AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Woman's World [Alexandra]

Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
2 novembre 2008

Penché sur un plan de Bristol, entouré de plusieurs membres du Bureau des Aurors et de la Police Magique, Leopold étudiait les différents points d'accès et de sortie de la ville. Hailey Peterson venait de lui présenter son rapport sur les troubles qui agitaient la ville depuis la guerre des gangs, les différentes options qui s'offraient à eux, leurs suputations sur la localisation de la Voie des Miracles. Quant à cette dernière, Leopold était probablement le seul homme présent dans la salle de réunion à la connaître, mais il comptait bien garder cette information pour lui-même. Cela soulèverait des interrogations embarrassantes, le cas contraire... C'était d'ailleurs assez amusant de voir les hypothèses échaffaudées par les aurors quant au fonctionnement de la Voie, lorsque l'on connaissait la réalité. Certains d'entre eux n'étaient pas si loin de la vérité, cela dit. Malheureusement, l'heure n'était pas à l'amusement et aux devinettes, mais bel et bien à l'action... pour ne pas dire à la répression. Si Leopold sentait une certaine solidarité pour ses collègues mafieux de Bristol - lui-même étant plus habitué à agir du côté du marché noir londonien - cette fois, ils étaient allés beaucoup, beaucoup trop loin. De nombreuses personnes l'avaient payé de leur vie, dont il n'avait cure, et la fiancée de Jacob était morte. Ce qui était inacceptable. Pour lui-même, pour sa côte de popularité et pour la loyauté du lieutenant Dalhiatus, Leopold se devait de réagir.

L'heure était donc aux réunions extraordinaires avec les différents acteurs du Ministère, qui s'agitait comme une fourmilière depuis l'élection du nouveau ministre. Tout bougeait, tout évoluait, et le Ministère n'avait pas connu une telle réactivité depuis la reconstruction dans l'après-guerre. Quelques mois seulement s'étaient écoulés depuis la prise de pouvoir de Leopold, mais l'époque où les employés du département Dalnox pouvaient se la couler douce était déjà oubliée de tous. C'était justement dans cette logique de changement que Leopold avait prit un rendez-vous avec la responsable de l'association féministe de l'OFFRE, rendez-vous que sa secrétaire se hâta de lui rappeler. Leopold lâcha un juron entre ses dents et laissa Hailey en charge de la fin de la réunion, pour se hâter vers son bureau. S'il n'y avait pas sa secrétaire Josie, il oublierait probablement de se nourir. Le nouveau régime n'était pas seulement exigent envers les employés, il l'était également avec le Ministre, qui n'avait plus le temps de souffler.

Enfin, si la tentation d'envoyer cette Alexandra Fitz sur les roses et de repousser cet entretien, il savait que le sujet du jour était aussi important qu'un autre. Leopold ne pouvait se contenter de s'occuper de la sécurité du pays, il avait un département entier dédié à cela auquel il devait faire confiance. Mettre de côté les programmes et réformes initiés depuis son élection serait une très mauvaise idée, et celui-ci, qui figurait dans son programme électoral, n'était déjà pas en avance. La réunion du jour devrait permettre de finaliser les choses. Alors il se força à accrocher un sourire aimable sur son visage fatigué, et se dirigea vers la - jolie - jeune femme qui patientait dans son bureau depuis un bon moment.

"Miss Fitz, c'est un plaisir de vous voir. Veuillez m'excuser pour le retard. Entrez, je vous en prie. Puis-je vous offrir quelque chose à boire ? Thé, café, quelque chose de plus fort, peut-être ?"

Sans doute ces féministes buvaient-elles des boissons infâmes aux herbes biologiques... Une fois les politesses échangées, les deux sorciers s'installèrent autour du bureau de Leopold. Tout en farfouillant dans son bureau pour en tirer un gros dossier, Leopold interrogea son interlocutrice :

"Alors, comment se porte l'OFFRE, miss Fitz ? J'espère sincèrement que vous n'avez pas eu de pertes à déplorer avec le tragique évènement du mois passé..."


Alexandra FitzAncien personnageavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Suite à la réunion de juillet de l’OFFRE, des décisions avaient été prises concernant le gouvernement et ce n’était pas pour plaire à tout le monde. Jusqu’à présent, l’OFFRE s’était toujours vantée d’être indépendante mais le programme du ministre Marchebank leur promettait enfin du changement. Ils étaient nombreux à croire que les choses pouvaient s’améliorer et l’OFFRE comme principale association féministe avait son mot à dire. Ils avaient sans doute une chance d’améliorer la condition des femmes de façon significative et surtout officielle. Ils espéraient ne plus avoir qu’à distribuer des tracts de sensibilisation ou crier leur mécontentement dans des manifestations, ils espéraient pouvoir changer les choses d’en haut, de tout en haut.

Cependant, comme on pouvait s’y attendre, cette idée divisait. Faire confiance à un gouvernement correspondait à se trahir pour un grand nombre d’OFFRistes. Certains vivaient pour la lutte, uniquement la lutte, et ils voyaient presque cette possibilité d’atteindre leur but d’un mauvais œil. Les débats avaient été enflammés, avaient durés des nuits entières entre les adhérents lors des dernières réunions mais aussi entre les membres dirigeants.

En temps qu’individu, Alex était profondément méfiante lorsqu’il s’agissait de politique. Selon elle, chaque gouvernement, chaque ministre était corrompu par la soif de pouvoir, elle ne leur faisait pas confiance. Cependant, en tant que présidente de l’OFFRE, elle avait bien dû se rendre à l’évidence, s’ils voulaient changer les choses le gouvernement Marchebank semblait être une chance à ne pas rater.

Le consensus était finalement arrivé et Alex avait pris contact avec le Ministère. Elle savait que cette décision avait une importance cruciale, elle allait changer la place de l’OFFRE, leur donnant une autre envergure mais leur faisant aussi prendre partie. Elle savait aussi qu’elle leur ferait perdre un certain nombre d’adhérents et qu’elle allait créer des divisions internes peut-être irréparables.

C’est pourquoi, assise dans la salle d’attente du bureau du Ministre, Alex était anxieuse. Elle avait peur, peur de la responsabilité qui lui incombait. Elle avait peur de se tromper, de mener son association à sa perdre, de tromper son idéal et de parjurer son bébé. Le pire étant sans doute qu’au fond d’elle, elle ne voulait pas être là. Son instinct, ce qu’elle était refusait ce qu’elle s’apprêtait à faire, ce n’était pas elle d’aller s’acoquiner avec les politiques qu’elle haïssait depuis qu’elle était adulte. Pourtant, sa raison et son poste l’obligeaient à tenir ses engagements et à se présenter devant Mr Marchebank pour discuter avec lui de la condition des femmes et de ce qu’ils pouvaient faire.

Néanmoins pour cela, il fallait encore que le Ministre veuille bien pointer le bout de son nez. Alex soupira une énième fois, tapotant nerveusement sur l’accoudoir du fauteuil sur lequel elle patientait depuis plus d’un quart d’heure, s’attirant un regard furieux de la secrétaire qui remplissait ses parchemins avec une rapidité assez impressionnante.

Enfin, il était là ! Alex faillit sursauter en entendant le Ministre s’adresser à elle, elle le salua, lui serra la main et le suivit dans son bureau en essayant de garder l’air le plus neutre et sérieux qu’elle avait.

« Un café, merci. »

Elle préférait ne pas demander une boisson forte pour ne pas donner une mauvaise image et puis il était un peu tôt pour un Whisky Pur-Feu. Alexandra s’installa dans le fauteuil faisant face au Ministre alors que celui-ci farfouillait dans ses tiroirs. Voilà, elle y était, elle ne pouvait plus faire marche arrière désormais, les formalités d’usage commençaient et Alex se sentit vite mal-à-l’aise, subitement très consciente de sa méconnaissance de la politique et de ses règles.

« L’OFFRE se porte bien monsieur le Ministre. La Monde Sorcier semble réellement concerné par la cause féminine ce qui n’est pas un mal, il semblerait que nous ne sommes pas dans une société aussi conservatrice qu’on veut nous le faire croire comme le montre parfaitement votre élection. Vous vous doutez cependant qu’avec le contexte de tensions actuelles et en étant basée à Bristol, l’OFFRE n’a pu éviter la vague de violence. Certains de mes adhérents ont été blessés et certains y ont perdu la vie. Je pense que vous connaissiez Swann Twilfit, en plus d’être une chef d’entreprise admirable et un modèle de réussite pour bien des femmes, elle était une adhérente de l’OFFRE, son décès m’a profondément chagriné. »

Un petit sourire triste de circonstance, une gorgée de café. Jusqu’ici elle ne s’en sortait pas trop mal lui semblait-t-il.


Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Pendant qu'Alexandra lui répondait, Leopold entreprit de grifouiller sur une petite note de service pour l'envoyer sur le bureau de sa secrétaire. Etre ministre par ces heures sombres impliquait d'être multitâches. Il suivit la note volante du regard avant de se figer dans son fauteuil à la mention de Swann. Poussant un juron mental, Leopold reporta son attention sur son interlocutrice, se demandant comment diable il avait pu ne pas savoir que Swann était membre de l'OFFRE. Cela montrait à quel point il connaissait mal la fiancée perdue de son bras droit, car Leopold ne l'avait guère pris pour une féministe, quand bien même elle semblait avoir des idées assez ouvertes et affirmées. Sans doute était-ce le fait de la voir fiancée avec un homme politique plus vieux qu'elle, de la même façon qu'il voyait mal Rosaleen défiler sous les couleurs de l'OFFRE... Mais à bien y réfléchir, cela correspondait assez bien au souvenir de la jeune femme entreprenante et sure d'elle qu'il avait en tête, Swann avait beau avoir succombé aux charmes d'un grisonnant de la politique, elle n'avait rien d'une future mère de la haute au foyer qui ne vivait que pour plaire à son mari... Leopold hocha la tête tristement, avant de répondre, avec une compassion qui n'était pas feinte :

"J'ignorais que Swann Twilfit était membre de votre association, ne l'ayant cotoyé que très récemment, depuis ses fiançailles avec mon collègue et ami, monsieur Dalhiatus. Sa disparition m'a profondément touché également. Je suis heureux de constater que l'OFFRE continue son important travail, et j'espère que nous pourrons faire avancer la cause des femmes ensemble, c'est sans doute là le meilleur moyen de leur rendre hommage."

Leopold médita ses propres paroles quelques instants tout en buvant une gorgée de café. Rares étaient les actions de son gouvernement qui le touchaient directement, mais celle-ci en faisait partie. C'était un héritage qu'il serait heureux de laisser derrière lui, contrairement à d'autres réformes qu'il menait uniquement par démagogie et stratégie politique. Oh, si l'on observait la vie de Leopold, il était facile de déduire qu'il n'était qu'un macho parmi tous les autres sur les bancs de la politique. Son mariage avec Rosaleen en était la plus puissante illustration. Pourtant, à ses yeux, c'était tout l'inverse, et ce n'était pas un hasard si toutes les femmes qui avaient jamais attiré son attention avaient un caractère bien affirmé et une certaine dose d'ambition. Rosaleen y compris, même si elle n'avait pas son pareil pour se dissimuler derrière une couche de douceur et d'humilité - mais il avait toujours su voir au-delà.

Croisant les mains sur son bureau, il décida de rentrer dans le vif du sujet.

"Comme cela a été discuté lors de ma campagne, le gouvernement souhaiterais faire une place plus grande aux femmes au Ministère, car il est difficile de faire avancer les choses sans avoir une commission dédiée à cette cause, qui porte la voix des femmes. Certes, nous pourrions nous contenter d'adopter une loi quelconque en faveur de la parité, mais cela ne me semble pas suffisant. Il faut des changements structurels, réfléchis, réels, avancés par des acteurs informés sur la situation. Je n'ai pas besoin de vous cacher que bon nombre de sorciers au Ministère se fichent bien de savoir si les femmes sont payés 25% de moins que les hommes à travail égal, ou si elles ont le droit d'avorter... Certains ne voient des associations comme la votre que comme des perturbateurs. Voilà pourquoi je pense qu'il serait opportun de travailler ensemble, au sein d'un service spécialisé sur le droit des femmes, pour tenter d'obtenir des avancées concrètes. L'aide d'une association telle que l'OFFRE me semble inestimable et nous aurions tout à gagner à travailler main dans la main..."

Son regard sombre de fixa sur la jeune femme, alors qu'il lui adressait un sourire fin. La chef de l'OFFRE ne semblait guère être une politique, d'après ses renseignements, il s'agissait d'une apothicaire, tout juste âgée de trente-et-un an. Sans doute n'aurait-il pas grand mal à obtenir d'elle ce qu'il souhaitait, même s'il n'ignorait pas que l'OFFRE avait grandement pris en ampleur au cours des derniers mois et qu'elle renfermait des sorciers divers, aux idées toutes aussi variées. Restait à se montrer plus convainquant que les détracteurs du ministère, en faisant entrer dans la jolie tête d'Alexandra Fitz qu'elle avait plus à gagner en collaborant avec le gouvernement qu'en s'y opposant. Sans doute était-elle pétrie de convictions et de caractère, pour se trouver à la tête d'une telle association, mais cela ne signifiait pas qu'elle n'était pas capable de savoir où se trouvait son intérêt... Comme toujours, Leopold comptait sur la partie rationnelle et calculatrice du cerveau de son interlocuteur. Il était prêt à lui offrir ce qu'elle voulait le plus, des avancées concrètes pour sa cause, toute l'attention du Ministère... Contre le soutien tout à fait bénéfique d'un des acteurs de la manifestation qui avait conduit au Bloody Sunday.



Alexandra FitzAncien personnageavatar
Messages : 240

Voir le profil de l'utilisateur
Marchebank finit par entrer dans le vif du sujet, ce qui n’était pas pour déplaire à Alexandra, elle n’avait pas plus envie que cela de s’attarder auprès du Ministre et encore moins pour discuter comme s’ils étaient deux simples adultes ayant des connaissances en commun.

Bien qu’elle s’était promise de ne pas se laisser avoir par le discours du politique, elle ne put s’empêcher de remarquer qu’il savait frapper juste, sélectionner les arguments qui feraient flancher son interlocuteur. Néanmoins, Alex n’était pas née de la dernière pluie et elle savait pertinemment que plus que la cause des femmes, Marchebank était intéressé par l’influence que prenait peu à peu l’OFFRE.

Elle colla sur son visage un sourire poli d’occasion et répondit d’un ton charmant :

« Je suis ravie de constater que notre nouveau Ministre est conscient de la condition peu glorieuse des femmes dans ce pays et que vous sembliez prêt à y remédier ou tout du moins à avancer dans notre sens, dans le sens de l’OFFRE, c’est à dire le sens de l’égalité. »

Elle fit une légère pose pour rassembler ses idées, c’était maintenant que tout se jouait, elle devait faire comprendre à son interlocuteur qu’elles étaient les intentions et espérances de l’OFFRE.

« Lors des dernières réunions de l’OFFRE nous avons longuement débattu des mesures qui nous semblaient les plus urgentes à mettre en place mais également de la façon dont nous pourrions le faire. En effet, nous sommes conscients qu’une simple loi ne suffit pas et qu’il faut éveiller les consciences, montrer au peuple que la cause des femmes n’est pas un petit problème qu’on règle avec une loi rapide mais bien un sujet sérieux qui nécessite une réflexion de longue haleine. C’est pourquoi je suis ici aujourd’hui, pour écouter vos propositions, savoir exactement quel type de « partenariat » vous seriez prêt à nous proposer et quelle place y aurait l’OFFRE ? »

Voilà, les dés étaient lancés, il fallait désormais que Marchebank se dévoile un peu, ensuite commencerait les négociations. Fort heureusement, Alex était consciente de l’importance que prenait peu à peu l’OFFRE, elle savait désormais que le Ministre gagnait beaucoup à s’allier avec eux ce qui lui donnait une certaine marge de manœuvre, du moins l’espérait-elle.


Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 739

Voir le profil de l'utilisateur
Le ministre répondit au sourire poli par un hochement de tête approbateur. Son interlocutrice ne lui semblait pas trop hostile à son discours pour l'instant, ce qui n'était pas gagné d'avance. On ne savait jamais à quoi s'attendre avec les membres d'associations, et en particulier avec ces féministes, mais la femme qui lui faisait face avait l'air d'avoir la tête sur les épaules. Pragmatique comme lui, elle savait que sa cause serait mieux portée par le gouvernement en place que par de simples réunions et meetings sans réalisations concrètes. Restait maintenant à déterminer les modalités de leur coopération, ce qu'Alexandra l'invita à exposer.

Croisant les mains sous son menton, Leopold observa son interlocutrice, l'air pensif.

"Une partie du budget de la justice magique pourrait être affecté à la création d'un service dédié à la question. Il s'agirait non seulement de tenter de faire évoluer la législation, mais aussi et avant tout de réaliser des études et enquêtes sur la situation des femmes dans le pays, et également pourquoi pas de mettre en place une structure plus sociale. Accueil et assistance des femmes qui rencontrent des difficultés d'ordre diverses, qui font face à des discriminations ou des violences au travail ou d'ordre familial par exemple. Notre système est assez peu protecteur envers les épouses vis-à-vis de leur mari, certaines familles accordent autant de droits et de liberté à la femme qu'à l'elfe de maison, pour ne pas dire le hibou..."

Un petit sourire, comme un tic, crispa le coin de la lèvre de Leopold. Après des décennies à fréquenter la haute-société et les illustres familles de sang-pur, il en avait vu et entendu suffisamment pour être convaincu par ce qu'il racontait. D'ailleurs, son mariage avec Rosaleen illustrait parfaitement ses propos : une jeune femme de vingt ans à peine donnée, presque vendue, à un homme qui avait l'âge de son père, car il avait un statut social et une fortune propres à redorer sa famille. N'était-il pas le troisième fiancé de Rosaleen, ni plus ni moins ? Voilà qui avait de quoi faire bondir une féministe comme Alexandra. Et pourtant, c'était aussi lui qui avait offert à Rosaleen une vie plus émancipée et plus libre, où elle pouvait mener comme bon lui semblait études, carrière et vie de famille, où elle pouvait s'exprimer sur ses opinions politiques pourtant fort différentes des siennes. Elle était à la fois, à l'extérieure, la parfaite petite épouse de l'homme politique qu'il aimait parader à son bras, mais aussi la femme brillante et indépendante qu'il admirait sincèrement.

"Trop longtemps, ces femmes n'ont trouvé personne vers qui se tourner. C'est le rôle de l'Etat d'assurer leur santé et leur sécurité. Bien sûr, tout reste à imaginer et c'est pourquoi je fais appel à vous. Pourquoi pas une cellule à Sainte Mangouste ou un intervenant à Poudlard pour assurer l'éducation sexuelle des jeunes sorciers, par exemple ? Bref, j'aimerais que l'OFFRE travaille avec le gouvernement en lui fournissant des enquêtes indépendantes, mais également que certaines personnes de votre association rejoignent cette nouvelle commission pour formuler des propositions et nous aider à mettre tout ceci en place. Il nous faut un état des lieux de la situation et des idées d'améliorations qui soient à la fois concrètes et faisables, financièrement parlant. Puisque vous avez débattu de ce sujet lors de vos réunions, peut-être avez-vous déjà quelques idées à soumettre au gouvernement ? Bien sûr, je ne m'occuperai pas personnellement de cette structure, mais cela m'intéresse."


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Woman's World [Alexandra]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Ministère de la Magie, :: Niveau 1 : Bureau du Ministre et autres départements,-