AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 M(adame)onsieur est servi(e) [Mildred, Roy & Elias]

Elias NasserMolduavatar
Messages : 33

Voir le profil de l'utilisateur
10 novembre 2008

Elias ajusta son nœud papillon avec la dextérité qui accompagne l'habitude. Il jeta un coup d’œil à son reflet afin d'y dénicher le moindre défaut. Un faux pli de sa chemise ou de son veston. L'ourlet de son pantalon parfaitement droit et le vernissage de ses chaussures impeccable. Il réordonna sa coiffure avant de juger qu'il était parfaitement présentable. Ce n'était qu'un entretient d'embauche mais il devait tout miser sur la présentation. Il ventait son expérience dans son CV et il comptait bien être à la hauteur de ses dires. Il retournait dans le monde magique après l'avoir quitté depuis presque dix ans. Il relevait un challenge personnel. Mais ce n'était plus exactement comme si il avait le choix. Il savait parfaitement que sa carrière dans l’hôtellerie de luxe n'était plus une option depuis qu'il avait frappé l'un des clients du plus grand hôtel de Paris.

Les rumeurs circulaient vites et il était certain que tous les grands hôtels moldus savaient désormais qu'il s'était laissé emporté. Il repensa un instant à ses professeurs qui avaient cru en lui et un sentiment de culpabilité le saisit un instant alors qu'il songeait qu'il avait trahi leur confiance. Mais il lui restait un moyen de se rattraper. Il allait tout recommencer à zéro dans le monde sorcier. Il n'y avait que peu de liens entre les deux mondes dans ce domaine et il comptait bien en tirer profit. Son léger désavantage restait tout de même son incapacité à utiliser la magie.

Mais qui ne tentait rien n'avait rien après tout, il se devait de tenter sa chance et de saisir les opportunités qui se présentaient à lui. Et l'ouverture récente des Folies Sorcières lui assurait une chance plus facile de poursuivre son rêve. Et d'obtenir un poste à la hauteur de ses études et de ses capacités. Il reposa son peigne sur le rebord de son lavabo et sortit de la salle de bain. Il vérifia qu'il avait bien éteint la cafetière et la télévision avant de sortir et attrapa ses clés pour verrouiller la porte de son petit appartement. Il remonta le col de son manteau lorsque le vent froid de début novembre l'enveloppa. Heureusement, il n'habitait pas très loin des Folies, il lui fallait juste rejoindre le Bristol magique. Qui n'était qu'à deux pas de son appartement. Il jeta un coup d’œil affectueux à sa voiture lorsqu'il passa à côté. Il n'en aurait plus beaucoup l'utilité à partir de maintenant.

Il profita de sa petite marche forcée pour découvrir les rues de Bristol qui était une ville qu'il connaissait peu finalement. Du moins, la partie magique. Il avait passé son adolescence à Londres et la première partie de sa vie d'adulte à Paris à la fin de ses études. Une pensée nostalgique s'empara de lui alors que des bribes de sa vie parisienne lui revenait en mémoire. Cette nostalgie fut aussitôt associé au visage de Lola et ses poings se serrèrent. Il n'avait pas encore suffisamment de recule avec cette histoire. Et c'était l'une des principale raison qui l'avait poussé à retourner en Angleterre. Il n'aurait pas supporté d'entendre encore une fois l'accent français et ses intonations sans penser à son ex-fiancée.

Son souffle était légèrement court lorsqu'il arriva enfin devant la devanture des Folies Sorcières et devant le Troll qui en gardait l'entrée. Il jeta un coup d’œil à sa montre, il avait mis un peu plus de dix minutes et il était légèrement en avance. Il franchit les portes de la bâtisse tout en observant attentivement les lieux, non sans avoir jeté un regard intrigué à cet étrange portier peu courant. Il nota le luxe ambiant, légèrement surchargé peut-être pour ne pas tomber dans l'ostentatoire mais il devrait s'en contenter, il n'avait plus le loisir de faire le difficile. Il se dirigea vers le comptoir près des portes et esquissa un léger sourire aimable à l'elfe qui se trouvait là.

"Bonjour, j'ai rendez vous avec Monsieur Calder. Elias Nasser."

Il attendit quelques instants que la créature aille signaler sa présence. Il en profita pour approfondir son observation du Hall d'entrée. Son regard s'arrêta longuement sur le lustre en cristal et il dut convenir que la décoration et l'endroit convenaient parfaitement pour un casino doublé d'un cabaret de luxe. Lorsqu'il abaissa la tête, il constata qu'un homme accompagnait désormais l'elfe. Un sourire de circonstance se dessina sur ses lèvres fines et il attendit que l'homme lui tende la main pour répondre à son étreinte.

"Bonjour, Monsieur Calder, c'est un plaisir de vous rencontrer."

Il détailla quelques instants l'homme, il avait tout de l'homme d'affaire nouvellement enrichie. Outre sa petite taille et la fine barbichette qu'il ornait sans aucun doute avec fierté, le costume qu'il portait était sans aucun doute neuf ou peu porté jusqu'à maintenant. Il avait plus l'allure d'un homme que l'on trouve dans des endroits moins prestigieux mais après tout cela montrait que la réussite pouvait arriver à tout le monde. A moins que cela soit un signe sur l'orientation que prendrait les Folies Sorcières. Un lieu de débauche luxueuse prête à accueillir tout type de clients plus ou moins nets du moment qu'ils aient de quoi payer.
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Dans tout travail, il y avait des tâches que l’on aimait faire, et celles que l'on aurait bien aimé reléguer aux autres. Faire passer des entretiens d’embauche devait être entre les deux, dans l’esprit de Roy. Cela pouvait s’avérer aussi fastidieux qu’intéressant, tout dépendait des personnes rencontrées, de son point de vue. Il n’aurait toutefois laissé cette tâche à aucun de ses hommes, non par manque de confiance, mais parce qu’il tenait personnellement à connaître chacun des employés qui devaient travailler pour lui. Après tout, les Folies Sorcières renfermaient bon nombre de secrets qu’il n’était pas bon de laisser à la portée de n’importe qui.

Depuis que Mildred avait congédié Scribouillard, il leur fallait trouver un nouveau majordome. Roy n’était pas mécontent de ce renvoi. Il n’avait jamais aimé l’elfe. Oh, il n’avait aucun problème à faire travailler des créatures, après tout, ils étaient officiellement sympathisants du FREE, il leur fallait montrer l’exemple. Mais Scribouillard avait toujours montré une forme d’animosité et de méfiance envers lui, qu’il ne contenait que parce qu’il était l’associé de sa maîtresse. Son départ ne pouvait qu’apporter un peu plus de tranquillité à Roy, qui ne se sentait plus épié sans cesse, lorsqu’il passait dans le sillage de l’elfe.

Embaucher du nouveau personnel était également une façon de signer une nouvelle ère avec son associée. Le trafiquant sentait qu’il repartait sur de meilleures bases avec Mildred, depuis l’incident avec Isobel, qui avait enfin ouvert les yeux à la journaliste. Heureusement pour Roy, elle était une femme vénale avant tout, parfaitement consciente de ce qu’il apportait à leurs affaires, en gérant le casino et les trafics pour eux deux. Elle avait pris la sage décision de se concentrer uniquement sur leurs affaires communes, chose qui arrangeait bien Roy.

Conscients que leur futur majordome tiendrait un poste clé dans leur cabaret, ils avaient donc décidé de faire passer les entretiens ensemble. Que dire ? Merlin donne du courage aux candidats ! Car se retrouver face à un tel duo pouvait s’avérer rude. Ils en déstabilisèrent plus d’un, parmi la dizaine qu’ils firent passer dans la matinée. La rédactrice en chef de Multiplettes ne pouvait que manier à la perfection l’art de poser les questions difficiles, et Roy s’était toujours illustré dans celui de provoquer et se montrer parfaitement irritant. Il les jugea bien vite trop frêles. Il ne voyait rien d’autre qu’un homme de caractère pour ce poste, après tout, leur majordome devrait diriger une équipe entière de serveurs, s’assurer que tous les détails soient parfaitement huilés, tout en se montrant capable d’accueillir les clients avec toute l’obligeance exigée. Un homme qui devrait avoir le nez fin, et une main de fer, à la fois. Pour l’instant, la providence ne le leur avait pas encore posé sur leur route.

Après la pause déjeuner, Roy revint au cabaret avec une certaine lassitude qu'il ne masqua pas au moment de reprendre place sur la table qu'ils avaient aménagée simplement avec Mildred : deux chaises d’un côté pour eux, une en face pour l’interrogé. Il extirpa machinalement dans la pile de CV celui qui devait être le prochain, puis le posa sur la table sans le regarder, préférant se laisser aller contre sa chaise et desserrer sa cravate.

« Si on a autant de boulets que ce matin, je laisse tomber. Qu’est-ce que c’est chiant d’en écouter certains déblatérer sur leur vie sans intérêt » râla t-il, à l’adresse de Mildred. C’était surtout pénible de les écouter en restant désespérément assis sur une chaise. Ils auraient dû faire des épreuves, comme un jeu gigantesque, plutôt que des entretiens, au moins cela aurait été drôle à regarder. Cette idée farfelue fit naître un sourire sur les lèvres de Roy, qui reprit la parole : « On devrait essayer de nous amuser un peu, en fait. Pimenter les entretiens… »

Il n’eut pas vraiment le temps d’expliciter davantage son idée, le candidat suivant fut annoncé avec quelques minutes d’avance. Roy se leva pour l’accueillir dans le hall d’entrée. L’homme attendait debout, dans une stature polie, mais le trafiquant vit bien qu’il tentait d’attraper quelques détails du lieu. Bien, au moins il n’avait pas l’air effaré comme certains qu’il avait cueillis avant lui.

« Monsieur Nasser, le salua Roy en lui tendant la main, bienvenue. »

Désormais plus proche, il détailla rapidement le candidat d’un coup d’oeil. On ne pouvait lui reprocher son apparence, littéralement impeccable, mais c’était le minimum attendu venant de quelqu’un qui se présentait pour être majordome, estimait Roy. Il lâcha sa main et l’invita à le suivre vers le cabaret, qui avait une toute autre atmosphère lorsqu’il n’était pas bondé. Il n’y avait personne, hormis Mildred, assise à leur table, et quelques agents d’entretien qui agitaient leur baguette pour nettoyer le lieu avant l’ouverture. Roy guida Elias jusque la table où devait se dérouler l’entretien, puis l’invita à s’asseoir face à eux.

« Je vous présente Mildred Magpie. Nous sommes les co-gérants. »

Elias le savait sûrement déjà -ne pas le savoir aurait été une erreur de sa part, d’ailleurs- mais la politesse voulait que Roy fasse les présentations malgré tout. Il le laissa s’installer, puis posa la question classique des débuts d’entretien, sans aucune forme de préambule :

« Quelles sont vos motivations, monsieur Nasser ? Pourquoi notre établissement ? »

Tout en écoutant vaguement sa réponse, le coude sur la table, Roy survolait du coin des yeux le CV d’Elias, qui avait la particularité de ne mentionner que des expériences dans le monde moldu. Plus intéressé par cette originalité que par la réponse de l’homme, il lut un peu plus attentivement le dossier qu’il ne l’avait fait pour les candidats précédents, curieux de voir si quelque chose pourrait l’expliquer...



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur

En signe de lassitude, Mildred Magpie poussa un long et profond soupir, tout en fixant la porte du cabaret qui pour l'instant ne s'était ouverte que pour lui offrir des déceptions. Qui aurait pensé une seconde qu'un casting de Majordome se révélerait plus fastidieux à mener que celui d'une meneuse de revue. Dans le cœur de la co-gérante des Folies Sorcières, remplacer son Scribouillard n'était pas une mince affaire, tant ce dernier avait frôlé la perfection dans l'exercice de cette exigeante fonction. Depuis qu'elle l'avait congédié la sorcière rousse ressentait un immense vide, au point de se demander si cette décision ne se révélait pas être au final une erreur. Le fidèle petit Elfe de maison avait toujours répondu présent pour satisfaire le moindre de ses caprices, tout en sachant se démultiplier aux quatre coins de l'établissement de loisir sorcier. Être majordome était un métier à plein temps, où il fallait faire souvent abstraction de sa personne et de sa famille, pour se mettre au service de la clientèle; Dans l'art de se sacrifier, Scribouillard avait prouvé sa valeur et son professionnalisme...

Mais malheureusement pour l'Elfe de Maison renvoyé, l'héritière des Folies Sorcières pouvait se révéler d'une intransigeance impitoyable en cas de non-respect de certaines règles de travail. Un Majordome devait savoir faire preuve d'une grande discrétion, et ne porter aucune forme de jugement sur le mode de vie de ses employeurs ainsi que de sa clientèle, s'il souhaitait faire partie des meubles du Cabaret Magique. L'erreur fatale de Scribouillard fut justement de ne pas avoir su rester à sa place, quand la situation l'incombait. Même si la loyale petite créature lui avait révélé le pot au rose en pointant les frasques secrètes de son associé Roy Calder; Il n'aurait jamais dû le faire! Mildred se complaisait dans le mensonge, et préférait ignorer certaine réalité. Surprendre le couple en plein ébat avait été un traumatisme, dont elle n'était pas prête de se débarrasser. Si elle éprouvait une rancœur sans nom pour son associé et la vile Isobel Lavespère, elle préférait pour l'heure se laisser dicter sa conduite par son sens des affaires. Roy Calder la rendait riche, et la chargée de communication lui offrait une passerelle non négligeable avec le Ministère. Comme bien souvent, l'odeur des Galions suffisait à étancher les larmes de la rédactrice de Multiplettes...

Assises au côté de son associé de Roy Calder, les affaires reprenaient et cette fois-ci de manière plus professionnelle. Même si une part d'elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver une certaine attirance, Mildred était passée à autre chose. En l'occurrence, c'était le défilé des postulants majordomes qui la préoccupait! Cet entretien d'embauche tournait au fiasco, tant aucun des clowns qui franchissaient le seuil de la salle d'entretien ne répondaient aux attentes des deux gérants des Folies Sorcières. Dans son intégralité, la matinée avait été un échec que même la pause déjeuner et le chou à la crème de chez Eden n'avait réussi à faire digérer. Revêtant de nouveau l'uniforme de la chasseuse de tête, Mildred attendait un dénouement bénéfique et un candidat enfin digne d'occuper ce prestigieux poste de Majordome. Roy Calder, en homme d'action, s'impatientait également, et voulait donner une orientation plus ludique à cette tâche au combien ennuyeuse. Mildred partageait cette volonté, et ne retiendrait plus ses pensées de hyène journalistique. Tout en s'affutant ses ongles de panthère, elle agréa aux propos de son associé.

"Je partage ton avis, Roy, nous devrions rendre la chose plus excitante. Je n'arrive toujours pas à dissocier lequel des candidats matinaux s'est révélé le moins abject. Entre celui qui vivait toujours chez sa mère et zozotait, ou l'autre baleine proéminente qui ne voyait plus ses pieds depuis belle lurette. Une belle brochette de botruc! J'avoue que je commence à perdre patience. Tu vas chercher le suivant dans le hall afin que l'on puisse le cuisiner? "

Mildred souffla sur ses ongles vernies, tandis que Roy allait lui ramener un énième boulet, indigne de remplacer son Scribouillard. La sorcière éprouvait de la peine à voir l'elfe de maison n'occuper par sa faute, plus qu'une fonction de pigiste au sein de Multiplettes. Par Merlin, comme il avait l'air malheureux! Mildred avait toujours suspecté celui-ci d'être secrètement amoureux d'elle, et ce renvoi prenait pour lui une dimension très personnelle. Mais Mildred n'avait pas les travers du fils Pompadour, et ne pouvait accepter ce genre d'épanchement malsain. Elle sortit un petit miroir, juste pour une dernière inspection esthétique, et se tourna à nouveau vers la porte, d'où Roy revenait avec un nouveau prétendant au poste de Majordome...

Immédiatement le nouvel arrivant fut passé au crible, Mildred Magpie cherchant la moindre imperfection vestimentaire où le détail mortel qui achèverait l'entretien avant même que celui-ci ne commence. Au moins ce candidat avait pris soin de sa tenue : Pas de faux-plis, nœud de papillon correctement exécuté, coiffure soignée... Non, il n'avait pas lésiné sur les apparences et fait preuve d'un effort manifeste pour soigner son image. La co-gérante des folies sorcières dénota le teint hâlé du postulant, qui trahissait des origines plus ensoleillées. Cet exotisme n'était pas pour lui déplaire, tant la femme d'affaire appréciait que ses clients aient l'impression de pénétrer dans un autre monde qui contrastait avec la grisaille quotidienne de Bristol. Mildred laissa Roy faire les présentations, et sans même se lever, les jambes entrecroisées dans une posture de reine du Cabaret; Elle allongea sa main effilée dans l'attente d'un baisemain distingué et sans l'ombre d'une fausse note de la part de celui qui voulait prétendre au poste de Majordome. Il s'agissait d'un premier test, et pas le moindre, tant la technique du baisemain revêtait une certaine maitrise. Elle ajouta à sa présentation une once d'humour, qui en réalité n'en était pas une, tant elle reflétait les futures relations qu'elle entendait nouer avec son futur Majordome.  

"Mildred Magpie, Co-gérante des Folies Sorcières et accessoirement votre éventuelle patronne esclavagiste... "  

Voilà qui annonçait la couleur. Tout en laissant, son associé posé la première pierre de l'entretien, en posant une question sur les motivations de ce Elias Nasser. La sorcière rousse écouta à moitié les explications de celui-ci, sachant qu’il les avait très certainement répétées et apprises à l'avance. Cela n'avait rien de spontané, et ne révélait rien de concret sur les véritables compétences de ce candidat. Rien de mieux que l'inattendu. D'un revers de la main, Mildred Magpie fit volontairement déraper sa Plume dorée qui chuta au sol. Plutôt que se baisser, la vile co-gérante arqua un sourcil circonspect en direction de celui qui espérait devenir le futur taulier des Folies Sorcières.

"Oooooopsy! Par la fée Morgane comme je peux me montrer maladroite... "

Sans se soucier de couper la parole au candidat, elle lui adressa un petit geste du regard en direction de la plume, pour qu'il vienne se courber devant celle qui deviendrait peut-être sa future patronne...


Elias NasserMolduavatar
Messages : 33

Voir le profil de l'utilisateur
Elias suivit Roy Calder sans un mot de plus maintenant que les politesses avaient été échangées. Il se doutait que l'homme ne réaliserait pas l'entretien seul. Après tout l'établissement était co-géré par Mildred Magpieet il aurait été étonnant que le choix du nouveau Majordome se fasse par seulement l'un des deux propriétaires. Un léger sourire aimable se dessina sur ses lèvres lorsque Calder lui présenta son associée. Il se saisit de la main manucurée qu'elle lui tendit et y déposa un élégant baise-main. Ce genre de pratique n'était pas chose courante pour un employé, la plupart du temps, ils se contentaient de baisser le buste devant les clients. Pour montrer leur respect et leur soumission en quelque sorte. Ils étaient là pour les servir après tout.

Heureusement pour lui, il avait été élevé de manière très protocolaire à cause de son père. Ce qui faisait qu'il maîtrisait parfaitement l'art du baise-main. Ne surtout pas poser ses lèvres sur la main. On reconnaissait souvent les amateurs des vrais professionnels à ce geste. Il se redressa et esquissa un léger sourire poli avant de prendre place sur son siège.

"Miss Magpie, ce serait un honneur de vous servir."

Il posa son regard sombre sur la co-gérante de l'établissement et en conclut qu'elle ne semblait plaisanter qu'à moitié. Tout dans sa posture et son physique annonçait la couguar acariâtre qui exigeait que le moindre de ses désirs soit réalisé. Toutefois, il savait que cet établissement était sa dernière chance de réussite. Et malgré une patronne tyrannique, il comptait bien obtenir le poste. Même si il semblait que l'entretien serait rude. Il tourna son attention sur Roy Calder alors que ce dernier lui posait la première question. La plus basique. Celle que tout le monde posait lors d'un entretien.

"Après avoir passé l'essentiel de ma carrière dans le monde moldu, j'ai eu envie de retourner vers mes racines. Les Folies Sorcières présentent tout ce que l'on attend d'un établissement de Haut Standing et c'est ce qui m'a poussé à poser ma candidature. Sans vouloir paraître présomptueux, j'ai une bonne connaissance..."

Elias n'eut pas le temps de terminer sa phrase, du coin de l'oeil, il avait pu observer le manège de Mildred Magpie et se fut sans surprise qu'il vit la plume tomber au sol. Sans attendre, il se courba pour récupérer la plume et la tendit à sa propriétaire avec un sourire aimable. Ses excuses tout comme son regard ne l'avait pas trompé, c'était exactement ce qu'elle attendait de lui.

"Il n'y a pas de mal, Madame."

Il se réinstalla, le dos droit, sur sa chaise avant d'attendre la future question qui ne tarderait sans doute pas à tomber. Il sentait qu'ils allaient le tester, peut-être même essayer de l'intimider pour voir de quel bois il était fait. Mais il ne se laisserait pas déstabiliser. Il s'était laissé emporter une fois et il n'était pas prêt de recommencer. Les conséquences avaient été beaucoup trop lourdes à son goût.

Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Roy retint un sourire de fleurir sur ses lèvres, alors que Mildred se présentait comme la patronne esclavagiste. Le candidat allait sûrement prendre cette entrée en matière comme une façon de l’intimider, ce qui ne serait pas faux, mais le trafiquant ne doutait pas du fait que Mildred ne plaisantait pas vraiment : elle n’avait pas son pareil pour piquer des caprices de diva, ce dont les employés n’osaient se plaindre, mais Roy n’était pas aveugle. Il était peut-être le chef de la mafia, mais il avait bien compris qu’il passait pour le plus « sympa » des deux gérants. Tout était relatif, il n’était en effet pas aussi tyrannique que son associée.

Intrigué par la mention d’expériences uniquement moldues, l’attention de Roy s’était reportée sur la lecture du CV. Il ne vit pas immédiatement le jeu auquel jouait Mildred avec sa plume, n’en prit conscience que lorsque le début de discours d’Elias s’interrompit. Roy sortit de sa position nonchalante accoudée à la table pour observer l’échange entre les deux, sans retenir son sourire cette fois, en se remémorant ce qu’avait dit Mildred plus tôt. Rendre la chose plus excitante, hein ? C’était son jeu préféré. Cela commençait par les questions difficiles.

« Monsieur Nasser, reprit-il, sans insister davantage sur la question de ses motivations qu’il avait dû répéter de toute façon vingt fois face à un miroir. Je vois ici et vous dites également que vous n’avez travaillé que dans des hôtels moldus. Pourquoi donc ? »

Et parce que la meilleure façon de déstabiliser quelqu’un après être rentré dans le vif du sujet était de commencer à répondre à sa place, Roy renchérit sans lui laisser vraiment le temps de prendre la parole :

« Oh, j’imagine qu’il n’y a pas de trente-six réponses possibles. Soit vous avez volontairement rejeté vos racines sorcières pour une raison x ou y, dans ce cas-là, vous avez le désavantage d’avoir du retard à rattraper par rapport aux autres, le temps de vous acclimater à un monde qui n’est plus le vôtre. Soit vous n’êtes pas autorisé à pratiquer la magie, et si c’est le cas, nous allons bien gentiment vous demander de nous exposer votre casier judiciaire, déclara t-il avec le sourire aimable de celui qui n’avait évidemment rien à se reprocher de ce côté-là. Soit… Eh bien, soit vos capacités magiques sont tout simplement insuffisantes pour travailler dans le monde sorcier. »

Des sorciers médiocres incapables d’aligner un Stupéfix, il y en avait beaucoup, en général, on les employait aux tâches de bureau qui ne nécessitaient pas de capacités particulières à part trier des dossiers. Le plus souvent, ils finissaient par travailler dans le monde moldu, où ils pouvaient au moins échapper aux regards condescendants de leurs collègues, où il n’était pas handicapant ou anormal de ne pas savoir utiliser de baguette magique. La société sorcière avait beau se réclamer de faire avancer les droits et les moeurs -surtout depuis que le FREE était au pouvoir-, il y avait en réalité encore beaucoup de sujets tabous et les Cracmols continuaient d’être vues comme des personnes diminuées.

« En tout cas, j’ai l’impression que cela ne pose que des problèmes » conclut-il sans rien perdre de son sourire tranquille et léger, alors que son regard perçant ne cachait pas sa volonté de sonder leur candidat et l’invitait à tenter de le démentir… S’il osait.
Spoiler:
 



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

M(adame)onsieur est servi(e) [Mildred, Roy & Elias]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» M(adame)onsieur est servi(e) [Mildred, Roy & Elias]
» Le roman de Mildred Pierce.
» Mrs. Mildred Aristide is Scrary!!!
» [Distribution] Hors-Série : Premier arrivé, premier servi !
» serveuse agressée par un RAMADIEN pour avoir servi de l'alcool...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-