AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Do you want to be mine ? [Thelma & Roy]

Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
5 novembre

La partie des Folies Sorcières où Roy appréciait le plus de passer son temps était sans surprise celle dont il s’occupait. Le casino marchait à merveille, les jeux sorciers d’argent remportaient un franc succès, malgré leur temps de crise. Il fallait croire que certains préféraient oublier leurs soucis dans le divertissement et l’alcool, et cela arrangeait parfaitement les affaires de Roy. Il lui arrivait régulièrement de se prêter au jeu lui aussi, de parier de grosses sommes au détour d’un poker, après tout, il pouvait se le permettre dorénavant. Son nouveau train de vie avait quelque chose d’excitant, qui lui donnait une assurance et une arrogance encore plus marquées qu’avant.

Mais il n’oubliait pas de garder les pieds sur Terre, à côté de cela. Il avait des affaires moins légales à gérer, là-haut, dans la partie secrète de leur établissement, avec Mildred. Les rendez-vous politiques n’étaient qu’occasionnels, en revanche, gérer le déroulement des paris sur des combats magiques lui prenait beaucoup de temps, si bien qu’il avait tendance à déléguer à Toni, qui s’était avéré être un bookmaker de talent. Quand l’ambiance surchauffée devenait étouffante, Roy préférait redescendre à la recherche de distraction plus classique ou… d’une jolie femme seule, près d’un bar.

Justement attablés près de la Trotteuse qui tintait et crachait des Gallions sous les yeux émerveillés des joueurs, Roy et Toni se livraient à leur activité favorite d’hommes célibataires : faire des commentaires plus ou moins salaces sur toutes les femmes seules qui passaient.

« Par Baltazar, mate-moi ces longues jambes ! Jé souis sûr qu’elle est pas du genre à dire non aux beaux et intriguants étrangers comme moi.
- Intriguant ? Toni, tes intentions se lisent sur ta figure à chaque fois que t’abordes une femme, c’est pas difficile pour elles de voir que tu les regardes pas dans les yeux, ricana le trafiquant, avant de manquer d’avaler de travers à cause du coup à l’épaule que Toni lui administra.
- Genre t’es plou discret qué moi ! Hé, et celle-là, la petite brune à côté du comptoir ! »

Ils passèrent encore un certain moment à plaisanter entre deux verres sur la gente féminine, sans manquer de vanter leurs mérites respectifs, avant que le sujet ne soit épuisé. Roy était prêt à remonter au premier étage, mais au dernier moment, une silhouette attira son regard. Il se pencha vers Toni, pour lui désigner discrètement une jeune femme qui semblait seule, près du Boulard.

« Hum, celle-là. »

Il laissa Antonino chercher des yeux la jolie rouquine qu’il dévorait lui-même du regard. Roy avait des goûts très hétéroclites, en matière de femmes. Il n’avait pas vraiment de « type », ni de logique dans ses attirances, il fonctionnait surtout au coup de coeur. Après tout, Juliana n’avait littéralement rien à voir avec des femmes comme Isobel Lavespère, ou Danielle Coleman. Il s’était toujours pensé plus attiré par les blondes, mais en y réfléchissant, il devait fonctionner par périodes. Après Shea, c’était peut-être le mois des rouquines.

« La pétite rousse ? »

Un fin sourire de prédateur vint orner les lèvres de Roy, qui acquiesça.

« Tu peux remonter t’occuper des paris, si tu veux. Quand tu descendras, elle sera… à mon bras ! »

Sur cette conclusion très confiante, Roy laissa son ami pour se diriger d’un pas tranquille vers celle qui lui avait tapé dans l’oeil. Il se tint tout d’abord à une certaine distance d’elle, préférant observer avant de décider pour quel angle d’attaque opter. Il aurait pu se présenter comme le gérant, tout simplement, et s’enquérir de si elle avait besoin de quelque chose, mais c’était moins drôle. Roy aimait se glisser incognito parmi ses clients et discuter avec eux. C’était une meilleure façon de savoir ce qu’ils pensaient réellement du lieu, ou… de s’amuser, tout simplement.

Il resta donc à la regarder se préparer pour lancer la boule qui devait renverser une petite troupe de quilles très agitées, prêtes à tout pour éviter le boulet de canon qui se dirigeaient vers elles. La belle inconnue devait avoir un joli coup de main, car elles furent presque toutes renversées, ce qui fit siffler Roy d’admiration, et lui signaler par là sa présence :

« Joli ! »

Il lui adressa l’un de ses sourires en coin, puis s’avança de quelques pas vers elle. Il ôta l’une de ses mains de sa poche, pour désigner les quilles à terre.

« A chaque fois que je tente, elles s’écartent au dernier moment. A croire qu’elles aiment me narguer. »

Comme plein d’autres. Roy avait souvent l’impression d’être le dindon de la farce, ou plutôt, le dindon du destin. Pris d’une impulsion, il saisit une boule à son tour, puis la fit rouler vers le tas de quilles, qu’il manqua, comme prévu. Le visage qu’il tourna vers la jeune femme fut celui savamment étudié de l’homme qui subissait son destin… mais qui voulait bien en rire, quelque part.

« Qu’est-ce que je disais… » soupira t-il, le ton faussement fataliste.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 193

Voir le profil de l'utilisateur
Le regard perçant de Thelma se posa sur la fine montre en or qui ornait son poignet et un soupir agacé s'échappa de ses lèvres brillantes. On ne posait pas un lapin à une dame distinguée comme elle, cela ne se faisait tout simplement pas ! Surtout lorsque c'était son rendez-vous galant qui avait pris la peine de la contacter et de la courtiser pour lui extorquer une soirée. Elle avait fini par céder, tentée par la perspective de s'échapper des murs de Poudlard un vendredi soir, et avait passé un long moment à se préparer. Thelma avait revêtu une robe bleue nuit séduisante, avait chaussé des talons hauts et s'était maquillé avec soin. Elle s'était même parfumé avec Aconite, le dernier produit de la luxueuse marque, Kelsey's Secret. Tout ça pour que môssieur le brigadier de la police magique la laisse tomber, probablement trop occupé à aller sécuriser Bristol pour badiner avec une enseignante. Tout de même, Thelma aurait aimé être prévenue. Ne connaissait-il pas le principe du patronus ?

Qu'à cela ne tienne, la sorcière comptait bien profiter de sa soirée malgré tout. Les Folies Sorcières étaient un lieu qu'elle affectionnait, et c'était pourquoi elle avait suggéré le cabaret pour son rendez-vous, qui n'aurait pas eu grand chose de romantique. Thelma avait passé de nombreuses soirées dans des lieux tels que celui-ci lors de ses années en Europe de l'Est. C'était notamment lors d'une quinzaine de vacances en Lituanie qu'elle avait appris à jouer au Boulard, son jeu préféré, qu'elle maîtrisait plutôt bien. Ce fut donc sans grande hésitation qu'elle se dirigea vers le Boulard, bien décidée à s'amuser jusqu'au bout de la nuit même si elle était seule. On ne s'ennuyait jamais aux Folies, après tout, et elle n'avait aucune envie de retourner se mettre en pyjama au fond de son lit entre les murs studieux de l'école.

Thelma se saisit d'une boule et, du savant mouvement de poignet dont elle avait le secret, l'envoya faire valdinguer la plupart des quilles. Un sifflement admiratif se fit entendre et elle tourna la tête vers l'homme qui l'avait émis. Son regard fut aussitôt attiré par les deux yeux sombres et envoutants du sorcier, qui détournaient aisément l'attention de sa petite stature. Thelma l'évalua du regard sans se cacher, ne prêtant guère attention à son - terrible - lancé, et un petit signal d'alerte s'alluma dans son esprit. L'homme dégageait quelque chose d'un peu dangereux, réalisa-t-elle avant de décider presque aussi vite que cela lui plaisait. C'était son type d'hommes, après tout, voilà pourquoi elle était plus agacée qu'attristée par le lapin qu'on venait de lui poser. Roger était un type sympa, mais un peu trop... gentil.

"Effectivement, il y a des progrès à faire", répondit Thelma avec une moue compatissante. "Attendez, laissez-moi vous montrer."

Sans hésiter, elle se dirigea vers l'homme et lui tendit une boule. Se positionnant derrière lui, elle posa une main impérieuse sur la sienne et dirigea son mouvement. Cette fois-ci, la boule s'en alla fracasser le frétillant tas de quilles, en un joyeux bruit qui fit naître un sourire sur le visage de Thelma.

"Voilà, vous voyez le mouvement du poignet ? Vous êtes trop rigide, il faut vous détendre", conseilla-t-elle avec malice lorsque Roy se tourna vers elle.

"A qui ai-je l'honneur ?"
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Il y avait des regards qui ne trompaient pas. En l’occurrence, Roy était le genre d’homme à très bien savoir interpréter celui qu’une femme pouvait poser sur lui. La jolie inconnue le dévisageait sans se cacher, et il mettrait sa main à couper qu’elle le trouvait tout à fait à son goût. Cela ne fit qu’augmenter la confiance de Roy, qui lui retournait le même regard. La séduction était plus un jeu d’oeillades que de phrases joliment tournées, après tout, parfois il n’y avait pas grand-chose à dire pour se faire comprendre.

Il la laissa s’approcher de lui et lui montrer les mouvements à faire, sans protester, davantage concentré sur l’odeur de son parfum que sur les explications qu’elle lui livrait, à vrai dire. Le contact fut bien trop bref, à son goût, il aurait aimé que sa petite main reste un peu plus longtemps sur la sienne. Mais Roy, bon joueur, s’appliqua à suivre ses gestes et eut même un grand sourire victorieux en voyant les quilles toutes se renverser.

« Je m’en souviendrai. » répliqua-il, sur le même ton malicieux qu’elle lorsqu’elle lui suggéra de se détendre.

Il était prêt à se détendre quand elle le voulait, en sa compagnie, si possible… Mais il ne pouvait pas encore le lui dire, pas de cette façon, en tout cas, même si son sourire enjôleur laissait deviner certaines choses.

« Roy, répondit-il ensuite. Roy Calder. Et vous ? »

Il était toujours possible de tomber sur d’anciennes connaissances de Poudlard, chez les sorciers, souvent, on s’en apercevait en donnant son nom. Roy n’avait pas l’impression d’avoir un jour croisé Thelma, il s’en serait souvenu, chasseur de jolies filles qu’il était à l’époque. Qu'il était toujours. Il n’avait pas non plus le souvenir de l’avoir déjà vue aux Folies Sorcières, parmi ses clients, c’était peut-être bien le premier soir qu’elle venait ici. Il se devait de lui faire découvrir le lieu, si c’était le cas.

« C’est la première fois que vous venez ici ? Il avait remarqué la séduisante robe de la jeune femme, même si le lieu était assez chic, sa tenue très soignée voulait forcément dire quelque chose, aussi demanda t-il, l’air de rien. Vous êtes avec quelqu’un ? N’hésitez pas à me le dire, si je dérange… »

Le regard intense qu’il posa sur la belle rousse devait sans doute suggérer qu’il espérait bien que non.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 193

Voir le profil de l'utilisateur
Roy Calder... Voilà un nom qui ne disait absolument rien à Thelma. Elle n'avait aucune idée de l'identité de la personne qu'elle avait en face d'elle, et ce n'était sans doute pas plus mal. Oh, Thelma aimait les mauvais garçons, mais celui-là se plaçait tout de même haut dans la hiérarchie... Heureusement, elle n'avait pas besoin de le savoir pour ce soir. Elle se contenterait de Roy Calder. C'était un nom agréable, qui lui allait bien, cela lui faisait penser à ce sculteur moldu américain dont les mobiles étaient célèbres. Roy Calder savait-il sculter, lui aussi ? Thelma ôta cette question saugrenue de son esprit pour se présenter à son tour, un sourire ingénu aux lèvres.

"Je suis Thelma, Thelma Corrigan."

Hé bien, songea Thelma avec un sourire intérieur, il semblait que son rendez-vous manqué n'était pas un mal finalement. Les Folies Sorcières, comme toujours, portaient bien leur nom et l'établissement se révélait plein de surprises. Le regard ardent que le jeune homme posait sur elle la laissait en effet libre d'espérer une soirée des plus piquantes...

"Je suis déjà venu à quelques occasions, j'apprécie en particulier le casino. Mais les occasions se font rares ces derniers temps..."

Il lui était en effet plus compliqué de passer ici à l'improviste, avec toutes les nuits où elle devait rester au château, et les soirées où elle s'investissait dans ses associations habituelles. Heureusement, elle continuait de prendre du temps pour elle, refusant de devenir l'un de ces enseignants poussiéreux qui ne vivaient qu'entre les murs de la bibliothèque, adoptant peu à peu le teint blafard des manuels sur lesquels ils s'usaient les yeux. Thelma était encore jeune et pimpante, et elle se sentait bien plus vivante avec des soirées festives à l'occasion, même s'il lui fallait également penser à ses cours et à ses copies à corriger. Ce soir, quoi qu'il en soit, elle comptait bien montrer que tous les enseignants n'avaient pas le même potentiel somnolent que le professeur Binns...

"Je ne suis accompagnée de personne. En réalité, mon rendez-vous m'a posé un lapin sans prévenir donc me voilà seule..."

Le ton un peu acide de la sorcière trahit son agacement, et elle prit le temps de passer ses nerfs sur quelques quilles qui n'avaient rien demandé à personne avant de reporter son attention sur Roy.

"Tant pis pour lui. Vous ne me dérangez donc pas, Roy. Vous me dérangeriez encore moins autour d'un verre..."

Elle conclut ses paroles d'un petit clin d'oeil. Si l'homme en valait la peine, il le lui offrirait. Il fallait bien qu'elle mette à profit son décolleté plongeant d'une façon ou d'une autre, après tout ! Thelma lui retourna sa question précédente, désireuse d'en apprendre un peu plus au sujet de cet homme mystérieux :

"Et vous, vous venez souvent ici ?"
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
A sa réponse, Roy eut la confirmation de sa première impression : il ne connaissait pas Thelma, et s’il l’avait croisée à Poudlard, eh bien, il ne s’en souvenait pas, car son nom ne lui disait rien. Il hocha la tête d’un air approbateur lorsqu’elle lui avoua qu’elle préférait la partie casino. Avec cela, ils ne pouvaient que s’entendre, jugea t-il. Il était d’ailleurs curieux de voir si elle s’illustrait dans d’autres jeux que le Boulard. Il l’observa renverser un nouveau jeu de quilles, tout en l’écoutant expliquer ce qui l’amenait ici. A son invitation ponctuée d’un clin d’oeil, Roy laissa le sourire sur ses lèvres s’agrandir.

« Je me disais bien que c’était étonnant qu’on laisse une femme aussi jolie que vous venir seule ici. Dommage pour cet homme s’il n’a pas compris la chance qu’il manque, je lui pique la place avec plaisir. »

Et d’un compliment ! Illustrant ses mots, Roy lui offrit son bras avec un sourire malicieux, attendant qu’elle le saisisse pour l’accompagner vers le bar, seulement à quelques pas. C’était théâtral, mais cela faisait partie du jeu pour la séduire et la faire rire, en quelque sorte. Lorsqu’ils furent assis, il répondit à la question qu’elle lui avait retournée, laissant volontairement planer un petit silence, avant de le faire :

« Eh bien… Disons que tout ce qui est ici m’appartient à moitié. »

S’il pouvait impressionner un peu Thelma en lui révélant la vérité, il ne crachait pas dessus. Il avait une mise sobre, avec sa chemise et son pantalon noirs, loin du bling-bling que l’on pouvait imaginer pour un gérant de cabaret. Tout au plus, sa montre montrait qu’il avait certains moyens, mais c’était tout. Roy préférait se glisser sans identité dans son casino, et profiter du lieu comme tout le monde, afin de ne pas être embêté. C’était surtout au premier étage qu’il était le patron, là où il avait des choses plus sombres à superviser. Mais il ne mentait pas à Thelma, et la façon dont il s’adressa au barman devait le lui prouver.

« Sers-nous nos meilleures bouteilles, Jeff. Et tu serviras à mademoiselle tout ce qu’elle voudra, c’est pour moi. »

Jeff répondit d’un « Oui, patron » automatique, puis s’en alla exécuter sa demande. Roy tourna un sourire tranquille vers Thelma. Il avait bien d’autres projets en tête que de se contenter d’un verre avec elle, mais il fallait bien commencer par là. Il était de toute façon un homme joueur, qui savourait autant la partie de séduction, que celle qui suivait, lorsque les choses se déroulaient selon ses souhaits. Il se pencha légèrement vers la rousse, pour pouvoir se permettre de parler avec elle sans être obligé de hausser le ton, dans le bruit ambiant.

« J’aime bien me glisser incognito parmi mes clients pour pouvoir discuter avec eux, ça… fausse moins les rapports, en quelque sorte, lui glissa t-il, avant de saisir les coupes que Jeff lui ramenait et d’en tendre une à la jeune femme. Après avoir trinqué avec elle, il entreprit de faire davantage connaissance : Alors Thelma, dites-moi. Qu’est-ce que vous faites dans la vie ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 193

Voir le profil de l'utilisateur
"Il semblerait que j'y gagne au change", répondit Thelma en acceptant gracieusement le bras qu'il lui offrait, laissant échapper un petit rire alors qu'il la conduisait jusqu'au bar. Hé bien voilà, elle avait trouvé ce qu'elle cherchait, quelqu'un pour la courtiser et la distraire, quelqu'un d'intéressant... Et même de très intrigant, songea Thelma lorsque Roy dévoila son identité de co-propriétaire des lieux.

"Le propriétaire en personne, ça alors !"

L'homme illustra bien vite ses dires en requiérant l'une de ses meilleures bouteilles au serveur, qui s'exécuta sans broncher. Thelma posa un regard nouveau sur l'homme qui l'accompagnait mais indiqua sa préférence sans se démonter, passant commande d'un verre de Whisky Pur Feu. Il fallait au moins cela pour un verre avec le gérant des Folies Sorcières ! Une multitude de questions apparurent dans l'esprit de l'enseignante, qui s'efforça de les garder pour elle. Son regard expert tenta d'évaluer l'âge de l'homme qui l'accompagnait. Elle lui donnait le même âge qu'elle mais sans doute était-il un peu plus jeune, ce qui expliquerait pourquoi elle ne se rappelait absolument pas l'avoir croisé dans les rangs de Poudlard. Thelma se serait probablement rappelé de lui s'il avait été plus âgé, puisqu'elle aurait sans doute été très sensible à son charme à l'époque.

Seul un sourire en coin indiquait ce que pensait Thelma en son for intérieur quand Roy affirma aimer se fondre dans la clientèle. Beau parleur. Il n'avait mis que trois minutes à lui dévoiler son identité, en faisant plutôt étalage avec une fierté certaine, et elle était prête à parier qu'il usait et abusait de cette carte pour réchauffer son lit le soir, en y attirant les jeunes clientes en quête de sensations fortes. Mais c'était le jeu, il aurait eu tort de se prier, et puisqu'elle n'avait rien de la jeune femme vulnérable et naïve, rien ne lui interdisait de tomber consciemment dans le panneau... Malgré tout, elle comptait bien lui faire comprendre qu'elle n'était pas n'importe qui non plus, et qu'il avait peut-être intérêt à sortir le grand jeu. Il lui avait bien fait comprendre qu'il en avait les moyens, à lui d'assurer derrière...

"Et pourtant, voilà votre identité découverte", fit-elle remarquer avec malice. Et leurs rapports faussés, de fait. Il était presque décevant de constater que ce n'était pas le regard d'un bel inconnu qu'elle avait su attirer, mais simplement celui d'un homme qui cherchait à fidéliser la clientèle, n'est-ce pas ? Alors, à lui de rattraper le coup... "Hé bien, je compte sur le gérant des Folies Sorcières pour me montrer que cet endroit est à la hauteur de son nom, et de sa réputation..."

Elle remercia le dénommé Jeff pour le verre qu'il lui avait apporté, puis saisit le verre et le souleva légèrement. Plongeant son regard dans celui de Roy, elle trinqua avec lui et se pencha vers lui pour glisser à son oreille :

"Faites-moi vivre les Folies Sorcières, Roy Calder."

Se redressant, elle porta son verre à ses lèvres pour se donner une contenance et savoura le liquide ambré.

"Délicieux", commenta-t-elle avant d'entreprendre de se présenter. Elle marqua un léger temps d'hésitation avant de révéler :

"Je suis le nouveau professeur de défenses contre les forces du mal de Poudlard."

Mordillant sa lèvre inférieure, elle observa la réaction de son interlocuteur. Thelma ne savait pas vraiment si cette profession était un avantage en terme de flirt, car ce poste avait vu passer une sacré bande de lunatiques au cours des années... Du temps de ses propres études à l'école, on le disait même maudit, et personne n'en voulait. Elle-même avait un caractère un peu particulier, elle en convenait fort bien, mais elle n'avait rien d'un Maugrey Fol Oeil, d'une Ombrage ou d'un Quirrel pour autant. Restait à espérer que Roy ne parte pas en courant...
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Roy tombait sur des femmes séductrices, confiantes en elles, parfois même exubérantes, dans son cabaret. Mais il tombait rarement sur des femmes aussi délicieusement audacieuses, songea t-il avec amusement, aux mots que lui glissait Thelma à l’oreille. Oui, il le reconnaissait, il lui était souvent arrivé de jouer la carte gérant des Folies Sorcières pour attirer des jeunes femmes dans ses bras, mais celle-ci semblait bien décidée à ne pas mordre à l’hameçon si vite. Tant mieux. Cela rajoutait toujours un peu de piment dans la partie, et comme chacun savait, Roy Calder était un homme joueur.

Thelma mit un petit temps d’hésitation avant de répondre à sa question, un temps pendant lequel le trafiquant avait tout loisir de la dévorer du regard. Roy imaginait déjà ce qu’il pourrait faire pour la voir se mordiller les lèvres de la sorte dans un tout autre contexte. Il but une autre gorgée de son vin pour se remettre les idées en place. Avant d’en arriver là, il lui fallait relever le défi qu’elle lui lançait. A la fois étonné et amusé par la profession qu’elle lui révéla, Roy se pencha légèrement vers elle.

« Dois-je en conclure que vous êtes plus dangereuse que vous n’en avez l’air ? »

C’était parfois derrière une petite taille et de grands yeux candides que se cachait une femme de caractère, Thelma en était une, à n’en pas douter. Une femme sûrement douée en magie de combat, en plus de ça, si elle se chargeait de la Défense contre les Forces du Mal. Avait-il déjà séduit un professeur ? Shea comptait sûrement, mais Roy n’avait pas tellement les mêmes rapports avec elle que ceux qu’il comptait entretenir avec Miss Corrigan. Oui, ce serait la première enseignante dans la liste de ses conquêtes, un leitmotiv supplémentaire pour Roy qui aimait se faire des listes mentales de ce qu’il possédait.

« La seule femme qu’on a eu à ce poste quand j’étais à Poudlard avait la grâce d’un crapaud tout vêtu de rose, plaisanta t-il, au souvenir -plutôt traumatisant- d’Ombrage. Il vrilla un regard brillant sur la jolie rousse. J’envie vos élèves, Thelma. Même si… Je ne suis pas sûr que vous auriez aimé m’avoir, j’étais un élève plutôt perturbateur. »

Sur cette note d’humour, Roy termina son verre et attendit qu’il en soit de même pour sa partenaire, avant de lui tendre la main.

« Allons nous amuser ! Laissez-moi vous montrer un jeu où je suis doué, cette fois. » proposa t-il, malicieux.

Il l’entraîna pour commencer vers les tables de poker magique, où étaient réunis trois joueurs, autour desquels s’amassait une véritable foule de curieux. Roy profita du prétexte de leur frayer un passage pour poser sa main au creux de la taille de Thelma et les emmener tous deux près de la table de jeu. Plutôt bien arrangé par la proximité que leur imposait la foule autour d’eux, Roy glissa quelques mots à l’oreille de l’enseignante, tout en lui désignant d’un geste du menton l’homme bourru à la table qui possédait le plus de jetons.

« Vous voyez cet homme ? Ca fait trois soirées qu’il se plaît à squatter ici comme le gagnant incontesté de la tablée. Aucune défaite, pour le moment. Roy, cela l’arrangeait, cela faisait rentrer de l’argent dans ses caisses. Mais il aimait aussi se mesurer à ses clients, et il n’avait pas encore eu l’occasion de se confronter à lui. Il baissa la tête vers Thelma, attendant qu’elle croise son regard, avec un sourire joueur. Ca vous dit qu’on tente notre chance ? »

Il y avait tant de choses à faire dans ce casino, tout avait été savamment calculé pour que chaque client se sente à l’aise, et sente surtout la tête lui tourner, entre les jeux, l’alcool, la musique et les rencontres plaisantes que l’on pouvait y faire. Lorsque Roy sentirait qu’ils auraient eu leur dose de jeux d’argent pour la soirée, il pouvait toujours lui proposer de danser, et prendre soin au passage de faire en sorte que l’on diffuse une musique douce pour eux. Même après tout cela, il ne lui aurait fait découvrir qu’une petite partie du lieu ! Il restait le cabaret, où se déroulait en ce moment même des numéros de danse assez légères, mais tout en finesse, pour les plus distingués de ce monde… Bien sûr, les endroits que préféraient Roy lorsqu’il était en charmante compagnie étaient les lieux plus privés, pas forcément accessibles au public, où il pouvait avoir plus de tranquillité.

Ne l’avait-elle pas enjoint à lui faire vivre les Folies Sorcières ? Roy comptait bien marquer suffisamment la jeune femme pour qu’elle se souvienne encore de cette soirée dans quelques mois, et pour cela, il se devait de l’éterniser autant que possible…



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 193

Voir le profil de l'utilisateur
Un petit rire salua l'interrogation de Roy. Ce n'était pas bien dur, Thelma n'ignorait pas qu'elle relevait plus du poussin inoffensif que du dragon terrifiant, à première vue, avec sa taille menue et son sourire amène. Pour autant, elle était à peu près persuadée de pouvoir vaincre n'importe quel homme -ou femme- de cette pièce au duel, Roy compris. Et elle savait tout aussi bien qu'elle n'aurait aucun mal à tuer et faire disparaître quelqu'un, techniquement, si l'envie l'en prenait un jour. Heureusement, elle avait des loisirs un peu plus basiques que cela et n'utilisait pas ses talents de duelliste pour résoudre ses problèmes. Avoir cette possibilité était toujours satisfaisant, Thelma se monterait probablement plus prudente dans la vie en général si elle n'était pas à même de se défendre, mais finalement il était bien plus agréable de tenter de résoudre les conflits par la persuasion... C'était un art qu'elle aimait tout autant que celui du combat.

"Vous n'avez pas idée", répondit-elle tranquillement, un léger sourire aux lèvres. L'évocation d'Ombrage l'amusa et elle répondit, non sans évaluer son interlocuteur du regard : "Vous devez être un peu plus jeune que moi, j'ai quitté Poudlard l'année où Ombrage est arrivée. Mais j'ai connu Quirrel, Lockhart et Fol Oeil, croyez-moi, je compatis !"

Thelma haussa un sourcil quand Roy évoqua son passé d'élève perturbateur.

"Oh, je suis sure que j'aurais réussi à vous gérer", répondit-elle avec malice. "J'ai eu mon lot d'élèves perturbateurs à Durmstrang, et puis je sais qu'elle n'en a pas l'air à première vue, mais ma maison, Poufsouffle, connait son lot de... comment dire... personnalités originales. Mes classes sont plutôt calmes en générale, la défense contre les forces du mal est souvent plus attrayante que l'histoire de la magie pour les élèves..."

Elle était persuadée que Roy n'avait pas fait exception, il semblait être le genre d'hommes à apprécier une matière plus... pratique qu'intellectuelle, une matière qui pouvait en mettre plein la vue et donner de véritables atouts dans la vie. Il n'avait pas le profil des premiers de classe - ou des jeunes filles en fleur - qui se trainaient dans les classes poussiéreuses du professeur Virtanen... Mais peut-être se trompait-elle.

Thelma but la dernière gorgée de son verre puis saisit la main que lui tendait Roy, avant de bondir sur ses pieds.

"Avec plaisir !"

Elle suivit Roy jusqu'à la table du poker magique, autour de laquelle s'amassait une véritable foule, et sentit son sourire s'agrandir lorsque la main du jeune homme se posa au creux de sa taille. Plus concentrée par l'odeur de Roy et son souffle sur son oreille, elle n'écouta qu'à moitié ce qu'il lui racontait, mais finit par reporter son attention sur un homme bourru qui semblait crouler sous le succès. Thelma vrilla son regard dans celui de Roy, prête à relever le défi. Elle aimait ce type de challenge, surtout lorsqu'il s'agissait de se mesurer à quelqu'un qui était probablement très sur de lui. Il allait voir ce qu'il allait voir, ce soit-disant gagnant incontesté !

"Je suis toujours partante pour un poker", répondit-elle avec amusement. Le poker n'était pas forcément sa tasse de thé, car si elle parvenait plutôt bien à discerner les comportements de ses adversaires, elle-même n'était pas particulièrement bonne bluffeuse. Cependant, Roy avait probablement beaucoup plus de pratique qu'elle, s'il passait ses soirées à infiltrer ses clients, et c'était une bonne occasion de progresser... Et surtout de s'amuser. Thelma était joueuse, de toute façon, et elle aurait accepté n'importe quelle autre proposition, même si son terrain de prédilection restait le Boulard...

S'avançant un peu plus près de la table, elle ne put s'empêcher de se retourner vers lui pour lui lancer un dernier défi :

"Ce sera l'occasion pour vous de m'impressionner, cette fois..."
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
« Si mes calculs sont justes, nous avons donc trois années d’écart, déclara Roy, après quelques secondes de réflexion, au moment où Thelma lui expliquait avoir échappé de justesse à Ombrage. C’était peu, finalement, conclut-il dans sa tête, avec satisfaction. Promo 97, Gryffondor. »

Révéler sa maison ne surprenait jamais personne, tant sa personnalité la laissait deviner. En vérité, Roy aurait été tout aussi bien installé à Serpentard, et ces derniers jours, il fallait reconnaître qu’il tenait plus de l’homme ambitieux et manipulateur, plutôt que téméraire et impulsif. Lorsque Thelma lui révéla sa maison à son tour, Roy ne fit aucun commentaire. Le Niffleur à filles qu’il était dans sa jeunesse -comme aimait le dire Jason- préférait se tourner vers les proies plus difficiles à avoir. Dévergonder une Serdaigle, tromper une Serpentard, tenir tête à une Gryffondor, Roy s’était maintes fois lancé ces défis. Mais une Poufsouffle ? Oh il était tombé sur quelques spécimens intéressants qui démentaient les clichés, mais en toute honnêteté, il avait eu tendance à vite se lasser des Poufsouffle.

Pourtant, il voulait croire que Thelma appartenait à la catégorie des exceptions, et la façon dont elle le regarda dans les yeux pour lui lancer un dernier défi acheva de le convaincre. Ses lèvres s’étirèrent doucement en un sourire suffisant. S’il y avait un jeu où Roy pouvait se vanter d’être doué, c’était celui-ci. Ce n’était pas seulement pour offrir du divertissement à Thelma qu’il s’était approché des tables de poker. L’idée qu’il avait en tête était surtout de se mettre en valeur, aux yeux de la belle, qui l’avait bien compris.

« Vous pouvez compter là-dessus. »


******

« Accorde-moi une dernière revanche. »

La chance ? Elle était rarement du côté de Roy. Ses capacités à mentir, en revanche, étaient rodées par des années d’expérience. Une première partie qu’il perdit lui permit d’observer le jeu de ses adversaires. Son test habituel, avant de dégainer les armes… Il n’y avait pas besoin de tirer les meilleures cartes pour gagner au poker, quand on savait semer le doute et mettre la pression aux autres joueurs. Roy fit plier à trois reprises l’homme invaincu de la tablée. A la quatrième défaite, désormais, ce dernier le regardait avec une telle impatience contenue que Roy ne put empêcher un léger rictus de se glisser sur ses lèvres.  

« Hum… fit-il mine de réfléchir. Non. »

Derrière son assurance insolente, Roy connaissait les limites de son propre jeu, et surtout, il savait que la roue finissait toujours par tourner. Il préférait quitter la table sur ce sans-faute, car son but en rejoignant la partie n’était pas d’amasser les gains, mais de s’amuser, et surtout, d’impressionner la jolie rousse à ses côtés… Il se tourna d’ailleurs vers elle, sourire complice aux lèvres.

« Vous m’excuserez -sur ces mots, il se leva- je préfère aller profiter de mes gains avec mademoiselle. »

Roy laissa sa place à d’autres volontaires, invitant Thelma à le suivre hors de la bulle surchauffée que créait la masse de curieux autour d’eux. Une fois qu’ils furent dans une zone plus respirable, le trafiquant se tourna vers elle, jouant de son effronterie toute gryffondorienne :

« Alors, j'ai relevé le défi ? »

Son sourire s’agrandit dans l’attente de sa réponse. Roy ne doutait pas avoir réussi son coup, mais il ne perdait pas ses objectifs de vue. Si l’expérience lui avait enseigné quelque chose, c’était que la séduction était toujours une affaire de dosage. Il ne serait pas l’homme lourd qui passait des heures à vanter ses mérites auprès de sa belle, c’était le coup classique à faire fuir une femme. Aussi, Roy ne tarda pas à ajouter, en référence aux parties qu’ils venaient de jouer ensemble :  

« Vous ne vous êtes pas mal débrouillée non plus. Je veux bien vous apprendre mes trucs au poker si vous me donnez plus de cours au Boulard » suggéra t-il avec un petit rire.

Une façon comme une autre de lui faire comprendre qu’il n’était pas contre l’idée de réitérer leur petite soirée… Soirée qui était loin d’être terminée ! Roy finit par entraîner Thelma dans la plupart des jeux du casino, sans voir le temps filer à toute allure. Ce fut en constatant que le lieu se désemplissait quelque peu et que l’ambiance changeait de ton, aussi bien dans la musique que dans les conversations qui se tenaient autour d’eux, que Roy devina qu’ils avaient dépassé minuit. Entre les rires, les défis qu’ils s’étaient mutuellement lancés, les petites pauses où ils retournaient boire un verre et discuter de tout et de rien, il n’avait pas senti le temps passer. En était-il de même pour la jeune femme ? Roy espérait, car il passait avec elle un réel bon moment, qu’il voulait prolonger autant que possible.

Il en était là de ses pensées, assis avec Thelma au comptoir avec un verre à la main, lorsqu’il s’aperçut qu’elle avait tourné son regard vers le Boulard. Craignant de deviner ce à quoi elle pensait, Roy protesta :

« Oh non, vous allez encore m’écraser, j’ai une dignité à préserver ! »

Le rire qui suivit décrédibilisa quelque peu sa mine offusquée. Un court silence s’installa. Ils avaient eu le temps de faire le tour du casino, maintenant. Roy réfléchissait à comment poursuivre leur soirée, lorsque quelques notes très reconnaissables-pour n’importe qui de leur génération, en tout cas- le fit relever la tête, puis étirer ses lèvres en un sourire amusé. Ce morceau vieux de quinze ans… Il ne niait pas avoir emballé une fille là-dessus, lors du bal de Noël de sa cinquième année à Poudlard. Ce qui marchait sur une jeune adolescente ne marchait pas forcément sur une adulte, cela dit. Mais cela ne coûtait rien d'essayer.

« Tant de nostalgie… » commenta Roy, le ton presque moqueur, avant de fournir une brève explication à Thelma : « Le cabaret va accueillir les Bizarr’Sisters dans les prochains jours, on leur fait un peu de promo, en attendant. »

Le Tremplin Musical était l’évènement du mois à suivre dans leur ville que la guerre des gangs n’avait heureusement pas dépossédée de tout son dynamisme. Sans perdre son sourire, Roy se leva, puis tendit une main vers la rousse. Comme souvent, il choisit la voie de l’humour, plutôt que de l’inviter clairement :

« Je vous rassure, je ne vous marcherai pas sur les pieds. »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 193

Voir le profil de l'utilisateur
Impressionnée, Thelma l'était. Nul doute que leur opposant était un joueur de poker chevronné, mais Roy semblait tout à fait à son aise et ne fit qu'une bouchée d'eux, ce qui sembla énerver quelque peu le perdant. Thelma, elle, se moquait bien de perdre car elle s'amusait follement, parvenant de temps à autres à rafler la mise, mais jouant de façon un peu trop imprudente et spontanée pour représenter une réelle menace. Elle ne fut pas mécontente, néanmoins, que Roy décline la proposition de son opposant et décide que la partie en resterait là. Thelma avait envie d'essayer tous les jeux du casino, plutôt que de s'éterniser au même endroit.

"Sage décision", commenta-t-elle en répondant au sourire complice de Roy, avant de lancer à l'homme qu'il avait battu, et qui semblait passablement agacé : "Ce fut un réel plaisir de jouer avec vous !"

Thelma s'extirpa de la zone du poker et prit une profonde inspiration en retrouvant l'air plus respirable du reste de l'endroit. Elle était sure d'avoir les joues rougies avec toute cette agitation. Roy, quant à lui, semblait passablement fier de lui et elle ne put retenir un rire affectueux, avant de lui répondre :

"Défi parfaitement relevé. Je suis officiellement impressionnée !"

Heureusement, Roy ne comptait pas s'endormir sur ses lauriers et, contrairement à l'impression qu'il pouvait donner au premier abord, n'était pas du genre à se pavaner de ses réussites pendant des heures. Elle accepta le compliment avec un sourire, qui s'agrandit lorsque Roy mentionna la possibilité d'échanger quelques tuyaux sur leurs jeux de prédilection respectifs. Ainsi, il passait un bon moment en sa compagnie, suffisamment pour envisager de reproduire l'expérience dans le futur. Voilà qui n'était pas pour déplaire à Thelma, qui devait avouer elle aussi que c'était la soirée la plus amusante qu'elle avait passé depuis longtemps. Roy, pour l'instant, avait tout pour lui : intéressant, séduisant, charmeur sans être lourd ni insistant, il savait se montrer suffisamment attentionné envers elle et c'était exactement ce qui plaisait à Thelma. Bref, il avait bien cerné son public, et Thelma ne songea pas un instant à écourter la soirée, se prêtant bien volontiers au jeu de séduction, sans se soucier de savoir où cela les menerait.

"Avec plaisir, même si je dois m'attendre à un élève perturbateur, paraît-il...", répondit l'enseignante avec un léger clin d'oeil.

La suite de la soirée s'écoula sur le même tempo, sans que Thelma ne voit le temps passer. A mesure que l'heure tournait et que le casino se désemplissait, Thelma sentait la tête lui tourner quelque peu, grisée par les verres qu'ils avaient bu, les rires qu'ils avaient partagé, les jeux et les conversations qui s'étaient enchaînés. Installée près du comptoir, un nouveau verre à la main, Thelma se laissait glisser dans une certaine torpeur, observant les lieux sans vraiment les voir. Son regard suivait machinalement la danse des boules qui venaient tenter de fracasser les quilles au Boulard, tandis que son esprit s'égarait du côté de l'homme qui l'avait accompagné tout au long de la soirée. La jeune femme était hautement consciente du fait que leurs genoux se frôlaient à l'occasion et elle se sentait maintenant beaucoup plus intéressée par cela que par les divers jeux du cabaret.

Roy se mépris néanmoins quant à ses intentions, la tirant de ses pensées par une protestation qui lui tira un rire.

"Seriez-vous mauvais perdant, monsieur Calder ?", le taquina-t-elle pour la forme, bien qu'elle n'ait aucune envie de retourner au Boulard. Thelma souleva un sourcil étonné en reconnaissant les premières notes du slow légendaire des Bizarr' Sisters, qui aurait été plus approprié à une fête de poudlardiens qu'à cet établissement. L'explication ne se fit pas attendre, et Thelma se remémora une affiche qu'elle avait vu dans la ville un peu plus tôt.

"Ah, oui, c'est vrai, j'en ai entendu parler, le Tremplin musical ! Je sais qui soudoyer pour avoir des tickets, alors..."

Un rire surpris secoua la sorcière lorsque Roy se leva pour l'inviter à danser, tel un adolescent cherchant à conquérir la belle de son coeur, et elle secoua la tête avec incrédulité. C'était le patron des Folies Sorcières qu'elle avait face à elle, et voilà qu'ils allaient danser un slow comme deux ados amoureux. Ma foi, elle n'avait rien contre, à vrai dire, elle mourrait d'envie de glisser sa main dans celle de Roy et de sentir son corps près du sien. Alors elle accepta sa main et se mit sur ses jambes, avant de faire quelques pas avec lui pour s'éloigner du comptoir. Thelma glissa ses bras autour de son cou, et frisonna légèrement en sentant les mains de Roy sur sa taille. Bientôt, ils se mirent à tournoyer au rythme de la musique des Bizarr' Sisters. Malgré ses talons, Roy restait un peu plus grand qu'elle, et elle dut redresser quelque peu le menton pour capturer son regard.

"Ca me rappelle mes années Poudlard", avoua-t-elle avec un sourire malicieux. "Toutes les filles rêvaient d'être invitées par le capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor sur cette chanson... Quand un garçon nous invitait sur Magic Works, ça marchait à tous les coups."

Elle pouffa, amusée par ce souvenir, puis l'interrogea :

"Mais je suis persuadée que je ne vous apprends rien... Je me trompe ?"

Le regard sombre de Roy posé sur elle lui donnait des envies inavouables et elle se rapprocha imperceptiblement de lui, avant de murmurer :

"Je me demande si la magie marche encore..."
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
« Trop fier plutôt que mauvais perdant » réfuta t-il, se joignant à son rire.

La soirée était presque parfaite, songeait Roy en regardant la jeune femme. Presque, seulement, car l’envie de faire bien d’autres choses avec Thelma que des jeux de casino était désormais prégnante. Aussi, lorsque les premières notes de Magic Works retentirent, l’idée de l’inviter s’imposa aussitôt dans son esprit.

And dance
Your final dance

« Soudoyez-moi donc, je suis curieux de voir ça » répliqua t-il avec impertinence.

Curieux de voir quel genre de moyens elle allait employer, surtout. Confiant, Roy l’entraîna vers la piste. Il glissa ses bras autour de la taille de Thelma, savourant le contact des siens autour de son cou, et commença à tournoyer avec elle. Bien qu’il ne soit pas mauvais danseur, l’avantage avec les slows était qu’il n’y avait pas besoin de savoir danser pour apprécier le moment. En toute honnêteté, Roy était bien plus concentré sur sa proximité avec sa partenaire, plutôt que sur leurs pas.  

This is
Your final chance
To hold
The one you love
You know you've waited long enough

Lorsque Thelma lui fit comprendre qu’elle n’était pas dupe et voyait très bien quel jeu de séduction Roy menait avec elle, il ne fut même pas tenté de nier. Bien au contraire. Son sourire s’agrandissant légèrement, il répondit :

« Je n’ai jamais joué dans l'équipe de Quidditch de Gryffondor… Mais j’aime croire que gérant de cabaret, ça en jette aussi. »

Non, rien n’était innocent, et c’était bien pour cela que la magie marchait. De l’avis de Roy, ce n’était pas tant une question de magie qu’une histoire de bon dosage. Evidemment, l’alchimie jouait beaucoup, et il avait tout l’impression que celle qui existait entre Thelma et lui était assez forte pour qu’il tente quelque chose. Avec une certaine jubilation, il comprit à la suggestion qu’elle lui fit que le même genre de pensées devaient tourner dans l’esprit de sa partenaire.

So believe that magic works
Don't be afraid
Of being hurt
Don't let
This magic die
The answer's there
Oh, just look in her eyes

Le moment délicat, quand une brèche était ouverte, et que vous n’aviez que quelques secondes pour déterminer si c’était le bon timing ou pas. Question importante, car un faux pas pouvait réduire tous les efforts précédents à néant. Pourtant, Roy n’hésita pas longtemps. Son regard plongé dans celui de Thelma, il était convaincu qu’elle voulait la même chose que lui à cet instant. Il perçut le mouvement qu’elle fit vers lui, et il en profita pour approcher à son tour son visage du sien.

And make
Your final move
Mmm, don't be scared
She'll want you too
Yeah, it's hard
You must be brave
Don't let this moment slip away

« Il suffit d’essayer pour savoir »

Sur ces mots qu’il lui souffla, Roy captura ses lèvres, doucement d’abord. Lorsqu’il vit qu’elle n’opposait aucune forme de résistance, ses mains appuyèrent légèrement au creux de sa taille, pour la sentir davantage contre lui, tandis qu’il approfondissait leur baiser. Avec délice, il se laissa complètement porter par la sensation de leurs deux corps qui se balançaient encore au rythme de la musique, par l’odeur de Thelma contre lui, par ce sentiment de bien-être familier qui résultait des premiers baisers réussis.

And don't believe that magic can die
No, no, no, this magic can't die

Pourtant, il fallut se séparer et contenir cette irrépressible envie de recommencer, pour reprendre leur souffle. Le front contre celui de Thelma, Roy se laissa le temps de mettre de l’ordre dans ses émotions. C'était fâcheux. Pourquoi l’image de Juliana devait-elle lui revenir maintenant ? Alors qu’il passait une soirée formidable avec une femme charmante et intéressante, pourquoi fallait-il que son ex vienne lui gâcher ce moment ? Cela ne lui ressemblait pas. Il sentait sa blessure se rouvrir, comme pour le narguer, comme pour lui dire qu’il pouvait s’endurcir autant qu’il le voulait, ses faiblesses ne disparaissaient pas, et qu’il lui faudrait sans doute du temps avant de pouvoir apprécier pleinement ce genre de moment avec une autre femme…

So dance
Your final dance
'Cause this is
Your final chance.

Non. Il n’avait pas envie d’attendre. Il avait envie d’oublier, de passer à autre chose, de redevenir le tombeur de ces dames aux multiples conquêtes. Il avait envie que Thelma soit sienne, et il ne le cachait même plus. Voilà ce qui lui ressemblait. Sur les dernières notes, Roy arrêta leur danse, planta son regard dans celui de Thelma, toute hésitation disparue, alors qu’il concluait :

« On dirait que la magie marche toujours. »

Il glissa ses mains dans celles de Thelma, entrelaçant leurs doigts, puis se pencha vers elle pour lui voler un autre baiser qui n’avait plus rien de sage, cette fois-ci. Dans un lieu comme les Folies Sorcières, il n’était pas rare de voir des couples s’embrasser langoureusement, mais même ici, une certaine décence était de mise. Roy n’en avait pas franchi la limite. Pour le moment, du moins, car la main qu'il glissa dans le dos de la jeune femme laissait penser que ce n'était qu'une question de temps.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 193

Voir le profil de l'utilisateur
C'était là, c'était maintenant, ce moment juste avant l'étreinte, lorsque les corps se rapprochaient, que les regards se trouvaient. C'était cet instant fugace que Thelma aimait tant, cet instant durant lequel elle vibrait plus encore que pendant le baiser lui-même, où elle sentait ses sens s'enivrer, où son coeur accélérait sous l'effet de plaisir éprouvé par l'appréhension et l'impatience. Parce qu'ils savaient tous les deux ce qui allait se passer, ils savaient qu'ils en avaient tout autant envie l'un que l'autre, qu'ils se plaisaient, que l'alchimie était présente et ressentie de toute part. Cette connivence éphémère, Thelma la recherchait et la chérissait plus encore que ce qu'elle entraînait. Car une fois le premier baiser échangé, c'était là que commençaient les ennuis. Les étreintes décevantes, les attentes sentimentales, les couples qui se formaient dans la hâte et se déformaient dans la douleur. Tout cela pour cet instant, cet échange de regards, ce jeu de dupes où l'on savait pertinemment ce qui allait suivre. Et où, emportés par l'enthousiasme et l'optimisme infaillible des êtres humains, l'on se laissait croire que cette fois, c'était la bonne... Parfois, Thelma aurait préféré en rester là. Figer le temps, à cet instant, et laisser sa conquête du soir en plan. Juste pour le plaisir du jeu, juste pour le plaisir de l'instant.

Pourtant, lorsque les lèvres de Roy touchèrent les siennes, et que le baiser s'éternisa, elle ne regretta pas son choix. Car cet instant là était tout aussi appréciable que celui d'avant. Ses bras entourant les épaules de Roy, Thelma s'amusa à relever la jambe comme dans les films moldus. Car c'était bien un film de gangsters des années 20 qu'elle avait l'impression de vivre ce soir, avec cet homme mystérieux, dans ce cabaret, dans cette ville sous couvre-feu, à cette époque sombre aux relents de Prohibition. La sensation de Roy pressé contre elle, de son odeur dans ses narines l'enivraient et quand ils s'écartèrent suffisamment pour reprendre leurs souffles, son regard s'était assombri. Pour une raison qui la dépassait, elle sentait qu'elle pouvait faire confiance à Roy, qu'elle n'avait pas face à elle quelqu'un qui insisterait pour des lendemains chantant, ni qui la jetterait de façon trop cavalière. Si c'était le cas, il n'aurait pas attendu de lui faire vivre une telle soirée pour l'embrasser.

Leurs regards se croisèrent de nouveau lorsque la dernière note retenti. Un sourire mutin trônait sur les lèvres de Thelma quand Roy affirma que la magie marchait toujours, avant de lui voler un nouveau baiser, plus osé. La soirée prenait décidément un tour qui lui plaisait, et elle répondit au baiser sans se faire prier. Glissant ses mains sur le torse de Roy, elle songea qu'elle aurait bien aimé se trouver dans un endroit plus intime pour voir ce qui se trouvait sous ses vêtements. Mettant fin à l'étreinte, elle approcha sa bouche de l'oreille de Roy et murmura :

"Est-ce que les Folies Sorcières auraient des recoins cachés du grand public, par hasard ?"

Ce n'était pas comme si elle pouvait s'amuser à ramener ses conquêtes d'un soir à Poudlard. C'était une école et non un lieu de débauche comme semblaient le croire certains élèves...
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Frissonnant d’anticipation à ce que Thelma osait enfin lui suggérer à l’oreille, Roy ne perdit pas pour autant une certaine clarté de réflexion. La seule femme qu’il avait emmenée dans les chambres du premier étage, derrière le passage secret, était Isobel, parce qu’elle avait un statut particulier à ses yeux. Il lui faisait confiance, ils étaient même complices et associés dans quelques mauvais coups, sans compter qu’ils étaient amis, après six années passées à se côtoyer. Thelma ? Roy avait tout l’impression qu’elle ne serait jamais plus qu’une histoire d’un soir, ou deux peut-être, en tout cas, rien qui ne l’engageait à lui montrer les secrets du cabaret.

Où l’emmener, alors ? Il s’était bien trop appliqué à la séduire pour la conduire comme les autres dans une loge privée vide où ils pourraient satisfaire leurs pulsions aussi vite qu’elles étaient apparues, tels deux adolescents dans un pauvre placard à balai de Poudlard. Non, Thelma méritait tout de même mieux qu’une conclusion aussi vulgaire. Pour une fois, Roy avait envie de terminer cette soirée correctement. Il pouvait bien faire un effort pour conclure comme le gentleman qu’il s’était bien amusé à jouer.

« Les recoins sont rarement confortables. » finit-il par répondre sur le même ton, après un court instant de réflexion.

Sur ces paroles, il saisit sa main dans la sienne, sa décision prise. Quelques secondes plus tard, ils réapparurent à la porte de son appartement. Alors qu’il entraînait Thelma à l’intérieur, puis entreprenait de la débarrasser de sa si jolie robe bleue, Roy songeait que lui montrer l’endroit où il vivait avait au moins l’avantage de lui laisser la possibilité de revenir, si l’envie l’en prenait, un soir…

*****

Le jour pointait à travers la fenêtre entrouverte de sa chambre quand Roy y revint, des affaires propres sur lui, après être parti faire un tour sous la douche. Cette petite pause lui avait permis de se remettre les idées en place, après une nuit riche en émotions. Les lendemains étaient toujours des affaires délicates, mais contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, Roy n’était pas du tout le genre à disparaître le matin venu, en attendant que sa conquête ait la bonne idée de plier toute seule ses affaires et claquer la porte derrière elle. Non, il préférait plutôt conclure sur un joyeux « C’était vraiment cool, allez, bye ! », après avoir pris la peine d’offrir le petit déjeuner et quelques derniers sourires. Homme égoïste, mais joli coeur jusqu’au bout. Si cela pouvait lui éviter de se faire gifler par la dite conquête, s’il la recroisait dans d’autres circonstances…  

Et puis, il n’était pas si ingrat. Il aimait même retenir ses amantes au petit matin pour pouvoir profiter d’elles encore un peu avant de les laisser partir. Aussi, un sourire se glissa sur ses lèvres lorsqu’il constata avec une certaine satisfaction que Thelma était toujours dans sa chambre, réveillée, cette fois. Assise sur le rebord du lit, elle lui tournait le dos, certainement occupée à remettre quelques affaires. Décidé à l’interrompre dans cette entreprise, Roy voulut surprendre la jeune femme en arrivant à pas de loup derrière elle, même si le mouvement que fit le matelas, lorsqu’il se positionna dans son dos, dut le trahir quelques secondes avant qu’il ne passe un bras autour la taille de Thelma et dépose un baiser sur son épaule.

« Tu restes encore un peu ? »

Nul adieu déchirant si elle décidait de s’en aller, mais au fond, il aimerait qu’elle accepte de lui tenir encore un peu compagnie. L’idée avait commencé à germer dans sa tête tout à l’heure, tandis qu’il laissait l’eau ruisseler sur son corps. Thelma était exactement le genre de femme qu’il apprécierait revoir, sans rien changer des circonstances, ni ajouter des conséquences. Il n’était jamais contre l’idée de revoir quelques unes de ses conquêtes, tant que cela restait dans les limites fixées. Si Roy n’était clairement pas prêt à retenter une relation de couple, avoir des amantes régulières était en revanche loin de le déranger. Malheureusement, toutes les femmes n’étaient pas prêtes à se lancer dans ce genre de relations proches de l’idéal de vie de Roy Calder, qui aurait été parfaitement heureux dans un harem plein de luxure…

Evidemment, Thelma n’était pas obligée de connaître tout le détail de ses pensées. Tout ce qu’il avait à faire, c’était de trouver un moyen de la retenir, aussi déloyale pouvait être la technique des baisers papillons dans le cou. Il s’arrêta juste le temps de demander, un sourire malicieux aux lèvres :  

« Plutôt thé ou café ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 193

Voir le profil de l'utilisateur
Thelma se roula dans les couvertures avant de s'étirer avec un soupir de satisfaction. Voilà un réveil des plus agréables, bien que relativement difficile, car la nuit avait été courte. Heureusement qu'elle n'avait pas cours ce matin, car elle sentait que son esprit était encore un peu embrumé. Se reposant quelques instants sur les oreillers, tout en écoutant la douche couler, elle laissa son regard se promener sur le plafond, tandis que les souvenirs de la veille lui revenaient par flash. Un sourire mutin apparut sur ses lèvres et elle se redressa pour observer un peu la pièce. Elle n'avait pas vraiment eu l'occasion de le faire hier soir, car ils avaient été trop rapidement absorbés l'un par l'autre pour faire le tour du propriétaire. On en apprenait toujours beaucoup sur les gens en observant l'endroit où ils vivaient. Etait-ce plutôt rangé ou non ? Plutôt décoré, personnalisé, ou froid et impersonnel ? Plutôt sorcier ou bien une influence moldue se faisait-elle ressentir ? C'était le genre de choses que Thelma adorait découvrir, prenant chaque objet, chaque photo comme un indice sur la personne qui l'accueillait. Sans aller jusqu'à fouiller - cela ne se faisait pas, elle détaillait toujours avec attention les lieux dans lesquels elle se trouvait.

Thelma avait été agréablement surprise que Roy l'emmène chez lui, plutôt que dans un coin de son cabaret qui, vu sa taille, devait en regorger. Elle s'était demandée s'il en faisait de même avec toutes ses conquêtes, ou seulement avec celles qu'il prenait autant de temps à séduire. Quoi qu'il en soit, l'attitude du jeune homme était celle d'un gentleman, puisqu'il ne s'était pas empressé de la mettre dehors, ce qui était plutôt appréciable. Pourtant, aussi agréable la nuit avait-elle été, la sorcière n'échappait pas à l'embarras propre à ce genre de réveil. C'était le moment où l'on se demandait comment agir avec cet autre qui n'était encore qu'un inconnu. Fallait-il s'éclipser sans demander son reste, pendant qu'il était sous la douche, ou bien attendre qu'il en ressorte pour des adieux polis ? Se reverraient-ils, ou bien devait-elle reléguer cette rencontre au rang des simples souvenirs ? Bah ! Peu angoissée par ce type de situation, Thelma décida d'attendre de voir comment Roy se comporterait et de se calquer sur son atttitude. Après avoir paressé un moment, elle finit par entreprendre de se rhabiller. Elle était en train de remonter la fermeture de sa robe bleue lorsqu'elle sentit le matelas bouger et un bras se glisser autour de sa taille.

Aussitôt, son sourire s'élargit et elle ferma les paupières, savourant la sensation des lèvres de Roy qui se perdaient dans son cou. Un frisson la parcourut et elle tourna légèrement la tête vers lui, pour lui dérober un rapide baiser.

"Avec de tels arguments, difficile de résister...", répondit-elle avant d'ajouter : "Plutôt thé, merci !"

Elle n'avait rien contre la tasse de café à l'occasion, bien au contraire, mais Thelma restait une grande buveuse de thé, en particulier au petit déjeuner après une soirée arrosée. Un sourire attendri illumina son visage lorsqu'elle constata que Roy était le genre d'homme à offrir le petit-déjeuner à ses conquêtes. Comme on ne l'attendait pas à l'école ce matin, elle n'avait rien contre le fait de rester, surtout que cela lui donnerait l'occasion d'en apprendre plus au sujet de cet homme qui l'intriguait. Cependant, Thelma n'était pas le genre de personne qui aimait paresser au lit toute la matinée, aussi elle bondit sur ses jambes et entreprit de suivre Roy dans la cuisine, motivée par le grognement de son estomac. Chantonnant le dernier tube des Royals Nogtails, elle promena son regard sur l'appartement de Roy pendant qu'il s'activait, avant de venir s'installer avec lui devant des tasses fumantes. C'était ce genre de moment un peu étrange où l'on se sentait à la fois complice et étranger de la personne en face de nous, et un silence s'instaura quelques instants.

"J'ai passé une très bonne soirée", commença finalement Thelma, son regard malicieux accrochant celui de Roy. Et maintenant ? Semblait-elle demander, un sourire aux coin des lèvres. Y aurait-il une suite ? Elle n'avait rien contre, du moment que le sorcier ne cherchait pas à l'enfermer dans une relation de couple, tout comme elle se remettrait du contraire. La balle était dans le camp de Roy...

Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Satisfait de sa réponse, Roy conduisit Thelma jusque la cuisine, puis s’activa à préparer le petit-déjeuner. Il devait lui rester de la brioche et des gâteaux, il entreprit de les poser sur des assiettes le temps que l’eau chauffe. Il laissa la jeune femme faire un tour de son appartement sans broncher, après tout, il n’avait rien à cacher… Bon, peut-être quelques sachets de mandragore et de monalisa qui traînaient, mais ils étaient bien camouflés derrière quelques livres sur les étagères, entre des disques des Magic Floyd ou sous un plateau de poker. Roy posa deux tasses de thé sur sa table, mettant fin à la petite exploration de Thelma. Un petit silence s’installa, pas forcément embarrassé, mais tout de même un peu flottant. Il était toujours un peu délicat de trouver quoi dire à une amante, une fois les premières fièvres passées, le lendemain, vous vous souveniez que la personne en face de vous était surtout une inconnue. Peut-être pas pour très longtemps. L’idée de revoir Thelma ne déplaisait pas à Roy, au contraire, aussi, quand elle commença par exprimer son ressenti sur leur soirée, il sauta sur l’occasion pour lui faire part du sien.

« Moi aussi, avoua t-il. Je n’ai rien contre l’idée de recommencer, d’ailleurs. »

Autant dire les choses avec clarté, et puis quelque chose lui disait que Thelma ressentait elle aussi la même chose. Après tout, elle aurait pu s’en aller pendant qu’il prenait sa douche, mais elle ne l’avait pas fait. Cela donnait bon espoir à Roy, cette attitude était celle d’une femme qui assumait pleinement ce qui s’était passé entre eux, et le fait qu’elle ait accepté de rester déjeuner et discuter montrait qu’elle était prête à rebondir. Ils ne tenaient qu’à eux de s’entendre sur la suite, désormais. Roy se laissa le temps de savourer quelques gorgées de son thé, mais surtout de réfléchir à comment il allait formuler ses pensées.

« Mon appartement est typiquement celui d’un homme célibataire comme tu as du le voir… commença t-il, sur un ton de plaisanterie. Et encore, il était assez bien rangé pour contredire le cliché, mais c’était bien la seule chose dont sa mère pouvait être fière de lui avoir inculqué. Mais j’aime bien mon train de vie. Et puis ici, c'est bien le seul endroit où je peux me couper un peu des Folies, ça peut vite devenir étouffant, mine de rien. Souriant à cette conclusion, Roy vint poser ses coudes sur la table, entre deux gorgées de thé, sans quitter Thelma des yeux. J’imagine qu’on aura peu d’occasions de se voir si tu retournes à Poudlard, mais tu me plais beaucoup, Thelma. J’aimerais beaucoup qu’on reste en contact… si tu le veux aussi. »

Parce que Roy demandait rarement aux femmes de sortir avec lui, et qu’il préférait largement leur proposer une relation… libre ? C’était bien comme mot, ça, libre. Thelma voulait-elle être libre aussi ?



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 193

Voir le profil de l'utilisateur
Un sourire trahi le contentement de Thelma quand Roy affirma qu'il n'aurait rien contre le fait de recommencer. Saisissant une brioche sur la table, elle en découpa un petit morceau avant de la tremper dans son thé et de la grignoter, laissant l'occasion à Roy de développer sa pensée. Les choses se présentaient bien, étonnamment bien d'ailleurs, et elle ne regrettait pas un instant d'avoir décidé de profiter de sa soirée même si on lui avait posé un lapin. Il y avait beaucoup de strangulot dans l'océan, pourquoi s'accrocher à une seule personne comme une moule à son rocher ? Thelma avait vu beaucoup trop de ses amis s'engager dans des relations de couple exclusives et se promettre la lune à l'approche de la trentaine, et déjà les ennuis commençaient. Il suffisait de regarder Daisy et son mariage qui battait de l'aile ! Dans ce cas là, les enfants entraient aussi en compte, mais Thelma envisageait les deux thématiques séparément. Elle était certaine de vouloir être maman, un jour, et il était vrai qu'elle espérait voir ce jour arriver à plus ou moins longue échéance - mais pas tout de suite. Pour autant, elle ne comptait pas forcément passer la bague au doigt du papa. Elle était une femme forte et indépendante et ne comptait pas se laisser dicter la composition de sa famille ni sa façon de mener sa vie par des conventions sociales. Si, pour l'heure, elle était heureuse en entretenant des relations épisodiques avec des hommes tels que Roy, cela ne regardait qu'elle...

"J'aime mon rythme de vie aussi", affirma Thelma en croisant le regard de Roy. "Le célibat me convient très bien, et il est vrai que ma profession me rendrait difficile de développer une relation très approfondie pour l'instant."

En soit, les professeurs de Poudlard étaient relativement libres de leurs mouvements et cela lui permettait de retourner assez régulièrement à Dublin, mais une certaine présence sur le château était tout de même attendue d'eux, et c'était parfaitement normal. Ils avaient des enfants sous leur responsabilité et ne pouvaient tous déserter les lieux quand bon leur semblait. Ce n'était donc pas l'idéal pour une amourette naissante, même si cela consituait surtout une bonne excuse pour Thelma qui, de toute façon, ne se sentait pas prête à s'engager avec quelqu'un.

"Mais tu me plais aussi beaucoup, Roy, et je serais ravie de te revoir à l'occasion."

Sa main vint se promener sur celle de Roy, avant de remonter le long de son bras et de se poser sur sa nuque. Attirant son visage vers le sien, elle lui déroba un baiser. Puis ils retournèrent à leur petit-déjeuner, parlant de tout et de rien jusqu'à ce qu'il soit l'heure pour Thelma de retourner au château.

Oui. Elle voulait être libre.
RP terminé
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Do you want to be mine ? [Thelma & Roy]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» [ALERTE] Mine d'or de Péronne assiégée
» exploration (pv Mine de charbon)
» Crise de la mine
» 03. [Immeuble Hemmens/Catalano] The girl is mine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-