AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Ravage du Bouclage! [Pv Leo]

Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

22 Novembre 2008, Ministère de la Magie.

Mildred Magpie semblait bien soucieuse, tandis qu'elle empruntait l'allée qui conduisait au bureau du Ministre. Même si elle disposait enfin d'une opportunité de pouvoir rencontrer Leopold Marchebank, la sorcière paraissait tourmentée par un grave problème. Le Cabaret des Folies Sorcières venait de subir de plein fouet les conséquences du bouclage de Bristol, qui indubitablement avait engendré une désaffection massive de la clientèle extérieure à la ville. Soit un manque à gagner se faisant cruellement ressentir dans la colonne des bénéfices. Pour Mildred cette situation était tout bonnement intolérable, et en concertation avec son associé, elle se résolue à rencontrer le leader du FREE. A sa grande surprise, ce droit lui fut rapidement accordé, et Mildred s'empressa de rejoindre Londres.
La gorge nouée, elle savait qu'elle allait devoir se montrer extrêmement persuasive avec le Ministre, afin d'obtenir un passe-droit pour les Folies Sorcières. Leopold Marchebank n'ayant pas pour habitude de revenir sur ses décisions, Mildred avait mit toutes les chances de son coté, et sortit ce qu'elle appelait "sa réussite sociale", c'est à dire son décolleté le plus abyssal. Même si la quadragénaire paraissait quelque peu périmée pour séduire cet amateur de jolies jeunettes, elle ne voulait lésiner sur aucun détail. Quand la secrétaire du Ministre lui indiqua qu'elle pouvait enfin rencontrer l'homme le plus puissant du monde magique, Mildred retint son souffle, puis poussa la porte.

"Monsieur le Ministre, quel honneur de pouvoir enfin vous rencontrer! "

Elle dissimula ses doutes derrière son plus large sourire.


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Leopold rencontra Mildred Magpie, la première chose qui attira son regard fut son généreux décolleté. Il eut été difficile de faire autrement, d'ailleurs, mais Leopold s'efforça de remonter les yeux pour accueillir la journaliste avec professionnalisme. Son habituel sourire affable aux lèvres, il se leva de son bureau et traversa la pièce avant de lui serrer la main.

"Miss Mapgie, c'est un plaisir de vous rencontrer. Installez-vous, je vous en prie."

Indiquant d'un geste la chaise qui lui faisait face, Leopold revint s'installer à sa place et, croisant les mains sous son menton, observa Mildre pendant un instant. Son service de communication lui avait rapporté que la journaliste avait déjà essayé de le contacter récemment et, étant donné les articles élogieux que Multiplettes faisait sur le régime, Leopold avait consenti de la rencontrer. Au-delà de son journal, Mildred possédait les Folies Sorcières qui étaient en passe de devenir un lieu stratégique pour le régime à Bristol, puisque c'était également la forteresse de Roy Calder...

"Que puis-je faire pour l'honorable rédactrice-en-chef de Multiplettes ?", s'enquit-il poliment.

Leopold espérait qu'il s'agissait d'une requête raisonnable, car il avait son lot de râleurs avec toutes les nouvelles réformes du parti, et il faisait tout son possible pour les tenir éloignés de son bureau... Restait à savoir si cette Mildred souhaitait aller dans le sens du gouvernement ou non. Si oui, elle pouvait devenir une véritable alliée pour eux. Si non... eh bien, les journalistes pouvaient être de sacrés épines dans le pied...


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

Mildred Magpie avait l'art de changer de visage comme un caméléon s'adapte à son environnement. Après s'être confortablement installée sur le siège qui trônait face au bureau du Ministre, la journaliste à scandale sembla frappée par un mal mystérieux quand le ministre Marchebank l'interrogea sur les raisons de sa venue. La sulfureuse sorcière dodelina légèrement la tête, avant de se mordiller la lèvre inférieure, comme si ce qu'elle allait délivrer lui était trop pénible. De cet entretien dépendait l'avenir de son cabaret. Si elle arrivait à convaincre Leopold Marchebank de faire des Folies Sorcières, le seul endroit libre de Bristol, alors c'était le Jackpot! D'une voix douce et grave, elle entama sa partition :

"Merci de me recevoir, monsieur le Ministre. Sachez que c'est en tant que honnête et humble commerçante de Bristol que je m'adresse à vous. Comme vous le savez, je suis la gérante du Cabaret des Folies Sorcières, un haut lieu de divertissement du Monde Magique, et je crains pour son avenir... "

Une fois de plus, Mildred Magpie secoua tragiquement la tête.

"Le bouclage de Bristol s'avérait une chose nécessaire, et je vous en remercie. Mais cette mesure sécuritaire à également un effet pervers : celui de réduire ma clientèle de moitié. Les honnêtes concitoyens venant de l'extérieur, sont découragés et effrayés à l'idée de franchir les trop nombreuses barrières magiques. Si rien n'est entreprit, j'ai bien peur de finir ruinée...  "  

Mildred fit mine de tamponner une larme imaginaire à l'aide de son brocard de soie.


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Un soupir agacé manqua de franchir les lèvres du ministre lorsque Mildred exposa les motifs de sa venue. Des doléances... Une femme intelligente comme la directrice de Multiplettes ne pouvait-elle pas comprendre qu'il fallait parfois donner de sa personne pour le bien commun ? Mais il ne l'aurait pas fait à sa place... Ce n'était pas pour rien si Jobarbille, l'entreprise familiale, continuait de tourner contre vents et marées, quelle que soit la conjecture politique et économique. Avoir le sens des affaires, c'était penser avant tout à soi et à son profit personnel.

"Je comprends votre dilemme, miss Magpie, mais il vous faut comprendre la position qui est la mienne. Je peux vous assurer que des carnages tels que celui qui ont eu lieu sur l'Allée des Douze Chênes videront votre cabaret bien plus rapidement que n'importe quel bouclage de la ville. Je suis persuadé qu'une commerçante brillante et avec le sens des affaires saura faire face à ce revers de situation, n'est-ce pas ? Votre clientèle sera toujours constituée des bristoliens, et des forces de l'ordre nombreuses qui arpentent la ville."

Peu impressionné par les larmes de crocodile de la journaliste, Leopold tenta d'endormir ses inquiétudes :

"Le blocage est tout récent, il faut laisser le temps à la population de se remettre de ses émotions. Bientôt, les affaires fleuriront à nouveau à Bristol, une fois que l'on aura démontré qu'il n'y avait plus le moindre problème de sécurité... Un établissement de qualité tel que le votre saura assurément tirer parti de la situation."


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

Un sourire contrit se dessina sur les lèvres de Mildred Magpie, tandis que Leopold Marchebank lui laissait sous entendre que le rétablissement de l'ordre et de la sécurité à Bristol passait avant toute autre considération bassement matérielle. Profondément égocentrique, il était difficile pour le gérante des Folies Sorcières de l'admettre. Mais plutôt que ronger son frein en silence et attendre docilement que la violence ne se résorbe, la sorcière voulait tirer profit de cette situation.

"Vous avez parfaitement raison. Je tenais d'ailleurs à vous dire à quel point je suis en admiration totale devant ce que vous être en train d'entreprendre pour sauver notre ville. Avant vous, aucun autre politicien ne s'était attelé à éradiquer le mal qui ronge Bristol de l'intérieur. Je ne peux que faire l'éloge de votre courage, et me ranger au coté des fidèles de votre Parti. Car vous seul pouvez nous guider vers des horizons plus enchanteurs... "

Mildred releva un regard teinté d'admiration sur le Ministre. Arriviste, elle était prête à toutes les bassesses pour s'attirer les faveurs des puissants de ce monde.

"Pour être sincère, en soulignant les difficultés de mon commerce, je ne cherchai point à m'apitoyer. Mais plutôt, à vous offrir mes services : Imaginer une seule seconde quel message victorieux vous renverriez, si au milieu de ses heures sombres, un établissement sorcier de Bristol venait à s'ouvrir à nouveau sur le monde extérieur! Quel camouflet cela serait pour vos détracteurs qui pensent que Bristol restera bouclé ad vitam aeternam! Ne trouvez-vous pas? "


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Puisque l'auto-appitoiement n'avait guère attendri le ministère au coeur de pierre, Mildred décida de tenter une autre tactique d'approche, qui ne fonctionna pas plus. Si Leopold s'était éloigné de la politique pendant de longues années, lui préférant le monde des affaires, c'était bien parce qu'il avait horreur des flagorneurs et hypocrites. Ce n'était pas en lui passant la pommade que Mildred parviendrait à obtenir ses faveurs. Ne pouvaient-ils pas plutôt parler comme les deux personnes pragmatiques qu'ils étaient, et essayer de trouver un terrain d'entendre, pour faire coincider leurs intérêts ?

Heureusement, Mildred trouva enfin la corde à même de faire vibrer le ministre, en avançant un argument propre à le faire fléchir. Il était vrai qu'envoyer un signe positif venant de Bristol ne pouvait faire de mal, tant de manière à contenter les foules qu'à discréditer tout mouvement de rébellion. Un peu plus disposé à écouter son interlocutrice, Leopold croisa les mains sous son menton et la sonda du regard.

"Admettons", répondit-il. "Qu'est-ce que vous envisagez, exactement ? Car il est hors de question de lever le bouclage et le couvre-feu complètement, pour l'heure. Je conçois bien que cela complique le fonctionnement de votre établissement, qui vit de la vie nocturne de la clientèle, mais les seules mesures que nous pourrions envisager seraient dérogatoires... Auquel cas l'image de marque des Folies serait promue à travers le pays, et il vous faudrait être à la hauteur du défi. J'imagine que vous avez déjà réfléchi à des solutions ?"


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

Le Ministre ne semblait pas totalement réfractaire à l'idée d'établir une passerelle qui puisse relier les Folies Sorcières au reste du monde; Dès lors un vent d'espoir souffla à nouveau dans la voilure des beaux projets que nourrissait Mildred Magpie. Cette dernière leva un regard rassuré mais également calculateur sur l'homme qui centralisait à lui seul, toutes ses belles promesses d'avenir. Si la Co-gérante voulait obtenir une brèche dans le bouclage de Bristol, elle devait de montrer extrêmement persuasive. Les lèvres frémissantes, elle énonça alors les contours d'un projet qui visait à renforcer la surveillance et la sécurité du Cabaret Magique, tout en y autorisant l'accès.

"Loin de moi l'idée de lever le bouclage de Bristol, cela serait de la folie! A vrai dire, j'osais espérer que vous réactiviez le réseau de cheminette, à l'intérieur même de mon établissement de loisir, de manière à m'accorder un droit de passage exclusif et très localisé. Bien entendu, ce portail qui donnerait sur le grand Hall des Folies Sorcières serait très étroitement surveillé et contrôlé dans les deux sens. Personne ne pourra entrer ni sortir, sans montrer patte blanche. Mon associé et moi-même en assumerions l'entière responsabilité. Les Folies Sorcières fonctionneraient comme une terre d'asile, dans laquelle vous pourriez vous rendre en toute quiétude quand bon il vous semblera... Cela serait un bonheur si intense que de vous revoir parmi nous... "

Mildred Magpie ajouta un sourire lubrique à ses derniers propos, signe de son admiration toute particulière pour les hommes de pouvoir...



Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold médita un instant la proposition de Mildred. Il ne pouvait nier que la suggestion de la sorcière n'avait que du bon pour lui. Cet endroit pouvait devenir un lieu stratégique à conserver...

"Je pense que vous pouvons envisager quelque chose comme cela, oui, à condition que la sécurité soit effectivement parfaitement assurée et le contrôle d'identité irréprochable. Sans doute serait-il préférable que les forces de l'ordre se chargent de ce point d'entrée de la même façon que pour els autres check-point de la ville... Après tout, je ne voudrais pas me faire accuser de favoritisme. Nous pourrions présenter cela comme un début d'infléchissement du couvre-feu, à poursuivre seulement si la ville retrouve son calme..."

Même si Leopold n'était pas prêt à rendre sa liberté à Bristol. La maintenir sous tutelle des milices et des Veilleurs lui semblait bien plus avantageux.

"Je pourrais accepter une cheminée unique non reliée au réseau, communiquant entre Londres et Bristol. Ainsi, le contrôle se ferait à Londres et non directement au sein de votre établissement... Il faudra discuter des détails avec certains de nos collaborateurs, du BDA, de la communication et puis avec votre associé, également, afin de voir comment concilier cette cheminée avec les impératifs de sécurité et l'opinion public, mais... Hé bien, Miss Magpie, considérez que vous avez mon accord de principe."

Son sourire vint répondre à celui de la sorcière, alors qu'il ajoutait, sur un ton galant :

"Je serais moi-même ravi de fréquenter les Folies à nouveau..."


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

Cette fois-ci, ce fut un franc sourire qui éclaira le visage de la co-gérante des Folies Sorcières. Elle venait d'obtenir un accord de principe de la part de l'homme de l'homme le plus puissant du Monde Magique, et cela n'avait pas de prix! Une passerelle magique reliant Bristol à Londres, voila de quoi lui assurer des lendemains plus enchanteurs dans ses affaires. Roy Calder trouverait bien un moyen de répondre aux exigences du Ministre en matière de sécurité. Elle ne bouda donc point sa joie, et s'empressa de remercier Leopold Marchebank avec sa démesure naturelle.

"Oh merci, monsieur Marchebank! Je ne saurai comme vous remercier pour votre bonté! Si j'écoutais mon cœur à l'instant, j'érigerai une statue à votre honneur sur le perron des Folies Sorcières! Considérez-moi comme votre éternelle abonnée! "

Même si l'ouverture d'une cheminée unique reliant Londres aux Folies sorcières devaient répondre à de multiples critères, comme celui de l'apaisement des tensions à Bristol; Il s'agissait d'une formidable avancée! Surtout quand le Ministre Marchebank ajoutait bien vouloir revenir dans l'établissement de loisirs. Cette déclaration provoqua chez Mildred Magpie une telle vague d'hystérie intérieure, au point qu'elle eut toute la peine du monde à la contenir. Le regard constellé d'admiration, elle se permit le luxe d'agripper la main du Ministre.

"Comme une seconde maison, les portes des Folies Sorcières vous seront toujours ouvertes! Si je peux faire quoi que ce soit qui puisse satisfaire vos attentes, dîtes-le moi! Je peux être la petite fée qui exaucera tous vos vœux! "


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Si Leopold était content d'avoir satisfait les attentes de Mildred Magpie, une alliée à n'en pas douter pour son régime, il aurait préféré qu'elle se montre moins... enthousiaste et expressive. L'homme se crispa quelque peu quand elle prit sa main et répondit par un sourire mince. Leopold n'était pourtant pas du genre à refuser les démonstrations d'admiration envers sa personne ni les contacts physique, mais il y avait une juste mesure. Mildred Magpie était une femme charmante, mais elle semblait désespérée d'obtenir ce qu'elle voulait, au point qu'il pouvait tout à fait l'imaginer se jeter à ses pieds s'il le fallait. Bref, elle en faisait trop, et si Leopold n'avait rien contre le fait de se faire ériger une statut, il préférait éviter de trop se rapprocher d'une femme aussi... expansive.

Après un instant de flottement, il posa sa main libre sur celle de Mildred et la serra en un geste paternaliste, avant de retirer ses deux mains, faisant mine de saisir un dossier sur son bureau pour le feuilleter.

"Je vous remercie pour votre diligence, miss Magpie, soyez sure que le Ministère apprécie votre soutien. Il n'y a rien que je puisse vous demander, si ce n'est de continuer votre excellent travail... Tant aux Folies qu'à Multiplettes. Nous avons besoin de plus de journalistes impliquées et objectives telles que vous, qui comprennent les enjeux de la crise qui agite notre pays."

Non, Leopold n'était pas un fervent lecteur de Multiplettes, mais il devait reconnaître que du fait de sa large audience auprès du public, c'était une tribune qu'il était fort appréciable d'avoir de son côté depuis quelques temps.

"Je suis ravi que nous puissions chacun trouver un avantage dans cette collaboration."


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

"Excellent travail ", "journaliste impliquée ", "objectives "...
Décidemment, le ministre ne tarissait point d'éloges sur les activités professionnelles de la rédactrice en chef de Multiplettes. Peut-être l'ignorait-il, mais Leopold Marchebank venait de souffler sur les braises d'un égo meurtrie par un manque cruel de reconnaissance. Sourire éclatant, Mildred Magpie laissa transparaitre la soudaine fierté et l'orgueil que lui inspirait ces louanges. Dans le cruel monde de la Presse, on l'avait affublé des pires critiques, au point qui lui arrivait parfois de douter de son utilité et de ses compétences. Tout cela n'était au final que pure jalousie, tant la parole du Ministre et ses nombreux lecteurs avaient une plus grande importance que les railleries de ses pseudos confrères journalistes. Pour Mildred Magpie, il était peut-être venu le temps de se venger des ses élites qui l'avait si durement jugée, au point de la traiter de "Hyène de l'information" ou encore de "Méduse de caniveau". Sur un ton innocent, elle s'adressa au ministre.

"Avant d'être une journaliste, je suis une citoyenne qui veut voir notre beau Monde Magique s'extirper de la crise dans laquelle il s'enlise. Et en cela, je sais reconnaître les grands hommes porteurs de projets salvateurs. Vous êtes l'un d'eux, et je ne ferai rien qui puisse entraver votre politique... "

Mildred poussa un soupir mélancolique avant d'ajouter :

" Je vous remercie de bien vouloir reconnaître mon investissement, même si mes confrères journalistes sont loin de partager votre opinion. La Gazette des Sorciers me taxant même de complaisance avec le pouvoir! N'est-ce point trop odieux? "

Consternée, Mildred jeta alors un regard de chaton perdu au Ministre Marchebank...


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold hocha sobrement la tête en écoutant les critiques de Mildred à l'encontre de la Gazette. C'était en effet problématique et il s'avérait que la presse n'avait rien de mieux à faire que de se tirer dans les pattes depuis quelques temps. Le problème était que la Gazette avait parfaitement raison, Multiplettes était complaisante avec le pouvoir en place, la preuve avec cet entretien... Miss Magpie pensait-elle réellement opérer un véritable travail de journalisme et d'objectivité ? Cette étrange pensée lui traversa l'esprit et il ressentit une certaine pitié envers cette femme. Il avait toujours pensé qu'elle était consciente de tirer parti de la crédulité et de la faiblesse d'esprit de ses lecteurs, mais il s'était visiblement trompé...

"Odieux, en effet", répondit-il avec l'ombre d'un sourire. "Ne vous inquiétez pas, le Ministère ne peut tolérer de désordres dans la presse et la Gazette saura rentrer dans le rang plutôt que d'attiser les braises d'un conflit qui n'a que trop duré. C'est ma tâche de m'en assurer."

Un peu déstabilisé par l'étrange créature qu'il avait face à lui, Leopold s'enquit :

"Souhaitiez-vous m'entretenir d'un autre sujet, miss Magpie ?"

Elle avait obtenu ce qu'elle voulait de lui, alors autant mettre fin à cet entretien. Sa patience avec les flagorneurs avait ses limites...



Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

Mildred savourait à la fois sa surprise et le plaisir de voir que le Ministre Marchebank partageait son point de vue sur les désordre dans la Presse. Sa volonté première était de faire de Multiplettes, le seul journal d'information, et elle savait que ce qui n'était jadis qu'une douce utopie tendait à devenir bien réel! De romancière inconnue n'ayant que pour compagnie sa seule page blanche, la voilà désormais propulsée dans les hautes sphères de l'arène politique. Que de chemin parcouru! Mildred Magpie voulait profiter un maximum de cet instant magique, tel un capitaine d'équipe de Quidditch victorieuse à qui l'on remettait la coupe du monde. Ses cils papillonnèrent alors qu'elle faisait mine de chercher une autre direction à apporter à cet entretien; Mais derrière l'impression de naïveté qui émanait de sa personne, se cachait en vérité un esprit froidement calculateur. D'une voix mélodique, elle exprima alors une nouvelle volonté.

"Oui, si vous me le permettez, j'aimerai m'entretenir avec vous sur un autre sujet... " Mildred Magpie fit claquer sa langue contre son palet, avant d'enchainer : "Je suis une grande citoyenne, éprise de justice, et il se trouve que je dispose en ma possession de nombreux courriers de lecteurs qui cherchent valeureusement à dénoncer les comportements déviants de notre beau pays. J'encourage d'ailleurs vivement mes lecteurs à désigner les ennemis du système, et si un tel outil de surveillance vous serait utile pour rétablir l'ordre public... alors rien ne pourrait davantage me combler que de le partager avec vous! "


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Tandis que Mildred s'exprimait, Machiavel fit son apparition et s'installa sur les genoux de Leopold tout en fixant la journaliste de son regard circonspect. Leopold le gratouilla derrière les oreilles pour l'amadouer et considéra lui aussi son interlocutrice avec un air pensif. Un système de dénonciation, voilà ce qu'elle était en train de lui proposer, tout simplement. Avec ses airs de biche égarée, Mildred l'orientait ni plus ni moins vers une censure de la presse et un système de dénonciation. Le mot qui venait à l'esprit de Leopold à ces idées n'était guère flatteur. Etait-il prêt à aller jusque-là, dans l'optique fort pratique de "maintenir l'ordre public" ? Etait-ce sage de se laisser conduire par des personnes telles que Mildred Magpie dans de telles démarches ? Sans doute pas, cela nécessitait assurément réflexion. Etait-il prêt à se faire taxer de dictateur, comme ne manqueraient pas de le faire ses opposants ? Bah ! La démocratie était une belle idée, mais bien sot était celui qui érigeait ses principes en véritables dogmes. Toute démocratie fonctionnait avec des systèmes de temps de crise, de circonstances exceptionnelles, d'exceptions... A temps exceptionnels, mesures exceptionnelles.

L'information, c'était le pouvoir, telle avait toujours été sa devise...

"Je pense effectivement qu'un tel outil pourrait nous être bénéfique", répondit finalement Leopold avec prudence, "du moment qu'il est maîtrisé. Il s'agit de vérifier ces sources que l'on vous donne pour s'assurer que les bonnes personnes se trouvent incriminées. Nous ne voudrions pas d'un nouveau scandale Sirius Black, n'est-ce pas, surtout avec le rétablissement de la peine de mort..."

L'homme sentait que Mildred Magpie, toute férue de justice qu'elle était, n'était pas exactement très attachée à la vérification des informations qu'elle publiait et que ses actions, si elles devaient mener à des arrestations concrètes, devraient être encadrées dès le départ.

"Je vais vous mettre en relation avec Danielle Coleman, à la tête du service d'ordre exceptionnel", il n'aimait pas parler de milice, "Et avec... disons Isobel Lavespère, du service de communication, pour parler de ceci."



Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

Isobel Lavespère! La simple évocation de ce nom maléfique suffit à rouvrir la cicatrice encore trop récente de son cœur blessé, et l'atroce vision de Roy dans les bras de cette créature malfaisante. Sérieusement? Faire équipe avec ça? Cette "Miss Perfection" qui la narguait avec sa beauté éblouissante, et qui avait osé poser ses sales pattes de sorcière sur son délicieux associé. Comment pouvoir travailler ou même accorder sa confiance à une traitresse capable de vous dérober votre chou à la crème, le jour-même de votre anniversaire!? Leopold ignorait absolument tout du climat de haine que cela pourrait engendrer de les mettre ensemble dans la même pièce! Mildred ne rêvait que de pouvoir la défigurer avec ses ongles de cougar, et voir son sourire de séductrice se faner! Cette peste venue d'Amérique qui faisait la maline juste parce qu'elle pouvait encore se glisser dans des jupes crayon, sans donner l'impression d'être un muffin débordant de son moule! Oui, Mildred la haïssait, et elle avait ses raisons. Humiliée par la communicante, elle chercha à dissimuler sa consternation, avant de prendre la parole d'une voix hésitante.

"Vraiment? Est-ce vraiment une chose nécessaire que de faire équipe avec mademoiselle Lavespère? Car cette dernière ne jouit pas d'une réputation très honorable sur Bristol, et je crains que cela n'entache mon image de femme respectable... "

Mildred se pencha sur le bureau, comme pour faire une confidence à Leopold.

"Vous ne le saviez pas? Elle fréquente assidument mon établissement, et traine une sale réputation de nymphomane. Si j'étais vous, je choisirai une autre personne que cette chatte ensorcelée pour vous représenter... "


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Si Leopold ne s’attendait pas à ce que Mildred connaisse Isobel, il n’en fut pas surpris outre mesure. Le monde magique était un petit univers et chacune des deux sorcières semblait être du genre à se tisser de nombreuses relations. Rien d’étonnant à cela, donc. En revanche, le discours que lui tenu son interlocutrice surprit Leopold au plus haut point. Isobel lui avait laissé une impression fort différente à celle que lui dépeignait la journaliste et il se flattait de se dire que s’il s’agissait réellement d’une nymphomane, il s’en serait rendu compte de lui-même…

« Vraiment ? », s’enquit-il en posant un regard interrogateur sur Mildred. « Sur quoi basez-vous votre jugement, miss Magpie ? Nous savons bien tous les deux qu’une réputation n’est jamais que ce qu’elle est, et qu’il convient de la prendre avec des pincettes… »

Après tout, le travail de Mildred consistait bien souvent à bâtir et démolir des réputations, ni plus ni moins, d’un coup de plume. Si elle comptait dénigrer auprès du ministre l’une des collaboratrices qu’il estimait sans autre preuve que des ouï-dire, c’était qu’elle le prenait vraiment pour le roi des naïfs… Ce qu’il n’était pas.

« A moins que vous ne suggériez que fréquenter votre établissement est une preuve de débauche ? Auquel cas je doute d’y remettre les pieds, c’est que j’ai moi aussi une réputation d’homme honorable à respecter », ajouta-t-il sur un ton humoristique, bien que l’avertissement était lisible dans son regard. Leopold n’aimait pas qu’on le prenne pour un idiot.


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur
Le Ministre était un stratège hors norme, qui savait exactement trouver les failles des individus pour mieux les exploiter. Mildred Magpie prenait conscience à quel point sa jalousie et sa rancœur maladive pouvait nuire à ses affaires! Allait-elle tout remettre en cause pour une simple histoire de fesses? Non, certainement pas! Elle aimait l'odeur des Galions plus que tout, et derrière sa façade de femme blessée se cachait en vérité une femme d'affaire sans scrupule. Si par sa faute, Leopold Marchebank désavouait les Folies Sorcières, et rechignait à vouloir lever le bouclage reposant sur son commerce, alors le déclin s'amorcerai inexorablement! Elle était prête à tout pour éviter une telle tragédie, et voir sombrer son seul lien familial. En co-gérante des Folies Sorcières, elle était prête à tout! Même si pour cela, elle devait donner de sa personne et ravaler sa fierté blessé. Son associé Roy Calder, serait-il capable de consentir à pareil sacrifices? Certainement pas. Baissant les yeux alors que ses pommettes s'empourpraient, Mildred se lança dans un exercice inhabituel : Celui de dire la vérité.

"Je vous demande pardon, monsieur le Ministre. Je m'égare et je vous conjure de ne point vous séparer d'une aussi brillante chargée en communication. Quand Miss Lavespère franchit le seuil de mon établissement, je peux vous certifier que tous les regards se braquent sur elle. Elle dispose de cette aura sacrée qui charme les foules. Quelque part, je l'envie d'être aussi pétillante et resplendissante. Peut-être que j'éprouve une certaine forme d'amertume, à l'idée de ne plus être le centre de l'attention. Les femmes contrairement aux hommes vieillissent si mal... "

Mildred prit une longue inspiration, faisant gonfler sa poitrine et son décolleté, avant de soupirer tragiquement.

"Vous savez... La vie d'une rédactrice de Presse à scandale est faite de solitude... "


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold fronça les sourcils, étonné par le surprenant revirement de Mildred qui, loin de défendre sa première position, venait d'avouer ni plus ni moins avoir agis par jalousie. Hé bien, au moins, il n'aurait pas été trop difficile pour Leopold de discerner le mensonge sous le portrait que lui peignait Isobel... Mildred avait fait la bêtise de le sous-estimer mais au moins n'insistait-elle pas dans son erreur. Cependant, le ministre resta circonspect devant la façon qu'elle avait de retourner la discussion à son avantage, mettant en avant son décolleté au passage. Le regard sombre de Leopold s'en détacha rapidement pour venir croiser celui de Mildred, tandis qu'il réfléchissait rapidement à la meilleure manière de répondre pour ne pas encourager la journaliste sur la voie des confidences. Le ministre ne tenait pas particulièrement à être celui qui comblerait la solitude de Mildred, à vrai dire, Leopold n'avait rien d'un Feodor et Mildred devait bien en être consciente. Si c'était de la romance qu'elle cherchait, elle ferait bien mieux de la chercher ailleurs...

"Oh, voyons, miss Magpie, que me dites-vous là", répondit Leopold d'un ton paternaliste, "Je vous assure que vous n'avez nul besoin de recourir à de tels stratagèmes pour vous mettre en valeur. Je suis persuadé que vous exagérez, une femme telle que vous ne peut être si solitaire. Vous n'avez rien à envier à miss Lavespère."

Si ce n'est sa discrétion et son sens de la retenue, songea Leopold intérieurement, mais après tout c'était la personnalité de Mildred qui faisait d'elle une bonne journaliste à scandale et romancière. Isobel et elle étaient très différentes mais cela n'enlevait rien à Mildred, qui serait à vrai dire certainement plus attrayante si elle n'espérait pas désespérément de se mettre au centre de l'attention.

"Bien, si nous en avons terminé, je vais retourner à mes autres dossiers", ajouta le ministre d'un ton aimable, mais ferme, peu disposé à rassurer Mildred sur sa beauté et son aura...


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur
L'espace d'une seconde, l'imaginaire de la romancière s'enflamma alors qu'elle se laissait happer par le regard envoutant du Ministre. Si la réalité avait été l'un de ses livres où la passion dégoulinait de chaque page, Leopold Marchebank se serait empresser de la rassurer sur sa beauté, avant de lui conter fleurette. Nul doute que de baiser fougueux en étreintes enflammées, l'homme le plus puissant du Monde Magique se serait alors jeter sur elle pour lui arracher sa robe et se libérer d'un désir ardent trop longtemps contenu! Malheureusement pour Mildred Magpie, aucun exploit de ce style ne se déroulerait. Car la réalité n'était pas un conte de fée où les crapaud épousaient les princesses, et il en allait de même pour les Ministres et les journalistes à scandale. Leopold Marchebank conserva ses distances certes; Mais il resta des plus courtois, évitant avec brio d'égratigner l'égo de la romancière, en lui disant qu'elle n'avait rien à envier à cette pimbêche de Lavespère. Chose dont ne doutait pas une seconde la sorcière rousse, mais qu'elle devait maintenir cachée pour ne point froisser à nouveau l'humeur du ministre. A vrai dire, elle enviait plutôt la jeune Rosaleen Marchebank, qui avait la chance de s'être mariée avec un gentleman aussi fidèle que courtois. Mildred se sentit quelque peu honteuse à l'idée d'avoir tenté un numéro de charme, qui au final n'avait pas été nécessaire pour s'attirer les bonnes grâces du Ministre. Elle lui adressa un franc sourire, en se levant de son siège.

"Merci, monsieur le Ministre. Je ne vais pas vous faire perdre davantage de votre temps précieux. Ce fut un réel plaisir de vous rencontrer, et sachez que vous serez toujours le bienvenue dans mon honorable établissement. "

Un dernier sourire, puis la Pie prit enfin son envol...

[Fin du Rp]


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Ravage du Bouclage! [Pv Leo]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ravage du Bouclage! [Pv Leo]
» Ravage Fevrier/Mars 2009
» Ravage (Mission William & Miranda)
» Ravage HS sur la sculpture
» 04. Quand l'alcool fait des ravages. || Ashton Kinney

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Ministère de la Magie, :: Niveau 1 : Bureau du Ministre et autres départements,-