AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Bet my life [OS]

Isobel LavespèreChargée de communicationavatar
Messages : 545

Voir le profil de l'utilisateur
31 Décembre 2008, minuit

Isobel avait transplané sans même savoir où elle allait. Elle s'était enfuie des Folies au vite, avait dévalé les marches et s'était engagée sur les pavés au hasard, le froid mordant sa peau découverte par son absence de manteau. Incapable d'oublier ce qui venait se passer, elle avait passé le check-point sans y penser, s'était enfoncé parmi les fêtards du monde moldu et avait fini par transplaner au hasard pour se retrouver là, face à une côte qu'elle ne connaissait pas, pressée par un impérieux besoin de respirer. Et elle se tenait là depuis de longues minutes à fixer la mer d'hiver, absolument glacée mais pas uniquement à cause de la température.

I know I took the path that you would never want for me
I know I let you down, didn't I ?
So many sleepless nights where you were waiting up on me
Well I'm just a slave unto the night

Ce qu'elle venait d'apprendre l'avait touchée en plein cœur et sa colère laissait peu à peu place à la peur, l'angoisse et le chagrin. Tu sais quoi, Isobel ? Je t’ai tellement aimée que je t’ai laissé le bénéfice du doute jusqu’au bout. Les mots d'Abel tournaient en boucle dans sa tête et elle était incapable d'oublier leur conversation, chaque instant heurtait sa mémoire un peu plus à chaque fois qu'il repassait. Elle avait fait ce qu'il fallait se répétait-elle, parce qu'elle ne pouvait pas laisser Abel détruire ce qu'elle avait construit. Elle ne voulait pas laisser son passé la rattraper, tout simplement parce que c'était le passé. Elle ne le voulait pas et elle le haïssait. Elle le haïssait de revenir ainsi, de la forcer à faire ce qu'elle avait dû faire. Il l'avait forcée à piétiner leur amitié, il l'avait forcée à l'éloigner. Pourquoi n'avait-il pas pu respecter son choix ? Respecter son départ et faire comme elle, ne garder de leur amitié que les bons souvenirs ? Ne garder que les bonnes choses du passé et tourner la page ? Seize ans. Seize années et il était revenu. Seize années et il l'avait cherchée. Seize années sans relâche. Pourquoi ? N'avait-elle pas fait comprendre qu'elle ne voulait pas être trouvée ? Pourquoi n'était-il pas passé à autre chose ? Seize ans juste pour lui dire à quel point il refusait ce qu'elle avait fait ?

Now remember when I told you that's the last you'll see of me
Remember when I broke you down to tears
I know I took the path that you would never want for me
I gave you hell through all the years

Elle ne le laisserait pas revenir dans sa vie. C'était trop risqué et cela la renvoyait à trop de choses qu'elle avait pu détester. Isobel avait tout clôturé autour d'elle et elle ne voulait pas prendre le risque d'une brèche, de peur de ne pas pouvoir arriver à la gérer. Elle avait honte, si honte de le reconnaître. Abel réveillait chez elle de vieilles angoisses et insécurités, de vieilles sensibilités. Elle ne prendrait pas ce risque là. Alors elle avait tout fait pour qu'il fasse enfin ce qu'il aurait dû faire il y a seize ans : qu'il l'oublie. Qu'il la haïsse, la méprise, la maudisse. Qu'il parte.

So I, I bet my life, I bet my life
I bet my life on you
I, I bet my life, I bet my life
I bet my life on you

Mais si elle était allée trop loin ? Si ses mots si durs avaient l'effet inverse ? Si Abel la détestait tellement qu'il souhaitait la faire tomber ? Peut-être était-ce même son intention première et elle n'avait pas fait que le renforcer dans cela, creuser sa propre tombe. Elle sentit sa respiration se nouer et Isobel ferma les yeux sous les assauts du vent. Elle ne le supporterait. La chute, la honte. Elle avait mis trop de temps à construire tout cela, cette vie qu'elle avait rêvé, cette vie loin de la Nouvelle-Orléans, cette vie si différente. Elle y tenait, plus que tout, c'était tout ce qu'elle avait. Isobel n'avait plus de famille. Elle n'avait que peu d'amis. Elle avait son travail, sa réputation, ses progrès, ses ambitions. C'était ce qu'elle était, ce qui la définissait. Abel n'avait pas le droit de détruire cela pour une simple question de... D'elle ne savait même pas quoi. Vengeance ? Ego ? Karma ? Lui faire regretter d'être partie ? Ou de ne pas être revenue ?

I've been around the world and never in my wildest dreams
Would I come running home to you

Aurait-elle pu essayer de venir ? A ses yeux, non. Par fierté, d'abord. Elle refusait de vivre l'humiliation suprême de revenir dans les jupons de sa famille, d'être celle qui n'avait pas su se débrouiller, qui n'avait pas su assumer. Isobel n'avait eu besoin de personne pour construire sa vie, elle n'aurait pas supporté l'échec d'un retour à la maison. Puis la peur aussi, tout simplement parce qu'elle savait qu'elle serait plus que mal accueillie : les infidèles étaient mal vues, dans les covens, les jeunes filles qui ne se soumettaient pas aux règles étaient considérées comme des agitatrices et Isy avait toujours la plus grande de toute. On lui aurait fait payé sa désertion, on ne l'aurait jamais laissée oubliée. Elle aurait été punie. Et les punitions des covens vaudous n'étaient pas les plus enviables.

I've told a million lies but now I tell a single truth
There's you in everything I do

Abel n'aurait pas compris. Il n'avait jamais compris, de toute manière. Comment aurait-il pu ? Il avait la chance d'être né garçon, d'avoir pu choisir sa propre envie. On avait tracé le chemin d'Isobel lorsqu'elle était née et son objectif premier avait été de s'en éloigner le plus possible. Elle aurait pu essayé de lui expliquer tout cela, la fierté, la peur, l'envie de faire ce qu'il lui plaisait mais à ses yeux, il n'aurait pas compris il y a seize ans et désormais, il ne voulait plus comprendre du tout. Alors elle avait menti, c'était tellement plus facile que de se dévoiler. Les images, elle maîtrisait, c'était même son métier. C'était tellement plus efficace de conforter Abel dans ses certitudes plutôt que d'essayer de défendre quelque chose qu'elle savait indéfendable auprès de quelqu'un qui n'était pas elle. C'était plus facile de faire semblant de s'en ficher, de faire croire qu'elle était indifférente à tout cela, de faire croire qu'elle se fichait de leurs familles, de la Nouvelle-Orléans, de lui. C'était faux : quand elle pensait à la Nouvelle-Orléans, aux États-Unis, c'était à lui qu'elle pensait avant tout. Depuis seize ans.

Now remember when I told you that's the last you'll see of me
Remember when I broke you down to tears
I know I took the path that you would never want for me
I gave you hell through all the years

So I, I bet my life, I bet my life
I bet my life on you
I, I bet my life, I bet my life
I bet my life on you

Alors oui, ce qui venait de se passer l'attristait même si elle essayait de refouler tout cela au plus profond d'elle même si elle savait parfaitement dans son esprit que c'était la bonne solution. Elle avait fait ce qu'il fallait et s'il fallait continuer dans cette voie, elle continuerait et s'il fallait recommencer, elle recommencerait. Elle devait garder la tête froide malgré tout, malgré les souvenirs de leur dispute qui bourdonnaient dans son esprit, malgré ses angoisses et ses pensées brouillonnes. Elle devait se raccrocher à son objectif premier : préserver sa vie. Elle s'était passé d'Abel pendant seize ans, elle pouvait continuer. Elle continuerait. Elle n'avait besoin de personne.

Don't tell me that I'm wrong
I've walked that road before
And left you on your own

Elle n'était juste pas prête. Elle gardait un souvenir si apaisé de son amitié avec Abel quelques heures auparavant, elle n'aurait jamais pensé devoir lui cracher tout cela à la figure. Elle n'avait rien vu venir. Rien du tout. Tellement persuadée que c'était du passé, que tout était terminé parce qu'elle l'avait décidé. Mais s'il y avait bien quelqu'un sur lequel Isobel n'avait aucun contrôle, n'en n'avait jamais eu, c'était Abel. Aurait-elle dû anticiper tout cela ? Elle savait pourtant que tout se payer, que tout avait des conséquences... Elle avait espéré passer entre les mailles du filet, malgré tout. Mais elle n'avait pas eu tort de faire ce qu'elle avait fait. Les méthodes n'étaient peut-être pas les meilleures mais elle avait eu raison de partir et elle le referait, quoi qu'en pense Abel.

And please believe them when they say
That it's left for yesterday

Que pensait-il obtenir d'elle seize ans après ? Des excuses ? Des regrets ? La connaissait-il si mal ? Il savait pourtant qu'elle ne revenait jamais en arrière et que reconnaître ses torts n'avait jamais été son fort, encore moins sur des sujets aussi sensibles. Encore moins quand elle avant tant, quand elle avait tout, à perdre.

And the records that I've played

Non, Abel n'obtiendrait rien d'elle. C'était trop tard, on ne faisait pas machine arrière. Et pourtant, à cet instant précis, Isobel dû fermer les yeux de toutes ses forces pour ne pas laisser une larme dévaler sa joue. Elle avait fait ce qu'elle devait faire, c'était ainsi. Il l'avait forcée à le faire.

Please forgive me for all I've done

Mais à cet instant précis, même si elle savait qu'elle avait bien fait et qu'elle sentait ses regrets s'éloigner au fur et à mesure que sa tête reprenait le contrôle sur ses émotions confuses, à cet instant précis, Isobel ne ressentait qu'une immense impression de gâchis.

Parce que cette fois-ci, c'était vraiment fini.

So I, I bet my life, I bet my life
I bet my life on you


Isobel Lavespère
I am a villain, a hero, no more and no less, an awful disaster, a beautiful mess. @ ALASKA.

Avatar par Dreams.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Bet my life [OS]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-