AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Les apparences [Emma & Dave]

Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
27 décembre

Dave n’avait jamais ramené de fille à la maison. Si Leopold avait presque eu l’air de se dire que ce n’était pas trop tôt derrière ses airs de père de famille consciencieux, Griselda, elle, avait frôlé la crise cardiaque. Son petit Dave grandissait si vite ! Les questions avaient fusé, évidemment, Dave avait sagement répondu à chacune d’entre elles, préférant qu’on les lui pose à lui, plutôt que l’on bombarde sa petite amie de questions, dans un moment bien gênant où ni lui ni elle ne pourraient prendre la fuite. Le dîner, à tout hasard. Bon, soyons clairs, aucun des Marchebank ne comptait leur épargner ce passage obligé. Pas de chance, période de fêtes oblige, ils passaient la majeure partie de la journée ensemble, au rez-de-chaussée du manoir, et le petit couple que formaient les deux adolescents était devenu l’un des sujets de conversation de la famille. Heureusement, Emma ne s’était pas si mal débrouillée que cela, quand elle était arrivée la veille au soir. Oh, Dave ne niait pas avoir eu envie à certains moments de la prendre à part pour lui tapoter les joues, tel un coach donnant du courage à son champion sur un ring de boxe. A la place, il s’était contenté d’afficher un tranquille sourire en lui serrant discrètement la main, ou de voler à sa rescousse d’un changement de sujet innocent dès qu’il la sentait en difficulté.

Dave jugeait qu’ils s’en sortaient bien. Certes, un petit vent de panique avait failli lui faire perdre son assurance tout à l’heure, quand Griselda avait proposé de sortir de vieux -très vieux, et très bien enterrés là où ils étaient- albums de famille. Heureusement, Rosaleen les avait interrompus pour leur annoncer le début du dîner, volant sans le savoir à sa rescousse. Elle n’avait pas dû bien comprendre le regard empli de soulagement que Dave avait posé sur elle. Il y avait des moments où il pouvait presque l’apprécier, et ne pas trop faire attention à son ventre de plus en plus proéminent.

Comme la veille, Dave avait fait en sorte de s’éclipser discrètement de la sphère familiale avec Emma, quelques temps après le dessert. Il adorait passer du temps avec sa famille, mais il ne pouvait profiter de la présence de sa petite amie seulement quelques jours, qu’ils avaient fixés d’un commun accord entre Noël et le nouvel an, la première fête, ils la passaient en famille, et la deuxième était chapotée chaque année par la société sang-pure. Et le temps passait si vite ! Il avait à peine eu le temps de vraiment discuter avec Emma, seul à seul. Pourtant, il y avait bien des sujets qu’il avait envie d’aborder avec elle, mais sûrement pas en présence de sa famille.

Dave entraîna Emma à sa suite, jusque sa chambre, qui n’était plus un lieu nouveau pour la jeune fille, mais il était prêt à parier qu’elle ressentait toujours un peu de gêne à y pénétrer. Oh ils n’avaient rien fait du tout, pourtant, mais c’était peut-être la raison-même pour laquelle il sentait Emma un peu… tendue, dès qu’elle se trouvait seule avec lui. Lui-même se sentait un peu dans l’expectative et l’appréhension d’un moment qui devrait bien arriver un jour, sans qu’il sache quand serait le bon timing, donc il s’imaginait qu’Emma devait ressentir la même chose. Elle pouvait se détendre toutefois, ce n’était pas de cela que Dave voulait lui parler, mais d’un autre sujet. Pas moins délicat, malheureusement. Il ne savait pas encore comment l’amener, mais lancer la conversation était déjà un bon début. Dave se tourna vers Emma avec un sourire, sans lui lâcher la main.  

« Tu te débrouilles de mieux en mieux, tu sais. Tu devrais parler plus souvent de ton goût pour l’archéologie, tu as trouvé une corde sensible chez Griselda, plaisanta t-il, avant que son sourire ne devienne plus railleur. Mais… Mon père t’intimide toujours, pas vrai ? »

Evidemment, il pouvait comprendre combien Leopold Marchebank pouvait intimider, et pas seulement parce qu’il était ministre. Il avait bien un ou deux conseils à donner à Emma, et le premier, ne pas montrer son malaise, mais il commençait à bien connaître sa timide petite amie : elle avait surtout besoin de temps. Machinalement, Dave s’assit sur son matelas, puis proposa la place à côté de lui à sa petite amie. A ce moment-là, son regard posé sur Emma attrapa alors un détail qui le fit déclarer, sourire aux lèvres :

« Oh, tu l’as mis. »

Il désigna du menton le pendentif qu’il lui avait offert pour Noël, quand ils s’étaient échangés leurs cadeaux la veille.



Merci Vivi
Emma BlackbonnesPréfète en Chefavatar
Messages : 390

Voir le profil de l'utilisateur
L'angoisse de faire un faux pas la tenaillait depuis la veille au soir. Elle était ravie d'être dans la maison des Marchebank avec Dave, il ne fallait pas croire. Toutefois, elle n'aurait jamais imaginé que cela aurait été aussi éprouvant pour ses nerfs. Elle avait tellement peur de dire ou faire quelque chose qui attirerait sur elle les foudres de la famille de son petit-ami que parfois, elle devait se souvenir de respirer pour ne pas tomber. Ses joues avaient dû prendre des teintes différentes de rouge en fonction des personnes à qui elle parlait. Heureusement que Dave était là pour la soutenir d'ailleurs. Elle n'aurait jamais eu le courage d'affronter cela toute seule.

Tous les Marchebank étaient impressionnants. De Griselda en passant par Rosaleen. Même si elle se sentait beaucoup plus à l'aise avec la nouvelle Madame Marchebank qu'avec tous les autres membres. Elle se sentait tellement insignifiante à côté d'eux. Mais elle avait eu l'impression de respirer un peu mieux aujourd'hui. Elle avait rit de bon cœur avec Griselda dans le salon avant le dîner. La personne qu'elle admirait le plus au monde. Sa grand-mère paternelle était une vraie fan d'ailleurs. Mais elle avait tu ce fait, ne voulant pas passer pour une groupie mal dégrossie.

Elle avait donc essayé de se détendre du mieux qu'elle pouvait. Parlant d'elle lorsqu'on lui posait des questions et elle avait senti le changement dès qu'elle avait parlé de sa passion pour les cultures anciennes et les runes. Elle avait capté l'attention de la matriarche de la famille et cela lui avait fait un bien fou. Elle avait l'impression qu'il y avait une sorte d'approbation dans son regard. Non, elle n'était pas seulement jolie, très timide et un peu trop impressionnable. Elle savait aussi tenir une conversation même si c'était compliqué dès lors que sa timidité l'emportait.

Mais finalement, elle avait plutôt bien combattu ses démons et elle jugeait qu'elle ne s'en sortait pas trop mal. Elle se sentait même en sécurité. Pour la première fois depuis l'évasion d'Ana Sorden, elle se sentait réellement en sécurité. Elle n'oserait jamais s'en prendre à elle, ici. La maison du Ministre était bien trop gardé. Surtout depuis que les grands-parents de Rosaleen avait péri dans un incendie criminel. Elle appréciait vraiment beaucoup cette dernière. Mais elle n'osait pas le dire de peur que Dave lui en veuille.

Toutefois, elle avait entrevu une lueur d'espoir lorsque le jeune homme avait lancé un regard reconnaissant à sa belle-mère. Tout n'était pas encore perdu entre eux. Et Emma se portait garante de créer un lien entre eux. Elle voulait plus que tout au monde que son petit-ami soit épanoui dans sa famille et cela passerait forcément par la bonne entente avec la nouvelle femme de son père. Donc pourquoi pas proposer à Dave d'accompagner Rosaleen lorsqu'elle irait faire du shopping sur le Chemin de Traverse en prétextant une envie de nouvelles robes. Enfin, elle rêvait peut-être un peu. Il y avait encore beaucoup de chemin à parcourir avant que sa tête de mule de petit-ami n'apprécie réellement Rosaleen Marchebank.

Elle avait donc vécu le dîner beaucoup plus sereinement que la veille. Néanmoins, lorsque Dave l'entraîna dans sa chambre, elle marqua un temps d'arrêt. Son angoisse reprenait le dessus. Ce n'était pas aussi violent que ce qu'elle ressentait pour Ana mais c'était une légèrement appréhension plus qu'une angoisse. Parce qu'elle savait ce que tout jeune homme de l'âge de Dave pouvait attendre de sa petite-amie. Elle n'était pas non plus complètement ignare sur la question. Mais elle ne savait pas si elle se sentait prête. Elle s'était interrogée de nombreuse fois sur la question après que son petit-ami l'ait invité chez lui. Elle avait aussi lu la réticence sur le visage de son père lorsqu'elle lui avait demandé l'autorisation d'aller au manoir Marchebank.

Parce que lui aussi devait bien se douter qu'ils ne feraient peut-être pas que se tenir la main pendant presque une semaine. Et dans un sens, c'était tant mieux. Parce qu'elle en avait envie. Elle voulait aller plus loin dans sa relation avec Dave. Elle l'aimait profondément, elle se sentait prête à rendre leur relation plus sérieuse. Mais il y avait quand même cette appréhension de la première fois. La peur d'avoir mal, la peur de ne pas réussir à satisfaire Dave, la peur de ne pas aimer aussi. Tellement de chose qui la stressait et qui l'empêchait d'entre sereinement dans la chambre de son petit-ami sans arrière pensée. Elle ne pouvait pas regarder son lit de la même façon, elle ne pouvait pas faire comme si de rien était. C'était plus fort qu'elle.

Alors lorsqu'elle était entrée pour la première fois dans sa chambre la veille, elle s'était sentie rougir et un profond malaise l'avait envahi. Mais Dave s'était comporté en parfait gentleman. Ils n'avaient fait que discuter, la mettant en confiance. Et finalement, il ne s'était rien passé du tout. Elle avait ressenti un léger soulagement et en même temps une certaine déception. Mais la semaine n'était pas terminée et il pouvait encore se passer beaucoup de choses d'ici là.

Rien que maintenant, alors qu'ils se retrouvaient à nouveau seuls dans la chambre de Dave. Alors qu'il s'asseyait sur son lit et l'invitait à le rejoindre. Son cœur s’accéléra légèrement avant qu'elle ne se décide à le rejoindre presque par automatisme. Un sourire un peu crispé sur les lèvres. Elle posa son regard sur Dave et rougit légèrement.

"J'aime beaucoup Griselda. Elle est vraiment très gentille. Et... oui, ton père m'intimide encore beaucoup."

Elle baissa le regard en rougissant davantage, un peu honteuse. Un sourire ravi se dessina néanmoins sur ses lèvres lorsque le jeune homme remarqua qu'elle portait le pendentif qu'il lui avait offert la veille. Il était juste magnifique et elle s'était sentie un peu gênée lorsqu'elle n'avait eu qu'une écharpe en soie d'aragnée à lui offrir. Elle caressa distraitement le pendentif alors qu'elle redressait le regard en souriant.

"Oui, il est vraiment magnifique. Merci encore. Je l'adore."

Elle posa timidement sa main sur celle de Dave et lui sourit timidement. Son cœur battant la chamade dans sa poitrine. Ses pommettes légèrement rougies.


Emma Blackbonnes

Sur une idée originale de Vigounet pour la signa
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Emma était de nature timide, il n’y avait pas besoin d’être Merlin pour le voir. Cependant, Dave pouvait se targuer d’avoir réussi à ouvrir la timide Emma à lui, pour découvrir la jeune fille pleine d’intérêt qu’elle était. Les moments qu’ils passaient tous les deux avaient bien changé depuis les premiers jours où ils sortaient ensemble. Tout était beaucoup plus naturel, détendu, complice. Pourtant, à cet instant, c’était comme s’ils revenaient des mois en arrière, quand Emma pesait absolument tout ce qu’elle disait, qu’elle osait à peine croiser son regard sans rougir. Ah la la… Il allait finir par croire qu’il était quelqu’un de vraiment impressionnant, capable de la dévorer toute crue. Il s’imaginait assez bien les raisons pour lesquelles elle réagissait ainsi, et il avait bien envie de lui dire qu’il ne la forcerait jamais à rien, mais il craignait en évoquant le sujet de la voir lui décéder dans les bras de surchauffe interne. Hem, il lui fallait trouver un moyen de la mettre en confiance, d’abord.

Il l’écouta le remercier de nouveau pour le collier qu’il lui avait offert pour Noël. Il savait qu’elle aimait les bijoux discrets et chics, cela n’avait pas été très difficile à trouver. C’était le premier cadeau un peu conséquent qu’il lui offrait, cela voulait dire quelque chose pour lui, et il avait senti qu’Emma s’était fait la même réflexion. Sa main vint saisir celle qu’elle posait sur lui, d’un geste doux, mais assuré.

« Maintenant, on dirait que c’est moi qui t’intimide… »

Il eut l’air sérieux un instant, le temps d’attendre sa réponse, avant de lui sourire, pour dédramatiser la situation. Non, il ne la forcerait à rien et si elle n’était pas prête, il patienterait. De toute évidence, elle n’était pas prête.

Dave voulait parler avec elle de sujets autrement plus sérieux, c’était surtout dans cet objectif qu’il l’avait amenée ici, à l’abri des oreilles de sa famille. Sa mine devint un peu plus grave. La situation avait assez duré, il avait assez repoussé le moment de lui parler. A Poudlard, il avait été très pris par la quantité de travail monstrueuse qui tombait toujours pendant le mois de décembre -quelle idée de garder autant de matières pour ses ASPICS-, alors il n’avait pas vraiment eu l’occasion de régler un problème qui s’était installé : depuis fin novembre, Emma avait eu l’air de mettre un soin particulier à l’éviter, et à écourter leurs conversations dès que Dave essayait de la faire dériver vers les véritables questions. Depuis cet article, terrible, sur l’évasion des prisonniers d’Azkaban, Emma n’allait pas bien, il se souvenait encore quand il l’avait vue quitter leur table avec précipitation pour qu’il ne la retrouve que plus tard dans la journée, dans un couloir, complètement livide, sans être capable de lui arracher le moindre mot. Elle n’allait pas bien, et elle n’avait aucune crédibilité quand elle affirmait faiblement qu’il n’y avait aucun problème. Elle lui avait révélé bien avant cela que l’exécution d’Ana Sorden l’angoissait. Alors son évasion ? C’était forcément pire. C’était ce qui la rendait malade, il en était certain et il comptait bien profiter de ces quelques jours en tête à tête avec elle pour tenter de comprendre de quoi il retournait.

« Emma, il faut que je te parle. » commença t-il, afin d’être sûr d’avoir son attention.

Il avait réfléchi maintes fois à comment aborder le sujet avec elle, étant donné comme elle s’y était toujours fermée. Il n’avait pas trouvé de solution miracle, si ce n’était lui assurer qu’il était toujours présent pour elle. Il n’avait pas trop mal réussi son coup de ce côté là, non ? Pas une seule fois, il ne l’avait laissée tomber face aux questions piquantes de sa grand-mère ! Il avait passé la journée de la veille à lui faire des compliments pour lui redonner confiance en elle, il s’était montré tout bonnement adorable pour tenter de lui redonner le sourire et la bonne humeur. Que pouvait-il faire d’autre ? Ah, les filles, c’était compliqué, et Dave n’en était qu’au début de son apprentissage…

« Sois honnête, s’il te plaît. Est-ce que tu m’évitais pendant ce mois ? »

Les mots sortaient avec la franchise qui le caractérisait, mais il gardait un ton doux et ses mains dans les siennes pour ne pas braquer sa petite amie. Il ne cherchait pas à la piéger, seulement à comprendre.



Merci Vivi
Emma BlackbonnesPréfète en Chefavatar
Messages : 390

Voir le profil de l'utilisateur
Elle lui rendit son sourire lorsqu'il saisit doucement sa main dans la sienne. Il était tellement patient, attentionné et gentil avec elle qu'elle se sentait parfois bien ingrate de ne pas lui montrer sa reconnaissance plus souvent. Elle s'était détendue à son contact, en apprenant à le connaître, elle avait fait tomber les barrières qui l'entouraient une à une. Elle s'était montrée sous son vrai visage. Lui montrant qu'elle était autre chose qu'une jolie fille timide et un peu empotée. Elle prenait confiance en elle à son contact.

Mais l'évasion d'Ana Sorden avait mis à mal cette fragile confiance. Elle s'était refermée sur elle même, hantée par ses souvenirs et par l'horreur de ce qu'elle avait vécu. Et elle devait bien reconnaître que le fait de se trouver tout prêt de Dave, dans sa chambre, ne l'aidait pas à ne pas rougir et à se détendre pleinement. Un rire un peu faux lui échappa lorsqu'il lui demanda de façon indirect si il l'intimidait.

"Non, bien sûr que non."

Elle lui sourit doucement avant de serrer sa main dans la sienne. Même si elle devait bien admettre qu'elle n'en menait pas large. Il n'était pas aussi impressionnant que son père mais tout de même. Ce n'était pas rien d'être ici avec lui. Ce n'était pas anodin et elle n'était pas cruche au point de ne pas savoir ce que l'on faisait dans une chambre avec son petit-ami. Ils étaient ensemble depuis un peu plus de quatre mois. Pour beaucoup, c'était déjà énorme. Ils prenaient leur temps mais elle se doutait que Dave avait des envies. Elle aussi en avait. Elle était juste un peu plus incertaine quant à la marche à suivre.

Son appréhension était plus dû à la peur de l'inconnue qu'autre chose. Elle se trouvait bête. Beaucoup de filles de son âge l'avait sans doute déjà fait. Tout cela semblait tellement anodin maintenant. Presque normal. Comme si elle allait se faire percer les oreilles. Mais au fond d'elle même, c'était quelque chose d'important. Sans doute la chose la plus précieuse. Et elle allait l'offrir à Dave. Parce qu'elle l'aimait. Et ce serait la preuve irréfutable que lui aussi l'aimait. Qu'il la respectait et qu'elle pouvait lui faire confiance. Alors, il n'avait qu'à lui demander. Elle était prête. Enfin, elle l'espérait.

Elle sentit son estomac se serrer légèrement alors qu'il annonçait vouloir lui parler. Elle redressa la tête et croisa son regard. De quoi voulait-il parler ? Avait-elle fait quelque chose pour lui déplaire ? C'était vrai qu'elle n'avait pas été très présente depuis l'évasion de Sorden. Concentrant ses forces à ne pas paniquer en public. Elle avait choisi la fuite pour ne rien laisser paraître de ses angoisses. Afin de paraître le plus naturel possible, elle s'était cachée. Alors lorsqu'il lui demanda si c'était lui qu'elle évitait, elle se sentit tellement coupable. Elle n'avait pas voulu l'éloigner. Ça c'était fait presque naturellement, sans qu'elle ne puisse faire grand chose pour le contrer. Mais ce n'était pas lui qu'elle fuyait.

Elle posa sur lui un regard un peu triste sur lui. Elle s'en voulait tellement. Il avait dû se poser tellement de question. Il s'était sans doute remis en question, il avait cherché ce qu'il avait fait pour la pousser à le rejeter. Mais il n'avait rien fait de mal, il était parfait. C'était elle. Juste elle qui avait un problème. Elle n'était pas parfaite, elle. Loin de là. Elle posa doucement sa main sur sa joue.

"Non, je ne t'évitais pas. Je suis désolée si tu as cru que je t'évitais. Ce n'est pas ta faute, ce n'est pas toi. C'est juste qu'en ce moment je suis... C'est tellement stupide. Excuse-moi, n'y prête pas attention."

Elle esquissa un léger sourire désolé. Elle aurait aimé lui en parler. Elle aurait voulu que les choses soient simple, elle aurait voulu lui dissimuler un secret beaucoup moins honteux mais la vérité était là. Elle avait honte d'elle et peur qu'il la rejette si elle lui avouait. Et elle était quasi certaine qu'il le ferait parce que ce qu'elle avait fait été tout simplement horrible et inhumain. Elle préféra donc le silence. Elle se pencha lentement vers Dave pour poser ses lèvres sur les siennes. Il fallait absolument qu'elle lui change les idées avant qu'il ne revienne à la charge avec de nouvelles questions dont elle ne pourrait pas lui apporter de réponses.

Son baiser se fit plus passionné et elle se rapprocha davantage de son petit-ami, jusqu'à le coller. Il ne pouvait plus ignorer sa présence maintenant. Elle s'était montrée entreprenante, peut-être un peu trop mais au moins, il ne lui poserait pas de questions. Pas maintenant. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il se laisse prendre au jeu. Et qu'il lui rende son étreinte.


Emma Blackbonnes

Sur une idée originale de Vigounet pour la signa
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Dave était un garçon qui n’avait pas peur de la discussion. On lui avait toujours appris à parler, et oser dire ce qui n’allait pas, alors il avait tendance à attendre la même franchise des autres, même de ceux qui étaient de nature timide, comme Emma. Il fit l’effort de ne pas la brusquer, toutefois, il se contenta d’attendre qu’elle parle, en l’encourageant du regard. Le sujet était délicat, il ne s’agissait pas de la braquer. Elle commença par lui assurer qu’elle ne l’évitait pas, et Dave garda un instant le silence, à essayer de lire la vérité sur le visage de sa petite amie. Etait-elle sincère ? Il avait pourtant eu vraiment l’impression qu’elle fuyait sa compagnie, avant les vacances. Il s’était peut-être fait des idées, mais Dave avait tendance à se fier à son instinct, tant qu’on ne lui démontrait pas qu’il se trompait.

Lorsqu’Emma parut se lancer dans un début d’explications, Dave resta accroché à ses paroles, dans l’attente de ce qu’elle lui dirait enfin… Mais à sa déception, elle se défila encore une fois. C’était toujours la même chose. Dès qu’il mettait le doigt sur un sujet sensible, une chose qu’elle semblait lui cacher, elle agitait la main en disant que ce n’était rien, que c’était sa faute et qu’elle était stupide. Elle s’excusait, mais elle ne s’expliquait pas. C’était si frustrant ! Dave aurait préféré qu’elle lui fasse confiance et lui dise la vérité, plutôt qu’elle s’auto-flagelle, attitude qui avait tendance à l’agacer aussi, à la longue…

Alors il se tint prêt à insister, cette fois, il allait même prendre la parole, mais Emma le coupa dans son élan en lui volant un baiser. Vous savez, cette sensation qu’on vient d’anesthésier vos neurones ? Dave était peut-être un rat de bibliothèque, mais il lui arrivait comme tout le monde d’avoir ce genre de passage à vide où il se sentait parfaitement crétin, seulement bon à subir ce qui lui arrivait. Enfin, subir… C’était un bien grand mot, en l’occurrence, il savourait surtout le baiser plus entreprenant que jamais de sa petite amie. Ils avaient toujours été relativement sages, tous les deux. S’embrasser fougueusement au détour d’un couloir de Poudlard ? C’était pour les autres couples de leur promo, ceux qui n’avaient pas été éduqués comme eux, dans la même bienséance. Que voulez-vous ? Il y avait quelques règles de savoir-vivre qui semblaient échapper à certains, tout le monde n’avait pas l’air d’accepter l’idée qu’une école n’était pas un temple de débauche, et qu’un placard à balai n’avait rien d’une suite nuptiale. Mais cette fois, c’était au tour de Dave de sentir ses joues s’échauffer un peu. Il dut avoir un air parfaitement stupide et pris de court, quand ils se lâchèrent enfin pour reprendre leur souffle. Une seconde, il se mit en tête d’essayer de reprendre contenance.

« J’allais dire… Bonne question, tiens, qu’allait-il dire ? Laisse tomber. »

Une seconde seulement, ce ne fut pas très efficace. Dave encadra le visage d’Emma entre ses grandes mains pour la rapprocher de lui de nouveau. Pour la première fois, il s’abandonna complètement à leur baiser, et il le fit sans réfléchir, sans même l’avoir prévu. Il en avait envie, simplement. Comme Emma ne paraissait pas le repousser, Dave se montra de plus en plus entreprenant, en laissant ses mains se balader sur les hanches de la jeune fille. Ce n’était pas la première fois qu’il embrassait sa petite amie, évidemment, mais cette étreinte-là avait le délicieux frisson de la découverte. Et du vertige, quelque part. Dave se sentit un instant perdre pied, ce qui était aussi grisant que déstabilisant, mais si Emma ne l’arrêtait pas, alors lui n’était personnellement pas prêt de le faire…



Merci Vivi
Emma BlackbonnesPréfète en Chefavatar
Messages : 390

Voir le profil de l'utilisateur
Un sourire s'étira sur ses lèvres lorsque Dave lui rendit son baiser. Elle avait réussi plutôt brillamment à détourner son attention de ses questions gênantes. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas parler avec son petit-ami. Mais elle n'était pas le genre de personne à aimer assumer ses actes ni même ses paroles. Et ce que Dave lui demandait, c'était tout simplement de lui raconter son passé. De faire face à ce qu'elle avait tant bien que mal essayé de dissimuler au plus profond d'elle. Elle avait cru réussir. Mais il fallait qu'elle se rende à l'évidence, Ana Sorden réapparaissait et tous ses démons avec.

Un léger frisson s'empara d'elle. Elle n'eut aucun mal à le mette sur le compte du désir. Dave embrassait plutôt bien et ce n'était pas l'un de leur petit baiser qu'ils échangeaient à Poudlard où la retenue était de rigueur. Non c'était bien plus profond et plus passionné que ça. Ce baiser avait un goût de première fois. Ce qui serait sans doute le cas d'ailleurs. Leur première fois semblait plus proche que jamais.

Emma plongea son regard dans celui de son petit-ami alors qu'ils reprenaient leur souffle. Pendant un instant, elle crut qu'elle n'avait pas aussi bien détourné son attention qu'elle l'avait espéré. Toutefois, elle retint un soupir de soulagement lorsqu'il lui demanda de laisser tomber. Elle était plutôt satisfaite de le faire d'ailleurs. Elle n'allait pas insister pour lui donner des réponses à des questions qu'elle ne voulait pas entendre.

Elle ne le repoussa pas lorsqu'il se fit plus entreprenant. Son cœur s'accéléra lorsque les mains de son petit-ami se firent plus entreprenantes. C'était le moment. Ils y étaient. Elle n'arrivait plus à réfléchir, elle n'arrivait plus à avoir peur. Son cœur battait la chamade dans sa poitrine. Il allait exploser c'était certain. Elle se laissa tomber sur le lit de Dave l'entraînant avec elle dans chute.

Elle l'aida à déboutonner sa robe tout en rougissant de ce qu'ils s'apprêtaient à faire. Elle était prête. Mais elle n'arrivait pas à éloigner cette légère appréhension qui l’étreignait. Mais elle n'arrêta pas Dave à aucun moment, elle ferma les yeux pour ne pas montrer son trouble. Et parce qu'ainsi, elle avait l'impression d'être moins... dénudée. Même si elle ne se faisait aucune illusion. Dave connaissait tout de son corps désormais. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle se sentait moins intimidée.

Beaucoup de questions se bousculaient dans sa tête. A commencer par ce que pouvait bien ressentir son petit-ami à ce moment précis. Elle aurait aimé connaître ses pensées. Elle aurait voulu savoir si elle était assez bien pour lui. Même maintenant. Elle devait bien reconnaître qu'elle ne trouvait pas ça aussi bien que ce que tout le monde à Poudlard semblait le dire.

Dave se laissa tomber à côté d'elle bien plus vite qu'elle ne l'aurait cru. Et elle se dépêcha de renfiler sa robe, le rouge aux joues sans oser regarder Dave dans les yeux. Ce n'était pas qu'elle n'avait pas apprécié mais... Ce n'était pas non plus comme si elle était suffisamment à l'aise avec son corps pour rester comme ça devant lui. Et maintenant, elle ne savait plus trop quoi faire ni même comment se comporter devant lui. Elle s'assit sur le bord du lit et attendit qu'il prenne la parole. Il avait sans doute quelque chose à dire lui. Mais elle, elle ne savait juste pas ce qu'il fallait dire ou faire. Elle devait peut-être le remercier ? Non, ce n'était pas comme si il venait de lui faire une faveur. Quoique... Elle ne savait vraiment plus où elle en était et il allait vite falloir que Dave prenne les choses en main car elle même était un peu perdue.


Emma Blackbonnes

Sur une idée originale de Vigounet pour la signa
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Dave n’était pas le genre de garçon qui rougissait ou se démontait facilement face aux situations inconnues. Mais celle-ci avait la particularité de se montrer particulièrement troublante et nouvelle pour lui. Il se montrait peut-être condescendant envers les couples un peu trop voyants qui se multipliaient dans leur école, mais c’était surtout par principe de râler et puis quelque part, par jalousie face à ce qu’il n’avait jamais effleuré jusqu’à maintenant. Dave n’avait jamais décidé de porter de ceinture de chasteté, mais voilà, les occasions ne s’étaient jamais présentées à lui, Emma était sa première petite amie, les filles ne lui avaient jamais trouvé d’attrait particulier avant cela. Et il n’avait jamais cherché à plaire plus que cela, s’il pensait aux filles et à l’amour comme tout le monde, c’était loin d’être ce qui le préoccupait le plus dans sa vie. Mais depuis qu’Emma y était entrée, ce genre de pensées occupaient de plus en plus de place, et Dave devait reconnaître qu’il avait déjà longtemps pensé au moment qu’ils venaient de partager. Pour la première fois de sa vie, le fier Serpentard doutait d’avoir été à la hauteur. Pour la première fois, il doutait de lui, il craignait d’être décevant. Pour la première fois, l’ambitieux Marchebank avait appréhendé de se lancer dans un domaine qu’il ne connaissait pas.

Pour autant, il n’y avait aucun regret dans son coeur, loin de là. S’il devait se concentrer uniquement sur ce que lui ressentait, eh bien, quelque chose avait changé, c’était certain, il avait l’impression que son affection pour sa petite amie n’avait jamais été aussi forte et aussi sincère, il avait envie de la tenir encore dans ses bras, le plus longtemps possible. Mais il avait cru comprendre que la première fois revêtait un sens particulier pour les filles, et nourrissait chez elles une véritable appréhension. Ma foi, il n’avait pas l’impression que c’était tant différent pour les garçons, lui aussi se sentait troublé, mais Emma peut-être encore davantage ? Il n’en savait trop rien, il l’avait sentie un peu tendue mais elle ne semblait pas décidée à parler pour l’éclairer et elle lui tournait désormais le dos, alors Dave posa doucement sa main sur son épaule, pour attirer son attention.

« Ca va ? »

C’était sûrement stupide comme question, mais il ne savait pas par quoi commencer, et puis, l’interrogation était réelle, Emma avait peut-être eu mal ? Au fond, cette phrase bâteau était surtout une façon comme une autre de savoir ce qu’elle en avait pensé. Paradoxalement d’une façon un peu timide alors qu’ils savaient désormais tout du corps de l’autre, Dave enserra la taille de la jeune fille de son bras, puis déposa un léger baiser sur son épaule pour la détendre. Il se laissa quelques secondes pour lui-même se ressaisir et revenir à des discours raisonnés rassurants : ils n’avaient pas à rougir de ce qu’ils venaient de faire, ils en avaient eu envie, c’était arrivé tout naturellement, et cela avait été loin d’être désagréable. Parce que Dave se réfugiait souvent derrière l’humour quand il était en difficulté, il lança pour tenter de dissiper cette atmosphère un peu étrange et tendue entre eux :

« Tu as le droit de me larguer si j’ai été nul. »



Merci Vivi
Emma BlackbonnesPréfète en Chefavatar
Messages : 390

Voir le profil de l'utilisateur
Un léger sursaut lui échappa au contact de sa main sur son épaule. Emma se tourna vers Dave avec un petit sourire timide aux lèvres. Il s'inquiétait donc réellement pour elle ? Ne l'avait pas trouvé nulle au point de la rejeter entièrement ? Au contraire, il semblait plus... doux. Comme si quelque chose avait changé. Peut-être était-ce le cas au fond. Elle soupira d'aise lorsqu'il enserra sa taille de sa main et posa naturellement la sienne dessus. Pour le maintenir encore un peu contre elle. Fermant les yeux sous son baiser, un léger frisson la parcourant. Elle n'avait peut-être rien ressenti de particulier pour cette première fois. Si ce n'était la douleur qui la tenaillait encore un peu. C'était une sensation étrange. Et nouvelle. Un tiraillement qu'elle n'était pas sûre d'apprécier.

"Oui, ça va."

Elle se força à sourire de façon un peu plus enjoué avant de détourner légèrement le regard. Comme gênée qu'il ait pu croire qu'elle n'allait pas bien.

"Et... toi ?"

Au fond, peut-être que lui n'avait pas du tout apprécié non plus. Peut-être qu'il ne voudrait plus jamais rien partagé avec elle. Elle était certaine que la douleur disparaîtrait avec le temps. Et peut-être qu'un jour ou à leur prochaine fois, elle réussirait à prendre un peu de plaisir. Que cela serait moins rapide. Peut-être était-ce son appréhension qui l'avait empêché de pouvoir profiter pleinement. Bloquant toute forme de plaisir en elle. Elle n'en savait rien mais elle était prête à réessayer. Si Dave en avait envie. S'il voulait encore d'elle. Elle fut donc légèrement choquée par sa remarque.

"Je... que... quoi ? Non enfin, ce..."

Elle se sentit rougir. Quelle idée grotesque il avait là. Elle n'était pas ce genre de personne. Il n'y avait pas que cela qui comptait à ses yeux. C'était bien plus profond que cela. Elle aimait Dave. Elle en avait la certitude. Et... il semblait l'aimer aussi. Au moins un peu. On ne faisait pas ce genre de chose sans sentiments. Elle en avait la conviction. Et ses gestes tendres ne lui donnaient aucun doute.

"C'est plutôt moi qui devrait dire ça."

Elle releva timidement le regard vers lui. Les joues rouges. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle allait réellement dire ce qu'elle s'apprêtait à dire mais elle sentait qu'il fallait clarifier les choses de son point de vue. C'était sans doute ce que Dave attendait d'elle. Qu'elle lui annonce clairement si elle était prête ou non à recommencer avec lui. Et la réponse lui semblait plus qu'évidente.

"Je... On pourra toujours recommencer si tu veux... Je suis sûre que la deuxième fois sera encore mieux. Après tout, c'est en s'entraînant qu'on devient meilleur non ?"

Elle esquissa un léger sourire alors que ses joues continuaient de prendre une teinte rouge pivoine. Elle devait avoir l'air maline. Et elle commençait sérieusement à avoir chaud. Mais peut-être qu'avant de continuer avec Dave, il fallait qu'elle lui avoue certaine chose sur elle. Qu'elle arrête de lui mentir. Elle commençait à trouver que ce n'était pas juste d'abuser de lui de cette façon. Il avait confiance en elle et elle n'était que mensonge. Et elle n'avait pas envie qu'il l'apprenne de la bouche de quelqu'un d'autre. Pas envie qu'il se sente trahi. Et elle... elle se sentait désormais plus en confiance, plus certaine qu'elle pouvait lui faire confiance. Qu'il serait là pour elle... peut-être ? Il fallait qu'elle abaisse le voile. Qu'elle lui donne une explication de son comportement étrange de ces derniers temps. Qu'elle lui explique ce qu'elle avait fait. Elle en tremblait d'avance mais elle sentait qu'elle n'avait plus le choix. Elle ne pouvait plus lui cacher ça.

"Dave... ?"

Elle prit une profonde inspiration avant de se tourner complètement vers lui. Plongeant son regard dans le sien avant de le détourner légèrement. Elle avait tellement honte d'elle-même.

"Il... Il faut que je t'avoue quelque chose."

Elle sentit son estomac se tordre violemment et elle dut prendre sur elle pour ne pas que la terreur prenne le pas sur le reste. Elle devait lui dire, elle lui avait suffisamment menti comme cela.

"Tu... tu te rappelles d'Ana Sorden et de toute les atrocités qu'elle a faites ? Je... J'ai... Je suis en quelque sorte responsable de son arrestation. J'ai... Mon témoignage a beaucoup compté lors de son procès et... Je suis en partie responsable de son emprisonnement. C'est pour ça que j'ai aussi peur qu'elle me retrouve. Elle va vouloir se venger et... Je ne voulais pas être distante avec toi mais... Je ne veux pas qu'elle te fasse de mal en voulant s'en prendre à moi..."

Ses lèvres tremblèrent légèrement alors que les larmes commençaient à couler le long de ses joues. Son coeur serré par la peur et l'horreur de ce qu'elle avouait. Elle posa les yeux sur ses mains tremblantes, sa vision brouillée par les larmes qu'elle n'arrivait plus à contenir. Ce n'était même pas la peine de lutter. Sa gorge se noua alors qu'elle inspirait profondément pour continuer son récit. Elle avait promis d'être honnête jusqu'au bout.

"L'année où elle a été professeur à l'école, j'ai souffert d'insomnie terrible. Je... j'ai toujours souffert d'un manque de confiance en moi terrible et... elle m'a donné une potion pour m'aider à dormir. Ou je croyais qu'il s'agissait de ça. Au début, j'ai vraiment mieux dormi. Je... La potion me murmurait des mots dans ma tête. Me disait quoi faire... Elle m'a... manipulé pour que je..."

Ses mains se serrèrent compulsivement sur sa robe alors que la douleur lui enserrait la poitrine. Au point qu'elle n'arrivait plus à parler. Suffoquée par les larmes. Elle dut s'y reprendre à plusieurs fois avant de réussir à se calmer et à respirer correctement. Avouer sa faiblesse n'était jamais chose facile.

"Elle m'a fait croire des choses. Et... Tu te rappelles de l'incendie à Pré-au-Lard ? De cette maison qui a brûlé et de cette petite fille qui..."

Une fois encore elle dut faire une pose. Le visage hanté par l'horreur alors qu'elle se remémorait de cette nuit terrible. Des cris de la fillette enfermée dans la maison. L'odeur de brûlé, l'horreur s'insinuant en elle alors qu'elle comprenait ce qu'elle venait de faire.

"C'est moi qui ait mis le feu."

Elle avait à peine soufflé ces quelques mots en détournant le regard. Honteuse. Incapable de soutenir le regard de Dave. Incapable de voir si le dégoût s'installait sur le visage de son petit-ami. Elle ne voulait pas voir tout de suite s'il la repousserait. Pas encore, elle devait finir son histoire. Il devait tout savoir.

"J'ai... j'ai compris que trop tard et... je suis rentrée paniquée au château. Elle m'attendait, elle, je pensais que... Mais elle m'a lancé un sort d'oublie. Mais... elle l'a raté. Je... J'avais des souvenirs furtifs dans mes rêves. Et puis... Je ne sais pas, il y a eu un déclic. Je me suis souvenue de tout alors... J'ai été voir le professeur Adamson. J'ai... Je ne savais pas quoi faire. Les Aurors sont venus m'ont posé des questions. Et... J'avais tellement peur. Elle allait me tuer si... Et voilà que maintenant, elle a réussi à s'échapper et..."

Elle fut incapable de continuer. Elle étouffait littéralement. Tuée par le poids du secret.

"Je... je suis tellement désolée de ne pas te l'avoir dit avant mais... je ne savais pas comment... j'ai tellement honte, je... Je suis désolée..."

Elle le regarda dans les yeux pour la première fois depuis le début de son récit. Les larmes coulant encore sur ses joues. C'était la pire première fois de l'univers. Elle avait le don de gâcher les choses.

"Je comprendrais que tu ne veuilles plus me voir. Que tu me quittes et me renvois chez moi. Je... Ce serait... normal."

Elle baissa à nouveau le regard. Attendant la colère, le dégoût de Dave à son encontre. Elle attendait qu'il la secoue et la jette dehors comme elle le méritait sans doute.


Emma Blackbonnes

Sur une idée originale de Vigounet pour la signa
Dave MarchebankEmployé de la March Bankavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
La fébrilité évidente d’Emma mettait Dave quelque peu mal à l’aise, il n’avait de cesse de se demander s’il avait mal fait quelque chose, pendant qu’elle lui balbutiait des morceaux de réponse. Mais lorsqu’elle finit par le regard vraiment et lui faire part de ses pensées, ce ne fut pas mieux. Dave eut l’impression qu’elle lui disait plus ou moins qu’ils feraient mieux la prochaine fois… Sous-entendu, elle n’avait pas aimé ? Plutôt blessé dans son orgueil, le jeune homme se recula contre la tête de lit, sans rien ajouter de plus. Il n’avait pas envie d’ajouter à l’embarras de sa petite amie déjà toute rouge en insistant davantage, et de toute façon, il n’était pas sûr de vouloir savoir. C’était plutôt maladroit, voire humiliant, comme façon de conclure leur petit moment, l’excitation était parfaitement retombée à plat, pour ne laisser que la gêne entre eux. Plongé dans ses propres réflexions, Dave ne remarqua pas vraiment que l’expression d’Emma avait changé, et laissait deviner désormais un profond malaise. Qu’y avait t-il encore ? L’avait t-il traumatisée à ce point ? Loin de se douter que les pensées de sa petite amie avaient dérivé vers un tout autre sujet, il finit par déclarer, avec une certaine défiance :

« Dis-moi, je t’écoute. »

Mais dès la première phrase, le discours d’Emma se déroula d’une façon qui étonna Dave. Ana Sorden ? Pourquoi en parlait t-elle, maintenant ? Que venait t-elle faire dans leur conversation ? Une considération qui devint bien vite un détail, au fur et à mesure qu’Emma faisait ses révélations. Alors qu’elle parlait, Dave se remémorait en parallèle tous ces moments où il avait senti qu’elle n’était pas comme d’habitude, que quelque chose l’angoissait de façon anormale, et qu’elle contournait ses questions à chaque fois qu’il essayait de la percer à jour. Cela faisait bien quelques mois qu’elle agissait de la sorte. Ils avaient fini par évoquer Ana Sorden, un jour, au fil d’une discussion qui avait bien failli tourner à la dispute. Emma avait refusé de détailler, laissant simplement échapper que son évasion l’inquiétait, avant de vite passer à un autre sujet, et Dave n’avait jamais pu en savoir plus. A ce moment-là, il avait eu l’intime conviction qu’elle ne lui disait pas tout et que ses craintes étaient motivées par quelque chose de plus profond.

Au moment où des larmes se mirent à rouler sur les joues de la jeune fille, Dave s’approcha instinctivement d’elle, plutôt désemparé et peiné face à cette attitude. Soufflant son prénom, il attrapa sa main comme pour l’encourager à poursuivre, pendant qu’il démêlait les informations. Le simple fait de parler semblait plonger Emma dans une terrible angoisse, qui la faisait presque suffoquer. Il avait presque envie de lui dire d’arrêter là, mais en même temps, il fallait que cela sorte, il en était persuadé. D’une nature bien trop intériorisée, Emma était le genre de personne à encaisser énormément avant de se rendre compte -trop tard- qu’elle ne pouvait plus supporter. Dave, d’un tempérament volontiers plus incisif, ne tenait jamais longtemps avant de lâcher ce qu’il pensait, et parfois il se demandait comment Emma faisait pour ne jamais craquer. Mais par Salazar… Jamais, ô grand jamais il ne se serait douté qu’elle portait un si lourd secret, depuis tout ce temps…

Clairement secoué par le choc, Dave restait parfaitement immobile, incapable de faire un geste vers sa petite amie. Du moins, jusqu’à ce qu’elle s’abatte complètement et déclare qu’il pouvait la quitter. Une alerte clignota dans la tête du Serpentard, comme pour lui dire « Fais quelque chose ! » et il l’enveloppa contre lui de ses grands bras, un peu fébrile. Merlin, Merlin. Quel terrible aveu. Emma Blackbonnes, la douce Emma, aux mains salies par le crime ! Cela lui semblait tellement incroyable, mais la profonde détresse de sa petite amie rendait paradoxalement les choses très réelles. Perturbé par tout ce qu’il venait d’apprendre, mais en même temps conscient qu’il devait d’abord la rassurer, il serra un peu plus la jeune fille contre lui, déclarant :

« Pas du tout, Emma, ne dis pas des choses pareilles ! Je n’ai pas l’intention de te quitter. » Se détachant pour pouvoir la regarder, il sembla chercher ses mots quelques secondes, les mains accrochées à ses bras. « Je suis désolé que tu aies dû vivre tout ça, mais tu n’es pas la responsable, d’accord ? Tout ça ne fait pas de toi un monstre. C’est Sorden la folle furieuse, elle a manipulé tellement de gens, elle a réussi à berner des adultes hauts placés du ministère. Tu étais une victime facile pour elle, en comparaison, alors tu n’as pas à t’en vouloir de t’être laissée prendre à son piège. Toi, tu as fait ce qu’il fallait en témoignant contre elle, surtout si ça a pesé au procès. C’est grâce à toi si on a pu révéler ses crimes au grand jour, autrement elle serait peut-être encore à Poudlard, ou ailleurs, à agir en toute impunité. D’accord, elle s’est évadée, mais maintenant, on sait qui elle est, et ce qu’elle est capable de faire. Je suis sûr que ce n’est qu’une question de temps avant que le bureau des Aurors ne la retrouve. C’est la criminelle la plus recherchée du pays, elle ne restera pas en liberté longtemps. »

C’était à la raison que Dave faisait appel pour rassurer Emma, tout en sachant que ce ne serait sans doute pas efficace. L’angoisse qui l’habitait, bien que parfaitement humaine et compréhensible, était irrationnelle. Il pouvait dire ce qu’il voulait, employer tous les raisonnements imparables du monde pour la rassurer, la peur panique qu’elle nourrissait à l’égard d’Ana Sorden serait toujours plus forte, et ne serait apaisée que si la source de ses craintes disparaissait complètement… Frustré de se trouver impuissant, mais décidé à faire quelque chose, Dave continua sa diatribe en serrant les deux mains d’Emma dans les siennes, et en la regardant de ces yeux enflammés qui le caractérisaient tant, dès qu’il s’agissait de quelque chose qui lui tenait à coeur.

« Tu n’es pas toute seule, il y a plein de moyens de te protéger. Il faut que tu réclames tes droits ! Tu dois bénéficier de la protection des témoins, je suis sûr que des Aurors peuvent patrouiller près de chez toi, pour te protéger toi et ta famille, s’ils ne le font pas déjà. Je peux en parler à mon père, s'il le faut, assura t-il, persuadé que le ministre du pays pouvait bien mettre les moyens qu’il fallait si son fils lui assurait que c’était nécessaire. A Poudlard…  Plus problématique, Dave aurait aimé dire qu’il n’y avait pas d’endroit plus sécurisé que Poudlard, mais cette vieille rengaine n’était rien d’autre qu’une légende, surtout quand on se voyait ce qui s’y était produit ces deux dernières années. Tu es avec nous, nos professeurs veillent sur nous. Moi, je veille sur toi. »

C’était peut être stupide comme affirmation, voire bancal -ce n’était pas comme si lui, le Dave gringalet toujours dans ses bouquins saurait jouer les preux chevaliers face à Ana Sorden- mais il avait envie de le dire et de rassurer Emma autant qu’il le pouvait. Ils avaient partagé un moment spécial et intime, elle venait de lui révéler son plus lourd secret, Dave ne croyait pas se tromper en affirmant que maintenant plus que jamais, elle comptait pour lui. Son sort le concernait, ses craintes et ses inquiétudes étaient les siennes aussi, voilà ce que disaient les mots maladroits de Dave et ses mains qui serraient celles de sa petite amie.



Merci Vivi
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Les apparences [Emma & Dave]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Emma Pillsbury ✿ Wanna go halfsies on a pb&j ?
» Emma Harper
» 00. You're having my baby (18/08/2011) | Emma Pillsbury & Will Schuester
» 05. Mishap ! Mishap ! [PV ; Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-