AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 [JR] A l'amour comme à la guerre [Jalene]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
5 décembre - Couloirs

James attendait Marlene à quelques pas de la salle des quatre maisons, adossé à un mur, plongé dans ses pensées. Depuis quelques jours, un climat relativement hostile commençait à s'installer à Poudlard. Ce n'était pas forcément visible, mais James, en tant que préfet-en-chef, le voyait bien. Il y avait ce pouvoir auquel Adonis Greengrass s'accrochait, et surtout la création des jeunesses ministérielles, qui dataient de trois jours. Les jeunesses Ministérielles. Cela réunissait absolument tout ce qu'il haïssait, et notamment cette admiration totale pour le ministère. A vrai dire, il aurait pu avoir une aversion totale pour les jeunesses... Si sa petite-amie n'en faisait pas partie.

A vrai dire, c'était même plus que ça : elle dirigeait les jeunesses. Adonis Greengrass semblait avoir une préférence pour Marlene, et cela ne plaisait pas du tout - mais alors pas du tout - à James. Il ne portait réellement pas Greengrass dans son coeur, et savoir que Marlene œuvrait volontairement pour les Jeunesses l'agaçait profondément. Qu'elle soit fan des Hauts de Hurlelune, cela passait encore ! Qu'elle dirige les Jeunesses Ministérielles, James avait bien du mal à l'accepter...

Il lui offrit toutefois un sourire lorsqu'elle se dirigea vers lui, une fois sortie de la salle. L'embrassant lorsqu'elle arriva à sa hauteur, James passa un bras sur ses épaules par la suite.

"C'était bien, ta réunion ?" demanda-t-il, l'air de rien...


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
- Bien, je pense que nous avons abordé tous les sujets de l'ordre du jour... Des questions ?

Marlene parcourut la petite assemblée du regard et devant leur absence de réaction, elle sonna la fin de la réunion en refermant le carnet ouvragé dans lequel elle prenait ses notes. Elle avait encore le cœur battant - elle détestait parler en public - quand les Jeunesses se levèrent autour d'elle, quittant peu à peu la Salle des Quatre Maison, privatisée pour la première réunion hebdomadaire de leur équipe. Les choses se passaient plutôt bien pour le moment, ils prenaient peu à peu leurs marques et elle-même rôdait le fonctionnement. Elle adressa un sourire à Emma qui la secondait dans toute la gestion - officieusement - tandis qu'elles quittaient la salle en papotant.

Apercevant James appuyé sur un mur en face de la sortie, elle fit un petit signe à Emma - qui semblait de toute manière bien pressée de rejoindre la Grande Salle - et s'approcha de lui, se haussant légèrement sur la pointe des pieds lorsqu'il l'embrassa et lui adressant un sourire tandis qu'ils commençaient à marcher.

- Oui, c'était sympa ! On a eu deux nouveaux membres, des première année de Serdaigle, elles ont l'air gentilles et motivées !

Les Jeunesses étaient très contestées mais Marlene ne voyait pas en quoi : ce ne pouvait être qu'un plus pour l'école et pas de l'endoctrinement des jeunes esprits de Poudlard comme disaient les mauvaises langues...




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
Deux premières années, cela n'étonnait pas James. D'un point de vue extérieur et enfantin, les Jeunesses avaient tout pour plaire. Pourtant, le jeune homme était bien d'accord avec ceux qui maintenaient qu'il ne s'agissait que d'endoctrinement. Chez les moldus, lors de la seconde guerre mondiale, en Allemagne, les nazis avaient crées les "Jeunesses hitlériennes" afin d'endoctriner les jeunes esprits allemands. Personne ne notait donc la similitude des deux situations ? Même pas Marlene, qui était elle aussi moldue, et qui avait, qui plus est, vécue en Allemagne ?

Pour le Poufsouffle, cela ne pouvait que mal finir, et il n'était pas le seul à penser ça. Plusieurs autres élèves avaient vu l'apparition des Jeunesses d'un mauvais œil, et des groupes commençaient à se former. Si James approuvait ce qu'ils disaient, il n'avait pas encore pris parti. Mine de rien, c'était Marlene qui était à la tête de tout ça, et avant tout, James voulait en discuter avec elle.

"Mais qu'est-ce que vous faîtes, exactement, pendant ces réunions ?" demanda-t-il en fronçant les sourcils.


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene voyait bien que James n'était pas vraiment convaincu par tout cela, comme beaucoup. Les gens avaient tendance à voir le mal partout - bon, elle la première certes, mais en l’occurrence, elle connaissait la situation et les gens qui faisaient des parallèles de mauvaise foi avec Ombrage étaient vraiment à coté de la plaque - et cela créait des conflits dans l'école. Elle était persuadée que ce n'était qu'une question de temps, les élèves allaient prendre l'habitude et les jeunesses allaient faire leur nid dans l'école, tranquillement.

- Pour le moment, on est encore beaucoup dans l'organisation, lancer les activités, trouver des idées d'activité d'ailleurs encore... Pour vraiment faire une cohésion entre les maisons et les élèves des différentes années, tu vois ?

Il y avait également quelques élèves qui avaient transmis le nom de camarades perturbateurs, mais ça, Marlene le passait sous silence volontairement. Elle sentait bien la distance de James et savait que tout cela ne ferait que l'accentuer.

- Rien de bien méchant, contrairement à ce que tout semble penser, ajouta-t-elle en haussant les épaules.




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Marlene énonça les activités des Jeunesses, James hocha doucement la tête. Il était vrai que, si on prenait les choses comme ça, cette organisation ne semblaient pas si maléfique que ça. Et pourtant... Et pourtant, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de s'arrêter sur tout ce qu'on lui avait dit, sur tout ce qu'on lui avait rapporté. Depuis quelques jours, plus encore qu'auparavant, des élèves se tournaient vers lui pour confesser ce qu'ils avaient entendu à droite à gauche. Au début, cela avait étonné James. Puis, il s'était rendu compte que les élèves cherchaient juste des réponses, tout comme lui. Ils avaient envie de savoir ce qu'il se tramait dans l'école. Et comme Marlene dirigeait les Jeunesses, il était plus compliqué d'avoir un avis objectif sur la question.

"D'accord." déclara James en hochant la tête.

Il hésita quelques instants, puis ralentit légèrement le pas.

"Tu sais... On dit que les Jeunesses sont aussi là pour dénoncer les élèves un peu perturbateurs... Ou ceux qui s'opposent au régime de Marchebank." annonça James. "C'est vrai ?"

Il avait arrêté de marcher pour observer Marlene.


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene ralentit le pas en même temps que James, croisant ses bras sur sa poitrine dans un réflexe défensif. Le sujet était sensible, surtout qu'elle savait que certaines des inquiétudes des élèves pourraient éventuellement se vérifier dans les mois à venir, mais... Il n'y avait rien de mal dans le fait de punir les élèves qui enfreignaient le règlement ? Ce n'était pas les Jeunesses qui avaient instauré ça !

- Il y a des préfets dans les Jeunesses. Alors, oui évidemment, si on apprend que des élèves enfreignent le règlement... Tu fais la même chose, t'es préfet-en-chef ! répondit-elle en saisissant son médaillon entre deux doigts.

Quand il mentionna le "régime de Marchebank", elle eut un petit rire jaune et secoua la tête.

- On parle du Ministre de la Magie. Qui a été élu. Tout comme Fiennes, tout comme Kingsley... Et personne n'a jamais parlé de leurs régimes. C'est ridicule.




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
"Mais c'est le rôle des préfets ! Qui sont sous l'autorité du professeur Mason, pas sous celle d'Adonis Greengrass." fit-il remarquer.

Sa remarque lorsqu'il mentionna le "régime Marchebank" le laissa circonspect. Il avait utilisé le terme sans même s'en rendre compte, tant la situation lui paraissait incongrue. Marchebank n'était pas comme les autres ministres, il fallait arrêter de se voiler la face. Il avait été élu, certes, mais ce qu'il faisait n'était même plus légitime.

"C'est vrai que tous les autres ministres ont demandé les pleins pouvoirs, et les ont conservé alors qu'ils devaient les rendre. C'est vrai aussi qu'ils ont tous cherché à boucler une ville entière, à réinstaurer la censure, et à réduire les libertés. De toute évidence, Marchebank est un ministre comme les autres !" lança-t-il, agacé. "Alors oui, je parle de régime Marchebank quand j'estime qu'il n'est plus légitime."

Il vrilla son regard dans le sien, un peu déçu de sa réaction.

"Et tu n'as pas répondu à ma question."


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
- Tout ce qui se passe dans cette école est sous l'autorité du professeur Mason, répliqua Marlene. Rien ne s'est passé dans son dos, elle a forcément donné son consentement.

Les gens pensaient vraiment que le Professeur Greengrass, en tant que sous-directeur, pouvait vraiment outrepasser les pouvoirs de la directrice ? Bien sûr que non, leurs décisions étaient forcément communes et Mason devait avoir le dernier mot, c'était une question de hiérarchie. Devant le ton de James et ses arguments, Marlene eut un claquement de langue agacé tandis qu'elle reculait d'un pas, les bras toujours croisés sur sa poitrine, les mains crispées sur la laine de son pull.

- C'est sûr que tous les Ministres ont eu à faire face à un Bloody Sunday et à une guerre civile au sein de la plus grosse ville du pays. Dois-je te rappeler que le Ministère a donné l'autorisation aux Aurors d'utiliser les sortilèges interdits durant la première guerre et personne n'y trouve à y redire ? Et puis de toute manière, de quel droit peux-tu dire que le Ministre de la Magie est légitime ou pas ?

Soutenant le regard de James, son cœur manqua à peine un battement lorsqu'elle ouvrit la bouche pour mentir à son petit-ami pour la première fois.

- Et la réponse à ta question est non. Mais peut-être que je ne suis pas légitime pour y répondre, persiffla-t-elle.




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
James leva les yeux devant le discours de Marlene. Non, bien sûr que tous les ministres n'avaient pas eu à faire face à un Bloody Sunday - certains avaient seulement eu à faire face à la première guerre des sorciers, puis au retour de Voldemort... Mais il était vrai que tout était parfaitement légitime dans le gouvernement de Marchebank. Il avait les pleins pouvoirs, par Merlin ! La possibilité de faire absolument ce qu'il voulait. Comment pouvait-on croire que tout était pour le mieux ?

De toute façon, en évoquant le Bloody Sunday, Marlene avait touché une corde sensible. Son ancien camarade de dortoir et ami, Danny Sneals, avait trouvé la mort dans cette manifestation, et ce n'était toujours pas quelque chose qu'il avait réussi à digérer.

"Et parce que tu penses qu'on ne court pas tout droit à un nouveau Bloody Sunday, avec tout ça ? C'est vrai que les gens sont souvent ravis de se voir restreindre leurs libertés." ironisa-t-il. "Il faut qu'il y ait encore combien d'enfants qui meurent pour que le gouvernement saisisse ça ?" lâcha-t-il en croisant les bras. "Et de toute façon, là n'est pas la question. Marchebank a prit les pleins pouvoirs le 12 octobre, il devait les rendre le 12 novembre. C'est normal, pour toi, qu'un Ministre ait tous les droits, comme ça ?"

Il secoua la tête, et jeta un regard noir à un groupe d'élève qui passaient en les regardant curieusement.

"Très bien." fit-elle lorsqu'elle lui assura que non, les noms de ceux qui s'opposaient à Marchebank n'étaient pas donnés. "Je suis soulagé de savoir que vous ne parlerez pas de moi dans votre prochaine réunion, alors."


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
- Mais tu lis les journaux, non ? Tu vois bien que rien n'est calmé ! Le Ministre essaye juste de faire revenir le pays au calme ! Une fois que ça serait fait, tout ira bien.

C'était peut-être son éducation dans les écoles militaires, mais Marlene avait toujours eu un très haut respect de l'autorité en place et avait une foi absolue dans le gouvernement et ses mesures. Parfois, user de la force était nécessaire et c'est bien pour cela que les moldus avaient des armées et des soldats. Les sorciers n'en bénéficiaient pas, aussi le nouveau corps instauré par le Ministère visait-il à pallier ce manque dans le monde magique.

Néanmoins la dernière réplique de James lui fit l'effet d'une douche froide et la mit immédiatement mal à l'aise, son cœur accélérant. Elle le fixa un instant en silence, mesurant toutes les implications de cette déclaration. Les jambes un peu cotonneuses, elle attendit que le couloir se vide entièrement, le petit groupe qui était passé venait de descendre les escaliers, pour reprendre la parole.

- Tu vas t'attirer des problèmes si tu vas dans cette voie... souffla-t-elle doucement.




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
Sa dernière remarque lancée, James garda le silence, curieux de voir la réaction de Marlene. Il n'avait jamais formulé aussi clairement, avant ça, que la politique de Marchebank ne lui plaisait pas, au point qu'il voulait s'y opposer. Oh, il y pensait, depuis quelques temps, mais il ne l'avait jamais dit. Il écoutait les autres converser, il voyait les jeunesses se former... Et il observait, il restait silencieux. Jusqu'à aujourd'hui.

"Pourquoi ?" répliqua-t-il simplement, lorsque Marlene déclara qu'il allait avoir des ennuis s'il s'opposait au régime de Marchebank.

Le couloir était à présent vide - les élèves étaient tous partis dîner, probablement. Il ne restait que le couple de préfets-en-chef, face à face, les deux restant sur leurs positions.

"Pourquoi je m'attirerais des ennuis, Marlene ? Si Marchebank est un ministre comme les autres, qu'est-ce qui m'empêche de m'opposer à son gouvernement ? Les gens se sont bien opposés à Fiennes, ont-ils eu des ennuis pour autant ? Ne possède-t-on pas une liberté d'opinion ?" l'interrogea-t-il d'une voix douce. "A moins, donc, qu'il y ait autre chose..."


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene détestait être mise face à ses contradictions et ce, surtout par James. Pour autant, elle n'avait pas très envie de reconnaître que oui, peut-être que le gouvernement de Marchebank était un peu plus strict que les précédents mais ce n'était pas non plus un mal. Quand on voyait ce qui était arrivé sous Fiennes... C'est lui qui avait laissé le Bloody Sunday se produire ! Bien décidée à ne pas admettre tout cela, et donc donner raison aux autres, elle choisit tout simplement un autre angle d'attaque.

- Tu ne va pas finir à Azkaban non plus, répliqua-t-elle sèchement. Mais ce qu'on ne peut pas nier, c'est que les professeurs Greengrass et Mason n'apprécieront sûrement pas que tu t'opposes à leurs réformes. Alors oui, peut-être que dans le fond, elle sont un peu soufflées par le Ministère, mais tu restes le préfet-en-chef qui doit les appliquer. C'est pour ça que tu as été nommé. Que nous avons été nommés.

Relevant les yeux vers James, elle haussa les épaules.

- C'est une question de hiérarchie.




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
James n'était pas convaincu - pas convaincu du tout, même - par le discours de Marlene. Certes, il était le préfet-en-chef, mais il devait faire respecter le règlement de Poudlard, et pas se plier en quatre pour obéir à Adonis Greengrass. Si des élèves se rassemblaient pour discuter de ce qui se passait à l'extérieur, et s'ils émettaient des avis négatifs au sujet du gouvernement Marchebank, James n'allait pas les en empêcher : c'était bien leur droit, de partager leurs opinions, non ?

"Nous n'avons pas été nommés pour être à la botte du Ministère, Marlene." répliqua James. "Puis vu comme le professeur Mason semble adorer Greengrass, il est clair qu'elle est d'accord avec tous ses réformes..." ironisa-t-il.

Si Greengrass souhaitait imposer une réforme, il n'avait qu'à la souffler à Marchebank - après tout il avait été sous-directeur de son département - et le Ministre avait juste à faire pression sur Poudlard...

"Je refuse d'adopter le mode de pensée du FREE juste parce que je suis préfet-en-chef et que je suis censé montrer l'exemple. Je n'ai pas besoin d'être d'accord avec eux pour faire respecter le couvre-feu, à ce que je sache." fit-il en haussant les épaules. "Et puis, regarde ce qu'il s'est passé pendant l'année des Ténèbres ! Il y a eu un véritable soulèvement à Poudlard de la part des élèves ! Ce n'était pas mal pour autant, bien au contraire..."


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
- C'est ça que tu penses, James ? attaqua Marlene. Que je suis à la botte du Ministère ?

Elle n'appréciait pas du tout les implications et les sous-entendus présents dans cette conversation. Le fait était aussi qu'il s'agissait bien plus que l'une de leurs traditionnelles divergences d'opinion, il n'était plus question du réalisme des Hauts de Hurlelune mais de quelque chose de bien plus sérieux. Marlene  avait  beau essayer de le nier, il y avait bien deux camps qui se formaient au sein de l'école et si James et elle venaient à s'opposer sur ça... Cela remettrait en cause leur travail commun de préfets en chef mais aussi et surtout leur récente relation de couple qui restait mine de rien plutôt fragile.

- Qu'est-ce que tu vas faire alors ? lança-t-elle abruptement lorsqu'il mentionna la résistance des élèves sous les Mangemorts. Jouer les héros et lever une armée de gamins de douze ans pour t'élever contre Greengrass ?

Et contre moi ? conclut-elle sans pour autant se résoudre à prononcer ces mots à voix haute, tant elle craignait la réponse.




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
"Tout le monde sait que Greengrass n'est que le larbin de Marchebank, Marlene. Tu ne vas pas me dire qu'il s'est trouvé une vocation dans l'enseignement, alors qu'il était le plus jeune sous directeur d'un des départements les plus importants du Ministère ! Greengrass est venu ici pour politiser l'école, et je refuse ça." répéta-t-il.

Et tant pis si cela ne lui plaisait pas. James voulait bien faire beaucoup - beaucoup - d'efforts pour que sa relation avec Marlene fonctionne. Il était prêt à plein de choses, mais pas à revoir son opinion politique. Il ne pouvait pas adopter le même avis qu'elle, et n'essaierait même pas de le faire.

"Arrête, Marlene." souffla-t-il, à la fois blessé et vexé par sa remarque. "Si certains élèves décident eux d'avoir une opinion différente, au lieu de suivre celle dicter par le Ministère, je ne vais pas les en empêcher. Et toi non plus, à ce que je sache. A moins que ta petite organisation soit en charge de faire respecter tout cela ?" fit-il, assez sèchement.


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene fusilla James du regard lorsqu'il réaffirma que le Professeur Greengrass était là pour politiser l'école. Elle aurait pu répondre beaucoup de choses, en étant tout de même d'assez mauvaise foi, mais elle se rendait compte que cela ne servirait à rien puisque James ne changerait pas d'avis. Ils campaient tous les deux sur leurs positions et depuis le temps, elle avait fini par comprendre qu'ils étaient aussi butés l'un que l'autre, ce qui n'était pas peu dire. Pour autant, elle aurait pu mettre tout simplement fin à la conversation en tournant les talons mais quelque chose qu'elle n'arrivait pas à identifier la retenait. Auparavant, l'avis de James Carter ne lui aurait pas importé pour deux noises mais maintenant... Elle ne pouvait pas juste se contenter de l'ignorer, elle ne pouvait plus.

- C'est ce que tu as l'air de penser, en tout cas, persiffla-t-elle quand il lui lança que sa "petite organisation" s'occuperait des élèves qui ne partageaient pas les idées du FREE. Elle fit quelques pas dans sa direction, pour venir vriller ses yeux sombres dans ceux de James. Parce que là, c'est toi qui n'a pas répondu à mes questions.

Laissant planer un léger silence, elle reprit la parole d'un ton plus bas.

- C'est ça que tu penses de moi, James ?




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
James avait espéré que Marlene ne relèverait pas qu'il n'avait pas répondu à sa question. Elle l'avait prise au dépourvu, et il n'avait pas envie de lui donner une réponse. Oui, s'il allait jusqu'au bout de sa logique, il trouvait que Marlene était à la "botte" du Ministère. Mais... Mais ce n'était pas pareil. Parce que Marlene était sa petite-amie, et qu'il refusait de la considérer de la sorte. Pourtant, elle attendait une réponse, et cette fois le jeune homme ne pourrait plus se défiler.

"Ce n'est pas ce que je veux dire..." souffla-t-il en se rapprochant d'elle.

Si, c'était un peu ce qu'il voulait dire, mais pas de cette manière. Il ne supportait pas les actions du Ministère depuis quelques temps, et les idées "révolutionnaires" de Poudlard faisaient écho en lui.

"Je ne sais pas... Je veux dire, Marlene, sérieusement, tu approuves vraiment les mesures prises par le Ministère ? Toutes les mesures ? Tu penses vraiment que c'est la meilleur solution pour faire revenir l'ordre ?" demanda-t-il. "Parce que moi non, et je serais bien incapable d'inciter des élèves à respecter ces mesures alors que je ne les approuve pas moi-même... Au delà des Jeunesses, tu cautionnes tout ce que fait le Ministère ?"


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
- Alors qu'est-ce que tu voulais dire ? répliqua-t-elle dans un souffle tandis qu'il faisait un pas vers elle.

James avait beau le nier, c'est ce qui ressortait du discours qu'il lui tenait depuis tout à l'heure. Il méprisait tout cela, les Jeunesses, le Ministère, Adonis Greengrass... Elle était reliée à toutes ces choses-là d'une manière ou d'une autre. Et James semblait aller vers tout ce qui allait s'opposer à elle, tous ces élèves qui fustigeaient le sous-directeur, les Jeunesses et le Ministère. Alors quoi ? Que faisaient-ils après ce constat ?

Lorsqu'il lui demanda si elle soutenait vraiment toutes les mesures du Ministère, Marlene baissa les yeux, ses longs cils noirs venant presque effleurer ses pommettes. Non, elle ne soutenait pas entièrement chaque mesure du Ministère. Mais elle ne faisait pas partie de ces gens qui souhaitaient la démission de Marchebank... Sachant qu'il serait inutile de dissimuler son trouble, elle releva la tête en haussant les épaules.

- Non, pas toutes dans leur intégralité. Mais tous les gouvernements font des erreurs. Et ils vont faire, ont fait, tant de choses bien, tu ne peux pas le nier. Les lois sur les salaires, les animaux magiques, les potions... Les gens oublient tout ça.

Le mécontentement grondait dans l'école, il suffisait de voir les divisions au sein des préfets même si Marlene avait sciemment ignoré ce fait. Mais là, face à James, tandis que les contours de ce qui les attendait se dessinaient de plus en plus clairement, comment le pouvait-elle ?

- Tu as conscience que l'on va se retrouver dans deux camps opposés dans l'école ? murmura-t-elle en abandonnant la barrière de naïveté et de morale derrière laquelle elle s'abritait. Toi et moi ?




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
"Oui, bien sûr ! Mais c'est facile de se servir de toutes ces jolies réformes pour justifier des mesures qui n'ont pas lieu d'être, tu ne trouves pas ?" répliqua James lorsqu'elle lui lista les différentes lois adoptées par le gouvernement, à ses débuts.

Et c'était pour ça que James avait été très satisfait de Marchebank, dans un premier temps. A vrai dire, c'était même pour ça qu'il avait décidé de voter pour lui, lorsqu'il avait vu son programme. Mais les mois étaient passés, et, comme beaucoup, James avait été déçu. Rien de bien inquiétant, à la base - les politiciens étaient des professionnels dans l'art de décevoir les citoyens. Pourtant, cette déception s'était rapidement transformée en inquiétude face aux réformes du Ministre, et aux évènements qui survenaient dans tout le pays. Des réformes qui avaient fini par se répercuter sur Poudlard. Et l'ouverture des Jeunesses Ministérielles avait été la goutte d'eau qui avait fait déborder le chaudron - d'autant plus quand on savait que Marlene Barclay était à la tête de cette organisation.

Mais outre cela, cette opposition posait également problème dans leur couple. Or, James savait pertinemment qu'il ne pouvait pas renoncer à ses convictions pour Marlene. Il était trop attaché à ces dernières, et y renoncer serait comme renoncer, en quelque sorte, à sa qualité d'individu.

"Oui..." lâcha-t-il, en se rapprochant d'elle, et en faisant glisser ses mains sur sa taille. "J'ai toujours su que notre histoire avait comme vocation de ressembler à celle de Roméo et Juliette..." fit-il sur le ton de plaisanterie.


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
- C'est temporaire, affirma de nouveau Marlene avec conviction. Oui, cela a pris plus de temps que prévu mais... La situation est grave. Mais c'est temporaire. Nous sommes au Royaume-Uni, nous n'avons pas de dictature.

Il est vrai que le gouvernement magique était moins démocratique que celui des moldus, au vu de la séparation quasi-nulle des pouvoirs au sein du Ministère, puisque le Ministre présidaient le Magenmagot. Mais cela restait une démocratie, Marchebank avait été élu et les choses rentreraient dans l'ordre bientôt, voilà tout.

- Ce n'est pas drôle... souffla-t-elle lorsque James glissa ses mains sur sa taille en parlant de Roméo et Juliette. Cela ne finissait pas vraiment bien après tout, au contraire.

Malgré cela, elle enfouit son visage dans le cou de son petit-ami, fermant les yeux quelques instants avant de relever le visage pour l'embrasser longuement, glissant ses bras autour de son cou. Elle finit par lui voler un dernier baiser avant de faire redescendre ses mains sur ses épaules tout en cherchant son regard.

- Comme si nous n'avions déjà pas assez de sujets de discorde... railla-t-elle. Il n'y a pas un seul truc sur lequel nous sommes d'accord, c'est... C'est ridicule en fait.




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
"Mieux vaut en rire..." rétorqua-t-il avec un petit sourire.

Evidemment que la situation ne le faisait pas rire, et que tout allait être extrêmement délicat. Mais pour l'instant, il n'était pas certain d'avoir envie de parler de tout ça. Encore moins lorsque Marlene se blottissait contre lui de la sorte - et puis, il aurait été dommage de déclencher une dispute.

La phrase de la jeune femme lui arracha un éclat de rire, et il la serra un peu plus fort contre lui. Effectivement, ils n'étaient pas toujours d'accord sur tout - pour ne pas dire qu'ils n'étaient jamais d'accord sur rien. Et cela allait de la politique du pays, jusqu'à l'identité de la personne qui avait perdu la feuille au sujet de l'organisation des rondes de préfets.

"Mais si, on est d'accord sur certains trucs !" lança toutefois James. "Comme... Le fait que les pommes soient meilleures sans peau ?" tenta-t-il. Puis, un sourire vint éclairer son visage, et il s'écarta légèrement de sa petite-amie. "Ah, je sais. On est particulièrement toujours d'accord sur ça..." fit-il en se penchant vers elle pour capturer ses lèvres en un long baiser.


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque James se pencha vers elle pour l'embrasser de nouveau - arguant qu'ils étaient toujours d'accord sur ce point - Marlene ne put s'empêcher de sourire contre ses lèvres, reculant de quelques pas jusqu'à ce que son dos rencontre le mur, l'entrainant doucement avec elle pour ne pas se séparer de lui. Ils restèrent un long moment enlacés, jusqu'au moment où ils se séparèrent, le souffle un peu court. Laissant échapper un léger rire, elle baissa la tête quelques instants avant de se redresser, coinçant quelques mèches de cheveux derrière son oreille, les joues un peu rosies.

- Nous n'avons pas toujours été d'accord sur ce point-là, souffla-t-elle sans se départir de son sourire. Notamment le premier septembre.

Toujours appuyée contre le mur, elle entremêla ses doigts à ceux de James. La pression avait beau être redescendue entre eux, les mots qu'ils avaient échangés auparavant lui restaient encore en tête. Ils n'avaient pas réglé le problème et elle avait des doutes sur le fait qu'ils puissent y arriver réellement un jour. Contrairement à certaines de leurs chamailleries, c'était cette fois-ci beaucoup plus sérieux.

- Mais, James...

Elle hésita quelques secondes au sujet de la formulation, baissant l'espace d'un instant les yeux sur leurs mains entrelacées.

- Tu ne vas pas t'opposer à Greengrass directement, n'est-ce pas ?




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
"Je suis sûre que nous étions d'accord sans même nous l'avouer." souffla James, lorsque Marlene fit référence au premier septembre.

James était soulagé d'avoir réussi à changer de sujet. Evidemment qu'il allait falloir qu'ils en parlent sérieusement. Mais ce soir... Ce soir, il n'avait pas envie de se battre avec Marlene, de se confronter à elle, sur un sujet aussi sérieux, aussi grave. Il voulait juste profiter de sa présence, sans avoir à penser aux Jeunesses, à la contestation qui se formait doucement mais sûrement dans Poudlard. Mais visiblement, ce n'était pas le cas de sa petite-amie, qui reprit la parole, quelques instants plus tard. James hésita le temps d'une seconde à lui répondre, puis finit par esquisser seulement un léger sourire, après avoir vérifié que le couloir dans lequel ils se trouvaient était bien vide. Desserrant légèrement le nœud de cravate de la jeune fille, il se pencha vers elle pour lui déposer plusieurs baisers dans le cou.

"Tu es certaine que tu as envie de parler de tout ça, maintenant ?" fit-il en glissant ses mains sur la taille de la jeune fille. Tous les moyens étaient bons, non ?


Marlene BarclayEtudiante en médicomagieavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
- Ne déforme pas l'histoire, James Carter, nous n'étions clairement pas d'accord ce jour-là.

Il faut dire qu'ils avaient eu une dispute des plus violentes juste auparavant alors l'idée de l'embrasser n'était pas du tout passée par son esprit. Contrairement à lui, d'ailleurs. Mais les Poufsouffle pensaient de manière étrange, c'était un fait bien connu.

Quoi qu'il en soit, Marlene aurait bien voulu connaître la manière de penser de James par rapport aux semaines à venir mais ce dernier choisit de ne pas répondre, tirant légèrement sur le nœud de sa cravate avant de déposer quelques baisers dans son cou. Fermant les yeux, elle réprima le soupir qui manquait de lui échapper et finit par poser ses mains sur le torse de James, instaurant ainsi une certaine distance entre eux.

- Je rêve ou tu essayes de me distraire, là ?

Ils y étaient allés doucement depuis qu'ils s'étaient mis ensemble, afin de prendre le temps, mais Marlene devait reconnaître que parfois, elle trouvait le temps un peu long.




Avatar par Gwendalivia.
James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 306

Voir le profil de l'utilisateur
James avait avec Marlene quelque chose qu'il n'avait pas avec les autres filles, qu'il n'avait même pas eu avec Kessy, lorsqu'ils sortaient ensemble. Il ne saurait pas dire quoi, mais il sentait qu'il y avait une chose en plus. Les lèvres toujours perdues dans le cou de la jeune fille, James finit par se redresser lorsque Marlene imposa une légère distance entre eux en posant ses mains sur son torse.

"Oui, et sans la moindre honte. Ça fonctionne ?" fit-il en enlaçant la jeune fille, posant son front contre le sien.

Il lui adressa un sourire, et replaça une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Son envie de parler - qui était déjà bien basse - s'était complètement envolée. A vrai dire, sa seule envie résidait dans le fait d'embrasser Marlene, ce qu'il ne tarda pas à faire. Ils échangèrent un long baiser, auquel James ne mit fin qu'à contrecœur.

"Ça fait un petit bout de temps qu'on n'a pas pu passer un moment seuls, tous les deux, en même temps..." lança-t-il en souriant.


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

[JR] A l'amour comme à la guerre [Jalene]

Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis [Ando] (abandonné)
» En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis (With Marie de Guise
» Derek de Saxe,« En amour comme à la chasse, le vrai plaisir est de braconner. »
» Mathilda De Cologne ♠ « Écrase d'un poing rageur ton œil humide Le temps ronge l'amour comme l'acide. »
» Quel(s) est (sont) le(s) genre(s) de films que vous préférez ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Couloirs,-