AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 L'imagination gouverne le monde [Leopold & Roy]

Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
15 décembre 2008

Le trafiquant en avait conclu, des affaires. Plutôt bien rôdé dans l’art de la négociation, on le qualifiait souvent d’homme audacieux. Pas téméraire, toutefois, s’il y avait un domaine où il faisait preuve de prudence, c’était celui-ci. Aussi, quand Leopold Marchebank lui exposa une manoeuvre que Roy jugea fort risquée, cela se vit dans le regard dubitatif qu’il posa sur le ministre. Se laissant quelques secondes pour réfléchir, il croisa ses mains sur la table autour de laquelle ils étaient désormais habitués à traiter affaires, tous les deux. Certains d’être seuls dans la pièce interdite des Folies Sorcières, rien ne ne venait interrompre le silence, si ce n’était le bruit des verres d’alcool sur la table et quelques bouffées de fumée occasionnelles -autant faire consommer ses produits, jugeait le trafiquant.

« Etendre votre pouvoir jusque là ? Vous êtes conscient que ça nécessite beaucoup de ressources ? »

Ressources dont il ne disposait pas, à priori. Ou alors, Marchebank cachait bien son jeu. Ce ne serait pas la première fois. Roy attendit que le ministre daigne l’éclairer sur son plan. S’il ne le connaissait pas un peu, il dirait que sa proposition était digne d’un mégalomane…

Après réflexion, finalement, ce n'était pas si étonnant que cela, venant de sa part, songea Roy, l'ombre d'un sourire aux lèvres.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
Un fin sourire étira les lèvres du ministre, alors que son regard croisait celui de son associé. Roy Calder était prometteur, le plus prometteur de tous. Un conquérant dans l'âme, à en juger par sa splendide prise de pouvoir sur la Voie... Mais il manquait encore d'audace, de vision. Et, surtout, il continuait de le sous-estimer. Mais pouvait-on réellement l'en blâmer ? Ils le sous-estimaient tous. Qu'à cela ne tienne, Leopold aimait surprendre. C'était ainsi que l'on entrait dans les livres d'histoire.

Se relevant de son siège pour surplomber la carte qui s'étalait sur la table, Leopold posa les deux mains contre le bois, officiellement pour se donner un air inspiré, officieusement parce que la pièce commençait légèrement à vaciller. Il ne savait pas exactement ce que Roy lui avait fait consommer, mais c'était... Eh bien, disons simplement que le ministre n'était pas homme à vaciller facilement.

"J'ai les ressources, et surtout, j'ai l'audace. C'est bien tout ce qu'il faut, n'est-ce pas ? Une vision ! Qui ne tente rien n'a rien... Imaginez, Roy, imaginez donc ce que nous pourrions faire ! Quel empire, Merlin ! L'Europe occidentale, le joyau du monde... La France, Roy ! Planter le drapeau anglais sur la tour Eiffel ! Vous savez, Napoléon Bonaparte avait coutume de dire que le vrai courage est celui de trois heures du matin..."

Et trois heures il était. L'heure des grandes décisions. L'heure des folies... Pour changer l'Histoire.



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Le sourire de Roy s’agrandit à la conclusion de Leopold, comme toujours, amateur de citations des grands hommes. Nul doute que Marchebank espérait faire entrer son nom aux côtés des plus grands, Roy l’avait bien compris. Derrière ce politicien à l’allure banale se cachait un véritable homme d’affaires aux ambitions aussi dévorantes que démesurées. Ils n’étaient pas si différents, au fond… Leopold était simplement mieux placé, et plus expérimenté que lui, à n’en pas douter.

Mais tout de même… C’était de la folie ce qui lui proposait là. S’il n’avait pas eu la tête un peu embrumée par les substances illicites qui engorgeaient la pièce, Roy aurait gentiment fait comprendre à Leopold qu’il avait bien fumé, pour parler poliment.

« Et ma mère, elle avait coutume de me renvoyer me coucher, à trois heures du matin, personnellement. Pourquoi disait-il ça ? La main sous le menton, à moitié avachi sur la table, Roy faisait fi des bonnes manières face à son ministre, mais ils n’en étaient plus à ça près. Il pointa la carte sur la table, que Leopold lui montrait pour illustrer son propos. Puisque vous parlez de vision, moi tout ce que je vois, c’est Papy Salem et Mamie Berlin qui vont vous sauter dessus si vous touchez à leur copine. Mais bon, si vous tenez absolument à mettre une Tour Eiffel dans votre collection de trophées… »

Le regard de Roy s’égara brièvement vers la fenêtre qui donnait sur l’estuaire. Son sourire s’illumina aussitôt.

« On n’a qu’à en construire une, ici ! Sur la jetée. Comme ça, vous aurez une belle vue à chaque fois que vous viendrez par ici. Bon, si je dois être tout à fait honnête avec vous, je reconnais que ça partait d’une bonne intention, l’idée de l’ambiance glauque de la ville fermée, genre ville de l’horreur et des frissons, c'est vendeur et tout, mais ça ramène carrément moins de touristes que si on avait une tour Eiffel sur la plage, vous en pensez quoi ? »

Roy tourna un air tranquille vers le ministre. Lui était avis qu'il devrait plutôt se concentrer sur son Angleterre déjà bien mal en point...



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
"Je ne vous prenais pas pour le genre d'homme à écouter ses parents", rétorqua Leopold avec amusement, avant de suivre le geste de Roy. Une Tour Eiffel sur la jetée de Bristol ? Ma foi, pourquoi pas...

"Adjugé ! L'Angleterre a certes besoin de sa propre Vegas !"

Un endroit pour oublier les problèmes dans la boisson, et les accentuer en déversant les gallions durement gagnés à la faveur d'un lancé de dé malheureux... Voilà qui parlait à Leopold.

"Je vois ce que vous faites, Calder ! Vous ne perdez pas le sens des affaires, même maintenant ! Mais vous ne me détournerez pas de la situation, ma volonté est inébranlable !"

Leopold s'interrompit le temps de vider son verre et de se laisser tomber sur sa chaise en poussant un soupir. Le poids des décisions pesait sur ses épaules. Et, comme si les décisions du jour ne lui suffisaient pas, il fallait qu'il se rajoute des dilemmes la nuit... Mais il aimait ça, il vivait pour ça. Le frisson de l'aventure, la prise de risque, l'instant où tout pouvait basculer. Pousser l'audace toujours un peu plus loin, tout tenter et, tout pragmatique qu'il était...avoir la foi. La foi qu'il pouvait réussir, la foi qu'il pouvait gagner.

"Vous avez raison, Roy, vous avez raison ! Je vais conquérir la France comme j'ai conquis l'Angleterre... En rassemblant mes alliés, et en sachant attendre le bon moment. Et le bon moment n'est pas encore arrivé. Mais méfiez-vous, mon ami... Ce n'est que partie remise."



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
« Oh, vous connaissez peut être mon père, mais croyez-moi, vous ne connaissez pas ma mère » rétorqua Roy en ricanant.

Sauf s’il se rappelait d’une Elena Reyes du temps de ses jeunes années, mais Roy ne voulait pas savoir. Il se retint de lever le poing de la victoire lorsque Leopold se rallia son idée de faire de Bristol leur nouveau Vegas. Les Folies Sorcières étaient fructueuses, il ne pouvait le nier. Il serait simplement plus heureux encore avec d’autres affaires tout autant fructueuses, dans la ville dont il dominait désormais le marché. Roy feignit la contrariété quand Leopold déclara qu’il avait vu clair dans son jeu.

« Aaah je croyais que j’étais subtil, sur ce coup ! Vous êtes trop malin pour moi, Leopold. »

Cela ne l’empêcha pas de déposer une marque magique à un endroit de la carte, proche de Bristol, tandis que le ministre arguait qu’il ne payait rien pour attendre. Avec insolence, Roy répliqua :

« Sans vouloir vous offenser, je crois que vous n’avez plus les idées très claires… Reprenez-en donc encore un peu. » Il tendit son joint qui crachotait une fumée légèrement bleutée à Leopold. « Pourquoi la France, d’ailleurs ? Vous avez tellement d’autres proies plus faciles à avoir. » Il pointa l’Europe de l’Est sur la carte. « Ils sont intéressants, eux. C’est toujours utile d’avoir des sorciers entraînés à la magie noire dans ses rangs. Dernièrement, j’ai recruté une espionne russe, elle est… Comment dire… -‘me regardez pas comme ça, je pense pas à ce que vous pensez que je pense, pour une fois- parfaite ! »

Si, il pensait carrément à ce que Leopold devait l’accuser de penser, mais Roy pouvait au moins tenter de sauver les apparences. Sa réputation était déjà malheureusement faite, chacun savait que la limite entre travail et vie privée était floue pour cet homme, tout chef de mafia qu’il était, on ne se séparait pas de ses bonnes habitudes si facilement.

« Encore un peu de Ragnarov ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold offrit un sourire amusé à Roy lorsque celui-ci évoqua son père. Au départ, Leopold devait le reconnaître, il avait été étrange pour lui de pactiser avec le fils de son ancien camarade, mais il avait découvert que la compagnie de Roy était encore plus agréable que celle de son paternel. L'homme n'avait pas volé sa place de co-gérant d'un cabaret, on pouvait dire qu'il savait s'amuser ! Tout en répandant des bouffées de fumée bleuâtres dans l'air, Leopold lança un regard entendu au jeune homme. Une espionne russe ? Leopold était persuadé que Roy pensait exactement à la même chose que lui, bien qu'il s'en défende. Il avait sans doute trouvé là, si ce n'est - encore - un égal en terme de stratégie, un égal en terme de flirt. Roy était un homme à femmes, et il aurait certainement profité de cette faiblesse ce soir s'il avait été une jolie jeune sorcière. Mais il n'était qu'un ministre grisonnant et bourré, aussi ne lui restait-il plus qu'à compter sur son esprit - et sur sa chance...

"Je n'ai jamais aimé les proies faciles, donc..."

Son regard balaya la carte, sans s'arrêter sur l'Europe de l'Est, avant de se reporter sur Roy, un air de défi emprunt sur son visage. S'il avait bien cerné les pensées du jeune homme, il ne lui restait plus qu'une seule chose intelligente à faire.

"Donc, c'est décidé. J'attaque le Canada. Et cette fois, rien de ce que vous direz ne me fera changer d'avis."

Un petit bruit de roulement ponctua ses propos, scellant le destin du peuple anglais.



Christoph Waltz, merci à Roy
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Leopold Marchebank le Dim 14 Déc 2014 - 12:33, édité 1 fois
Lancé de dé :

1, 2, 3, 4 : Victoire de Roy
5, 6 : Victoire de Leopold



Christoph Waltz, merci à Roy
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Leopold Marchebank' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé à 6 faces' : 3


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
En toute honnêteté ? Oui, Roy avait bel et bien essayé de détourner l’attention de Leopold par ses discours au ton léger. Il était comme ça, Roy, toujours à flatter et faire diversion pour amener les autres là où il le voulait. Mais Leopold Marchebank n’était pas une proie comme les autres. Aussi stratégique que lui, si ce n’était plus, il était un fin loubard derrière ses airs de monsieur tout le monde. Roy le vit porter son attention sur le Canada, autrement dit, exactement la zone qu’il avait essayé de protéger en détournant la conversation sur l’Europe de l’Est. Car Roy n’était pas un homme manquant d’ambitions, c’était l’Amérique entière qu’il voulait !

Attentif au roulement des dés, Roy ne pipa pas un mot avant que les résultats ne sortent. Une fois son calcul fait, il offrit un sourire machiavélique au ministre, se félicitant d’avoir fait en sorte que Leopold n’ait pas trop de pions sur la zone qu’il convoitait.

« On dirait qu’il va falloir attendre votre anniversaire pour avoir le Canada, dommage… »

Les pions déplacés, ce fut au tour de Roy de se placer en attaque, et tandis qu’il réfléchissait encore vers quoi il allait porter son prochain coup, il voulut bien reconnaître :

« Mais c’était bien joué. C’était vrai, Leopold semblait toujours deviner ce à quoi Roy pensait précisément, derrière ses tentatives de manipulation. Vous savez quoi ? Je vais finir par croire que vous seriez vraiment capable de conquérir le monde par la force de vos stratégies militaires. On devrait songer à revoir nos ambitions pendant nos réunions. Je suis sûr que Coleman nous suivrait ! »

Et Roy fit suivre sa déclaration d’un petit rire complice.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold lâcha un juron lorsque les dés s'immobilisèrent. Roy avait décidément la chance de son côté, et le ministre commençait lentement mais sûrement à se diriger vers le chemin de la défaite. Quelle idée stupide de vouloir jouer au Risk version sorciers ! Bon, il devait reconnaître que planifier des invasions était plutôt amusant, et donnait des idées, comme Roy ne manqua pas de le reconnaître. Il joignit son rire machiavélique à celui de Roy, avant de répondre :

"Danielle, c'est certain ! Mais je vais me faire taper sur les doigts par Hailey après...", réfléchit-il en grimaçant. Non, le ministre ne craignait pas la chef du BDA, pas du tout. "Je reconnais que lancer une invasion me tenterait bien. Leopold Marchebank, maître du monde... Oui, j'aime bien. Mais autant dire que ce serait un peu du suicide. Sans oublier que notre belle Angleterre est déjà bien mal en point, comme vous le disiez..."

Leopold s'affala à moitié sur la table, bousculant quelque peu ses petits pions d'aurors bleus, et lança un regard entendu à Roy.

"Avec des mafieux au pouvoir, en même temps... Si on m'avait dit que je serais ministre un jour", commenta-t-il d'un ton mi-amusé, mi-incrédule.



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Roy ne put retenir un rire en entendant Leopold évoquer Hailey Peterson avec une certaine contrariété.

« Elle est effrayante, hein ? Quand elle vous lance son regard tellement froid… Mais c’est ce qui fait son charme, en même temps. » Roy, lorgner sur la chef du BDA ? Jamais. Ce serait si cliché, le criminel intéressé par la belle policière, enfin… « Et moi chef de gang » ajouta t-il, avec un léger soupir à la conclusion de Leopold.

Oh leur vie était si dure à tous les deux, et leurs Gallions dilapidés dans les jeux, si durement gagnés… Roy avait ressenti un certain étonnement en apprenant que leur ministre, loin de se contenter de collaborer avec des mafieux, en était un lui-même, et ce depuis un certain temps, visiblement. L’Angleterre n’avait pas pris conscience de quel genre d’homme elle venait de mettre au pouvoir.

« Il faut dire que vous cachez diablement bien votre jeu. Vous êtes un peu mégalo sur les bords, on vous l’a déjà dit ? »

Roy crachota un peu de fumée de Monalisa, que l’on nommait aussi drogue des artistes, car elle était sensée vous inspirer les idées les plus folles. En l’occurrence, elle fonctionnait plutôt bien, mais bon, d’ici à ce qu’une tour Eiffel se construise dans Bristol, ou que le Ministre déclare la guerre au Canada… Un éclair de lucidité -ou de folie- traversa le regard de Roy qui sut enfin où porter son attention. La meilleure défense n'était-elle pas l'attaque ?

« L’Angleterre, pensa t-il à voix haute. Ca a toujours été elle, le centre de toutes nos ambitions, n'est-ce-pas ? »

Conscient de défier son ministre sur son propre terrain, dans le jeu comme dans la vraie vie, Roy lança les dés, le sourire aux lèvres...
Spoiler:
 



  - Power goes by and leaves me blind -
   
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Roy Calder' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé à 6 faces' : 4


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
"On ne me le dit pas si souvent, figurez-vous", rétorqua Leopold avec un sourire fourbe, "parce que je cache bien mon jeu, justement."

Autant ne pas trop le dévoiler, cependant, d'autant plus que cette substance que Roy lui faisait fumer semblait le désinhiber dangereusement. Heureusement, la conversation ne s'attarda pas sur les ambitions du ministre et leur attention se reporta sur le jeu. Pas pour longtemps, malheureusement, car Roy s'attaqua au coeur même de l'empire du ministre... L'Angleterre. Un juron coloré s'échappa des lèvres du ministre quand son rival l'emporta, visiblement très fier de lui. Son regard sombre se plongea dans celui de Roy, semblant jauger la valeur de celui qui l'avait vaincu.

"Bien joué, Calder, bien joué... Je me dois de m'incliner."

Leopold était généralement mauvais joueur, mais il était bien trop détendu à l'instant pour se préoccuper de sa défaite. En revanche, il songea intérieurement qu'il faudrait se méfier de Roy Calder, qui semblait avoir trop de points communs avec Leopold pour être honnête. Il ne manquerait plus qu'il le putsche pour de vrai...

"Mais je vous préviens, je serai plus difficile à détrôner dans la vraie vie", murmura-t-il avec un fin sourire. Se basculant dans son siège, il décida qu'il était temps de revenir à un sujet moins politique. Roy en savait beaucoup à son sujet, et l'inverse n'était pas forcément vrai, aussi était-il temps d'y remédier. En commençant par une question de la plus haute importance...

"Alors Hailey vous plait bien, hm ? Votre genre de femmes, c'est les brunes à fort caractère ?"



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Roy n’était pas seulement joueur et téméraire, il était aussi fanfaron quand il gagnait, aussi ne se gêna t-il pour étaler un sourire victorieux lorsque les dés lui firent remporter son coup. Il était en train de remporter leur partie, son adversaire n’avait plus qu’à s’incliner… ce qu’il fit, à voix haute. Un rire secoua Roy à l’avertissement que Leopold ponctuait d’un sourire, en guise de conclusion.

« Oh vous en faites pas, d’ici à ce que je devienne ministre, Bristol l’aura, sa tour Eiffel, ricana t-il, avant d’hausser les épaules. Je crois que je n’aurai jamais la patience d’endosser votre poste. »

La politique ne l’avait jamais intéressé, les affaires et les magouilles lui allaient bien mieux. S’il devait être le chef de quelque chose dans ses rêves les plus fous, ce serait d’un marché mondial, pas d’un pays. Et encore, dominer la Voie était déjà une belle part, et surtout, une conquête difficile à conserver… Sans compter que ce n’était pas comme s’il avait une chance d’entourlouper Leopold Marchebank dans la vraie vie. Il avait tout en triple, comparé à lui : les alliés, l’expérience, la roublardise.  

Mais peut-être pas les femmes, se prit-il à espérer à la question que lui posa le ministre. Qu’on se le dise, Roy aimait gagner dans ce domaine aussi.

« Oui, les brunes à fort caractère… Parmi les blondes charmantes et les rousses audacieuses, je dirais, je suis un homme ouvert d’esprit, répondit-il, son sourire narquois s'agrandissant. Ce serait dommage de se priver. Mais les meilleures sont celles qui résistent, comme Hailey. Et il était certain que Leopold le conquérant était de son avis. Curieux, il se tourna vers lui. Et vous ? Oh votre femme est vraiment charmante, mais… Je suis sûr que la fidélité ne vous a jamais convenu. »

Allez, il avait bien vu qu’il ne regardait pas tout à fait innocemment ses collaboratrices, lui non plus.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
Un sourire appréciateur apparut sur les lèvres de Leopold. Une fois encore, Roy et lui étaient semblables, car Leopold se retrouvait tout à fait dans l'état d'esprit du mafieux. Leopold prit le temps de servir deux verres de Whisky Pur Feu - ils avaient toute la nuit, après tout ! - avant de répondre, l'air faussement innocent :

"Je suis l'incarnation même de la fidélité, voyons, qu'allez vous chercher... Bon, d'accord, je dois reconnaître que je suis un homme ouvert d'esprit, moi aussi. Mon ex-femme et moi-même avions allègrement des aventures et c'est une habitude difficile à perdre mais... Croyez-le ou non, je suis fidèle à Rosaleen depuis notre mariage. C'est une femme extraordinaire, vous savez, elle n'est pas simplement charmante."

Allons bon, le voilà dans un drôle d'état second qui le poussait à se montrer bizarrement sentimental. Ce n'était pas son genre, et Leopold le séducteur se reprit aussitôt.

"La fidélité m'amuse, pour l'instant, c'est une forme de challenge en soit. Je ne sais pas combien de temps cela va durer. Je me laisse porter par les rencontres et me laisse bercer par l'idée que je peux résister à toute forme de tentation... et Merlin sait qu'elles sont nombreuses."

Ce n'était pas au gérant des Folies Sorcières qu'il allait l'apprendre, songea Leopold en posant un regard songeur sur Roy. Il avait longtemps été Roy, mais venait un temps où même la compagnie des plus belles femmes trouvait ses limites. Où l'ennui guettait, à nouveau...



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Tout en avalant d’une traite son verre de Whisky pur Feu, qui lui fit tourner la tête, Roy écouta la réponse de Leo. Il pouffa légèrement en l’entendant dire qu’il était un homme ouvert d’esprit lui aussi. Belle façon de qualifier les deux coureurs de jupon incorrigibles qu’ils étaient…

« Mais vous allez vous lasser au bout d’un moment. Quand vous aurez estimé avoir relevé le challenge, j’imagine. »

Ainsi fonctionnaient les hommes joueurs de leur acabit, dès qu’un de leurs jeux les ennuyaient, ils passaient à autre chose. Un peu assommé par la quantité d’alcool et de monalisa qu’il avait ingurgité, Roy s’affala sur la table, le menton appuyé sur ses bras et commença à se lancer dans une réponse un peu décousue, sur le ton pensif de celui qui avait plein de souvenirs pour illustrer ses propos :

« Sauf si vous êtes amoureux de J... votre femme. Sa langue avait failli fourcher, par Merlin, il n'avait vraiment plus les idées claires. Vous résisterez p'têt plus longtemps. Comme vous dites, les tentations sont toujours affreusement nombreuses… Elles viennent de partout et de nulle part. Parfois d’endroits qu’on soupçonne même pas.  Il pointa la bouteille sur Leopold, dans un éclair de lucidité. J’parie que vous avez déjà testé plein de trucs, vous. »

Roy pensait surtout à des plans à plusieurs pour parler vulgairement, ou des parties fines comme on disait dans la Haute. Peut-être même avec des hommes, qui savait.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
Oui, Leopold risquait de se lasser. Il se connaissait trop bien pour oser prétendre le contraire, mais pour l'heure, sa vie actuelle était suffisamment emplie de nouveautés et d'excitations pour que l'envie de tromper Rosaleen ne le titille. Leopold vida son verre d'un trait avant de faire une grimace en sentant la pièce tanguer. D'un geste de la main, il écarta le plateau de jeu pour ne plus voir sa défaite s'afficher sous ses yeux. Puis il s'affala à son tour sur la table, car il se moquait bien de son image à ce stade, et esquissa un sourire fier à la remarque de Roy.

"Oui, j'ai eu l'occasion de tester pas mal de trucs... Mais pas tout non plus", répondit-il en croisant le regard de Roy. "Oh j'ai connu mon heure de gloire, surtout du temps de mes folles années, en Autriche... La plupart des sangs-purs sont très ennuyeux de ce côté là, vous savez ? Mais les Marchebank n'ont jamais été des sangs-purs comme les autres."

Il était cependant persuadé que l'homme en face de lui n'était pas en reste, comme il le fit remarquer avec espièglerie, pointant sur lui un index accusateur.

"Mais... Je suis sur qu'un gérant de cabaret mafieux comme vous aurait des choses à m'apprendre. Après tout, un homme ouvert d'esprit n'a pas peur des nouvelles expériences, et j'imagine que je ne suis pas le seul à avoir testé certaines choses... Je me trompe, Roy ?"



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Des gens paieraient cher pour avoir le cliché du ministre se vautrant sur la table et l’écouter se confier sur ses conquêtes. Roy était conscient de partager une forme de complicité avec son aîné à cet instant. Il avait beaucoup plus en commun avec lui que ce que l’on pouvait imaginer au premier abord, et cela amusait assez le trafiquant de constater qu’il venait de trouver une sorte d’alter ego un peu plus vieux que lui, en la personne d’un homme qu’il n’aurait jamais imaginé approcher dans sa vie.

Roy hocha la tête à la réponse de Leopold, il savait que les Sang-Purs étaient globalement des personnes coincées, tout comme il savait qu’il y avait quelques exceptions. Cependant, lui révéler qu’il avait lui aussi eu une relation intime avec une Lestrange n’était peut-être pas une bonne idée. Ah ! Cela leur faisait un autre point commun, se rendit-il compte, même si la femme en question n’était pas la même. Le regard espiègle que lui renvoya le ministre le fit sourire de la même façon que lui, alors qu’il répondait avec calme :

« Vous avez tout à fait raison. Quand la fidélité vous ennuiera, sachez qu’une partie très secrète des Folies Sorcières est prêt à vous accueillir pour vous proposer de nouvelles expériences assez… acrobatiques, vous m’en direz des nouvelles, déclara t-il, avec malice. Même ivre et drogué, Roy gardait le sens des affaires pour faire vendre sa maison close. Mais bon… Au bout d’un moment, même un gérant de cabaret mafieux comme moi se lasse aussi. L’alcool, les jeux, les femmes, les jeux, l’alcool, les femmes… répéta t’il comme la litanie qu’était sa vie actuelle. Roy devait entrer dans sa phase de bourré un peu déprimé. Vous savez, m’sieur Leopold, ma dernière petite amie m’a largué pour une femme. C’est dingue, non ? Est-ce que vous seriez prêt à larguer votre femme pour un homme, vous ? »

Ivre et drogué, Roy disait beaucoup de bêtises, aussi.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
"Je note cette tentante proposition", répondit Leopold avant d'ajouter : "Vous avez vraiment toutes les cartes dans votre manche..."

Leopold approuva la litanie de Roy en hochant doctement la tête. Oui, l'on finissait même par se lasser des conquêtes sans lendemain - quoi qu'il n'en aurait pas dit autant pour l'alcool. Même s'ils avaient un peu - beaucoup - abusé ce soir, et que le réveil serait probablement difficile... Le regard de Leopold s'écarquilla face à la révélation de Roy, et il bondit sur ses pieds tandis que des images perturbantes apparaissaient dans sa tête. Faisant quelques pas dans la salle pour se dégourdir les jambes, il réalisa bien vite que la pièce tangait et revint prendre appui contre la table, avant de vriller son regard sur Roy.

"C'est vraiment pas de chance ça, vraiment pas", répondit-il avec une sincère compassion. Au-delà de la perte de la petite-amie, anecdotique, l'ego du trafiquant avait dû en prendre un coup. Et ça n'était jamais agréable.

"Alors déjà, moi, je trompe ma femme, je ne la quitte pas. C'est ma femme qui me quitte."

Leopold leva son verre vide en un hommage silencieux à Meredith. Perturbé par la suggestion de Roy, il se demanda si c'était à cela qu'il faisait référence plus tôt, quand il parlait de ses expériences.

"Et puis un homme, c'est... Enfin j'ai jamais... Vous avez déjà, vous, tenté avec un homme ? C'est... comment ?"

Son regard curieux et circonspect accrocha celui de Roy. Il ne l'aurait jamais pris pour quelqu'un... d'aussi ouvert.



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Roy suivit Leopold des yeux quand il se leva, sans toutefois redresser sa tête de sa position affalée entre ses bras. Il leva son verre pour accompagner Leopold dans son hommage, compatissant lui aussi à son mariage avorté. Lui aussi avait trompé Juliana pendant qu’ils étaient ensemble, cela ne l’avait pas empêché de s’attacher à elle et mal vivre leur rupture. Et de s’en mordre les doigts par la suite, même. Un peu attristé par ce souvenir, Roy commençait à regretter d’avoir fait dériver le sujet là-dessus. La question de Leopold le tira de ses pensées, il vit seulement à ce moment-là qu’il vrillait un regard curieux sur lui.

« Je… n’en ai aucune idée, je n'ai jamais essayé, répondit-il, presque surpris que le ministre lui pose la question. Ce qu’il avait dit portait à croire qu’il avait déjà essayé quelque chose avec un homme ? Peut être bien, il n’avait plus les idées claires du tout et sa logique commençait à s’éparpiller. Enfin, j’ai bien un ami qui a tenté mais… » dit-il, en ricanant sans trop savoir pourquoi à cette pensée, alors qu'il n'en avait pas vraiment ri, sur le coup.

Il reporta son regard sur Leopold, cherchant à deviner ce à quoi il pensait derrière son expression visiblement moins à l’aise que tout à l’heure. Assez enclin à tenter le diable, Roy demanda avec sourire provocateur :

« Pourquoi, vous me trouvez à votre goût ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
Un certain soulagement envahi le ministre à la réponse de Roy, tandis que les images dans son esprit s'évanouissaient. Il était peut-être le Ministre du mariage homosexuel, mais il n'en était pas pour autant enclin à fréquenter ces gens là de trop près. Entre les lois qu'il adoptait pour faire plaisir à son électorat - ou, en l'occurence, pour embêter la Haute - et celles qui correspondaient à ses valeurs et convictions, il y avait un fossé. Non pas que Leopold possède beaucoup de ces dernières, cela dit, et elles restaient flexibles.

Se prenant au jeu du trafiquant, il se laissa tomber sur sa chaise et répondit sur le même air provoquant que son interlocuteur :

"Bien sûr, l'attrait irrésistible du pouvoir..."

Car s'il y avait bien une chose à laquelle Leopold était sensible, c'était celle-là, et il n'avait jamais hésité à jouer cette carte par le passé lorsqu'il avait tenté de séduire une demoiselle. Au fond, sans le pouvoir, jamais il n'aurait réussi à obtenir la main de Rosaleen...

Il ajouta ensuite, goguenard :

"A moins que ça ne soit la barbichette."




Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Joueur, Roy répondit à la réplique de Leopold par un sourire enjôleur. Etait-il en train de faire du gringue à son ministre ? Peut-être bien. Mais ce n’était qu’un jeu, entre deux hommes aussi séducteurs qu’incorrigibles, en manque de challenge. Un jeu qu’ils ne se seraient sans doute jamais permis en étant sobres, mais justement, il fallait savoir saisir les occasions quand elles se présentaient. D’un mouvement presque félin, Roy se glissa vers la chaise la plus proche de Leopold, puis lui caressa légèrement la joue avec un sourire satisfait.

« Votre petite barbe grisonnante a son petit charme aussi. »

Ah monsieur le ministre le cherchait, eh bien il allait le trouver. Roy ne fit même plus attention à de légers détails qui l’auraient repoussé en temps normal -le fait que Leopold soit un homme, à tout hasard, de vingt ans son aîné, en plus- et se pencha vers ses lèvres qui lui paraissaient si tentantes à cet instant… N’avaient-ils pas parlé d’expériences nouvelles ? Ni lui ni Leopold n’avaient jamais rien osé d’aussi… nouveau. C’était l’occasion ou jamais.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold se figea en voyant Roy se redresser de la table pour venir se glisser sur la chaise la plus proche de la sienne. Un signal d'alarme s'alluma dans un coin de son esprit mais il avait déjà bien trop sombré dans le pays merveilleux de la monalisa et il se contenta de rester immobile, à observer le jeune homme qui vint lui caresser la joue. Etait-il tombé dans une autre dimension ? Probablement, car comment expliquer sinon que Roy se penche vers lui, avec une intention bien évidente ?

Leopold aurait dû s'écarter, c'était ce qu'il aurait toujours pensé faire confronté à ce type de situation, mais... Quelque chose le retint. Ce n'était qu'un jeu, rien de plus, un jeu entre deux séducteurs, entre deux hommes fiers qui, ni l'un ni l'autre, ne voulait être celui qui reculerait devant ce geste. Et puis il y avait aussi une petite, infime pointe de curiosité qui s'éveillait en lui, curiosité qu'il n'aurait jamais pensé avoir, mais il n'avait plus aucune lucidité à cet instant. Alors Leopold effleura du regard les lèvres de Roy et, comme mû par une volonté plus forte que lui, pencha à son tour son visage vers celui du sorcier...



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Roy avait fait beaucoup de choses insensées, sous l’emprise de substances illicites, mais celle-ci s’avérait de taille. Embrasser le ministre, vraiment ? Il y avait bien intérêt à ce que des appareils photo magiques ne soient pas cachés dans cette pièce parce que leur réputation était foutue à tous les deux, sinon…

Ce n’était pas du tout ce à quoi Roy pensait, pour le moment, toutefois. Non, il n’y avait pas grand-chose dans le cerveau du trafiquant à cet instant. Juste le constat que Leopold ne le repoussait pas et qu’il allait pouvoir se faire un plaisir de relever son propre défi. C’était comme jouer à cap ou pas cap, Roy répondait toujours cap, évidemment. Son souffle se mélangea à celui de Leopold, et sa main revint sur sa joue. S’approchant, inexorablement, jusqu’à effleurer ses lèvres…

Mais ce fut l’épaule de Leopold que Roy rencontra. Une bifurcation inattendue venait de croiser sa route et le forcer à changer de trajectoire, pour faire quelques travaux dans son organisme noyé de substances dangereuses. Un peu plus tôt, il se sentait assommé par l’alcool et la drogue. Eh bien, maintenant, il l’était vraiment.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 667

Voir le profil de l'utilisateur
Leopold tressaillit en sentant le souffle de Roy sur ses lèvres et sa main sur sa joue. En temps normal, cela aurait été le bon moment pour lui envoyer son poing dans la figure, car il était hors de question de laisser un homme l’embrasser – à plus forte raison le chef des Veilleurs, homme jeune et dangereux avec qui il devait faire affaire pendant bien longtemps encore. Mais rien n’était normal dans cette soirée, aussi Leopold se contenta-t-il de clore les paupières, prêt à accueillir ce geste qui les plongerait tous deux dans un embarras et une honte intérieurs pour les prochaines semaines. Heureusement, le danger s’éloigna tout aussi vite qu’il était arrivé, et Leopold rouvrit les yeux en sentant une masse tomber sur son épaule. Interdit, il contempla un instant la tête du mafieux qui ronflait comme un bienheureux, assommé par sa consommation. Roy s’était vraiment endormi, à cet instant ?! Bah ! Leopold était soulagé, du moins le serait-il le lendemain, au difficile réveil. Pour l’heure, il ressentait surtout une certaine frustration qu’il s’empressa d’enfouir sous de la vexation – personne ne s’endormait au moment d’embrasser Leopold Marchebank ! Roy Calder, contrairement à ce qu’il avait pensé plus tôt, ne savait pas profiter des bonnes choses. Tant pis pour lui, jamais plus Leopold ne se laisserait avoir dans un tel instant de faiblesse – ou plutôt de pure folie !

Après avoir médité environ trente secondes sur cet étrange incident, Leopold fut pris lui aussi par l’envie irrépressible de piquer du nez, et il s’endormit ainsi, un trafiquant à moitié assommé affalé contre lui.

RP terminé



Christoph Waltz, merci à Roy
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

L'imagination gouverne le monde [Leopold & Roy]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'imagination gouverne le monde [Leopold & Roy]
» Un Monde Parfait
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-