AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 La dernière leçon [PV Ana]

Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 279

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 19 Avril 2009 - Près de Pré-au-Lard

Sasha passa une main dans ses longs cheveux, replaça une mèche derrière son oreille, et observa longuement son reflet. Elle venait de finir de se préparer pour un rendez-vous bien spécial, qui la ramenait inévitablement deux ans plus tôt. Le regard dans le vague, l'adolescente se perdit un instant dans des souvenirs qui lui paraissaient déjà bien lointains. Elle venait d'entrer en première année et elle avait passé des heures devant le miroir à se préparer pour son entrevue avec son professeur d'arithmancie. Elle s'en souvenait comme si c'était hier, elle était fière comme un hippogriffe et se faisait un véritable plaisir de narguer Cindy, qui n'avait pas le droit d'aller à Pré-au-Lard. Elle se rappelait s'être sentie tellement importante ce jour-là, comme si elle était différente, spéciale. Elle n'arrivait plus à retrouver ce sentiment aujourd'hui.

Beaucoup de choses avaient changé, depuis cette entrevue d'Octobre 2006. La fillette avait abandonné son serre-tête, qu'elle avait troqué contre une jolie paire de boucles d'oreilles, elle avait gagné quelques centimètres, quelques formes, de simples ballerines noires étaient venues remplacée ses petites chaussures vernies, et elle n'avait plus ce regard d'enfant émerveillée. Deux ans plus tôt, elle avait quitté ce dortoir persuadée qu'Ana Sorden l’emmènerait sur le chemin de la grandeur, qu'elle l'aiderait à réaliser ses rêves. Elle voyait en elle un véritable mentor, presque comme une seconde mère, plus à même de comprendre ses désirs et ses ambitions. La déception avait été à la hauteur de ses espoirs.

Cela avait au moins eu le mérite de lui servir de leçon. On ne pouvait faire confiance à personne, et pour réussir on ne pouvait compter que sur soi-même. Oh, elle n'arriverait à rien toute seule, il lui faudrait savoir s'entourer des bonnes personnes, mais plus jamais elle ne se lierait à quelqu'un de la sorte. Elle avait aidé Ana, elle avait fait tout ce qu'elle lui avait demandé, elle l'avait défendu contre ceux qui disaient du mal d'elle -y compris contre ses propres amis- et elle n'avait rien eu en échange. Elle lui avait accordé toute sa confiance et elle s'était retrouvée seule, et terriblement déçue. Elle ne referait pas la même erreur.

Elle ne devrait même pas aller à ce rendez-vous, elle le savait. Elle n'en avait pas besoin. Elle n'avait plus besoin de l'aide d'Ana, elle se débrouillait très bien toute seule. Greengrass avait bien plus à lui apporter, elle trouverait de bien meilleurs soutiens qu'une fugitive en cavale. Elle avait pu le constater par elle-même à Azkaban : Ana était finie. Mais elle s'était échappée, comme elle l'avait prédit. Et Sasha luttait difficilement contre l'envie de croire que ses autres prédictions se réaliseraient également. Elle avait passé l'âge de s'accrocher à des promesses fantaisistes ! Elle n'avait pas répondu aux deux dernières lettres de la mardolienne, bien que celles-ci aient éveillé sa curiosité. Elle était partagée entre l'envie de tout savoir de ces plans secrets évoqués à demi-mots, et la crainte d'être déçue de nouveau. Elle avait décidé de ne plus rendre le moindre service à la sorcière de Salem avant d'avoir quelques certitudes sur cet avenir glorieux qu'elle lui promettait.

Sasha avait beau savoir qu'elle ne devrait plus croire le moindre mot d'Ana Sorden, une part d'elle continuait à espérer que tout soit vrai. Sa raison lui hurlait de ne plus jamais s'approcher de cette manipulatrice, mais elle ne pouvait résister à la curiosité. Elle voulait en savoir plus à propos d'Emma Blackbones -afin d'éclaircir enfin cette histoire d'essence de Fenneldeg- et à propos de ce soi-disant arrangement avec le ministre. Et si Ana ne mentait pas cette fois ? Si elle pouvait réellement l'aider ? Sasha ne pouvait pas laisser passer sa chance.

L'adolescente enfila son manteau gris et glissa la main dans sa poche afin de vérifier que la fiole d'essence de Fenneldeg s'y trouvait toujours. Elle avait été terriblement déçue, quelques semaines plus tôt, d'apprendre qu'elle n'était en possession que d'une vulgaire boule puante, mais elle avait pris l'habitude de la garder avec elle et aimait savoir la fiole dans sa poche. Cela pouvait toujours servir, après tout.

Il était encore tôt, le soleil était à peine levé, mais Sasha tenait à faire partie des premiers à quitter le château aujourd'hui. Ana l'attendait certainement déjà, mais la fillette estimait que ce n'était qu'un juste retour des choses. Elle l'avait attendu deux ans, la mardolienne pouvait bien patienter un peu. La jeune fille fut la première à passer les grilles de l'école ce matin-là, abandonnant Cindy en prétextant devoir retrouver Ahren plus tard. Elle hâta le pas et traversa rapidement le petit-village encore à moitié endormi. Elle ne s'arrêta ni devant les Trois Balais, ni devant Honeyduckes, et se dirigea directement vers la sortie du village, en direction des collines au pied desquelles elle et Ana avaient partagé un pique-nique, ce fameux jours d'Octobre.

Avant même d’arriver en bordure de la clairière elle aperçut un sombre carrosse, attelé au milieu de la prairie. En bonne étudiante de Poudlard, Sasha était habituée à être entourée de toutes sortes de choses magiques et un peu étrange, elle fut néanmoins surprise de tomber sur cet attelage sortie tout droit d’un conte de fée, ou d’un vieux film d’horreur. Son instinct lui dicta la prudence et elle s’avança doucement sur l’herbe, ses doigts serrés autours de la baguette au fond de sa poche.

A peine avait-elle fait quelques pas qu’Ana Sorden entra dans son champ de vision, laissant la fillette sans voix face à la métamorphose de son ancien mentor. La dernière fois, elle avait quitté une pauvre folle en haillon, recroquevillée dans un coin de sa cellule, mais aujourd’hui l’arithmancienne se tenait devant elle, élégante et fière comme au premier jour. Cette vision raviva quelques-uns des espoirs que Sasha s’efforçait de modérer depuis ce matin. Elle n’allait pas se laisser avoir par les apparences. Elle voulait de vraies promesses, de véritables engagements. Déterminée, elle se dépêcha de rejoindre la mardolienne à l’intérieur du carrosse, comme celle-ci venait de le lui demander. Elle n’hésita qu’un instant, alors que la voix lointaine de sa mère résonnait dans son esprit pour lui intimer un « on ne monte pas en voiture avec des inconnus » moralisateur. Sasha eut vite-fait de balayer ce souvenir de son esprit, Ana n’était pas une inconnue, et elles avaient beaucoup de choses à redire.

« Désolée du retard, s’excusa-t-elle pour la forme. La timidité et le respect proche de l’admiration qu’elle avait témoigné à la sorcière de Salem lors de leur première entrevue avaient complètement disparu et c’est un visage impassible, au regard froid, que Sasha posa sur son interlocutrice. Je vous écoute. »

Il n’y avait aucune agressivité dans sa voix, aucune tendresse non plus, juste cette courtoisie mêlée d’indifférence qu’on réserve aux étrangers.



Ana SordenPersonnage décédéavatar
Messages : 229

Voir le profil de l'utilisateur

Une ombre se faufilait dans la lande désolée qui encerclait les environs du village de Pré-au-Lard. Nouvelle excentricité à la hauteur de sa mégalomanie, Ana Sorden s'était offerte un carrosse de conte de fée afin de pouvoir se mouvoir plus librement d'un point à l'autre du Monde Magique. Aussi sombre et opaque qu'un corbillard, celui-ci lui permettait de se déplacer sans être repéré par les nombreux civils qui venaient à croiser sa route. Tiré par quatre sombrals dont l'arithmancienne pouvait clairement distinguer la silhouette depuis belle lurette; La voiture filait à toute allure en direction d'un nouveau chapitre de sa vengeance : Poudlard! Elle avait encore en travers de la gorge de n'en être jamais devenue la grande Directrice; L'école magique apparaissant à ses yeux comme le symbole de son cuisant échec dans sa mission de Mardolienne. Mais depuis qu'elle n'œuvrait que pour satisfaire ses propres volontés de perverse narcissique, et non pour un combat idéologique dépendant du grand nombre : Tous lui emblait si simple et limpide...

La veille au soir, elle avait rayé son premier nom de sa liste noire : Richard Dalnox n'étant désormais plus qu'un mauvais souvenir, une simple tâche dans son passé d'horrible bonne femme. Que Merlin soit béni pour lui avoir octroyé un tel moment de grâce! Ana ne pouvait se remettre de ses émotions, et de la joie sadique qu'elle avait éprouvée à la vision de son amant déchu se tordant au sol, et la suppliant de l'épargner. Dupé alors qu'il rejoignait un sombre rendez-vous solitaire, dans lequel il pensait pouvoir raccrocher le wagon de ses ambitions carriéristes à la locomotive du FREE; Le petit prince de la politique fut bien malheureux de ne point y voir le Ministre Marchebank, mais son ancienne et redoutable maitresse bien décidée à lui faire payer le prix de sa trahison. L'attaquant par surprise, Ana Sorden avait pris tout son temps pour le faire passer de vie à trépas, n'hésitant point à le torturer jusqu'à la dernière seconde de son supplice pour lui arracher les aveux tant espérés : Et quel moment d'extase intense ce fut, que de voir le traitre lui hurler enfin ses excuses, tout en avouant qu'elle était la plus belles et incroyablement intelligente femme qu'il eut croisé dans toutes sa misérable vie. Une vérité dont ne doutait assurément pas l'arthmancienne, mais qui la fit tout de même jubiler dans son orgueil, tandis que Richard poussait son dernier râle d'agonie...

Désormais toute l'attention machiavélique d'Ana se tournait vers une autre cible, qu'elle abhorrait presque tout autant que ce traitre de Dalnox : L'infâme petite Emma Blackbonnes! Sans le témoignage de cette petite garce, l'arithmancienne aurait pu jadis parvenir à ses fins, et faire inculper à sa place sa rivale dans l'accession au poste de Directrice de Poudlard. Ana Sorden ne comprenait toujours pas comment cette petite donzelle insignifiante avait réussi à résister à son charme d'Oubliette, et venir ainsi enrayer la belle mécanique de ses projets. Un mystère auquel, elle ne connaissait pas la réponse, mais qui n'aurait bientôt plus la moindre forme d'intérêt, tant elle croyait fermement pouvoir éradiquer ce petit insecte nuisible de la surface de la terre. Et pour se faire, elle disposait d'une alliée, et d'un plan infaillible...

Pourquoi Emma Blackbonnes? L'horrible bonne femme avait dû malheureusement revoir ses ambitions à la baisse, et faire des choix dans l'accomplissement de sa vengeance. Certes Leopold Marchebank lui avait conféré une certaine liberté de mouvement mais celle-ci avait également un prix. En effet, après le meurtre de Richard Dalnox, soigneusement orchestré par le ministre de la magie en personne, elle ne devait plus commettre d'exaction et quitter le territoire en direction d'une planque lointaine dans laquelle la cruelle aritmancienne pourrait se faire oublier quelque temps. Le vingt Avril au plus tard, la sorcière de Salem devait donc franchir les frontières de l'Angleterre pour fuir son jugement et ne devenir plus qu'un fantôme dans l'imaginaire collectif. Mais voilà, c'était bien mal connaître l'horrible bonne femme; Ana Sorden ne pouvait consentir à fuir le théâtre de sa vengeance, sans s'être débarrassée au préalable de ses plus odieux protagonistes...

Aveuglée par la haine, Ana Sorden ne voyait pas le danger que pouvait représenter le fait d'aller à l'encontre des accords édifiés par le Ministre Marchebank. Peut-être n'était-ce que la résultante de sa folie grandissante, mais elle ne pouvait se résoudre à fuir, sans avoir tordus le cou à tous ceux qui avaient osé poignarder son égo! Comme jadis, lors sa mission d'infiltration mardolienne, elle pensait être en parfaite mesure de pouvoir de nouveau tromper son monde et vaincre ses ennemis dans l'adversité la plus absolue. Cette assurance démesurée pouvait causer sa perte, mais elle s'en fichait éperdument, tant elle voulait recomposer le puzzle de son égo meurtri par son inculpation. Ana Sorden ne semblait plus discerner l'aspect suicidaire de cette dangereuse entreprise, se laissant simplement guider par sa vanité destructrice. De son point de vue, le stratagème diabolique qu'elle s'apprêtait à mettre en place lui permettrait de faire coup double, et d'éradiquer deux nouveaux noms de sa liste noire. Peut-être alors consentirait-elle alors à quitter le sol britannique, mais rien n'était moins sûr...

Un sourire étira les jolies pommettes refaites de l'arithmancienne, tandis qu'elle pensait à l'issue de ce long voyage en terre magique. En effet, elle s'apprêtait bientôt à revoir Sasha Benson, sa fidèle et loyale petite colombe. Désormais, le cœur froid de l'horrible bonne femme ne semblait se réchauffer que lorsqu'elle entrevoyait le visage doux et gracieux de la jeune Serpentard qu'elle avait prise sous son aile. Peut-être était-ce qu'elle se reconnaissait en cette jeune fille? Ou le fait que Sasha était la seule à ne pas l'avoir trahie quand sa vie tournait à l'orage? Mais une chose était certaine, c'est que Ana Sorden la percevait comme sa propre fille, et la seule à pouvoir souffrir de la comparaison. La sorcière de Salem avait de grands projets pour elle, et une mission au combien importante à lui confier. Allait-elle lui donner satisfaction? Lui obéir? En mère spirituelle, Ana n'osait croire le contraire, même si...

Depuis son incarcération et la longue séparation de leur duo, leur relation semblait s'être quelque peu dégradée. Lors de sa visite à Azkaban, Sasha s'était révélée plutôt froide et distante, n'hésitant pas à lui faire certain reproche. Ana avait mis cela sur le compte de la déception, et que les choses rentreraient indéniablement dans l'ordre une fois son retour. Son évasion d'Azkaban devait assurément avoir fini de la convaincre, et levé ses derniers doutes sur la vérité de ses promesses prophétiques, et pourtant... Sasha n'avait pas pris le temps de répondre à ses nombreux courriers, et un doute subsistait encore sur sa venue en ce jour si important pour l'accomplissement de la vengeance de l'arithmancienne. Cette dernière pensait que l'état de décrépitude dans lequel sa douce colombe l'avait retrouvée dans sa cellule d'Azkaban, avait largement influé sur leur relation de confiance. Quand le modèle venait à s'écorner, nul doute que l'élève pouvait être en proie au doute.

Ana Sorden s'était convaincue de faire tout son possible pour la ramener dans le droit chemin, et se sentir adulée comme avant. La volonté secrète de sa petite colombe de lui ressembler, ne pouvait avoir totalement disparu du jour au lendemain, et il suffisait simplement de souffler sur les braises du passé pour enflammer de nouveau le regard émerveillé de la petite fille. Cette dernière qui voulait devenir aussi belle qu'elle! Mais il fallait avouer que à force de se déplacer aux quatre coins du Monde Magique, Ana en avait presque oublié sa coquetterie légendaire et sa soif existentielle du "paraître jeune à tout prix!». D'ailleurs sa dépendance aux produit esthetiquo-magiques illégaux se faisaient cruellement sentir, tandis qu'elle tentait de se refaire une beauté dans l'anonymat de son carosse. La peau de son cou se distendait de manière affreuse, signe que cela faisait trop longtemps qu'elle n'avait point ingéré de potion rajeunissante. Si Sasha la voyait ainsi, elle aurait du mal a gagné sa confiance. La vaniteuse sorcière tenta alors d'user de la magie pour gommer son goitre, mais le résultat obtenu ne fut pas celui escompté. Ana leva les yeux au ciel, en signe de dépit. De retour dans sa cache de l'allée des embrumes, elle retrouverait sa peau parfaite et sa poitrine de rêve, mais pour l'heure elle devrait composer sans ses artifices de beauté. De quoi la faire quelque peu douter, surtout lorsqu'elle constata que Sasha n'était pas présente sur les lieux du rendez-vous...

Ana jeta un regard mortifiée sur l'étendue vide et herbeuse, témoin jadis d'un pique-nique improvisé entre l'enseignante et l'élève. Aucune trace de Sasha! L'arithmancienne jeta un rapide coup d'œil à la montre en or, qu'elle avait subtilisé sur la dépouille du malheureux Richard Dalnox, pour constater que sa douce colombe accusait un certain retard. Ana n'aimait pas le manque de ponctualité, et elle ne pouvait pas admettre que celle qu'elle voyait comme sa propre fille puisse commettre un tel impair! Assurément, elle devrait la recadrer et imposer de nouveau son autorité sur cette jeune fille indisciplinée. Quand Ana aperçut enfin sa silhouette se détacher de l'horizon, elle poussa un soupir dans lequel s'entremêlait à la fois le soulagement et une pointe d'exaspération.

Ana dissimula sa crinière blonde sous une coiffe rousse qu'elle s'était elle-même confectionnée durant son long périple; Une manière quelque peu dérisoire de préserver son identité aux yeux d'éventuels intrus, mais pour l'heure cela n'était que le cadet de ses soucis. L'arithmancienne poussa la porte de son carrosse, et dévisagea longuement sa disciple pour lui faire comprendre qu'elle n'appréciait pas son manque de ponctualité. Puis, elle finit par la sermonner d'une voix toujours aussi suave malgré les reproches.


"Ma douce colombe, c'est un plaisir de te revoir... Mais n'avais-je point dis aux premières lueurs de l'aube? Il me semble que le soleil est bien haut dans le ciel pour répondre à cette exigence... "

Sasha ne tarda pas à s'excuser, mais sa réponse fut aussi brève que singulière. Tout comme son regard, elle ne semblait pas plus radieuse qu’excitée à l'idée de retrouver celle qui se considérait comme sa mère spirituelle. Le regard d'Ana se plissa quelque peu, tandis qu'elle jaugeait l'accueil indifférent que lui réservait sa jeune protégée.

"Et bien... J'osais imaginer un accueil plus enthousiaste pour saluer ma venue! Tu ne réponds pas à mes lettres, tu accuses un retard, et maintenant tu m'adresses la parole comme si je n'étais qu'une vulgaire étrangère. Aurais-tu oublié qui je suis et les risques que je prends pour t'accorder un futur digne de ce nom? Tu devrai me témoigner plus d'égard, jeune fille... "

Ana Sorden descendit de son carrosse de bonne fée pour faire face à la serpentard. Nul doute que sans son modèle, elle se sentait perdue. Dans on narcissisme égoïste, Ana voulait revoir l'étincelle d'admiration dans le regard de sa protégée. Redevenir comme une mère pour elle. L'horrible bonne femme qu'elle était voulait simplement retrouver un peu d'amour, et de quoi réchauffer un cœur devenu si froid. Elle étendit alors ses bras pour y accueillir de nouveau sa protégée, et revenir l'espace d'une accolade au temps où tout semblait si simple entre elles. Ana esquissa alors un premier sourire.

"Tu m'as tellement manqué, ma douce colombe. Viens donc dans mes bras, que nous puissions reprendre notre histoire là où nous l'avions abandonnée... "

Une volonté égoïste qui ne devait souffrir d'aucune discussion, tant l'arithmancienne avait besoin des services et de la loyauté de la jeune Sasha Benson.


Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 279

Voir le profil de l'utilisateur
Sasha sentit une vague de colère s'emparer d'elle quand Ana lui reprocha d'avoir été si distante, en plus d'arriver en retard. Depuis quelques temps il lui arrivait plus régulièrement de se laisser emporter par des émotions qu'elle avait pourtant l'habitude de contrôler. Des choses qui ne l'auraient qu'irriter en temps normal provoquaient en elle un profond sentiment d'injustice et lui donnaient des envies de rébellion. Elle était distraite, lunatique, et passait du rire aux larmes pour un rien. Ce n'étaient là que les maux de l'adolescence, mais Sasha détestait ça. Elle ne supportait pas de sentir qu'elle perdait le contrôle.

Refusant de se laisser submerger par la colère qui bouillait en elle, la jeune fille s'efforça de conserver une voix calme. Le regard froid et le ton presque détaché, elle s'adressa à son ancien mentor en la regardant droit dans les yeux, avec toute l'assurance dont elle était capable.

"J'en ai déjà pris aussi, des risques. J'en ai pris pour vous, et je n'ai obtenu aucun égard particulier en retour, répondit-elle froidement. Seulement deux ans à vous attendre, sans nouvelles. Vous comprendrez que je veuille me montrer plus prudente, et sortir du château en pleine nuit aurait pu me faire expulser de l'école."

Elle était encore prête à suivre Ana, à prendre des risques, quitte à s'écarter un peu du droit chemin. Mais elle avait grandi et elle avait appris, elle ne mettrait pas son éducation et son futur en danger pour quelques belles promesses. Son ambition avait grandi avec elle, mais son discernement et sa prudence également, et elle était décidée à ne plus se laisser manipuler aussi facilement que par le passé.

Elle était déterminée et ne s'imposait que peu de limites, elle était prête à faire ce qu'il faudrait, quoi que ce soit. Elle ne demandait qu'une certaine garantie en échange, ou au moins un minimum de sécurité. Il était hors de question de se lancer sans filet si c'était pour tomber à nouveau. Une première désillusion lui avait suffi.

L'élève et son mentor restèrent un bref instant à s'observer, comme pour s'évaluer à nouveau après le temps qui avait passé. Sasha était rassurée de voir que la mardolienne en haillons qu'elle avait abandonné à Azkaban quelques semaines plus tôt avait retrouvé de sa superbe, mais malgré cela elle ne parvenait plus à retrouver l'admiration qu'elle lui vouait autrefois. Ana l'avait déçue, elle l'avait abandonnée, et la jeune Serpentard ne pardonnait pas facilement. Si elle s'efforçait de la cacher, la rancœur la dévorait de l'intérieur. Elle en voulait à l'arithmancienne, terriblement, et elle ne cesserait peut-être jamais de lui en vouloir. Du haut de ses quatorze ans, elle avait déjà été trop déçue et trop blessée. Des plaies qui ne cicatriseraient jamais vraiment, et qui faisaient autant sa force que sa faiblesse.

La sorcière de Salem esquissa un sourire et Sasha sentit sa détermination vaciller. Avec sa voix douce et ses gestes maternels, Ana réveillait la petite fille qui sommeillait encore en elle. L'enfant qui ne demandait qu'à être épaulée et guidée vers un destin qui, s'il l'attirait irrésistiblement, était effrayant de difficulté. Derrière son insolence et ses allures d'adolescente, elle restait cette gamine au cœur écorché qui cherchait une vengeance qu'elle n'obtiendrait jamais. Une vengeance contre le monde magique, son système et ses injustices. Et Ana la lui promettait, cette vengeance. Elle lui parlait de succès, de gloire, et Sasha avait encore du mal à ne pas se laisser convaincre par ses belles paroles.

Quand l'arithmancienne ouvrit les bras, Sasha hésita à s'y réfugier. Elle voulait se convaincre qu'elle n'avait pas besoin de ça. Elle n'avait plus besoin d'une seconde mère, elle avait besoin d'une alliée. Elle voulait un rapport d'égale à égale, sans quoi elle craignait de ne redevenir qu'une vulgaire marionnette entre les mains de la mardolienne. Accepter cette étreinte lui apparaissait comme un aveu de faiblesse, pourtant elle n'avait pas le cœur à la refuser. Parce qu'au fond, elle était fière de tenir cette place un peu spéciale dans le cœur d'Ana Sorden. Elle était celle que l'arithmancienne avait choisi pour accomplir ses desseins, et ce traitement de faveur la faisait se sentir spéciale. A une période de sa vie où elle doutait beaucoup d'elle-même, être ainsi valorisée la rassurait.

Oubliant ses réticences, la jeune fille s'approcha d'Ana Sorden et redevint, le temps d'une étreinte, la petite fille admiratrice et aimante qu'elle avait été. Mais ses préoccupations et ses doutes ne tardèrent pas à reprendre le dessus et elle s'éloigna rapidement.

"Je ferai tout ce que vous voulez, assura-t-elle avec une certaine dévotion. N'en doutez pas. Mais j'ai besoin d'être certaine que vous serez avec moi jusqu'au bout, cette fois-ci."



Ana SordenPersonnage décédéavatar
Messages : 229

Voir le profil de l'utilisateur

L'espace d'une étreinte, Ana retrouva cette chaleur humaine qui lui faisait tant défaut depuis trop longtemps. L'américaine retrouvait de nouveau la petite fille qu'elle avait tant aimée et avec qui elle pensait pouvoir sceller sa destinée. Sasha était la seule étincelle d'espoir dans la grisaille d'une jeunesse décadence; L'unique et dernière merveille dont accoucherait cette maudite école de Poudlard. L'arithmancienne ne boudait pas son plaisir et sa chance de pouvoir venir la dérober des griffes d'une institution qui ne cultivait que l'art de la médiocrité. Sasha comprendrait très vite où était son avenir, et qu'elle avait peu d'espoir de devenir quelqu'un d'important dans ce Monde Magique, si elle ne prenait pas un minimum de risque. Ana se sentait merveilleusement bien, comme toujours lorsqu'elle se retrouvait avec sa jeune protégée. Nul doute que cette dernière ne la décevrait pas et répondrait à ses attentes comme auparavant. Elle ne briserait pas ce lien magique et invisible qui les unissait. Quel réconfort que de ressentir son cœur devenue si froid à force des trop nombreuses déconvenues se réchauffer au contact de celle que Ana ne voyait plus autrement que sous les traits de sa fille spirituelle. Enfin réunies, et prêtes à suivre les préceptes d'une grande destinée; Du moins c'était ce que s'accordait à penser la sorcière de Salem...

Pourtant, le doute finit à nouveau par s'inscrire dans le regard de Sasha, quand celle-ci se déroba de l'étreinte pour reculer de quelques pas. Ana ne comprenait pas le pourquoi de tant d'hésitation. Cette jeune enfant autrefois si déterminée dans ses choix paraissait ne plus savoir à quel saint se vouer. Laisserait-elle la méfiance prendre le pas sur ses ambitions? La machine Poudlard avait-elle eu raison de ses rêves? Ana Sorden scruta longuement la jeune fille; désireuse de comprendre ce recul soudain.

"Un souci ma colombe? "

La jeune serpentard ne tarda pas à la rassurer sur ses intentions, mais elle ne put se retenir d'ajouter un énième bémol à sa loyauté. Cette indécision adolescente avait l'art et la manière d'écorcher l'humeur de l'ancienne reine de beauté automnale, qui commençait à douter de la loyauté de celle sur qui reposaient tous ses espoirs de renouveau. Ana devait lui concéder qu'elle prenait des risques, mais que valait un blâme de Poudlard à coté de ce qu'elle lui promettait. Ana détourna les yeux de la jeune adolescente, pour se concentrer sur la sombre silhouette du château qui se découpait dans le lointain. Un nouveau combat venait de s'engager entre elle et l'école magique; Mais cette fois-ci, la lutte n'avait pas pour but final d'en prendre les commandes, mais de lui dérober l'une de ses meilleures pépites. Pour cela, Ana Sorden allait devoir trouver les bons mots qui puissent contourner la méfiance de la Serpentard. Un voile de tristesse s'abattit tout à coup sur le visage de l'arithmancienne, qui resta figée, quelques instants le regard dans la brume matinale.

"Je te comprends, Sasha. Depuis que l'on se connaît, tu as déjà pris tellement de risques. Qu'il te faille des garanties, je peux parfaitement l'admettre. Je t'ai promis à Azkaban de ne jamais plus te cacher la vérité, aussi pénible soit-elle à entendre. Et bien soit! Je ne me déroberai pas à ce serment... "

Ana poussa un long soupir, comme si les paroles qu'elle s'apprêtait à dévoiler lui brulaient déjà ses lèvres botoxées.

"Te promettre que je serai avec toi jusqu'au bout, cela serait un mensonge, et le gage d'un égoïsme monstrueux. Même si je rêve d'être à tes côtés, je pense qu'il est préférable que je garde pour l'heure mes distances. Sasha, je suis perçue par le plus grand nombre comme une criminelle, une évadée d'Azkaban des plus dangereuses! Je vais devoir manœuvrer dans l'ombre un certain temps, si je ne veux pas que cette triste réputation ne vienne entacher la destinée que je t'ai promise et pour laquelle je me bats. Cela te donne peut-être l'impression que je t'abandonne, mais la vérité est que je ne fais cela que pour assurer ta propre sécurité... "

L'arithmancienne se retourna en direction de son élève, faisant virevolter les pans de sa robe dans le vent matinal. Son regard s'anima d'une vive émotion.

"Je vais devoir partir, Sasha. Dans deux jours, je rejoindrai le sol américain pour un exil qui s'avère malheureusement nécessaire. Je te rassure cela ne dura que le temps qu'il faudra pour m'innocenter de toute responsabilité dans les crimes que l'on m'accuse d'avoir commis. Mais pour cela, je dispose d'alliés très puissants, en la personne notamment du Ministre Marchebank. Tu peux me croire je serai très bientôt blanchie de toutes fautes, et tout redeviendra comme avant. J'ai rendu un service inestimable au Ministre, qui va me récompenser à la mesure de celui-ci. Ce n'est qu'une question de mois, avant que je ne reprenne le contrôle de ma destinée, et que je fasse mon grand retour en terre britannique... "

Ana imagina toute la déception que devait ressentir Saha à l'idée de la voir partir à nouveau; C'est pourquoi, elle enchaina sur la seconde partie de son plan.

"Mais je n'allais pas partir sans t'annoncer une grande et merveilleuse nouvelle! Je sais exactement comment tu vas pouvoir acquérir la notoriété et la légitimité à laquelle tu aspires. Je me suis entretenue avec le Ministre Marchebank, et il m'a dévoilé bon nombre de ses projets, comme celui d'octroyer la parole à la jeunesse du Monde Magique. Pour se faire, il veut créer un nouveau département au Ministère, et nommer un jeune porte-parole qui aura la lourde charge de représenter les plus jeunes sorciers. Logiquement, je lui ai loué tes qualités, et le Ministre avait l'air impressionné. Accéder à ce poste à responsabilité est bien plus que gravir un simple échelon, Sasha! C'est un tremplin vers les hautes sphères du pouvoir! N'est-ce point ce dont tu as toujours rêvé? "

Un éclat de folie brilla dans le regard de l'arithmancienne alors qu'elle présentait cette offrande à sa douce colombe. Mais très vite son visage se ternit, comme si un grain de sable venait d'enrailler la belle mécanique de ses projets.

"Mais même s'il s'est montré impressionné par la description que je lui ai donné de toi; Je crains qu'il n'ait malheureusement une autre personne en vue. Par un souci d'équité, son choix n'échouera pas à son fils, Dave Marchebank, mais plutôt... "

Ana Sorden marqua un temps d'arrêt, avant d'oser cracher le nom de cette satanée petite garce qui l'avait odieusement trahie quelques années auparavant.

" ... à une certaine Emma Blackbonnes! "

La sorcière de Salem plongea son regard mauvais dans celui de la serpentard, comme pour lui arracher un aveu.

"Dis-moi que tu ne comptes pas la laisser te dérober ton avenir, sans réagir? "

Sasha était des plus malignes, et s'interrogerait certainement à démêler le vrai du faux dans les propos de l'arithlmancienne. Mais elle était également des plus ambitieuses. Allait-elle succomber au chant de la sirène Ana Sorden? Etait-ce un mensonge ou une vérité? Une énième manipulation ou une divine offrande? C'était à Sasha d'en décider...


Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 279

Voir le profil de l'utilisateur
Sasha resta sur ses gardes lorsqu'Ana fit la promesse de lui dévoiler toute la vérité. Elle avait déjà entendu ce refrain, et s’apprêtait déjà à se voir de nouveau promette monts et merveilles. Les révélations de l'arithmancienne eurent toutefois le mérite de déjouer les attentes de la Serpentard. Loin de lui faire miroiter un avenir doré, la sorcière de Salem lui apprit au contraire qu'elle allait de nouveau devoir l'abandonner. La jeune fille ne cacha pas sa déception et seule la politesse l'empêcha d'interrompre son ancien mentor pour lui demander ce à quoi tout cela rimait. Pourquoi la faire venir jusqu'ici et lui parler dans ses lettres d'un avenir commun si c'était pour prendre la fuite et la laisser seule à nouveau ?

De plus en plus, Sasha avait la désagréable impression qu'elle perdait son temps. Elle se raccrochait désespérément au souvenir de l'époque ou l'aide d'Ana aurait pu lui être précieuse, mais ce temps était révolu. L'arithmancienne le disait elle-même : elle était une évadée d'Azkaban, une criminelle en fuite, que pourrait-elle lui apporter si ce n'était des ennuis ? Elle avait beau être consciente de cela, elle ne put s'empêcher de suivre le regard de son ancien mentor, perdu dans le vague, en espérant qu'elle avait d'autres nouvelles plus réjouissantes à lui apporter.

Comme dans sa dernière lettre, Ana évoqua le soutient du ministre Marchebank, faisant s'agiter tout un tas de questions dans l'esprit de sa protégée. C'était presque trop beau pour que Sasha ose y croire, et elle ne savait pas quoi faire de cette information. Devait-elle se réjouir de cette avancée et recommencer à espérer ? Ou devait-elle manipuler cette promesse avec attention, en souvenir des trahisons passées ? Comme si elle avait lu les doutes dans son regard, l'arithmancienne lui offrit exactement ce dont elle avait besoin pour être de nouveau acquise à leur cause commune : quelque chose de concret. Un projet qui était à la fois idéal et réaliste. Sasha se laissa persuadée sans mal tant elle avait envie d'y croire. Cela semblait suffisamment plausible pour qu'elle puisse bâtir de nouveaux espoirs sur cette idée. Donner la parole aux jeunes sorciers, cela ressemblait assez à un projet du FREE après tout.

A l'éclat de folie qui brilla un instant dans les yeux de l'arithmancienne fit écho une lueur d'espoir dans le regard de son élève. Tous ses doutes balayés, Sasha s'abandonna pleinement aux doux rêves que lui soufflait son esprit à l'ambition démesurée. Elle s'y voyait déjà, porte-parole des jeunes sorciers de Grande-Bretagne, à côtoyer tous les grands noms de ce monde, et un sourire ravi ne tarda pas à venir éclairer son visage.

"Bien sûr que si ! répondit-elle, la voix chargée d'émotions. Ce...C'est parfait !"

Le sourire de l'adolescente disparut doucement alors qu'elle prenait conscience de la mine contrariée de la mardolienne. Son enthousiasme retomba brutalement à l'entente des difficultés soulevées par l'arithmancienne. Elle en rêvait depuis si longtemps qu'elle n'avait même pas envisager que ce poste puisse revenir à quelqu'un d'autre qu'elle. Elle était faite pour ça, elle l'occuperait mieux que n'importe qui d'autre et elle était prêté à le prouver. Peu importait à quel point l'élève choisi par le Ministre se révélait doué, elle ferait mieux. Un peu anxieuse, mais plus déterminée que jamais, Sasha attendit de connaitre l'identité de la personne qui pourrait bien lui voler son rêve. Elle resta un instant interdite en entendant le nom d'Emma Blackbonnes.

"Mais...! protesta-t-elle vainement, abasourdie par cette révélation. Pourquoi ?"

Emma avait beau être préfète, elle n'avait rien d'une oratrice ni d'une politicienne. Son seul mérite était certainement d'être la petite-amie du fils du ministre. Révoltée par un sentiment d'injustice, Sasha serra les poings. Cela ne pouvait pas se passer comme ça ! C'était une opportunité en or, elle avait besoin de ce poste, alors qu'Emma n'en saisissait peut-être même pas l'importance ! Ce n'était qu'une jolie fille bien sage, à qui on offrirait ce privilège sur un plateau d'argent sans qu'elle ait eu à travailler le moins du monde pour l'obtenir.

Un profond sentiment de haine à l'encontre de la rouquine commença à grandir dans le cœur de la Serpentard, se mêlant à la méfiance qu'elle nourrissait déjà à l'égard de sa camarade. Depuis l'épisode de l'essence de Fenneldeg, Sasha trouvait Emma étrange et ne cessait de se demander si son ainée lui avait dit la vérité ou si elle avait essayé de la piéger. Mais Emma Blackbonnes n'était plus seulement bizarre, elle était dangereuse. Elle menaçait de lui ravir tous ses rêves, et Sasha ne la laisserait pas faire.

"Bien sûr que non ! répondit-elle vivement quand Ana lui demanda si elle comptait rester sans rien faire. Marchebank ne peut pas la nommer comme ça, il y aura forcément des élections, ou un concours, ou..."

A l'instant où elle entendit ses propres paroles elle réalisa à quel point elle était naïve. Si le Ministre voulait que le poste revienne à une personne en particulier, il y reviendrait, de n'importe quelle façon. Elle soupira de découragement, ferma les yeux une seconde pour contenir le sentiment de colère qui se répandait en elle. Elle méritait ce poste, deux fois plus que n'importe qui. Et elle se battrait pour l'avoir.

"Qu'est-ce que je peux faire ?" demanda-t-elle finalement d'une voix forte en rouvrant les yeux. Plus une trace d'hésitation dans sa voix mais une détermination sans faille assorti d'un regard froid.

C'était peut-être comme ça qu'Ana pourrait tenir ses promesses malgré son départ imminent, en l'aidant à évincer Emme Blackbonnes de cette compétition. Sasha s'en remettait entièrement à l'arithmancienne, prête à exécuter le moindre de ses ordres si cela pouvait la servir.



Ana SordenPersonnage décédéavatar
Messages : 229

Voir le profil de l'utilisateur
Même si elle ne laissait rien transparaitre extérieurement de son machiavélisme; Ana jubilait secrètement d'avoir semé un sentiment d'injustice dans l'esprit de sa jeune protégée. Au moment où elle en avait le plus besoin, l'arithmancienne venait de retrouver sa plus fidèle et précieuse alliée, ce qui lui offrait à nouveau un avantage décisif dans son projet de vengeance, ainsi qu'une possibilité de pouvoir se frayer un passage dans l'enceinte ultra-protégée de Poudlard. Etape cruciale dans sa stratégie de manipulation, Sasha semblait oublier ses rancœurs personnelles à l'égard de la sorcière de Salem, pour ne se focaliser plus que sur celle qui entravait ses ambitions et sa logique carriériste. Devenir la porte-parole ministérielle de la Jeunesse Sorcière, voilà un rêve qui ne pouvait manquer de plaire à une jeune fille aussi désireuse de se faire un nom dans le Monde Magique. Tandis que son aversion pour cette traitresse d'Emma grandissait, et plutôt que de la réconforter; Ana préféra appuyer là où cela faisait mal.

"Malheureusement, je crains qu'il n'existe guère de choix pour convaincre le Ministre de ne pas opter pour sa future belle-fille. Même dans l'hypothèse qu'un simulacre d'élection soit instauré, j'ai bien peur que le résultat soit invariablement le même : Emma Blacbonnes prendra la fonction prestigieuse qui devrait logiquement te revenir. Une parvenue plutôt que l'élue... "

Faisant mine de partager la douleur de sa jeune protégée, la manipulatrice venue de Salem secoua tragiquement et lentement la tête en signe de dépit. Voilà que la mère et la fille spirituelle partageaient la même haine à l'égard de cette maudite Blackbonnes. Une complicité retrouvée qui ne pouvait que raviver ses espoirs de renouveau, et faire taire ses détracteurs. Elle n'allait pas crever et pourrir dans une fosse commune comme l'avait si cruellement souligné cette arrogante et méprisable Auror, du nom de Charlotte Meyer. Au contraire, si aucun renard malfaisant ne venait enrayer la belle mécanique de ses projets; Ana Sorden finirait par triompher de l'adversité et asseoir sa glorieuse destinée entrevue dans les visions prophétiques de son passé.

Tels d'insignifiants dominos alignés les uns devant de les autres, ses ennemis allaient devoir s'incliner devant sa magnificence. Emma Blackbonnes allait regretter de n'avoir pas sût tenir sa langue, et gouter à la vengeance implacable d'une sorcière de Salem. Pour se faire, Ana Sorden n'aurait même pas besoin de se salir les mains, alors que la solution idéale se tenait juste devant elle. Malgré le doute qui obscurcissait les traits de son visage, Sasha Benson dégageait une insolente fraicheur, et une innocence qui pouvait facilement tromper son monde. Si l'école de Poudlard refusait d'ouvrir ses portes à l'ogresse de Valtivaara, elle ne pourrait que baisser sa garde et ne pas anticiper la menace angélique que représentait la jeune Serpentard...

Ne voulant se laisser dérober ses rêves de grandeur, Sasha Benson se tournait de nouveau vers la diabolique arithmancienne, lui réclamant aide et solution; Chose que ne pouvait assurément pas lui refuser la criminelle la plus recherchée du Monde Magique.

"Sasha, tu peux me croire. J'ai envisagé toutes les manières possibles et envisageables afin de retourner la situation à ton avantage. Les prophéties comme les chiffres ne mentent jamais, et je ne vois qu'une seule solution pour évincer cette Emma Blackbonnes. Malheureusement, j'ai bien peur que tu ne sois pas prête à l'entendre, ni même à l'assumer. Tu es encore si jeune et innocente... "

Voilà que l'arithmancienne se décidait à la piquer au vif dans son amour propre. Ce procédé étant une arme à double tranchant; Où Sasha pouvait très bien se décider à accomplir des prouesses sans égard pour l'ordre moral, soit au contraire elle allait se braquer et fermer la porte à toute discussion. Habituée à vivre dangereusement, Ana assumait ce risque et ses conséquences, diluant ses craintes derrière un amour protecteur.

"Ma colombe, je dis cela exclusivement dans un but de te protéger. Certain rêve de grandeur, nécessite parfois de trop grands sacrifices, et il serait peut-être plus sage d'envisager une vie, disons plus modeste... " Ana jeta un regard compatissant à l'attention de son ambitieuse protégée. "C'est pour ton bien! Crois-moi! Je t'aime trop pour te laisser encourir de tels risques. Quelle genre de femme serai-je si je te laissais t'engager dans une voie aussi terrifiante? "

Ana Sorden scruta longuement la jeune Serpentard, espérant desceller dans son regard une réelle volonté de s'engager sur le sentier de l'interdit. Après un ultime soupir digne des plus grandes comédiennes de la scène des Folies Sorcières, la sorcière finit par clamer la sinistre vérité à son élève.

"Que Merlin me foudroie si je ne peux pas tenir mes engagements J'ai juré de ne rien te dissimuler alors voilà l'unique solution qui se présente à toi... "

Ana Sorden reprit son souffle, avant de planter son regard implacable dans celui de la jeune fille.

"Si tu veux une destinée à la hauteur de tes ambitions, alors tu devras te débarrasser toi-même de Emma Blackonnes. Et selon mes visions et mes calculs, il n'y pas trente-six milles solutions pour y parvenir, ma colombe... Tu devras la tuer... "

Comment s'y prendre? Ana Sorden rêvait de le lui enseigner, anticipant déjà une réaction favorable de la jeune fille, comme si tuer n'était devenu qu'un jeu d'enfant...


Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 279

Voir le profil de l'utilisateur
Le cœur de Sasha se gonfla d'espoir lorsque la sorcière de Salem lui assura qu'il y avait effectivement une solution pour évincer Emma Blackbonnes. Évidemment, il ne pouvait en être autrement. Ce poste et la gloire qui l'accompagnaient n'étaient pas destinés à la rouquine, ce n'était que justice que sa cadette soit en mesure de les lui prendre. Elle les méritait et les désirait bien plus qu’elle. Sasha était prête à faire tout ce qu'il fallait pour obtenir ce qu'elle considérait comme lui revenant. Toutefois, Ana semblait douter de la force de son engagement. Le regard de l'adolescente se durcit alors qu'elle se voyait de nouveau opposer son jeune-âge et l'innocence qu'il aurait dû lui conférer. Elle n'avait plus grand chose d'une petite fille, et elle aurait aimé que son mentor le sache. Elle était jeune, c'était un fait, mais elle n'était plus naïve et innocente, et elle était décidée à le prouver.

Tout le monde ne voyait en elle que l'adolescente qu'elle aurait dû être, on ne la prenait pas au sérieux, on la renvoyait aux préoccupations futiles des camarades de son âge. Tout le monde se trompait. Elle était différente. Elle n'avait jamais manqué d'ambition, et la vie lui avait imposé des épreuves qui l'avaient fait grandir plus vite. Seul Ahren semblait comprendre cela, probablement parce qu'il lui ressemblait sur ce point. Les autres ne voyaient en elle qu'une enfant. Ils s'y trompaient tous, et c'était bien souvent utile. Personne ne se méfiait des petites filles, personne ne surveillait ce qu'il disait en présence d'une adolescente écervelée. Alors Sasha aimait jouer de ses airs de fillette et se servait parfois de son apparence innocente comme d'une arme. Mais aujourd'hui il n'était plus question de se faire passer pour une sage petite-fille, il était temps qu'elle prouve à Ana qu'elle était assez forte pour accomplir n'importe quelle tâche nécessaire à la réalisation de sa destinée.

Si Sasha avait abordé cet entretien avec prudence, ne souhaitant pas prendre trop de risques pour une personne dont elle doutait encore de l'honnêteté, l'ambition et l’orgueil avaient depuis balayé toute trace de raison et elle ne demandait plus qu'à prouver sa valeur.

"Non, coupa-t-elle d'une voix forte lorsqu'Ana Sorden lui suggéra d'abandonner ses rêves au profit d'une vie plus modeste. Je suis prête à prendre les risques qu'il faudra, assura-t-elle avec toute la détermination dont elle était capable. Ne doutez-pas de moi..."

Son ton assuré, tranchant, s'était fait presque suppliant et Sasha plongea son regard dans celui de son mentor, l'incitant à lui accorder sa confiance. Elle refusait de voir ses rêves s'éloigner d'elle simplement parce qu'elle ne serait pas prête à payer leur prix. Elle était prête à faire ce qu'il faudrait. Elle détruirait socialement sa camarade, la ferait renvoyer de l'école, accuser de crime s'il fallait. La jeune fille ne tressaillit pas sous le regard implacable d'Ana Sorden alors que cette dernière s’apprêtait à lui révéler l'unique moyen de résoudre son problème.

Quelque chose dans le ton grave de l'arithmancienne, ou dans la lueur de folie qui brillait au fond de ses yeux lui fit entrevoir l'espace d'un instant une solution des plus effrayantes et Sasha retint son souffle.

Cette hypothèse, à laquelle elle osait à peine songer, fit brusquement irruption dans la réalité alors qu'Ana Sorden lui livrait enfin la solution de son problème. Sasha resta muette de stupeur. Dire qu'elle n'y avait pas pensé aurait été mentir. C'était sans aucun doute le moyen le plus efficace et définitif de se débarrasser de sa concurrente. Mais elle n'avait fait que caresser les contours flous de cette idée, trop effrayée pour y songer réellement. Et voilà qu'elle s'offrait à elle, formulée par la voix dénuée d'hésitation de celle qui avait été son modèle.

Ana avait tué pour ses idéaux, elle avait tué pour atteindre ses objectifs et Sasha n'avait jamais eu vraiment de problèmes avec ça, consciente qu'elle même serait capable d'aller très loin pour obtenir ce qu'elle voulait. Mais jamais elle ne s'était réellement demandé jusqu'où exactement était-elle capable d'aller. Venait-elle de trouver sa limite, ou s’apprêtait-elle à faire un pas de plus en avant ? Était-elle capable de faire ça ? Elle ne voulait pas se poser la question, parce qu'elle ne voulait pas connaitre la réponse. Il n'y en avait aucune de satisfaisante, elle serait soit trop faible pour faire ce qui devait être fait, soit assez insensible pour tuer dans le but de réussir. Que pouvait-elle choisir entre la médiocrité et la cruauté ?

La détermination et le désir ardent de faire enfin ses preuves qui l'habitaient un instant plus tôt avaient laissé place à un océan de confusion. Ces quelques mots, cet ordre déguisé en conseil, venait de tout remettre en question. C'était comme si elle sortait d'un rêve, comme si elle voyait enfin les choses telles qu'elles étaient réellement. Frappée par cette prise de conscience, la fillette dut fermer les yeux pour tenter de voir la situation sous un nouvel angle.

Sasha n'aimait pas beaucoup Emma Blackbonnes, elle la trouvait bizarre et n'avait absolument pas confiance en elle, mais elle ne la détestait pas. Elle n'avait jamais eu aucune raison de le faire, jusqu'à ce qu'Ana lui fasse part de ce conseil des jeunes sorciers. Celle qui avait une excellente raison de détester la Serpentard, en revanche, c'était bien Ana. C'était en grande partie à cause d'Emma que la mardolienne s'était retrouvée derrière les barreaux. Quelle coïncidence que celle qui ai brisé la destinée de la sorcière de Salem soit également celle qui menace celle de Sasha...

L'arithmancienne s'était déjà servie d'elle pour parvenir à ses fins, rien ne l'empêchait de recommencer. Préférant s'accrocher à cette possibilité plutôt que de devoir résoudre le conflit intérieur qui l'habitait, Sasha fit un pas en arrière comme pour essayer de prendre un peu de recul. Elle observa son mentor avec un mélange de méfiance, d'incompréhension et de crainte. Elle était une bonne menteuse, et une excellente comédienne, en cela elle arrivait généralement plutôt bien à reconnaitre les mensonges quand elle en voyait un. Pourtant elle ne parvenait à démêler le vrai du faux, et chacun des mots prononcés par la mardolienne depuis le début de leur conversation se trouvait fragilisé par la crainte qu'elle éprouvait de s'être à nouveau faite manipulée.

Elle avait du mal à croire qu'une sorcière talentueuse comme Ana ne puisse pas lui proposer d'autres solutions. Si elle lui demandait de tuer Emma c'était parce qu'elle voulait qu'elle meurt. Plus elle y pensait, plus cette hypothèse lui paraissait réaliste, et plus simple à affronter que celle selon laquelle tuer sa camarade serait effectivement sa seule option. Parce que si Sasha refusait de se demander si oui ou non elle pouvait tuer pour atteindre ses objectifs, elle était certaine qu'elle ne tuerait pas pour venger Ana.

L'adolescente n'avait aucun moyen de savoir si le stratagème qu'elle pensait avoir découvert en était réellement un ou si Ana disait la vérité, mais il fallait bien qu'elle prenne une décision, et elle avait choisi la réalité à laquelle elle voulait se fier.

"Vous voulez que je la tue, énonça-t-elle en rouvrant les yeux. Mais pas parce qu'elle menace mon avenir, continua-t-elle prudemment. Vous voulez vous venger..." souffla-t-elle alors que cette idée achevait de la convaincre.

Toute la colère qu'elle avait pu ressentir à l'encontre de sa camarade un instant plus tôt était désormais dirigée à l'encontre de celle qu'elle avait osé envisager à nouveau comme un mentor. Celle qui disait vouloir lui offrir un avenir doré et qui lui demandait de tuer pour accomplir sa vengeance. Elle l'avait utilisée, trompée, manipulée. Encore une fois.

"Je ne le ferai pas, asséna-t-elle avec aplomb. Trouvez-vous un autre pantin."

L'esprit confus, aveuglée par la colère et la déception, Sasha laissait pour une fois parler ses sentiments, oubliant qu'elle faisait face à l'une des plus dangereuses sorcières du monde magique...




Ana SordenPersonnage décédéavatar
Messages : 229

Voir le profil de l'utilisateur
Dans l'esprit de l'arithmancienne tout était d'ores et déjà méticuleusement paramétré, sans que rien ne puisse anéantir le compte à rebours mortel qu'elle venait sournoisement d'enclencher. Trop ambitieuse pour oser sacrifier sa destinée, Sasha allait devoir se résoudre à passer à l'acte, aussi terrible soit-il. Le choix était des plus simples : C'était Emma ou elle qui gravirait le piédestal de la renommée. Sa petite protégée ne pouvait s'incliner et se résoudre à une vie sans relief; Comme la sorcière de Salem, elle possédait en elle, cette ivresse des sommets, et une volonté de grandeur qui outrepassait toute morale ou sensiblerie malvenue. Ana pouvait se réjouir d'avoir à sa disposition une alliée dont l'innocence n'était qu'un leurre pour masquer une froide détermination sans commune mesure. Dans son désir d'accomplissement, rien ne ferait reculer Sasha, et certainement pas le meurtre d'une rivale inconnue. Il ne lui faudrait guère de temps pour franchir la ligne sanglante des meurtriers, car c'était le prix à payer pour la célébrité. La cruelle américaine allait pouvoir laver ses griefs à l'égard de cette petite garce d'Emma Blackbonnes, sans même avoir à se salir les mains. Ainsi elle pourrait se concentrer sur sa fuite et rejoindre le Nouveau Monde, afin de s'y faire oublier. Peut-être se ferait-elle même passer pour morte, le temps qu'il faudra pour que l'Auror Meyer baisse sa garde. Cette dernière protégeait sa famille, telle une louve enragée grognant devant sa tanière. Pour l'heure, elle n'avait aucun moyen de contourner sa vigilance et la sécurité installée autours des siens et sa demeure. Mais tout vient à point à celui qui sait attendre...

Trop assurée de pouvoir compter sur sa petite colombe dans la sinistre mission qu'elle lui avait assignée; Ana préféra poursuivre son sombre monologue plutôt que de prêter attention à l'attitude équivoque de la jeune serpentard. Les paupières clauses, Sasha était en proie au doute, alors qu'elle devait prendre une décision qui changerait totalement sa vie et sa manière de fonctionner. Le premier meurtre était une épreuve Ô combien difficile, une transition vers l'horreur qui forçait à nier son humanité et celle de l'autre. Sasha était-elle prête à franchir cette ligne interdite? Meurtrière multirécidiviste, Ana s'était forgée une carapace de pierre autours de son cœur et ses émotions. La sorcière ne Salem ne voyait même plus la difficulté de la tâche, s'adressant à Sasha comme s'il s'agissait de faire une mauvaise plaisanterie à une ennemie intime. Du pan de sa robe jaillit alors le poison qu'elle avait récolté quelques jours auparavant, au sein de la Voie des Miracles de Bristol. Le Poison : Une arme de femme qui deviendrait l'espace d'un meurtre celle d'une petite fille! Ana ouvrit alors sa paume de main pour offrir le présent mortel à la jeune Sasha Benson.


"Une simple goutte de ceci et Emma Blackbonnes n'entravera plus la destinée qui t'es promise. Il s'agit d'un poison des plus puissants, qui répond au nom de "l'arrache-cœur". Il est absolument indétectable et agit chez la victime comme le ferait une simple crise cardiaque. Tu peux me croire, c'est l'outil rêvé pour agir en toute sécurité. " Ana fronça subitement les sourcils alors que sa petite colombe semblait voleter à mille lieux de ses recommandations. "Sasha, tu m'écoutes? "

Lorsque la jeune serpentard rouvrit les yeux, il ne fallut guère de temps à l'arithmancienne pour se rendre compte qu'elle n'était pas prête à commettre cet acte indicible. Il y avait dans ce regard une volonté farouche de se libérer de l'emprise de l'arithmancienne. La douce colombe n'était plus; Sasha voulait briser les barreaux de sa cage et s'envoler de ses propres ailes. Les lèvres refaites d'Ana Sorden se crispèrent de mécontentement alors que sa jeune protégée récitait ses doutes devenus des certitudes. Franchir les portes de Poudlard lui étant devenu impossible, sa vengeance toute personnelle ne reposait bien que sur les épaules frêles de sa petite protégée. Oui, Ana réclamait justice à l'égard de cette infâme traitresse. De toute son âme, la sorcière de Salem voulait se délivrer du poids de la haine, et réclamait l'instant grandiose ou elle apprendrai la mort de la petite incendiaire. C'est pourquoi, la manipulatrice joua les offusquée quand Sasha lui reprocha de ne vouloir laver dans le crime qu'une rancœur personnelle.

"Me venger? Certainement que je me réjouirai de la mort de cette petite menteuse, cela serait mentir que d'affirmer le contraire! Mais ma soif de vengeance n'est que secondaire, tant je tiens à t'offrir la destinée qui se doit d'être la tienne! C'est uniquement pour toi, ma colombe! Si je pouvais pénétrer dans Poudlard, tu sais que j'agirai en sorte que tu puisses reprendre ton avenir glorieux en main. Mais je ne pourrai pas franchir le seuil de cette maudite école, sans être interceptée... "

Malgré les arguments, la jeune serpentard ne se laissait point prendre au piège, attestant d'un caractère bien trempé et résolu à briser les chaines qui la reliaient encore aux manipulations de l'arithmancienne. Même si leur relation n'était plus au beau fixe, jamais Sasha n'avait semé le trouble quant à sa loyauté. Certes, elle doutait, mais la rupture ne s'était jamais amorcée. Chose qui ne tarda pas à arriver, quand la jeune fille révoltée, répliqua avec un aplomb extraordinaire, qu'elle ne voulait plus être la marionnette d'Ana Sorden. Face à cet aveu, un immense sentiment d'abandon envahit le cœur de l'arithmancienne, qui n'avait jamais pensé se retrouver aussi seule au Monde. Jadis, Richard Dalnox avait été sa marionnette, et elle s'était rassurée en croyant en la sincérité de cet amour; Mais il n'avait pas tardé par la trahir, la laissant seule endurer le tourment de sa capture. Maintenant c'était au tour de celle qu'elle considérait comme la fille qu'elle n'avait jamais eu, de lui infliger ce supplice et ce sentiment de solitude. Cette haine et cette prétention Ô combien narcissique qui habitait d'ordinaire le visage de la sorcière américaine finit par s'effacer, pour ne laisser place qu'à une tristesse infinie. Ana comprit qu'une page était le point de se tourner, et qu'elle ignorait tout de la suivante. Le doute l'envahit alors qu'une voix terrifiante fit écho dans sa mémoire...

* Vous ne serez rien. Vous n'êtes rien. Vous êtes finie. Vous êtes faible, vous êtes abandonnée, vous n'avez plus rien. La vie n'est pas une histoire, Sorden . Vous n'êtes l'héroïne d'aucune grande destinée. Vous êtes juste cette pauvre folle de la cellule quarante-et-un. C'est ça votre grand destin. Pourrir au fond d'Azkaban puis pourrir au fond d'un trou. Sans amis, sans soutien, sans enfant. *

Non! Pour rien au monde, elle ne laisserait ce plaisir à ses ennemis! Charlotte Meyer, Emma Blackbonnes... Ils finiraient tous par la supplier de les épargner! Ana finirait par reconquérir son prestige perdu, et l'instant où elle était adulée autant par sa beauté que sa carrière! L'arithmancienne cherchait à se rassurer, tant les propos de la jeune Sasha l’avaient ébranlée au plus profond de ses entrailles. Mais elle allait très vite comprendre qu'elle n'était pas prête à couper les fils de sa marionnette aussi facilement. Tandis que la déception glaçait les traits de son visage, Ana se décida à donner une dernière leçon à celle qui fut sa fidèle protégée. La gorge nouée, elle libéra sont trop plein de regrets à la face de l'adolescente passée en mode rébellion.


"Si tu penses cela de moi, alors nous n'avons strictement plus rien à nous dire. J'aurai préféré recevoir la lame d'un poignard dans le cœur, plutôt que de t'entendre tenir ce genre de propos. Dans les ténèbres de ma cellule, tu as été la seule lueur d'espoir à laquelle je me suis raccrochée. Je crains ne pas savoir comment te prouver ma bonne foi, et l'amour que je te porte. Je voulais simplement t'aider, et t'offrir le meilleur... "

Ana secoua tragiquement la tête, avant de pousser un long et douloureux soupir.

"Mais je me suis peut-être trompée... Aussi bien dans la lecture de mes prophéties, que dans le choix de la personne. Même si je n'ose le croire, Emma Blackbonnes serait donc l'élue, tandis que toi... " Ana se mordilla la lèvre inférieure comme si cela lui était pénible de l'admettre. "Après tout, même loin de la lumière, une existence peut se révéler radieuse. C'est ton choix et je dois l'accepter. Sache que les précieux instants passés en ta compagnie, resteront parmi les plus heureux de mon existence. Désormais plus rien ne me retient ici, et je crains devoir de te faire mes adieux... Sois heureuse ma colombe... "

Ana Sorden pouvait presque entendre le roulement des vagues qui venaient s'abattre sur les rivages rocailleux non loin de Salem. Il était de temps de partir. Plutôt que d'avoir à affronter davantage l'émotion d'un départ, l'arithmancienne se détourna de sa protégée, avant s'engouffrer dans son carrosse d'ébène. Mais étrangement, elle ne claqua pas la porte, laissant celle-ci légèrement entrouverte derrière elle. Etait-ce une invitation à la rejoindre? Un piège pour manipuler encore une fois Sasha? Ou bien une simple maladresse? Dans tous les cas, cet infime interstice était le dernier espoir donné à Sasha de revoir une dernière fois, celle qui fut jadis si importante à ses yeux...


Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 279

Voir le profil de l'utilisateur
Sasha n'était sûre de rien, et elle détestait ça. Elle devait raisonner sur des hypothèses, sur des suppositions, et toute sa réflexion était faussée par les sentiments contradictoires qui l'agitaient. Elle avait peur de se tromper. Tout son avenir pouvait se jouer sur cette décision, tout comme il ne pouvait s'agir que d'un piège. Elle craignait d'avoir tiré de mauvaises conclusions et de faire une terrible erreur.

Et si Ana ne mentait pas ? Si elle ne cherchait pas à l'utiliser uniquement pour réaliser sa vengeance à sa place ? Sa décision devait-elle être différente pour autant ? Même si Emma menaçait réellement son avenir, devait-elle pour autant envisager de l'empoisonner ? Cette pensée la fit frémir alors qu'elle posait les yeux sur la fiole de poison au creux de la main de l'arithmancienne. Ça n'avait rien de compliqué, il suffisait d'une goutte...

Non, elle ne prendrait pas le risque, décida-t-elle en serrant les poings. Elle avait de l'ambition, c'était indéniable, mais en bonne Serpentard, elle préférait les opportunités où elle avait beaucoup à gagner et peu à perdre. Les risques étaient beaucoup trop grands. Non seulement une vie était en jeu, mais la sienne pourrait également être ruinée si elle se faisait prendre. Si elle refusait d'envisager cette possibilité ce n'était pas tant par bonté d'âme que par lâcheté, au fond. La vérité c'était qu'elle était terrifiée à l'idée de devoir faire ça. Était-ce le seul moyen de réussir ? On disait souvent des sorciers puissants qu'ils étaient tous pourris, qu'il n'y avait que les requins qui réussissaient, qu'il fallait se salir les mains. A quel point était-ce vrai ?

Elle avait toujours pensé qu'elle ferait n'importe quoi pour le succès, pourtant elle venait de trouver ce qui était peut-être sa limite. Au fond, elle sentait que ce n'était pas l'idée du meurtre qui l'arrêtait, mais les circonstances étranges et les incertitudes qui accompagnaient la demande d'Ana, mais elle ne s'aventura pas plus loin sur cette réflexion, effrayée de ce qu'elle pourrait apprendre d'elle-même. De toute façon, sa décision était prise, et elle n'hésita pas à la faire partager à celle qui avait autrefois guider ses pas. Il n'était plus question qu'elle la suivre dans la folie à présent.

La voile de tristesse qui s'abattit soudainement sur le visage de la sorcière de Salem toucha la jeune fille plus qu'elle ne l'aurait cru et sa crainte d'avoir fait le mauvais choix augmenta. Elle pensait déceler une douleur sincère dans le regard de l'arithmancienne et en fut étrangement ébranlée. Venait-elle de repousser la seule personne à placer encore un peu d'espoir en elle ? L'émotion d'Ana était si convaincante que Sasha en oubliait presque la méfiance qu'elle s'était imposé un instant plus tôt. Elle qui était auparavant certaine de pouvoir s'en sortir toute seule se demandait maintenant comment elle parviendrait à se débrouiller sans personne sur qui s'appuyer.

Tiraillée entre la colère, la peur et la nostalgie, l'adolescente ne trouva rien à dire et écouta les adieux de son ancien mentor avec une boule dans la gorge. Le sentiment d'injustice qui l'avait enflammé plus tôt n'était plus qu'un vague souvenir et fut chassé par une vague de solitude quand elle vit Ana disparaitre dans son carrosse. Ça ne pouvait pas finir ainsi. Elle refusait peut-être d'exécuter son plan mais elle n'était pas prête à se passer du soutien de la mardolienne. Et l'idée d'être remplacée par Emma Blackbonnes -tel que le lui avait prédit Ana- la rendait malade.

- Attendez, s'écria-t-elle en s'élançant vers le carrosse, posant une main sur la poignée de la porte restée ouverte. Attendez...

Alors que ses velléités d'indépendance et sa peur de l'abandon se disputaient toujours son esprit, Sasha releva le regard pour accrocher celui de celle qu'elle avait autrefois considéré comme sa mère spirituelle. La colère reprit brusquement le dessus alors qu'elle réalisait que, au contraire, Ana n'avait jamais agi comme une mère pour elle. Une mère ne lui demanderait pas de tuer quelqu'un, et elle ne l'abandonnerait pas à la moindre faiblesse. Et c'était pour ça qu'elle lui en voulait. Parce qu'elle lui mentait depuis le début. Elle la manipulait en lui faisant miroiter un sentiment d'affection qui n'existait pas. Et Sasha s'était laissé avoir... Elle l'avait compris en ressentant ce sentiment de vide lorsqu'elle avait vu Ana s'éloigner d'elle. Elle s'était attachée à elle et souffrait de se faire abandonner, même alors qu'elle avait de bonnes raisons de penser qu'elle n'avait été qu'un vulgaire pantin depuis le début. Peut-être qu'Ana ne s'était servi d'elle que pour réaliser ses sombres desseins, peut-être qu'elle ne l'avait jamais considérée autrement que comme un simple pion, mais elle l'avait choisi elle. Il y avait des centaines d'élèves à Poudlard, mais elle l'avait désigné elle pour l'aider dans ses projets. Alors même si tout n'était que mensonges, même si Sasha n'était pas promise à une destinée extraordinaire, Ana l'avait rendue un peu spéciale, elle l'avait fait se sentir importante, et la jeune fille n'était pas prête à laisser ce privilège lui échapper.

- Emma Blackbonnes ne vous aidera jamais ! assura-t-elle d'une voix forte. Elle vous a trahi une fois et elle n'hésiterait certainement pas à recommencer. Il n'y a pas un seul élève de Poudard qui vous écouterait, ajouta-t-elle avec conviction, comme pour se persuader elle-même. Vous ne pouvez compter que sur moi, reprit-elle plus bas. J'aurais pu alerter la Police Magique aujourd'hui. Un hibou et ils seraient venus vous chercher ici à l'heure de notre rendez-vous. J'aurais pu vous renvoyer à Azkaban, siffla-t-elle. Et je ne l'ai pas fait. Je ne vous vengerai pas d'Emma, réaffirma-t-elle. Mais ne dites pas que je vous abandonne, c'est vous qui partez ! asséna-t-elle avec une rancœur non dissimulée. Ne rejetez pas la faute sur moi ! C'est vous qui mentez depuis le début...

A bout de souffle et à court de mots, Sasha s'obligea à reprendre son calme. Elle s'était laissé envahir complètement par ses émotions, chose qu'elle s'interdisait d'ordinaire, et elle en avait dit beaucoup trop. Garder ses sentiments secrets était le meilleur moyen de se préserver et en offrant toute sa douleur, sa rancœur et sa colère à l'arithmancienne, elle lui dévoilait ses faiblesses. Elle n'aurait jamais dû s'emporter de la sorte, elle avait complètement perdu le contrôle, elle ne se souvenait même plus être monté dans le carrosse, pourtant elle s'y tenait debout, le regard planté dans celui d'Ana.



Ana SordenPersonnage décédéavatar
Messages : 229

Voir le profil de l'utilisateur
Assise confortablement sur les banquettes en cuir de dragon, la sorcière de Salem décomptait les secondes restantes avant que Sasha ne finisse par surgir dans son carrosse. Nul doute que ses dernières paroles en guise d'adieu allaient égratigner la prudence de la petite colombe effarouchée et la contraindre à bien vouloir passer à l'action. Aussi confiante dans son art de manipuler les consciences que dans ses qualités d'hôtesse d'accueil, Ana Sorden déposa deux tasses de Thé sur ce qui servait de table d'appoint. D'un mouvement leste de sa baguette, elle fit virevolter jusqu'à elle une théière magique en porcelaine qui avait l'art de ne servir que de l'eau chaude; Encore l'une de ses trouvailles anglaises qu'elle ramènerait assurément en Amérique, à défaut de pouvoir emporter la tête d'Emma Blackbonnes. Pour l'heure, son périple anglais avec le gout de l'inachevé et de l'échec, tant elle n'arrivait point à conclure ses velléités de vengeance. Presque trois années entières où le succès finissait toujours par lui glisser entre les doigts, au moment précis où elle pensait enfin l'atteindre. En mission pour la grande cause Mardolienne, elle s'était d'abord cassée sa dentition parfaite sur Poudlard, avant de se retrouver plongée dans les ténèbres de l'infâme prison d'Azkaban. Certes son évasion lui avait apporté quelques raisons de se réjouir, mais au final le constat restait le même : Elle avait failli dans ses rêves de grandeur...

Fixant la poignée de la porte du Carrosse qui demeurait pour l'heure immobile, Ana se laissa envahir par l'hypothèse d'un retour sur ses bonnes vieilles terres natale. Au final, ce n'était peut-être pas la pire des solutions. Nouvelle identité, changement de look opportun, et elle pourrait se reconstruire une nouvelle destinée. Plutôt que de revenir à Salem où tout le monde l'attendait, elle privilégierait la lointaine Louisiane, afin de s'adonner à la magie noire et trouver un moyen de se venger dans l'art Vaudou.  Mais combien d'années devrait-elle croupir dans le Bayou, avant de pouvoir revenir en grâce? Instinctivement, la narcissique sorcière tira sur ses pommettes refaites afin d'effacer les rides naissant de son visage. Le temps était devenu son pire ennemi et rien ne semblait en mesure de pouvoir stopper sa course folle... A moins d'user de certains artifices interdits par la morale. Durant son long séjour dans la cave de la boutique des "Fleurs du Mal" dans l'allée des Embrumes, Ana Sorden avait trompé l'ennui en s'adonnant à de nombreuses lectures dont certaines s'avéraient très instructives dans l'art de tromper les affres du temps. Parmi ses ouvrages, l'arithmancienne avait posé la main sur l'histoire relatant la destinée légendaire d'une certaine comtesse sanglante dans la lointaine Transylvanie; Elisabeth Bàthory de son vrai nom avait déjoué la course du temps, en sacrifiant et se baignant dans le sang de jeunes femmes vierges. Légende ou réalité? Dans tous les cas, de nombreux récits témoignaient du fait que jusqu'à son lit de mort, la célébrissime comtesse aurait préservé sa jeunesse et sa beauté. Il n'y avait rien d'insensé dans le fait de penser que ce qui avait fonctionné pour l'une, puisse marcher pour une autre...

Indéniablement, elle disposerait de temps pour étudier la question, mais pour l'heure c'est bien autre chose qui accaparait l'attention de la sorcière de Salem. La poignée de porte du carrosse venait à peine de s'abaisser, que déjà la silhouette svelte de Sasha s'engouffrait à l'intérieur. Comme prévu, la petite colombe ne pouvait se soustraire à ses ambitions et à quitter la sphère de l'arithmancienne. Faisant cas de rien, Ana Sorden l'accueillit avec un sourire faussement intrigué.

"Qu'y a t-il Sasha? Tu as encore une dernière chose à me dire? "

Se laissant emportée dans ses émotions, la petite colombe se transforma littéralement en rapace, quand elle exposa ses griefs à l'encontre de la sorcière américaine. Autant elle semblait ne pas porter dans son cœur Emma Blackonnes, autant elle éprouvait une vive rancœur de voir sa mentor encore une fois la quitter. Détail quelque peu inquiétant, Sasha osa même s'adonner à l'usage de la menace; Prétextant qu'elle aurait très bien pu livrer l'arithmancienne à la justice magique. Pour la première fois depuis leur retrouvaille, Ana éprouva le sentiment que la loyauté de sa jeune protégée pouvait lui glisser entre les doigts, tant sa colère paraissait immense. Etait-ce l'une des multiples plaies de l'adolescence qui la contraignait à ne plus pouvoir endiguer ses émotions? Le regard de l'arithmancienne se durcit quand elle réalisa que Sasha était devenue tout bonnement incontrôlable. Certes, elle ne l'avait pas dénoncée, mais rien ne laissait présager qu’elle ne pourrait pas le faire dans un avenir plus ou moins proche. Fallait-il en déduire qu'elle représentait véritablement un danger? L'arithmancienne savait exactement comment procéder pour balayer ses doutes. Ana leva une main autoritaire pour atténuer l'esprit de rébellion de la jeune fille.

"Sasha, il suffit! Cesse de te comporter en enfant et de me prêter toutes sortes d'intentions égoïstes et malvenues! Je ne peux t'obliger à suivre une voie que tu rejettes en bloc. C'est ton choix, et non le mien. Jamais je ne t'ai dit que les choses seraient simples, bien au contraire toutes grandes destinées nécessitent de faire des sacrifices. Tu ne veux pas me croire, c'est ton droit! Je n'étais là que pour te guider dans tes choix, mais sans confiance mon rôle s'achève ici même. Peut-être que cela te donne l'impression d'un abandon, mais je ne sais comment faire pour te prouver ma bonne foi. Est-ce si difficile à comprendre? "

Lâchant un soupir tranchant, Ana Sorden ne dissimula point l'étendue de son irritation, à l'idée de se retrouver dans une impasse. Sasha Benson était-elle récupérable? Que fallait-il faire pour conserver cette seule et unique alliée siégeant encore entre les murs de Poudlard? Sans elle, elle ne pourrait lancer le dernier chapitre de sa vengeance, et devrait se contenter d'un départ précipité vers une retraite forcée dans laquelle son prestige d'antan finirait par s'éteindre complètement. L'aritmancienne cherchait désespérément une solution pouvant l'extraire de cet affreux dilemme, quand une lueur d'espoir brilla dans son regard froid. Plutôt que de se justifier inutilement, Ana se munit de la théière pour remplir les tasses d'un thé savoureux. Le visage ainsi que la voix de la sorcière de Salem se radoucit, quand elle tenta de calmer l'atmosphère électrique qui régnait à l'intérieur du carrosse.

"Pourquoi autant de tension? Cela n'a aucun sens! Nous devons trouver un moyen de réhabiliter cette belle et franche confiance qui nous unissait jadis. " Ana recouvrit de sa main pale la tasse de sa protégée, avant de la pousser vers cette dernière. "Je t'en prie, installes-toi et buvons ensemble un bon Thé à la Menthe. Je ne veux pas te perdre, tu dois le comprendre. Alors ne nous laissons plus envahir par nos émotions, et trouvons ensemble une solution qui puisse nous réunir à nouveau... "

Depuis la première fois où elle avait posé les yeux sur la petite Serpentard, toute la vie de l'arithmancienne semblait orientée par cette rencontre. Comme si le destin de l'une dépendait étroitement de l'autre. Ana porta sa tasse de thé à ses lèvres pulpeuses avant d'en boire plusieurs gorgées. Elle finit par exposer ses sentiments et entrouvrir les portes d'une solution pouvant satisfaire l'une et l'autre.

"Il existe peut-être une solution pour te rassurer sur ma bonne foi, et le fait que pas l'ombre d'un mensonge vient ternir mes belles promesses. Je suis prête à te prouver mon degré d'engagement, quitte à prendre quelques risques si cela peut réinstaurer une relation de confiance. Dans mon refuge à Londres, nous pourrions contracter un pacte inviolable de non trahison, ou toutes sortes de serments qui pourraient lever tes doutes. Je dispose d'un fidèle allié qui pourra sceller ce pacte. Si une telle chose t'effraie, je dispose aussi de sérum de vérité dont je me ferai un plaisir de boire le contenu, afin de te prouver définitivement toute l'étendue de ma sincérité. Alors qu'en penses-tu ma douce colombe? Tu te sens prêtes à me suivre? " Ana adressa un regard protecteur à sa protégée avant d'ajouter d'une voix mélodique. "Ma belle, tu devrais boire ton thé tant qu'il est encore chaud... "

Le silence qui régnait dans l'ombre du carrosse n'était que troublé par le chant d'oiseaux émanant de la lande extérieure...


Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 279

Voir le profil de l'utilisateur
Complètement dominée par ses émotions, Sasha n’était plus que colère et rancœur. Elle qui mentait en permanence et se plaisait à toujours dissimuler ce qu’elle pensait et ressentait réalisait à quel point cela faisait du bien de laisser parler ses sentiments. Évacuer toute cette douleur et cette rage lui faisait un bien fou et elle avait l’impression qu’elle ne s’arrêterait jamais. Elle en avait trop gardé, trop longtemps. Ana Sorden lui en avait fait voir de toutes les couleurs, la conduisant d’espoirs en déceptions, et il était temps que ça sorte. Lorsqu’elle eut fini de déverser sa rancune sur l’arithmancienne, la colère brillait encore dans ses yeux et son sang palpitait dans ses veines mais elle se sentait terriblement bien.

Et elle ne demandait qu’à continuer. C’était si agréable, de voir le doute dans le regard d’Ana, de comprendre qu’elle l’avait atteint, qu’elle lui faisait du mal, comme elle le lui en avait fait. Elle avait le sentiment, peut-être l’illusion, d’avoir du pouvoir. La mardolienne l’avait trompée, manipulée, abandonnée mais maintenant c’était elle, la gamine de quatorze ans, la petite colombe, qui lui faisait du mal. Et c’était diablement agréable. L’adolescente s’apprêtait à laisser une nouvelle vague de colère parler pour elle quand Ana la fit taire d’une remarque autoritaire.

Face au ton et à l’attitude de la sorcière de Salem, Sasha se sentit soudainement redevenir toute petite. Alors que les reproches et réprimande de l’arithmancienne auraient pu l’énerver davantage, la jeune fille sentit sa colère retomber brusquement. Ana lui reprochait d’agir comme l’enfant qu’elle prétendait ne plus être, et touchait là un point sensible. Elle n’avait pas tort lorsqu’elle disait que Sasha avait fait son propre choix, seulement la jeune fille continuait de lui en vouloir de lui imposer un tel choix. Devait-elle vraiment la croire lorsqu’elle affirmait que tuer Emma Blackbonnes était le seul moyen de vivre la destinée qui était la sienne ? Elle ne pouvait s’y résoudre. Elle ne pouvait pas prendre une telle décision, pas en se fondant uniquement sur les paroles d’Ana, qu’elle savait pouvoir être de parfaits mensonges.

Pourtant…Pourtant elle n’était pas prête à tourner définitivement le dos à son ancien mentor, pas alors qu’elle avait ce goût d’inachevé dans la bouche. Elle avait la conviction qu’elle et Ana avaient encore beaucoup de choses à se dire.

-Je suis désolée, s’excusa-t-elle rapidement. Je ne demande qu’à vous faire confiance à nouveau mais…Mais elle avait appris de la vie qu’il ne valait mieux pas accorder sa confiance à n’importe qui. Elle préférait ne l’accorder à personne, c’était un peu solitaire comme entreprise, mais au moins elle était protégée d’éventuelles trahisons. Prouvez-le moi ! Prouvez-moi que je peux de nouveau vous croire !

La sorcière de Salem semblait partager son envie de sauvegarder leur relation et l’invita à boire un thé pour discuter d’un moyen de repartir sur des bases plus saines. Sasha hésita un instant. Elle était à peu près certaine qu’un jour son père lui avait fait promettre de ne jamais monter en voiture avec un étranger. Et sa mère avait dû lui recommander plusieurs fois dans son enfance de ne jamais acceptée une boisson servie par un sorcier ou une sorcière qui pourrait être mal intentionnée. Il était donc probable qu’accepter une boisson de la part d’une sorcière dont elle se méfiait encore, à bord du carrosse de cette dernière, soit défendu, mais Sasha se considérait assez maligne pour savoir quand une situation était dangereuse et quand elle ne l’était pas, et elle estimait que celle-ci appartenait à la deuxième catégorie.

Elle avait cru déceler une véritable tristesse dans le regard d’Ana, un peu plus tôt, et voulait croire que l’affection qu’elle prétendait lui porter était réelle, même si elle n’avait pas toujours su le montrer par le passé. Depuis le début de leur entretien, Sasha tachait de s’arracher à sa position de petite-fille et à s’affirmer comme une égale face à l’arithmancienne. Mais, malgré elle, elle prenait plaisir à retrouver la relation mère-fille qui avait jadis été la leur. Sa propre mère n’avait plus jamais été la même depuis son divorce et avait un peu lâché prise sur l’éducation de sa fille. Et son père ne se souvenait même plus de son existence. Elle refusait de se l’admettre, mais retrouver quelqu’un qui accepte de jouer le rôle d’un parent avec elle avait quelque chose de réconfortant. Elle n’hésita donc qu’un instant et s’assit en face de son ancien mentor, en s’efforçant de conserver son air méfiant, il s’agissait que l’arithmancienne ne considère pas la partie gagnée d’avance. Sasha acceptait peut-être sa tasse de thé, mais elle n’était toujours pas prête à lui obéir sans avoir obtenu de preuves de son honnêteté.

Des garanties, Ana semblait prête à lui en offrir, et pas des moindres. Sasha s’efforça de ne pas tressaillir à la mention de pactes inviolables et autres sortes de magie qu’elle n’avait jamais pratiquées. Impressionnée, elle sentit ce qui restait de ses doutes se fissurer doucement et adressa même un sourire à la mardolienne. Si son mentor était prête à boire un sérum de vérité sous ses yeux, pourquoi devrait-elle douter d’elle ?

La perspective de s’éloigner de l’école pour rejoindre Londres la fit hésiter de nouveau, guère plus d’une seconde. L'idée de pouvoir obtenir de véritables réponses, honnêtes, à toutes les questions qu’elle se posait était beaucoup trop tentante. L’information était le pouvoir, et elle aimait bien ça, le pouvoir.

- Je vous suis, répondit-elle finalement. Le sérum de vérité suffira, énonça-t-elle simplement, espérant dissimuler le fait qu’elle ignorait ce qu’impliquait un pacte inviolable. Merci pour le thé, ajouta-t-elle alors que l’arithmancienne lui conseillait de le boire avant qu’il ne refroidisse.

L’adolescente s’exécuta aussitôt et porta sa tasse à ses lèvres pour boire une longue gorgée du liquide encore bien chaud.



Ana SordenPersonnage décédéavatar
Messages : 229

Voir le profil de l'utilisateur
L'arithmancienne contempla avec délectation sa jeune protégée, tandis que celle-ci levait sa tasse en direction de ses lèvres afin d'en boire l'onctueux contenu. Redevenue la charmante et obéissante petite fille qu'elle aimait tant jadis, la voilà qui voulait à nouveau partager un moment de convivialité en compagnie de sa mère spirituelle. Assurément, elle ne pouvait résister à cette obsession de détenir enfin la vérité, ainsi que de voir ses ambitions se réaliser. Par la ruse, Ana commençait même à se persuader qu'elle pourrait encore la convaincre d'éradiquer cette traitresse d'Emma Blackbonnes; Mais le jeu en valait-il la chandelle? N'était-ce pas prendre un trop grand risque que de mettre à nouveau son destin sur les épaules d'une jeune fille? D'ailleurs, la sorcière de Salem voulait-elle vraiment en arrivée à une telle extrémité? Rien n'était moins sûr depuis son séjour à Azkaban, où elle avait appris à ses dépens qu'il ne fallait toujours savoir que compter sur moi-même. C'est ainsi, par exemple, que malgré toutes les belles promesses, Ana restait constamment sur ses gardes vis-à-vis des motivations inavouées de Leopold Marchebank. Sasha Benson, quant à elle, ne représentait plus vraiment de danger. Pour une raison aussi précise que radicale, Ana Sorden ne pouvait ignorer qu'elle venait de refermer la porte de sa cage sur sa petite colombe prisonnière. Une expression victorieuse tira ses pommettes refaites quand elle déposa sa tasse sur le rebord de la petite table du carrosse.

" Ne me remercie pas ma douce colombe, c'est tout naturel entre nous. Je ne tiens qu'à réinstaurer la si belle confiance d'autrefois. J'espère que tu trouves ce thé à ta convenance... " L'arithmancienne ajusta alors un regard énigmatique en direction de la tasse à moitié vide de la jeune serpentard. "Il y a un proverbe arabe qui dit que pour que le Thé soit bon, il doit répondre à trois conditions : Être amer comme la vie, doux comme l'amour, et aussi apaisant que la mort... "

Le même sourire malsain qui l'avait habitée lors de sa Tea-Party avec la défunte Septima Vector réapparut tandis qu'elle échangeait les amabilités avec sa jeune protégée. Cette dernière ne doutait décidemment de rien : Preuve de sa grande fidélité, elle était prête à venir dans son antre londonien. Il fallait une certaine dose de courage et de conviction pour se résoudre à suivre une criminelle activement recherchée; Sasha ne manquait décidemment d'aucune de ses qualités, même si cela pouvait s'apparenter d'une certaine manière à de l'inconscience. D'un regard pétrit d'orgueil, Ana détailla longuement l'adolescente qu'elle était devenue. Certes, elle ne disposait pas encore de tous ses attributs féminins, son visage et son corps conservant encore quelque chose d'enfantin. Mais tout laissait présager que dans un proche avenir, elle deviendrait une très belle femme, empreinte de grâce et d'assurance. Le temps lui sculpterait des armes de séduction, et sa beauté finirait indubitablement par surpasser celle de l'arithmancienne. Face à cette quasi-certitude, un gout amer qui n'était pas celui du Thé vint nouer la gorge de la sorcière de Salem. Mais plutôt que s'étrangler, c'est d'une voix douce empreinte de mélancolie qu'elle reprit les rênes de la discussion.

"Je me souviens encore de la première fois où j'ai posé les yeux sur toi. Tu avançais dans la Grande Salle pour te confronter à la décision de ce maudit Choixpeau; Et contrairement aux autres élèves pétrifiés par cet instant solennel, tu ne semblais éprouver aucune crainte, comme si ton destin ne pouvait t'échapper. Digne et gracieuse, tu avais déjà la prestance d'une reine de ce monde. Eclairée par mes visions, j'étais dans toute l'assemblée réunie, la seule à réellement percevoir toute l'étendue du potentiel qui sommeillait en toi, ainsi que du lien unissant nos destinées. Je crains de ne t'avoir jamais réellement parlé de mon rêve? Peut-être ne me l'as-tu d'ailleurs jamais demandé... Je crois que le moment est enfin venu de te dire la vérité... "

Ana semblait prête à dévoiler les dessous de la vérité, comme si le Thé qu'elle venait d'ingurgiter faisait office de sérum de vérité. Les mains pales de l'arithmancienne se rejoignirent, avant qu'elle ne se lance dans les confessions.

"Bien avant notre rencontre, je t'ai vue dans mes songes. Tu illuminais déjà par ta simple présence mes cauchemars les plus sinistres; Comme un ange-gardien cherchant à guider la promeneuse égarée loin des sentiers obscurs. Malheureusement, cette impression de bienveillance à mon égard n'était qu'un horrible leurre me conduisant inexorablement à la même conclusion, dans laquelle je finissais par recevoir le coup de grâce qui me précipitait dans les abysses de l'oubli. Longtemps mon interprétation fut erronée, ne cherchant point à voir la cruelle vérité qui se dissimulait derrière ses visions et le beau plumage de ma douce colombe. J'ai ignoré l'avertissement, pour ne voir en toi que la fille que ne je n'ai jamais eue. Il m'aura fallut du temps pour me faire à l'idée que derrière tes beaux sourires, se déguise un mensonge, et une réelle volonté de me nuire... "

Ana s'était forgée pour la première fois cette terrifiante opinion lors de la visite de la jeune Serpentard dans sa cellule d'Azkaban. Ce jour-là, quelque chose s'était brisée entre la Mentor et son élève. Etait-ce la confiance ou le rêve de voir s'épanouir à ses cotés une enfant lui étant éternellement dévouée et reconnaissante qui venait de s'envoler? En tout cas, l'américaine ne reconnaissait plus sa disciple. Si jadis, Sasha Benson l'admirait sans commune mesure, lui avouant son désir de lui ressembler; Désormais ce sentiment qui pétrissait de vanité la sorcière de Salem s'était considérablement désagrégé au fil de sa captivité, comme si la jeune fille cherchait désormais à détruire son modèle afin de le remplacer. Mais Ana Sorden allait lui faire comprendre à ses dépends, que l'on ne supplantait pas une femme de son envergure. Rien n'y personne ne pourrait l'écarter de sa destinée, et certainement pas une vulgaire gamine. L'arithmancienne braqua soudainement sa baguette sur la porte de carrosse pour bloquer le mécanisme d'ouverture, de manière à piéger la jeune serpentard. Chose faite, elle orienta alors son instrument en bois d'ébène divinement sculptée par ce trafiquant de Bristol, qui s'était dévoilé aussi doué en confection de baguette magique que dans le rôle d'amant d'un soir. Sourire hypocrite aux lèvres, Ana savourait son triomphe sans une once de modestie.

" Ma douce colombe, avant que nos chemins ne se séparent, je tenais à t'inculquer une dernière leçon : Celle qu'il ne faut accorder sa confiance à personne, ni même éprouver une once de pitié pour quiconque oserait se placer en travers de ta destinée. L'Amour, l'amitié, la compassion... Toutes ses émotions ne sont que des faiblesses qui ne feront qu'anéantir tes chances de succès. J'avoue avoir commis une terrible erreur en éprouvant une affection aussi sincère que maternelle pour toi. Tu as trouvé une faille en moi, que je me dois de colmater au risque d'en subir les conséquences. Fort heureusement, ton refus catégorique de tuer cette petite garce d'Emma Blackonnes, m'a ouvert les yeux sur tes propres défaillances. En rien tu n'étais digne de la confiance et de l'estime que je t'ai accordée. Je ne pensais jamais avoir à te le dire, mais je crains que tu me sois devenue inutile... "

Rictus victorieux aux lèvres, le masque hypocrite d'Ana Sorden finit par se fissurer, pour ne laisser apparaître que le visage de la meurtrière. Tendant sa main blême comme la mort en direction de l'une des joues de sa petite protégée qui ne l'était plus, elle ponctua son dialogue par une triste vérité.

"Il faut me pardonner ma colombe. Mais je préfère savourer mon triomphe seule plutôt que mal accompagnée... "

Un sourire glacial accompagna alors sa dernière caresse.


Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 279

Voir le profil de l'utilisateur
La méfiance dans le regard de Sasha s'éteignait doucement, remplacée petit à petit par la certitude que tout était rentré dans l'ordre. La jeune fille était rassurée par l'attitude calme de son mentor et la promesse de cette dernière de répondre à toutes ses questions -en usant s'il le fallait d'un sérum de vérité. Les choses redevenaient entre elles comme elle l'avait toujours été, simples, limpides. Elles n'avaient rien à se cacher et l'adolescente espérait qu'elles pourraient de nouveau envisager un avenir commun.

Et pourtant...Pourtant quelque chose venait ternir ce joli tableau. Alors qu'elle aurait voulu que tout redevienne comme avant, ce petit quelque chose l'empêchait de retrouver toute l'admiration qu'elle avait pu éprouver pour Ana, auparavant. Elle avait beau essayer de se convaincre qu'elles pouvait reprendre leurs plans là où elles les avaient laissé, elle avait beau vouloir croire que rien n'avait changé, cela ne marchait pas. Cela ne marchait plus. Elle doutait de pouvoir à nouveau se fier entièrement à Ana, comme si sa confiance était définitivement brisée, et elle ne la trouvait même plus aussi admirable qu'avant. Après tout, qu'avait-elle à envier à cette prisonnière en cavale au visage fané dont l'heure de gloire était déjà passée ?

Se gardant bien de partager ce sentiment avec la sorcière de Salem, Sasha lui adressa un petit sourire par dessus sa tasse alors qu'elle lui vantait la qualité du thé, qui était effectivement excellent. Il avait une saveur particulière, un goût auquel la jeune fille n'avait encore jamais gouté. L'adolescente se détendit finalement quand l'arithmancienne décida d'évoquer avec nostalgie leur toute première rencontre, sa méfiance complètement endormie par l'amour presque maternel qu'elle croyait déceler dans le regard d'Ana. Souriant à la mention de son passage sous le choixpeau -qui n'avait pas hésité une seule seconde quant à sa répartition- Sasha s'abandonna doucement aux souvenirs de ses premières semaines à Poudlard, qui lui paraissaient déjà si lointaines.

"Je n'ai jamais osé vous poser de questions, confessa-t-elle avec un sourire lorsqu'Ana lui fit remarquer qu'elle ne l'avait jamais interroger à propos de ce rêve si spécial qui les liait l'une à l'autre depuis le début. Mais j'avoue avoir souvent eu envie de le faire..."

Délaissant sa tasse de thé presque vide, Sasha accorda donc toute son attention à celle qu'elle voulait de nouveau pouvoir considérer comme sa mère spirituelle. Mais le sourire fier qu'elle arborait au début du récit de l'arithmancienne se fana progressivement à mesure que celle-ci avançait dans ses révélations. La couleur quitta soudainement le visage de Sasha alors qu'elle comprenait brutalement qu'elle avait mal lu la situation, depuis le début. Ce qu'elle avait pris pour une accalmie dans leur relation tumultueuse n'était que le calme qui préparait la tempête.

Comme si elle retrouvait finalement la vue après avoir eu les yeux bandés, Sasha ne mit pas longtemps à saisir la gravité de la situation. Jamais elle ne s'était tant trompé. Elle avait tout compris de travers, elle avait abaissé sa garde trop tôt, s'était laissé convaincre par de bons sentiments. Elle s'était rarement sentie si idiote. Mais elle n'avait certainement pas le temps de regretter sa bêtise maintenant. Son instinct lui hurlait d'être particulièrement prudente et de ne pas perdre une seconde avant de chercher une issue à cette situation.

Blême, ses grands yeux bleus écarquillés de surprise braqués sur son interlocutrice, elle voulut tendre discrètement la main vers la porte du carrosse mais Ana la prit de vitesse et verrouilla cette dernière d'un coup de baguette. Sasha sentit son cœur s'affoler dans sa poitrine et frémit lorsque la sorcière dirigea sa baguette vers elle. Les mots de l'arithmancienne résonnèrent dans son esprit, chassant la surprise pour laisser place à un amer sentiment de trahison. La colère qu'elle avait éprouvé un instant plus tôt contre son mentor revint, plus forte et plus froide, changée en véritable haine.

Profondément blessée par cette trahison, Sasha serra les dents et ravala les larmes de frustration qui lui montaient aux yeux. Elle avait beau avoir désormais parfaitement conscience de la situation et des issues très limitées qu'elle lui offrait, ce n'était pas la peur qui dominait la jeune fille mais la rage de ne rien avoir vu venir. Elle détestait ce sentiment d'avoir été dupée, trompée, et son seul désir était de pouvoir blesser Ana aussi fort qu'elle venait de le faire. Elle se dégagea brusquement de la main froide comme la mort qu'elle avait posé sur sa joue et usa de tout son courage pour lui jeter un regard de défi.

"Mon amie Cindy sait que c'était vous que je venais voir, mentit-elle avec aplomb. Elle vous dénoncera si je ne rentre pas. Ils vous trouveront, et ils vous arrêteront, vous êtes condamnée..."

Alors que les mots sortaient de sa bouche, lancés avec conviction, crachés avec haine, elle réalisait qu'il n'y avait qu'une seule condamnée dans ce carrosse, et que ce n'était pas Ana. Non, elle refusait. Elle avait trop de choses à faire, à vivre, à accomplir. Toute sa vie l'attendait encore, elle avait un grand destin devant elle. Elle ne se laisserait pas arracher tout ça par une vieille folle, c'était hors de question. C'était trop injuste, qu'une simple erreur puisse lui coûter si cher. Plus jamais elle ne ferait confiance à personne, plus jamais elle ne croirait le moindre mot affectueux. Si elle survivait à cette journée, elle s'assurerait de ne plus jamais se montrer si faible.

Tentant le tout pour le tout, Sasha tira sa baguette de la poste de son manteau et la dirigea d'une main ferme vers son mentor, qui était désormais son adversaire.

"Ce n'est pas moi qui anéantit votre succès, lança-t-elle avec haine, tentant vainement de maitriser le tremblement de sa voix. Vous vous sabotez toute seule ! Vous ne faites qu'aller d'erreurs en erreurs, à miser toujours sur le mauvais Sombral, et aujourd'hui vous vous trompez encore. J'aurais pu vous être utile, je vous aurais aidé...Sa voix n'était plus qu'un souffle alors qu'elle avouait à demi-mots la confiance qu'elle avait eu tort de placer en son ancienne alliée. Mais avec ou sans moi vous n'accomplirez plus rien, asséna-t-elle finalement. Vous êtes finie."

Et elle était finie aussi, elle en était consciente. Mais plus que de l'effrayer, cette idée la révoltait. Elle n'arrivait même pas à l'envisager. Ça ne pouvait pas se finir comme ça. Ça ne pouvait pas se finir tout court. Pas maintenant...Pourtant elle sentait déjà la tête lui tourner et son bras faiblir, comme si son corps abandonnait la partie avant d'avoir pu livrer bataille...



Ana SordenPersonnage décédéavatar
Messages : 229

Voir le profil de l'utilisateur
Dans un geste empreint de colère, la jeune serpentard balaya du revers de la main la caresse mortelle de l'arithmancienne, avant de braquer sur la traitresse un regard brulant d'une haine devenue inutile. Nul doute qu'elle n'appréciait pas le prix de cette odieuse trahison, et comptait exprimer son ressenti, mais il en fallait plus pour déstabiliser la cruelle sorcière de Salem dans ses plans machiavéliques. Même si cette dernière éprouvait un sentiment mitigé à l'égard de sa vile forfaiture : Se réjouissant d'une coté d'avoir contourné la vigilance de sa jeune protégée, elle regrettait déjà l'absence de sa douce colombe. Longtemps, elle avait perçue Sasha comme la fille qu'elle n'avait jamais eue, et la seule personne dans ce monde avec qui elle pouvait oser la comparaison. Mais voilà, depuis quelques temps, elle n'en faisait qu'à sa tête, et l'égo narcissique de l'arithmancienne n'était plus comblé par les trop nombreuses critiques de sa protégée à son égard. Sasha ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même! Derrière le visage angélique de la jeune fille, se cachait quelque chose d'aussi malsain que d'imprévisible. Une volonté manifeste de détruire le modèle, pour prendre sournoisement le contrôle et jouer les premiers rôles. Signe flagrant de son ingratitude, Sasha ne voulait plus suivre docilement les consignes de sa mère spirituelle : Comme si le brouillon pouvait se targuer de dépasser l'œuvre d'art originelle! Cette petite peste n'avait aucun respect pour celle qui l'avait gentiment extirpée de sa petite vie insignifiante! Si la petite colombe pensait pouvoir jouer les phénix de ses bois, elle allait vite déchanter et se bruler les ailes. D'ailleurs sans sa "mère" pour la couver d'attention et la guider, ne venait-elle pas de tomber du nid pour basculer dans la triste réalité? Trop tardivement, Sasha comprenait qu'elle n'avait pas l'envergure nécessaire pour se frotter à une personne aussi inestimable que l'était l'ancienne reine de beauté...

Mensonge ou dernier aveu avant de succomber au poison qui lui rongeait déjà les entrailles, Sasha prétendit qu'elle avait informé une certaine Cindy de ses intentions de la rencontrer. Pirouette pathétique d'une condamnée, qui ne percevait pas encore les profondeurs du piège dans lequel elle venait de tomber. Ana éprouvait un tel plaisir à l'idée de pouvoir enfin satisfaire son désir de vengeance sur Poudlard, qu’il lui fut guère possible de contenir plus longtemps les dessous de ses manigances. Pourquoi s'en priver d'ailleurs? Il était trop tard pour l'empêcher de gravir les marches de sa gloire personnelle, tant cette fois-ci, elle avait tout calculé avec minutie. Rien ni personne ne pouvait la condamner à nouveau. Un sourire malveillant étira les lèvres refaites de l'arithmancienne, avant qu'elle ne se décide à expédier une pique à son ancienne protégée.

"Ma pauvre enfant, je crains que tu ne discernes pas encore tous les contours du piège dans lequel tu t'es naïvement engouffrée. Tu n'es tout simplement pas de taille, ni en mesure de ruiner mes chances de succès. Ne peux-tu pas mourir avec dignité, plutôt que de m'offrir un dernier spectacle aussi affligeant... "

Ana Sorden se plaisait à fanfaronner, tant il ne faisait aucun doute qu'elle maitrisait la situation. Comme jadis, avec Emma Blackonnes; Sasha était devenue sa petite marionnette. A l'exception, que cette fois-ci aucun miracle ne viendrait la secourir, ou trahir les espoirs de la sorcière de Salem. Cette dernière pouvait s'enorgueillir, et même afficher un froid dédain tandis que l'élève braqua sur elle sa baguette dans un dernier geste de défi. L'espace d'une seconde un semblant de face à face s'instaura, chacune des sorcières prenant pour cible l'autre. Sasha l'ignorait peut-être encore, mais le duel était bien plus que déséquilibré... Il était sans espoir. Mais en souvenir de la tendresse qu'elle avait éprouvé pour la jeune fille, Ana lui laissa débiter ses dernières paroles; Et ce, sans même se soucier de la main vacillante qui cherchait à maintenir levée une baguette, qu'elle savait bien incapable de cracher le moindre sortilège. La petite colombe pouvait la fustiger et prédire sa chute, aucune de ses paroles n'était en phase avec la triste réalité du moment. Sasha pensait-elle réellement pouvoir semer le doute dans son esprit? Ne cherchait-elle pas plutôt à se rassurer qu'une autre fin existait? Plutôt que la laisser mourir dans l'ignorance, Ana préféra lui révéler ce qui allait se produire dans les jours à venir.

"Au contraire ma colombe, les réjouissances ne font que commencer en ce qui me concerne. Sache que grâce à toi, ma vengeance va enfin pouvoir se réaliser. Je trouve d'ailleurs cela fort regrettable que tu ne puisses pas être là pour y assister. C'est pourquoi avant que tu ne t'endormes définitivement, je vais te conter une dernière histoire, et te rassurer sur un détail te concernant... "

Le regard glacial de l'arithmancienne transperça celui de Sasha, tandis qu'elle lui avouait ses sombres projets.

"Je te trouve très sévère avec toi-même, et je veux que tu saches que tu ne m'es pas encore totalement inutile. Si ton âme et ton existence m'indiffère, cela n'est pas le cas de ton apparence ma douce colombe. Tant de fraicheur et de beauté, c'est une bénédiction qu'il ne faut pas gaspiller. Surtout si cela m'ouvre les portes de l'école de Poudlard... "

La main libre d'Ana Sorden se posa sur la baguette tremblante qui se braquait sur elle, avant de se perdre dans la chevelure de la jeune fille. Les yeux de la sorcière de Salem s'agrandirent d'admiration, tandis qu'elle savourait le doux touché de cette caresse plus calculatrice qu'affectueuse.

"Bientôt, grâce à une simple mèches de ta chevelure, je pourrai prendre ton apparence et franchir le seuil de cette école maudite. Alors, plus rien ne pourra m'empêcher de m'approcher et de me débarrasser de cette petite garce d'Emma Blackbonnes. Je m'occuperai aussi de cette Cindy, puisque apparemment tu l'aurais mise au parfum de tes intentions de me rencontrer. Inutile de me souhaiter bonne chance, mon plan est infaillible et je quitterai bientôt cette île indigne d'une personne de ma qualité. Tu peux t'endormir rassurée ma colombe, je suis loin d'être finie, mon triomphe ne fait que débuter. Je ne sais d'ailleurs comment te remercier, car même dans la mort, tu continues de m'être des plus utiles... "

L'arithmancienne laissa alors éclater un rire diabolique, comme savent si bien le faire les êtres perfides quand ils comprennent que le succès et la gloire ne peuvent plus leurs échapper. Ana se sentait revenir à ses plus belles années, et à l'aube d'une vie nouvelle qui comblerait toutes ses attentes les plus narcissiques. Nombreux étaient ses détracteurs qui la croyaient finie, et n'osait imaginer un tel retour en grâce! Tandis que Sasha continuait de lutter contre les effets destructeurs du poison, la sorcière de Salem lui adressa un dernier clin d'œil moqueur en signe d'adieu. Une manière bien cruelle de faire comprendre à sa protégée qu'elle n'éprouvait pas l’ombre d’un remord, tant sa destinée prenait le pas sur toutes autres considérations affectives...


Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 279

Voir le profil de l'utilisateur
Luttant férocement contre l'idée que sa fin était proche, Sasha s'accrochait à la moindre chance de s'en sortir avec la force du désespoir. Ana ne pouvait pas la tuer. Elle ne pouvait pas la détester à ce point. Pas après ce qu'elles avaient vécu. Il n'y avait plus entre elles ce lien indéfectible qu'elles avaient autrefois cru exister, mais elles avait un passé commun. Cela ne pouvait pas se balayer d'un revers de main. L'arithmancienne lui avait dit un jours qu'elle la considérait comme sa propre fille, aucune déception ne pouvait effacer ça. Ana n'allait pas la tuer. Elle refusait cette idée. C'était une ruse, un horrible mensonge, ce n'était pas en train d'arriver.

Pourtant Ana prononça les mots qui lui firent brusquement abandonner tout espoir. Elle parlait avec trop de certitude, comme si ce "dernier spectacle" était en train d'arriver, comme s'il n'y avait plus le moindre doute quant à l'issue de leur conversation. Et Sasha comprit. Ana n'allait pas la tuer, elle l'avait déjà fait. Son regard se posa sur sa tasse de thé vide et elle blêmit. Manquant de défaillir alors que la terrible vérité la frappait de plein fouet. Elle laissa sa baguette lui glisser des doigts et emporter avec elle toute idée de résistance. Rien ne servait de se battre. Elle était déjà en train de mourir.

Son cœur s’affola soudainement alors que des gouttes de sueur froide perlaient à son front et que son esprit cherchait vainement à lui prouver qu'elle se trompait, que ce n'était pas en train d'arriver. Ça ne pouvait pas être en train de se passer, c'était impossible, elle se sentait si vivante, si pleine de colère, de tristesse, d'angoisse. Elle était ravagée par des émotions plus violentes que jamais, elle ne pouvait pas être en train de mourir. Et pourtant, elle sentait de plus en plus ses sens l'abandonner. Sa vision se troublait, elle ne sentait plus ses jambes, elle avait la gorge sèche.

A la peur céda la panique, occupant toutes ses pensées, pénétrant chacune des cellules de son corps. Elle allait mourir. Elle était en train de mourir. Ses jambes la lâchèrent alors qu'Ana lui livrait la suite de son plan diabolique et Sasha se laissa tomber sur le bord de l'une des banquette du carrosse, levant vers son ancien mentor un regard terrifié. Les larmes, qu'elle avait contenu par fierté, s'échappèrent de ses yeux pour rouler lentement sur ses joues tandis que la sorcière de Salem lui livrait le récit de sa mort.

Ana n'éprouvait pas le moindre remord à la voir mourir, elle l'affirmait haut et fort et Sasha le lisait dans son regard dénué de la moindre compassion. Voir celle qu'elle avait élevé au rang de modèle la regarder agoniser avec tant d'indifférence lui faisait plus mal qu'elle ne l'aurait imaginé, elle qui s'affirmait forte et indépendante. Elle trouva tout juste la force de se dégager de l'emprise de l'arithmancienne alors que celle-ci passait une main dans ses cheveux.

"Ne me touchez pas !" se défendit-elle avec toute la hargne qui lui restait.

Elle braqua un regard mêlé de rage et de peur sur la sorcière de Salem alors que celle-ci continuait de lui exposer son plan, sans prêter la moindre attention à l'adolescente qui luttait pour sa vie. Elle avait la gorge de plus en plus sèche, elle avait chaud et la tête qui tournait. Elle avait du mal à garder les yeux ouverts mais luttait pour ne pas les fermer.

A quoi bon se battre ? lui soufflait une petite voix. Le plan d'Ana était parfait, elle n'avait aucun échappatoire. C'était trop tard...Elle s'était fait avoir, elle avait voulu joué avec plus fort qu'elle et elle avait perdu. Elle s'était faite piégée et elle aurait à peine le temps de le regretter. Combien de temps lui restait-il ? Quelques minutes ? Quelques secondes ? Elle ne sentait déjà plus les larmes qui mouillaient ses joues et ne devinait plus les détails du visage d'Ana devant elle. D'ici quelques heures elle serait morte, et l'arithmancienne n'aurait plus qu'à s'emparer de ses cheveux pour mettre à exécution son terrible plan.

Une idée, peut-être la dernière, traversa alors l'esprit embrumé de la jeune fille. une idée qui, alors qu'elle sentait avec effroi la vie lui échapper, lui arracha un sourire.

"Vous ne pourrez plus utiliser mes cheveux quand je serai morte." souffla-t-elle dans un murmure douloureux, à peine audible.

Le polynectar ne fonctionnait pas avec les cheveux d'un mort, on le leur avait dit en cours. Maigre victoire. Elle était condamnée, elle allait mourir. Elle avait tout perdu, mais Ana n'avait pas tout gagné. Elle ne l'utiliserait pas pour accomplir sa vengeance.

Parler lui avait demandé beaucoup d'effort et respirer devint de plus en plus difficile. L'adolescente inspira plusieurs fois difficilement, ne parvenant qu'à profiter d'une faible bouffée d'oxygène. Elle porta une main à sa gorge, attrapant le col de sa chemise comme s'il était le responsable de son agonie. Braquant son regard sur Ana Sorden, Sasha se força à la fixer d'un regard exorbité par la peur, s'interdisant de fermer les yeux. Elle la regarderait jusqu'au bout, elle ne faiblirait pas, elle ne la supplierait pas.

Sa poitrine se soulevait frénétiquement au rythme d'une respiration de plus en plus laborieuse. Elle se sentait basculer, perdre pied. Elle se sentait partir. Laissant échapper un dernier sanglot terrifié, Sasha céda tout orgueil à la terreur qui l'habitait, alors que la mort la frôlait déjà du bout des doigts.

"Aidez-moi..." eut-elle le temps de gémir, le visage noyé de larmes.

Elle cligna des yeux une fois, lutta pour les rouvrir, aperçut une dernière fois le visage d'Ana, puis ce fut le noir. L'adolescente s'effondra sur la banquette du carrosse, aussi inerte qu'une poupée de chiffons. Le calme retomba soudainement sur la petite prairie de Pré-au-lard.
RP Terminé



Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

La dernière leçon [PV Ana]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» La Dernière Maison Simple
» Morgenstern - L'étoile du matin, la dernière étoile
» La dernière série avant la fin du monde
» Juste te revoir une dernière fois[Pv Desty] *et Jurassic si il veut*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-