AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Secrets de préfets [Maeva & Noah]

Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 235

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Noah Forester le Lun 29 Juin 2015 - 14:27, édité 2 fois
14 novembre 2008

Leur nouveau sous-directeur, Adonis Greengrass, semblait mettre un point d’honneur à ce que la discipline soit respectée dans l’école. Noah ne savait que trop penser de leur nouveau professeur. Il avait beau être jeune, il était incroyablement rigide et strict, chose que déploraient beaucoup d’élèves, les Gryffondor notamment, bien connus pour leur dédain de la discipline. Noah avait toujours été un élève sage, il n’avait par conséquent aucun ennui avec Greengrass, mais certains de ses amis s’étaient plusieurs fois retrouvés en retenue avec lui et n’en étaient pas ressortis ravis.  Beaucoup critiquaient ses punitions excessives. Pour certains, leur nouveau sous-directeur leur rappelait un peu trop le mauvais souvenir d’Ana Sorden, les critiques pleuvaient à son sujet.

Parallèlement, Greengrass avait le soutien de nombreux autres élèves qui considéraient que la discipline avait été trop lâche, ces dernières années. Noah et Maeva en savaient quelque chose, le meilleur exemple étant Marlene Barclay, leur préfète en chef plutôt… très zélée. Elle souhaitait absolument satisfaire leur sous-directeur. Elle ne laissait rien au hasard, et tenait à ce que le planning des rondes soit parfaitement respectée, quand James Carter, lui, était bien plus coulant. Noah n’avait pour le moment aucun ennui avec eux, il s’efforçait d’exécuter correctement ce que l’on attendait de lui, comme toujours. Et puis, il n’était pas à plaindre quand il avait la chance de pouvoir faire sa ronde avec sa petite amie, comme ce soir-là.

Après avoir renvoyé dans leur dortoir deux Poufsouffle de troisième année qui traînaient encore dans les couloirs, Noah revint trouver Maeva. Il y avait des soirs où être préfet lui pesait un peu, surtout en fin de semaine, après un cours physiquement fatiguant comme celui des Soins aux Créatures Magiques. Une fois à sa hauteur, il rangea sa baguette dans sa poche, et se mit à soupirer.

« Pff, vivement qu’on retourne à la salle commune, j’ai qu’une envie, c’est de m’affaler sur un canapé, les cours de Greengrass sont juste épuisants. »

Râler, le passe-temps préféré de Noah. Maeva avait l’habitude maintenant. Ils reprirent leur marche, habitués à présent à faire ces rondes interminables où il ne se passait jamais rien -tout juste un Peeves qui voulait leur mettre des bâtons dans les roues, de temps en temps. Quand il faisait ses rondes avec d’autres préfets, Noah s’ennuyait mortellement, la conversation se tarissant vite. Avec Maeva, c’était différent, c’était finalement une occasion en or de pouvoir passer un peu de temps avec elle, sans que personne ne puisse les déranger et on ne pouvait pas leur reprocher d’en avoir souvent profité… Le sourire aux lèvres à cette pensée, Noah passa un bras autour de ses épaules et se pencha vers elle, comme s’il allait lui faire une confidence. Une pensée lui avait traversé l’esprit tout à l’heure, en parlant avec leurs Préfets en chef, et il était sûr que Maeva avait remarqué la même chose que lui. Il avait simplement attendu d’être seul avec elle pour lui en parler : c’était chose faite.

« T’as remarqué comment Marlene regarde James, parfois ? Ca te dit un petit pari ? Je mets un Gallion qu’ils se mettent ensemble avant Noël ! »


Maeva HellsoftPréfèteavatar
Messages : 154

Voir le profil de l'utilisateur
Être préfète n'était pas une tâche aisée, Maeva s'en rendait compte un peu plus chaque jour. Certes, il y avait des avantages, mais elle se demandait si elle n'aurait pas préféré être une élève lambda que faire partie des préfets et devoir obéir aux ordres d'Adonis Greengrass. Elle ne supportait pas ce dernier, tant à cause de ses punitions injustes que de la manière dont il marchait dans Poudlard : comme si tout lui appartenait, eux y compris. Avec l'arrivée du professeur Greengrass, les choses à Poudlard avaient changées : le règlement était devenu plus strict, et les préfets avaient vu leurs tâches augmenter. En plus des leurs rondes habituelles - qui étaient plus nombreuses - on leur avait donné le droit de retirer ou d'ajouter des points aux maisons, ce qui était, en soit, une assez lourde responsabilité. Comment juger qu'un élève avait commis une faute assez grave pour lui retirer dix, ou quinze points ? Étonnement, la jeune fille n'avait pas apprécié plus que cela ce droit, ce pouvoir, qu'on avait placé entre ses mains. Par conséquent, elle l'utilisait peu.

A vrai dire, elle n'en avait pas réellement besoin : les couloirs étaient souvent silencieux, et il était rare qu'un fauteur de trouble vienne perturber leurs rondes. Le plus souvent, ils avaient affaires à des élèves qui étaient restés trop longtemps dans la grande salle, ou à des amoureux qui avaient perdu la notion du temps. Dans ce cas, ils se chargeaient seulement de les renvoyer dans leurs dortoirs respectifs. Oui, Poudlard était étrangement calme, en ce moment, chose qui était assez rare pour être remarquée. Toutefois, ce soir, Maeva n'allait pas s'en plaindre : elle n'attendait rien de plus que de retrouver la salle commune si chaleureuse des Gryffondor et ses canapés confortables... En effet, après un cours de Soins aux créatures magiques exténuants, la jeune fille avait à peine eu le temps d'avaler son dîner qu'elle avait dû partir à la rencontre des deux préfets-en-chef, avant d'aller faire sa ronde du soir. Heureusement, son binôme était Noah, ce qui rendait cette ronde bien plus enthousiasmante. Ce dernier justement, venait de renvoyer deux élèves dans leur dortoir, et revenait vers elle.

"M'en parle pas..." soupira Maeva lorsque Noah mentionna les cours de soins aux créatures magiques. "Et en plus avec la tonne de devoirs qu'il nous donne, on va encore passer le week-end à faire des recherches obscures à la bibliothèque..." râla-t-elle - parce que la bibliothèque n'était pas réellement le lieu dans lequel elle aimait passer ses samedi, plongée dans de gros ouvrages compliqués et poussiéreux.

Enfin, songea Maeva en se laissant attirer contre son petit-ami tout en lui adressant un sourire, ce n'était pas comme si elle pouvait faire quelque chose pour réfréner cette manie que Greengrass avait de les couvrir de devoirs - après tout, comme leurs professeurs disaient tous, ils passaient leurs BUSEs cette année ! Quoi de plus important que de travailler ? Maeva en trouvait facilement, des choses plus importantes que de travailler, et l'une d'elle était de passer du temps avec Noah. C'était d'ailleurs tout l'avantage de leur rôle de préfet, et la jeune fille avouait qu'elle ne se gênait pas pour en profiter - les occasions d'être seuls étaient bien trop rares.

"Je ne te savais pas commère ! Je t'influence ?" plaisanta Maeva, avant d'ajouter : "Je suis d'accord avec toi ! Ils ont une drôle de manière d'agir, ces deux-là... Toujours à se chamailler et à s'échanger des regards suspects ! Allez, je suis. Je parie un Gallion qu'ils se mettent ensemble en janvier 2009 ! Faut bien leur laisser le temps..." rit Maeva. "Et je parie également que Neils et Lisa ne seront toujours pas ensemble avant cet été..." ricana Maeva. Les deux amis semblaient bien partis pour passer toute l'année à se tourner autour !

Arrêtant d'avancer, Maeva retint Noah par la main et se hissa sur la pointe des pieds pour l'embrasser longuement, avant de se détacher de lui pour lui offrir un sourire. Elle se remit ensuite à marcher, sa main dans celle du jeune homme. Seuls les bruits de leurs pas troublaient le silence - cela ne l'étonnait guère, la seule personne - si on pouvait dire ça comme ça - qu'ils auraient pu s'attendre à rencontrer était Peeves.

"En parlant de nos chers préfets-en-chef... T'en pense quoi de ce qu'ils nous ont dit tout à l'heure ? Tu sais, du fait que Greengrass veut recruter d'autres préfets ? Enfin, pas réellement des préfets, mais des élèves qui seraient membre d'une sorte de brigade, pour "faire régner l'ordre et la discipline...?" " demanda Maeva en jetant un regard en coin à son petit-ami.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 235

Voir le profil de l'utilisateur
Ce qui était bien avec Maeva, c’était que Noah pouvait râler en choeur avec elle. Ah ils en avaient passé des journées à critiquer ensemble absolument tous leurs professeurs -et certains de leurs camarades ! C'était peut-être Noah qui exerçait une certaine influence sur elle, bien que Maeva avait toujours été encline à protester.

« On le fera ensemble, si tu veux » proposa t-il, quand elle se plaignit de devoir passer son week end à la bibliothèque, chose qui le dérangeait moins, lui.

Il l’attira à lui, répondant à son sourire. Noah ne l’aurait jamais cru les années passées, lorsqu’il était encore dans une période de rejet de cette espèce étrange qu’était une fille, mais avoir une petite amie changeait tellement de choses. Passer du temps avec Maeva était une source continuelle de plaisir, il se surprenait souvent à avoir hâte que la journée se termine pour la retrouver au parc ou dans la Grande Salle. C’était comme avoir une motivation constante, pour quelqu’un d’aussi pessimiste et grincheux que Noah, l’expérience était toute nouvelle et surtout très agréable. A vrai dire, on ne l’avait jamais vu sourire autant dans la journée depuis qu’il sortait avec Maeva. Oh leurs amis les avaient charriés bien sûr, mais quelle importance ? Ils étaient parfaitement heureux comme ça.

« Tu as une mauvaise influence sur moi, je l’ai toujours dit » la taquina t-il, en ricanant. Il fut ravi de la voir suivre son pari, et s’apprêtait à reprendre la parole, lorsque Maeva évoqua leurs amis communs, Nils et Lisa, ce qui le fit rire doucement. « Oh il faudrait peut-être faire quelque chose pour eux, d’ailleurs. Ils ont été les premiers à se moquer de nous, mais franchement, tout le monde a deviné qu’ils se plaisent mutuellement sauf eux, on dirait. Ils vont nous détester mais… Faut leur arranger un coup. » conclut Noah, avec un sourire un brin machiavélique.

Il y avait pensé plusieurs fois, il en avait même discuté avec son meilleur ami William, et ils commençaient à songer à faire en sorte que les deux tourtereaux se retrouvent seuls, à leur prochaine sortie à Pré-au-Lard. Son sourire s’éteint sur les lèvres de Maeva, lorsqu’elle se hissa sur la pointe des pieds pour l’embrasser. Noah passa ses bras autour de sa taille, pour mieux profiter de cette étreinte. L’embrasser lui procurait toujours le même bien-être, il ne s’en lassait pas. Apprécier les petits plaisirs simples était justement une chose qu’il avait appris avec elle. Auparavant, il était difficile d’arracher un sourire au Gryffondor.

Pour autant, tout n’était pas rose dans leurs journées, la question que lui posa Maeva ensuite leur rappela l’ambiance un peu tendue qui régnait à l’école, ces derniers temps. Ce que James et Marlene leur avait révélé plus tôt avait fait réfléchir Noah. Il n’était pas du tout le genre à se rebeller, mais cela ne l’empêchait pas d’avoir un avis désapprobateur sur certaines questions.

« Je trouve ça excessif, répondit-il. J’veux dire, on fait déjà plus que ce que les préfets faisaient les autres années, je vois pas l’intérêt de rajouter une autre brigade pour veiller à la discipline. Je comprends pas de quoi Greengrass a peur, Poudlard est plutôt calme ces derniers temps… J’ai l’impression qu’il veut absolument tout contrôler dans le château. Ca me rappelle un peu Sorden, j’aime pas vraiment ça, avoua t-il, en grimaçant. Et toi ? »


Maeva HellsoftPréfèteavatar
Messages : 154

Voir le profil de l'utilisateur
« Leur arranger un coup ? Ils vont nous détester ! » s’exclama Maeva en riant – et c’était vrai. « Je suis carrément partante… » finit-elle par déclarer.

Il fallait dire que Neils et Lisa semblaient avoir décidé de se tourner autour pendant des mois, sans que l'un d'eux ne se décide à faire le premier pas. Pourtant, c'était clair pour Maeva, Noah, et toute leur bande de copains : ils se plaisaient. Et il n'y avait bien que les deux concernés pour prétendre le contraire ! Et puis, cela leur ferait une petite revanche, car, comme le faisait remarquer Noah, ils avaient été les premiers à les charrier - avant qu'ils se mettent en couple, et encore aujourd'hui. Mais, lorsque cela arrivait, la jeune fille se contentait de répliquer que ce n'était pas elle qui se mettait à tortiller une mèche de ses cheveux lorsqu'elle parlait à un certain garçon de Gryffondor... A chaque fois, Lisa protestait - et surtout, elle devenait toute rouge.

Peut-être, qu'enfin, arrêterait-elle de se moquer d'elle parce qu'elle avait un petit-ami, alors qu'elle jurait, quelques années plus tôt que jamais on la prendrait à rêvasser d'un garçon ! Pourtant, c'était plutôt agréable, d'avoir quelqu'un à qui se confier, contre qui se blottir, songea Maeva, enlacée contre Noah. Elle avait mis quelques temps à s'habituer à cette idée, mais elle y était parfaitement accoutumée à présent, et la présence constante du jeune homme lui faisait le plus grand bien. Elle se sentait plus apte à réagir posément, et se sentait plus apaisée, comme s'il avait une influence positive sur elle - en soit, elle n'en avait jamais douté. Mais le fait d'avoir compris les sentiments qu'elle éprouvait pour Noah l'avait aidé à avancer, à se faire à la jeune fille qu'elle était en train de devenir. Oui, définitivement, Maeva avait quitté l'enfance - et si elle avait eu dû mal à s'habituer au début, elle se sentait à présent parfaitement bien à ce sujet.

La jeune fille sortit de ses pensées lorsqu'ils évoquèrent le sujet délicat d'Adonis Greengrass, et Maeva fut grandement soulagée en entendant l'opinion de Noah : au moins, ils étaient d'accord sur ça ! Elle hocha vigoureusement la tête pour approuver les paroles du jeune homme. Quelle idée de donner autant d'autorité à tant d'élèves ! C'était parfaitement stupide !

"C'est exactement ça, on dirait Sorden ! Et puis franchement... Veiller à quelle discipline, exactement ? Le château n'a jamais été aussi calme depuis longtemps ! De toute façon, tous les élèves un tant soit peu perturbateurs sont collés jusqu'à janvier, au moins." exagéra Maeva, en grimaçant en songeant aux punitions abusives d'Adonis Greengrass. "Je ne sais pas ce qu'il cherche... Prouver qu'il peut faire preuve d'autorité, même s'il est jeune ?" demanda Maeva, en fronçant les sourcils. "Ou alors c'est peut-être le Ministère qui veut ça..."

Il y avait des bruits qui courraient dans les couloirs, des suppositions qu'on chuchotait dans les salles communes. Adonis Greengrass aurait été envoyé là sur ordre de leur  nouveau ministre de la magie. En soit, ce n'était pas stupide, et Maeva avait adhéré à la théorie, qui n'était pas sans rappeler la venue de Dolores Ombrage dans l'enceinte de Poudlard des années auparavant.

"Renforcer la surveillance, ce serait bien une démarche du ministère..." lâcha Maeva d'un ton sombre.

Le bouclage de Bristol était dans tous les journaux, dans toutes les conversations. Après les derniers évènements, on ne pouvait pas blâmer la population de se montrer méfiante.

"C'est complètement fou ce qu'il se passe dehors..." commenta Maeva en glissant un regard vers Noah, curieuse de connaître son avis sur la situation.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 235

Voir le profil de l'utilisateur
Noah sourit légèrement en l’entendant affirmer avec véhémence que les perturbateurs étaient collés jusque janvier. Bien sûr, elle exagérait, mais l’idée n’en était pas si loin. Greengrass avait tendance à distribuer les retenues comme des brioches. La patience n’était pas son fort à cet homme, il maintenait la discipline dans sa classe par la peur, finalement. Si cela était assez efficace, il fallait le reconnaître, ce n’était pour autant pas une méthode louable. Combien d’élèves se rendaient en cours de Soins aux Créatures Magiques à reculons ? Bien sûr, il y avait ceux qui tiraient tout à fait profit de la situation en jouant les fayots, car Greengrass avait une nette tendance à avoir ses chouchous.

« C’est bien possible, dit Noah, lorsque Maeva émit l’hypothèse qu’il cherchait à asseoir son autorité, malgré son jeune âge. En plus, comme il est nouveau et qu’il a été directement propulsé au rang de sous-directeur, il a peut-être l’impression qu’il doit se montrer sévère pour se faire respecter. On dit qu’il a jamais enseigné avant, donc possible qu’il ait juste des méthodes pédagogiques foireuses, aussi. »

Noah et son tact légendaire. Les hypothèses suivantes de Maeva le firent réfléchir. L’annonce du bouclage de Bristol la veille était dans tous les esprits, bien sûr. Il y avait les rumeurs les plus folles au sujet de la ville chaude, Noah avait entendu la veille un garçon de Poufsouffle affirmer qu’elle était littéralement à feu et à sang et que des mafieux là-bas égorgeaient des enfants sur la place publique. Encore un lecteur de Multiplettes qui ne savait pas faire la différence entre mythe et réalité…

« Oui, on dirait que la situation est pire que pendant le mandat de Fiennes… Sinon, comment expliquer que le ministre ait gardé les pleins pouvoirs, si la situation n’était pas grave et urgente ? J’ai l’impression que le ministre a plein de bonnes intentions mais qu’il emploie des méthodes trop dures. Je ne sais pas si boucler Bristol va suffire à calmer la situation, ça risque plutôt de l’envenimer, non ? Ils font ça pour arrêter les criminels qui se cachent là-bas, mais en attendant, ils prennent toute la population en otage. »

On ne parlait que d’émeutes et de manifestations à Bristol, depuis le vingt-et-un septembre. Qui pourrait accueillir positivement cette décision de fermer les accès à la ville, là-bas ? Quand bien même on leur assurait que c’était pour leur bien, les habitants protesteraient forcément, et Noah ne pouvait que les comprendre.

« Y en a même qui commencent à parler d’atteinte aux libertés fondamentales. Pour ce point, Noah ne savait que trop penser. Il avait l’impression que les grands mots étaient dans les deux camps, mais c’était peut-être lui qui avait une façon trop rationnelle de voir les choses. Après, les gens râlent, mais il faudrait proposer des solutions aussi. On ne peut pas nier que Marchebank essaye de faire bouger les choses, au moins. »

Noah, grand pessimiste qu’il était, ne croyait de toute façon pas en la politique. Elle apportait toujours son lot d’ennuis, et le peuple n’était jamais content, quelque soit le pouvoir en place. Non, Noah ne croyait pas en cette grande utopie d’une paix sociale et d’un pays uni dans la démocratie, l’histoire le leur avait prouvé, c’était toujours la même chose : chacun n’avançait que selon ses intérêts et prêtait la sourde oreille à ce qu’il ne voulait pas entendre. Pourquoi serait-ce différent cette fois-ci ?


Maeva HellsoftPréfèteavatar
Messages : 154

Voir le profil de l'utilisateur
"Ça doit être ça, oui." ricana Maeva lorsque Noah évoqua les "méthodes pédagogiques foireuses" d'Adonis Greengrass. "Et puis il a une façon d'imposer sa présence, comme s'il régnait sur le château, du haut de ses vingt-quatre ans ! Je n'aime pas ça." déclara-t-elle en croisant les bras.

De base, Maeva avait tendance à juger assez rapidement les gens qu'elle rencontrait, mais encore plus ceux qui avaient une autorité sur elle. Oh, elle était ouverte d'esprit, ce n'était pas le problème, et elle pouvait parfaitement changer d'avis sur une personne ! Mais le sous-directeur, dès ses premiers cours, lui avait déplu. Elle l'avait trouvé trop froid, trop distant, trop sûr de lui, trop orgueilleux... Et depuis l'année Sorden, son attention s'était d'autant plus portée sur leurs professeurs. Il était absolument hors de question d'avoir un autre professeur comme elle ! Les Gryffondor en avaient déjà pâti une fois, et n'avaient aucune envie d'avoir à nouveau un tyran comme professeur... Ce qui pouvait parfaitement se comprendre. A présent, tous leurs directeurs de maison passeraient pour des agneaux.

"C'est ça !" approuva Maeva. "Ils prennent tout Bristol en otage, en essayant de faire passer ça pour un sauvetage. Pour moi, ils cherchent juste à concentrer le problème dans une seule ville. Alors d'accord, la pègre est surtout concentrée à Bristol mais que font-ils du reste de la population ? Les commerçants, les familles, les étudiants... ? Ils se retrouvent du jour au lendemain enfermés dans une ville, avec tous les trafiquants, et sans la possibilité de transplaner ! Fallait pas s'attendre à rassurer la population bristolienne." lâcha Maeva en levant les yeux au ciel.

Alors évidemment qu'il y avait de bons côtés à ça, notamment les arrestations de masse que les Aurors allaient enfin pouvoir faire. Mais en attendant... En attendant, cela ressemblait juste à une mauvaise idée - à une très très mauvaise idée approuvée par le Ministère, par l'autorité, par Merlin ! Maeva lâcha un petit soupir et reporta son attention sur Noah et approuva toutefois ses paroles d'un hochement de tête. C'était bien vrai qu'au moins, Marchebank essayait de trouver des solutions pour redresser l'Angleterre, ce que Fiennes avait été bien incapable de faire. Pour autant, est-ce que ces solutions valaient réellement la peine ? N'allaient-elle pas simplement couler encore un peu plus l'Angleterre ?

"Après, il faut dire que le peuple n'est que rarement écouté, lorsqu'il propose des solutions... On n'en serait pas arrivé au Bloody Sunday, sinon." fit remarquer Maeva. "Les politiciens sont trop proches de leur pouvoir pour écouter les réclamations ! Et Marchebank ne semble pas faire exception à la règle."

De toute façon, tous les politiciens avaient beau prétendre être différents les uns des autres, ils se ressemblaient tous sur leur façon d'agir.

"Dans un sens, heureusement qu'on est coincés à Poudlard... Quoique, comme le ministère a une prise sur l'école, maintenant, on n'est sûr de rien." déclara Maeva. "On verra bien comment ça se passe par la suite, mais toute cette histoire de pleins pouvoirs ne me plait vraiment pas..."

Elle garda le silence quelques instants. Puis finit par glisser sa main dans celle de Noah, et haussa les épaules.

"Cette ronde est vraiment calme." fit-elle remarquer. "Encore plus que les autres, je veux dire !" rit-elle. "Les élèves de Poudlard auraient-il appris à respecter le couvre-feu ? Je suis sûre que c'est à grâce à nous. On forme quand même un super duo de préfets !" lâcha-t-elle avec un sourire en coin.



Avatar : praimfaya sur Bazzart
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 235

Voir le profil de l'utilisateur
Noah reconnaissait bien Maeva dans la façon qu’elle eut de rejeter l’autorité de Greengrass, en le taxant d’homme arrogant. Noah, lui, n’avait jamais cherché à défier l’autorité, il était plutôt du genre à intérioriser, et se faufiler pour ne pas se faire remarquer. Un peu comme il avait fait lors de la montée d’Ana Sorden. Désapprobateur de ses façons de faire, mais préférant largement laisser des plus rebelles que lui s’occuper de manifester : son instinct de conservation.

« C’est sûr, confirma Noah, lorsque sa petite amie lui fit part de son ressenti sur Bristol. On peut pas nier qu’ils aient obtenu de bons résultats, après tout, plein de trafiquants se sont fait emprisonnés, et la ville est beaucoup plus calme si on en croit les journaux. Mais c’était carrément brutal comme façon de faire, j’espère qu’ils comptent pas mettre sous blocus toutes les villes qui posent problème ! »

Il le disait sur un ton plaisantin, mais au fond, les inquiétudes étaient réelles. Noah ne faisait pas encore totalement confiance à leur nouveau ministre, et à sa Milice. Cela dit, il n’avait jamais fait confiance à quelque personne de pouvoir que ce soit, et il avait largement tendance à voir les verres à moitié vides plutôt que pleins. De nouveau, il approuva d’un hochement de tête lorsque Maeva déclara que Marchebank était un politicien comme les autres, attachés à leur pouvoir.

« C’est exactement le problème, tant qu’on aura pas quelqu’un qui se soucie plus du pays que de ses ambitions personnelles, on en sera toujours au même point. A chaque fois, j’ai l’impression que c’est la même mascarade, on nous promet plein de trucs et au final, c’est juste un coup de pub pour faire élire quelqu’un qui va apporter autant de solutions que de nouveaux problèmes. »

Ah ça, Noah n’était pas du tout fait pour aimer la politique, profondément rebuté par tout ce qui lui semblait baigner dans le mensonge et la ruse pour exister. Pessimiste, il portait un regard distant sur son monde, à la fois analytique, désabusé et quelque part, utopiste, comme celui qui rêvait d’une meilleure société, tout en sachant qu’elle n’existerait jamais, parce que Noah avait tant observé de personnes autour de lui qu’il savait ce qu’était la nature humaine : inévitablement égoïste, pas suffisamment rationnelle et malheureusement amnésique des erreurs passées.

Le geste de Maeva vers lui finit par le tirer de ses grises pensées, il effaça cet air concentré sur son visage pour lui sourire.

« Le meilleur même ! affirma t-il en serrant sa main dans la sienne. On pourrait presque se prendre une petite pause quelque part. Près des escaliers, ça te dit ? »

Finalement, sa relation avec Maeva devait être la seule chose qui lui apportait ce qui lui manquait cruellement : un peu d’insouciance et d’optimisme.
FIN DU RP


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Secrets de préfets [Maeva & Noah]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» La vie a ses secrets! qui en connait le bout ? Néo-classique.
» Les préfets de Serdaigle
» Yannick Noah
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Couloirs,-