AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 La crise de la trentaine [Hailey, Roy... et Juliana, oups]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1877

Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur. Il se passait quelque chose là, non ? Juliana le regardait d’un air qui ne trompait pas, n’est-ce-pas ? Elle ne savait pas. C’était ce qu’elle disait, mais Roy avait l’impression que le regard qu’elle gardait fixé sur lui était déjà lourd de message. Il se faisait des idées peut-être, encore. Mais, même avec le cerveau anesthésié par la proximité de la jeune femme, il ne pouvait s’empêcher de penser que cela lui semblait de plus en plus cohérent. « Je ne sais pas », cela voulait dire qu’elle était aussi perdue et troublée que lui, qu’elle refusait de prendre une décision tranchée à leur sujet, qu’elle avait des envies inconciliables, elle aussi. Cela voulait dire que les solutions qui se présentaient à eux ne lui plaisaient pas plus qu’à lui. Cela voulait dire qu’elle tenait assez à lui pour ne pas se montrer aussi tranchée à son sujet qu’elle pouvait l’être en général.

Il avait l’impression de la tenir entre ses bras et la regarder depuis des heures, happé par ses réflexions et par le regard fiévreux qu'elle vrillait dans le sien. Le temps parut soudain s’accélérer, tout comme son coeur qui finit par rater ce fameux battement, lorsqu’elle reprit la parole pour ajouter quelque chose. Eh bien, si, c'était exactement ce que Roy voulait entendre. Elle osait dire à voix haute ce que lui laissait seulement deviner dans le regard troublé qu’il gardait sur elle. Ce « Oui, mais » qui le tiraillait sans cesse à son sujet. Oui, dorénavant, trop de choses les opposaient, mais il ne se laisserait pas dicter des règles. Oui, probablement, maintenir un lien s’avèrerait compliqué mais il refusait de ne pas au moins essayer. Oui, la dernière fois, elle l’avait clairement repoussé, mais… il l’aimait encore.

« Moi non plus. »

C’était bien la seule chose dont il était sûr finalement, ne pas vouloir la perdre, car, comme elle, le reste lui paraissait encore bien brumeux. De toute manière, à cette seconde, Roy avait écarté de son esprit leur discussion houleuse, avec ses problèmes épineux qui auraient bien de quoi lui donner des maux de crâne plus tard. Deux nouvelles choses l’obnubilaient, et ce n’était plus les yeux, mais bel et bien les lèvres de Juliana vers lesquelles son regard venait de dériver inévitablement. C’était bien la première fois depuis la guerre des gangs qu’il songeait sérieusement à les embrasser. N’était-ce pas ce qu’il y avait à faire ? Il n’avait presque rien de plus à accomplir, elle était encore contre lui, il n’avait qu’à se pencher, écouter son être tout entier qui l’appelait à saisir le visage de Juliana entre ses mains pour la rapprocher un peu plus de lui, et s’emparer de ses douces lèvres. Qu’est-ce que cela allait lui coûter ? Rien, c’était la chose à faire, c’était ce que son instinct lui soufflait et Roy amorça un geste vers elle, pour le faire…

Mais la main qui était destinée à se poser sur la joue de la jeune femme finit sur son épaule, et Roy cessa à temps son mouvement pour se pencher vers elle, avant qu’il ne soit trop explicite. Le coeur affolé, il fit doucement reculer d’une main le buste de Juliana, en détournant le regard, se laissant précisément deux secondes et demi pour reprendre ses esprits. Merlin, qu’avait-il été sur le point de faire ? Cette situation était bien trop semblable à celle du vingt-cinq septembre, qu’est-ce qui avait changé ? Ils se trouvaient là, tous les deux, dans une situation de crise, Roy s’inquiétait, s’emballait, laissait transparaître ses sentiments et finissait par craquer… Pour se faire repousser. Avait-il déjà oublié ? Avait-il oublié ce par quoi il était passé, après cette déception immense ? Il s’était juré de ne plus s’y laisser reprendre. Rien n’avait changé, Juliana était toujours avec Alicia aux dernières nouvelles, alors pourquoi cette fois, les choses fonctionneraient pour lui ? Surtout après qu’elle l’ait vu en compagnie d’une autre femme ? Se jeter sur Juliana, alors que l’odeur d’Hailey était encore accrochée à sa peau, que le souvenir de ses baisers sur lui était encore vif, mais de qui se moquait-il ? Juliana aurait pu le gifler pour oser la faire passer après une autre de cette façon, pour ce qu’il en savait, et elle aurait bien eu raison.

*Ce qui a changé, c’est que cette fois, elle n’avait pas l’air de vouloir te repousser* souffla pourtant une insidieuse voix dans sa tête, en bousculant le reste de ses pensées. D’un geste trop brusque pour être naturel, Roy se leva du canapé, pour mieux retrouver ses esprits. La proximité de Juliana l’empêchait de réfléchir, Merlin, pourquoi l’avait-il laissée entrer, dans quoi s’était-il fourré encore ? Il tourna le visage vers la serveuse sans la regarder vraiment dans les yeux. Il ne savait plus quoi croire, entre ses intuitions et le reste, il ne pouvait décemment pas demander à Juliana de l’éclairer. Ils avaient encore un autre sujet délicat à traiter, un sujet auquel il ne parvenait pas mieux à réfléchir que quand il la tenait encore dans ses bras, mais qui lui permettrait au moins de faire diversion.

« Quoiqu’il en soit… finit-il par reprendre d’une voix éraillée, avant de s’éclaircir la gorge. Ah… C’était peut-être bien encore plus embarrassant que le moment où elle avait frappé à sa porte, tout à l’heure. Il n’avait rien à dire pour combler le silence pesant, rien à dire pour faire oublier le geste qu’il avait bien failli avoir. Il allait d'ailleurs sûrement regretter plus tard de ne pas avoir saisi cette chance. Quoique tu aies en tête pour tout ça, Julia, juste… Fais attention à toi. »

Cette fois, il osa la regarder, pour imprimer une dernière fois dans l’esprit de la serveuse que l’affaire était très sérieuse, et que si lui n’avait pas conscience de tous les ennemis potentiels qui l’entouraient, elle non plus ne savait pas la puissance du système contre lequel elle avait choisi de se battre, elle ne pouvait que l’imaginer, et encore, il lui restait bien des choses à découvrir… Roy se tut, guettant la réaction de Juliana du coin de l’oeil. Paradoxalement, il voulait qu’elle quitte les lieux parce qu’il n’arrivait pas à gérer sa présence, ses inquiétudes et le flot d’émotions contradictoires qu’elle faisait naître en lui, tout en sachant très bien que dès qu’elle aurait franchi le pas de la porte, la revoir deviendrait compliqué. Plus compliqué que jusqu’alors, s’entendait, et quand on savait qu’ils n’avaient osé se retrouver qu’en des occasions très particulières… Eh bien, la prochaine fois qu’il reverrait Juliana McNeil, ce serait peut-être bien lui qui ferait le déplacement, parce qu’il était déjà en train de regretter de ne pas savoir la retenir.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1252

Voir le profil de l'utilisateur
Elle ne voulait pas qu'il la lâche, jamais. Elle avait l'impression que le monde s'était arrêté de tourner, qu'il avait cessé sa folie, mais que tout reprendrait s'il la lâchait. Et elle n'était pas prête à retrouver le sens des réalités, à se rappeler de ce qui les attendait en-dehors de cet appartement, une guerre qui grondait et dans laquelle ils se trouveraient au premier plan, face-à-face, prêts à s'affronter. Prêts à mourir s'il le fallait... Mais s'il la gardait dans ses bras, s'il continuait de l'envelopper de son regard chaud, alors tout cela serait repoussé loin d'eux, pour un petit bout de temps. Une parenthèse, c'était tout ce qu'elle demandait, une parenthèse hors du temps, enfermée dans ses bras, dissimulée dans une bulle de bien-être avec lui.

Le regard de Juliana se fit fiévreux lorsque celui de Roy s'égara du côté de ses lèvres et elle sentit son coeur louper un battement. Juliana retint son souffle inconsciemment quand elle vit Roy esquisser un mouvement vers elle, tout son corps tendu dans l'attente de ce qui allait se produire. Car il allait l'embrasser, et cette fois, oh, cette fois, elle serait prête à recevoir ce baiser... Prête à se laisser fondre dans ses bras, à tout oublier auprès de lui. A cet instant seulement, alors qu'elle sentait la tension entre eux et qu'elle restait figée, dans l'anticipation de ce qui allait suivre, Juliana réalisa enfin ce que son instinct essayait de lui dire depuis bien longtemps. Elle le voulait, Merlin, elle le voulait si fort que s'en était presque douloureux. Ce n'était pas de l'amitié qu'elle était venue chercher ici, une part d'elle en avait toujours été convaincue, une part qu'elle avait refusé d'écouter jusqu'à présent, trop effrayée par les conséquences. Pourtant, il lui était difficile d'ignorer à présent à quel point elle avait envie que Roy l'embrasse. Quant au sentiment de déception intense qui l'envahit quand il la repoussa, il était tout simplement impossible de l'écarter. Ce geste sur son épaule pour l'écarter, suivi par un bond loin du canapé firent l'effet d'une giffle à Juliana qui sursauta presque et battit des paupières précipitamment, tentant de se remettre les idées en place. Mais qu'est-ce qu'elle avait cru, nom d'un petit Véracrasse ?! Qu'il allait l'embrasser, là, comme ça, elle, cette pauvre fille qui débarquait comme une fleur après plus d'un an de rupture, qui poussait son amante à la fuite et qui l'accusait de mille maux ? Qu'il éprouvait encore quelque chose pour elle, après qu'elle l'ait repoussé comme un malpropre la dernière fois ? Oui, c'était exactement ce qu'elle avait cru. C'était exactement ce qu'elle avait lu dans ses yeux, dans cette étreinte qu'il lui avait donné... Mais, une fois encore, avec Roy, Juliana tombait de haut.

Tant d'arrogance, Juliana... Se morigénant intérieurement, Juliana lissa méthodiquement le tissu vert pomme de sa robe sur ses genoux, tentant tant bien que mal de discipliner son visage pour qu'il ne laisse pas trop transparaître ses émotions. Une boule de tristesse s'était formée au fond de sa gorge et, pour la seconde fois ce matin, Juliana se sentait incroyablement stupide. Elle devait vraiment cesser de placer ses espoirs auprès de cet homme... N'apprenait-elle donc jamais ? Allait-elle vraiment répéter encore et encore le même schéma ? Roy et elle n'avaient rien à faire ensemble, c'était ainsi, ni en tant qu'amis ni autrement. Et... C'était pour le mieux, Juliana, tu t'épargnes bien des ennuis, lui chuchotait sa voix de la raison. Elle ne savait pas exactement ce qui, chez Roy, provoquait en elle de tels élans, un tel attrait. Peut-être était-ce le côté bad boy, peut-être était-ce la nostalgie des temps passés, peut-être était-ce son ego qui supportait mal de le voir se remettre... Peut-être que c'était encore autre chose, sur lequel elle refusait de mettre un nom. Toujours est-il que cela devait disparaître, qu'elle devait cesser d'y accorder de l'importance. Non, cette déception écrasante, cette envie de pleurer qui lui picotait les yeux ne comptaient pas. Ce n'était rien, et dès le lendemain, elle n'y penserait plus. Car l'alternative n'était pas acceptable.

Bien, il était peut-être temps d'arrêter les frais, songea-t-elle en tressaillant au "juste... Fais attention à toi" de son hôte. Oui, c'était juste cela qu'il avait à lui dire. Et rien d'autre. Juliana chancela un peu en se mettant sur ses pieds, comme si la conversation l'avait privée de toute énergie, et traversa la pièce avec une certaine lassitude. Une fois encore, elle allait quitter cet appartement en se sentant chamboulée, vidée, amère. Une part d'elle avait envie de rester, la part qui, envers et contre tout bon sens, continuait d'espérer que, peut-être, Roy était encore intéressé. Il l'avait repoussé, oui, mais peut-être parce qu'il pensait à sa petite-amie ? Peut-être parce qu'il ne souhaitait pas être celui qui prendrait l'initiative, cette fois encore ? Juliana ne pouvait pas laisser de place à cette voix là, car tout espoir la détruirait de l'intérieur. Et pourtant... Elle regrettait déjà, avant même d'avoir quitté cet endroit, de ne pas avoir été au bout de ce qu'elle voulait. Après tout, elle s'était déjà rendue ridicule aux yeux de Roy aujourd'hui, alors un peu plus ou un peu moins...

Arrivée à l'entrée du salon, Juliana se retourna vers Roy et se figea, laissant cette fois ses yeux clairs exprimer sa tristesse et sa déception. Elle se mordit l'intérieur de la joue, hésitant à prononcer les mots qui lui brûlaient les lèvres, puis finit par se décider, le coeur battant :

"J'ai rompu avec elle, tu sais. Alicia et moi... On a rompu."

Juliana laissa un petit silence suivre ses propos, juste au cas où Roy voudrait réagir, mais le silence perdura, et il fut soudain trop lourd et trop dur à supporter pour Juliana. Pressée cette fois de fuir l'ambiance survoltée de la pièce, pressée de se retrouver seule avec sa confusion, ses peurs et ses regrets, Juliana traversa le petit hall et ouvrit la porte. Sans un mot de plus - qu'y avait-il à dire ? - elle sortit et referma la porte, avant de s'appuyer contre le battant et de fermer les paupières. Prenant une profonde inspiration, elle s'efforça de retrouver son calme et de chasser cette grosse boule qui lui enserrait la poitrine, en vain.

L'entretien passait en boucle dans sa tête, et elle se maudissait pour la moitié des choses qu'elle avait dites ou faites. Elle se maudissait pour tous ses choix récents, car elle semblait toujours tout faire de travers. S'éloigner des personnes qui étaient bonnes pour elle, se rapprocher de celles qui lui faisaient du mal...

Et elle était seule, désormais. Seule, et elle n'avait pas le luxe de se morfondre. Car la guerre approchait, et qu'un nouveau parrain de la mafia se dressait sur sa route...

RP terminé



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

La crise de la trentaine [Hailey, Roy... et Juliana, oups]

Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La crise de la trentaine [Hailey, Roy... et Juliana, oups]
» Une crise alimentaire majeure se profile dans le Monde
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Crise haitienne : Trouver le coupable ? Le pdt, PM, leaders ou Minustah!
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-