AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Chefaillons chamailleurs [Antonino & Solal]

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Métamorphomage le Mer 7 Jan 2015 - 1:10, édité 1 fois
27 décembre ~ Les Folies Sorcières


Antonino Tessio, 28 ans, second des Veilleurs

« Te cherche pas d’excuses, Toni. Sérieux, tu me pompes l’air avec ton baratin, c’est toujours la même chose avec toi. C’est la deuxième fois, la même connerie, alors ‘me la fais pas à l’envers ! Si on perd de l’argent sur ce coup, je te préviens, tu peux te chercher un autre pigeon, parce que je mettrai un autre gars à ta place, c’est clair ? »

L’humiliation publique n’était pas une punition que Roy avait coutume d’infliger à ses hommes, encore moins à ceux qui étaient ses amis. Mais depuis quelques jours, il était d’une telle humeur exécrable que tous aux Folies Sorcières avaient l’impression de marcher sur des oeufs face à leur gérant, ami ou pas. En l’occurrence, Toni avait réellement fait une erreur avec l’argent des paris, mais il estimait ne pas mériter de telles remontrances publiques. Vexé, il préféra se draper dans la dignité de la victime, une fois que son chef quitta la pièce d’un pas fulminant :

« C’est ça, mais pour qui il sé prend ? Pff, décharger son houmeur dé chien sur moi… » Agacé, il remarqua que les quelques Veilleurs qui avaient suivi la scène le fixaient désormais en silence. « Qu’est-ce qué vous régardez, vous ? Allez ténir les murs ailleurs, si vous avez pas assez dé boulot, jé vous en rajouterai, moi, bande dé glandeurs ! Déhors ! »

Parce que Toni avait toujours eu un problème avec l’autorité, qu’elle soit légitime ou non, le gran toréador détestait se faire rappeler à l’ordre. Encore plus quand il y avait un public, se dit-il en notant la présence d’un dernier spectateur, dans un coin de la pièce. Toni ne cacha pas sa grimace face à son collègue, dont la simple vue avait parfois le don de lui hérisser le poil. Il haussa les sourcils, croisant les bras avec défiance.

« Il faut toujours qué tou té faufiles dans les coins comme oune vipère, toi. »
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur

Solal Elman ~ 32 ans ~ Second des veilleurs

Solal regardait la scène, un léger sourire amusé aux coins des lèvres, les bras croisés sur la poitrine. C'était toujours plaisant de voir les autres se faire traiter d'incapable. Une façon comme une autre de lui prouver encore une fois qu'il était le meilleur. Il n'aurait jamais commis la faute que venait de faire cet incapable d'Antonino. Voilà où ça menait quand on nommait ses copains à des postes élevés. On était toujours déçu.

Calder en faisait les frais. Il pouvait constater toute l'ampleur du désastre. Et le fait que Toni en prenne pour son grade devant toute l'assemblée était d'autant plus plaisante. L'Italien l'exaspérait au plus haut point avec son accent et sa langue trop bien pendue. A croire qu'il ne savait faire que cela parler. Et même au moment où il aurait dû l'écraser, il trouvait le moyen de la ramener en faisant semblant de casser du sucre sur Roy.

Son sourire s'agrandit légèrement lorsque le jeune homme s'adressa à lui. Il se décolla de son mur et s'approcha lentement de lui. Un regard inquisiteur et un air narquois sur le visage. Oh oui, il jubilait de le voir redescendre de son piédestal.

"Et bien, le petit Toni s'est fait gronder par papa Roy ? C'était à prévoir. Surtout quand on connait ton niveau d'incapacité."
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur

Antonino Tessio, 28 ans, second des Veilleurs


Toni sut à l’air incroyablement suffisant de Solal que cet insecte bouffeur de bonne humeur allait lui aspirer toute sa patience. Déjà qu’il n’était pas de bonne humeur à la base, ni même patient, de façon générale. Levant les yeux au ciel, il rétorqua de sa voix forte habituelle :

« Oh mais c’est sour qué tou peux bien l’ouvrir ta gueule, toi. Tou lui lèches les bottes avec tellement d’application à Roy qué tou pourrais presque remplacer oune dé ses catins, tou m’étonnes qu’il té laisse tranquille ! »

Comme s’il allait recevoir des leçons de cet espèce de serpent qui caressait ses supérieurs dans le sens du poil pour se faire bien voir ! Lui au moins, il était franc avec tout le monde, les crasses et les petits commentaires dans le dos, très peu pour lui. Très vite, il avait vu quel genre d’homme était Solal : beaucoup trop calculateur pour être digne de confiance, et surtout, incroyablement pédant, ce qui était tout bonnement insupportable. Vraiment, il ne comprenait pas ce qui était passé par la tête de Roy et Jayce pour qu'ils confient des responsabilités à un homme vicieux de son genre. C'était évident qu'il leur ferait un coup à l'envers, un jour ou l'autre.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
C'était vraiment incroyable de constater à quel point ce type était... d'une banalité affligeante. Il n'avait pas grand chose pour lui. La chance d'être l'ami de Roy tout au plus. Son sourire s'agrandit légèrement lorsque Toni se crut obligé de répliquer. Il avait donc été blessé dans son amour propre. Le pauvre petit chou. Il ne releva pas les mots employés parce qu'il n'y en avait pas un de vrai. Il ne faisait que son boulot, rien de plus.

"Ne me prends pas pour toi. Je dois ma place à mon travail et à mon talent et uniquement à ça. Tout le monde n'a pas les traitements de faveur des chefs. C'est tellement facile d'être médiocre quand on est pistonné."

Il esquissa une légère moue dégoûtée avant de réajuster son bouton de manchette qui avait eu le mauvais goût de se défaire. Oui, ce gamin n'avait aucun mérite.

"Mais visiblement, tu n'es pas aussi malin que tu en as l'air. Parce que énerver Roy en ce moment, ce n'est vraiment pas fin. Surtout qu'il paraît qu'il fait du tri dans ses amis..."
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Tant d’arrogance que jé vais lui faire rentrer par lé trou dé son… disaient les pensées de Toni, au milieu de nombreuses insultes et jurons bien sentis en italien. Oui, Solal était un sorcier doué, tous les disaient, c’était d’ailleurs ce qui lui avait valu sa place de second. Mais Antonino préférait largement manger de la bouse de Sombral plutôt que de le reconnaître. A ses yeux, Solal n’était rien d’autre qu’un cafard présomptueux, qui pétait plus haut que son… Même mot que plus haut.

Croisant les bras dans une posture auto-défensive, Toni répliqua avec humeur :

« Et tou espères y rentrer, dans son cercle d’amis ? Mé fais pas rire. T’es juste oune gratteur, et tou séras jamais rien d’autre. Tou fais pitié à t’écraser autant dévant lui, moi au moins je ferme pas ma gueule comme oune hypocrite. Puis son ton devint moqueur, et son sourire, goguenard. Roy a dit ceci, Roy veut céla… T’es son larbin attitré ou t’es juste amoureux ? »
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Un léger sourire amusé suivi d'un haussement de sourcil apparut sur le visage de Solal. Appartenir au cercle d'amis de Roy Calder n'avait jamais fait parti de ses ambitions. Non, il visait un tantinet plus haut. Il valait mieux que ça. Et si pour cela, il devait jouer les bons toutous auprès de Calder et bien il ferait ce qu'il faudrait.

Malgré tout le respect et toute l'admiration qu'il avait pour son père, il ne finirait pas comme lui. Il en avait assez de jouer les sous-fifre sans importance. A peine plus important qu'un chien. Il avait déjà réussi à se faire reconnaître pour ce qu'il était. Il était second et c'était déjà une grande avancé. La remarque de Toni l'agaça légèrement. Amoureux ? Lui ? Non certainement pas. Les hommes n'étaient pas une option envisageable de toute manière. Il n'était pas une vulgaire tantouse. Une moue de dégoût se dessina sur le visage de Solal alors qu'il plongeait son regard dans celui de Toni.

"Etre l'ami de Roy n'est pas dans mes projets. Non, je lui témoigne uniquement le respect qu'il lui ait dû. Il est notre chef. Tu l'as sans doute oublié mais pas moi. Et en ce qui concerne mes sentiments... n'inverse pas les rôles."

Un sourire narquois s'étira sur ses lèvres alors qu'il s'approchait légèrement d'Antonino pour murmurer à son oreille d'un ton badin.

"De nous deux la tafiole, ce n'est pas moi. Je ne fréquente pas ce genre de personne."

Il se recula par précaution, un sourire satisfait sur les lèvres. Sa baguette prête à être dégainée au cas où Toni aurait la folle idée de s'attaquer à lui.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
L’impulsivité ? Un art de vivre, chez Antonino Tessio. A force d’avoir sauté à la gorge de tous ceux qui lui avaient cherché des noises, il s’était forgé un dossier disciplinaire plus que conséquent à l’école, puis, plus tard, un casier judiciaire parsemé de troubles à l’ordre public, dans les bureaux de la police italienne, avant que ses parents ne se décident à l’envoyer en Angleterre, désespérés par cet enfant à problèmes. C’était plus fort que lui. Il ne supportait pas l’insulte, il mettait un soin particulier à régler son compte à toute personne qui se permettait de le rabaisser, lui, ou l’un de ses amis. Car les amis, c’était comme la famille, pour cet italien au sang chaud : on ne touchait pas.

A force, Antonino était devenu plutôt habile en duel sorcier. Mais en bagarre moldue, il se débrouillait encore mieux, et surtout, c’était beaucoup plus efficace à ses yeux pour se défouler. Sa carrure l’aidait bien : avec un mètre quatre vingt dix, tout autant de muscles, les épaules larges et une poigne de fer, Toni n’avait rien à envier aux vigiles qui gardaient les Folies Sorcières.

Encore une fois, ce fut plus fort que lui. Dès l’instant où Solal se permit de se pencher vers lui pour lui susurrer tel un serpent ses insultes, Toni oublia toute la hiérarchie qui régissait leur groupe bien organisé. Collègue ou pas, Solal allait en prendre pour son grade, il en faisait une affaire personnelle. Sa main vint s’abattre sur sa gorge pour le plaquer avec force contre le mur. Il le secoua une fois, pour que sa tête vienne frapper le béton, tirant une certaine satisfaction de la façon dont il était en train de chiffonner l’apparence si propre de ce cafard pédant.

« Fais pas lé malin avec moi, cazzo, ou jé té jure que jé réduis ta sale face de fouine en bouillie. J’ai aucune leçon à récévoir dé toi, t’entends ? Aucune. J’étais là bien avant qué tou ramènes ta saloperie d’existence dans cé groupe, t’as intérêt à pas l’oublier. »
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Il avait été prudent mais pas suffisamment. Ce sale rat d'Italien le saisit violemment à la gorge presque aussitôt qu'il eut fini de susurrer à son oreille. Il fut légèrement sonné lorsque sa tête cogna contre le béton mais reprit bien vite ses esprits. Il était hors de question qu'il se laisse traiter de la sorte. Un fin sourire ironique se dessina sur ses lèvres afin de retrouver une contenance pendant que Toni croyait l'impressionner par son discourt.

Il ne lui fallut pas autant de temps pour sortir sa baguette qu'il gardait toujours à porté de main et la pointer sur la gorge de son collègue. Il se croyait sans doute très intéressant en utilisant le mode moldu pour ce battre mais cela ne prouvait une fois encore que son incompétence magique. Une pointe d'agacement saisit Solal à voir le visage de l'Italien si près du sien. Une moue d'agacement passa fugacement sur son visage avant qu'il n'enfonce un peu plus sa baguette dans la gorge de son adversaire.

"Relâche moi tout de suite. Ou même ta mama ne te reconnaîtra pas. Ta sale petite gueule de rital va finir en bouffe pour le boursoufflet de Magpie."

Il savait pertinemment qu'il était le meilleur duelliste de la bande. Et Antonino aussi le savait. Il ne ferait pas le poids. Et Solal ne montrerait aucune hésitation à s'exécuter. Malgré certains ressentis étranges qui le laissaient légèrement pantois et avaient le don de l'enrager plus que tout lorsque ça se produisait.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Antonino sut qu’il avait fait une erreur en lui permettant de dégainer sa baguette. Il aurait dû commencer par immobiliser ses bras, pour qu’il n’ait aucune possibilité de répliquer. Sa main toujours sur la gorge de Solal était désormais contrebalancée par la baguette qu’il pointait sous la sienne. Si dans un premier temps, Toni desserra légèrement son emprise sur le second, il renforça aussitôt sa poigne dès qu’il évoqua sa mama sur un ton moqueur.

« Parle pas dé ma mère, sale fils de troll ! »

Et son poing s’écrasa sur sa figure, faisant perdre l’équilibre à Solal. Il pouvait bien se prendre un maléfice dans la tête, Toni s’en fichait, maintenant. D’ailleurs, non, il n’allait pas le laisser faire. Toni se jeta aussitôt sur Solal à terre pour l’empoigner par le col, décidé à lui mettre la raclée de sa vie.
Lancer :

Spoiler:
 
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Métamorphomage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé à 6 faces' : 3
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Métamorphomage le Lun 2 Fév 2015 - 22:35, édité 2 fois
Un sourire satisfait se dessina sur ses lèvres alors que Toni desserrait l'emprise autour de son cou. Avant que l'Italien ne s'enflamme à nouveau et ne le prenne par surprise avec le poing qu'il lui balança dans la figure. Il chuta sous le coup violent et grimaça légèrement en se massant la joue. Il n'eut toutefois pas le temps de reprendre ses esprit que l'autre l'attrapait par le col et lui collait un second poing dans le visage. Il fallait vite qu'il trouve une solution pour ce sortir de là où cette saloperie de rital allait lui refaire le portrait.

dés 1:
 

Le souffle court, Solal dévisagea Toni, un air haineux sur le visage et récupéra sa baguette avant de la pointer droit sur lui. Il n'allait pas laisser passer l'opportunité de l'amocher non plus. Il s'approcha de lui et lui donna un violent coup de genou dans l'estomac avant de se reculer et de le menacer à nouveau de sa baguette. Réfléchissant au sort qu'il allait bien pouvoir lui lancer. Quelque chose de proportionnelle à la haine qu'il accumulait de jour en jour envers l'ami de son patron.

"On va voir si tu fais encore le malin maintenant sale rat."

dés 2:
 
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Métamorphomage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé à 6 faces' : 4

--------------------------------

#2 'Dé à 6 faces' : 1
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Il y était, encore une fois. Dire que Toni était un homme sanguin relevait de l’euphémisme. Il avait commencé à distribuer des poings presque avant de savoir constituer des phrases correctes. Tout était un bon prétexte à céder à la violence : un regard de travers, une insulte, un manque de respect. Toni était loin d’être un homme idiot, contrairement aux apparences, mais il fallait dire qu’il avait vite tendance à céder à ses instincts les plus primaires. Impulsif, c’était le mot.

Alors il ne ménagea aucun de ses coups. Le poing serré, il amocha la mâchoire de Solal, avant que celui-ci ne parvienne à se dégager en le frappant à son tour. Poussant un juron, l’italien se trouva à terre à son tour, à se tenir le nez qu’il sentait saigner.

« Tou m’as cassé lé nez, espèce dé… »

La suite sortit dans un italien incompréhensible, mais bien salé, avant d’être interrompu par un coup de pied à l’estomac qui lui coupa le souffle. Dès qu’il aperçut Solal pointer sa baguette vers lui, ses réflexes répondirent aussitôt pour lui. Se roulant sur le côté, Toni évita le sortilège de lacération, puis extirpa sa baguette à son tour en se redressant.

Spoiler:
 

Toni n’eut pas le temps de répliquer d’une autre attaque. Un Expulso le cloua contre le mur, lui, ainsi que Solal à l’opposé, mettant fin au duel. Jayce se tenait entre eux deux, baguette brandie, avec un regard noir qui renfermait une tempétueuse colère ne demandant qu’à éclater.

« Bon sang mais qu’est-ce que vous foutez ? »
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Métamorphomage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé à 6 faces' : 3
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Solal devait bien l'avouer, le craquement que fit le nez de Toni lorsqu'il se brisa lui procura un plaisir immense. Il ne prêta aucune attention aux mots qui sortirent de la bouche de l'Italien. Il allait lui faire payer chaque insulte, chaque remarque narquoise et chaque coup qu'il lui avait donné. Malheureusement, Toni roula au sol et évita son sort. Il réussit même à se redresser pour l'attaquer à son tour.

Mais il fallait croire que le petit rat avait oublié contre qui il se battait. On ne le nommait pas "la main noire" pour rien. Il était le meilleur dans sa spécialité jusqu'à maintenant. Il toisa donc Toni prêt à contrer un nouveau sort lorsqu'il se sentit expulsé contre un mur. Il avait l'intention de répliquer lorsque la voix de Jayce claqua sèchement dans l'air. Il sut immédiatement qu'ils allaient passer un sale quart d'heure. L'homme n'était pas du genre à s'énerver ou à se mettre en colère et lorsqu'il l'était, ce n'était pas bon signe. Et là visiblement, il essayait de contenir sa colère.

"Demande à Toni, c'est lui qui a frappé le premier.", lâcha-t-il froidement.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur
Jayce avait parfois l’impression de tenir davantage le rôle d’un maître d’école, plutôt que d’un chef de gang. Consterné par l’attitude des deux seconds, il croisa les bras, rétorquant avec son autorité coutumière :

« Je veux pas savoir qui a commencé, vous avez quatre ans et demi, ou quoi ? »

Il vrilla son regard sévère sur les deux hommes, tour à tour, agacé d’avance de devoir leur tenir un discours moralisateur. « C’est pas bien de se battre, on est tous une grande famille », franchement, pourquoi l’obligeaient t-ils à le rappeler ?

« Vous êtes dans le même bateau, les gars, quand est-ce que vous allez l’intégrer ? J’en ai marre de vous faire la leçon. » 

Il attrapa le regard mauvais de Toni à ce moment-là, qui palpait encore son nez ensanglanté.

« T’es pas obligé dé nous la faire. » rétorqua l’italien d’une méchante humeur.

Peu enclin à se lancer dans un discours de sourds, Jayce se contenta de terminer d’un ton qui ne souffrait d’aucune réplique :

« Que ça ne se reproduise plus. Vous avez intérêt à vous garder l’un l’autre en un seul morceau. »

Aussitôt qu’il eut tourné les talons, Toni, pas plus raisonnable qu’avant cette intervention, lança à l’adresse de Solal :

« Jé m’en fous dé cé qu’il peut dire, si tou mé cherches encore, jé té jure qué plou personne né pourra t’embaucher. »

Sur cette menace, il sortit à son tour du lieu, à grands pas qui masquaient mal son ego blessé.


FIN POUR TONI
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Chefaillons chamailleurs [Antonino & Solal]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Solal Anthony Robbins *terminé*
» Solal Kalel [Fiche terminée]
» Entraînement à la survie en milieu hostile [Pv. Solal & Kozan & Ylm]
» Ce soir, amusons nous - Solal & Edonis
» Je vis dans un aquarium. | Solal Gordon aka Roi des titres de M*rde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-