AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 [JR] La Dolce Vita [Pv Tony]

Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur

Mercredi 1 Avril 2009, Avenue des Chênes, aux alentours des 23 heures...

Seule à déambuler dans les rues de Bristol, à cette heure tardive; Mildred Magpie éprouvait un réel besoin de décompressée, tant tout devenait si compliqué ces derniers jours. Elle étouffait littéralement à l'intérieur de son cabaret : Entre la disparition mystérieuse de son demi-frère, la révolte des pêcheurs et son choix de mettre un terme à la petite vie qui sommeillait en elle. Les drames s'enchainaient à un rythme effroyable! La romancière avait l'impression de vivre une tragédie digne de ses romans, et se devait de trouver un moyen de briser cette horrible loi des séries. Un évènement heureux...

La co-gérante des Folies Sorcières se surprenait à espérer de nouveau une aventure avec son associé, Roy Calder. Une relation clairement utopique, tant le jeune homme ne paraissait pas disposé à sortir avec la vieille pie. Mais aussi insensé soit-elle, cette lubie avait le mérite de donner à Mildred un objectif dans le désert de sa vie sentimentale. Depuis sa rupture avec Adonis, elle avait besoin de se rassurer sur son potentiel de séduction, et pour se faire, elle se donna les moyens de parvenir à ses fins. Mais malheureusement : Ni son décolleté ravageur, ni ses sourires mielleux ne suffirent à dompter le voyou au teint halé...

Désespérée, Mildred se réfugia sur le rebord de la fontaine des Douze Chênes, celle-là même où elle avait plongé durant la guerre des gangs. Fixant tristement un Galion qui reposait dans sa paume ouverte, elle poussa un long soupir, avant de le jeter par dessus son épaule gauche. Un geste qui témoignait de l'étendue de son désespoir, tant il était difficile pour la sorcière pingre de se séparer d'un Galion. Mais voilà, elle se devait de faire un vœu pour conjurer le sort qui s'acharnait sur elle. Elle se surprit alors à rêver d'une romance, et d'une Dolce Vita impossible...


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Métamorphomage le Jeu 14 Mai 2015 - 15:27, édité 1 fois
Trois jours plus tôt

Antonino était un bon ami. Fidèle, engagé et toujours prêt à défendre ou à rendre service, il aimait affirmer être prêt à tout pour ses frères de coeur, au nombre de trois : Fergus, Jayce et Roy, avec qui il formait un quatuor indestructible depuis des années. Ils se rendaient tous la pareille, d’ailleurs, lorsque l’un était en difficulté, c’était tous les autres qui agissaient pour arranger les choses. Alors oui, Toni était prêt à tout pour ses amis. Mais tout de même… Il y avait des choses qui ne se demandaient pas !

« Quoi, moi ? »

L’italien incrédule reporta son regard sur Jayce, impavide, même pas intéressé par la conversation, puis Fergus et son sourire nasillard, avant de revenir sur Roy, qui affichait cet air indescriptible -ô combien agaçant- de joueur de poker doucereux.

« Jayce aurait pu faire l’affaire, mais bon, il a le mauvais goût d’être marié. T’es presque aussi beau que moi, Toni, alors ça ne peut être que toi.
-Oh j’aurais pas aimé, Roy est en train de te dire que t’es un bon lot de consolation, ricana Fergus.
-Et toi, que tou fais même pas partie des candidats potentiels, rétorqua l’italien, en croisant les bras avec humeur. Jé né m’abaisserai pas à récoupérer les femmes qui né sont pas assez bonnes pour toi, Roy. C’est clair ? Jamais. »
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur

Antonino Tessio, 28 ans, trafiquant

1 avril 2009

Et comme il ne faut jamais dire jamais… Toni se retrouvait à réaliser les volontés de grand chef Calder qu’il ne fallait pas contrarier, évidemment. Bon, il avait eu quelques arguments qui avaient convaincu l’italien... Dans un roman, un bel homme disponible aurait surgi dans la nuit, près de cette fontaine où s’était assise Mildred, comme la réponse à son chagrin d’amour. Dans la vraie vie, Toni avait simplement suivi sa supérieure en la voyant quitter le cabaret seule et triste, ayant conscience qu’il s’agissait là d’une chance à saisir. Se raclant la gorge, il se prépara à sortir de son coin de mur qui le cachait et faire son entrée sur la place pavée de sorte à arriver derrière la femme éplorée. Pour ménager l’effet de surprise, et parce que c’était plus théâtral, il était certain que Sofya serait de son avis.

« Vous songez à quitter Bristol ? »

La silhouette de Toni sortit de l’obscurité derrière la romancière, alors qu’il s’avançait vers elle d’un air cool, avec le léger sourire de ces hommes de films qui charmaient les dames. Aucune femme ne devait résister au charme d’Antonino Tessio, il l’avait décidé, et Mildred ne ferait pas exception ! Toni prit place à côté d’elle, à une certaine distance -ne pas brusquer les choses- pour s’expliquer en regardant les pavés sur le sol :

« A Venise, on jette oune pièce dans la fontaine dé Trevi avant dé quitter la ville. C’est oune vieille superstition qui dit qué cela vous assure dé révénir. En Italie, on est très attaché à l’endroit dé sa naissance, révéla t-il en tournant un sourire vers Mildred. Enfin, mainténant les gens jettent des pièces plutôt pour faire un voeu, jé crois. »
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Tandis que la romancière se laissait bercer par le doux rythme des clapotis de l'eau de la fontaine de Bristol, une voix masculine vint l'extirper de ses songes. Mildred lança alors un regard par dessus son épaule, quelque peu courroucée à l'idée de devoir abandonner ses rêveries solitaires. Une silhouette finit par jaillir de l'obscurité d'une ruelle adjacente pour se diriger vers la demoiselle en détresse. Physionomiste dans l'âme, la Co-Gérante des Folies Sorcières identifia rapidement l'individu comme étant un homme de main de son associé. Ce dernier s'avançait calmement avec un sourire ravageur aux lèvres, nullement embarrassé par la familiarité et l'idée de s'adresser à sa patronne. Conservant une attitude méfiante, Mildred le dévisagea avec dédain.

"Pourquoi cette question? Vous me surveillez? J'imagine que cela arrangerait très certainement votre patron que de me voir partir de Bristol. Mais je ne lui donnerai pas ce plaisir... "

En terme d'accueil, les choses débutaient de triste manière. La sorcière paranoïaque s'imaginait que Roy devait la faire étroitement surveiller, comme elle le faisait également avec le majordome Elias. Ainsi, il lui avait envoyé celui que Mildred se plaisait à appeler communément "le bel italien". Mildred voulut s'offusquer quand celui-ci osa prendre place à ses côtés, mais il y avait quelque chose chez lui de naturellement désarmant. Elle l'écouta faire le récit de ses voyages et conter les traditions de sa lointaine Italie. Son accent ensoleillé avait de quoi réchauffer les brumes de Bristol, et l'espace d'une seconde, la rédactrice de Multiplettes se laissa ensorcelée. Mais elle n'en montra rien, malgré le sourire éclatant du jeune homme.

"Vous pensez vraiment que je suis le genre de femme à croire aux superstitions? Vous vous trompez; Je n'ai nul besoin de faire des vœux pour créer ma propre chance. "

Une bravade bien loin de la vérité, tant Mildred était une rêveuse éperdue...


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur
Mildred Magpie, la grande diva des Folie Sorcières… Sa réputation n’était pas usurpée, tout dans sa façon de parler et sa posture montrait une femme qui n’aimait guère être contrariée. Toni avait eu l’occasion de le voir à maintes reprises, le terrain du cabaret étant celui où Mildred se montrait la plus impitoyable, en grande patronne des lieux. Mais elle était surtout une femme extravagante, capable de vous faire des drames là où il n’y en avait pas. Pas étonnant de la part de la reine des scandales de voir des complots partout, et d’en faire tout une pièce de théâtre : en l’occurrence, celle de sa déchéance. Car Mildred semblait malheureuse, Toni l’avait vu sur son expression avant qu’elle ne le remplace par cet air digne, et il sentait beaucoup d’amertume et de paranoïa derrière ses propos…

« Jé n’en doute pas, vous avez réussi brillamment réussi, et j’imagine qué vos succès né sont pas dûs au hasard, mais sont lé fruit d’un gros travail. »

Ce n’était pas de la flatterie, on pouvait reprocher à Mildred beaucoup de défauts, mais tous pouvaient voir qu’elle n’était pas femme à rechigner devant la tâche. Elle consacrait tout son temps à ses projets professionnels, tous les employés des Folies en étaient témoins.

« Et vous vous trompez, mon patron -parler de Roy en ces termes faisait toujours sourire en coin l’italien- n’aurait aucun intérêt à vous laisser partir, il sait très bien qu’il né peut pas gérer le cabaret sans vous. »

C’était bien parce qu’il le savait qu’il ne cherchait pas à s’en débarrasser, malgré toutes les fois où il s’était plaint d’elle, raisonnait Toni.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Avec les louanges que venait de lui servir le bel italien, la sorcière rousse avait de quoi gonfler la poitrine d'orgueil. Parmi le cercle de fidèles de son associé, il était peu à oser admettre cette vérité édifiante qui faisait de Mildred Magpie la meilleure gestionnaire du Cabaret Magique des Folies Sorcières. Le regard de la romancière se fit plus chaleureux tant elle appréciait cet élan de lucidité. Plutôt que de jouer la carte de la modestie, au contraire, elle préféra rajouter une pierre à l'édifice de sa gloire personnelle.

"Roy Calder est comme ces jeunes chiens fous, qui remuent la queue à toutes les propositions, sans se soucier du danger. Il manque cruellement de flair et de prudence dans ses affaires ou ses relations. Heureusement que je suis là pour veiller aux grains, car sans mon expérience, notre Cabaret aurait d'ores et déjà fermé ses portes! "  

Dans un moment d'égarement et de gourmandise, alors qu'elle parlait de ses affaires; Le regard de la rédactrice à scandale se perdit dans la contemplation des beaux bras musclés du bel homme qui venait de s'asseoir à ses cotés. Qu'il devait être bon de se trouver prisonnière de ceux-ci! Protectionniste dans l'âme quant il s'agissait de protéger les intérêts économiques et culturels de sa bonne vieille Angleterre, Mildred avait un faible pour les beaux bruns au teint hâlé venus du Sud. Sans demander la permission, elle se permit le luxe de lui caresser le biceps droit.

"Vous êtes drôlement musclé! C'est impressionnant... " Elle marqua un temps d'arrêt avant d'ajouter. "C'est un comble, mais je me rend compte que je ne connais même pas votre petit nom. "


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur
La comparaison de Mildred arracha un bref rire à l’italien, qui ne put s’empêcher de penser que c’était lui qu’on qualifiait de jeune chien fou d’habitude -il n’avait pas volé la forme de son Patronus- mais cela seyait bien à Roy aussi, sous certains aspects, le côté impulsif, principalement.

« Ou serait devenu lé plus grand repère à truands doublé du plus grand bordel de luxe dé cé pays », acheva Toni en ricanant, aux hypothèses de la sorcière.

Ce qui était déjà à moitié le cas, cela dit… A moitié, parce qu’il y avait Mildred pour assurer la partie plus lisse de cet établissement, sans quoi ils auraient quelques soucis de justice, heureusement que certains secrets étaient bien gardés.

La caresse de Mildred le tira de ses réflexions, puis le fit étirer un large sourire sur ses lèvres. Toni n’était pas peu fier de sa carrure, il aimait se résumer en homme beau, grand et fort, pour faire court, et il n’avait au fond pas tort. C’est qu’il faisait des efforts pour s’entretenir ! Il révéla d’ailleurs bien vite son secret à la romancière, d’un air malicieux :

« Quelques bonnes bagarres bien conclues, céla vous forge lé corps et la réputation, personne dans cette ville né vient chercher lé grand Antonino Tessio, maintenant. Comme pour illustrer ses dires, il donna un bon coup sur son solide biceps. Son sourire eut quelque chose d’enjôleur, alors qu’il poursuivait, reportant son attention sur Mildred : Mon nom. Mais tout le monde m’appelle Toni. Je suis principalement au service dé paris magiques, précisa t-il, faisant référence à l’une des ailes secrètes du cabaret, jé descends pas beaucoup. Jé vous invite à vénir mé faire coucou à l’occasion, y a une bonne ambiance dans cé coin, jé sais bien mettre lé feu » souffla t-il d’un air complice.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Un brin amusée, Mildred contempla l'employé des Folies Sorcières accomplir son petit numéro avec une malice aussi savoureuse que la chantilly qui parsemait les choux à la crème de chez "le Paradis d'Eden". Celui-ci, se présenta à elle sous le nom d'Antonino Tessio, et comme un employé de son cabaret. Il arrivait que la Co-Gérante traverse la section des Paris magiques, mais c'était bien souvent pour retrouver et engueuler son associé. Trop accaparée par ses fonctions, elle n'avait point remarqué que parmi son personnel fleurissait d'aussi agréable vision. Si Mildred appréciait la fougue de la jeunesse, et les jeunes hommes aux teints hâlés; Elle aimait également les mauvais garçons, ceux qui osaient venir dérober le fruit défendu sans y avoir été invité. Elle braqua sur lui un regard taquin, tandis qu'il l'invitait à rejoindre plus souvent ses quartiers.

"Qu'est-ce qui vous fait croire que j'y trouverai mon bonheur? Pourquoi rejoindre la zone des parieurs, alors que je suis le genre de femme qui sait se créer sa propre chance. Nul besoin de parier, quand on connaît déjà le résultat des dés! Vous savez quoi, Tony... Je crois que je m'y ennuierai fermement dans votre ambiance de parieurs. A moins que vous n'ayez autre chose à m'offrir? "

Oubliant sa détresse personnelle, petit sourire malicieux aux coins des lèvres, le regard de Mildred se changea un instant en braise alors qu'elle dévisageai le bel italien.

"Vous êtes joueur, n'est-ce pas? Un vil parieur de bas étage... " Les yeux de la sorcière se tournèrent alors dangereusement vers la fontaine de Bristol.  "Je suis prête à parier ce que vous voulez, que vous incapable de vous mettre complètement nu dans les eaux froides de cette fontaine... "

Cap ou pas cap, c'était à Tony de se jeter ou non à l'eau...


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur
La réplique orgueilleuse de Mildred agrandit un peu plus le sourire de Toni, qui ne put s’empêcher de penser qu’il était décidément tombé sur une femme pleine de caprices. Oh tout le monde -et particulièrement le personnel des Folies Sorcières- savait déjà que Mildred Magpie était une diva aux fantaisies plus délurées les unes que les autres, et qu’il valait mieux ne pas la contrarier, mais le savoir et la confronter étaient deux choses bien différentes. Pour le moment, Toni pariait qu’il était capable de garder la tête hors de l’eau… Et ce, dans tous les sens du terme. Lorsque Mildred lui lança le défi de se jeter nu sous la fontaine, ce fut un grand éclat de rire que Toni ne put retenir. Celle-là, on ne lui avait jamais sortie, et pourtant, son cercle d'amis était loin d'être constitué de gens prudes.

« Rien qué ça ! Pas qué jé n’aime pas réléver les défis, bien au contraire, mais pour celui-là, miss… Un sourire malicieux s’étira sur son visage. Une idée venait de germer dans son esprit, une idée qui lui permettrait aussi bien de passer son tour que de réussir à séduire la diva à sa façon. Jé crois qué jé n’ai pas encore assez bu dé whisky pour accepter dé risquer une pneumonie. » Sur ces mots, il tendit la main à la romancière assise, plein d’espoir qu’elle accepterait de le suivre pour un verre. « C’est bien oune invitation. »
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
"Fontaine, je ne boirai plus ton eau"... La romancière avait beau s'être jurée de ne jamais plus succomber aux belles parlottes de la gente masculine, pourtant il fallait reconnaître un talent de séducteur indéniable à cet Antonino Tessio. Rien que les sonorités exotiques de son nom arrivait à réchauffer des ardeurs qu'elle croyait désespérément refroidit depuis sa douche froide de la dernière Saint-Valentin. Mildred Magpie avait toujours été considérée comme une fille facile, se faisant régulièrement surnommée dans sa jeunesse de "Mildy couche-toi-là"; Si son attitude de midinette allait dans le sens de ce sobriquet sexiste, il fallait y voir également une grande fragilité et la nécessité de sentir une présence masculine à ses côtés. Si le bel italien ne s'abaissa point à exécuter son défi digne d'une adolescente délurée, cela ne fit qu'accentuer l'intérêt lubrique de la co-gérante des Folies Sorcières. Elle fit mine de s'offusquer, avant qu'un sourire gourmand ne vienne dérider ses lèvres pincées. Après tout, ne venait-il pas de lui proposer avec son accent sucré "oune" invitation? Mildred fondait comme du caramel au soleil, quand tout à coup, elle agrippa par le col le jeune homme pour l'attirer à ses lèvres. Privée de ce dessert depuis bien trop longtemps, la romancière l'embrassa fougueusement. Quand elle rouvrit les yeux pour voir les conséquences de son baiser, une lueur malicieuse vint éclairer son visage. Sans prévenir, Mildred poussa alors le tentateur italien dans les eaux de la fontaine. Se relevant, elle plaqua une main faussement confuse sur sa bouche, avant de roucouler un faux prétexte.

"Par Merlin, quelle maladroite je suis! Je suis confuse! Vous risquez de prendre froid à rester trempé de la sorte! Venez vous réchauffer dans mes appartements, je vous donnerai de quoi vous changer... "


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur
Toni aimait avoir le contrôle de la situation avec les femmes. Très soucieux de paraître viril, il en faisait même parfois trois tonnes pour bien enfoncer le clou. Mais face à des femmes aussi exubérantes et caractérielles que Mildred, il était difficile de tirer la couverture sur soi. Qu’à cela ne tienne ! Toni comptait bien ne pas se laisser faire… Surpris d’abord du baiser passionné qu’elle lui offrit, mais ma foi, pas mécontent du tout de la situation, il répondit avec autant de fougue, au moins autant par plaisir que pour reprendre le dessus, mais la rousse eut le dernier mot : sans comprendre, l'italien se sentit basculer en arrière.

Rejaillissant à la surface, complètement trempé et parfaitement surpris de l’audace de la sorcière, il contempla Mildred lui faire son petit manège, sans douter une seconde du fait qu’elle l’avait fait exprès. Il avait bien senti sa main le pousser et surtout, son regard brillait d’une malice à peine voilée. Bah voyons… Un sourire qui ne disait rien de bon se faufila sur les lèvres de Toni, qui déclara en attrapant sa main :

« Trop aimable à vous… »

Faisant mine de se servir de sa main comme d’un appui, Toni préféra entraîner Mildred d’un geste vif à sa suite, plutôt que de se sortir du bassin. Hilare, il la laissa patauger dans l’eau de la fontaine à son tour, avant de lever les mains en signe d’innocence :

« Vraiment désolé, je né contrôle pas ma force parfois, j’ai tiré trop fort. Nous voilà donc tous les deux trempés… On devrait sé réchauffer ensemble. »

Avec un sourire de Casanova pour parfaire le tout, évidemment. Eh bien, oui, Toni ne disait pas non aux femmes fougueuses un brin tarées, pour ne pas dire que c’était tout à fait son style...
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Quel petit sacripant ce Tony! Trempée jusqu'aux os, Mildred resta quelques secondes bouche bée alors qu'elle venait d'atterrir involontairement tête première dans l'eau de la fontaine la plus célèbre de Bristol. L'italien n'était pas homme à se laisser faire, et cela plaisait fortement à la rouquine coquine qui ne voyait dans cette facétie qu'une astucieuse combine pour terminer la nuit ensemble. La sorcière joua les offusquées, et expédia une petite tape de reproche dans l'épaule du mauvais garçon.

"C'est malin, je suis toute mouillée maintenant. Comme si tu ne l'avais pas fait exprès, voyou! "

Sans l'ombre d'une surprise, Tony finit par lui proposer le fameux plan de venir se réchauffer ensemble. Un moyen détourné de lui demander : "Voulez-vous couchez avec moi ce soir?". Un sourire mutin aux lèvres, Mildred s'apprêtait à se jeter corps et âme dans ce merveilleux piège de séduction; Quand tout à coup, une vague de doutes balaya son humeur libidineuse. Pourquoi dans son rapport avec la gente masculine les choses se passaient toujours ainsi? Qu'est-ce qui clochait chez elle pour que les hommes ne voient en elle que l'appel de la chair? Où se trouvait la romance dans ses histoires de cul cœur? Auparavant, Mildred n'aspirait qu’à vivre l'une de ses histoires à l'eau de rose qu'elle se plaisait tant à écrire; Mais Adonis avait brisé chez elle le mythe et sa vision du Prince Charmant. Désormais, la romancière en mal d'amour voulait vivre le même genre de plaisirs simples que partageaient la plupart des couples autours d’elle : Comme contempler un coucher de soleil, la tête posée tendrement sur l'épaule de son amoureux - Ou plus simplement croquer une pomme d'amour avec l'élu de son cœur, pour se remettre des émotions d'une fête foraine. Toute son existence, Mildred Magpie était passée à côté de cette tranche de bonheur si banale pour le commun des mortels. C'est pourquoi, plutôt que de répondre aux avances du bel étalon italien; Mildred se contenta de replier ses bras sur sa poitrine, pour masquer un décolleté qu'elle trouvait subitement beaucoup trop plongeant.

"Désolée, Tony. Mais il est préférable que je rentre seule... "

Il était temps pour elle de sortir du mirage de l'amour, et d'affronter la réalité : Elle finirait son existence seule, ou du moins avec Puffy comme unique compagnie...


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur
Toni arborait ce sourire rieur et confiant de celui qui avait l’impression de maîtriser la situation. La suite lui paraissait limpide, Mildred était déjà conquise, il le voyait dans son regard mutin et ses répliques malicieuses. Et pourtant, en quelques secondes à peine, le temps que Toni sorte de la fontaine et se retourne vers la sorcière pour l’aider à faire de même, la mine de cette dernière avait changé du tout au tout. Les bras repliés sur elle-même, dans une posture défensive qui laissa Toni perplexe, elle reprit la parole d’un ton étrangement triste, pour décliner sa proposition. Alors qu’une minute plus tôt, elle lui sautait au cou pour l’embrasser fougueusement ! C’était à n’y rien comprendre.

Mais il aurait été grossier d’insister. En temps normal, Toni n’était pas spécialement le genre s’embarrasser de ce genre de délicatesses, et pourtant, sur le coup, quelque chose dans l’expression de Mildred le retint de se montrer trop insistant. Ne l’avait t-il pas aperçue, éplorée à cette fontaine, avant d’arriver ? Les sujets de ses chagrins étaient peut-être revenus se montrer à elle, et un peu de joyeux barbotage dans l’eau n’y changerait pas grand-chose… A la fois déçu et interloqué, il se retint toutefois de poser des questions indiscrètes lorsqu’il réagit :

« Vous êtes sûre ? Jé peux au moins vous raccompagner, cé n’est pas très prudent dé rentrer toute seule… Dans cette ténue. »

Toni n’avait pas trouvé de façon plus délicate d’exposer la chose que par ces termes et ce regard qui désignait la robe trempée et toute collante, qui ne laissait pas grande place à l’imagination quant au corps qu’elle revêtait…
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Acte de galanterie ou stratagème de séduction, le bel italien lui proposa alors de la raccompagner jusqu'aux Folies Sorcières. Trempée jusqu'aux os et sa robe devenue transparente, Mildred sentit qu'elle ne pouvait se soustraire à cette honorable proposition; Rien n'excluait une mauvaise rencontre, tant sa tenue était littéralement une incitation au viol. Mais voilà, en voyant les yeux de Toni se poser sur ses courbes généreuses, la romancière ressentit un autre danger bien plus pervers : Celui de céder à la tentation et de passer encore une fois à coté de l'amour avec un grand "A". Elle ne voulait plus se faire avoir par les hommes; Ne plus être cette femme qui écartait trop allègrement les cuisses pour se réveiller le lendemain dans un lit désespérément vide et froid. Une seule obsession tournait en boucle dans la tête de la romancière.

* Je ne suis pas une femme facile - Je ne suis pas une femme facile - Je ne suis pas une femme facile *

Afin de se soustraire à toute tentation, elle détourna son regard du torse musclé du bel italien, dans une attitude de femme blessée. L'amourette d'un soir qui se profilait ne la conduirait nulle part, si ce n'est à une nouvelle et amère déception. Elle tenta alors de tuer le poussin dans l'œuf, plutôt que d'attendre son éclosion.

"Non, je préfère rentrer seule, car je sais exactement comment cette histoire va se terminer : Vous allez me raccompagner, en guise de remerciement je vais vous dire de monter dans mes quartiers pour boire un dernier verre, et puis de fil en aiguille vous allez... hum... vous savez quoi. Et le lendemain, je passerai pour cette femme facile que l'on finit toujours par abandonner comme un vieux mouchoir malpropre... "

Sans le savoir, Toni venait plonger tête première dans une drama-romance à l'eau de rose comme savait si bien l'écrire la presque quinquagénaire en mal d'Amour.


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur
La réaction de Mildred décontenança si bien l’italien, qu’il mit un instant à réagir. Il lui semblait pourtant que l’alchimie était née, et que tout allait comme sur des roulettes. Que l’histoire allait se passer effectivement comme la sorcière le prédisait… et que cela ne dérangerait ni l’un ni l’autre mais visiblement non. La voilà qui détournait désormais le regard et se protégeait de lui, d’un ton triste.

« Mais ça né fait pas dé vous oune femme facile pour autant. Ou alors jé souis un homme facile, tiens ! Combien dé fois jé mé souis fait jeté par des femmes alors que j’aurais bien aimé continouer à… vous savez quoi » répéta t-il.

Il effaça son sourire malicieux, ne voulant pas donner l’impression de se moquer d’elle, même s’il ne comprenait pas vraiment cette réaction. Il commençait à sentir le froid sur lui, et il devinait que Mildred, pas moins trempée, se sentait frigorifiée aussi. Alors il ne tarda pas à conclure la question, d’un ton tranquille, pour ne pas brusquer la sorcière qui lui semblait tout à coup toute fragile :

« La soirée n’est pas obligée dé sé terminer comme ça, si cé n’est pas cé qué vous voulez. D’abord rien né dit qué vous finirez forcément abandonnée comme un vieux mouchoir malpropre… Mais jé peux aussi mé contenter dé vous raccompagner, si vous préférez. Laissez-moi au moins faire ça, c’est plou prudent en ces temps troubles. » réitéra t-il.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
La diva en mal d'amour se contenta d'incliner légèrement la tête pour signifier à Toni qu'elle appréciait l'idée d'être raccompagnée. D'ordinaire bavarde comme une pie, la romancière demeura étrangement silencieuse durant tout le trajet la ramenant aux Folies Sorcières. Trop souvent murée dans sa solitude de célibataire quadragénaire, elle savourait pleinement cette présence bienveillante à ses côtés. Ses pas résonnaient dans le silence oppressant des rues de Bristol et pourtant elle ne s'était jamais sentie autant en sécurité. Avec le bel italien en guise de garde du corps d'un soir, elle ne craignait rien ni personne. Naturellement l'envie de prolonger cet instant de grâce se fit sentir quand la silhouette des Folies Sorcières vint à se dessiner dans l'obscurité de la nuit. Tiraillée entre le désir et la raison, Mildred luttait intérieurement pour conserver toute sa lucidité. Mais cette nuit, c'était décidé, elle ne cèderait pas à la tentation!

Elle ne serait pas de ses femmes qui couchent au premier soir! Les hommes s'étaient trop souvent joués d'elle, pour se laisser une nouvelle fois aveugler par le sourire envoûtant du bel italien. Bien que trempée jusqu'aux os, Mildred Magpie franchit le seuil de son Cabaret avec dignité et s'arrêta devant le grand escalier du hall d'entrée. Le temps était venu de se séparer avec classe de son garde du corps d'un soir, et de montrer qu'elle était devenue une femme forte qui savait se respecter! Evitant soigneusement de croiser trop longtemps le regard ténébreux du jeune homme, Mildred le salua une dernière fois.

"Merci de m'avoir raccompagnée, votre galanterie vous honore. J'ai passé un excellent moment en votre compagnie. A très bientôt, je l'espère... "

Mildred avait réussi l'exploit de se soustraire à la tentation grandissante, et commençait à gravir les marches de l'escalier qui la conduisait à ses quartiers. Même si elle était fière de ne pas tomber dans un énième piège de séduction, l'idée de retrouver sa solitude et les draps froid de son lit ne la réjouissait pas pour autant. Est que le beau Toni la regardait toujours? Une envie irrésistible de se retourner la saisit...

* Ne te retourne pas - Ne te retourne pas - Ne te retourne surtout pas *

Mais dans un geste presque instinctif, Mildred ne résista point au désir de lancer un dernier regard fougueux en direction du bel italien. Une invitation à prolonger la nuit...

"Vous prendrez bien un dernier verre? "


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1101

Voir le profil de l'utilisateur
Toni avait remarqué le soudain malaise de sa patronne, et il hésita sur l’attitude à adopter. Faire le joyeux luron pour la dérider ou respecter son silence ? Il trouvait ce revirement d’attitude étrange, surtout venant d’une femme si affirmée comme Mildred. Elle semblait plongée dans des doutes et des pensées qu’elle ne voulait pas partager, alors qu’elle était habituellement si prompte à occuper le centre de l’attention. Toni finit par se décider à agir différemment lui aussi, et pour une fois, ne pas risquer de dire un mot plus haut que l’autre.

Ils marchèrent en silence quelques minutes, jusqu’aux Folies Sorcières, puis arrivèrent sans accident dans le hall d’entrée. Toni s’apprêtait à adresser un bonsoir à la sorcière et s’en retourner vaquer à ses occupations au casino, puisqu’il avait compris que rien de plus ne se passerait. Il chercha néanmoins à capter son regard, alors il répondait avec un tranquille sourire et un entrain retrouvé :

« Oh vous pourrez mé voir ici, quand vous voulez. Mainténant, vous connaissez mon nom, vous n’avez qu’à démander Toni au casino et jé surgirai aussitôt ! »

Ce n’était peut-être pas ce soir qu’il allait se passer quoique ce soit, mais Toni ne désespérait pas pour le futur. Ils s’étaient fougueusement embrassés après tout, même si elle s’était rétractée dès qu’il avait voulu pousser les choses plus loin. Elle n’était peut être pas prête. Il n’avait pas complètement saisi ce qui avait soudain culpabilisé Mildred alors qu’ils se rapprochaient, mais il clôturait la question en se disant que parfois, les femmes étaient juste compliquées… Dommage, songea t-il, en suivant d’un regard appréciateur le mouvement des hanches de la sorcière, tandis qu’elle montait les marches. Il venait de se retourner
quand Mildred l’interpela à nouveau. Avec une certaine surprise, Toni reconnut dans la façon dont elle le regardait cette lueur qui avait brillé tout à l’heure, lorsqu’elle s’était jetée sur lui. Allons donc ! Changeait t-elle d’avis, tout à coup ? Décidé à ne pas laisser sa chance filer, cette fois, Toni ne se posa pas plus de question et revint au pied de l’escalier.

« Cé serait avec plaisir… Même si cé juste pour un verre. »

Mais son attitude laissait clairement entendre qu’il espérait qu’il y aurait plus, car il chercha à retrouver l’alchimie qui avait fonctionné entre eux deux, quelques minutes plus tôt. Une fois arrivé à sa hauteur, il se rapprocha volontairement d’elle et plongea un regard intense dans le sien, dans l’attente qu’elle le mène à ses appartements.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Le regard intense que lui lâcha Toni était la braise qui vint enflammer son désir intérieur. Les pommettes saillantes de la quadragénaire rougirent de plaisir, tandis qu'elle accueillait la réponse positive du bel italien avec un sourire enjôleur. En guise de réjouissance, c'était bien plus qu'un dernier verre qu'elle allait lui offrir ! D'humeur à nouveau coquine avec le veilleur, Mildred lui caressa délicatement la joue, avant de fixer avec passion ses lèvres charnues. Puis inclinant légèrement la tête, Mildred fit mine de vouloir se délivrer de la pulsion d'un baiser ardent, mais ne fit en vérité qu'effleurer sa bouche. En effet, telle une adolescente en fleur, la romancière se déroba au joug du bel italien, et fit mine de vouloir s'enfuir.

"Alors il faudra m'attraper mon doux voyou! "

Bien entendu, il s'agissait d'une stratégie de séduction vieille comme le monde, dont la finalité ne visait qu'à une chose : Celle, justement de se faire capturer. Mais même juchée sur des talons aiguilles, Mildred Magpie ne manqua pas de dextérité pour gravir les dernières marches de l'escalier des Folies Sorcières conduisant à ses quartiers. Etouffant ses rires espiègles, tandis qu'elle sentait le souffle de Toni dans son dos ; La romancière en mal d'aventure finit par le distancer quelque peu, en bifurquant brusquement en direction de ses appartements. Prenant soin de ne pas claquer la porte de sa chambre derrière elle, Mildred Magpie se lança alors dans une partie de cache-cache improvisé. Dissimuler derrière les larges rideaux de sa chambrée, elle tendit l'oreille pour guetter l'arrivée du son beau et jeune poursuivant.

"Jamais, tu ne me trouveras! Tu m’entends ? Jamais! "

Un faux suspense qui prit fin dès que la porte de la chambre pivota sur ses gonds en un long grincement sonore. Grave erreur ! Sans le savoir, Toni venait de pénétrer sur le terrain de chasse d'une cougar en rut qui n'avait plus planter ses griffes dans de la chair fraiche d'une jeune proie depuis bien trop longtemps. La Tanière de Mildred Magpie était un véritable traquenard pour tout jeune éphèbe qui en franchissait le seuil. Toni ne se doutait pas du sort qui lui était réservé, quand tout à coup une musique d'ambiance jaillit du Gramophone magique de la tenancière des Folies Sorcière. Comme par enchantement les bougies s'embrasèrent, et une jambe dénudée jaillit de derrière les rideaux.

"Bravo, mon doux voyou! Tu m'as trouvé ! J'imagine que maintenant, tu souhaites connaître ta récompense... "

Mildred Magpie tira alors brusquement les rideaux de sa chambre, pour offrir en guise de spectacle son corps à moitié dénudé.

"Pourquoi boire un dernier verre, quand on peut s'adonner à des loisirs tellement plus... délicieux. "

Sans lui laisser le temps de répondre, telle une panthère fondant sur sa proie, Mildred Magpie avança alors dangereusement en direction de Toni.



Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

[JR] La Dolce Vita [Pv Tony]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ♠ La Dolce vita ♠ Les liens de Léo
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» Demande d`avatar et signature pour Tony
» Amore & Vita Conad by Guylianno
» Tony Stark ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: L'Avenue des Douze Chênes ,-