, elle n'avait pas le moindre de doutes là-dessus. Mais il n'était pas un pédagogue, elle en avait l'intime conviction. Pas qu'elle veuille dans son équipe uniquement des gens qui pensaient comme que l'enseignement était leur vocation, mais elle savait que pour Adonis, ce poste de sous-directeur n'était qu'une opportunité de carrière parmi d'autres. Il n'était pas là pour les élèves, il était là pour son ambition professionnelle - la place était éminemment prestigieuse - et comme dans un poste au Ministère, il cherchait le rendement et l'efficacité. Son exemple la fit sourire et elle posa ses coudes sur le bureau, un sourire amusé aux lèvres.

- Monsieur Greengrass, vous ne me ferez pas croire qu'en sept ans de scolarité dans cette école,  vous n'avez jamais oublié un ouvrage. Et regardez-vous : huit ans après, vous voilà face à moi en tant que sous-directeur de la plus prestigieuse institution de ce pays. C'est une réussite admirable et vous n'avez toujours pas déclenché de guerre civile, même pas de guerre interne au sein de l'équipe enseignante.

Son ton était badin et son sourire léger, mais le sous-entendu bien présent. Daisy n'était ni manipulatrice ni politicienne mais elle savait très bien ce qu'un des proches collaborateurs de Leopold Marchebank venait faire dans son école. Et ce n'est pas parce qu'elle avait toujours craint les conflits qu'elle ne ferait rien dans celui-là si les choses venaient à se dégrader. On avait la moquerie facile envers les Poufsouffle - trop gentils, trop tendres, trop faibles - mais on oubliait un peu vite qu'ils étaient la maison de la justice et de la ténacité. Enfin... Les choses n'en n'étaient pas encore là, n'est-ce pas ? Peut-être que Monsieur Greengrass était sincèrement désolé de son attitude et peut-être même qu'il n'avait jamais eu l'intention d'amener les prérogatives du Ministère de la Magie au sein de l'école : pour le moment, Daisy lui laissait encore le bénéfice du doute.

- Mais rien n'attend les élèves dehors, répondit-elle tranquillement. Ils auront des déconvenues et des difficultés mais nous les préparons à cela en sept ans, vous êtes bien placé pour le savoir. Mais je suis heureuse de vous entendre l'admettre !

Reposant sa tasse de thé sur le bureau, Daisy se redressa sans se départir de son sourire.

- Comment se passe votre début d'année ?


Freckles sloth.
Adonis GreengrassSous-directeur de Poudlardavatar
Messages : 249

Voir le profil de l'utilisateur
Adonis haussa un sourcil irrité lorsque Daisy Mason laissa entendre qu'il avait bien dû oublier lui aussi ses livres au cours de sa scolarité. Ce qui était parfaitement faux. Il avait toujours pris un soin tout particulier à être irréprochable. Jamais un devoir en retard, jamais un oublie de matériel. Et pourtant, il resta silencieux, préférant se cacher derrière sa tasse de thé pour ne pas s'énerver. Il ne cherchait pas à entrer en conflit avec le directrice. Il voulait que les choses soient suffisamment apaisées pour qu'elle le laisse faire ce qu'il voulait sans qu'elle vienne mettre son grain de sel.

Il avait de grands projets pour Poudlard. Enfin, Leopold Marchebank avait de grands projets. Et lui se devait de les faire appliquer. Il le faisait par la diplomatie tant qu'il le pouvait encore mais il arriverait un moment où il savait qu'il devrait utiliser la force. Sans doute pas dans l'immédiat mais plus tard. D'ailleurs, il fut grandement surpris lorsque Daisy laissa entendre qu'il n'y avait rien dehors. Il croyait réentendre une autre personne prononcer ces paroles. Dans un autre temps, à une autre époque pas si lointaine.

"Vraiment ? Il n'y a donc aucun danger pour nos jeunes dehors ? En êtes vous certaine Madame la directrice ? Sous entendez-vous que le Magenmagot a accordé les pleins pouvoirs au Ministre Marchebank sans raison aucune ? Parce que si il n'y a pas de danger, cette mesure n'a aucun sens vous en convenez comme moi n'est-ce pas ?"

Il vrilla son regard dans celui de la directrice de l'école avec un léger sourire aimable. Il ne fallait pas non plus le prendre pour un imbécile sans cervelle. Il travaillait peut-être pour la Ministère, il avait peut-être était envoyé ici mais il n'en avait pas moins perdu ses facultés de réflexions. Et il était impatient d'entendre ce que la directrice aurait à dire. Parce que dans un cas, elle annonçait elle-même que ses paroles étaient fausses et elle démontait son argumentaire. Et dans l'autre, elle annonçait publiquement sa prise de position quant au gouvernement. Il porta sa tasse à ses lèvres une nouvelle fois avant de prendre le temps de répondre à la question qu'elle lui avait posé avant qu'il ne l'interrompe.

"Et mon début d'année se déroule parfaitement bien, merci."


Adonis Greengrass
Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3429

Voir le profil de l'utilisateur
Daisy répondit au sourire faussement aimable d'Adonis par un sourire tout aussi faussement aimable. N'étaient-ils pas ainsi la parfaite représentation de l'hypocrisie politique dans toute sa splendeur ? Or, contrairement à son sous-directeur, Daisy n'était pas une politicienne. Elle avait accepté le poste de directrice de Poudlard non pas pour les jeux de pouvoir que cela apportait - bien qu'elle en soit consciente - mais tout simplement parce qu'elle avait des projets pour l'école, des projets pensés pour le bien des élèves et non pas pour servir les idées d'un parti. Evidemment, il aurait été facile de rapprocher ses propres idées du MIM, après tout, elle avait été Directrice de l'un des départements phares d'Alan Fiennes et n'avait jamais caché ses idées pro-moldus : avec la matière qu'elle enseignait, cela n'aurait pas été crédible. Il était évident que dans les projets que Daisy avait pour l'école, il y avait dedans de l'ouverture vers les moldus : renforcer le club des Mordus des Moldus, instaurer une association sportive pour faire d'autres sports que du Quidditch, des courses sur balais mais aussi du rugby, qui avait été apprécié dans l'école, ou bien du football. Mais il n'y avait pas que cela : elle voulait aussi développer encore plus le club des arts, peut-être faire venir des intervenants extérieurs une fois par mois pour faire des séances de musique, de chant ou de danse, lancer peut-être un club de journalisme, organiser un spectacle annuel pour tous les clubs... Toutes ces idées qu'elle voulait mettre en place au cours de son mandat et qu'elle comptait bien réaliser.

Avec tout le respect qu'elle devait à son sous-directeur, elle se doutait bien que ses ambitions à lui n'étaient pas de trouver un financement pour acheter des costumes au club de théâtre. Poudlard ne devait être pour lui qu'une opportunité de carrière, pour Daisy, c'était sa passion. Le projet qu'elle avait pour l'école n'était pas compatible avec des magouilles politiciennes diverses mais elle se doutait bien qu'elle ne pourrait pas ainsi s'opposer au Ministère : il leur faudrait travailler main dans la main et pour cela, chacun devrait faire des concessions. Elle ne pourrait pas évincer Adonis Greengrass - Peter ou Neville auraient pourtant fait d'excellent sous-directeurs - et elle ne se laisserait pas évincer en retour. Elle ne tomberait pas dans les petits pièges - très Serpentard - comme celui qu'il venait de lui tendre innocemment, au détour de la conversation. Elle-même n'était pas très au fait de ces petites manipulations discrètes mais elle savait néanmoins les reconnaître et avait une arme qui correspondait elle aussi à sa maison : Daisy Mason jouait les ingénues comme personne. Aussi eut-elle un petit rire amusé, haussant les épaules.

- Ce n'est pas ce que je voulais dire, lança-t-elle gaiement. J'ai juste une entière confiance dans les mesures du Ministre Marchebank, pas vous ? s'enquit-elle en fronçant les sourcils. Vous ne semblez pas certain de l'issue de ses projets, au vu de vos dires...

Daisy rajouta une petite cuillère de sucre dans son thé avant de reprendre la parole, un sourire aux lèvres.

- Je suis certaine que le Ministre aura résolu tous les problèmes d'ici la fin de l'année, au moment où nos élèves de septième année quitteront Poudlard. Voilà pourquoi les enfants n'auront rien à craindre dehors ! ajouta-t-elle avec enthousiaste.

Ses yeux noisettes n'avaient pas quitté le visage d'Adonis tandis qu'elle parlait sans aucune hésitation. Les gens avaient toujours tendance à sous-estimer les Poufsouffle, peut-être à tort. Mais elle savait néanmoins une chose : son jeune sous-directeur était trop méfiant - elle le percevait dans le moindre de ses regards - pour la prendre entièrement pour une idiote. Mais elle pouvait toujours assurer ses arrières en ne lui donnant aucune prise, c'était déjà cela.

- C'est merveilleux alors, lança-t-elle lorsque Adonis affirma que son début d'année se déroulait parfaitement bien. J'en profite alors pour vous annoncer que les travaux dans l'ancienne tourelle pourront bientôt commencer, j'attends juste que le conseil d'administration valide le devis !

Ils étaient tombés d'accord sur l'instauration de cette salle commune aux quatre maisons. Daisy le faisait dans l'optique de donner un lieu convivial pour que les élèves puissent tisser des liens entre eux et Adonis... Elle ne savait pas encore pourquoi. Mais cela devrait arriver bientôt : elle doutait qu'il fasse ça pour le simple plaisir de dépenser les économies de l'école.


Freckles sloth.
Adonis GreengrassSous-directeur de Poudlardavatar
Messages : 249

Voir le profil de l'utilisateur
Adonis dut reconnaître que Daisy Mason s'en tirait à merveille pour jouer les ingénues. Il hocha donc la tête à sa question purement rhétorique avec un léger sourire. Voilà qu'elle essayait d'inverser les rôles en l'accusant de ne pas accorder entièrement sa confiance au nouveau Régime. C'était vraiment fin. Presque digne d'une Serpentard. Cette femme avait plus d'un tour dans son sac et elle ne se laisserait pas évincer facilement.

"J'ai toute confiance en notre ministre et en ses réformes. Tout comme vous. Néanmoins, je ne souhaite pas minimiser les difficultés rencontrer. Je ne doute que notre Ministre saura régler cela de la meilleure des manières. Toutefois, il n'est jamais bon de sous estimer les ennemis de la République. Les gouvernements précédents ne les ont pas suffisamment pris au sérieux et voilà où nous en sommes aujourd'hui. Je ne souhaite pas répéter les erreurs du passé. Et cela passe l'éducation de nos enfants et par Poudlard."

Son regard n'avait pas quitté celui de sa directrice. Ils n'étaient dupes ni l'un ni l'autre. Et l'année ne serait pas de tout repos. Il devrait batailler ferme avec cette femme. Sans aucune prise pour la déstabiliser. Du moins, il ne possédait pas encore moyen de la faire chuter mais il ne doutait pas de le trouver un jour ou l'autre. Il esquissa un sourire alors que la conversation dérivait en eau moins trouble.

"C'est une excellente nouvelle. J'espère que les élèves seront aussi enthousiaste que nous à l'idée de cette pièce commune. Je crois qu'il est temps que Poudlard abrite un tel endroit. L'heure n'est plus aux rivalités entre les maisons."

Oui, il était heureux que ce projet voit le jour. Il pourrait ainsi toucher plus d'élèves. Une pièce commune à tous avec des activités pour tous sous réserves de faire partie des Jeunesses. Son nouveau et futur projet. Avec Marlene Barclay à la tête de tout ceci. Il avait hâte que tout cela se mette en place. Il avait hâte qu'une nouvelle ère commence à Poudlard. Un Poudlard où il serait le maître.


Adonis Greengrass
Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3429

Voir le profil de l'utilisateur
Quel bel échange de sourires, songea Daisy avec mordant tandis que son directeur et elle-même arboraient des visages joviaux depuis le début de la conversation. Sans l'ambiance pesante qui régnait au sein du bureau, on aurait presque pu y croire. Ils étaient cordiaux en tant que collègues mais ce n'était pas très compliqué de deviner que Adonis Greengrass l'appréciait autant qu'elle l'appréciait, c'est-à-dire très peu. Elle avait beau être la directrice officielle de Poudlard, Daisy savait très bien que les jeux de pouvoirs du Ministère comptaient bien faire du jeune enseignant la tête pensante de l'école, point clé du pays. S'ils avaient pu le nommer directement à la direction de l'école, ils l'auraient sûrement fait mais l'élection du directeur se faisait encore au sein du conseil d'administration, Helga en soit louée. Pour le moment, Daisy profitait encore du fait d'être la plus expérimentée des deux et l'ancienne sous-directrice, mais que se passerait-il dans quelques années, quand Adonis pourrait prétendre à autant de légitimité qu'elle ? Cette conversation était la première mais elle ne serait certainement pas la dernière, Daisy en avait parfaitement conscience. C'était une lutte à long terme qui s'engageait, entre Poudlard et le Ministère, et elle comptait bien la mener avec la détermination qui était propre aux Poufsouffle. Tandis que ces pensées agitaient son esprit, la jeune directrice adressa un nouveau sourire à son collègue, les mains croisées sous le menton.

- Oh, croyez-moi, répondit-elle, je ne compte pas répéter les erreurs du passé non plus.

Dolorès Ombrage au sein de l'école, la main-mise de Fudge sur le collège, sous-estimer Ana Sorden, la démission de Margot encouragée par le Ministère... Elle n'avait peut-être pas la trempe de ses illustres prédécesseurs mais Daisy comptait bien se targuer d'avoir appris de leurs erreurs. Elle croyait trop en Poudlard pour en laisser la moindre miette aux manœuvres politicardes et aux gens mal-intentionnés.

- Si tout cela est réglé alors, je pense que nous pouvons nous arrêter là. Nous aurons de nombreuses autres occasions de nous croiser, Professeur Greengrass, ajouta-t-elle avec un sourire. Je suis certaine que nous avons tous les deux de grands projets pour cette école. J'ai vraiment hâte de voir tout cela, conclut-elle.

Elle était certaine de ne pas être déçue.

FIN DU RP


Freckles sloth.
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Game of thrones [Adonis]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Game of Thrones
» Game of Thrones BD
» Game of Thrones Des lions, des loups et des hommes en noir
» Test - Quel personnage de Game of Thrones êtes-vous ?
» Game of Thrones - Officiel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Aile Sud, :: Bureau du directeur,-