AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Love at first fight [June & Mordred]

Mordred LannisterAuroravatar
Messages : 410

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 14 février 2009

Le casino des Folies Sorcières était, comme tout le reste de l'établissement, un ravissement pour une certaine partie de la population. Oh, le cabaret en lui-même était sans doute le nouveau pire ennemi des femmes mariées, songeait Mordred, caustique, en entrant dans le bar. Mais cela tombait bien pour lui: il n'était pas marié, n'avait pas non plus de petite amie, ni d'enfant qui absorbait toute sa paye d'Auror. Il était donc totalement libre de passer le temps et l'argent qu'il voulait à reluquer les danseuses ou à jouer au poker ou au Boulard.

Depuis un mois, Mordred fréquentait très régulièrement l'établissement. Il avait eu quelques scrupules au début: avant l'élection de Marchebank, il aurait été vu d'un très mauvais oeil qu'un membre des forces de l'ordre maraude dans un antre de la débauche (morale, il va s'en dire), géré par un malfrat reconnu mais jamais arrêté faute de preuve. La suspicion de corruption aurait pu lui coûter son grade, sinon son travail. Mais depuis six mois, il était au contraire chaudement recommandé d'admirer la propriété de Mildred Magpie et de se lier avec Roy Calder.

Mordred ayant anticipé le second point, il n'avait eu qu'à remplir le second. C'était à présent chose faite, et il ne le regrettait pas. C'était tout de même mieux que les quelques bars miteux d'effeuillage qu'on trouvait dans les ruelles oubliées de Pré-au-Lard. On pouvait s'y montrer - on le devait, même - et admirer les corps et le luxe sans passer pour un voyeur. C'était l'antre perpétuelle de la joie et de la bonne humeur, bref, tout ce qu'il fallait au Lieutenant Lannister, qui se faisait fort d'ignorer la crasse sous les dorures.

Ce soir-là, il venait tout juste de terminer une partie de Trotteuse, engagée après quelques verres de trop et le spectacle du Cabaret. L'heure se faisait tardive et Mordred savait qu'il avait intérêt à rentrer chez lui rapidement, sous peine de se faire enguirlander par Willa le lendemain matin. C'était le contrecoup d'être membre de la milice: les Aurors étaient subitement moins tolérants avec vous. Le trentenaire sortait donc des folies, essayant philosophiquement de savoir s'il avait perdu ou gagné de l'argent ce soir-là, lorsqu'il remarqua une silhouette qui se faufilait furtivement sur la Promenade des Marins.

Il n'était pas suffisamment éméché pour ne pas reconnaître le visage qui hantait ses pensées depuis la guerre des gangs. Sans réfléchir, l'Auror s'élança à sa poursuite. Il ne lui fallu que quelques mètres pour rattraper l'inconnue qui ne s'était pas aperçue de sa présence. "Expelliarmus!" chuchota-t-il avant de la coincer dans un coin de rue.

"Coucou toi!" dit-il avec une bonne humeur feinte, mais impatient d'en découdre. "Je crois qu'on s'est déjà rencontré."

La baguette de June fermement tenue dans sa main libre, Mordred se demandait de façon un peu décousue comment elle allait s'en tirer cette fois-ci. Il avait envie de s'amuser un peu. Ce n'était pas son genre de jouer au chat et à la souris d'habitude, mais la soirée avait été bonne et le Ragnarov lui donnait des ailes.
Spoiler:
 
June ByrdMolduavatar
Messages : 81

Voir le profil de l'utilisateur
Bristol. June prenait un risque immense à se promener ainsi dans les rues d'une ville qui lui était désormais difficile d'accès. Ce n'était pas qu'elle avait peur de Roy ou de ce qu'il pourrait faire. Si il n'avait pas réussi à la tuer alors que sa colère était à son paroxysme, il y avait peu de chance qu'il y arrive un jour. Mais elle n'était pas non plus complètement inconsciente. Elle avait bien compris qu'il possédait un nombre d'hommes bien supérieur au sien. Et même si elle possédait la protection de Leopold Marchebank et de Jacob Dalhiatus, elle n'était pas certaine que cela suffise à arrêter son ancien amant.

Donc ce n'était pas de gaieté de coeur qu'elle se trouvait ici ce soir mais plutôt pour affaire. Une mission pour Jacob. Et si elle ne la menait pas à bien, elle savait qu'elle passerait un sale quart d'heure. Elle avait donc un ordre de priorité, elle avait peut-être quitté Bristol pour s'installer dans l'appartement Londonien de Thaddeus mais elle ne refuserait jamais une mission. Même si cette dernière se trouvait sur le territoire de son ennemi. Et puis, cela avait un petit côté excitant de braver les interdits. Et en ce jour de St Valentin, elle doutait fortement de tomber sur l'un des hommes de Calder. A l'heure qu'il était, ils étaient tous soit bourré comme des licheurs soit entre les mains des danseuses du cabaret. Pas un danger pour elle donc.

Comme elle s'y était attendu, sa mission se révéla être un succès. Comme tout ce qu'elle entreprenait d'ailleurs. Sauf peut-être le fait de ne pas donner de faux espoirs à son meilleur ami. Lorsqu'elle était apparue en sang chez lui en décembre dernier, il n'avait pas exigé d'explications plus que cela et lui avait ouvert sa porte en grand. Elle savait qu'il s'était imaginé qu'ils passeraient la soirée ensemble. Comme un couple. Mais elle avait eu d'autres projets. Et finalement, c'était sans doute mieux comme cela. Thadd finirait peut-être par comprendre qu'il n'y aurait rien entre eux tant qu'elle ne l'aurait pas décidé. Et elle n'était pas prête pour accepter la guimauve de son ami.

Elle l'aimait beaucoup, plus que la plupart de ses frères et soeurs. Mais cela s'arrêtait là. Pas de sentiments dépassants l'amitié. Et elle n'en éprouvait aucune gêne. Elle se doutait bien que cela devait être douloureux pour le jeune avocat mais elle n'en avait cure. Il était à elle et à personne d'autre. Elle aimait le regard qu'il posait sur elle et elle aimait lui être inaccessible. C'était peut-être cruel mais elle ne supporterait pas qu'il se détourne d'elle. Elle aimait trop l'emprise qu'elle avait sur lui depuis leur enfance. Elle poussa un soupir en ce demandant pourquoi elle pensait à cela maintenant et se mêla aux promeneurs nocturnes de la promenade des marins.

Elle était beaucoup plus détendu maintenant qu'elle avait réglé ce qu'elle avait à faire et qu'aucun Veilleur n'avait encore remarqué sa présence ici. Elle profita donc un instant de l'air marin et déambula sur la jetée en oubliant complètement le danger qui pouvait surgir à tout instant. Bristol lui manquait tellement. Elle n'aimait pas Londres. Mais elle préférait faire preuve de prudence et montrer patte blanche en attendant que les choses se tassent et que Roy prenne beaucoup plus de hauteur par rapport à ce qu'il s'était passé. Même si elle n'oublierait jamais le sort qu'il s'apprêtait à lui lancer. Il avait déclaré la guerre et son arrêt de mort. Mais elle lui réglerait son compte le moment venu. C'était encore trop tôt pour ça.

Elle jeta un coup d'oeil par dessus son épaule et décida qu'elle s'était suffisamment attardé. Il était temps de rentrer. Elle accéléra légèrement le pas et se dirigea vers l'un des points de contrôle de la ville. Elle était entrée sans problèmes, elle en sortirait de la même façon, elle ne se faisait aucun doute la dessus. Elle pénétra dans une ruelle étroite pour prendre un raccourci qu'elle avait emprunté plus d'une fois par le passé. Lorsqu'elle sentit sa baguette lui échapper. Elle se retourna vivement pour faire face à son agresseur et ne put que constater qu'elle était coincée.

Elle avait été stupide de penser qu'elle était en sécurité parce que c'était la St Valentin. Les patrouilles étaient sans doute doublées au contraire. Elle redressa la tête pour dévisager son assaillant lorsque sa voix s'éleva dans la rue déserte. Elle mit un certain temps à le reconnaître et un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors que le visage de l'homme face à elle se replaçait dans son esprit. L'Auror de la bataille de Bristol. Si elle s'attendait à le voir ici.

"Bonsoir Monsieur l'Auror. Ça fait longtemps dites moi. Je suis heureuse de vous revoir."

Elle rompit la légère distance qui les séparait un sourire séducteur aux lèvres. Elle devait à tout prix récupérer sa baguette. Elle se dressa sur la pointe des pieds et posa une main sur la joue de l'Auror alors que la seconde se posait sur sa baguette magique. Elle tira un coup énergique pour la récupérer alors que ses lèvres rencontraient celles de son assaillant pour le déstabiliser.

Spoiler:
 


MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'June Byrd' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé à 6 faces' : 5


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Mordred LannisterAuroravatar
Messages : 410

Voir le profil de l'utilisateur
Elle l'embrassait, la diablesse! En temps normal, Mordred aurait réagi plus vite que l'éclair et l'aurait repoussée sans état d'âmes avant de la trainer par le col jusqu'au BDA. Mais il était tard, ses réflexes étaient un peu émoussés, et passé la surprise il devait avouer qu'en plus d'opter pour un mode de défense original, la bougresse embrassait fort bien. Il mit donc une fraction de seconde de trop avant de réaliser qu'elle avait repris sa baguette. Dès que ce fut fait, il s'écarta et pointa sa propre arme sur son adversaire.

"Pas mal" dit-il avec un sourire goguenard. "On ne me l'avait jamais faite, celle-là."

Subitement, l'envie de la ramener très légalement au BDA avait disparu. Il sentait au contraire un picotement d'excitation familier l'envahir. Ce genre de sensation pas totalement désagréable qui précédait un combat. La tension face au danger, la montée d'adrénaline qu'il aimait tant, l'envie d'en découdre. Un combat contre June, histoire de remettre les compteurs à 0, serait tout de même bien plus satisfaisant qu'un interrogatoire en pleine nuit supervisé par un Auror de garde ensommeillé, grincheux ou voyeur. Le problème, c'est qu'elle n'allait sans doute pas vraiment vouloir combattre et se contenter de filer dès qu'elle en aurait l'occasion. Et Mordred savait qu'elle était douée pour ça. Il fallait donc l'amadouer un peu, et il se trouvait qu'il avait un objet en sa possession qui l'aiderait sans doute.

"Je voudrais juste profiter de l'occasion pour discuter" dit-il en fouillant d'une main dans sa poche.

Il en sortit son badge de milicien et le lui lança. La milice faisait partie des amis de Roy Calder, et les amis de Roy Calder se trouvaient souvent non loin des Folies. Par conséquent, cette fille était probablement une amie, ou du moins, un membre de la bande, de Roy. Ah, être Milicien, avoir un gouvernement corrompu, c'était parfois bien pratique.

"Rassurée?"
June ByrdMolduavatar
Messages : 81

Voir le profil de l'utilisateur
June esquissa un léger sourire alors qu'elle se reculait légèrement, sa baguette fermement maintenue dans sa main. Son plan s'était déroulé exactement comme elle l'avait prévu. Même si elle devait bien reconnaître qu'elle aurait pu continuer à embrasser l'Auror encore un certain temps. Il embrassait plutôt bien et l'échange n'avait pas été désagréable. Mais ce n'était pas le moment de penser à cela. Il lui fallait sortir d'ici au plus vite. Avant que les hommes de Roy ne la repère. Elle était en terrain ennemi et nul doute que les Veilleurs seraient plus que ravi de la mener jusqu'à leur chef.

Elle prit tout de même le temps de redresser légèrement la tête fièrement et de lui sourire avec espièglerie. Elle aimait lorsque l'on reconnaissait son ingéniosité et l'Auror ne semblait pas enclin à attaquer dans l'immédiat. Elle se demanda même un instant ce qu'il lui voulait. Elle n'avait pas l'habitude de se faire sauter dessus de cette façon uniquement pour une discussion. Elle jeta un regard prudent et suspicieux sur l'homme alors qu'il plongeait une main dans sa poche pour en sortir un objet.

Elle réceptionna l'objet d'une main et l'examina attentivement tout en surveillant du coin de l'oeil le moindre geste suspect de l'Auror. Elle n'était pas née de la dernière pluie, ça pouvait tout à fait être une façon de détourner son attention pour mieux la désarmer à nouveau. Et cette fois-ci, elle ne pourrait plus profiter de la surprise que causerait un baiser. Aussi agréable soit-il. Cela fonctionnerait une fois mais pas deux. Elle constata donc que l'homme face à elle était un milicien. Elle baissa légèrement sa garde mais resta tout de même prudente. On ne savait jamais. Elle avait peut-être la protection de Leopold et Jacob, tout cela restait officieux. Et ce gentil petit Auror pouvait encore la coffrer.

"On peut dire ça. Mais je préférerais qu'on discute autre part qu'ici. Je ne suis pas vraiment la bienvenue à Bristol."

Elle voulait bien discuter de tout ce qu'il voulait mais ailleurs qu'à Bristol. Elle avait conscience que la protection que pouvait lui offrir le fait de ce faire passer pour une Veilleuse venait de lui être enlever mais elle s'en moquait. Elle avait d'autres arguments de poids.

"Et à votre place, je n'en profiterais pas pour vous attaquer à moi. Je doute que Jacob ou que le ministre Marchebank apprécient de me voir en fâcheuse posture."

Elle esquissa un léger sourire avant de poser un regard calme sur le Milicien.


Mordred LannisterAuroravatar
Messages : 410

Voir le profil de l'utilisateur
Le badge en forme d’araignée avait vraiment un effet magique, constata Mordred avec amusement. Néanmoins, cette sensation fit rapidement place à une autre lorsque June, si elle accepta de lui parler, mentionna plusieurs faits pour le moins intriguant. Elle disait ne pas être la bienvenue à Bristol, mais parlait néanmoins de « Jacob » - Dalhiatus, supposa Mordred vu qu’elle ajouta « Ministre Marchebank » derrière… Mais qui était donc cette fille ? Mordred n’avait plus du tout envie de lui taper dessus. Le mystère l’excitait, et l’envie de tirer les vers du nez à cette séduisante inconnue augmentait de minute en minute.

« Ne m’insultez pas, miss » répondit-il avec un sourire charmeur. « On ne devient pas lieutenant milicien en agissant comme un idiot. »

Bon, ce n’était pas exactement vrai. Au contraire, il fallait ne pas faire preuve de trop de réflexion ni de curiosité pour devenir milicien. Mordred avait bien remarqué que les questions dérangeaient la hiérarchie, et, en personne accommodante, n’en posait peu ou pas. Il se débrouillait néanmoins pour trouver d’autres sources d’information s’il le pouvait. Et cette femme semblait en être une… Il baissa sa baguette, sans la ranger néanmoins, et offrit son bras à la jeune femme. Il voulait bien ne pas la menacer, mais certainement pas lui faire confiance. Maintenir un contact physique lui permettrait de s’assurer qu’elle ne prenne pas la poudre d’escampette sitôt qu’il aurait le dos tourné et entraverait ses mouvements. C’était d’ailleurs assez amusant de jouer le couple avec une femme de cette trempe. Le duo atteignit rapidement les limites du blocus, et le badge de Mordred leur permit de sortir de la zone antitransplanage sans problèmes. Il adressa un regard d’avertissement à June.

« Comme vous m’avez cassé le nez la dernière fois, j’estime légitime de choisir notre prochain lieu de conversation, vous ne m’en voudrez pas ? »

Le ton était détendu et malicieux, même s’il ne lui laissa guère le choix. Mordred transplana en effet dans une petite ruelle côté Londres moldu. Détendant la poigne avec laquelle il tenait la jeune femme, il la dirigea vers un bar non loin de là. Mordred n’était pas tout à fait à l’aise hors du monde sorcier, mais les bars étaient une chose qui se ressemblait le plus d’un côté comme de l’autre. Il métamorphoserai un peu d’argent pour tromper le barman. Quant à leur tenues… eh bien, il venait ici car personne ne lui avait jamais fait de réflexion, ce qui lui évitait de se casser la tête à trouver quoi mettre.

Une fois installés à une table à l’écart – Mordred prenant soin de se mettre entre la porte et June, deux choppes de bière devant eux, Mordred fixa June avec une expression curieuse. Cette fille détenait beaucoup de secrets, il en était sûr. Des secrets qu’il était curieux de connaître. Elle se prétendait amie des hautes sphères, mais n’avait pas intérêt à être vue à Bristol. Qui était-elle ? Manifestement pas un membre de la bande de Roy, conclu-t-il. Seconde d’un gang rival ? Restant des Sharracks ? Peut-être, après-tout, il l’avait trouvée non loin du port. Mais si c’était le cas, qu’est-ce que cela signifiait ? Les accords que Roy croyait avoir avec Peterson, notamment, étaient-ils moins étroits que ceux liant June et ses prétendus contacts hauts placés ? Son nouvel ami avait-il à craindre un retournement de situation ?

« Eh bien… si je m’attendais à boire une bière avec une femme qui, se prétendant ami du ministre, a tout fait pour m’échapper lorsque nous nous sommes rencontrés… » Autant lui faire part tout de suite de ses suspicions. Il ne la croyait qu’à moitié lorsqu’elle prétendait être amie des plus grands. Certes, elle n'avait plus essayé de fuir lorsqu'il avait sorti son badge de la milice, mais ce pouvait très bien être une ruse pour endormir sa suspicion et ne plus être inquiétée par la suite. Après tout, n'importe qui pouvait prétendre copiner avec "Jacob" et "Leopold".

« Je vous demanderai bien « qui êtes-vous » mais mon instinct me dit que vous aimez la jouer mystérieuse… » commença-t-il prudemment, sans se départir de son sourire charmeur. « Aurai-je cependant droit, au moins, à votre nom ? »
June ByrdMolduavatar
Messages : 81

Voir le profil de l'utilisateur
Un léger sourire amusé se dessina sur les lèvres de June. Ainsi, le lieutenant milicien n'était pas un idiot ? Ça restait à voir. Elle ne lui faisait pas confiance, la dernière fois qu'elle l'avait croisé, il avait déjà essayé de l'arrêter. Qu'est-ce qu'il lui prouvait qu'aujourd'hui encore l'homme ne voulait pas la voir derrière des barreaux ? Et puis, elle doutait que pour devenir milicien il faille un grand intellect. Il lui semblait même que moins on posait de question et mieux c'était. Mais elle se garda de faire la moindre réflexion se contentant de fixer le milicien avec un léger sourire.

Elle était curieuse de savoir ce qu'il ferait avec les informations qu'elle lui avait fournis. Elle savait qu'elle aurait pu se faire passer par un Veilleur. Mais se laisser entraîner dans les Folies Sorcières n'aurait pas été une bonne idée. Elle glissa avec amusement son bras sous le sien, jouant au parfait petit couple jusqu'au limite du blocus. Ils passèrent sans soucis grâce au badge de la Milice et se retrouvèrent rapidement en zone de transplanage. Pendant un instant, elle songea à s'éclipser et à entraîner le milicien à sa suite dans son repaire. Ses hommes sauraient quoi faire de cet intrus. Toutefois, elle était curieuse de voir où l'emmènerait l'homme.

"Votre nez à l'air d'avoir bien récupéré depuis notre dernière rencontre, lâcha-t-elle avec un petit sourire espiègle. Mais c'est d'accord, je vous suis."

De toute manière, elle n'aurait pas pu fuir sans lui, il la tenait beaucoup trop étroitement. Elle reconnut le Londres moldu dès qu'ils firent quelques pas pour rejoindre un petit bar qu'elle ne connaissait pas. Elle lui jeta un regard surpris ne s'attendant pas vraiment à un lieu public. Elle aurait pensé qu'il aurait choisi un lieu plus intimiste. Mais finalement, ça arrangeait ses affaires, il n'oserait pas s'en prendre à elle. Surtout pas dans le monde moldu. Elle posa un regard satisfait sur sa tenue passe partout et lança un coup d’œil critique à celle de son compagnon d'un soir.

Ça ferait sans doute l'affaire. De toute manière, elle n'eut pas le temps de lui faire part de ses réflexions puisqu'il l'entraînait déjà dans le bar. Il s'installa à une table à l'écart et pris la place près de la porte. Cette homme pensait vraiment à tout. Elle l'observa un peu plus intensément avant de porter sa bière à ses lèvres. Il était vraiment étrange et elle ne comprenait pas ses intentions. C'était troublant, elle ne pouvait pas prévoir ce qu'il déciderait de faire. Il était beaucoup trop paradoxal. Il l'attaquait puis l'invitait à boire un verre dans un lieu public moldu.

"Et si je m'attendais à être invitée à boire une bière par l'homme qui a bien failli m'arrêter la dernière fois que nous nous sommes rencontrés...", ajouta-t-elle sur le même ton avec un sourire alors qu'il engageait la conversation.

Elle sentait qu'il ne la croyait pas lorsqu'elle affirmait être l'amie des puissants. Elle sourit paisiblement lorsqu'il évoqua son identité. En effet, elle ne lui donnerait pas son nom. Il semblait connaître les Veilleurs et il n'avait pas envie que le milicien se la joue vengeur masqué et la ramène par la peau du cou à Bristol. Elle lui rendit son sourire charmeur et se rapprocha un peu de lui au dessus de la table.

"Je m'appelle, June. Et vous monsieur le Milicien ? Quel est votre nom ?"

Son ton était caressant, son sourire charmant et son regard joueur. Mais elle n'oubliait pas qu'elle était en présence d'un potentiel ennemi. Elle savait qu'elle devait aussi des explications au Milicien et le pourquoi de sa fuite.

"Bien, je pense que vous avez le droit à certaines vérités. Après tout, vous êtes le premier à presque réussir à m'arrêter. Désolée pour votre nez d'ailleurs, ajouta-t-elle avec un sourire moqueur. Lorsque vous avez failli m'avoir, je venais de tuer l'assassin de Swann Twilfit, la fiancée de Jacob Dalhiatus. Il avait bien l'intention de me faire subir le même sort d'ailleurs. C'était de la simple légitime défense."

Il n'était pas utile de parler de Skye. Pas encore du moins. Ce milicien trop curieux pourrait avoir des ennuis à cause de ce qu'il savait. Et quelque chose lui disait qu'il n'était pas aussi attaché au gouvernement que son badge voulait bien le dire.


Mordred LannisterAuroravatar
Messages : 410

Voir le profil de l'utilisateur
Elle avait de l'humour, songea Mordred en riant à la répartie de la jeune femme. C'était un bon point pour elle. Oh, cela ne signifiait pas qu'elle était fréquentable - Roy avait de l'humour aussi, après tout. Mais pouvait-on vraiment classer Roy dans la catégorie des gens non fréquentables? Vaste question. Comme il l'avait prévu, elle ne se dévoilà que peu, se contentant de lui fournir un prénom - peut-être faux, pour ce qu'il en savait. Mais il fallait bien commencer par quelque part, aussi accepta-t-il ces quatre petites lettres.

"Enchanté, June. Pour ma part, je m'appelle Mordred."

Il avait hésité à donner sa véritable identité: si cela se terminait mal et que cette femme était effectivement une proche du ministre, il pouvait avoir des ennuis. Mais il lui avait déjà lancé son badge de milicien, et les Aurors Miliciens charmants et bouclés, ça ne courrait pas les rues. Il serait facilement identifiable. Dès lors, autant être franc pour pouvoir invoquer plus tard l'honnêteté et la volonté d'enquêter, ce genre de choses. Il trouverait bien - il trouvait toujours.

June, puisque c'est ainsi qu'elle s'appelait, lui livra ensuite une information surprenante qui expliquait sa fuite de la dernière fois. A n'en pas douter, elle avait des relations: l'enquête avait en effet prouvé que la jeune Miss Twilfit avait été abattue par la baguette de l'homme que Mordred avait vu June tuer, mais tout ce qui concernait ce funeste jour n'avait pas été rendu public. Trop de morts, de blessés, de conflits d'intérêts et de dysfonctionnement de la justice pour que Marchebank consente à tout rendre accessible. Avec l'état du pays, ce n'était pas le moment de tendre le bâton pour se faire battre, cela n'aurait fait qu'empirer la situation.

"Sur le meurtre, je vous crois sans problème" répondit-il en buvant une gorgée de sa bière. "Et si je ne vous avait pas vu agir, j'aurai sans doute pu flatter vos talents de comédienne."

Mais sur la légitime défense... Le comportement de June n'avait pas été celui d'une femme apeurée et dépassée par les évènements. Au contraire, elle avait été pleine de sang-froid, en total contrôle de ses moyens: à peine l'homme refroidi, elle s'était jetée sur lui dans une comédie destinée à le tromper, lui, l'Auror, sans la moindre hésitation. Elle était habituée à la violence et à la mort. Mordred la classa donc définitivement dans la catégorie voyous de Bristol.

"Quant à la légitime défense... Hum, je dois avouer que l'équarisseur de Bristol justifiait par sa seule présence le recours à des moyens drastiques."

On ne pouvait pas vraiment pleurer la mort d'un tel homme, quand bien même June ne se souciait sans doute pas de sa dangerosité en l'abattant. Mordred doutait qu'elle l'ait tué par compassion envers la fiancée de Jacob - à moins qu'elle n'ait été chargée par le Directeur des Catastrophes Magiques de la protection de sa dulcinée. Auquel cas, elle aurait échoué, et elle ne serait plus en odeur de sainteté auprès de cet homme à la rancune tenace. Non, elle avait peut-être tout simplement exploité son meurtre. Mordred penchait pour cette solution - toujours en partant du postulat qu'elle disait la vérité. Cela permettait d'éliminer un certain nombre d'hypothèses pour l'instant. Il aimait bien lorsque sa pensée était un minimum organisée. Il réfléchirait aux autres options plus tard.

"Cependant... Lecrabe était un membre de Sharacks. S'il s'en est pris à vous, c'est que vous étiez dans le camp adverse, celui de Griggs. Cela devrait plutôt vous mettre en bons termes avec Roy Calder, si je ne m'abuse. Mais votre insistance à quitter Bristol me fait penser que vous n'êtes pas la bienvenue aux Folies, n'est-ce pas?"

Il était curieux de voir ce qu'elle allait répondre à ça.
June ByrdMolduavatar
Messages : 81

Voir le profil de l'utilisateur
"Enchanté Mordred !"

Elle esquissa un léger sourire amusé alors qu'il consentait à son tour à lui donner un nom. June voyait bien qu'il avait hésitait. Il devait certainement se demander si elle lui mentait. Mais pour une fois la mercenaire était honnête. Elle ne racontait pas de mensonge, elle dissimulait peut-être quelques vérités mais rien d'aussi crucial que d'ordinaire. Peut-être parce que cet homme l'amusait et qu'elle sentait qu'elle pouvait lui faire confiance. Aussi étrange que cela puisse être. Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres à la mention de ses talents de comédienne.

"J'ai pris des cours à l'école primaire..."

Pas sûr que ça parle au sorcier. Mais l'humour était souvent sa première arme. Une façon comme une autre de détendre l'atmosphère avant d'infliger le dernier coup. Elle n'avait pas l'intention de le tuer pourtant. Il faisait parti de la Milice après tout. Et ses employeurs ne seraient sans doute pas parfaitement satisfait si elle s'amusait à dégommer leurs hommes. Déjà que sa mésentente avec Roy faisait grincer des dents. Elle hocha la tête en avalant une gorgée de sa boisson tandis qu'il continuait ses théories. En effet, le type qu'elle avait tué n'était pas un enfant de cœur. Et sa survie avait uniquement dépendu de ce meurtre. Elle n'avait pas menti en parlant de légitime défense. Un sourire se dessina néanmoins sur ses lèvres à la suite.

"Il ne vous ait jamais venu à l'esprit qu'il pouvait y avoir un troisième joueur dans l'équation hein ?"

Son sourire resta énigmatique un instant, son regard se posant sur son verre qu'elle fit tourner entre ses doigts. Elle le porta ensuite à ses lèvres peu pressée de révéler le pot-aux-roses. Elle finit néanmoins par reposer sa consommation sur la table avec un fin sourire et redressa le regard sur son interlocuteur.

"Il faut savoir qu'à l'époque, je travaillais déjà pour Leopold Marchebank. Mais uniquement pour de menues affaires. Rien d'aussi important que maintenant. Alors un autre homme est venu me trouver. Il souhaitait voir disparaître Griggs et le chef des Sharacks afin de prendre possession de la Voie. Ma mission était simple, tuer le survivant. Mais rien ne s'est passé comme prévu. Et cet imbécile de Lecrabe m'est tombé dessus. J'ai appris que plus tard qu'il avait tué la fiancée de Jacob... J'en ai profité évidemment... Et me voilà... Alliée aux deux hommes les plus importants de ce pays. Alors non... Roy Calder et moi ne sommes pas amis. Nous ne le sommes plus du moins... Autrefois peut-être... Mais quand un homme essaye de vous étrangler, je crois que ça signifie qu'il ne vous aime plus..."

Son sourire s'agrandit légèrement amusé alors qu'elle croisait à nouveau le regard de Mordred.

"Vous ne croyez pas ?"

Elle posa un regard sur sa montre un instant et son sourire se fit désolé. Elle vida son verre avant de le déposer sur la table.

"Mordred... Se fut un réel plaisir de discuter avec vous mais je suis attendue. J'en suis réellement navrée. Mais je ne doute pas que nous nous recroiserons bientôt. Après tout... Peut-être aurez-vous l'occasion de vous rendre à Skye... Nous nous y verrons si c'est le cas... Une toute nouvelle mission m'a été assignée."

Puis sans se départir de son sourire, elle se leva et esquisse un clin d'oeil à l'Auror avant de se diriger vers la sortie. Il n'avait plus aucune raison de la retenir après tout, elle venait de lui apporter la preuve qu'ils étaient dans le même camp. Et cela ne faisait aucun doute qu'elle serait ravie de le revoir...

Fin pour June


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Love at first fight [June & Mordred]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Andromeda ~ Love, fun and fight
» Crazy little thing, Crazy stupid Love . (Carter/June)
» Jamaica struggles to fight crime
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-