AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 A choisir, j'aurais préféré une autre perruche [Leopold & Dave]

Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Dave Marchebank le Dim 16 Nov 2014 - 12:50, édité 1 fois
7 novembre, à Pré-au-Lard, Au Capricorne Bleu (taverne)

Dave franchit le pas du Capricorne Bleu en soufflant un coup, pris de court par la différence de température entre l’intérieur chaleureux et le dehors quasi-hivernal. Le temps s’était considérablement refroidi, ces derniers jours, les écharpes étaient déjà de sorties. Dave avait prévenu Emma qu’il ne pourrait pas passer ce week end avec elle. Quelques jours plus tôt, son père lui avait envoyé un hibou pour le prévenir qu’il souhaitait le voir, sans réellement expliquer le motif de sa visite. Il avait simplement parlé d’une discussion entre père et fils. Dave n’était pas dupe. Son père ne venait pas simplement prendre de ses nouvelles, il devait avoir quelque chose d’important à lui dire pour qu’il ait tenu à faire le déplacement, malgré  toutes les difficultés que cela pouvait présenter pour un ministre.

Pour le moment, le Serpentard était surtout intrigué, un peu méfiant, même -il se méfiait des « nouvelles » de son père, depuis la dernière en date qu’il avait du difficilement avaler- mais  malgré tout, un sourire étira ses lèvres lorsqu’il aperçut Leopold assis à l’une des tables, près de la cheminée de la taverne. Il ne pensait pas revoir son père avant Noël. On parlait désormais si souvent de lui dans les journaux que Dave brûlait encore plus d’impatience de retrouver sa famille, à chaque vacances, pour discuter de tout ça de vive voix, car ce n’était jamais la même chose, derrière des lettres.

« Bonjour Papa, le salua t-il, en lui offrant une étreinte, avant de s’asseoir. Un frisson secoua ses épaules, tandis qu’il se débarrassait de sa cape. Brr, il fait un froid en ce moment… Ca va, toi ? C’était pas trop compliqué de venir ? J'imagine que tu as beaucoup à faire... »
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold offrit l'un de ses rares sourires sincères à son fils lorsqu'il l'apperçut à travers la taverne où ils avaient convenu de se retrouver. Une bouffée d'affection l'envahit lorsque Dave lui offrit une de ses toutes aussi rares étreintes, et Leopold sentit son assurance augmenter d'un cran à ce geste. Il n'était pas habituel pour lui de se montrer si peu confiant avant d'annoncer quelque chose à quelqu'un, mais la situation était sans précédent. Et Dave faisait partie du petit nombre de personnes dont l'avis importait vraiment. L'avis, et même l'approbation, même si Leopold ne se l'était jamais vraiment reconnu. A défaut d'avoir connu l'amour avec un grand A, l'amour dont on parle dans les livres et qui n'existe pas, Leopold aimait son fils plus qu'il ne s'aimait lui-même, et ce n'était pas peu dire...

"Bonjour Dave", répondit-il en faisant un petit signe en direction du comptoir, d'où la serveuse accourut presque. "Tu veux boire quelque chose pour te réchauffer ?"

Un verre - non alcoolisé pour l'image - se trouvait déjà devant le ministre. Il lui répondit après qu'il eut passé commande.

"Ca va très bien. Ne t'en fais pas, je peux toujours trouver du temps pour toi. Et puis c'était important", ajouta-t-il en esquissant un sourire en coin légèrement crispé. "Comment vas-tu ? Tout se passe bien à Poudlard ? Et tout se passe-t-il bien avec ta petite-amie ?"

Emma Blackbonnes, un choix relativement classique mais tout à fait acceptable pour le père qu'il était. Après tout, il préférait ça que les filles avec lesquelles son fils s'acoquinait d'habitude...




Christoph Waltz, merci à Roy
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
Dave commanda une Bièraubeurre chaude à la serveuse qui accourut vers eux. Bien évidemment, tout le monde avait reconnu Leopold et ils devaient être flattés que le ministre en personne vienne dans leur établissement… Heureusement que l’endroit était mille fois plus calme que les Trois Balais.

Il reporta son attention sur son père lorsqu’il lui avoua que ce qu’il avait à lui dire était important. Ah, ils y étaient ! Il s’efforça de deviner de quoi il voulait lui parler, en toute honnêteté, son air un peu crispé inquiétait Dave. Y avait-il un problème assez conséquent pour qu’il se déplace ? Leopold fit le choix de commencer par les politesses d’usage, auxquelles son fils répondit sans laisser voir son trouble :

« Tout se passe très bien. Poudlard est relativement calme, ces derniers temps. Au final, c’est plutôt à l’extérieur que les choses ont l’air de beaucoup bouger… » glissa t-il, attendant la réaction de son père. Comme toujours, ils étaient enfermés dans une bulle, au château. « Tout va bien avec Emma aussi. »

Dave avait mis un certain temps avant de parler d’Emma à son père. Un moment, il avait songé à ne rien lui dire, dans une réaction de vengeance pure pour le fait que lui-même avait tardé à lui annoncé ses fiançailles avec Rosaleen. Mais il s’était ravisé. Ce genre d’attitude puérile ne lui ressemblait pas. Il était capable de passer au-dessus de tout ça, n’est-ce-pas ? Et puis, il n’allait pas gâcher la relation privilégiée qu’il avait avec son père pour cette histoire regrettable. Oui, Dave commençait doucement à pardonner à son père, à défaut d’accepter la situation.

« En parlant d’elle… J’aimerais bien qu’elle vienne passer quelques jours au manoir, ces vacances. Est-ce possible ? »
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
Un hochement de tête entendu accompagna la remarque de Dave. Leopold pourrait lui parler politique pendant des heures mais un autre sujet, tout aussi brûlant, les attendait... Leopold fut content que son fils ait une demande à lui faire, parce que c'était l'occasion pour lui de le mettre dans de bonnes dispositions. De plus, il n'avait rien contre le fait de rencontrer cette fameuse petite-amie de son fils - la première à sa connaissance - même s'il doutait avoir beaucoup de temps à lui accorder.

"Je pense que ça devrait pouvoir s'envisager", répondit-il avec un sourire, conscient d'utiliser là une formulation toute parentale. Pas tout à fait oui, mais pas non pour autant... Fort pratique pour tout parent qui souhaitait se laisser une marge de manoeuvre - et adapter sa réponse au comportement de son rejeton.

"Je voulais moi aussi te parler de quelque chose..."

Inutile de tourner autour du pot, il ne parviendrait pas à apprécier ce moment avec son fils tant que l'annonce lui brûlerait les lèvres...

"Mon grand, je sais que mon mariage avec Rosaleen est tout récent, et je sais que ça n'a pas forcément été facile pour toi, mais... Il faut que je te parle de quelque chose qui risque fortement de fuiter dans la presse... Quelque chose qui me rend très heureux et qui, je l'espère, te rendras heureux aussi..."

Leopold sonda Dave du regard, sentant une certaine appréhension l'envahir, puis finit par annoncer, un sourire s'épanouissant malgré lui sur son visage :

"Tu vas avoir un petit frère ou une petite soeur."



Christoph Waltz, merci à Roy
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
Dave s'apprêtait à ajouter quelques autres arguments pour convaincre son père qui ne lui laissait qu'une réponse en demi-teinte, mais ce dernier lança enfin le sujet de la raison de sa venue. Dave se tut, son attention redoublée tandis qu'il fixait Leopold. Ils étaient identiques de ce point de vue, ni le père ni le fils n'appréciaient tourner autour du pot. Pourtant, Dave sentit une hésitation dans son ton, et son introduction ne le rassura pas du tout. Pourquoi évoquait-il Rosaleen, tout à coup ? Un mauvais pressentiment assaillit le Serpentard, dès le moment où son père lui annonça un évènement heureux. Heureux... pour qui ? Ce discours lui rappelait désagréablement celui que Leopold avait tenu, quelques mois plus tôt, pour lui faire part de ses fiançailles. "Je sais que notre divorce avec ta mère est encore récent, et que ça n'a pas été facile pour toi, mais j'ai une nouvelle à t'annoncer"... C'était la même chose, les mêmes mots. Devrait-il accueillir encore quelqu'un, dans leur famille ?

Au moment où la question effleurait l'esprit de Dave, son père lui en fournit la réponse. Le choc le fit ouvrir rond les yeux, et si cela ne se voyait pas, son coeur s'emballait dans sa poitrine. Non... non ! Ne pouvait-il pas avoir un peu de répit ?

"Pardon ? Elle... Elle est enceinte ?"

Chose rare, Dave perdait presque ses mots. Il avait besoin de l'entendre. Peut-être que Leopold voulait simplement dire qu'Oreste vivrait désormais chez eux ? Il était théoriquement son nouvel oncle, mais son âge le rapprochait plus d'un petit frère qu'autre chose. A cet instant, Dave était si catastrophé qu'il préférait encore s'accrocher à cette ridicule parcelle d'espoir.
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
"Rosaleen est enceinte, oui", répondit Leopold en fronçant légèrement les sourcils. L'air ébahi de son fils ne lui disait rien qui vaille et le ministre commençait à sentir qu'il serait plus difficile encore à satisfaire qu'Alexandre McFusty... L'homme ne s'était néanmoins pas départi de son sourire, ne parvenant à dissimuler la joie que lui procurait cette idée. Chacun de ses enfants lui avait apporté un grand bonheur, mais ce ne serait jamais que la seconde fois qu'il aurait la possibilité d'élever lui-même son rejeton et c'était encore un sentiment différent. Il espérait sincèrement que Dave, une fois la surprise passée, serait aussi heureux que Rosaleen et lui de cette naissance à venir... Et, qu'un jour, ils formeraient une famille unie. Dave ne s'en rendait probablement pas compte, mais lui aussi le méritait, après avoir grandi dans une paradie de famille, entre Meredith et lui.

"Je sais que ça doit être un choc pour toi, mais j'espère que cette nouvelle te réjouis malgré tout. Il n'y a rien de tel que d'avoir un frère ou une soeur", murmura-t-il, tandis que l'image de Coraline s'imposait à lui. Leopold se retint d'ajouter quoi que ce soit d'autre et laissa Dave assimiler la nouvelle. Portant son verre à ses lèvres pour se donner une contenance, il but le liquide fade puis observa son fils, attendant son verdict.



Christoph Waltz, merci à Roy
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
Sous le regard effaré de Dave, son père confirma la nouvelle, en appuyant bien sur le nom de Rosaleen, comme si ce n’était pas déjà assez difficile à entendre sans qu’il insiste sur l’identité de la mère. Dave baissa la tête, incapable de supporter plus longtemps la vision de Leopold souriant. Se réjouir ? Comment donc ? Il n’y a rien de tel que d’avoir un frère ou une soeur… Par Salazar, on aurait dit qu’il lui parlait d’un bon vin ! Dave bouillait intérieurement, déchiré entre l’envie de se lever et quitter le lieu sans dire un mot, et celle d’exploser. Il aurait encore préféré que son père lui annonce une évasion de prisonniers qui menaçait la sécurité de l’Angleterre, plutôt que… ça.

Encore une fois, il avait la désagréable impression d’être mis face à une situation contre laquelle il ne pouvait agir. Son père était venu le lui annoncer, sans le mettre sur le fait accompli cette fois, mais qu’est-ce que cela changeait ? Dave n’avait une fois de plus aucun pouvoir, il pouvait bien protester, il n’y avait aucune raison que son père se range de son côté, surtout pas pour ce qu’il verrait comme un simple caprice de son fils. Dave n’aimait pas cela du tout. Rien n’allait avec son père, ces derniers mois. Il avait l’impression que tout concourrait à lui voler leur relation qui avait toujours été privilégiée : sa nouvelle fonction très prenante, Rosaleen, la famille Lestrange, et maintenant… Un autre enfant, qui allait à coup sûr achever de monopoliser son père.

« Non. Je n’ai pas envie d’avoir un frère ou une soeur, se braqua Dave, avant d’oser lever un regard accusateur sur son père. Pas plus que je n’avais envie d’avoir une belle-mère d’ailleurs, donc j’imagine que mon avis ne change rien. »
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
Les sourcils froncés de Leopold trahirent son incompréhension face à la réaction de Dave. Certes, il s'attendait à de la surprise, mais... Pourquoi rejettait-il tant cette idée, d'avoir un petit frère ou une petite soeur ? Pourquoi rejettait-il si fort Rosaleen, alors qu'il était évident pour tout le monde - sauf, apparemment, pour Dave - que Meredith et lui ne formaient qu'une parodie de couple depuis des années ? Que Rosaleen et lui, malgré la différence d'âge, malgré la pression des grands-parents, malgré les intérêts éventuels qu'ils pouvaient tirer de ce couple, formaient un mariage bien plus sincère et solide ? Sans doute la mère de Dave et lui-même avaient fait un trop bon travail en essayant de préserver Dave des réalités de leur famille. Au point qu'il ait été complètement aveugle...

Hé bien, il était temps de cesser de le préserver, désormais. Leopold n'en avait plus l'opportunité, pas s'il souhaitait vivre sa vie comme il l'entendait. Avec une nouvelle famille, un nouveau travail, de nouvelles responsabilités qui, oui, impacteraient Dave. Il était temps pour son fils de sortir de son cocon, de faire ses choix, de réajuster sa vision des choses... Car l'image tronquée qu'il avait de son père était sur le point de voler en éclat, si ce n'était déjà fait.

"Pourquoi ? Pourquoi, tu n'en as pas envie ?", s'enquit finalement Leopold, tant pour comprendre la réaction de Dave que pour lui donner l'occasion de vider son sac. De toute évidence, il en mourrait d'envie.



Christoph Waltz, merci à Roy
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
Pourquoi il n’en avait pas envie ? Mais c’était évident ! Et pourtant, Dave resta un instant silencieux, à se rendre compte qu’il n’arrivait pas à mettre les bons mots sur ce qu’il ressentait. Ou plutôt, des mots qui ne blesseraient pas son père. Il venait enfin d’obtenir l’occasion de dire tout ce qu’il pensait, mais il craignait que cette conversation ne réalise exactement l’inverse de ce qu’il souhaitait. Tout furieux qu’il était, Dave ne voulait pas se mettre en froid avec son père. Ils avaient toujours été sur la même longueur d’onde mais à cet instant, Dave avait l’impression que tout cela n’existait plus, et qu’il était en train de perdre la complicité qu’il avait toujours eue avec son père. Voilà ce qui ne lui plaisait pas, ce qui le dérangeait profondément.

« Parce que… commença t-il, sans parvenir à se décrisper, avant de détourner le regard. Ca vient trop vite. »

Il ne s’était même pas encore fait à l’idée d’avoir Rosaleen pour belle mère. La distance qui lui imposait Poudlard l’avait certes aidé à prendre plus de recul sur la situation, mais elle le tenait surtout hors de tout ce qui se passait. Trop de changements d’un coup, et les frères et soeurs de Rosaleen qui vivraient désormais avec eux… Où allait-il exister, dans ce débarquement de personnes qu’il ne parvenait pas à voir autrement que comme des étrangers ?

« Rester à l’écart pendant que tu fais tellement de choses à l’extérieur… Pour le coup, il ne parlait pas que de sa fonction de ministre. Je me sens juste complètement étranger à des changements qui devraient me concerner, voilà, finit-il par avouer en serrant les poings, avant que son humour grinçant ne resurgisse : Ca sera quoi la prochaine nouvelle, un nouveau manoir ? »

Il avait dit le mot. C’était lui l’étranger, le seul, ou en tout cas, il avait peur de le devenir.
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold resta silencieux quelques instants après la réponse de son fils, à réfléchir. Il n'avait pas envisagé les choses sous cet angle, et Dave faisait naître en lui des réflexions nouvelles, sur la famille, sur l'attachement qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. A vrai dire, il n'avait pas pensé que Dave puisse se sentir ainsi, exclu de sa propre famille, car c'était là un sentiment que Leopold lui-même n'avait jamais éprouvé. Il aimait ses enfants mais ne s'était jamais attaché à sa famille de la façon saine et normale des gens ordinaires. Leopold était un homme qui avait tué son propre père, qui avait méprisé sa famille, qui avait développé une relation quasi-incestueuse avec sa soeur... Mais il avait malgré tout donné à son fils une vie de famille stable et une bonne éducation pendant dix-sept ans, et Dave avait grandi de façon fort différente de lui, avec des valeurs et des attentes qu'il ne connaissait guère, et ce, en dépit de leurs indéniables ressemblances. C'était une étrange constatation.

Rapprochant sa chaise de celle de Dave, il l'attira contre lui avant de murmurer quelques mots à son oreille, de sorte que personne d'autre ne les entende.

"Je suis désolé, je n'avais pas réalisé... Ecoute, Dave, je sais que les choses changent très vite en ce moment, mais cela n'enlève rien à ta place dans cette famille. Tu es mon fils, je t'aime et tu es la personne la plus importante au monde pour moi. Rien ne changera ça."



Christoph Waltz, merci à Roy
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
Ce n’était pas la première fois que le père étreignait son fils. Mais cela devait bien faire longtemps qu’il ne l’avait plus fait. Dave n’était plus le petit garçon que Leopold pouvait serrer affectueusement contre lui, c’était un peu étrange de partager ce moment avec son père maintenant qu’il le dépassait d’une bonne tête, et pourtant, Dave n’en avait jamais autant eu besoin. L’assurance avec laquelle son père lui déclarait exactement ce qu’il avait envie d’entendre sans oser se l’avouer rassura le garçon. A vrai dire, il était soulagé que Leopold ait si vite compris de quoi il retournait, car il aurait été incapable de déclarer qu’il l’aimait lui aussi, et qu’il avait peur de se faire voler sa complicité avec lui. Qu’il était déjà un jaloux d’un pauvre enfant même pas né.

Cette pensée le rembrunit un peu, Dave échappa à l’étreinte de son père assez vite -ne savait-on jamais qu’un de ses camarades de classe traîne dans le coin, c’était tout de même un peu gênant. Tout à l’heure, il avait eu peur de se disputer avec lui. Un instant, Dave se sentit honteux de son attitude, comme si la clarté avec laquelle son père lui avait répondu mettait en valeur le fait qu’il s’inquiétait inutilement.

« Désolé. C’est stupide, je sais. »

Et cela lui ressemblait tellement peu, surtout. C’était assez puéril comme attitude, tout comme celle qui le poussait à rejeter la présence de Rosaleen chez eux, comme s’il s’agissait là de l'éclabouille en personne. Avec un léger soupir, les yeux obstinément fixés sur sa tasse, Dave se décida à faire une promesse :

« Je ferai un effort. Avec Rosaleen aussi. »
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
"Ce n'est pas stupide", répondit Leopold d'un ton sans réplique quand Dave s'excusa. Il voulait que son fils se sente suffisamment à l'aise avec lui pour lui dire ce qui n'allait pas, car Leopold avait le pouvoir d'arranger beaucoup de choses. Certes, dans le cas présent, il ne pouvait pas faire grand chose pour apaiser son fils, le mal était fait. Mais au moins pouvait-il le rassurer de son mieux.

Un sourire fier et surpris étira ses lèvres quand Dave annonça qu'il allait faire un effort avec Rosaleen. Voilà qui allait rendre les choses plus simples pour tout le monde, surtout avec la venue du bébé, et il espérait que son fils et son épouse finiraient par s'entendre. Ce n'était pas exclu, après tout, ils avaient des points communs, comme leur intelligence aigue et leur curiosité intellectuelle.

"Merci, Dave, j'apprécie beaucoup ce que tu me dis là. Je sais que nous pouvons former une vraie famille, tous ensemble... ", répondit-il avant d'ajouter : "Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ? Est-ce que tu as besoin de quelque chose, à Poudlard ?"

Le dernier gadget magique à la mode, une sortie de Poudlard en dehors des horaires autorisées, un camarade de classe à faire disparaître... ? Leopold pouvait tout lui accorder, si cela pouvait l'aider à accepter la venue d'un nouvel enfant dans la famille. Car il y avait bien une chose que Leopold n'avait jamais réellement pu lui offrir, en dépit des apparences, c'était le statut de fils unique...



Christoph Waltz, merci à Roy
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
Pour le moment, former une vraie famille avec les Lestrange apparaissait comme un véritable défi à Dave, qui ne put s’empêcher un peu de grimacer. Il avait dit qu’il ferait des efforts pour… supporter la présence de Rosaleen, il n’en était pas encore à la considérer comme faisant partie de sa famille. A ses yeux, elle était la nouvelle épouse de son père, pas sa belle-mère. Il avait déjà une mère, qu’il aimait profondément, il n’avait pas envie de quelqu’un qui jouerait un rôle de substitution. Evidemment, avec ce bébé qui arrivait, les choses changerait sûrement, il n’y avait rien de tel que l’arrivée d’un enfant pour souder une famille, mais Dave avait pour l’instant du mal à appréhender ce futur. Qu’avait-il comme options ? Pas grand-chose à part laisser les choses se faire et aviser en fonction…

Un bref sourire se glissa sur les lèvres du Serpentard, alors que Leopold lui demandait s’il avait besoin de quelque chose. Ah, voilà qu’il lui offrait de lui accorder quelques caprices. Dave n’était pas dupe, et n’était pas moins Serpentard que son père, il s’agissait là de faire en sorte qu’il lui en veuille moins, avec un ou deux cadeaux. Que ne pouvait-on pas s’offrir lorsqu’on était un Marchebank, après tout ?

« De quoi aurai-je besoin, je suis déjà le fils du ministre, tout le monde me respecte ici, ricana t-il en croisant les bras. Il ne l’aurait pas si facilement. Hum, non, je crois que j’ai ce qu’il me faut… Enfin, il me manque toujours ta réponse pour Emma. »

Dit-il avec le ton innocent, le sourire tranquille du fils qui avait réussi à amadouer son père, bien sûr. Il fallait bien qu’il profite un peu de cet élan de générosité et d’affection, qui se faisaient plus rares depuis que sa fonction de ministre accaparait son père.
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
C'était grâce à ce genre de comportement que Leopold savait que Dave était bien son fils. Un rire secoua le ministre à l'entente de sa réponse et il tendit la main pour ébouriffer les bouclettes de son rejeton - bouclettes dont il se demandait bien la provenance, en revanche. Il n'y avait pas de bouclés dans les arbres généalogiques des Warlock et des Marchebank, mais allez savoir les mystères de la génétique.

"Mais quel Serpentard !", lâcha-t-il sur un ton mi-amusé, mi-fier. "Bien sûr qu'elle peut venir, ta Emma."

Même si cela serrait un peu son coeur de vieux père de constater que son fiston voulait ramener une fille à la maison. Il était même si surpris que cela arrive si vite, si tôt, tant il s'était toujours demandé combien d'années Dave mettrait avant de découvrir les attraits du sexe opposé, lui qui passait son temps dans les traités de finances et d'histoire. Soulagé que la discussion se soit détendue, Leopold décida de poursuivre sur ce sujet, bien trop heureux de pouvoir parler filles pour la première fois avec son fils.

"Mais parle-moi d'elle un peu avant. Elle est comment ?"



Christoph Waltz, merci à Roy
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
Les lèvres de Dave s’étirèrent en un bref sourire victorieux au moment où son père céda. Il était Serpentard, et il assumait ! Après tout, à quoi bon être intelligent, si on ne pouvait pas s’en servir à des fins personnelles ? Au moins une bonne nouvelle dans cette journée, donc, il allait pouvoir annoncer à Emma en rentrant que sa famille l’accueillait pour quelques jours, après Noël.

La question de Leopold laissa Dave plus pensif, un peu plus gêné également, en quelque sorte. Ce devait être la première fois qu’il parlait de filles à son père. Oh, il avait déjà évoqué Samantha et Lauren, mais ce n’était pas pareil. Il ne les avait jamais présentées à sa famille de la même façon qu’il allait présenter Emma, comme une fille qu’il fréquentait, et qui plus est, faisait partie de leur société Sang-Pur assez à cheval sur la question. Dave savait qu’avec son père, il pouvait se détendre, toutefois, et qu’il n’était pas du tout le genre à lui parler de mariage tout de suite -bien heureusement.

« Elle est… très timide au premier abord, commença prudemment le garçon. Autant avertir son père tout de suite, Emma allait sans doute se laisser impressionner. Mais c’est une fille adorable, intelligente et pleine de qualités, quand on a passé le premier masque. C’est une Serpentard aussi, donc vous devriez bien vous entendre, ricana t-il. Et puis elle est très jolie » conclut-il, digne garçon qu’il était à ne pas commencer par vanter le physique de sa petite amie en premier lieu -il n’y avait même pas pensé, tiens.  
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
Timide, adorable ? Nul doute que son fils avait trouvé là une charmante petite-amie, mais elle n'avait pas l'air d'avoir le même caractère de cochon que son fils ou ses amis habituels. Leopold savait déjà qu'il prendrait un malin plaisir à tenter de déstabiliser la jeune fille, mais c'était le jeu. Si Dave voulait lui présenter quelqu'un, c'était que leur histoire était relativement sérieuse, et Leopold comptait bien jouer les pères protecteurs et sonder de près les fréquentations de son fils. Après tout, il faisait déjà cela avec Kessy et Cassie, ce n'était pas parce que Dave était un garçon qu'il allait échapper à la surveillance secrète de son père... Et puis taquiner cette Emma serait amusant, même s'il s'efforcerait de ne pas la faire fuir tout de même, ses relations avec Dave étant déjà bien assez compliqués comme cela.

Un sourire approbateur étira les lèvres du ministre quand Dave mentionna la beauté de la jeune femme. Evidemment, son fils avait forcément hérité de ses capacités de charmeur et un Marchebank ne pouvait être accompagné que d'une jolie femme, c'était ainsi. Leopold avait toujours eu à son bras des femmes magnifiques, trop belles pour lui sans doute, mais qui détournaient ainsi le regard et attiraient les compliments par leur esprit tant que par leur beauté, ce qui éclipsait aisément les défauts de leur compagnon.

"Si c'est une Serpentard, alors, je ne peux qu'approuver", commenta Leopold avec un sourire, même si lui avait toujours eu un faible pour les Poufsouffle. Les filles de Poufsouffle étaient toujours pleines de surprises. "J'ai hâte de la rencontrer."

Mais en attendant, il leur fallait retrouver chacun Poudlard et le Ministère. Après avoir discuté encore quelques temps, Leopold et Dave se séparèrent donc sur la promesse de s'échanger des nouvelles. La conversation ne s'était pas si mal déroulée, songea Leopold en regardant Dave s'éloigner. Ils étaient encore loin de former une famille unie, mais il avait réussi à faire dire à son fils ce qu'il avait sur le coeur, et c'était un début. Car il ne comptait pas le laisser enfermer sa rancoeur en lui et s'éloigner de son vieux père...
RP terminé



Christoph Waltz, merci à Roy
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

A choisir, j'aurais préféré une autre perruche [Leopold & Dave]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi une " race " plutot qu'une autre?
» J'aurais cru que...
» Bien choisir son armure evasion
» Que choisir ?
» Choisir un chaudron, un tâche pas si évidente.. (Pv libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-