AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Sorry seems to be the hardest word [Matt & Sofya]

Sofya BelinskiMembre des Veilleursavatar
Messages : 208

Voir le profil de l'utilisateur
29 avril 2009

La baguette en sycomore laissa échapper une nuée de poussières et pâlit visiblement, sous le regard agacé de sa propriétaire. Sofya reposa sa baguette récalcitrante sur la commode brinquebalante dans l'entrée, sous le regard moqueur de sa chouette, Filippa. Chaque fois, c'était le même rituel. Sofya profitait d'un de ses rares jours de congés, sans comédie ni espionnage au programme, pour faire le grand ménage de son appartement qui en avait bien besoin. En bonne sorcière, elle s'essayait d'abord aux sorts de nettoyage, mais sa baguette avait horreur des tâches ménagères. Un peu comme sa propriétaire, d'ailleurs, mais Sofya aimait tout autant profiter de son bel appartement lorsqu'il brillait comme un sous neuf. Se résignant, une fois de plus, à plonger dans le quotidien laborieux des moldus, Sofya enfila une paire de gants en plastique roses et attrapa chiffons, éponge, produits chimiques, balai et serpillère. Au son d'un opéra russe, elle s'employa donc à épousseter, récurer et nettoyer, jusqu'à ce qu'elle soit satisfaite du résultat.

Sofya aimait cet appartement. Situé dans le Vieux Bristol, à deux patés de l'académie Lycaon, il faisait partie d'un quartier à la fois jeune, dynamique, et empreint d'histoire. C'était ici que les premiers sorciers de Bristol s'étaient réunis, dans ces immeubles qui aujourd'hui avaient tout à envier aux bâtiments modernes que l'on construisait à Cosmos. Cet appartement connaissait la chaleur en été, le froid en hiver, les innondations quand le ciel le décidait. Le loyer s'en ressentait, et Sofya aurait largement eut les moyens de déménager. Sa carrière décolait, avec le rôle-titre d'Isadora, et puis même si elle râlait souvent, les Veilleurs payaient bien. Mais elle aimait trop le charme biscornu de son petit appartement illuminé par de grandes fenêtres sous lesquelles elle avait disposé divers poufs et fauteuils dépareillés, dans une atmosphère qui n'était pas sans rappeler celle de la Tour d'Astronomie - l'odeur étouffante en moins.

Sa pièce à vivre, séparée en un coin cuisine et un coin salon, avait également des allures de serres de botanique. Des plantes rampantes, des fleurs aux couleurs presque agressives, au parfum capiteux, des petits cactus, des lières qui tombaient du haut d'étagères en bois trônaient dans tous les coins. Sa chambre renfermait même une plante carnivore, à qui Filippa ramenait généreusement de petits mulots quand sa maîtresse était en mission. Les meubles, elle les avait acheté à droite à gauche, à une époque où son compte de Gringotts était vide comme les poches d'un Weasley. Pas de canapé, ce qui n'aurait guère plu à Roy, mais Sofya affectionnait ses poufs et fauteuils qu'elle pouvait déplacer à sa guise autour d'une petite table-basse. Quelques photos étaient épinglés au hasard sur les murs, sans que Sofya ait pris la peine de les placer dans des cadres. Elle aimait replonger dans les ruelles de Serliovka, collées à côté du miroir, quand elle se lavait les dents, prendre son petit déjeuner face au sourire éblouissant de Nastya, s'endormir après avoir jeté un dernier coup d'oeil à son ex-mari - et s'être rappelé d'où elle venait, et qui elle était devenue.

Pour finir, de nombreux livres - des romans, pour la plupart, avec quelques guides de voyage - étaient éparpillés sur ses étagères, accompagnés d'objets magiques étranges amassés au fil de sa vie, qu'elle avait conservé parce qu'elle les trouvait intriguants, décoratifs ou, plus rarement, utiles.

Après avoir fini son ménage, Sofya partit se dépoussiérer à son tour sous une longue douche, puis revêtit ses "habits du dimanche". Un pantalon blanc crème, un vieux haut confortable et, une fois n'est pas coutume, pas de maquillage, ajoutez une tasse de thé Délices de Babylone et un bon roman d'aventure pour l'occuper pour les deux prochaines heures, et son bonheur était parfait. En réalité, tel était le genre de journées que Sofya détestait avant. Elle n'avait rien d'une ménagère ou d'une oisive, mais depuis que sa vie était devenue si follement excitante et, souvent, dangereuse, elle aimait bien de temps à autre bénéficier d'un peu de temps pour faire redescendre la pression.

Sofya s'installa donc avec son roman et son thé fumant dans son fauteuil préféré, sentant avec délice son corps se relaxer et le bien-être l'envahir. Elle était plongée dans les folles péripéties de Spiles, un héros hilarant dont le meilleur ami avait été mordu lors de la Pleine Lune Sanglante, quand quelqu'un eut l'audace de frapper à sa porte.

*Qui ose troubler mon repos*, gronda-t-elle intérieurement.

Reposant avec une immense frustration le best-seller de la rentrée 2009 sur la table-basse, Sofya bondit de son fauteuil et se précipita vers la porte, pressée de se débarrasser du gêneur. Probablement un voisin qui avait du mal avec l'opéra russe, mais n'avait-elle pas insonorisé ?

Elle ouvrit la porte d'un grand geste mais elle se figea littéralement en reconnaissant l'homme qui lui faisait face. L'espionne ne prit pas la peine de masquer sa surprise, ni même son déplaisir, face à cette visite impromptue qu'elle jugeait plus que déplacée. Matthew. De quel droit osait-il se pointer chez elle ? Leurs rapports devaient rester strictement professionnels, n'est-ce pas ? C'était bien lui qui l'avait décidé, après tout ! Et étant donné leurs derniers échanges, elle ne comptait pas qu'il en fût autrement...

Cette démarche était si étrange de sa part qu'elle se demanda instinctivement s'il ne s'agissait pas d'un espion sous polynectar ou une bêtise du genre. Pourquoi Matthew aurait-il débarqué chez elle ? Elle n'attendait pas de livraison de baguette et, quand bien même, ils se seraient vus à son atelier, aux Folies, n'importe où ailleurs ! Elle n'aimait pas trop que son ancien-ami-qui-n'en-était-plus-un-assassineur-de-femme se pointe sans lui demander la permission...

Aussitôt sur ses gardes, elle croisa ses bras sur sa poitrine en une attitude de défiance et tenta de se rappeler où elle avait laissé sa baguette. La commode dans l'entrée. Après un instant de flottement, elle considéra son interlocuteur avec une ironie amusée, et lâcha :

"Vous faites erreur monsieur, la Voie des Miracles c'est au bout de la rue à droite."



Margarita Levieva, kit par Vingounet
Matthew MacFarlaneDétenu en conditionnelleavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Matthew ne s’était pas abaissé à demander l’adresse de Sofya aux autres Veilleurs. Pour peu qu’ils la connaissent, aucun d’entre eux n’aurait craché le morceau, surtout pas à lui. Elle ne s’était pas gênée pour afficher son inimité à son égard et leurs collègues  avaient pris le partie de l’espionne dans leur grande majorité. Soit. Matt ne pouvait pas y faire grand-chose. Depuis le meurtre de Krystal, il était abonné à ce type de réaction et il avait appris à composer avec. Il se contentait d’honorer les commandes de l’organisation sans chercher à tisser plus de liens avec ses collègues Veilleurs. Contrairement à sa collaboration avec Sofya, le travail qu’il avait entamé avec Evan avait commencé sur de bonnes bases. Travis était passé à l’atelier pour déposer sa commande et discuter longuement de leur future association. Matt aimait travailler dans ces conditions et il se désolait de ne pas avoir su mettre en place la même relation avec Sofya.


Si seulement il avait su qu’elle travaillait pour Roy avant d’avoir cette discussion sur la scène des Folies, les choses auraient été différentes. Tout était partie de là. Il avait eu des mots très durs, qu’il ne pensait pas, juste dans l’intention de la décourager. Il avait voulu la rayer de sa vie pour ne pas la mêler à ses activités mafieuses, du moins, c’est ce qu’il se plaisait à penser même s’il savait au plus profond de lui que ce n’était pas l’unique raison… Quoiqu’il en soit, ils ne pouvaient plus continuer comme cela. Leur désaccord personnel polluait la relation de confiance qu’ils étaient censés avoir dans le cadre professionnel. Ils s’étaient brouillés à l’initiative de Matt et il devait faire le premier pas pour tenter de réparer les pots cassés.

Matthew avait donc suivi l’espionne russe dans les ruelles des vieux quartiers de Bristol. Sofya habitait dans un immeuble à deux pas de l’appartement qu’il avait occupé avec Krystal, l’endroit même où il avait commis l’irréparable. Jusqu’à aujourd’hui, il avait toujours évité son ancien quartier mais il devait se rendre à l’évidence : Il était temps de se confronter à son passé et Sofya en faisait partie.

Il s’arrêta devant la porte d’entrée de l’appartement de la jeune femme et toqua trois fois attendant patiemment qu’elle vienne lui ouvrir.

« Salut. » souffla-t-il en la découvrant dans l’embrasure de la porte.

Comme il s’y était attendu, l’accueil fut pour le moins glacial. Son ancienne amie croisa ses bras sur sa poitrine ce qui lui donna instantanément une allure de petite fille boudeuse. Matt retint le rictus amusé que cette posture lui inspirait –il n’avait pas mi son orgueil de coté en se déplaçant jusqu’ici pour tout faire foiré avec un sourire- aussi afficha-t-il une mine sérieuse de rigueur.  Il accueillit la remarque de Sofya avec le même flegme puis il se lança :

« C’est toi que je viens voir, il faut que je te parle, lâcha-t-il en plongeant son regard azuré dans celui de la jeune femme comme pour la convaincre de lui accorder quelques minutes. Il ne poussa pas le vice jusqu’à lui demander s’il pouvait rentrer   et il préféra enchainer  pendant qu’il avait encore son attention :

« Je sais que parfois je peux me comporter comme un sale con, admit-il d’emblée, mais j’aimerai vraiment nous donner une chance de pouvoir repartir sur de bonnes bases. »

Ce genre de mea-culpa n’était pas dans sa nature et il faisait déjà un énorme effort sur lui-même en se présentant ici. Matt avait toujours vécu dans un milieu de requins où le fait d’admettre ses erreurs s’apparentait à un signe de faiblesse, il espérait donc que Sofya serait sensible à sa démarche.


Sofya BelinskiMembre des Veilleursavatar
Messages : 208

Voir le profil de l'utilisateur
Les bras de Sofya retombèrent le long de son corps, et ses yeux s'agrandirent sous l'effet d'une surprise non feinte. Matthew qui voulait repartir sur de bonnes bases, elle ne s'y était pas attendu le moins du monde, et sa méfiance naturelle lui chuchota de ne pas trop s'emballer. Sans doute voulait-il simplement se mettre au mieux avec son nouveau patron en se rabibochant avec une collègue de travail. C'était ce qu'ils étaient désormais d'une certaine façon, même si Sofya n'était pas vraiment ravie de cet état de fait. Leur collaboration serait bien plus fructueuse si leurs relations étaient cordiales, elle le savait, et Matthew ne voulait sans doute rien de plus. Apaiser son esprit tempétueux pour qu'elle cesse d'agiter son petit monde bien rangé avec sa colère. Peut-être que Roy lui avait touché un mot en ce sens, après leur petite discussion chaotique de la dernière fois...

Loin d'être amadouée, donc, Sofya considéra Matthew un instant, soutenant son regard insistant, le sourcil haussé d'un air sceptique. Certes, il avait avoué avoir agis comme un sale con - ce qui était un fait avéré - mais c'était loin d'être suffisant pour revenir dans les bonnes grâces de Sofya. Il l'avait envoyé paître si brusquement qu'elle s'était sentie humiliée et elle ne comptait pas accourir avec un grand sourire au premier signe de sa part ! De la sincérité, voilà ce que Sofya voulait lire dans ces yeux clairs, et peut-être aussi une preuve d'humanité. Elle voulait retrouver ce qu'elle avait aimé chez lui à l'époque. Elle avait toujours su qu'il pouvait, derrière des abords calmes, se montrer impétueux et impulsif, mais il y avait aussi de l'intelligence, de l'esprit, de l'humour chez cet homme, et une grande capacité à aimer, à sa façon, les deux femmes de sa vie. Sa fille, et Krystal... Comment en étaient-ils arrivés là ? Cette question tournait dans la tête de Sofya, obsédante, et une part d'elle espérait toujours obtenir une réponse lorsqu'elle s'effaça en silence pour le laisser entrer.

Sofya prit soin de récupérer sa baguette dans l'entrée avant de se diriger vers la pièce à vivre, désignant un fauteuil d'un geste de son menton pointu. Pour se donner le temps de remettre ses pensées en place, elle entreprit de relancer sa bouilloire et posa une tasse de thé fumante devant Matthew. Sofya s'installa en face de lui, sur le bout des fesses comme si s'enfoncer complètement dans le fauteuil l'engagerait trop. Son regard méfiant se posa sur lui et elle se mit à jouer distraitement avec le bracelet plein de breloques qui ornait son poignet, prête à bondir pour le mettre à la porte ou dégainer sa baguette au moindre geste louche. Décidément, elle n'avait pas confiance - mais après tout, pourquoi serait-ce le cas ? C'était un meurtrier, un trafiquant, un prisonnier en programme de réinsertion. Elle avait pour politique de ne jamais ramener de Veilleurs chez elle, ni d'ailleurs trop près dans sa vie privée, Roy excepté puisqu'ils étaient amis. Mais Matthew n'était pas son ami et elle n'aimait pas le savoir ici, se sentant comme acculée, en position d'infériorité.

Se morigénant intérieurement, Sofya se rappela qu'elle avait largement les moyens de se défendre face à lui. Elle récita intérieurement la liste des vingts meilleures façons de torturer un homme à l'aide d'une baguette magique et se sentit un peu mieux.

"Eh bien, je t'écoute", se contenta-t-elle de dire, refusant de lui mâcher le travail. S'il voulait réellement repartir sur de bonnes bases avec elle, il lui faudrait faire mieux que "je reconnais que je peux être un sale con, mais n'en faisons pas tout un plat"...




Margarita Levieva, kit par Vingounet
Matthew MacFarlaneDétenu en conditionnelleavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Matthew ne s'était pas attendu à ça. Dans le pire des scénarios, Sofya lui claquait la porte au nez après lui avoir assené deux trois sortilèges bien sentis et dans le meilleur, elle acceptait de le suivre en ville jusque dans un endroit neutre, un café au bord de la marina par exemple, afin qu'ils puissent discuter sereinement. Aussi lorsqu'elle l'invita à entrer chez elle, Matt resta quelques secondes immobile avant de s'exécuter. Elle s'évertuait depuis un mois à apparaitre la plus secrète possible et elle finissait par l'inviter à prendre le thé dans son repère, l'endroit où elle se ressourçait et où elle était la véritable Sofya et non plus l'espionne aux mille visages...

Matt la suivit jusque dans la pièce à vivre, son regard accrochant chaque détail qui lui permettait de  la cerner davantage: Photographies, romans, guides et objets magiques issus des quatre coins de la planète... Tout ici indiquait ses gouts et son intérêt certain pour l'exotisme et le voyage. Les plantes aux parfums entêtants disposées un peu partout dans l'appartement contribuaient à ce dépaysement. Matthew résista à l'envie de regarder d'un peu plus près les artefacts collectés par son ancienne amie -il était toujours aussi passionné par tous les objets issus de l'artisanat sorcière- et il s'installa sur le fauteuil que Sofya lui avait indiqué, attendant patiemment qu'elle revienne avec sa tasse de thé.
Il avait cru la connaitre -avant qu'elle ne se révèle être au service de Roy- mais il devait bien admettre qu'il s'était en partie fourvoyé. Comment la jeune comédienne qu'il avait côtoyé dix ans plus tôt était-elle devenu l'espionne qu'elle était aujourd'hui ? Il espérait pouvoir l'apprendre un jour, peut-être pas aujourd'hui -surement pas d'ailleurs- mais il savait que tout n'était pas perdu. Elle ne l'aurait pas laissé entrer ici, si elle n'y croyait plus elle-même.

Matthew la suivit des yeux alors qu'elle revenait du coin cuisine et qu'elle prenait place en face de lui, visiblement toujours méfiante. Il l'avait vu récupérer sa baguette au passage quelques instants plus tôt et il trouvait finalement cela plutôt rassurant qu'elle soit sur ses gardes. S'ils n'avaient pas été en si mauvais termes il lui aurait d'ailleurs conseillé de ne pas ouvrir sa porte à des étrangers aussi facilement, sans le moindre contrôle préalable d'identité. Elle était particulièrement bien placée pour savoir à quel point il était simple d'usurper l'apparence d'une personne.

Après quelques secondes où ils se jaugèrent du regard, Sofya finit par briser le silence en l'invitant à parler. Matt l'observa encore quelques instants avant de se lancer:

"Je sais que je suis allé très loin quand on a eu cette conversation sur la scène des Folies, commença-t-il en appuyant ses coudes sur ses cuisses, je voulais que tu craques et que tu me détestes, révéla-t-il en entrecroisant les mains, je pense avoir réussi, ajouta-t-il avec sérieux, mais je n'avais aucune envie que l'on se rapproche de nouveau car il aurait fallu que je te mêle à tout ça."
Par tout ça, il fallait comprendre la mafia, le trafic de baguette et sa double vie qu'il menait déjà du temps de Poudlard. Il était persuadé que Sofya était en mesure de  comprendre sa position. Elle devait surement être obligée de cacher une partie de sa vie à ses proches pour préserver leurs existences aussi bien que la sienne.

"Rien ne laissait penser que tu appartenais déjà au milieu et je n'avais pas envie que tu y sois confronter de près ou de loin. Je préférais te blesser une bonne fois pour toute plutôt que de te mentir jour après jour. "

Lui révéler la vérité, pure et simple, était tout bonnement impossible et Matt ne l'avait pas envisagé une seule seconde. Il sortait tout juste d'Azkaban et il aurait été suicidaire de révéler à la meilleure amie de sa défunte femme qu'il se livrait à des activités illégales. Aujourd'hui, les choses étaient différentes. Il se sentait prêt à lever le voile sur certains non-dits. Du moins, en partie. Il n'était pas encore sûr de pouvoir faire pleinement confiance à Sofya et il devait avouer qu'il craignait qu'elle utilise ses révélations contre lui mais il savait qu'il lui devait au moins quelques explications.
Matthew haussa donc  les épaules avant de s'appuyer sur le dossier de son fauteuil:
"C'est peut-être pas l' idée du siècle mais c'est celle qui m'a semblé la meilleure sur le coup." finit-il par dire posément. " Quant à la fois où tu es venu à l'atelier et bien..."Il se perdit quelques secondes dans un silence et passa pensivement son pouce sur sa lèvre inférieure avant de finir sa phrase:
"...j'ai été surpris."


Sofya BelinskiMembre des Veilleursavatar
Messages : 208

Voir le profil de l'utilisateur
Sofya ne parvint pas tout à fait à masquer sa surprise à l'entente du petit discours que lui tint Matthew. Ce qu'il lui avait dit aux Folies, alors, n'était destiné qu'à l'éloigner de lui ? Elle analysa l'information en silence, tentant de se mettre à la place de l'ancien détenu pour comprendre ce qui lui était passé par la tête. Elle ne sut pas tout de suite si elle devait être amadouée ou au contraire agacée par son raisonnement. L'éloigner pour la protéger ? Etait-ce son idée d'un comportement chevaleresque ? Une petite moue sceptique finit par trahir l'avis de Sofya, qui darda sur Matt un regard peu convaincu. Il l'avait dit lui-même, il n'avait pas voulu lui mentir jour après jour, et s'encombrer d'une amitié telle que celle-là. Bref, il avait choisi la situation de facilité, celle qui lui apporterait le moins de complications, car c'était ce que Sofya avait représenté pour lui. Une complication.

Après un long instant de silence béat, Sofya finit par lâcher son jugement, tel un couperet :

"C'est complètement con !"

Elle se fichait bien de l'énerver. Puisqu'il était apparemment venu dans l'optique de faire amende honorable, il pouvait supporter la critique. De toute manière, Sofya n'était pas femme à arrondir les angles ni à garder ce qu'elle pensait pour elle.

"Alors ton plan, c'était quoi ? Mettre ton passé derrière toi, et ne fréquenter que des gens à qui tu pourrais parler de ton petit business - autrement dit pas grand monde ?"

Ses sourcils haussés sur son front trahissaient tout le bien qu'elle pensait de cette idée.

"Oh, les Veilleurs et autres trafiquants, mages noirs et mecs douteux qu'on peut croiser sur la Voie sont des gens très sympathiques", lâcha-t-elle avec ironie, "loin de moi l'envie de prétendre le contraire... Mais tu te verrais vraiment ne fréquenter que ces gens-là toute ta vie ? Trafiquer des baguettes, traîner avec Roy & cie... Azkaban te manque déjà ?"

Sofya ne comprenait pas la stratégie de Matthew. Elle doutait qu'il ait pu bénéficier d'une remise de peine sans un suivi très strict de la part du Département de la Justice Magique, et s'il se faisait choper de nouveau, c'était probablement Azkaban à vie qu'il risquait. Voire pire, puisque grâce à ce cher Marchebank, le métier de bourreau devenait de plus en plus prisé... Pourquoi replonger aussitôt dans les activités illicites ? Pourquoi chercher à éloigner les seules personnes fréquentables de son entourage ? Y avait-il seulement eu un ou une autre ex-ami(e) pour s'inquiéter de son sort, à part elle ? Si c'était le cas, il les avait probablement reçus avec le même enthousiasme...

Secouant la tête avec incrédulité, Sofya poussa un soupir las et ajouta :

"Si t'es venu t'assurer que je ne te causerai pas d'ennuis avec les Veilleurs, rassure-toi. Y'a pas de soucis, j'en ai déjà parlé avec Roy, je ne te compliquerai pas la vie."

Que pouvait-il bien être venu chercher d'autre ? Il n'avait aucune envie de se rapprocher d'elle à nouveau, il le lui avait dit et le lui avait bien assez fait comprendre comme cela. Le fait de découvrir qu'elle était membre de la mafia ne changeait rien, elle était toujours la bonne vieille Sofya qu'il avait connu, la comédienne au sale caractère qui aimait croquer la vie à pleines dents. Ce n'était pas parce qu'elle faisait un peu d'espionnage et connaissait l'entrée de la Voie que cela devait changer quoi que ce soit entre eux. Si elle ne valait pas la peine qu'il se donne un peu de mal... Tant pis, elle se contenterait d'une relation professionnelle cordiale, ou tout du moins polie.



Margarita Levieva, kit par Vingounet
Matthew MacFarlaneDétenu en conditionnelleavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Matt  laissa échapper un bref soupir quand Sofya qualifia son plan de "complètement con" mais il l'écouta dérouler le reste de son discours en silence. Accoudé sur son fauteuil, il l'observait s'insurger face à ses choix de vie, son visage expressif trahissant la moindre de ses pensées.   Plus il l'écoutait plus il se rendait compte qu'ils ne se comprenaient pas. Qu'elle ne le comprenait pas. Il ne pouvait pas lui en vouloir, il ne faisait pas particulièrement d'effort pour se laisser cerner, mais elle faisait fausse route le concernant. Dire qu'elle pensait qu'il était là pour s'assurer qu'elle ne lui créerait pas d'ennui auprès de Calder ! Elle lui affirmait même qu'elle ne lui compliquerait pas la vie, facilitant son intégration chez les Veilleurs. Elle avait peut-être, et même surement, l'impression d'être aimable  mais cette tirade était surtout très condescendante. Le faussaire s'assurait lui-même de sa bonne entente avec le chef en produisant les meilleures baguettes qui soient et la complaisance de Sofya n'avait pas grand chose à voir avec cela.

Toutefois, Matthew ne le lui fit pas remarquer . Il était là pour essayer d'apaiser leur relation, et non pas pour relancer la troisième guerre des sorciers. Il décida donc de rebondir sur la première partie de l' intervention de Sofya qui montrait bien à quel point ils envisageaient leurs existences et leurs activités au sein de la mafia différemment:

"Tu ne comprends pas, finit-il par dire en secouant la tête,  Tu parles de fréquenter ces gens là comme si le trafic était un passade de mon existence. Comme si je voulais m'encanailler avec les têtes brûlées de la Voie et puis passer à autre chose: Me ranger, refaire ma vie, avoir un bon job honnête, une maison et un boursoufflet. C'est peut-être comme ça que tu vois les choses Sofya, peut-être que tu envisages ton passage dans la mafia sous cet angle, ajouta-t-il en l'évaluant du regard, mais c'est loin d'être ma conception du truc, expliqua-t-il.

Il fit une légère pause et reprit un ton plus bas:

"Je trafiquais avant même d'entrer à Poudlard, Sofya. C'est ma vie. Ce qu'il faut que tu comprennes c'est que toi et Ethan faisiez figure d'exception dans nos fréquentations avec Krystal. Il n'y avait que vous qui ne baigniez pas dans notre milieu à l'époque. Les mecs douteux, les mages noirs comme tu dis, c'était Krystal, c'était moi..."


Et il n'avait jamais envisager de se ranger. Du moins, pas pour le moment.  Même en signant le protocole de réinsertion à Skye. Il continuerait ses combines mafieuses car c'était le seul moyen pour lui d'engranger assez d'argent pour retrouver Eve. Au fond de lui, il savait qu'elle était l'unique personne qui puisse le contraindre à opter pour un mode de vie plus sain, mais il n'en était pas encore là...

Il se pencha donc pour s'accouder sur ces genoux et observa Sofya sans ciller:

"Je ne fuis rien, je ne renie pas mon passé, loin de là. Je suis juste ce que j'ai toujours été, sauf que tu ne le savais pas. "

Bien qu'il se montre peu expressif, on pouvait deviner un voile de tristesse dans son regard. Ce n'était pas si simple d'avouer à une personne que vous lui aviez caché une partie de votre personnalité pendant de nombreuses années. Il se doutait que Sofya pouvait encaisser le mensonge le concernant mais le fait de savoir que Krystal, sa meilleure amie, avait été une des trafiquantes de la Voie devait être plus dur à avaler.

"Si je suis venue aujourd'hui, c'était pour t'expliquer tout ça. Tu n'avais pas toutes les cartes en mains pour comprendre mes réactions et peut-être que tu ne les comprends toujours pas maintenant d'ailleurs mais, au moins, j'aurais essayé. Il laissa passer un léger silence avant d'expliciter le fond de sa pensée:  J'aimerai juste pouvoir repartir sur de bonnes bases. Plus saines. C'est tout." finit-il par dire en s'adossant de nouveau au fauteuil.


Sofya BelinskiMembre des Veilleursavatar
Messages : 208

Voir le profil de l'utilisateur
Il y avait encore beaucoup de choses dans le discours de Matthew qui faisaient tiquer Sofya, de la même façon que ses propres paroles n'avaient su toucher juste. De toute évidence, la communication était difficile entre les deux anciens amis qui réalisaient aujourd'hui à quel point ils se connaissaient mal. Peu importaient le nombre de folles soirées et longues journées qu'ils avaient passé ensemble, Krystal, Matthew, Sofya, Evan, bien des années plus tard il ne restait plus rien de cette belle entente. Mais ce recul, ce néant même, permettait à Sofya d'être enfin lucide sur ces amitiés passées. Ces trois là, elle ne les avaient jamais vraiment intimement connu, si ce n'est en surface, et l'inverse était également vrai. A croire que l'on restait seul à jamais... C'était une réalisation difficile pour Sofya, pas tant vis-à-vis de Matthew que par rapport à Krystal, qui avait été sa meilleure amie dans une autre vie, et par rapport à Evan, qu'elle avait pris - et prenait encore, au fond - pour l'homme de sa vie.

Une gorgée de thé vint dissoudre la boule d'amertume et de regrets qui s'était formée dans sa gorge. Il ne servait à rien de s'apesantir sur le passé. Sofya avait perdu depuis longtemps le goût du sentimentalisme, du moins c'était ce qu'elle aimait se dire, et avait appris à oublier définitivement certains visages. La vie était faite pour être vécue avec les personnes qui se trouvaient présentes là, maintenant, prêts à partager de folles aventures. L'homme qui se trouvait face à elle semblait prêt à mettre ce passé de côté, et à faire preuve de bonne volonté à son égard - du moins un peu plus que la dernière fois. Sofya était par essence plutôt rancunière, mais elle ne pouvait ignorer le fait qu'elle était malgré tout contente de retrouver Matt, et qu'elle brûlait de découvrir cette facette insoupçonnée de lui.

"Tu sais bien que je n'ai jamais été du genre boursoufs et vie rangée", répliqua-t-elle, acerbe, incapable de mettre tout-à-fait son ego de côté. "Effectivement, je ne comprends pas tout, mais si tu as envie de repartir sur de bonnes bases alors très bien, c'est tout ce que je souhaite moi aussi. Promis, plus de piques assassines de ma part..."

Un sourire malicieux étira ses lèvres. Ils savaient tous les deux qu'elle aurait du mal à tenir cette dernière promesse, parce que c'était dans son caractère, mais au moins sagirait-il de simples taquineries amicales la prochaine fois. Son regard indolent évalua Matt du regard un moment, mais elle n'hésita pas longtemps à poser la question qui lui brûlait les lèvres - la même, depuis si longtemps.

"Alors... Ces bases plus saines dont tu parlais, elles impliquent que je peux enfin te demander ce qui s'est passé avec Krystal, ou bien je peux toujours courir pour avoir une réponse ?"




Margarita Levieva, kit par Vingounet
Matthew MacFarlaneDétenu en conditionnelleavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Après quelques instants de réflexion, Sofya accepta  finalement de lui octroyer une nouvelle chance. Elle accompagna son affirmation d'une petite boutade qui arracha un léger sourire à Matthew.

"Oh non, ne te retiens pas,  tes piques assassines c'est ce que je préfère chez toi..." répondit-il  sur un ton sérieux contredit par un regard rieur.

Il était soulagé de pouvoir de nouveau plaisanter avec elle même s'il savait cet équilibre précaire. Leur relation était  fragile, un mot malheureux et tout pouvait voler en éclat de manière irréversible toutefois Matt comptait bien tout mettre en œuvre pour que Sofya lui fasse de nouveau confiance. La comédienne profita d'ailleurs allégrement de cette situation pour le questionner sur la mort de Krystal. Matthew s'était attendu à ce qu'elle lui repose cette question mais il avait espéré pouvoir attendre que leur liens se raffermissent avant d'avoir à en parler.

"Quoique je dise, ça fera celui qui se cherche des excuses" expliqua-t-il en secouant lentement  la tête.

C'était l'une des raisons qui le poussait à ne pas s'exprimer sur ce sujet habituellement. L'acte qu'il avait commis était impardonnable et il n'était pas en mesure de donner des explications valables pour légitimer son geste. Certes, Sofya lui demandait simplement ce qui s'était passé avec Krystal mais Matt était persuadé qu'elle cherchait à comprendre comment la situation avait pu déraper. Hors, il n'y avait rien à comprendre.

"J'ai disjoncté." répondit-il en levant les yeux dans sa direction.

D'une certaine manière, la violence avait toujours fait partie de sa relation de couple avec Krystal. Il n'était pas rare que des assiettes volent à travers la pièce lors de leur dispute et  leurs accrochages fréquents faisaient partie de leur quotidien. Ils s'y étaient habitués, l'un et l'autre. Ils avaient repoussé encore et encore leur seuil de tolérance, jusqu'à ce jour où tout avait basculé. La vision d'Eve jouant dans son lit avec le sachet de Volubilis appartenant à sa mère s'imposa alors dans l'esprit de Matthew.

"Krystal était accroc à la poudre, tu sais. Sa consommation n'avait plus rien d'occasionnelle. Tu me diras, rien d'anormal quand on baigne dans un milieu comme le notre..."

Des drogués, des toxicomanes, ils en voyaient tous les jours aux Folies. Le trafic était d'ailleurs le principal fond de commerce des Veilleurs. Matthew avait longtemps été un consommateur plutôt régulier: Une bonne soirée commençait généralement par un rail de Volubilis mais, contrairement à Krystal,  il avait toujours réussi à faire la part des choses.

"A l'époque j'ai minimisé sa dépendance et je n'ai pas vu qu'elle perdait toute notion de ce qui était vraiment important. La poudre passait avant tout le reste. Absolument tout. "souligna-t-il en passant une main lasse sur sa mâchoire. "Quand j'ai pris conscience de ça, j'ai très mal réagit."

Il avait eut l'occasion d'y réfléchir durant ses années passées à Azkaban. Krystal aurait du pouvoir bénéficier d'un soutien, partir en cure, quitter la Voie quelque temps pour se refaire une santé.  Hors il l'avait mise au pied du mur. Il l'avait acculé et elle n'avait pas eu d'autres solutions que de lui renvoyer la pareille...
Conscient que ses propos pouvaient paraitre quelque peu nébuleux pour Sofya qui n'avait pas eu la véritable version de l'histoire, il décida de lui dire la vérité.

"J'ai trouvé Eve dans son lit en train de jouer avec un sachet de Volubilis."

Il se tut subitement, la gorge serrée par une émotion aussi vive qu'inattendue. Il y pensait quotidiennement mais il n'avait pas évoquer ce moment depuis plusieurs années. Il prit quelques secondes pour dompter son trouble puis il se racla la gorge avant de reprendre d'un ton égal:

" Krystal a fait comme si ce n'était pas grave alors j'ai voulu partir avec la petite. Sur le champ. "

Ils auraient pu prendre le temps de poser les choses, de discuter mais ce n'était pas dans les habitudes de leur couple. Le ton était monté et...

"Krys s'est interposée, elle m'a jeté un sortilège, je suis tombé au sol avec Eve dans les bras. J'ai vu rouge."


Nouveau silence, un peu plus long cette fois.

" J'ai répliqué et tu connais la suite."


La Une de la gazette et de Multiplettes,  "L'étrangleur de Bristol", le procès, la condamnation.

"J'ai dit à la P.M qu'on s'était disputé à propos d'un gars qui lui avait fait du gringue la veille dans un bar. J'ai dit que j'étais jaloux et que ça avait dégénéré... A aucun moment il n'a été question de drogue... "

Il s'appuya sur le fauteuil en soupirant et posa ses bras sur les accoudoirs:

"Voila. Tu sais tout."


Sofya BelinskiMembre des Veilleursavatar
Messages : 208

Voir le profil de l'utilisateur
Comme elle s'y attendait, réconciliation ou non, Matthew ne semblait toujours pas pressé de lui parler de la mort de Krystal. La raison qu'il avança pour cette réticence lui causa un froncement de sourcil et elle lâcha, en guise d'encouragement :

"Je ne veux pas te juger, juste que tu me racontes."

Il y avait toujours plusieurs versions d'une meilleure histoire et ce que demandait Sofya, c'était ni plus ni moins que celle de Matthew. La vérité était un concept bien maléable et elle en avait conscience, ce n'était pas dans la position d'un juge que Sofya voulait se placer. Elle était simplement l'amie laissée seule dans l'incompréhension et le silence, qui avait besoin d'entendre enfin une version des faits, pour arrêter de s'imaginer tout et n'importe quoi et mettre enfin cette histoire derrière elle...

Quand Matt s'ouvrit enfin à elle, elle soutint son regard en appuyant ses propos d'un léger hochement de tête. Oui, jusque-là, elle avait deviné juste : son ami avait disjoncté. Elle espérait bien, finalement, qu'il n'ait pas tué son épouse froidement et sciemment mais bien parce que son sang de Gryffondor avait bouilli au point de lui faire totalement perdre la tête ! Krystal avait ses défauts mais de là à planifier son assassinat tel d'un psychomathe à la Vengeur masqué.. Matt n'était pas comme cela, de ça au moins elle pouvait être sure, même si le sorcier lui avait prouvé à quel point elle le connaissait mal. C'était une chose de tuer froidement un inconnu parce que notre métier ou nos intérêts nous y poussaient, s'en était une autre que d'étrangler la femme de sa vie...

Sofya s'imaginait plus ou moins à une histoire violente dans le goût que celle que Matthew lui raconta, avec du sang et des larmes, de la drogue et de la violence, mais en aucun cas elle ne s'était attendue à ce que la petite Eve entre dans l'équation. Une émotion semblable à celle de son interlocuteur la saisit quand il évoqua le sachet de Volubilis trouvé entre les mains de la petite. Se recroquevillant perceptiblement dans son fauteuil, Sofya ferma les yeux tandis que les images de la scène affluaient dans son esprit. La comédienne avait bien connu la petite Eve quand elle était née, petit un bébé innocent et plein de vie que ses parents aimaient plus que tout. A l'époque, Sofya aurait juré qu'Eve était née dans la meilleure des familles, mais aujourd'hui ? Elle ne pouvait que lui souhaiter d'avoir trouvé un foyer stable, aimant, dans lequel on ne pouvait pas tomber par hasard sur un gros sachet de drogue qui pouvait la tuer... Face à une telle vue, face à l'absence de remords de sa femme, Sofya pouvait comprendre comment Matt avait pu disjoncter. Il y avait peut-être eu un temps où Krystal était la personne la plus importante de sa vie, mais ensuite Eve était née. Et comme bien des pères, il aurait fait n'importe quoi pour sa fille.

Tournant un visage horrifié et compatissant vers Matthew, elle souffla :

"Pourquoi t'as pas dit la vérité ? T'aurais pu avoir une peine plus légère, j'en suis persuadée !"

Et perdre moins d'amis. Sofya aurait passé moins d'heures à tourner et retourner dans son lit, en s'interrogeant et en maudissant son ancien ami, tout en pleurant Krystal. Merlin, Krystal... Elle avait été sa meilleure amie, et Sofya n'avait rien vu de tout cela. Elle avait vu l'égoïsme et la dépendance, bien sûr, mais drappée de ses belles illusions et dans ses propres problèmes maritaux, Sofya n'avait pas vu, ou pas voulu voir, à quel point Krystal s'enfonçait dans sa détresse et dans ce monde obscur dont elle n'était plus jamais sorti... Une grosse boule nauséabonde de culpabilité se forma au creux de son estomac et elle sentit ses yeux s'embuer, à son corps défendant. Sofya Belinski ne pleurait pas. Elle n'était jamais en tort et ne se remettait pas en question, parce que l'introspection était bien trop douloureuse à effectuer. Elle se mordit violemment l'intérieur de la joue et posa son regard sur ses mains crispées sur sa tasse, avant d'ajouter, pour meubler la conversation le temps d'accuser le coup :

"Ta fille était en danger... Le Magenmagot est sensible à ça, je pense."

Car au final, les blâmes étaient partagés. Matt était celui qui n'avait pas su retenir son sort, Krystal celle qui avait tout risqué. Et Sofya et Ethan Reed, ceux qui n'avaient rien fait, trop égocentrés pour réaliser à quel point leurs amis partaient en vrille...



Margarita Levieva, kit par Vingounet
Matthew MacFarlaneDétenu en conditionnelleavatar
Messages : 100

Voir le profil de l'utilisateur
Évoquer ces vieux souvenirs n'avait rien d'agréable. Matthew avait pour principe de ne pas remuer le passé.  C'était bien trop douloureux pour lui, et même pour les autres. Il suffisait d'observer Sofya et son air accablé pour être persuadé qu'il devait laisser tout cela derrière lui. Pourtant il sentait qu'il avait besoin d'en parler. Non pas qu'il se sente soulagé d'un quelconque poids après ses révélations - c'était un mythe de penser cela- mais simplement parce qu'il avait conscience de vivre le moment le plus important depuis sa libération.  C'était la première fois qu'il reparlait d'Eve et de Krystal, chose qu'il n'avait pas fait depuis sa sortie de prison.

Bien sûr, il avait abordé le sujet avec son contrôleur judiciaire ou avec sa psychomage mais il s'était à chaque fois imposé une distance émotionnelle à ces moments là, trop conscient d'être épié et jugé par les deux garants de sa liberté.

Mais aujourd'hui,  c'était différent.  Il n'avait rien à craindre de Sofya, elle le lui avait assuré, alors il pouvait juste être Matthew, celui qui n'avait qu'un but dans la vie, retrouver sa fille. Peu importe la manière et le prix à payer.  

"Dire la vérité ? s'étonna-t-il lorsque Sofya lui demanda pourquoi il ne l'avait pas fait, tu sais bien que c'est impossible, reprit-il en se penchant pour attraper sa tasse,  Si je parlais de la Volubilis, il aurait fallut que je donne le nom de dealers de Krystal. La P.M aurait eut un pied dans la Voie et les Folies Sorcières n'existeraient surement pas aujourd'hui."  fit-il remarquer avant d'expliciter ses propos, Roy et Jayce étaient nos fournisseurs."

Il but une gorgée de thé en songeant à cette époque lointaine où Calder dealait sa came au coin des rues.

"Quand on tombe, on entraine pas tout le monde dans sa chute." dit-il finalement  afin de résumer les lois tacites régissant le monde de la pègre, "Et je suis pas bête au point de donner la baguette pour me faire battre, je te rappelle que j'étais loin d'être tout blanc moi aussi." fit-il remarquer.

La falsification et contrebande baguettes faisaient déjà partie de ses activités cinq ans plus tôt.

"Les Aurors auraient  pu me condamner également pour faux, usage de faux, usurpation d'identité,  association de malfaiteurs ou je ne sais quoi encore..."  énuméra-t-il sans en tirer la moindre fierté "j'aurai pu prendre pour 20 ans et ne revoir Eve qu'en mère de famille. Là, elle est encore assez jeune pour que j'ai une chance de faire partie de sa vie. " lâcha-t-il alors.
Il n'aspirait à rien d'autre. C'est ce qui le poussait à se lever le matin, à endurer son bracelet de réinsertion, à œuvrer pour les Veilleurs...
"Je ne prends pas  tous ces risques juste pour le plaisir, lui souffla-t-il alors, je veux  juste la retrouver."
Voilà, c'était dit.


Sofya BelinskiMembre des Veilleursavatar
Messages : 208

Voir le profil de l'utilisateur
"Je pensais plutôt à une vérité arrangée, mais je comprends ton point de vue", répondit Sofya avec un sourire cynique. Le fait que Krystal consommait de la drogue n'impliquait en rien que son époux était aussi impliqué dans les trafics de la Voie, et Matthew aurait pu se faire passer pour plus blanc qu'il ne l'était. Le fait est que la mafia bristolienne n'était alors pas le même sujet d'attention de la part des aurors qu'elle ne l'était aujourd'hui, et elle ne partageait pas l'analyse de Matthew, mais c'était un calcul risqué dans tous les cas et il n'aurait probablement pas pu échapper à la prison de toute façon. Son récit, s'il le faisait passer pour un mari jaloux et violent, avait eu le mérite de lui permettre de sortir éventuellement et de retrouver sa fille.

Ainsi, il avait été loyal envers ses partenaires et entièrement dédié à sa fille... Deux qualités que Sofya lui admirait mais qu'elle-même était loin de partager. L'espionne savait pertinemment qu'il n'y aurait pas grand monde qu'elle ne trahirait si c'était dans le but de s'en sortir, à mille lieux des codes d'honneur qui régnaient au sein de la mafia. Ses chefs en avaient-ils conscience ? Probablement pas, tout comme Roy ne savait pas dans quelles circonstances douteuses il avait commencé à l'employer au départ. Traîtresse à l'origine, elle le serait à l'arrivée s'il le fallait... Mais personne n'avait besoin de le savoir.

De toute façon, il ne servait à rien de remettre en cause les choix de Matthew aujourd'hui. L'important était qu'il reconstruise sa vie, telle qu'il la souhaitait, c'est-à-dire avec sa fille. Sofya s'était souvent demandé ce qu'il était advenu de la petite et, depuis la sortie sous conditionnelle de Matthew, s'il comptait essayer de récupérer sa garde. A vrai dire, elle n'était pas sure que ce soit possible, du moins pas tant qu'il serait encore sous contrôle judiciaire... Avant de confier une enfant à son père violent, un juge s'y prendrait sans doute à mille fois... Mais peut-être que les connexions de Matt avec les Veilleurs pouvaient jouer en sa faveur. Un magistrat, ça se corrompt ou ça se menace, surtout quand le président-sorcier du tribunal s'appelle Leopold Marchebank... Toute à ses réflexions, qu'elle décida de garder pour elle pour l'instant, Sofya mis quelques secondes avant de lever un regard interrogateur vers son interlocuteur.

"Est-ce que tu sais ce qu'elle est devenue ? Tu as des pistes pour la retrouver ?"




Margarita Levieva, kit par Vingounet
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Sorry seems to be the hardest word [Matt & Sofya]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Matt Finnegan
» Signature de contrat - Matt Moulson
» Gabriel ∂ A word before, is worth two behind.
» suite de : le coin de Matt'
» Palmares Of Matt Morgan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol,-